Nous avons 3631 invités et 45 inscrits en ligne

Le club Amphores explore quelques Saint-Joseph 

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9412
  • Remerciements reçus 17626

Le club Amphores explore quelques Saint-Joseph  a été créé par Jean-Loup Guerrin

Avant d’attaquer le thème de la soirée nous avons droit à la traditionnelle bouteille mystère, à l’aveugle. 

Domaine Philippe et Sylvain Ravier – Chignin-Bergeron – Les Deux Tilleuls – 2019

   

La robe s’affiche sous un or clair.
Bien ouvert mais assez simple et monolithique, le nez est axé sur les fruits jaunes, avec de l’abricot notamment.
La bouche présente une certaine rondeur et se montre goûteuse mais elle manque nettement de peps. La finale est fuyante par son manque de saveurs, tenue par un peu d’amertume.
Assez Bien + 


Sont prévus au programme trois blancs, tous de 2019, et cinq rouges de millésimes variés, en majorité de 2021. 

Domaine Ferraton Père & Fils – Saint-Joseph blanc – La Source – 2019

 

Ce vin est un monocépage marsanne.

La robe est légèrement dorée.
Le nez intense propose des fruits blancs (pêche) et jaunes (abricot), agrémentés d’un côté floral et d’une touche vanillée.
La bouche est assez pleine, avec un boisé encore sensible mais pas trop, un léger gras enrobant, une matière correcte sur la finesse. L’acidité équilibrante ressort bien finale en lui procurant un peu d’allonge.
Bien ++ 


Domaine Yves Cuilleron – Saint-Joseph blanc – Lieu-Dit Digue – 2019

 

Cette cuvée est un monocépage roussanne.

La robe arbore un jaune citron presque fluo.
Le nez très intense est axé sur des fruits jaunes bien mûrs, alliés à des arômes vanillés et fumés.
Le nez donnait des indices sur l’élevage mais la bouche confirme, et même au-delà, un boisé prégnant et luxueux. Heureusement la matière est là et permettra de digérer ce qui est, pour moi et à ce stade, un excès. 
La bouche est donc confortable et dense, soutenue par une vivacité présente, avec une finale un peu plus épurée et moins caricaturale.
Bien + à l’instant pour moi. Beaucoup plus pour certains, et sans doute pour moi également dans cinq à dix ans. 


Domaine Romain Duvernay – Saint-Joseph blanc – Organza – 2019 

On termine les blancs avec cet assemblage à parité entre marsanne et roussanne.

L’or de la robe est dense et brillant.
D’une très belle intensité, le nez est toujours dominé par ces arômes de pêche (jaune cette fois-ci) et d’abricot bien mûrs, teintés d’une touche anisée.
La bouche est bien ronde, sur la même aromatique en rétro-olfaction qu’aucun boisé gênant ne vient perturber. Elle est dotée d’un toucher suave et le léger manque d’acidité est bien compensé par des amers élégants. Ceux-ci participent, en combinaison avec ses saveurs puissantes, à la grande persistance de la finale.
Très Bien (+) 


On passe aux rouges ! 

Domaine Laurent et Dominique Courbis – Saint-Joseph rouge – 2021

 

La robe est bien sombre et jeune.
Le nez très intense est d’un classicisme d’école : lardé, poivre, fumé, sur un fond de fruits noirs.
L’attaque présente un fruité franc et suave, l’ensemble de la bouche est traversé par une bonne vivacité, moins agressive qu’attendue. Des tanins discrets et fins sont présents et seul un petit déficit de matière et d’allonge trahit le millésime.
Bien ++


Domaine Louis Chèze – Saint-Joseph rouge – Ro-Rée – 2021

La robe est toujours bien sombre, un peu moins violacée que celle du vin précédent.
Le nez expressif offre un fruité dominant, assorti d’une touche fumée.
La bouche est bien charnue, avec même un grain assez serré, et l’acidité assez haut perchée mais pas trop. La structure est donc équilibrée d’autant que le boisé et les tanins sont intégrés, mais le fruit manque cruellement dans la finale, étant remplacé par du végétal amer. Et c’est malheureusement sur cette impression que l’on reste…
Bien (+) pour ce vin que l’on aurait sans doute eu des difficultés à reconnaitre à l’aveugle… 


Domaine Coursodon – Saint-Joseph rouge – Silice – 2021

 

La robe est très sombre (est-ce vraiment un 2021 ?) et bien jeune.
Ouvert, sans plus, mais tout en raffinement, le nez part plus sur la cerise noire que le cassis. Il s’agrémente avec bonheur d’une note lardée et d’une autre d’encre de seiche.
La bouche est superbe d’équilibre, bâtie sur une grande matière mûre, un toucher dense et voluptueux (est-ce vraiment un 2021 ?), et une très belle acidité (on est bien sur un 2021 !). La finale élancée reste savoureuse sur la réglisse mentholée.
Très Bien (+) déjà et un bel avenir devant lui. 


Domaine d’Emile – Saint-Joseph rouge – Les Essarts – 2018

 

La robe noire et encore bien teintée de reflets violine sur le bord du disque.
Très généreux et aux accents sudistes, le nez se compose de fruits noirs, de notes chocolatées, et de touches de cuir et d’épices.
La bouche est opulente, puissante et capiteuse (13,5 ° annoncés sur la contre-étiquette mais j’ai du mal à le croire), construite sur un fruité surmûri ; cela a au moins l’avantage que le boisé est digéré par cette matière imposante. L’acidité est minimaliste mais néanmoins suffisante pour éviter de rendre le vin mou.
Bien ++
S’agissant de la cuvée de garde du domaine, il est logique que 2018 soit un bébé bien joufflu. En théorie il faut attendre au moins dix ans pour l’approcher afin qu’elle s’apaise, mais sur ce millésime très chaleureux, l’acidité sera-t-elle suffisante pour le faire tenir ? 


Domaine Yves Cuilleron – Saint-Joseph rouge – Cavanos – 2019

 

La robe très sombre et bien jeune par sa frange tirant nettement sur le violet.
Le nez bien intense et complexe propose une palette très variée d’arômes : on y trouve tour à tour kirsch, casis, violette, cuir, épices… Et l’ensemble est très élégant.
La bouche adopte un profil rond, aussi large que long, et présente une chouette harmonie entre saveurs gourmandes, avec un boisé imperceptible, acidité et densité ; cette dernière est apportée par des tanins copieux mais lisses. La finale persistante est très élégante, bien relancée par le poivre.
Très Bien +
Autant j’ai été gêné par le bois sur le blanc autant je l’ai trouvé très intégré sur le rouge, les deux étant du millésime 2019. Soit le rouge a été élevé de façon moins luxueuse, soit je suis moins sensible au boisé sur les rouges (ce que j’ai déjà constaté), soit c’est les deux mon capitaine ! 


On termine donc en beauté cette dégustation plutôt hétérogène, avec des vins moyens et d’autres très bons même si bien jeunes.

Merci à l’ami Bernard pour l’organisation !

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Alain Hinant, Alex, rkrk, denaire, La Vie est une Fête, Vaudésir, Atmosphere, Papé, Frisette, GAET, leteckel, Gerard58, KosTa74, LEON213, Chaccz, Ilroulegalet, Manas
10 Mai 2023 23:16 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck