Nous avons 1574 invités et 71 inscrits en ligne

CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

  • Messages : 83245
  • Remerciements reçus 8840

oliv a créé le sujet : CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Amis dentistes et teinturiers, préparez vous à élargir votre chiffre d'affaire, le Cercle Picard, pas surgelé du tout en ce début de printemps, avait décidé de s'attaquer au Sud Ouest avec une petite focalisation sur l'équipe rouge du Madiran et sa redoutable première ligne.

Est-ce la réputation des tanins, plaqueurs invétérés aux oreilles en chou fleur et au nez camus, qui nous a vu subir un éclaircissement des rangs, je l'ignore ?! Je me chargeais donc du recrutement d'un joueur étranger mais oh combien compétent et généreux dans l'effort pour équilibrer la mêlée locale et éviter un affrontement déséquilibré!
Alors que certains sous entendaient une nouvelle fois que ma visite dans la région se résumerait à des kms parcourus dans l'Amienois profond, ses ronds points et ses champs de betterave, j'avais prévu mon coup et passé un coup de fil à la DDE du coin pour pouvoir tomber dans le panneau !

!!::o:D

Nous sommes donc bien arrivés à l'heure pour le coup d'envoi !

CR:

[size=medium]
Jurançon sec, Charles Hours, cuvée Marie, 2001[/size]



Le nez est exotique, un concentré d'ananas et de papaye (en fin de repas, j'aurai carrément l'impression de croquer un cube de fruit séché!). Jolie acidité et beau gras en bouche. L'ensemble est frais, sur ces notes exotiques. Finit un peu court.

[size=medium]Pacherenc du Vic Bilh sec, Montus, 2001[/size]



Ouch !!::o Ça, c'est le cri du LPVien Picard ou comment traduire en Ch'ti le "Y'a du bois!". J'ai l'impression d'être en pleine visite chez Midas, le roi qui change le vin en Pneu !! Ce nez de caoutchouc brûlé écrase tout et c'est bien dommage car la matière perçue derrière est belle, grasse et d'un bel équilibre.

[size=medium]Courage les amis, mettez vos protège dents, chaussez les crampons, l'équipe rouge du Père Tannat arrive !
Allez les Petits !!
[/size]

[size=medium]Madiran, Montus, 1995[/size]



Le nez est animal, assez peu causant. La bouche est ferme, anguleuse. Bof

[size=medium]Cahors, Clos de Gamot, cuvée Vignes Centenaires, 1995[/size]



Très beau nez sur les fruits rouges (fraise) et le tabac blond. Les spécialistes iront jusqu'à détecter des notes d'intercalaires de boîte à cigares. Je manque de base pour comparer ! L'attaque est très belle, avec un beau fruité qui se développe, sous tendu par une acidité importante. Mais attention à la petite surprise finale ! Des tanins énormes arrivent en renfort et vous remontent les gencives d'un bon cm ! ::o
Beau vin néanmoins dont Charles nous apprend qu'il est issu de vignes pré phylloxériques et qui me semble armé pour affronter les décennies. (tu)

[size=medium]Madiran, Chapelle Lenclos, 1995[/size]



Le nez est assez peu engageant, sur le viandé. En revanche, la bouche présente un bel équilibre fruit/ matière qui finit toutefois un peu sèchement. Bien

[size=medium]Madiran, Labranche Laffont, Vieilles Vignes, 1995[/size]



Ah, non, là, M'sieur l'arbitre, faut sévir. Fourchette dans la mêlée et bourre pif en cachette ! C'est raide et sec. Mes gencives se font la malle! Soigneur !

[size=medium]Madiran, Montus, cuvée Prestige, 1995[/size]



Le nez est très animal, sur la fourrure. La bouche est mûre, et derrière une grosse matière, on trouve encore trace de quelques fruits noirs. Tanins fermes en finale. Bien

[size=medium]Madiran, Château Bouscassé, Vieilles Vignes, 1995[/size]



Nez sur les fruits noirs ainsi qu'un léger grillé. Très belle attaque douce et ample qui se développe agréablement. Beau vin

[size=medium]Madiran, Château d'Aydie, 1996[/size]



Nez réduit, le match est commencé et les joueurs commencent à être bien suants ! Ce vin m'a semblé peu causant, large comme un troisième ligne mais manquant de finesse.

[size=medium]Madiran, Château d'Aydie, 1997[/size]



Ah, on change de registre! La robe est impénétrable et vous teinte le verre comme rarement j'ai pu le constater. La larme déposée sur le buvant met un temps incroyable à descendre sur la paroi du verre. L'élevage est encore perceptible au nez mais la bouche est superbe, sur le cassis et la myrtille, le tout présentant un équilibre tout à fait convaincant. Très bien (tu)

[size=medium]Madiran, Domaine Damiens, 1998[/size]



Ce vin m'a semblé peu en place, entre des notes réduites (teinture d'iode) et des arômes intéressants, sur les fruits noirs et la réglisse. La bouche est en revanche un peu maigrichonne.

[size=medium]Madiran, Montus, 1998[/size]



Le nez est fermé, sur des notes de pain grillé. Grosse acidité en bouche qui semble déséquilibrée en dégustation pure. La goutte dans mon verre est complètement sur le brûlé.

[size=medium]Madiran, Clos Fardet, 1999[/size]



Nez sur le cassis et la myrtille. L'attaque est agréable, sur les fruits noirs mais une amertume finale déséquilibre le tout.

[size=medium]Madiran, Domaine Berthoumieu, cuvée Charles Batz, 1999[/size]



Le nez est sur le pain chaud, pas particulièrement grillé. La bouche est agréable, presque ronde (enfin un rond format pilier tout de même!). Vin prêt à boire.

[size=medium]Madiran, Domaine Berthoumieu, cuvée Charles Batz, 2001[/size]



La robe est là encore d'un noir impressionnant. Le nez est d'une belle jeunesse, sur la confiture de mûre, laissant une impression un peu lactée. Très belle bouche d'une grande maturité, impression sphérique, quasi sucrée que vient allonger une grosse acidité et des tanins importants mais, ici, pas secs du tout. Un beau vin d'avenir ! (tu)

Le match est bien avancé et l'équipe des courageux picards a bien résisté aux assauts et plaquages des rouges de chez Tannat? Certains affichent tout de même de beaux sourires UltraDark à faire pâlir un marathonien des primeurs bordelais !
Petit arrêt de jeu salutaire pour remobiliser les troupes et reposer les muqueuses fatiguées avant le dernier quart d'heure.
En gros, et ben, ça bulle !:D

[size=medium]Champagne Boulard Brut Nature[/size]



La phrase du jour "Ca sent bon, ça change!".(:D Un nez sur la pomme et la pâte d'amandes. J'ai beaucoup aimé l'équilibre en bouche de ce vin, tendu et frais, d'une jolie longueur.

L'effort, c'est bien connu, ça creuse !
[size=medium]
Filets de rougets à la moelle et Duo de canard au jus épicé.[/size]


Attention, entrée des jokers de luxe pour le dernier quart d'heure.

[size=medium]Madiran, Montus, 1990[/size]



De suite, on sait qu'on change d'époque. La robe est plus évoluée. Le nez reste peu éloquent et la bouche marquée par une grosse acidité. Les tanins sont fondus (enfin :D!) et le vin passe bien à table.

[size=medium]Madiran, Château Bouscassé, Vieilles Vignes, 1989[/size]



Humm, ça semble de suite plus en place. Très beau nez fin et élégant, sur des notes de cuir et de tabac blond. La bouche est à l'avenant, bien en place, sur des aromes finement épicés qui répondent bien au canard. Très beau (tu)

[size=medium]Jurançon, Domaine Cauhapé, Symphonie de novembre, 2004[/size]



Nez agréable, sur la cire d'abeille, le miel et le pralin. La bouche est toute en dentelle, fine acidité qui lui donne de la légèreté. Aromatiquement, on est sur le fruit de la passion. C'est très beau, frais comme un salade de fruits. J'aime beaucoup. (tu)

[size=medium]Jurançon, Domaine Cauhapé, Noblesse du temps, 1998[/size]



Ouch !! Du grillé, y'en a et il vous emporte le nez! Alors, élevage ou réduction? Curieux vin qui ne trouve pas son équilibre. L'acidité est dissociée et une sucrosité importante semble pâteuse. Pas compris ce vin ?

[[size=medium]Jurançon, Uroulat, 2002[/size]



Ah, là, c'est classique et Petit Manseng à fond. Un très beau nez de fruits exotiques, l'impression de croquer dans une mangue ou une papaye. Une impression de délicieuse évidence se dégage de ce vin, son équilibre et sa fraicheur m'ont convaincu ! (tu)

[size=medium]Pacherenc du Vic Bilh, Domaine Laffitte Teston, 1998[/size]



Vin fatigué qui n'a plus à donner que de vagues notes de raisins secs. Paix à son âme.

[size=medium]Jurançon, Domaine Cauhapé, Quintessence de Petit Manseng, 1991[/size]



Bon, là, y'a débat ! Bouchon ou pas bouchon. Moi, je dis y'en a ! Alors pas des stères mais ça renifle un peu le liège et c'est surtout en bouche que je le perçois. Malgré tout, on voit un beau vin derrière ce défaut, sur la cire d'abeille, le miel. C'est long mais pour moi, ça dévie. Zut !!

Bon, le match est joué et s'est finalement révélé viril mais correct. Mis à part un morceau de plombage qui n'aura pas résisté aux charges tanniques de l'équipe adverse (véridique!), que puis-je retenir de cette belle journée?

Le Madiran, c'est pas un sport pour fragiles de la dégustation.
Le Madiran, viril tout seul, peut se présenter comme un convive de premier ordre pour peu qu'on lui accorde un plat à la hauteur de sa carrure.
Les tannins du Madiran, il faut savoir attendre que le temps les rabote, les fonde.
Bouscassé m'a semblé conserver plus de fruit au vieillissement que Montus qui part plus facilement sur des notes viandées.

Merci à tous les amis présents (particulièrement au Capitaine Charles) pour cette nouvelle session réussie.
Et vivement la prochaine rencontre !
#1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8437
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Superbe CR ! Merci Oliv.

Anthony
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20014
  • Remerciements reçus 801

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

photos toujours aussi belles et belle dégust bravo.
même avis sur aydie 97 dégusté récemment, un très beau vin.
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18102
  • Remerciements reçus 1946

Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Et pourtant ce 97 d'Aydie était vraiment viril à sa naissance. Mais il possédait de bien belles qualités prometteuses. Une sorte d'archétype de Madiran, avais-je pensé à l'époque. C'est la raison qui m'a poussé à en mettre en cave. Vous m'incitez à aller vérifier.
Merci pour ce très bon CR.
Quelques remarques : 90 et 2001 semblent bien être les millésimes de référence.
Le nez de Chapelle Lenclos semble lui aussi souvent marqué par des notes animales et toastées : c'est une sorte de marque de fabrique.
Autre remarque : sur le temps, je ne suis pas persuadé que les types de vinifications "enrobées" sur Montus et Montus prestige s'avèrent être les meilleurs choix. C'est ce qui me fait préférer la tradition dans Vieilles Vignes de ce domaine.
Enfin : le tannin, dans le sud ouest, c'est culturel. Faites goûter un gamay à un vigneron du coin, il risque de vous direz que ce n'est pas du vin. Il faut mettre cela en parallèle avec les traditions culinaires et la culture (là encore) de l'amer. N'est-ce pas par là, finalement qu'il y a uniformisation ?

Jérôme Pérez
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2399
  • Remerciements reçus 492

Galinsky a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Bonjour,

Après m'être dévoué B)-pour emporter la bouteille de "Quintesence de Petit manseng" de Cauhapé à la maison. c'est donc le lendemain que je regoute le breuvage en fin de déjeuner. Et ben.... Le coté liègeux persiste, mais sans s'être intensifié, comme cela devrait être le cas sur un vrai goût de bouchon après aération. Alors que dire...que dalle. là je sèche mais je persiste et je signe le coté légèrement liégeux est présent au nez comme en bouche, mais pas assez pour être vraiment Rédhibitoire, juste pour signaler sa présence.

NDLR : En fait cela ne nous à pas empècher de terminer la bouteille :)o

PS : En tout cas, merci à toute l'équipe de LPV Picardie, de m'avoir acceuilli afin de partager la route avec OLIV ! et surtout ce grand moment de convivialité, à la revoyure !!!

ERIC.
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5213
  • Remerciements reçus 1916

Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Beau CR !
Effectivement à te lire, le tannat, ça déchausse ! ;)

Olivier
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26068
  • Remerciements reçus 917

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Et pas une pointe de truffe dans tous ces vins de Jurançon ?

Luc
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2399
  • Remerciements reçus 492

Galinsky a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Même pas, je m'y attendais un peu sur le "Quintessence" car j'ai le souvenir d'un millésime 1990 (de toute beauté) ou là vraiment la truffe était présente (plutôt la truffe blanche, d'ailleurs). Mais là point du tout !!!

ERIC
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6161
  • Remerciements reçus 9

chinbourg a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Oliv a dégainé assez vite, beaux CRs, bravo.

Je laisserai les miens demain, dès notre retour à la maison.

Sur Marie 2001, il y avait un soupçon de truffe très élégant, par contre absolument pas sur les autres.

J'ai découvert Aydie que je connaissais pas, très beau 97.(tu)

Superbe Bouscassé, Vieilles Vignes, 1989.

Très beau Uroulat 2002, un liquoreux aérien à souhait.(tu)

Particulièrement merci à Charles pour ses apports et à tous pour leur participation, à bientôt pour d'autres aventures...

Laurent L
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6161
  • Remerciements reçus 9

chinbourg a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Bruno, tu fais bien de le souligner, une belle fraîcheur comme en Loire. :D

Laurent L
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83245
  • Remerciements reçus 8840

oliv a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Jérôme Pérez écrivait:
> Et pourtant ce 97 d'Aydie était vraiment viril à
> sa naissance. Mais il possédait de bien belles
> qualités prometteuses. Une sorte d'archétype de
> Madiran, avais-je pensé à l'époque. C'est la
> raison qui m'a poussé à en mettre en cave. Vous
> m'incitez à aller vérifier.
> Merci pour ce très bon CR.
> Quelques remarques : 90 et 2001 semblent bien être
> les millésimes de référence.
> Le nez de Chapelle Lenclos semble lui aussi
> souvent marqué par des notes animales et toastées
> : c'est une sorte de marque de fabrique.
> Autre remarque : sur le temps, je ne suis pas
> persuadé que les types de vinifications "enrobées"
> sur Montus et Montus prestige s'avèrent être les
> meilleurs choix. C'est ce qui me fait préférer la
> tradition dans Vieilles Vignes de ce domaine.
> Enfin : le tannin, dans le sud ouest, c'est
> culturel. Faites goûter un gamay à un vigneron du
> coin, il risque de vous direz que ce n'est pas du
> vin. Il faut mettre cela en parallèle avec les
> traditions culinaires et la culture (là encore) de
> l'amer. N'est-ce pas par là, finalement qu'il y a
> uniformisation ?

Merci Jérome pour ce rebond très enrichissant auquel je me permet d'adjoindre ta remarque postée dans la rubrique Montus.
Intéressante également ta conclusion sur l'uniformisation des goûts due à la tradition culinaire locale. Il me semble que c'est exactement l'existence de ces cultures de table particulières qui permet à des régions comme le Sud Ouest, le Jura ou la Savoie de présenter des vins, issus de cépages locaux, aux équilibres inédits, parfois déstabilisant en dégustation seule mais qui autorise des accords appréciables et d'une belle originalité.
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18102
  • Remerciements reçus 1946

Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

et oui. Avant de parler de l'uniformisation des goûts du vin, on ferait bien de s'intéresser à l'uniformisation générale.
Les accents, la bouffe, la mode, le mode de vie .... et le vin qui ne fait que suivre ce mouvement général.
J'entendais un parisien un jour dire qu'il trouvait que Cabrel en faisait trop avec son accent ! ... Quand mon grand père est revenu voir le chemin des dames, il ne comprenait pas les picards...
Il faut avoir goûté une fois les radis au foie salé pour comprendre qu'il existe bien une culture sud ouest comme il en existe dans toute autre région : la terre , le vin, les hommes sont partie intégrante de cette culture et participe de. Chacun est indissociable, n'est pas un, mais élément d'un tout , pour combien de temps encore ?. Vouloir les dissocier c'est déjà commencer à détruire cet édifice.
Délicieux accent valaisan accompagné d'un verre de marsanne de chez Chappaz, il n'y a pas de meilleur accord !

Jérôme Pérez
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6161
  • Remerciements reçus 9

chinbourg a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest

Jérôme, comme je te comprends.
Avec le Chenin, nous avons aussi un problème, tout le monde veut que cela ressemble à un Vouvray, alors que nous avons des terroirs différents qui permettent à ce cépage, d'avoir d'autres profils.

Laurent L
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6161
  • Remerciements reçus 9

chinbourg a répondu au sujet : Re: CDR-LPV Picardie Episode 12: Le Sud Ouest


1 Jurançon sec, Charles Hours, cuvée Marie, 2001.
Robe jaune paille.
Nez, sur l’ananas, à l’aération le nez s’affine sur de légères notes de truffes.
Bouche, attaque est assez souple, une belle acidité en milieu de bouche, la finale est assez courte, sur des notes exotiques. Bien

2 Pacherenc du Vic Bilh sec, Montus, 2001.
Robe or jaune.
Nez, assez marqué par l’élevage (je suis diplomate), léger citron.
Bouche, l’attaque est grasse, une pointe d’acidité essaie de venir équilibrer le vin, mais les notes d’élevage sont vraiment trop présentes, assez vulgaire en l’état. Beurk




Nous attaquons les choses sérieuses…les vins sont servis par pair, hormis une triplette (11 ; 12 ; 13).

3 Madiran, Montus, 1995.
Robe grenat, légères traces d’évolution sur le bord du disque.
Nez, bourgeon de cassis, légèrement poussiéreux, très légèrement animal à l’aération.
Bouche, attaque souple, équilibrée. Les tanins sont fondus, matière moyenne, assez belle longueur. ABien


4 Cahors, Clos de Gamot, cuvée Vignes Centenaires, 1995.
Robe grenat, dense.
Nez réglisse, à l’aération la fraise.
Bouche, belle attaque, le milieu de bouche est charnu, les tannins répondent présents, mais ne sont pas agressifs. Ce vin, qui est dense, est soutenu par une belle acidité. Un beau vin charpenté que j’ai eu plaisir à retrouver à table. Bien.




5 Madiran, Chapelle Lenclos, 1995.
Robe grenat foncé.
Nez, le bois de cèdre, arômes d’évolution.
Bouche, belle attaque, qui laisse place a une grosse matière, la charge tannique présente est assez fondue, une belle acidité lui donne une finale pas très longue mais agréable. Bien

6 Madiran, Labranche Laffont, Vieilles Vignes, 1995.
Robe grenat foncé.
Nez assez fermé…
Bouche les tannins sont durs, le grain est rêche. L’acidité se manifeste, puis l’alcool, bref une impression de déséquilibre.




7 Madiran, Montus, cuvée Prestige, 1995
Robe, grenat plus claire.
Nez, sur les fruits noirs, à l’aération des petites touches animales.
Bouche, attaque assez souple, se développe sur une belle matière, des tanins qui donnent un grain assez velouté, une acidité mesurée. Une belle finale sur les fruits noirs. Bien


8 Madiran, Château Bouscassé, Vieilles Vignes, 1995
Robe grenat foncé.
Nez un peu sauvage, à l’aération les fruits noirs se précisent.
Bouche, l’attaque est plus vive, beaux tanins, une grosse acidité qui donne une trame serrée. Bien

Deux styles de vin différents, le premier assez souple, le second plus droit avec sa trame serrée.




9 Madiran, Château d'Aydie, 1996.
Robe grenat assez claire.
Nez, léger réglisse, fruits rouges.
Bouche, attaque assez souple, des tanins assez fins, une petite acidité tire le vin, finale sur les fruits rouges. Bref pas très complexe, il sera écrasé par son cadet… ABien


10 Madiran, Château d'Aydie, 1997.
Robe grenat très foncé, dense. Le vin est assez épais.
Nez, sur les fruits noirs, légère trace d’élevage.
Bouche, l’attaque est ample, le milieu de bouche est dense, mais reste frais, le vin est profond.
Le tout donne un bel équilibre, la finale sur les fruits noirs (myrtille) est d’une très belle persistance.
Je ne connaissais pas ce domaine, ce vin m’a donné envie d’en savoir plus. TBien




11 Madiran, Domaine Damiens, 1998.
Robe grenat
Nez, fruits noirs, assez discret.
Bouche, attaque souple, le milieu de bouche se tend, les tanins deviennent rugueux…. Bof

12 Madiran, Montus, 1998.
Robe grenat foncé, assez dense.
Nez, grillé, encore un léger animal… (marque Montus ?)
Bouche, petits tanins, grosse acidité, moyennement long, le vin n’est pas en place. A revoir ?

13 Madiran, Clos Fardet, 1999.
Robe grenat foncé.
Nez sur la liqueur de cassis.
Bouche, l’ensemble est assez simple, sans grand intérêt. Bof




14 Madiran, Domaine Berthoumieu, cuvée Charles Batz, 1999.
Robe grenat foncé
Nez sur les fruits noirs.
Bouche, attaque est ronde, le milieu de bouche se développe sur de beaux tanins soyeux (j’exagère à peine …), l’acidité tire bien la finale. Un vin équilibré, prêt à être dégusté. Bien

15 Madiran, Domaine Berthoumieu, cuvée Charles Batz, 2001.
Robe grenat très foncé, dense.
Nez sur les fruits noirs, le cèdre, il donne une impression de maturité.
Bouche, belle attaque ample, assez aromatique sur le cassis bien mûr. Les quelques notes sucrées, sans doute dû à l’alcool, viennent, je pense, de la maturité de la vendange.
Les tanins sont bien présents, mais ils sont policés, pas agressifs. Ils donnent le volume, que l’acidité vient tirer, pour donner une très belle finale. Un vin très équilibré, promis à un bel avenir. TBien




Il est temps de passer à table, nous aurons une petite pensée pour notre ami Francis Boulard.
Son Brut Nature, Tradition, 2001 fera la transition avec le repas.
Nous avons été dur avec ce vin, car passer, après cette dégustation aux tannins ravageurs, ne fut pas chose facile…

Champagne Boulard Brut Nature, Tradition, 2001.
Le nez était nettement sur la pomme.
La bouche, belle attaque vive, la bulle est assez présente, assez grosse. Très vineux, bel équilibre entre fraîcheur et matière.
Surtout ne pas se baser sur ce CR pour juger de la qualité des vins Raymond Boulard.
Nous aurons l’occasion d’en déguster d’autres dans de meilleures conditions.

Trilogie d’amuse-bouche.
Filets de rougets à la moelle.
Duo de canard au jus épicé.

16 Madiran, Montus, 1990. Bien
17 Madiran, Château Bouscassé, Vieilles Vignes, 1989. TBien

Je me suis laissé dépasser par le moment…, je n’ai pas pris de note…
Le Bouscassé était très très beau, très bel accord avec le plat.
Dans son expression de vin à maturité, il m’a fait penser au très beau Pibarnon 1990 de chez Philippe.
Bref, un véritable plaisir que nous a fait notre ami Charles, car sans lui, nous n’aurions pas eu accès à ces vieux millésimes. Merci à lui pour sa générosité.




Nous attaquons un autre monde.

18 Jurançon, Domaine Cauhapé, Symphonie de novembre, 2004.
Robe jaune paille.
Nez, assez discret, à l’aération des notes exotique, légères notes d’amandes.
Bouche, attaque moelleuse, soutenue par une petite acidité, pas très long.
Un vin sur le fruit, pas très complexe, un beau moelleux de base. Bien

19 Jurançon, Domaine Cauhapé, Noblesse du temps, 1998.
Robe, je ne vais pas oser écrire ce que j’ai pu dire….
Nez très très grillé, presque écoeurant…
Bouche, dissociée, une impression de juxtaposition du sucre et de l’acidité… dans l’état Beurk.
Doit on penser à un problème de bouteille ?


20 Jurançon, Uroulat, 2002.
Robe or pâle.
Nez ananas, mangue, très aérien.
Bouche, attaque assez vive, le milieu de bouche avec une belle acidité équilibre magnifiquement le sucre, très belle longueur et une superbe persistance aromatique.
Ce vin est une évidence. TBien

21 Pacherenc du Vic Bilh, Domaine Laffitte Teston, 1998.
Pas en forme…


22 Jurançon, Domaine Cauhapé, Quintessence de Petit Manseng, 1991
Robe vieil or.
Nez pas net… cela a fait débat, certains évoquent une déviance due au bouchon, d’autres un côté carrément liégeux et d’autres les limites extrême du cépage …
Dommage, car la bouche est très équilibré, et d’une belle longueur.
Eric donnera des infos sur le suivi de la dégustation dans le temps, nous attendions beaucoup de ce flacon, d’où la déception.

Merci à tous d’avoir participé à cette dégustation, à bientôt pour de nouvelles aventures.

Laurent L
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck