Nous avons 1254 invités et 13 inscrits en ligne

Recherche avancée

Résultats de recherche (Recherche de : Champagne Follet Ramillon)

  • Bug
  • Bug

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon, Harmonie 2006 Brut nature

Dégorgement 2020-12

Robe jaune dorée.

A l'ouverture, le nez est sur les fruits blancs, le grillé et un côté légèrement brioché. De discrètes notes de cidre évanescentes sont également présentes sur les premiers instants.
Après 1 heure, des notes épicées (badiane tout particulièrement) et légèrement oxydatives apparaissent.

Les bulles sont peu nombreuses, mais demeurent assez vives.

La bouche est fraîche avec une acidité légèrement plus élevée que sur le 2007, mais le point marquant reste la belle amertume sur l'écorce d'orange/citron vert qui porte le vin jusqu'à sa longue finale.
TB- (bien plus à mon goût que le 2007), B+ pour Madame (qui a préféré les 2007 dégustés à ce jour).

Nous n'étions que deux (la bouteille n'a néanmoins pas survécu au repas), mais je ne doute pas que ce vin puisse diviser une tablée, peut être plus encore que le harmonie 2007.
Le vin s'est plutôt bien marié avec un poulet rôti (l'amertume se mariant bien avec sa chair).
  • Papé
  • Papé

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Merci Jean loup.
Mon ressenti est en tout point conforme au tien.
Autant, comme je le notais, sur l’effervescence que sur les arômes et matière.

Pascal
  • Jean-Loup Guerrin
  • Jean-Loup Guerrin

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon - Blanc de noirs - Les Pinots - 2014



La robe arbore un or bien marqué, avec des reflets rosés - orangés. Elle est animée par un train de bulles abondant et très actif qui va un peu se calmer à l'aération.
Le nez est bien ouvert et évolutif : ce sont d'abord les fruits secs qui dominent, avec notamment de l'amande, mais il y a aussi du grillé, puis des notes finement briochées et une touche de citron apportent de la complexité.
L'attaque impacte le palais, la bouche est pleine et parfaitement sèche, ample, et dotée d'une bonne finesse, qualificatif qu'elle partage avec les bulles. Une très bonne acidité participe à la structure bien cadrée et la finale persistante se conclue sur de légers amers.
Je lui trouve un véritable air de famille avec le VP d'Egly Ouriet : excusez du peu !
Très Bien +(+) pour ce vin de caractère.

Comme ce Champagne a beaucoup été commenté ces derniers temps, avec des avis très contrastés, vous aurez compris que je me range du côté de Sylvain, Michel, Pascal, Philippe et Olivier, et même de celui d'Alex pour le style mais pas pour la conclusion.

Le mariage est fort réussi (4 / 5) avec un millefeuille de saumon fumé, le vin gagnant encore en ampleur et en profondeur, un peu moins (3 + / 5) avec des cailles farcies au foie gras : les aromatiques s'accordent bien mais le Champagne est un peu éteint par le plat. Mais c'est indéniablement un vin de gastronomie.
Ma deuxième va attendre trois ans car je suis d'accord avec vinozzy : il va encore gagner en complexité, surtout dans ce très beau millésime.

Jean-Loup
  • alex73
  • alex73

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

J'ai ouvert ce week end une bouteille de "Les Pinots" 2014, qui faisait partie d'un carton "découverte" de six dont 2 bouteilles "Terroirs" que j'avais trouvées bonnes, mais loin de mes goûts. Je préfère en effet les vins un peu plus vifs, aériens. Pour en revenir à cette bouteille "Les Pinots": robe assez foncée, tirant sur l'orange. Nez très puissant. En bouche c'est puissant, vineux, concentré. On est très loin des champagnes style blanc de blancs, aériens que j'aime. Bref, une déception, mais ce n'est que ma perception...
  • Brody
  • Brody

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

starbuck écrit: Incroyable comme nos avis diffèrent sur ces 2 cuvées :o
Cela étant, c'est une bonne nouvelle pour Harmonie 09 qui ne disposait jusqu'alors que de 2 CR mitigés


Je suis le premier surpris, d'autant plus que sur les Terroirs et le 2011 je me retrouvais bien dans les qualités précédemment décrites dans la plupart des CR. C'est pourquoi je me suis risqué à évoquer un défaut mineur sur ma bouteille (la variabilité a d'ailleurs été déjà évoquée sur ce fil, me semble-t-il, sur les pinots 14).
  • Krabb
  • Portrait de Krabb

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Je dois avouer que l'aromatique (concentré de tomates) m'a énormément surpris et je n'ai jamais pu me l'enlever du nez.
Concernant les cuvées prestigieuses, j'ai un souvenir exécrable d'un blanc des millénaires 2006. Je l'avais payée et cela ne m'a pas empêché de le dire ici, c'est d'ailleurs toute la beauté de Lpv, on peut dire ce qu'on a aimé et ce que l'on a pas aimé.
Même quand cela concerne des domaines avec une sensibilité particulière pour les Lpviens.
  • vinozzy
  • Portrait de vinozzy

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Oui Sylvain Starbuck, les avis divergent, et c'est énorme dirait Brigitte.

Notons que cette discussion m'en apprend plus que le vin et le Champagne que bien d'autres, car la modestie du domaine, son im-médiatisation, sa quasi in-trouvabilité en dehors des murs du domaine si je puis m'exprimer ainsi, nous pousse finalement à ne pas être prisonnier d'une image.
N'en déplaise donc à Patrick McGoohan et avec tout le respect que l'on doit au travail de ces passionnés de vins d'auteur, faut continuer à diverger, hein, surtout pas stationner dans la bienséance.

Tiens, si on parlait de Dom Pérignon, on aurait peut être plus de mal à trouver en pourcentage des gens qui ayant dépensé 6 fois le prix d'une Harmonie, en dirait ne serait-ce qu'un mal relatif au RQP. Et pourtant, hein :whistle:
  • starbuck
  • Portrait de starbuck

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Incroyable comme nos avis diffèrent sur ces 2 cuvées :o
Cela étant, c'est une bonne nouvelle pour Harmonie 09 qui ne disposait jusqu'alors que de 2 CR mitigés
  • Brody
  • Brody

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon les Pinots 2014 et Harmonie 2009

Poursuite de la découverte de ce domaine avec deux nouvelles cuvées dégustées :

Les Pinots 2014 : Autant le dire de suite, des 4 de la gamme dans mon carton découverte, c'est assez nettement celui qui m'aura le moins plu. ça reste un champagne agréable, consensuel, mais je n'y ai trouvé aucune typicité, aucun caractère représentatif des cépages noirs : c'est simple, dégusté juste après un (excellent) blanc de blancs tradition de Dominique Jarry ( faudra que je vous en parle, de celui-là...), personne autour de la seconde bouteille n'a trouvé de différence marquante avec le premier : un comble quand on passe d'un BdB peu dosé, très vif (d'ailleurs lui aussi d'une seule année de récolte, en l'occurence 2013), à un blanc de noirs où la rondeur devrait prévaloir... Je pense à un petit défaut de bouteille, qui l'aurait rendue bien timide. c'est resté agréable, mais très anonyme. On lui donnera une seconde chance avec le 2015 qui constitue la suite de mon carton d'assortiment.
Bien - .

Harmonie 2009 :
La robe se pare d'un or soutenu, la bulle est quasi absente dans le grand verre (le maintenant célèbre ici Italesse Etoilé). Le nez est brioché, levuré, avec de beaux arômes d'évolution. En bouche une belle attaque ample, de la générosité sur les notes secondaires, la patine des années en cave donne une belle élégance. Par rapport au millésimé 2011, on a un peu moins de puissance et un peu plus d'élégance.
La bouteille entamée avant le déjeuner se goûtait très bien, nous l'avons finie le soir et soit nos palais soit elle-même étaient un peu plus fatigués, toujours est-il que nous lui avions trouvé plus de caractère à l'ouverture : peut-être la conséquence d'une effervescence très timide (quel contraste avec les Terroirs et millésimes qui débordaient à l'effervescence débordante !).
En l'état madame et moi l'avons tous deux beaucoup appréciée. En l'état elle me semble commercialisée par le domaine à pleine maturité, je ne suis pas certain qu'elle vieillisse longtemps (tiens, je me suis déjà dit cela sur un autre 2009...).
Très bien
  • Garfield
  • Garfield

Champagne André Robert - Le Mesnil Sur Oger

Catégorie : Champagne

Vesale écrit: CR: Champagne André Robert - Jardins du Mesnil Grand Cru Blanc de Blanc Brut

Dégorgement 03/2020
Dosage 5g/L
Base 2013/2012

Nez sur les agrumes confites, la brioche, la craie,

La bouche est large et longue, avec la sensation que le vin s’étend progressivement sur le palais,
La finale est longue sur la craie et les agrumes avec de fins amers qui laissent une sensation fraiche et nette en bouche, le vin parait encore jeune,

Très bien


CR: Champagne André Robert - Jardins du Mesnil Grand Cru Blanc de Blanc Brut

Comparaison avec un Follet Ramillon Terroirs, issu du même millésime comme base, deux profils différents mais agréables. Le Robert a un nez sur la pomme au four et la craie, une belle tension en bouche, acidité limite haute en apéritif seul. Le Terroirs de Follet-Ramillon a un nez plus vineux, mais aussi plus fruité (on sent le meunier je pense, ce côté fruits mûrs, céréales), la bouche est plus large et moins tendue, c'est très gourmand, restent quelques amers pas forcément nécessaires mais globalement c'est très bien fait pour ce niveau de prix. Bien + pour les deux, pas de jaloux
  • Garfield
  • Garfield

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon Terroirs 2013

Comparaison avec un André Robert Jardin du Mesnil GC, issu du même millésime comme base, deux profils différents mais agréables. Le Robert a un nez sur la pomme au four et la craie, une belle tension en bouche, acidité limite haute en apéritif seul. Le Terroirs de Follet-Ramillon a un nez plus vineux, mais aussi plus fruité (on sent le meunier je pense, ce côté fruits mûrs, céréales), la bouche est plus large et moins tendue, c'est très gourmand, restent quelques amers pas forcément nécessaires mais globalement c'est très bien fait pour ce niveau de prix. Bien + pour les deux, pas de jaloux
  • vinozzy
  • Portrait de vinozzy

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Bonjour, le côté "tomate" décrit par notre Krabb aux pinces rouges (tomate?) est en effet surprenant. Cette bouteille étant un de mes vins favoris depuis 18 mois, j'en fus presque interloqué (adjectif pas si facile à caser, donc merci).

Le CR de Papé qui suivit annonça :
"Belle bouteille pour ma part. La meilleure des 3 bues ce week-end (Taittinger Réserve et Hugues Godmé Réserve).
Le Godmé Réserve est également un très bon vin, plus en finesse que ce 2014 qui doit vieillir encore un peu. Ha, qu'ils sont impatients ces amateurs B)
  • Papé
  • Papé

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Dégorgement janvier 2020
1/3 chardonnay
1/3 pinot meunier
1/3 pinot noir
50% vin de réserve
30% fût de chêne
Extra brut
30 mois de cave

Il est passé après le Follet Ramillon et en a sûrement pâti. Pour l’avoir bu seul il y a quelques semaines, il m’avait laissé un bon souvenir.
Mais Pinots 2014 de Follet est assez puissant, vineux. J’ai beaucoup aimé.

Pascal
  • FloLevBen
  • Portrait de FloLevBen

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Pascal,

Le Réserve de Godmé était sur quelle base et quel dégorgement ?
  • Papé
  • Papé

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

J’ai également bu ce week-end cette cuvée Pinot 2014. Je suis en phase avec Vvigne.
J’ai juste trouvé l’effervescence un peu trop présente, mais quelques instants dans le verre a suffit à la dompter.
Belle bouteille pour ma part. La meilleure des 3 bues ce week-end (Taittinger Réserve et Hugues Godmé Réserve).

Pascal
  • Krabb
  • Portrait de Krabb

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Découverte à l'aveugle de la nouvelle coqueluche Champagne de LPV, même bouteille que Vvigne

CR: Champagne Follet-Ramillon - Les Pinots 2014

Robe or, avec des reflets cuivre.

Nez très étrange sur le concentré de tomates. C'est la première fois que je retrouvais cette note dans un nez de vin, et je dois dire que ce n'était pas emballant...

Matière moyenne avec une acidité marquée.
Effervescence légère, mais surtout une effervescence qui disparait rapidement et qui, au long de la dégustation, ne rallume pas la flamme dans le verre.
Finale sur des amers secs.
Moyennement convaincu, un vin qui ne laissera pas de souvenirs, à part le nez étrange.
Très moyen.
  • dfried
  • dfried

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Bonjour Math38,

Merci pour les derniers comptes-rendus.
Merci également de prendre le soin de ne pas se contenter du titre automatiquement généré et d'y copier comme au sein du message, le nom complet du vin commenté (Domaine / Cuvée / Millésime).

De même, attention de penser à faire précéder le nom du vin commenté par les 2 lettres majuscules " CR " immédiatement suivies de " : " accolés. Cela taguera le CR au moment de sa publication.

Ainsi les amateurs de tous horizons pourront le retrouver aisément via leur moteur de recherches favori.

Cordialement.

NB : La modération a effectué les corrections.
  • vvigne
  • vvigne

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon - Premier Cru Les Pinots 2014

Robe jaune citron montrant une évolution légère.
Expression aromatique de bonne intensité et agréable. Notes fermentaires légères, fruits rouges, oxydations mesurées.
Matière en 1/2 corps, assez vineuse.
Effervescence fine et agréable.
Structure légère, fine acidité.
Finale raccourcie par une légère astringence.
Faible tenue à l'air.
A boire / À garder.

Au final champagne agréable, mais sans vibration particulière.
Plutôt Bien.
  • Math38
  • Portrait de Math38

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon - Le Chardonnay 2014
Dégorgement 07/20

A l'œil, robe jaune citron.
Au nez, c'est moyennement expressif sur des notes citronnées, de fins agrumes (citron/pamplemousse?).
En bouche, la bulle est fine et légère, sur de légers amères, notes de réglisse et minérales.
Plutôt agréable au final.
  • leteckel
  • Portrait de leteckel

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon - Harmonie 2007

Nez très brioché, légèrement oxydatif qui le deviendra de plus en plus à l'aération. C'est vraiment très agréable.
Bouche vive, avec une bulle qui a quasiment disparue avoir été très (trop ?) abondante à l'ouverture, et c'est bien meilleur ainsi. C'est vineux, très joliment expressif, pêchu...bref, j'ai beaucoup aimé et le rapport Q/P est effectivement indiscutable !

Merci à celui qui me l'a gentiment rétrocédé pour me permettre de goûter ce millésime visiblement épuisé au domaine :kiss:


  • Brody
  • Brody

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Papilles émoustillées par les commentaires élogieux lus sur ces pages, j'ai passé aussi une petite commande au domaine, leur demandant d'assortir les récoltes car pour certaines on arrive au bout des stocks des cuvées dégustées précédemment (Terroirs va passer en base 2014, le millésime 2011 est quasi épuisé, les pinots 14 et Harmonie 07 également ; sans doute même complètement le temps qu'il m'a fallu entre ma commande et ce petit CR).

CR: Terroirs - base 2013 : le premier nez fait montre d'une effervescence énorme, bulles très vives, trop même à l'ouverture : en bouche les premières minutes ; cela ne me gêne pas car cela va lui laisser le temps de s'aérer dans le verre, aération qui lui sera très profitable ; mais à noter quand même que pour un apéritif classiquement servi (dont où les convives se jettent souvent sur leur verre sans laisser le temps...), cela sera à prendre en compte et une ouverture préalable et/ou un service dans le verre quelques minutes avant seront préférables.
Mais ensuite le champagne est fruité, équilibré sur un fruit gourmand, et présente déjà une belle longueur. Pas mal du tout, c'est un très joli champagne d'apéritif.

CR: millésime 2011 : on monte d'un gros cran en vinosité, en complexité et en structure ; je retrouve l'oxydation ménagée déjà citée, les notes de fruits secs et même de sous-bois ; et un bel équilibre gràae à une acidité et une certaine tension qui m'ont agréablement surpris, empêchant le vin de devenir lourd. Il a fait merveille à table sur un chapon farci.

Merci pour la bonne adresse, un vigneron sympathique au téléphone, des cuvées très réussies dans un style plutôt puissant pour la région (on se rapproche de la Montagne de Reims et ça se sent, dans un registre plus austère, plus "serré" que la Vallée de la Marne). J'ai hête de déguster la suite (Pinots 14 et Harmonie 09 sont au programme de semaine prochaine).
  • Bug
  • Bug

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon - Harmonie 2007

Robe dorée
Nez légèrement grillé, sur les fruits blancs et notes florales.
Bulles douces, belle acidité et légère amertume, encore pas mal fruit et floral.
Assez longue finale.
La bouteille a pas mal divisé cette fois autour de la table.
B, je garde une préférence pour les pinots.
Pour le reste de la table entre AB et TB- (un couple a décidé de passer au domaine aux beaux jours)
  • PtitPhilou
  • Portrait de PtitPhilou

Champagne André Robert - Le Mesnil Sur Oger

Catégorie : Champagne

CR: Champagne André Robert - Jardins du Mesnil Grand Cru Blanc de Blanc Brut

Bouteilles reçues hier, grâce au bon plan de fcook41, merci. Pas eu la patience d'attendre plus longtemps pour découvrir cette cuvée et ce domaine.
Base 2015, 50% sélection de parcelles vinifiées et élevées en petites barriques sur lies pendant 10 mois. Pas de FML. 4 ans de maturation. Dosage à 5 g.L-1. Dégorgement en septembre 2020.


Bulles vives, taille moyenne. Dégustation dans un verre Jamesse Prestige.
Robe jaune vif, brillante.
Nez sur les agrumes, citron, bergamote. Pas de note briochée, pas d'autolyse prononcée. Plutôt réservé, semble très jeune.
Bouche à l'unisson, joli volume, frais, finale sur les agrumes, citron, craie, sensation minérale. Petite amertume salivante, équilibrée par un joli volume, avec une rondeur plutôt charmeuse.
Encore très jeune.
Très bon en apéritif, même si en l'état le Terroirs 2013 de Follet-Ramillon m'a fait plus forte impression hier midi.
A voir dans les mois voire années à venir.
  • vvigne
  • vvigne

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Follet-Ramillon Champagne Le Chardonnay 2014
Dgt 07/20
Robe jaune citron montrant une légère evolution
Aromatiques d'intensité modérée, notes de pomme verte, d'oxydations légères.
Matière au volume modéré, effervescence légère et agréable.
Structure à l'acidité marquée.
Finale minérale plut confortable.
Plutôt à attendre.
Au final un champagne d'apéritif agréable.
Plutôt Bien
  • vinozzy
  • Portrait de vinozzy

Champagne Jacquesson

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Jacquesson cuvées 735 et DT 735

Il s'agit ici de la Cuvée 735, base récolte 2007, dégorgée en 2011 avec 3.5 gr.

J'ai voulu faire le parallèle avec la cuvée D.T. (dégorgement tardif) désormais commercialisée par les frères Chiquet, que j'ai eu l'occasion de déguster la semaine dernière : dosage 2.5 gr, dégorgement 2016 de mémoire. Voici un imaginaire dialogue entre moi et oim.

735 : Presque 10 ans après son dégorgement, l'évolution n'est pas phénoménale. Réelle mais douce, aimable. On pourrait partir sur un blanc de noirs de 5/7 ans alors qu'on est ici à 50% chardonnay et 50% pinots noirs/meuniers.

DT 735 : L'évolution est différente, quelques notes de champignons, un boisé discret (disons un léger vanillé).

735 : nez vineux, la figue s'exprime et de douces épices.

DT 735 : c'est plus patissier mais le registre est identique, avec une pointe d'agrume bien agréable.

735 : é-qui-li-bré ce vin est. Le dosage léger, complètement intégré, rapproche la perception en bouche de celle d'un vin de Benoit Marguet à Ambonnay (une fois encore analogie avec champagne à majorité pinots). Vinosité et densité moyenne, il ne s'agit là que de "l'entrée de gamme" de cette maison, mais belle longueur et buvabilité importante, un vin qui donne faim. Le côté incisif parfois reproché à cette cuvée est totalement absent. Si la finale est nette est fraiche, ce n'est que compliments.

DT 735
: semble plus puissante mais quasi plus fine (?) et précise. Supérieur en plaisir par son équilibre souverain et une qualité de vinification qui transparait plus que sur le 735 vieillit en cave. Tout y semble réfléchi, posé.

Conclusion
: très proches, mais avec un supplément de tout dans la version DT. Le 735 de 10 ans d'âge est à mon sens l'équivalent de la cuvée Vintage de Follet Ramillon dans son approche franche, artisane et un poil brute. Le DT 735 reste souverain, sans aucunement justifier un différentiel de tarif important.

Ces 2 cuvées ont été achetée au domaine à leur sortie et conservée dans la même cave : 10 ans pour l'une, 4 ans pour l'autre.
  • vinozzy
  • Portrait de vinozzy

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Harmonie 2009 très effervescente...mince alors, j'ai rien remarqué... Un compte rendu de la gamme complète disponible en 2021 étant à venir, je ne peux ici que vous narrer une remarque de l'inénarrable Francis Boulard, mot dont au sujet duquel je pense à CHAQUE fois que je verse du champagne dans un verre (si je le verse ailleurs, ce n'est plus du jeu).

"Non !! ne mets pas ton nez dans le verre tant qu'il y a de la mousse au dessus du vin, attends un peu !! "
Il est difficile de mimer un ton avec un clavier. Ce jour là, l'imposant personnage (du moins son tour de taille proche d'un Zeppelin, mais moins long) était catégorique : il fallait laisser à son Champagne le temps de l'aération avant de le humer, bref lui laisser du temps avant de commencer la dégustation.

Je sais, peu de rapport avec la remarque sur le 2009, mais que serait ces forums sans un peu de distraction ?

Revenons à vos remarques toujours sans évoquer le vin (voilà qui permet de sauter quelques lignes pour les puristes du juste-a-propos) : moi aussi le 2008 m’aurait bien plu. Mais y'en a pas eu de fait dans cette cuvée et même quasi aucuns au domaine.
2009 en général ? vous avez un doute sur l'année ? Oui, c'est légitime, très belle année solaire, qui a donné beaucoup de vins.... à la durée de vie assez courte.
Pour tout dire, à part chez Follet-Ramillon, Pol Roger (proverbiale garde des vins du négoce) et Damien Hugot en "Vielles Vignes", je n'en ai plus en cave. Dans ces 3 cas, je réponds comme de moi même de leur capacité à vieillir encore en cave (tu).
  • Olivier_26
  • Olivier_26

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Florilège de mes dégustations Follet-Ramiilon de ces derniers mois :

Terroirs 13 nous a bien plu, la 1ère bue un peu chaude (la faute à un frigo récalcitrant), ça lui enlevait la finesse que j'ai bien aimée dans la seconde bouteille bue à la T° qui va bien : un beau rapport qualité/prix.

Vintage 2011 : une bouteille magnifique, avec tout ce que j'aime dans un champagne avec un style oxydatif ménagé. La seconde, bue en décembre, se présentait moins bien, renfrognée, dans un jour où les autres vins ne se sont pas présentés sous leur meilleur jour non plus.

Harmonie 2007 : 1 seul essai, j'ai un peu moins aimé que Vintage, il me semble que l'élevage est plus notable ici (impression personnelle peut-être erronée) et le vin un peu moins pêchu

Pinots 2014 : une bouteille de très haut niveau, à la fois large et longue, un régal, du même niveau de ma référence précédente en BdN (Philipponnat 2008), avec peut-être un élevage plus discret ici. L'autre bouteille, pourtant bue plus tard, était nettement plus timide (ce jour-là, les autres vins se sont encore plus mal goûtés).

Chardonnay 2014 : bon ben là, c'est de ma faute, c'est trop jeune pour être ouvert, la trame acide confine presque à la dureté à ce stade, donnant peu de plaisir (on avait soif, on ne lui a pas laissé le temps de se s'ouvrir vraiment ). A attendre... longtemps ! (je sais, j'aurais dû écouter son géniteur, mais bon, la curiosité...)
  • starbuck
  • Portrait de starbuck

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Follet-Ramillon Champagne Harmonie 2009

Une récente réappro en blanc de noirs fut l'occasion de prendre le nouveau millésime de la cuvée Harmonie.
Une bouteille dégorgée en juillet 2020
J'avoue avoir un petit préjugé sur ce millésime en Champagne et à choisir j'aurais préféré que ce soit une 2008 mais comme nous l'avons déjà écrit à plusieurs reprises, le prix unitaire n'est pas très élevé et les frais de port sont encore offerts.
Dans ces conditions, on ne court pas un grand risque à essayer.

J'ai ouvert la bouteille hier soir.
Le nez fais assez jeune, je ne trouve pas de notes oxydatives.
L'élevage est discret mais décelable sans qu'il soit gênant.
Personnellement je préfère d'ailleurs de plus en plus les champagnes qui ont vu le fût lorsque cela contribue à donner plus de complexité.
Disons que sachant que c'est un 2009 élevé en fût, je trouve des caractéristiques d'un 2009 élevé en fût ::oups::

Par contre il y a un élément qui change la perception que l'on peut avoir de ce vin, c'est son effervescence comme vient de le souligner VVigne dans le CR juste au dessus.
Les bulles sont presque envahissantes.
Sans que je ne dise rien à ma femme pour avoir son avis, elle me dit que ça lui fait penser à de l'eau pétillante.
J'ai rebouché la bouteille en me disant que nous verrions bien au bout de 48 ou 72h comment ça évolue.
La lecture du premier CR à la fin de mon repas de ce soir m'a donné envie de voir comment avait-il évolué au bout de 24h.

Je me lève et je la bouscule, elle se réveille bien et y'en a plein la cuisine :oops:
Comme a dit ma fille pour détendre l'atmosphère: " C'est comme dans la 7ème compagnie quand ils ouvrent une bouteille de champagne chez le chef" :D
Je n'aurais pas dû enlever le bouchon de rebouchage en marchant vers la table.
Heureusement il en restait encore assez dans la bouteille pour goûter et je dois dire à mon grand regret que le vin ne s'est pas amélioré par rapport à hier.
Un sentiment qui est donc mitigé par rapport à cette cuvée.
A ce stade je préfère largement la 2007
Peut-être faut-il lui laisser du temps en cave pour dompter cette effervescence qui écrase un peu le vin en ce moment ?
  • didierv
  • didierv

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Quelle date de dégorgement ?
  • vvigne
  • vvigne

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Follet-Ramillon Champagne Harmonie 2009

Robe à l'évolution modérée.
Aromatiques de bonne intensité mais un peu confuse. Notes lactées, végétales, oxydation légère.
Matière au volume modérée, légèrement déséquilibrée vers l'acidité.
Effervescence marquée manquant d'un peu de finesse.
La bouche manque donc de confort à mon palais.
Finale raccourcie par une légère astringence.
A j+1, le vin présente le même profil.
A garder
Au final, peu de plaisir autour de la tablée, et donc malheureusement plutôt une déception.
Moyen en l'état
  • Nilgiri
  • Portrait de Nilgiri

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

bonjour,

CR: Champagne Follet-Ramillon - Extra Brut Harmonie 2007



un CR de plus qui va juste confirmer la haute qualité des vins du producteur et de cette cuvée en particulier...
Belle robe or brillante. Un nez est envoutant sur la noisette, les fruits secs, le beurre, la brioche et une pointe oxydative qui participe à la la complexité. Le toucher de bouche est magnifique, caressant, d'un équilibre rassurant entre tension et souplesse. La finale est longue et fraiche en laissant un gout délicieux dans la bouche qui rappelle les arômes du nez.

A 25€, j'ai rarement bu un vin de Champagne de ce niveau...
  • Eric B
  • Portrait de Eric B

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Bu ICI

CR: Champagne Follet-Ramillon - Brut Terroirs
(récolte 2013, dégorgé le 25/03/2019).

La robe est dorée, avec de très fines bulles pas envahissantes.

Le nez est fin et complexe, sur les fruits blancs rôtis au beurre, la bergamote, les fruits secs grillées et la viennoiserie qui sort du four. La bouche est ample, aérienne, très fraîche, avec une belle tension qui ne vous lâche plus, et une matière fine, élégante, aux bulles délicates. Si le nom n'avait pas été déjà pris, cette cuvée aurait pu s'appeler Harmonie.

La finale fraîche tonique, mêlant harmonieusement acidité, amertume et astringence, sur le citron confit, la craie humide et le pomelo, confirme mes bonnes impressions.

C'est pour moi la meilleure des trois cuvées que j'ai pu boire. Elle a vraiment tout ce que j'aime dans un champagne. Je fais un tour rapide sur le site du producteur pour voir le prix de celle-ci : 18.50 €. Simplement hallucinant...

Très bien ++
  • Eric B
  • Portrait de Eric B

L'Homme, cet animal social (version 2021)

Catégorie : Dégustations éclectiques



Notre bande d'amoureux du vin et de la gastronomie s'est réunie pour la première fois depuis fin octobre : quelques heures avant le début du confinement, nous avions fait alors un superbe repas chez Philippe Redon . Cette fois, nous avons repris nos habitudes : chacun contribue en apportant un vin et un plat (en se mettant d'accord au préalable sur qui fait quoi – c'est pas l'anarchie). Et nous avions un invité qui a eu le droit d'arriver les mains vides : Philippe Redon, qui nous a maintes fois régalés.

Les fois précédentes, je m'étais chargé des desserts. Cette fois-ci, j'ai voulu changer en m'occupant de l'apéro. C'est une sorte d'hommage à la coupelle de fruits secs grillés/salés. Mais aussi une occasion d'utiliser un moule en silicone que j'ai acheté il y a deux mois, permettant de faire des trompe l'oeil. Il y a donc des amandes non émondées et grillées/fumées. Des amandes émondées et grillées puis recouvertes d'une fine chapelure croustillante et aromatisée (qui tient grâce à du blanc d'oeuf). Et deux fausses amandes : du foie gras fumé au bois de cerisier et aromatisé avec du gras de poitrine fumée (et recouvert d'une fine poudre de noisette et de jambon cru déshydraté/grillé) ; et un "biscuit moelleux" à base de brioche toastée, de crème fraîche, d'oeuf, de noisettes grillée et de jambon cru déshydraté/grillé. L"idée est de surprendre le dégustateur à chaque bouchée. Il ne sait pas à l'avance le goût et le texture qu'aura cette amande, qu'elle soit vraie ou fausse.

C'était l'occasion de goûter la troisième cuvée de Follet-Ramillon que j'avais achetée. Après Les Pinots et Harmonie, voici Terroirs. C'est un assemblage des trois cépages classiques de Champagne, provenant de différents secteurs du domaine. C'est une base 2013 avec des vins de réserve de 2011 et 2012. Il est élevé près de six ans sur lattes.

La robe est dorée, avec de très fines bulles pas envahissantes. Le nez est fin et complexe, sur les fruits blancs rôtis au beurre, la bergamote, les fruits secs grillées et la viennoiserie qui sort du four. La bouche est ample, aérienne, très fraîche, avec une belle tension qui ne vous lâche plus, et une matière fine, élégante, aux bulles délicates. Si le nom n'avait pas été déjà pris, cette cuvée aurait pu s'appeler Harmonie. La finale fraîche tonique, mêlant harmonieusement acidité, amertume et astringence, sur le citron confit, la craie humide et le pomelo, confirme mes bonnes impressions. C'est pour moi la meilleure des trois cuvées que j'ai pu boire. Elle a vraiment tout ce que j'aime dans un champagne. Je fais un tour rapide sur le site du producteur pour voir le prix de celle-ci : 18.50 €. Simplement hallucinant...



Nous poursuivons avec un double carpaccio de Saint-Jacques préparé par Patrick : à gauche, à la truffe râpée à la dernière minute ; à droite, agrémenté d'une "vinaigrette" aux fruits de la passion et à l'huile d'olive, et de fruits secs grillés. Une petite pincée de piment d'Espelette, également, qui reste (heureusement) d'une grande discrétion. La truffe, délicate, respecte plus le goût intrinsèque de la noix, sa sucrosité. Avec le fruit de la passion et les fruits secs, la Saint-Jacques est plus limitée à sa texture sensuelle, ce qui est déjà très bien. Je dirais même qu'au final, mon coeur penche plus sur la version de droite.



Le vin servi a une robe jaune paille. Le nez est subtil et profond, sur la pomme tapée, le coing, la frangipane, mais aussi la truffe, la craie humide, les épices. La bouche est à la fois ample et élancée, déployant une matière mûre au toucher moelleux, et possédant une fraîcheur, évitant de recourir à une acidité saillante.La finale possède une fine mâche crayeuse, gourmande, dominée par le coing confit – et une touche de pomme chaude. Mais le plus impressionnant, c'est qu'une fois le vin avalé – ou recraché – arrive un citron crépitant sur toute la langue, rappelant la poudre magique de votre enfance (en tout cas la mienne). J'ai rarement ressenti cela aussi intensément sur un vin. Tout le monde part sur un chenin de Loire. Je propose Huet. D'autres un Anjou, comme un Savennières. C'est bien un Vouvray sec de Huet : Clos du Bourg 2010.



Puis Olivier C, notre hôte, sort du four une épaule d'agneau de 14 h (7 h à 80 °C, 7 h à 120 °C) accompagnée d'un excellent jus à base d'un bouillon de pot au feu préalablement réalisé (et congelé), enrichi d'une partie des légumes de cuisson (mixés avec). La purée de pommes de terre est également irréprochable. Simplicité apparente d'une grande efficacité.



Il nous sert un vin à la robe grenat translucide. Le nez est fin, sur les fruits rouges confits, le laurier et les épices douces. La bouche est ronde, ample, déroulant une matière finement veloutée, au fruit pur, droit, et d'une grande fraîcheur aromatique (menthol, poivre cubèbe). La finale est riche et savoureuse, bien épicée, tout en gardant ce menthol en final, complété par le poivre. Je partais sur un Rhône Sud. Perdu, c'est un Languedoc Pézenas que j'avais offert à Olivier il y a 2-3 ans : Terres mêlées 2015 de la Font des Ormes.



Nous passons aux fromages amenés par Stéphane : gouda nature, gouda au cumin et mimolette



La robe est orangée et trouble. Le nez est frais et très expressif, sur l'abricot, la rose, la fleur d'oranger et les épices de Noël. La bouche est éclatante de fraîcheur – impression renforcée par un léger perlant – avec une matière pulpeuse, gourmande, au fruit intense. L'aromatique monte encore d'un cran en finale, soulignée par de nobles amers, avec une longue persistance sur la rose et les épices. J'aime beaucoup, et l'accord avec les fromages est réussi. Au départ, je penchais pour un muscat, mais finalement, le gewurztraminer me paraît plus évident. C'est en effet un Gewurztraminer de macération sec 2015 de Pierre Frick.




Pour finir, un gâteau noisette/mandarine amené par Olivier R.




Voilà à quoi il ressemble une fois coupé. Il était franchement extra, avec un praliné tout doux une mandarine affirmée, pas trop sucrée. Et l'accord avec le vin était magnifique. On l'aurait cru fait exprès pour.



Le vin, en direct de la cave d'Olivier R, a une robe hallucinante, entre le vermillon, l'or et le cuivre. Le nez est à la fois intense et délicat, sur le caramel, l'orange confie, la figue sèche, la noisette... La bouche vous saisit par sa fraîcheur dès l'attaque pour gagner ensuite en ampleur, déployant une matière voluptueuse d'une grande pureté aromatique. On sent que c'est vieux, mais c'est en même temps d'une jeunesse éblouissante. La finale est encore plus décoiffante, dominé par l'écorce d'orange confite que vous avez l'impression de croquer, avec un persitance sur le praliné et les épices. Quel bouquet final ! J'avoue que cette fraîcheur m'a fait penser à un madère. Et comme Olivier a pas mal de vins étrangers liquoreux bizarres dans sa cave, j'imaginais une appellation improbable. Eh bien pas du tout : c'est un Sauternes 1er GCC 1979 du Château la Tour Blanche. Respect !



En after, il y avait un chocolat blanc croustillant au thé matcha et quatre agrumes fait par vore serviteur (recette ICI ). La plaquette a vécu 10 minutes...

Eh bien, c'était tout pour aujourd'hui. Chacun a pu rejoindre ses pénates avant 18 h. J'espère que nous pourrons renouveler bientôt un tel moment, car on voit bien à quel point ça nous avait manqué !
  • La Vie est une Fête
  • La Vie est une Fête

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Je m’étais moi aussi , lancé sur une commande échantillon suite aux différents commentaires favorables postés ici

Échange très sympathique avec Nicolas, auprès de qui je m’étais engagé à faire un retour sur les lieux de la découverte...

CR: champagne follet ramillon -terroirs
Dosage 6gr/l , meunier, chardonnay et pinot noir récolte 2013, vin de réserve 2012 et 2011(pas noté la date de degorgement)

La robe est plutôt dorée et la bulle semble fine
Un nez à la fois brioché et crayeux, légèrement fumé, l’aération soulignera d’avantage les notes fruitées poire, pêche
En bouche, la finesse de la bulle me plaît beaucoup, une touche d’ amertume derrière des notes de pain, vanille ou frangipane, l'aération laissera plus de place aux arômes amande, noisette, légèrement mentholé, une touche un peu herbacée
Bref , je suis moi aussi conquis et me félicite d’avoir passé une première commande pour essayer

Essai transformé !

Merci vinozzy (j’aime bien ta photo , mais j’avais un faible pour le corbeau sur le chapeau)

Cordialement
Laurent
  • Vesale
  • Vesale

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon - Harmonie 2007

Dégorgé le 04/12/2019
Dosage 5g/L

Tout a déjà été dit sur ce Champagne, dont j’ai ouvert mon 1er exemplaire ce weekend,

Bulles bien présentes mais fines,

Nez sur la noisette, un coté pâtissier style tarte au pomme, des agrumes, la craie

La bouche est flatteuse avec un beau volume, un fruit mûr, une trame acide qui soutient bien l’allonge,

C’est vraiment un beau champagne, super rapport qualité prix
  • GILT
  • GILT

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon - Terroirs - Brut

récolte 2013 - dégorgement le 25.03.2019

La robe est pâle avec des bulles fine et peu nombreuses.
Le nez est intense et complexe: il est fermentaire sur le levain mais évoque également la noisette et un peu de fruits blancs.
La bouche est fraiche, tonique avec une amertume agréable.

Belle cuvée également que ce Terroirs.

Gilles
  • starbuck
  • Portrait de starbuck

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Follet-Ramillon, millésime 2007


Pour rappel, il ne s'agit pas de la cuvée Harmonie mais d'une autre cuvée probablement dégorgée plus tôt.
Ma première expérience lors d'une diagonale de 6 bouteilles n'était pas franchement enthousiasmante

starbuck écrit:
Millésime 2007
Gaétan ne voulait pas de rosé et lorsqu'il l'avait dit au vigneron, il lui a été proposé cette bouteille qui provient d'un carton de retour de chez un revendeur.
Mon ami aurait peut-être dû prendre du rosé quand même zX
Le vin n'a plus trop d'effervescence et semble un peu plat avec des arômes un peu trop évolués pour ne pas dire légèrement déviants.
Tous les verres ne furent pas terminés, ni le fond de la bouteille d'ailleurs parce que le lendemain ce n'était plus vraiment buvable.
La conservation ne fut pas forcément optimale pour ce carton oublié.
Ce n'est pas grave ça nous fera une anecdote pour plus tard.


Voici le message que le domaine avait répondu à Gaétan:

Le commentaire sur le Millésime 2007 est très intéressant techniquement, car très variable d’une bouteille à une autre, comme son bouchon.
Je m’explique, pendant de nombreuses années, nous avons utilisé des bouchons traditionnels haut de gamme, avec 2 rondelles de liége au contact du Champagne.
Depuis maintenant 3 ans, après de nombreuses dégustations à l’aveugle, nous avons décidé d’utiliser, ce que l’on appelle en Champagne, un bouchon technologique uniquement à base d’aggloméré.
Avec le bouchon traditionnel, nous avions de plus en plus de problème de chevillage sur les rondelles qui de ce fait perdait leur élasticité et n’étaient plus suffisamment hermétiques.
Cela amenait une hétérogénéité d’une bouteille à l’autre.
Vos commentaires de dégustation confirment bien ce problème, pour un même dégorgement, il y a de grosses différences d’oxydation et d’effervescence.
Cela nous conforte dans notre choix.
Vous comprenez pourquoi vos commentaires sont si importants pour nous et cela, même sur des Champagnes qui ne sont plus commercialisés.
Pour avancer, il faut en permanence se remettre en question et être attentif aux critiques.

Est-ce que avez dégusté les 2 bouteilles ?


J'attendais d'ouvrir la seconde avant de publier leur réponse.
Des autres dégustations sur LPV pouvaient également laisser de l'espoir.

J'ai donc ouvert cette bouteille ce midi.
Bingo, celle là est très bonne.
Une bulle très fine.
Des arômes minéraux et de fleurs blanches, un peu de poire.
La bouche est salivante, aucun excès d'amers, aucune lourdeur et pas la moindre note oxydative.
Je retrouve une acidité que j'associe dans mon esprit à ce qu'on peut rencontrer sur 2007
A quatre, la bouteille n'a pas fait un pli sur l'apéro.
Cette bouteille fait même plus jeune avec un supplément de fraicheur que la cuvée Harmonie du même millésime.
Cela dit je comprends l'inquiétude des vignerons par rapport à l'irrégularité des bouchons qu'ils ont pu connaitre.
Difficile de voir son travail à la vigne et en cave potentiellement anéanti par un bouchon récalcitrant.
  • Eric B
  • Portrait de Eric B

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Bu ICI

CR:Champagne Follet-Ramillon - Extra Brut Harmonie 2007
Dégorgé le 04 décembre 2019.

Sa robe est intensément dorée, avec des bulles très fines.

Le nez est complexe, sur la noisette grillée, la brioche toastée, le citron confit, les épices douces...

La bouche est élancée, tendue par une fine acidité traçante, déployant une matière dense, mûre, vineuse, de belle ampleur, soulignée par des bulles délicates, caressantes. Le tout est harmonieux, dans un style racé / corsé qui plaira plus à l'amateur qu'à MMme Toulemonde.

La finale est fraîche et nette, alliant l'amertume de l'agrume confit à des notes grillées et épicées

Excellent rapport qualité/prix
  • Eric B
  • Portrait de Eric B

Changement d'année en douceur

Catégorie : Dégustations éclectiques



Habituellement, je fêtais le passage à la nouvelle année avec mes amis de Saint-Yrieix. Mais il était écrit que 2020 serait atypique jusqu'à la dernière seconde. Pour diverses raisons, j'ai dû changer mes plans : j'ai profité du calendrier pour faire un long weekend chez mes amis Véronique et Didier (= Did 91, trop rare sur LPV). Comme moi, ils sont fans de vins et de gastronomie. L'idée était donc de se faire plaisir. Mais en douceur, car nous n'avons plus 20 ans, et devons être en pleine forme le lundi qui suit.



Le jeudi soir, donc, nous avons commencé avec un "classique" de bibi : les rouleaux de jambon cru garnis de pommes rôties et de noisettes. Si ce n'est que le jambon fumé artisanal était une pure merveille et que j'ai utlisé un peu d'huile de Kaloupilé venant de la Réunion qui apportait une aromatique incroyable de fumée de pétard, et de grillé et d'épices évoquant certains blancs bourguignons.



L'idée était d'accompagner un champagne Harmonie 2007 de Follet-Ramillon, la nouvelle coqueluche de LPV. Et c'est vrai que le rapport qualité/prix est imbattable (23.00 € pour un vin élevé 11 ans sur lattes, c'est presque irréel).

Sa robe est intensément dorée, avec des bulles très fines. Le nez est complexe, sur la noisette grillée, la brioche toastée, le citron confit, les épices douces... La bouche est élancée, tendue par une fine acidité traçante, déployant une matière dense, mûre, vineuse, de belle ampleur, soulignée par des bulles délicates, caressantes. Le tout est harmonieux, dans un style racé / corsé qui plaira plus à l'amateur qu'à MMme Toulemonde. La finale est fraîche et nette, alliant l'amertume de l'agrume confit à des notes grillées et épicées



Ayant vu des beaux blancs de poireaux, du saumon fumé artisanal et quelques citrons dans le frigo, j'ai proposé à Véronique de préparer des poireaux brûlés "à la Fréchon" (recette ICI ). Lors de leur passage sous le grillé, ils avaient du mal à rester en place. Quelques fèves en porcelaine ont résolu le problème.



Voilà la saumon fumé artisanal avant transformation. Nous en avons mangé quelques tranches avant d'attaquer les poireaux, tout en dégustant deux Chablis de 2008.

Chablis 1er Cru Montmains 2008, domaine Droin : la robe est jaune paille, brillante. Le nez est fin, minéral, sur le citron confit légèrement fumé, avec légère touche"yaourtée". La bouche est ample, tendue par une fine acidité, et délivre une matière ronde, charnue, équilibrée. On sent une belle maturité, mais la fraîcheur est omniprésente. La finale dévoile de nobles amers, avec un retour du citron confit, complété par la pierre chaude et des notes beurrées/grillées.

Chablis Grand Cru Valmur 2008, Jean-Claude Bessin :
la robe est proche du précédent. Le nez est mûr, expressif, sur les fruits jaunes rôtis et la bergamote confite. La bouche est très ample, aérienne, déployant une matière subtilement moelleuse, enveloppante, à la fraîcheur diffuse. En deux mots, c'est la classe. La finale est plus "pierreuse" que le Montmains, complétée par le citron confit et un peu de fumée.



Voici le poireau brûlé fini. C'est une version plus simple que la recette d'origine. Celle-ci ne contient que du saumon fumé, une crème de citron que j'ai préparée dans l'après-midi et du citron confit au sel (que j'ai dessalé sous l'eau car vraiment trop de sel). C'est néanmoins très bon, car le meilleur dans ce plat, c'est le poireau cuit comme en papillotte dans sa pellicule brûlée



J'avais mis sous-vide une partie de mon pâté (en) croûte mangé lors de mon réveillon de Noël. Il était aussi bon que la semaine précédente. Le matin avant de partir, j'avais préparé la même "grémolata" à base de carotte, de betterave, d'agrumes et de pistache grillée.



Didier m'avait proposé de choisir dans son "livre de cave" un vin pour l'accompagner. Allez, pourquoi pas une Marestel 2005 de Dupasquier ? Cela fait très longtemps que je n'en ai pas dégustée. Sa robe est entre l'or et le cuivre. Le nez évoque le miel de châtaignier et l'écorce d'orange (ça fait un peu pain d'épices). La bouche allie ampleur et tension, conjuguant une fine acidité à une matière mûre et moelleuse. Un très léger perlant apporte une fraîcheur bienvenue. La finale gagne en concentration et en expressivité, dominée par le miel et les épices, et une touche d'encaustique. Un peu trop évolué à mon goût. L'accord avec le pâté est à peine moyen.



Eh oui, on passe déjà au dessert. Je vous ai dit qu'on était en mode raisonnable ;) C'est un sorbet au litchi fait "à la minute" par Véronique, saupoudré par un crumble aux amandes et zeste d'agrumes (citron, citron vert, combava) que j'ai préparé cet après-midi.



Et pour l'accompagner, un Gewurztraminer SGN Furstentum 2005 d'Albert Mann. La robe, cette fois, est carrément cuivrée, avec une impression de viscosité. Le nez est intense, sur la rose confite, le Berawecka, les épices douces. La bouche est longiligne, intense, déroulant une matière concentrée et voluptueuse. La finale est une explosion d'épices, avec un sucre présent, mais parfaitement intégré. Le pauvre dessert est totalement écrasé par le vin. Mais ce n'est pas bien grave ;)


Le lendemain midi, nous avons fait simple, avec du boudin du pays basque. D'abord servi froid ....


Puis chaud, avec du potimarron (une mienne idée – ça s'avère très bon !)



Avec ce plat, nous "confrontons" deux vins : J'ai amené un Moulin à Vent Héritage du Tremblay 2014 de Paul Janin, et Didier a sorti de sa cave une Côte-Rôtie Les Grandes Places 2006 de Clusel-Roch. J'avais choisi le vin, car Véro, même bu à l'aveugle, déteste le gamay. Je voulais voir s'il y avait une chance qu'elle apprécie celui-ci qui ne me semble pas trop typique du cépage. Elle l'a trouvé pas mal pour un gamay, ce qui revient quasiment à une médaille d'or aux Jeux Olympiques !

Sa robe est grenat translucide évoluée. Le nez est fin, sur les fruits rouges confits, le sous-bois automnal et les épices. La bouche est élancée, aérienne, avec une matière soyeuse, très douce, qui vous enveloppe le palais. La finale est plus terrienne, avec une fine mâche sur la cerise noire et le sous-bois.

La robe du Côte-Rôtie est également grenat évolué, mais en plus dense. Le nez est fin, profond, fumé, mêlant le cassis à la fourrure, le poivre à l'eucalyptus. La bouche est de grande ampleur, harmonieuse, avec une matière fine et enrobante. Celle-ci gagne rapidement en intensité et en vinosité, tout en gardant des tanins très fins. La finale est puissante, dominée par le poivre et les épices, avec une persistance sur le cèdre, l'eucalyptus et le poivre cubèbe. Je ne comprends bien pourquoi, mais Véro l'a préféré ;-)




Nous sommes passés aux fromages de caractère...




L'occasion d'ouvrir le Côtes du Jura blanc 1999 du Château d'Arlay que j'ai amené. Didier connaît bien les vins du domaine. Il a souvent croisé Alain de Laguiche lorsqu'il travaillait bénévolement sur le stand d'un producteur de Madiran

Sa robe est d'un or intense, mais pas spécialement évoluée pour un vin de 21 ans. Le nez est riche, atypique même pour un Jura, sur la pâte d'amande, la fleur d'oranger et le beurre noisette. La bouche est élancée, tendue par une fine acidité, tout en offrant une matière mûre, charnue, veloutée même, à la fraîcheur aromatique diffuse.La finale est la fois concentrée et suave, sur les fruits secs et des notes fumées/épicées.

Vendredi après-midi, nous sommes partis au centre équestre pour s'occuper du cheval de Véro qui avait besoin de se détendre les pattes. La température extérieure était glaciale. Nous en sommes revenus épuisés. Tout ce dont nous avions envie, c'était d'une bonne soupe chaude. Après celle-ci, je me suis tout de même laissé tenter par un bout de saumon fumé, et j'ai regoûté les deux Chablis : ils n'avaient pas changé.



Le lendemain midi, la forme et la faim étaient revenues. Nous avons pris l'apéro au Condrieu Les Vignes de Jacques Vernay 2011 du domaine Ogier. (sans cacahuètes, nous sommes raisonnables). Didier sait que je ne suis pas fan de viognier et a donc tenté de me convaincre que c'est un formidable cépage. Ça marche plutôt moyen : même si je le trouve mieux que la plupart de ses congénères, je trouve ça un peu too much. Mais il aura une seconde chance ce soir avec un poulet curry/coco.



Nous attaquons avec un délicieux pâté de couenne maison (qui contient aussi du veau et du canard) qui ne va pas faire un pli. Cela nous permet de fnir le duo de vins rouge d'hier.



Puis c'est confit de canard (également maison) avec des pommes de terres cuites au four et à la graisse de canard. Avec ça, bien sûr, un Madiran, cher au coeur de mes hôtes.



Didier a ouvert un Madiran la Tyre 2001 d'Alain Brumont. Sa robe est grenat très sombre, quasi opaque, avec quasiment aucun reflet d'évolution malgré les 19 ans de la bête. Le nez est plutôt discret, sur les fruits noirs mûrs (avec cassis majoritaire), le cèdre, avec une touche de sous-bois et de fumée. La bouche est à la fois (très) ample et longiligne, avec une matière d'une impressionnante densité qui vous envahit le moindre recoin de votre palais. Mais d'une façon étonnamment douce et civilisée : vous êtes happé et immergé dans celle-ci. Si vous n'avez pas pris une fourchetée de confit, la finale vous balance du tanin à la tonne difficilement supportable pour mon palais de fillette. Par contre, il suffit de se prendre sa dose de bon gras, et hop, les tanins perdent leur dureté pour se faire soyeux, et prolongent alors superbement la bouche, sans le moindre à-coup. Bref, il ne faut pas juger un Madiran hors contexte gastronomique.



Lors de notre "entretien préparatoire au séjour", j'avais demandé à Véro et Didier ce qu'ils aimeraient découvrir comme vins. Un riesling allemand était en haut de la liste. J'en ai donc amené un. Le samedi matin, nous avons pris un ananas Victoria au marché, juste mûr comme il fallait. Il est servi le plus simplement possible, avec juste en bonus le crumble préparé jeudi.



Mosel Graacher Himmelreich Riesling Spätlese 2012, Willi Schaefer : la robe est or clair, brillante. Le nez est intense, sur le citron vert, l'ananas, le ftuit de la passion, avec une touche de citronnelle. La bouche est vive, tendue comme un arc de compèt', avec une fraîcheur omniprésente qui vous saisit dès l'attaque et ne vous lâche qu'une fois la dernière goutte avalée, et encore... Un léger perlant renforce encore celle-ci. L'aromatique – ananas confit, mangue – semble indiquer une matière bien mûre, mais cette dernière reste limpide, cristalline, avec un sucre des plus discrets alors qu'on est techniquement sur un liquoreux. Dans la finale tonique et intense, le citron vert réapparaît, accompagné par le gingembre et le combava, avec toujours un sucre très discret

L'après-midi, nous nous sommes baladés en forêt. Il faisait moins froid que la veille, et cette fois-là, nous en sortîmes revigorés. Nous avons donc fait un vrai repas.


D'abord un carpaccio de noix de Saint-Jacques à la vanille et au citron vert





Puis un curry de poulet au lait de de coco, champignons et carottes.

Les deux ont été accompagnés du Condrieu bu le midi. Cette fois-ci, le contexte fait qu'il m'a nettement plus plu. J''ai donc noté mes impressions.

Sa robe est jaune paille. Son nez est très (trop ?) expressif, sur l'abricot, la violette, le chèvrefeuille , la noix de coco et la vanille. La bouche est très ample, avec une matière douce et aérienne qui vous nappe et caresse le palais. Mais affiche également une belle tension, quand bien même on recherche une trace d'acidité. La finale est savoureuse, légèrement mâchue, sur la pêche jaune et la noix de coco grillée, avec une persistance sur la vanille et les épices.



Je n'ai pas photographié le dessert (un sorbet minute à la mangue), mais juste la bouteille qui l'accompagnait, sortie de la cave de Didier : ce Vin de Constance 2008 de Klein Constantia a une robe entre l'acajou et le cuivre. Le nez est riche, sur le caramel, le muscat confit, le safran, la truffe, avec une pointe d'encaustique. La bouche est aussi tendue qu'elle est voluptueuse, avec une matière onctueuse, sensuelle et une fine acidité traçante en arrière-plan. C'est d'une intensité aromatique impressionnante, sur le même registre qu'au nez, et cela se renforce encore dans une finale impressionnante, avec en bonus de l'orange confite, de la rose fanée, des notes de rancio, puis la truffe qui perdure longuement. Le meilleur Constantia que j'ai pu boire.

Le lendemain, je suis rentré tranquillement dans le Limousin, quasiment seul sur la route. J'en ai profité pour récupérer une bouteille de Champagne achetée la veille à un LPVien. On ne se refait pas...
  • starbuck
  • Portrait de starbuck

Champagne Drappier

Catégorie : Champagne

CR: Champagne Drappier - Brut Nature Zéro Dosage

On commence par un blanc de noirs assez stricte.
Un champagne tout en finesse et en tension qui est assez bon lorsqu'on le boit seul à l'apéritif.
Il m'évoque l'Ayala brut nature.
Je trouve qu'il lui manque un petit quelque chose pour que j'ai envie d'en acheter.
il serait intéressant de le comparer au "pinots" de Follet-Ramillon mais pour nos retrouvailles j'avais préparé à Gaétan un spécial Vinozzy avec une bouteille dont j'espérais beaucoup ...

Un repas, mes amis ...
  • starbuck
  • Portrait de starbuck

Oh my god mé que ce chardonnay est étrange !

Catégorie : Dégustations éclectiques

J'aurais dû retrouver Gérard et Gaétan début novembre dans un nouveau restaurant messin qui a une carte des vins passionnante.
Je prévoyais même d'en parler en ouvrant un fil dédié dans la rubrique des bonnes adresses mais inutile de refaire l'histoire que vous connaissez tous.
C'est peu dire que j'avais hâte de retrouver mes amis autour d'une table mais en ce 2 janvier, il n'y aura que Gaétan.
Gérard prend soin de lui et nous espérons le retrouver dès que possible.
J'avais prévu un champagne et un rouge pour accompagner mes dernières côtes de boeuf et Gaétan devait apporter un rouge.
Il apportera également un champagne et c'est d'ailleurs par cette bouteille que nous commençons.

Champagne Drappier - Brut Nature Zéro Dosage

On commence par un blanc de noirs assez stricte.
Un champagne tout en finesse et en tension qui est assez bon lorsqu'on le boit seul à l'apéritif.
Il m'évoque l'Ayala brut nature.
Je trouve qu'il lui manque un petit quelque chose pour que j'ai envie d'en acheter.
il serait intéressant de le comparer au "pinots" de Follet-Ramillon mais pour nos retrouvailles j'avais préparé à Gaétan un spécial Vinozzy avec une bouteille dont j'espérais beaucoup ...

Champagne Caillez-Lemaire, cuvée Jadis 2008

Autant le dire tout de suite, il y a une sacrée cartouche dans le verre.
Un nez d'une grande complexité avec du citron, des fruits secs et des notes d'élevage qui ne sont absolument pas gênantes et qui viennent enrichir l'ensemble.
Légères perceptions de pommes au four et de brioche, hum on a hâte de porter le verre en bouche.
Gaétan me dira immédiatement que c'est un champagne qui a vu le fût mais l'élevage semble parfaitement maitrisé.

Il trouvera également très rapidement le millésime parce qu'on ne peut pas dire que le vin manque de tension.
En bouche le vin est à la fois vif et gourmand.
Je retrouve un peu ce que je qualifiais de cylindrique sur la Dom Pérignon du même millésime goûtée 8j plus tôt.
C'est à la fois rond et très long avec toutefois plus de tension et d'énergie pour la Jadis.

Nos deux femmes ont approuvé nos remarques et ont également trouvé ce champagne vraiment excellent.
Comme un imbécile je n'en avais acheté qu'un exemplaire mais vu le niveau de cette bouteille, je pense qu'on peut rentrer un peu de 2009 avec confiance.
Pour moins de 40€, on a là un champagne capable de bousculer des cuvées certes qualitatives mais aux tarifs autrement plus prétentieux.

Bon, y'a pas à dire mais Vinozzy n'a pas de cheveux sur la langue lorsqu'il déguste un champagne ;)

Domaine Bart, Chambertin Clos de Beze 2006

C'est l'apport de Gaétan.
Il n'était pas très confiant à l'ouverture, un peu d'aération va achever d'enlever les doutes.
Nous tenons notre premier bouchon de l'année, dommage !
On va dire que Gaétan voulait me tester. C'est bon tu peux enlever ton masque, j'ai encore de l'odorat ::dance::

Château de Beaucastel - Châteauneuf du Pape 2001

hé hé hé après le champagne, je tiens une autre grosse cartouche, l'année commence bien :)
Une robe encore très profonde.
Un nez envoutant qui va balader Gaétan.
Un bouquet d'épices, c'est encore bien fruité avec framboises et cerises noires.
C'est dense et riche tout en étant déjà bien ouvert.
Gaétan pense à un vin bien plus jeune dans le style du Clos de Tart
C'est vrai qu'à bien y réfléchir, il y a des ressemblances.

je trouve que ce vin est en pleine forme avec une structure imposante et des tannins bien enrobés.
C'est à la fois gourmand et déjà complexe.
Alors certes, ça doit pouvoir vieillir encore un bon moment et développer des arômes plus évolués mais personnellement je trouve qu'on est bien là, probablement sur un plateau haut pour reprendre une expression à la mode en ce moment.

Bon voilà, c'est tout pour cette fois et on ne sait pas encore quand est-ce qu'on se reverra.
J'espère assez vite :unsure:
  • DUROCHER
  • Portrait de DUROCHER

2020, une drôle d’année, se termine prochainement : vos tops et déceptions de l'année ?

Catégorie : A propos ...

L'an 20 s'en est allé et c'est très bien ,il n'a hélas pas emmené cette sale bestiole avec lui mais j'espère quand même pour 21 plus de dégustations,plus de visites chez les vignerons,plus de réunions sympa avec les passionnés du coin comme on en avait l'habitude...plus de tout en fait....
Voilà quelques bouteilles marquantes pour moi de cette drôle année,bcp de frontalières ça tombe comme ça..
Top Blancs
Riesling Kabinett "le Gallais" 2018 Egon Muller
Condrieu "Côte de Vernon" 2010 Georges Vernay
Riesling "Fronholz"2017 Ostertag
Fleur de Savagnin 2011 la Tournelle
Côte du Jura 2014 Macle
Top rouges
Rosé 2011 Tempier
Gattinara"Osso San Grato" 2007 Antoniollo
Brunello di Montalcino"Sugarille"1997 Gaja
Pinot noir "Krafuss"2015 Lageder
Une Bulle
Extra Brut 2009 Agrapart
Un Sucre
Rieling Auslese"Rothenberg" 2013 Gunderloch
Plein d'autres,Reynaud,Labet,Foreau mais il faut choisir.
Des envies comme les Vouvray de Julien Vedel déjà en cave mais pas assez et les Champagnes Follet-Ramillon que j'espère récupérer très vite.
A plus
Bernard
  • GILT
  • GILT

2020, une drôle d’année, se termine prochainement : vos tops et déceptions de l'année ?

Catégorie : A propos ...

Exercice classique de fin d'année sur une année atypique , a dry year : moins de dégustations, moins de visites , moins de repas.
Je ne parlerai pas des déceptions .
Deux belles découvertes à savoir grâce à LPV les champagnes Follet-Ramillon et le domaine les Mesclances à La Crau : dans les deux cas de beaux rapports qualité-prix.
Pour les plus belles bouteilles :

-Château de Suronde - Victor et Joseph 1995 - quarts de chaume
-Gourt de Mautens - côtes du rhône blanc 2010
-Champagne Agrapart Minéral 2009
-Domaine Ostertag - Muenchberg 2014
-Domaine Patrick Baudouin - Après minuit 1997
-Domaine Bellivière - vieilles vignes éparses 2008
-Domaine Bera - moscato d'Asti 2008
-Pialade 2006

2021 sera encore meilleur !

Gilles
  • starbuck
  • Portrait de starbuck

2020, une drôle d’année, se termine prochainement : vos tops et déceptions de l'année ?

Catégorie : A propos ...

Je me prête à mon tour au jeu avec l'aide du moteur de recherche.

Pour les rouges
2 vins de Sylvie Esmonin, Volnay Santenots 05 et Clos St Jacques 99
2 GDP, 2009 et 2011
Le plus grand Bordeaux de l'année, Montrose 96
Le plus grand Bourgogne de l'année, Musigny 90 Jacques Prieur
Le domaine Rousseau pour son Gevrey 12, ses Cazetiers 08 et 12 et son Clos de la Roche 13

Pour les blancs
Meursault Perrières 08 de Michel Bouzereau
Corton-charlemagne 13 de Rapet
Puligny 02 de Coche-Dury
Les 2014 de chez Matrot
et surtout 2 étoiles qui figurent tout en haut de mon panthéon:
Bienvenues-Bâtard 08 de Carillon et Climens 01
Là ce sera difficile de trouver mieux en 2021 surtout qu'il n'y aura pas de 29 février ;)

Pour les découvertes
Je citerais Gérard Thomas et filles ainsi que Sébastien Magnien dont j'adore les 17 blancs
Follet-Ramillon comme beaucoup sur LPV et Egly-Ouriet pour moi car je ne connaissais que de nom avant 2020 et je comprends mieux l'engouement parce que c'est vraiment le haut du panier en Champagne.

Sinon je n'ai pas trop à me plaindre puisque j'ai pu aller en Bourgogne en juin, juillet et octobre.
C'était bref mais intense.
Avec une journée en famille à Colombey les deux Eglises, ce fut mes seules sorties de l'année mais elles furent passionnantes.

2021 commence de nouveau très fort à cause de ce diable de Vinozzy puisqu'hier j'ai ouvert Jadis 08 et j'ai déjà un nom à inscrire au palmarès de la nouvelle année. Tiens si on s'disait rendez-vous dans un an.
  • oliv
  • Portrait de oliv

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Jérôme Pérez écrit: C'est très impressionnant comme ce producteur est devenu la coqueluche de LPV.


Je me faisais exactement cette réflexion.
Et ça fait sacrément plaisir de voir que les bons plans des uns sont confrontés aux goûts des autres et permettent aux vignerons qui font bon de trouver leur public.
  • leteckel
  • Portrait de leteckel

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Jérôme Pérez écrit: Aucune critique de ma part, bien au contraire.


Pareil pour moi, simple constat.
  • Jérôme Pérez
  • Portrait de Jérôme Pérez

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

leteckel écrit:
Un peu comme Dveri Pax l'année dernière. Quand c'est bien vendu...:D
Plus sérieusement, quand des membres reconnus comme "spécialistes" d'une région (Vinozzy en Champagne, Jérôme en Slovénie) conseillent vivement un domaine pour son rapport Q/P, je ne suis pas surpris que des amateurs en quête de découvertes tentent leur chance.
Et si cela peut aider un vigneron qui fait bon à tarifs raisonnables, et bien tant mieux. Le temps fera son œuvre ensuite.


Aucune critique de ma part, bien au contraire.
  • starbuck
  • Portrait de starbuck

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Didier, pour les photos, je dois avouer avoir désormais le même problème que certains.

Sur mon vieux PC du bureau de ferme de 2010, j'enregistrais la photo et je la tournais et hop c'était bon.
J'ai changé il y a quelques semaines et désormais quoi que je fasse les photos en mode portrait apparaissent forcément couchées.
Pour parvenir à publier droite une photo portrait de chez Rousseau, j'ai dû "travailler" l'image pour réduire la hauteur.

Désormais j'essaye de ne prendre des photos qu'en mode paysage car dans ce cas, nul besoin de faire quoi que ce soit, la photo apparait immédiatement dans le bon sens sur le forum.
Les joies de l'informatique et du progrès :dry:
  • leteckel
  • Portrait de leteckel

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

Jérôme Pérez écrit: C'est très impressionnant comme ce producteur est devenu la coqueluche de LPV.


Un peu comme Dveri Pax l'année dernière. Quand c'est bien vendu...:D
Plus sérieusement, quand des membres reconnus comme "spécialistes" d'une région (Vinozzy en Champagne, Jérôme en Slovénie) conseillent vivement un domaine pour son rapport Q/P, je ne suis pas surpris que des amateurs en quête de découvertes tentent leur chance.
Et si cela peut aider un vigneron qui fait bon à tarifs raisonnables, et bien tant mieux. Le temps fera son œuvre ensuite.
  • Jérôme Pérez
  • Portrait de Jérôme Pérez

Champagne Follet-Ramillon

Catégorie : Champagne

C'est très impressionnant comme ce producteur est devenu la coqueluche de LPV.
Affichage 1 - 50 de 164 résultats.