Nous avons 760 invités et 14 inscrits en ligne

Château Rayas, Châteauneuf-du-Pape

  • Messages : 1396
  • Remerciements reçus 93

jlcc a répondu au sujet : Re: Rayas

rayas a écrit:
Est-ce la même chose pour les vins de Bonneau qui parait il sont élevés dans des conditions assez sinistres aussi... ?

Non, Rayas est le prototype de la winery moderne à côté... Jugez par vous même de ce qu'est une vraie cave :

www.coste-du-rhone.c...

Venant de vous ce commentaire m'a surpris! Autoflagellation ou dérision ?
#181

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5140
  • Remerciements reçus 1499

Olivier Mottard a répondu au sujet : CR:Château Rayas - Châteauneuf-du-Pape 2002 (blanc)

CR:Château Rayas - Châteauneuf-du-Pape 2002 (blanc)

Le vin est carafé 2h00 en cave.
La robe est or jaune ambré.
Le nez est très complexe sur des notes de musc, de miel, de fruits blancs, un côté floral, épicé avec un soupçon d'encaustique/cire.
Avec l'aération prolongée, émanent des arômes qui évoquent la vigne en fleurs, ce que je n'ai jamais perçu dans un vin.
La bouche est très suave dès son entame puis se construit sur un corps ample, au grand équilibre, structuré, que prolonge une finale très longue et marquée par une minéralité gourmande. La rétrolfaction est élégante sur des accents réglissé/anisé.
Un très beau vin associant corps, finesse et minéralité. Superbe !

Cordialement,

Olivier
#182

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8
  • Remerciements reçus 0

fred5 a répondu au sujet : Re: Rayas

Bonjour !

J'ai le souvenir de ces vins absolument magiques : rayas 90 et 78...
Des aromes indescriptibles dans le style chocolat praliné,enormement de gras mais sans lourdeur...ces vins on eté dégustés en 1996 si je me rapelle bien grace a notre ancien importateur Pierre ghysens des "vins du rhone".

Si des personnes ont des notes de dégustations de ces vins la, cela me ferait tres plaisir de partager ces impressions...

Frédéric

L'homme aimable est celui qui écoute en souriant les choses qu'il sait, dites par quelqu'un qui les ignore.
#183

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Rayas

Fonsalette syrah 1978 est un vin remarquable ...
#184

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1396
  • Remerciements reçus 93

jlcc a répondu au sujet : Re: Rayas

J'en ai un souvenir ému, un de mes premiers grands vins, velouté, parfumé, long, et tellement bon... Une syrah du sud, qui chante avec les accents provençaux, rien à voir avec celles du nord. Mais c'était en... 1987 au Gourmandin à Lyon !...(tu)

Impressionant qu'il ait aussi bien résisté aux outrages du temps, ça m'intéresserait de regoûter !
#185

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Rayas

Tu peux en boire à la Beaugravière ...
#186

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1396
  • Remerciements reçus 93

jlcc a répondu au sujet : Re: Rayas

Il est souvent douloureux de raviver de vieux souvenirs, qui paraissent alors un peu poussiéreux, mais pourquoi pas ? Te souviens-tu du tarif ou à peu près ?
#187

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Rayas

M. Jullien nous l'avait offerte ...

Note : Fonsalette 85 fut pas mal aussi (16/20), ainsi que Rayas rouge 1996 (17,5/20), Rayas rouge 1998 (18/20), Fonsalette blanc 1996 (15,5), CdP blanc Pierre André 1999 (15/20), Rayas blanc 1989 (17/20) ...
#188

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4347
  • Remerciements reçus 1

teddyteddy a répondu au sujet : Re: Rayas

Je trouve Fonsalette rouge 1996 très beau également.

Laurent
#189

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : CR: Fonsalette

• Côtes du Rhône Château de Fonsalette 1997 :
DS15 - LG15 - PP15 – PC15 Note moyenne : 15 - Prix : 20 Euros
- Rubis franc, bords grenat.
- Très fruité au nez (confiture de fraise), des épices, du marc, des notes florales.
- Fruit mûr exubérant en bouche, souple, velouté, gourmand, finale chaleureuse, beaucoup de plaisir.

• Côtes du Rhône Château de Fonsalette 1994 :
DS16 - LG15,5 - PP15,5 – PC15,5. Note moyenne : 15,5 - Prix : 22 Euros
- Robe dense et sombre.
- Très mûr au nez, confit, pain d’épices, fruit massif.
- Confirmation en bouche : vin dense, massif, avec une pointe de sucrosité, chaleureux, moyennement expressif aromatiquement, imposant mais tendu, sans relâchement.

• Côtes du Rhône – Château de Fonsalette 1995
DS : 13 - LG : 13 - PP : 13 - PC : 12. Note moyenne : 13. Prix : 50 Euros
Robe évoluée, bords fauves, le centre est encore noir. Nez dense et capiteux, sudiste : goudron, olive noire, gibier. Quoique sapide, la bouche paraît maigrelette, agressive, dissociée entre l’acidité et l’alcool – une déception.

• Côtes du Rhône – Château de Fonsalette “Syrah” 1995.
DS : 14,5 - LG : 15 - PP : 14,5-15 - PC : 14,5. Note moyenne : 14,5-15. Prix : 65 Euros
Robe très jeune, noire, bordure mince. Nez expressif mais dans des tonalités olfactives austères : goudron, encens, âtre froid, confiture de fraise. Sanguin, vif en bouche, forte acidité, structuré, long, mais serré et presque sévère.

• Côtes du Rhône – Château de Fonsalette “Syrah” 1998
DS : 14 - LG : 13,5 - PP : 14 - PC : 14. Note moyenne : 14. Prix : 42 Euros
Robe sombre et brillante, le centre est noir. Nez puissant, viril, solaire : goudron, cerise à l’eau de vie, résine, suie. Matière riche mais sans lourdeur, sapide, expression presque renfrognée d’une matière serrée, finale nette.

• Côtes du Rhône – Château de Fonsalette 1998
DS : 15,5-16 - LG : 15 - PP : 15,5 - PC : 15,5/16. Note moyenne : 15,5-16. Prix : 25 Euros
Rubis tendre et un peu trouble. Nez charmeur, fruité, fin, sans lourdeur : peau d’orange, fraise, poivre, tabac, avec une pointe minérale (graphite ?). Matière caressante, un beau toucher de grenache velouté et fluide ; saveur fruitée et minérale d’une réelle finesse ; la densité paraît moyenne mais la persistance est remarquable.

• Côtes du Rhône Château de Fonsalette blanc 1991. Notes entre 14 et 15
Robe vieil or, visqueuse. Nez évolué, senteurs oxydées de cire et de noix ; davantage de fraîcheur (notes citronnées) à l'aération. Bouche dense, grasse, vertébrée par une forte acidité. Flaveurs organiques, oxydées, épicées, austères (jaune d'oeuf, cire, meringue). Long, concentré, droit, mais pas charmeur.

CÔTES-DU-RHÔNE - Château Fonsalette “Cuvée Syrah” 1982. Notes : DS15 - LG15,5 - PP15 - PC15. Moyenne : 15,1.
• Robe évoluée mais dense, grenat avec des nuances brunes.
• Senteurs de feuilles mortes, d’épices et de cuir, intenses, tertiaires, sur un fond de fruit confituré.
• Plein et mûr en bouche, sapide et fondu, finale un peu abrupte.

CÔTES-DU-RHÔNE - Château Fonsalette “Cuvée Syrah” 1978. Notes : DS17,5 - LG18 - PP18 - PC17,5/18.
• Robe très intense, peu dépouillée par le temps, centre grenat-noir, bords tuilés minces, viscosité impressionnante.
• Bouquet puissant, vif, autoritaire : crème de mûre, lard fumé, encens ; cohérent, racé, et comme la robe, impressionnant.
• Texture énorme en bouche, pleine, très concentrée, veloutée sans aucune mollesse. Les tannins sont fermes en finale. Un vin admirable, qui semble avoir trouvé le secret de la jeunesse éternelle.
#190

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5140
  • Remerciements reçus 1499

Olivier Mottard a répondu au sujet : CR: Rayas 2003

CR:En guise de cadeau de fin de soirée ...

Château Rayas 2003

Le vin est carafé 3h00 et dégusté par Philippe Haid, Alain Hinant (AH), Olivier Mottard (OM).
C'était un cadeau à l'attention de Philippe qui ne connaissait pas le vin et qui a découvert l'appellation, le domaine et le millésime. Chapeau bas Monsieur !

AH.La robe est d'un grenat moyennement soutenu, légèrement voilée. Le nez est sur les fruits rouges (fraise), compotés, confiturés, les épices douces, une touche d'alcool, après aération la figue fraîche et le pruneau s'ajouteront à ce nez qui ne va cesser d'évoluer le temps de la dégustation. L'attaque est très minérale, fraîche (pas évident de reconnaître le millésime), ensuite une rondeur, une épaisseur vient emplir la bouche, avec une rétro olfaction sur le pruneau et la figue mûre comme au nez. C'est soyeux, on ne peut pas dire que c'est typique de l'appellation, ni du millésime, mais que ce que c'est bon.

OM. La robe est grenat.
Le nez est un éventail complexe d’arômes évoluant au gré de l’aération : pruneau, chocolat, épices, fruits rouges (cerises) …
En bouche, on perçoit dès l’entame une minéralité très élégante que prolonge un corps sphérique aux tanins très mûrs mais parfaitement enrobés.
L’ensemble est marqué par des arômes d’épices (réglisse) et de figue fraîche qui s’achève dans une très grande longueur en conservant, ce qui apparaît extraordinaire, une fraîcheur aussi élégante qu’inattendue dans ce millésime.

Un vin qui a capté toute la rondeur et la richesse du millésime tout en préservant une fraîcheur noble. Epoustouflant !

Cordialement,

Olivier
#191

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6719
  • Remerciements reçus 1034

Yves Zermatten a répondu au sujet : Re: Rayas 2003

je me retrouve bien dans vos CR, sauf que j'ai trouvé les tannins moins enrobés et soyeux que dans vos descriptions. Il n'en demeure pas moins que nous avons là un très grand vin, même s'il est moins Rayas qu'on pourrait le penser, comme le 95 d'ailleurs.

cordialement

Yves Zermatten

Yves Zermatten
#192

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 916

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Rayas 2003

Yves,

Pour ma part, je pense que le 2003 est bien plus classiquement Rayas que le 1995, tant dans la couleur que le soyeux de texture. Atypique pour l'appellation comme le rappelle Alain, mais le terroir de Rayas est particulier, et il effectivement difficile de retrouver le millésime à l'aveugle, ce qui n'est pas une tare dans un millésime comme 2003.

Luc
#193

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5140
  • Remerciements reçus 1499

Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Rayas 2003

Yves, Luc,

Qu'il soit typique du domaine ou non, de l'appellation ou non, du millésime ou non, ce 2003 nous a époustouflé ! :)
Mais nous n'avons (malheureusement) pas vos expériences sur un nombre suffisants de millésime pour nous faire une opinion plus argumentée. ;)
Nous n'avons dégusté que 2000, 2002 et 2003.

Mais quels vins !

Olivier
#194

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6719
  • Remerciements reçus 1034

Yves Zermatten a répondu au sujet : Re: Rayas 2003

Luc,

Tu connais bien mieux Rayas que moi et tu as sans doute raison. Peut-être que le superbe 2003 que nous avions dégusté à Albi était un peu trop chaud pour révéler toute sa délicatesse. Quoi qu'il en soit, j'ai été conquis par le 95 et le 03, mais je ne leur ai pas trouvé la finesse de toucher légendaire du cru.

amitiés

Yves

Yves Zermatten
#195

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 787
  • Remerciements reçus 116

Alain Hinant a répondu au sujet : Re: Rayas

Salut Yves,

C'est vrai que ce 2003 n'est certainement pas le plus fin des Chateau Rayas que nous avons eu la chance de déguster. Dans l'ordre de mes préférences en ce qui concerne la finesse de toucher, je dirai dans l'ordre 2000, 2002 et 2003; maintenant si je dois faire une jugement sur l'ensemble du vin en mettant en avant la complexité, le corps et le potentiel de garde, je dirai 2003, 2000 et 2002.

Amicalement,
Alain Hinant
#196

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4
  • Remerciements reçus 0

lapozze a répondu au sujet : CR: Rayas 2001

Rayas rouge 2001

Le Samedi soir
Belle robe claire typique du vin
Nez intensité moyenne mais très subtil - floral et reglisse
Belle longueur et beaucoup de charme en fin de bouche.

Une autre le Mardi midi

Différence sensible, surtout au final ou le vin s'exprime moins.

La différence ? Sans doute la durée de carafage sans doute, ou le contexte, ou les deux. Difficile expérience que la dégustation... Je ne pensais pas qu'un même vin puisse me procurer deux sensations somme toutes bien différentes, et ce à si peu de temps d'intervalle...
Dans un cas, j'avais un vin grandiose , trois jours plus tard une autre bouteille m'aurait presque fait regretté mon choix...

:S
#197

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21542
  • Remerciements reçus 49

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : CR: Rayas rouge 1997

CR: Un Rayas rouge 1997 hier soir.

A l'ouverture des notes de cerise, de terre chaude avec des touches de menthe.
La bouche est soyeuse et élégante, savoureuse, avec une belle amertume qui accompagne la longue finale.
Un vin séduisant, ample, équilibré où l'alcool se perçoit.
Il ne semble pas être un monstre de concentration.

Et pourtant, à table, où il pase après Léoville las Cases 1985 et Pichon Comtesse de Lalande 1986 et où il est bu face à un majestueux l'Eglise-Clinet 1986, il tient tête, s'impose et se montre exceptionnel....

La magie de Rayas, ça doit être ça.

Cordialement,
Thierry
#198

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21542
  • Remerciements reçus 49

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: une visite à Rayas

Une visite à Rayas

Jean-Louis Coste-Clément m'avait organisé, entre autres visites vendredi dernier, celle de Rayas...

Je remercie Emmanuel Raynaud qui nous a consacré bien du temps ;)

C'est le seul des domaines visités dans la journée où je n'ai pas pu prendre de notes:
la dégustation se fait dans le chais.

Nous avons pu goûter:

- les trois vins qui vont contituer Rayas 2005.
Chaque tonneau nous livre un vin différent, mais savoureux et séducteur.
Emmanuel Raynaud nous parle de la complémentarité de ceux-ci, l'un apportant la longévité, l'autre le charme plus immédiat...

- le vin qui va devenir Pignan 2005.
Un superbe grenache, savoureux et élégant... Mais sans la "densité" d'une cuvée, au moins, de Rayas.

- La cuvée Syrah, la cuvée Grenache et la cuvée Cinsault qui vont devenir Fonsalette 2005.
Trois vins séduisants et savoureux.

Il m'est difficile de parler du nez de ces vins: les odeurs du chais tombaient dans les verres...

Les blancs venaient d'être collés et ne pouvaient se goûter...

Avant le départ, le Rayas 2004 nous a été proposé dans le chais.
Je garde le souvenir d'un vin élégant, soyeux et savoureux et... Long.

Une particularité de la dégustation: vous devez verser, à chaque fois, le petit fond de votre verre dans le tonneau d'où il provient... ;)

Cette dégustation, comme celles réalisées dans les autres domaines ce jour-là, m'a montré la qualité remarquable du 2005 en Rhône Sud.

Cordialement,
Thierry
#199

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1396
  • Remerciements reçus 93

jlcc a répondu au sujet : Re: une visite à Rayas

Thierry,

Dans les dégustations de vins tirés du fût à la pipette, la plupart du temps il m'est demandé de remettre le fond du verre dans le tonneau, ce qui permet de sentir le vin avec un peu de volume dans le verre (c'est du moins mon expérience) et évite de gâcher !

Le nombre de dégustations et de dégustateurs influe t-il sur la complexité du vin ? Je l'ignore... :D

C'était une belle journée à Châteauneuf ! Amitiés

JLCC
#200

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4661
  • Remerciements reçus 168

dfried a répondu au sujet : CR: Rayas 2003

Extrait du compte-rendu poste dans la rubrique "Degustations Eclectique / Zürich Tating Club - Vintage Januar 2007"...

Bouteille bue sans decantage, etiquette decouverte entre 19h30 et 1h du matin, avant, pendant et apres un souper epice et en compagnie des Chateuaneuf du Pape du Domaine Charvin 2001 et 2003, d'un Palmer 1975 et de La Mission Haut-Brion 2003.
(Rassurez vous, verres tous termines, mais bouteilles pas entierement videes laissees pour le lendemain chez mes hotes de marque).

* RAYAS "CHATEAUNEUF DU PAPE 2003" :

Robe : Carmin relativement profond, mais pas tres dense. Legerement troublee avec des reflets rubis. Juvenile par rapport a la robe vieille rose translucide usuelle, mais semblant bien plus evoluee qu'a l'habitude pour un CDP meme pas pubere.

Nez : Si recent et deja la magie de Rayas. Bouquet de fleurs des champs, boite a tabac discrete, tres tres leger silex. Un appel a l'engloutissement sans autre proces tout en etant tiraille par l'impossibilite de continuer a s'ennivrer des effluves du bouquet en avalant.

Bouche : Soyeuse, une dentelle de legere groseille, de framboise, de petite rocaille chauffee et de lointaines epices douces orientales. Une trame si delicate et qui pourtant ne se dechire a aucun moment. Un vin qui s'etire en bouche dans toutes les dimensions et que l'on sent promis a encore plus de finesse tout en se demandant comment ce pourrait etre possible.
"Le charme discret de la bourgeoisie" comme le dit Claudius.
Rien de pompeux, mais rien de petit.
Pas de snobisme, de la veritable noblesse.

A l'instar de tous les vins de la soiree, il ne faiblira ni dans les verres, ni dans la bouteille, ni a jeun, pendant ou apres le souper genereux en epices et en desserts caloriques.

Une aristocratie discrete, sans effet de manche, jusqu'a la bouteille et son etiquette qui si elle ne portait pas le prestigieux nom "Rayas" pourrait etre le simple flacon de n'importe quel vin modeste.

Merci a Claudius pour ce moment qui semble briser les regles de la physique.

Cordialement,
dfried
#201

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1259
  • Remerciements reçus 226

tht a répondu au sujet : Re: Rayas

Thierry,

2005 de mémoire de mon passage l'année dernière car je ne prends pas de notes ...

Cuve de cinsault : couleur assez dense mais par très sombre, le nez est sur le poivre, les épices, l'olive noire, très sudiste. La bouche est fine, souple mais d'une jolie intensité. Très joli grain, qualité extraordinaire pour un cinsault.

Cuve de grenache Fonsalette : couleur dense cette année pour du grenache chez Reynaud. Fruits très mûrs, fraise, cerise noire, un peu de pruneau, notes d'orange sanguine, belle matière en bouche sur un joli grain très fin.

Cuve de syrah Fonsalette : couleur très foncée, presque noire, matière énorme. Emmanuel Raynaud ne l'aime pas trop, mais c'est quand même un beau jus, très puissant.

Deux cuves de grenache Rayas, toutes les deux encore plus dense que le grenache de Fonsalette, mais toujours en élégance. Le Levant plus en finesse, Le Couchant plus masculin. Devrait faire une très belle bouteille.

Grenache de Pignan : plus puissant mais moins de finesse et d'élégance que les grenaches de Rayas.

Ah oui, on avait goûté les blancs aussi. Fonsalette, floral, des notes de fruits blancs. Rayas peu expressif aujourd'hui, plus minéral, plus en retenue, mais une très belle présence en bouche avec beaucoup de gras.

Thien
#202

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21542
  • Remerciements reçus 49

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Rayas

Thien,

Merci pour ce complément d'information sur les cuves de 2005 à Rayas.

J'ai eu beaucoup de mal à goûter et à mémoriser les vins au milieu de ce chai "débordant d'odeurs"...
Il faut dire que l'étape précédente était... La Mordorée ;)

Bien cordialement,
Thierry
#203

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1396
  • Remerciements reçus 93

jlcc a répondu au sujet : Re: Rayas

Thierry,

Je trouve que Rayas jeune se goûte difficilement, alors en fûts c'est encore plus dur !... Il est vrai qu'on venait d'un "style" tout à fait différent.

Ta perplexité se sentirait à travers la photo, en plein travail sur place, tu ne trouves pas ? Assurément le contenu des fûts est bien du 2005 !

www.coste-du-rhone.c...

Je languis quand même de le goûter une fois élevé et assemblé, ce Rayas !

Bien amicalement

JLCC
#204

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21542
  • Remerciements reçus 49

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Rayas

Jean-Louis,

Merci pour ce souvenir imagé ;)

La photo me fait penser à un élément qui a dû rendre également la dégustation difficile: nous étions trempés en cette journée de déluge mémorable...

Amitiés,
Thierry
#205

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1365
  • Remerciements reçus 0

J Ph Durand a répondu au sujet : Re: Rayas

Où en est Rayas 1998 ? Merci pour vos derniers commentaires de dégustation.

Jean-Philippe Durand

"La cuisine n'est que passion et partage" - Marc Meneau
#206

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : CR: Rayas + Pignan 1998

Châteauneuf-du-pape Pignan 1998 : 17,5/18 - 15/7/06
Un vin magnifique, tout en finesse (floral, poivre, laurier), réjouissant !

Restaurant La Beaugravière - Nov 2001 ( cr par Pierre Citerne)
Châteauneuf-du-Pape Rayas rouge 1998. Notes : DS17,5-18 - PC18 – PP18 - LG18,5.

Robe rubis chatoyante mais peu intense en couleur, reflets grenadine. Nez débordant de séduction, on retrouve la fraise compotée du Grenache très mûr de Châteauneuf, mais s’exprimant avec un net surplus de fraîcheur, de complexité et de race, on perçoit de suaves notes exotiques et épicées imbriquées dans ce fruit enjôleur. Aussi séductrice que le nez, la bouche déploie son grand fruit velouté avec une irrépressible amplitude. En fin de bouche, là où les autres châteuneuf montrent un retour tannique souvent rustique, ce vin dépose un grain parfaitement enrobé, aussi fin que ferme. Grandeur et simplicité.

Pignan 98 était vraiment prêt l'été dernier (Laurent Gervat l'a beaucoup aimé, comme nous tous), pas sûr que Rayas 1998 le soit tout à fait (mais je le sacrifierais en priorité vs le 1995 met le blanc 98 bu en 2004 pour mes 44 piges fut majestueux - 18/20).
#207

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 916

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Rayas + Pignan 1998

Novembre 2001, voilà de l'info récente... ;)

Dégusté en fin d'année dernière, je ne lui aurais pas mis une note aussi élevée (je lui préfère toujours le 1999), même si c'est assurément un très beau vin, pas encore tout à fait prêt à mon avis.

Luc
#208

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Rayas + Pignan 1998

pas encore tout à fait prêt à mon avis.

C'est qu'est-ce que je dis, man ! (et il y a Pignan en repère, tout de même, avec de vrais morceaux de commentaires et de notes, qui plus est)

Beaucastel 98 à attendre aussi (cf la rubrique concernée).:)

Le genre de dégustation qui m'a rendu perplexe sur Rayas 1999 (en janvier 2004) :
Châteauneuf-du-Pape – Rayas rouge 1999 :
PP14 - DS14 – PC15,5 - LG14 - VM14.

Une expression sur le fruit (fraise), les épices (poivre, girofle), le laurier, mais somme toute simple, qui fait Côtes-du-Rhône. Elle ne semble pas au niveau de ce que l'on attend mais la bouteille, dans cette expression menue, minimale, sans grande consistance, ne nous joue-t-elle pas des tours ? (on a d'ailleurs pensé à ce domaine, ou à Pignan, du même "faiseur"). Les commentaires fusent sur l’état du vin, sur la pérennité du domaine. Un ange passe … et le verre vide évoque le vinaigre.
#209

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 731
  • Remerciements reçus 0

SOCRATO a répondu au sujet : Re: Rayas + Pignan 1998

LaurentG : "Châteauneuf-du-pape Pignan 1998 : 17,5/18 - 15/7/06
Un vin magnifique, tout en finesse (floral, poivre, laurier), réjouissant !

Châteauneuf-du-Pape Rayas rouge 1998. Notes : DS17,5-18 - PC18 – PP18 - LG18,5."
Robe rubis chatoyante mais peu intense en couleur, reflets grenadine. Nez débordant de séduction, on retrouve la fraise compotée du Grenache très mûr de Châteauneuf, mais s’exprimant avec un net surplus de fraîcheur, de complexité et de race, on perçoit de suaves notes exotiques et épicées imbriquées dans ce fruit enjôleur. Aussi séductrice que le nez, la bouche déploie son grand fruit velouté avec une irrépressible amplitude. En fin de bouche, là où les autres châteuneuf montrent un retour tannique souvent rustique, ce vin dépose un grain parfaitement enrobé, aussi fin que ferme. Grandeur et simplicité.
"

Laurent, ces notes m'interpellent (par contre, tu t'es montré beaucoup plus disert pour les commentaires du Rayas). Je n'ai jamais bu les vins du domaine Rayas, mais une rapide recherche sur le net me donne 260 CHF (160 €) pour le Château Rayas 1998 www.lemillesime.ch/p... , 199 € chez 1855 www.1855.com/rhone/?... et 186 CHF (114€) pour les 2001 et 2003 www.reichmuth.ch/Sho... , alors que le Pignan 2000 (comment se présente-t-il ?) est à 68 CHF (42€), chez 1855 respectivement 165 et 49 € pour les 2003, soit près de 3 fois moins cher!
En tant qu'ignare en Rayas et vu les notes très proches attribuées aux 2 vins, j'aurais tendance à penser que Château Rayas est surévalué.
Et à l'aveugle, ça donne quoi ? (ça serait marrant une fois de goûter du Rayas dans une bt de Pignan et vice versa! )

SOCRATO perplexe
#210

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck