Nous avons 1113 invités et 50 inscrits en ligne

Domaine Jean-Louis Chave

  • Messages : 729
  • Remerciements reçus 497

David Chapot a répondu au sujet : CR: Domaine Jean-Louis Chave, Saint-Joseph 2015 rouge

Bu ce WE un CR: Saint-Joseph 2015 du domaine Jean-Louis Chave :
Robe : grenat très dense, opaque, massive.
Nez : à l'ouverture, des notes de planche de chêne, puis de mûre, de cassis, refermé, dans la gangue de son élevage, qui n'attitrera pas forcément de commentaires positifs. 27h plus tard, le vin n'a pas pris une once d'oxydation en bouteille et se révèle : crème de mûre, encens (qui titille le nez), mais aussi des arômes de terre profonds. Ne se livre pas vraiment mais est présent.
Bouche : attaque pointue, qui laisse rapidement la place à du velouté, avec des tannins compacts/denses mais nullement durs. Magnifique de pureté, de présence, sans ostentation cependant.
Conclusion : Très bien+++ Vin très construit, mais pas facile à décrypter à ce stade, comme beaucoup de 2015. L Saint-Jo 2015 de Pierre et Jean Gonon est plus évident à ce stade, avec des arômes plus lardés. Dans ce vin, on sent le Clos pour le fruit/la mûre/le velouté de texture, peut-être Chalaix pour la touche pointue, et les tannins massifs mais poudreux de Bachasson. C'est un Saint-Joseph d'assemblage construit comme l'Hermitage de la maison (qui je crois coûte aussi cher en moyens humains d'ailleurs) mais un vin qui demande du temps. Je le dis avec beaucoup d'humilité : on peut tout à fait passer à côté de ce vin lors d'une dégustation rapide 1h après l'ouverture; j'ai vraiment envie de déguster les parcellaires de Chalaix, Bacchasson, du Clos produites en 2015 en parallèle avec ce vin, de comprendre la logique de sélection/d'assemblage du millésime.
David Chapot.


Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
#1141
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 328
  • Remerciements reçus 388

SOK a répondu au sujet : Domaine Jean-Louis Chave, Saint-Joseph 2007




CR: Domaine Jean-Louis Chave, Saint-Joseph 2007

Blle carafée 1h avant service.

Nez de tapenade, léger fumé, complété par une pointe de ronce et d'orange sanguine.
A l'aération d'agréables notes de poivre blanc, d'anchois viennent compléter l'ensemble; l'orange sanguine se fait également plus présente.

La bouche, moelleuse au départ, trace ensuite rapidement sur une acidité plutôt haute qui "resserre" assez vite les papilles. Elle est également plus "viandeuse" que le nez ne le laissait supposer.
Très léger brett en finale mais absolument pas dérangeant.

Un beau vin, mais à boire pour moi.

BIEN,

Cordialement,

SOK
#1142
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6845
  • Remerciements reçus 4443

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Domaine Jean-Louis Chave, Saint-Joseph 2007

Nez de tapenade

As-tu déjà essayé l'accord entre syrah du Rhône septentrional et plat à la tapenade (exemple : lapin).
C'est extra !

Jean-Loup
#1143
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: H. Seldon

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 328
  • Remerciements reçus 388

SOK a répondu au sujet : Domaine Jean-Louis Chave, Saint-Joseph 2007

Jean-Loup Guerrin écrit:

Nez de tapenade

As-tu déjà essayé l'accord entre syrah du Rhône septentrional et plat à la tapenade (exemple : lapin).
C'est extra !

Jean-Loup


Bonjour Jean-Loup,

J'avoue que non mais je te crois sur parole.
L'acidité de ce 2007, amha assez haute, devrait parfaitement répondre au gras de l'olive.
Il m'en reste 2 pour vérifier :)

Bien cordialement,

Stéphane
#1144

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6845
  • Remerciements reçus 4443

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Domaine Jean-Louis Chave, Saint-Joseph 2007

Bien entendu, et c'est tellement une évidence que j'ose à peine l'écrire, tapenade à l'olive noire (de préférence niçoise).

Jean-Loup
#1145

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1296
  • Remerciements reçus 84

oulababa a répondu au sujet : CR: Domaine Gérard et Jean-Louis Chave - Saint-Joseph 2010

CR: Domaine Gérard et Jean-Louis Chave - Saint-Joseph 2010

Très grosse bouteille à mon sens, un nez super élégant entre la mûre , des notes florales sans notes boisées, la bouche est au diapason, c'est super élégant des tanins de velours, une buvabilité hors normes mais doté d'une race et élégance qui en font une superbe bouteille déjà prête à boire pour moi.

Excellent

Xavier L.
#1146

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 202
  • Remerciements reçus 5

jef33 a répondu au sujet : Domaine Gérard et Jean-Louis Chave, Hermitage, Cathelin, 1995

JL Chave parle du terroir (entre autre) là:


jean françois
#1147

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6845
  • Remerciements reçus 4443

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Domaine Gérard et Jean-Louis Chave - Saint-Joseph 2010

Xavier, tu rejoins les avis très élogieux de LPV Versailles sur ce vin. Voir page précédente de ce fil.
Déjà prêt effectivement, mais peut encore aller plus loin d'après certains.

Jean-Loup
#1148

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 351

daniel popp a répondu au sujet : Domaine Gérard et Jean-Louis Chave - Saint-Joseph 2013.

CR: Domaine Jean Louis Chave. Saint Joseph 2013.
cr tiré de Heureux qui comme Constantin et Mariella vont faire un beau voyage.

Le nez dense et ouvert dégage une profondeur accueillante. Quand le verre se rapproche, on plonge à nouveau, tant et plus, au cœur d’un tissu d’impressions évoquant le fruit compoté (fraise), le cuir noble, de multiples épices, une touche de viande rôtie s’acoquinant avec la violette. Le tout comme imprégné d’un fumé délicat, compose un tableau superbe.
La bouche est souple et grasse : un beau grain juteux aux tannins lisses dont le coulant fin, le tapis de saveurs gourmandes, tendues à souhait sur un bel appui d’amers, révèle la densité, la même profondeur aromatique. La finale s’allonge autant qu’elle s’approfondit. Tout cela s’affinera avec l’âge, mais c’est déjà très bon.

Daniel
#1149

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 729
  • Remerciements reçus 497

David Chapot a répondu au sujet : Domaine Jean-Louis Chave, Saint-Joseph 2007

Bu ce WE un CR: Saint-Joseph 2007 de Jean-Louis Chave
Robe : grenat foncé, quelques reflets tuile; un dépot très fin sur la bouteille
Nez : suie, d'orange sanguine, quelques notes de lard, de la mûre, du cassis aussi; très complexe, nez de syrah très fine, mais pointu.
Bouche : attaque fraîche, avec certes des tannins veloutés mais tendue par une acidité marquée; structure tannique très fine mais pointue. On retrouve les mêmes arômes très fins qu'au nez, toujours avec cette acidité sous-jacente a laquelle le palais finit par s'habituer et qui semble un peu s'atténuer.
Conclusion : Bien+ Vin certes racé mais qui est un peu austère aujourd'hui, même accompagné d'un tournedos à la crème et aux cèpes qui n'arrondit pas ses angles. Je suis surpris par cette acidité pointue, que je n'associe pourtant pas au millésime, et qui ne m'avait pas choqué en vin jeune. J'émets l'hypothèse de l'acidité conférée par le terroir de gore de Bachasson (avec une sensation de pH plus basse qu'il ne l'est en réalité) avec des vignes de seulement 10 ans, à une époque à laquelle le Clos de l'Arbalestrier qui apporte une composante plus ronde/mûre ne faisait pas encore partie de l'assemblage. Le vin me semble moins charnu que le Saint-Joseph Vieilles Vignes de Bernard Faurie, issu des Dardouilles plus solaires et surtout de vignes de plus de 10 ans leurs ainées (car les JV de Bernard datent de 1986 je crois), ce qui est dans l'ordre des choses. Je le regoûterai volontiers d'ici 2 ans car il n'est pas forcément dans sa meilleure phase aujourd'hui, alors que le 1998/2001 du domaine, à une époque où les vins étaient moins construits pour la garde je crois, étaient très bons à 15 ans.
David Chapot.



Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
#1150
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 488
  • Remerciements reçus 736

vvigne a répondu au sujet : CR: Domaine Jean-Louis Chave, Saint-Joseph, 2007

CR: Domaine Jean-Louis Chave, Saint-Joseph, 2007

Bu ici
www.lapassionduvin.c...

VVIGNE
Se présente avec un peu de volatile mais laissant espérer un très joli vin après qqs minute d’aération.
Malheureusement le phénomène se renforce et rend le vin imbuvable avec une acidité en bouche qui devient piquante...:pinch:
#1151

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2602
  • Remerciements reçus 105

Gastronomix a répondu au sujet : Domaine Jean-Louis Chave, Saint-Joseph, 1990

Si j'en crois Terre de Vins et Idealwine, JL Chave commercialise son St. Jo rouge depuis la deuxième partie des annnées 90. Et pourtant on peut lire plusieurs avis sur le 1990 sur Cellar Tracker. Comment l'expliquez-vous? Il n'y aurait qu'un avis j'aurais opté pour une confusion avec l'Hermitage .... Mais 3 avis, je m'interroge.
#1152

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5611
  • Remerciements reçus 2519

Frisette a répondu au sujet : Domaine Jean-Louis Chave, Saint Joseph, 2011

CR: Domaine Jean-Louis Chave, Saint Joseph, 2011

Ouverture 2 heures.
La robe est rubis, sans grand signe d'évolution. On a un nez porté sur les baies rouges acidulées (groseille, framboise, griotte...), avec pas mal de suie, de fumée et d'hémoglobine. La bouche est fuselée, très élancée, rectiligne, avec une acidité très haute perchée, conféré par des notes d'agrumes (orange sanguine, pamplemousse), baies rouges et un soupçon de violette, complété par un côté franchement épicé, sur le poivre et un peu de thym. Les tanins sont pratiquement fondus, avec une présence importante de lie en fin de bouteille. Cette acidité élevée, ce côté sanguin et très droit me font me rappeler, dans une moindre mesure, l' Hermitage 1998 . La finale est longue, très droite, la bouteille ne fait pas un pli. Excellent (17/20)

Flo (Florian) LPV Forez
#1153
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yoannc

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3295
  • Remerciements reçus 309

iceteayer a répondu au sujet : Domaine Jean-Louis Chave - Hermitage rouge 2000

CR: Domaine Jean-Louis Chave - Hermitage rouge 2000

Robe rubis !
Nez avec beaucoup de fruit rouge, un trait végétal mais pas vert, quelques épices.
La bouche est superbe, c'est juteux, tanins fondue, beaucoup d'élégance avec une matière tendue, fraiche qui appelle à se resservir !
Grande syrah!

Merci Sam ;)

julien
#1154
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Psylo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 895
  • Remerciements reçus 794

david84 a répondu au sujet : CR: Domaine Jean-Louis Chave 2011 - Saint-Joseph

Bu à cette occasion
CR: Domaine Jean-Louis Chave 2011 - Saint-Joseph
Robe grenat aux reflets acajou.
Nez fumé sur le poivre, la groseille et le cassis.
Bouche à l'attaque large où déroule une matière à la fois puissante et veloutée bien canalisée par la fraîcheur amenée par des notes mentholées.
Le tout est équilibré à souhait avec cette sensation de plénitude due à une palette aromatique et gustative complexe qui confère au vin toute sa classe.
La persistance en bouche est très longue.
Il est excellent en l'état et le vieillissement devrait le faire gagner en complexité.

David
LPV Vaucluse
#1155
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2153
  • Remerciements reçus 1151

jd-krasaki a répondu au sujet : CR: Jean-Louis Chave, Hermitage blanc 2002

Bu avec Lutèce .

CR: Jean-Louis Chave, Hermitage blanc 2002
Nez sur l'encaustique et l'abricot sec. La bouche est sèche en attaque, pointue, épicée. Un bon équilibre s'établit. Belle longueur finale.

JD | Lutèce
#1156

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2153
  • Remerciements reçus 1151

jd-krasaki a répondu au sujet : CR: Jean-Louis Chave, Hermitage rouge 2005

Bu avec Lutèce .

CR: Jean-Louis Chave, Hermitage 2005 rouge
Dès le nez, quelque chose m'arrête. Il y a une grosse différence avec les prédécesseurs, une discontinuité dans la série. Les capteurs s'affolent. Ca saute aux narines. Nez hyper plein, complexe, musclé, crémeux, riche, enrobant. Fruits noirs intenses, menthol, céleri, tabac.
En bouche, c'est un jus de fruit drappé de soie chatoyante. Texture superlative, veloutée, juteuse, aux tanins fondus, mûrs. Grande finale.
Raahhh... re- oo,

JD | Lutèce
#1157
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: SOK

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11
  • Remerciements reçus 7

Carambarbe a répondu au sujet : Domaine Gérard et Jean-Louis Chave

Bonsoir !
Pour un repas demain soir, j'ai le choix entre ouvrir un St Joseph 2005 ou un 2006.
J'ai cherché dans les précédents CR. Deux dégustateurs en 2014/2015 conseillaient d'attendre quelques années pour le 2005... Qu'en pensez-vous ?
Est-ce qu'un lpvien a ouvert un de ces deux millésimes récemment ?
Merci !
#1158

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5611
  • Remerciements reçus 2519

Frisette a répondu au sujet : Domaine Gérard et Jean-Louis Chave

De façon générale, j'aurais plutôt tendance à privilégier 2006 à 2005 en ce moment.

Flo (Florian) LPV Forez
#1159
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Carambarbe

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1400
  • Remerciements reçus 245

jclqu a répondu au sujet : CR: [b]Jean-Louis Chave, Hermitage blanc 2002[/b]

Bu avec Lutèce .

CR: Jean-Louis Chave, Hermitage blanc 2002
Robe or ambrée, nez expressif sur la pomme rôtie, léger oxydatif. Belle attaque avec de beaux amers d'agrumes, belle puissance, très harmonieux en bouche. Longueur immense. Très beau vin !
2002 était "pourri" dans le coin pour les rouges, bonne surprise sur ce blanc que je ne pensais pas à ce niveau.

JC
LPV Lutèce
#1160

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1400
  • Remerciements reçus 245

jclqu a répondu au sujet : CR: Jean-Louis Chave, Hermitage 2005 rouge

Bu avec Lutèce .

CR: Jean-Louis Chave, Hermitage 2005 rouge
Robe rubis sombre, nez expressif fruits noirs, poivre blanc, lardé et fumé, léger élevage. Belle attaque en bouche, superbement équilibrée, belle puissance maîtrisée. La finale est longue sur les fruits noirs. Superbe vin.

JC
LPV Lutèce
#1161
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: SOK

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 729
  • Remerciements reçus 497

David Chapot a répondu au sujet : Dégustation des 2017 au domaine Jean-Louis Chave

Dégustation des 2017 au domaine Jean-Louis Chave

Il est des jours où on a le coeur léger, l'esprit insouciant, car on sait qu'on va prendre le temps. Ce matin, je suis heureux car je m’apprête à déguster sur fût les 2017 chez Jean-Louis Chave. 20 millésimes après les 1997 dégustés lors de ma première visite au domaine en octobre 1998. Le temps passe, mais l’émotion, et surtout la conscience de la chance que j’ai sont toujours les mêmes.

Les Hermitage blancs 2017

Péléat : sol argilo-sablonneux : vigne complantée en Marsanne et Roussanne. Le vin a été sorti du fût pour ne pas qu'il soit trop riche. Arômes de fleurs blanches, de pêche, un peu de miel, riche en bouche.

Les Rocoules : argilo-calcaire : nez plus retenu, plus droit, plus frais, des arômes de verveine, de citron, plutôt que de miel. La bouche est, paradoxalement, à la fois plus saline mais avec davantage de gras. Je suis surpris de cette droiture dans ce millésime riche, alors que je me représentais les Rocoules comme le vin apportant les arômes les plus lourds. Jean-Louis me dit que le côté calcaire ressort particulièrement cette année, et je le comprends en pensant à des rieslings du Clos Windsbuhl par exemple.

L'Hermite : Loess : vin plus fin, nez citronné également, dans un registre svelte qui aura besoin des Rocoules pour le soutenir. Je le vois moins autosuffisant que dans d'autres millésimes, je comprends cette année l'importance du support des Rocoules.

Les Hermitage blancs en bouteille

L'Hermitage blanc 2016 : blanc compact, arômes citronnés, de verveine, sans nuances de miel. En bouche, on remarque une certaine vivacité qui n'est pas de l'acidité (analytiquement). Grande longueur. Pour des poissons à chair blanche goûteuse, sans crème à ce stade. Remarque : vin produit en petites quantités du fait de la grêle qui s'est abattue sur Les Rocoules fin avril. Les raisins n'ont pas souffert car ils n'étaient pas formés, mais l'équilibre du vin est modifié par rapport à d'habitude car seulement 5 fûts de Rocoules ont été produits au lieu de 16 habituellement.

Pour nous faire comprendre en quoi le profil de ce 2016 est particulier, Jean-Louis va chercher un Hermitage blanc 2012 qui présente un autre profil aromatique (au-delà des 4 ans de bouteilles supplémentaires) : cire d'abeille, miel, jaune d'oeuf; naturellement plus ouvert que le 2016, qui se déguste remarquablement bien, je pense qu'il n'en possède pas tout à fait la longueur.

Pour faire écho au 2016, Jean-Louis nous ouvre maintenant l'Hermitage blanc 2001. La première bouteille est légèrement oxydée du fait d'un bouche qui manque de densité (il s'écrase sous la pression des doigts). La 2ème bouteille est sur des arômes de mousseron, de jaune d'oeuf, fraîche, jeune. La bouche possède de la longueur en restant vive. Cette image était plus ancrée dans mon esprit pour l'hermitage rouge 2001 que pour le blanc mais je constate que blanc et rouge sont batis sur un même équilibre dans ce millésime.
Saint-Joseph rouges 2017

(rouges toujours, car les essais de Saint-Joseph blanc sur granite ne sont pas encore concluants pour Jean-Louis)

Le Clos 2017 (partie dite du croissant, située dans le cône de déjection, constituée de très vieilles vignes) : fruit éclatant, arômes de framboise, de rose, serré, mûr; tannins très fins, denses, qui tapissent la bouche tout en délicatesse. Superbe.

Chalaix 2017 : nez plus poivré, légèrement lardé, plus en retenue. La bouche est vive, avec des tannins fins plus pointus que le Clos.

Les Dardouilles 2017 : granite avec des argiles en surface : nez de cassis, de mûre, généreux, mûr, avec de l'amplitude. en bouche le vin est généreux aussi, plein. Il me donne l'impression d'être le Méal de Saint-Joseph, ce que le sol avec des argiles en surface semble corroborer, et je trouve que l'année lui va particulièrement bien (je l'avais adoré l'année dernière aussi mais là il se détache davantage).

Bachasson 2017 : nez de cassis, de violette, de pot pourri, dans un registre plus floral que les précédents. Tannins pointus, perçants, denses, bouche vive. De la trame, du fond.

La personnalité de ces Saint-Joseph de terroirs différents est vraiment stupéfiante et apparait de façon plus évidente chaque année.
Saint-Joseph rouges 2016 en bouteille

Ces vins mis en bouteilles en août dernier et ouverts devant nous ne se goûtent pas très bien à ce stade : le Saint-Joseph 2016 est réduit, même si on peut percevoir de la chair et des tannins fermes en bouche et le Clos 2016 (issu du croissant), s'il se montre plus ouvert/moins réduit que le Saint-Joseph classique, me semble un peu bousculé et ne me s'exprime pas avec l'évidence des 2017. C'est évidemment une phase de bouteille, car toutes les parcelles étaient délicieuses sur fût l'année dernière, il faut simplement attendre qu'elle passe. Je vais donc attendre 4-5 mois pour ouvrir le premier flacon de ce Saint-Joseph. Curieusement, l'Hermitage rouge 2016 mis en bouteille il y a un mois n'a lui pas du tout souffert de la mise en bouteille, et se déguste tel qu'il doit l'être.

Du coup, sur ma lancée, j'évoque la petite déception du 2007 bu récemment avec cette acidité très marquée voire dérangeante. Jean-Louis me dit que le vin se goûtait très bien jeune (ce que je confirme) mais qu'il a fait le choix, par volonté/conviction, d'une quasi-absence absence de soufre, et l'évolution sur certaines bouteilles s'est avérée périlleuse. De la même façon, j'évoque certains millésimes anciens de la cuvée Mon Coeur en Côtes-du-Rhône dont l'aromatique m'avait perturbé, dans lesquels il y a eu des problèmes de bretts car, même s'il connaissait des moyens pour s'en protéger à coup sûr, il n'a pas voulu les utiliser pour éviter des vins trop standardisés. "Parfois, on fait des erreurs." ajoute-t-il en souriant.
Hermitage rouge 2017 sur fût

Beaumes : sol de poudingues, moraines glaciaires agglomérées par du calcaire. Nez très profond de fruits noirs, puissant, avec une trame tannique dense, qui me surprend pour un vin que je croyais plutôt vecteur d'arômes que de corps dans le vin. Je n'avais jamais goûté dans les Beaumes, une telle puissance, une trame aussi marquée, et il n'est pas sans me rappeler le Méal goûté après.

Péléat : sol sablonneux. Superbes arômes de cerise, nez intense mais moins une structure tannique plus souples, moins serrée que les Beaumes. Très beau vin de parfum.

Hermite : nez mûr, presque chocolaté, grande densité de tannins; aromatique marquée par la chaleur du millésime, pas aussi élégant qu'en millésime plus frais à ce stade, mais il jouera son rôle dans l'assemblage évidemment.

Méal : Vin très complet, dense, mais aucunement lourd, surpuissant, et même frais/minéral pour un Méal. Je suis surpris par la qualité de ce vin et le raccourci millésime mûr-terroir solaire trop lourd est balayé du revers de la main. Le millésime lui va très bien. Le vin le plus cohérent de la gamme selon moi, avec les Beaumes. Jean-Louis parle d'un millésime de type Méal, je crois que je comprends ce que ça veut dire.

Bessards 2017 : nez plus fin, plus retenu, mais avec quelques arômes chocolatés . Il est dans la même lignée que Bachasson mais en plus mûr. À ce stade, le millésime domine encore les Bessards à mon sens, mais la colonne vertébrale du granit est bien présente et décelable.

Les Hermitage rouges en bouteille

L'Hermitage rouge 2016 : (mis en bouteilles il y a un mois) : arômes de cerise griotte, de rose, ouvert, joyeux. Bouche à la fois juteuse mais vive, avec des tannins denses, ciselés mais jamais agressifs. Vin très raffiné, à l'aromatique plus fraîche que les 2017, mais avec une belle densité de chair. Très beau vin, moins massif que 2015, moins puissant que le sera 2017 certainement, mais qui ressortira certainement très bien lors de verticales (comme un 1991?)

Sans un mot, Jean-Louis va chercher un Hermitage rouge 1999. Comme ici, rien n'est fait au hasard, je suspecte qu'il y voit une parenté avec 2017. À l'ouverture, le vin est plus sur la fourrure, les fruits à l'eau de vie, avec une impression de maturité qui ressort (ce qui ressemblerait à 1999). La bouche est plus ciselée que ce que le nez laisse croire. Le vin s'ouvre au fur et à mesure dans le verre, mais il aurait fallu le laisser s'aérer 1h pour mieux le comprendre.

Dessert : Hermitage Vin de Paille 1997

Pour honorer les vignerons jurassiens présents, Jean-Louis va chercher une demi-bouteille d'Hermitage Vin de Paille 1997. Nez magnifique, de miel, aucune trace d'oxydation, très pur aromatiquement. Bouche ample, caressante, pas lourde, une belle SGN ... Ca doit être la 4ème fois que je déguste un vin de paille ici, je n'ai pas le souvenir d'un vin autant dans les canons habituels des liquoreux, sans lourdeur, que celui-là. Très bien. Le 2000 est encore en fût, ce qui n'est pas un précédent ici.

Conclusion

Formidable moment, comme d'habitude, où l'on prend le temps de déguster et surtout de discuter de vin et de tout.

Les blancs, dont on sait qu'ils présentent un équilibre singulier qui repose sur l'amertume et non pas sur l'acidité, présentent du gras sans aucune lourdeur, et se dégustent facilement, sans aucune impression de richesse excessive, et ne réclament pas forcément des plats riches en crème.

Les rouges sont mûrs, charnus, issus d'un millésime chaud qui a favorisé les terroirs argilo-calcaires comme les Beaumes et surtout le Méal qui s'expriment majestueusement et plus fraichement/compacts, avec moins d'exhubérance mais plus de longueur/structure que d'habitude, tandis que les terroirs granitiques (Hermite et Bessards) qui sont des vins de structure voient leur pureté aromatique quelque peu bousculée par les arômes solaires (chocolat). Il ny a que 2 personnes, Gérard et Jean-Louis, qui ont une idée de ce que l'assemblage à venir peut donner, mais on peut penser sur ces fûts que ce sera un vin assez ouvert. Je comprends avec cette dégustation l'excellence de l'Hermitage Bessards-Méal 2017 de Bernard Faurie qui m'a vraiment plu sur les salons de cet hiver.

Merci Jean-Louis pour ces moments précieux.

David Chapot
#1162
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, PBAES, Super-Pingouin, Axone35, Jean-Loup Guerrin, Cédric42120, DUROCHER, tomy63, jclqu, Gerard58, Dag, SOK, Damien72, DaGau, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4144
  • Remerciements reçus 752

icna a répondu au sujet : CR: Hermitage Jean-Louis Chave « Cuvée Blanche » 2006

CR: Hermitage Jean-Louis Chave « Cuvée Blanche » 2006

Enzo daviolo

Nez beurré, sur l’amande, mielleux également, sans note d’oxydation. Sympa.
La bouche est riche et ample, sans lourdeur mais puissante, bien équilibrée avec pas mal de glycérine. Les amers sont présents en finale sans excès, l’élevage est insensible jusque dans la longue finale prégnante pour ce très beau vin qui a bien vieilli, même si ce n’est pas ce que je préfère. Très bien passé sur le cappuccino de potiron à la fleur de cazette. Très Bien (+).


Icna

A l'ouverture c'était l'amertume qui mavait frappé et un peu dérangé.
Le nez est assez élégant sur le beurre et les fruits blancs.
La bouche est assez grasse sur les fruits blancs, le beurre, tout en restant frais. Il y a toujours de l amertume mais de belle qualité qui passe beaucoup mieux en mangeant.
bien +


Quentin
#1163
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, coach, David Chapot

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 315
  • Remerciements reçus 102

patrice a répondu au sujet : Hermitage rouge Jean-Louis Chave 1983

CR: Hermitage Jean-Louis Chave 1983

12ème vin : nez évolué, viande et épices lourdes, un côté décadent. Bouche légère, un rien végétale. C’est au final délicat et plutôt agréable. Bon à très bon.
#1164

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1801
  • Remerciements reçus 883

dt a répondu au sujet : CR: Saint-Joseph "Offerus" 2005 - domaine Chave

CR: Saint-Joseph "Offerus" 2005 - domaine Chave

Une bouteille que je n'avais plus bue depuis longtemps et qui est toujours d'aussi bon niveau. Comme quoi, même les vins de négoce de Chave sont bons...
Couleur peu évoluée. Nez remarquable sur des notes de prune, de lard fumé et de jus de viande. Vraiment sympa ! Bouche tout aussi agréable avec un bel équilibre et une douceur tactile qui rend le vin glissant. Jolie finale avec de la fraicheur et une sensation mentholée du plus bel effet.
Je ne l'attendais pas à ce niveau (tu) .
Très bien.

Denis
#1165

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4241
  • Remerciements reçus 758

HERBEY 99 a répondu au sujet : Hermitage rouge 2002- domaine Chave

CR: Hermitage rouge 2002

Bonjour, dimanche midi sur une belle côte de bœuf et un gratin dauphinois cette bouteille d'Hermitage. Je voulais regoûter ce millésime jugé difficile pour ne pas dire médiocre. Je conservais un joli souvenir de la précédente bouteille. Joli mais pas bouleversant!!
Cette fois le vin sera débouché plus de 4 heures avant le repas et comme je le fais avec les vins de Emmanuel Reynaud, je soustrais un fond de verre et laisse la bouteille sans bouchon.
Au moment du repas le nez est enchanteur sur un mélange de divers poivres puis des notes florales apparaissent puis le lard délicatement fumé....
Dans le verre la robe est très belle et s'est assombrie par rapport au souvenir que j'en avait gardé.
La bouche est magnifique, le vin est frais, tonique sans être agressif . L'ampleur surprend car je m'attendais à un vin de demi-corps. Cette ampleur ne masque pas une délicatesse remarquable que je retrouve dans les très beaux Bourgognes.
Bravo, je suis sûr qu'à l'aveugle jamais je n'aurai avancé ce millésime. Grand vin qui évidemment appelle la table.
#1166
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, dt, Jonathan Sydney, Jean-Loup Guerrin, David Chapot, Gerard58

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 895
  • Remerciements reçus 794

david84 a répondu au sujet : JL Chave Selection Blanche 2008 - Hermitage

CR: JL Chave Selection Blanche 2008 - Hermitage
Robe jaune paille aux reflets translucides.
Nez classieux associant la poire, la mirabelle, les fleurs blanches, le menthol et des notes fumées.
Bouche à l'attaque franche et large qui déroule sur une matière riche bien équilibrée par un gras enrobant et des amers nobles. La perception gustative reste précise tout en étant dense.
La finale est longue avec le menthol qui revient, apportant ainsi une fraîcheur qui étire cette matière enrobée.

David
LPV Vaucluse
#1167
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82791
  • Remerciements reçus 8250

oliv a répondu au sujet : CR: Domaine Chave - Hermitage blanc 2004

Bu lors de l'AG d'LPV

CR: Domaine Chave - Hermitage blanc 2004

Claudius
Nez sur le coing et le pamplemousse, big fat en bouche, ici aussi zeste de pamplemousse,
termine sur une pointe de Cognac. Bof bof pour rester poli.

Oliv
Robe dorée.
Nez lourd, compromis de senteurs lactées, sur la crème, le caramel au lait, des perceptions oxydatives (fruits secs) et un fruit pourtant présent, sur la mandarine.
La bouche est mollassonne, sans perception d'acidité, d'une épaisseur visqueuse et empâtée qui tapisse le palais.
Me revient l'image mythique de notre Claudius et son gros sein flasque resté dans les mémoires.
La finale est redoutablement alcooleuse et met le pdf en surchauffe, laissant l'Oliv trempée dans son Martini blanc...
Dirty, l'affaire !

Jérôme
Gras, boisé, lourd. What else ?
#1168

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82791
  • Remerciements reçus 8250

oliv a répondu au sujet : CR: Domaine Jean-Louis Chave, Hermitage rouge, 2006

Bu à La Madeleine à Sens

CR: Domaine Jean-Louis Chave, Hermitage rouge, 2006



Robe plus sombre et concentrée, sur un violacé profond.
Superbe nez sexy et ample, sur la fumée, la cendre, les fruits noirs enroulés dans des senteurs de garrigue.
Bouche plus confortable que le Reynard, sur une texture suave et polie sans angles, d'un déroulé moelleux et juteux très agréable sur le palais porté par une acidité parfaitement intégrée et des tanins classieux.
Finale longue et délicieusement facile, sur de beaux goûts fruités fumés très agréables.
Très bien !
#1169

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 729
  • Remerciements reçus 497

David Chapot a répondu au sujet : CR: Saint-Joseph 2016 domaine Jean-Louis Chave

Hier et ce soir, pour fêter l'arrivée de numéro2 et améliorer les standards de la maternité pour ma chère et tendre, j'ai ouvert, entre autres, ce CR: Saint-Joseph 2016 du domaine Jean-Louis Chave :
Robe : grenat sombre, dense.
Nez : à l'ouverture, un poil de réduction puis des senteurs de cassis enrobés par un élevage un peu trop voyant; en le dégustant sur 1h, on voit que le nez se met en place avec de la violette et des arômes plus fumés. Le lendemain, c'est la crème de mure qui domine, avec des arômes d'encens, de terre, mais aussi de lard, profond, complexe.
Bouche : attaque sur le cassis, la mûre, une strucure pas voyante mais ferme grâce à des tannins poudreux denses/pointus, une fraîcheur maîtrisée; ce qui surprend, c'est si rien ne dépasse, le vin reste longtemps en bouche, avec de la chair et de la structure, sans faiblir.
Conclusion : Très bien++/Excellent. Vin magnifiquement construit qui nécessite de l'ouverture pour être apprécié. Je n'étais pas inquiet de l'avoir mal goûté à la propriété en février dernier car je me doutais que la réduction n'était qu'une phase de bouteille, mais ça fait du bien d'être rassuré. Il lui faut bien 12h d'ouverture pour se mettre en place et digérer ce que j'appèlerais ses humeurs et ses arômes d'élevage (alors qu'il n'y a pratiquement pas de bois neuf à ma connaissance). Il y a dans ce vin dont le prix de revient est celui de l'Hermitage tout le travail, la science de l'assemblage du domaine, en plus accessibles.
David Chapot.
#1170
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, dt, Jean-Loup Guerrin, GILT, Psylo, SOK, Damien72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck