Nous avons 1700 invités et 42 inscrits en ligne

H.Upmann

  • Messages : 2376
  • Remerciements reçus 397

Galinsky a répondu au sujet : CR: H.Upmann - Magnum 50

CR: H.Upmann - Magnum 50
(BTR - NOV 09)

En accompagnement de la rédaction d'un CR vins sur LPV, de la finale de football féminine, je choisi ce cigare.

Le temps de l'extraire de son cabinet de 25 - de faire une coupe en V pour avoir lors du tirage à cru des notes doucement chocolatées et café frais - Le tirage se fait parfaitement - les trois tiers respectent bien leur théorie avec une montée en puissance progressive en passant pas ce coté chocolaté pour délivrer ensuite du pralin, un peu de boisé et du crémeux - Le troisième tiers se révèle plus puissant mais loin d'être roboratif - Un très beau moment jusqu'au bout du bout - TRES BIEN+

En finale une comparaison intéressante entre le Magnum 50 précédent (AGU - MAY 08) et celui-ci, nettement au bénéfice de ce dernier, tant par la complexité que par le plaisir procuré !

Eric
#121
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Steuf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4662
  • Remerciements reçus 168

dfried a répondu au sujet : CR: H.Upmann N°2

CR: H.Upmann N°2
Piramide (Torpedo) - 15,6cm x ∅2,06cm (ring 52)

Boite datée de février 2018



Certes, 20 mois après mise en boite, il manque certainement les quelques années supplémentaires que mériteraient ce cigare pour être pleinement jugé. Quoique, après tout comme pour le vin, une belle vitole devrait savoir se dévoiler à plusieurs étapes de sa vie (même si j'ai vu en relisant ce fil que Raymond y indique bien à quel point il estime que les cigares de légende ne doivent pas être attendus trop longtemps).
Mais ce module d'H.Upmann n'a pas la prétention d'être une légende, et cela faisait longtemps que je ne l'avais pas croisé.

Cape : Maduro, plutôt lisse, quoique relativement nervurée.
Je constate d'ailleurs avec regret, au regard du respect que je porte à la manufacture, que dans la boite certains cigares ont un habillage, qui laisse à désirer.

A cru : Effluve très discret de sous-bois et une ombre de cuir à peine perceptible.

Allumage aisé.

1er tiers : Le tirage est immédiatement parfait. Fumée à la densité optimale circulant doucement et sans effort au palais. Les premiers instants délivrent des saveurs un peu végétales à mon goût. Herbe sèche, mousse, sous-bois.
Cela ne dure que quelques millimètres et comme un pop soudain, une sensation onctueuse prend ses aises sur des notes torréfiées et boisées.
Petit à petit, le grain de café et une ombre chocolatée s'ajoutent par touches successives. Le cigare va alterner un temps entre une trame plus boisée et une trame tirant vers le café torréfié.
La fumée oscille également entre élégante onctuosité et sourde impression de feuille sèche un tantinet plus âcre.

2e tiers : A l'orée du deuxième tiers, la vitole s'arrondit encore, offrant nettement des saveurs de cuir chaud. Quelques épices douces affleurent émaillées de café torréfié et de cèdre avec une subtile pointe quelque peu sucrée. La fumée est pleine, plutôt épaisse même, tout en restant digeste.
Parfois un petit éclat salin anime la prise en bouche.
Petit à petit le cigare sort de son plateau gustatif au travers de fruits secs grillés (noix, noisette). La personne fumant à mes côtés y trouve même de la cacahuète (j'ai eu beau me concentrer, je ne la décèlerais pas). Ce bouquet n'est pas déséquilibré, c'est encore doux, voire onctueux, mais plus viril.

3e tiers : Il est plus marqué que sur les autres cigares que j'ai pu fumer dernièrement. Il se présente toujours avec un tapis onctueux de cuir et de notes torréfiées (café grillé, cèdre, fruits secs), mais également un puissant poivre blanc fusant en longueur sur la langue. Malgré tout, le cuir est bien présent comme la noisette torréfiée encore plus expressive. C'est de plus en plus puissant et je m'arrête là.
J'aurais été plus reposé, j'aurais sans doute apprécié de continuer un peu.
D'ailleurs, de jolies empreintes torréfiées restent en bouche après l'arrêt de la dégustation.

Il me semble qu'il y a une dizaine d'années ce N°2 était plus complexe et mieux construit (comme le P2 de Partagas, qui a trop longtemps perdu sa subtilité au profit d'un moteur stéroïdé).
Cela reste une belle bête néanmoins, dont encore une fois je ne sais pas si les années accroitraient la portion d'équilibre onctueux, voire velouté.
#122
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Galinsky

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4662
  • Remerciements reçus 168

dfried a répondu au sujet : CR: H.Upmann - Connoisseur n°1

CR: H.Upmann - Connoisseur n°1
Robusto - 12,7cm x ∅1,905cm (ring 48)



Cigare imprévu, fumé un peu à la volée, donc sans y prêter l’attention usuelle.

Cape : Colorala-Maduro. Assez nervurée, elle n’est pas si douce.

A cru : Effluve assez important de cuir et très discret purin.

Allumage enfantin.

1er tiers : les premiers millimètres se placent sur un terrain un peu végétal d’herbes et de feuilles sèches. Le tirage, qui m’a paru un instant un peu svelte, devient ample délivrant des saveurs d’écorce et de noisette avec une impression un peu crémeuse. Cette onctuosité n’est pas totale car émaillée de notes de sous-bois un peu plus sèches.

Bonne tenue de la cendre d’un cigare, qui se consume gentiment et uniformément.

2e tiers : Il est marqué par une savoureuse sensation d’amande douce. C’est très agréable. Rapidement des notes torréfiées réapparaissent, parsemées de cacao. L’onctuosité renvient.
Ce plateau ne dure pas très longtemps, les quelques notes boisées revenant de manière plus prononcée. Une petite épice, mais à peine.

3e tiers : Il oscille entre fruits secs grillés, écorce, léger cacao sur une trame un poil poivrée, mais toujours aussi discrètement.
Les saveurs sont certes un peu plus puissantes, mais pas démonstratives. Ce n’est pas un mal, mais cela manque de complexité.

Comme écrit plus haut, la dégustation était imprévue. Tout son long je fus engagé dans une conversation demandant de l’attention. Je n’ai donc pas pris le temps d’apprécier ce module, qui s’est pourtant révélé assez agréable, bien qu’un peu linéaire (mais aurais-je été plus concentré sur le moment, aurais-je mieux conduit et donc mieux goûté la vitole?).
Un cigare assez facile, plus qu’un apéritif, mais qui ne m’a pas marqué.
#123
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Galinsky

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4662
  • Remerciements reçus 168

dfried a répondu au sujet : CR: H.Upmann - Sir Winston

CR: H.Upmann – Sir Winston
Churchill (Julieta n°2) - 17,8cm x ∅1,865cm (Cepo 47)



Cape : Maduro aux reflets colorado, lisse et grasse laissant apparaitre de fines nervures. Une construction d’un autre niveau que les 2 autres modules de la fabrique dégustés récemment.

A cru : Cuir doux, légère cire, ombre de vanille et cèdre.

Allumage tranquille.

1er tiers : Fumée circulant parfaitement, immédiatement ronde. La toute 1ère seconde est vaguement végétale, suivie d’une impression maltée déjà suave. La vitole montre qu’elle va prendre son temps en diffusant tranquillement ses saveurs.
Déjà de l’onctuosité avec du café et de la noisette émaillée d’un léger poivre. Au bout des 3 premiers cm. des touches boisées se font plus nettes. Avançant encore, la fumée est moins large que longitudinale, concentrée sur un doux ruban glissant sur la langue de plus en plus crémeuse sur une trame de noisette caramélisée. Un fond de cèdre et d’épices orientales complètent cette douceur tout en apportant de la dimension à cette dégustation. Tiens... Un petit souffle d'arôme floral.

2e tiers : Le cigare est toujours crémeux. Il voit apparaître une soudaine saveur d’amande enrobant des notes boisées et de café doux. Une crème irrésistible, qui laisse revenir la noisette toastée et parfois une fine note de sous-bois mêlée de gruau de cacao. La vitole n’est pas plus tendre que durant le 1er tiers, elle est plus complexe, plus profonde.
Le poivre revient, mais à peine saupoudré alors que le 3e tiers semble s’annoncer.

3e tiers : On pénètre vers la dernière étape de ce cigare, toujours par vagues onctueuses, crémeuses, mais sur une trame légèrement plus boisée. Surviennent des notes d’ambre ajoutant à l’impression de rondeur. Le chocolat remplace le café, qui parfois refait surface dans une belle saveur de moka.

Appel du labeur, je dois reposer la vitole pour un relatif long moment.

Revenu finir le cigare, il se rallume immédiatement reprenant quasiment là où je l’avais laissé.
Au bout de quelques minutes, la fumée est plus large et les saveurs plus poivrées. L’harmonie revient.
La fumée est certes plus puissante au palais, mais veloutée. Le cigare se paie même le luxe de divulguer une pointe miellée enrobée de chocolat à la noisette, un écho d’amande également.
Une saveur cacaotée/fruits secs, qui restera au palais avec des notes de bois épicé une fois la dégustation terminée.

Un cigare réalisant la jonction entre rondeur et apaisement nécessaire au fumeur épisodique, et complexité indispensable à l’amateur plus averti. Une vitole faussement débonnaire, qui demande parfois un peu de concentration pour la conduire au mieux, mais qui même sans cela offre un tirage si naturel et une combustion si tranquille qu’elle se dévoile sans difficulté.

Du bel œuvre dans la grande tradition de La Havane.
#124
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Galinsky

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck