Nous avons 1599 invités et 82 inscrits en ligne

Domaine Benoît Dorsaz

  • Messages : 654
  • Remerciements reçus 106

Dom a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

chrisdu74 écrivait:
> Que voilà des vins au beau rapport qualité prix, comparé aux stars de la région

Qu'est-ce que tu veux dire exactement? B.Dorsaz fait partie des 'stars' comme tu dis. Il est connu et reconnu depuis de longues années déjà.
Pour le rapport qualité prix, à +/- 10.-, les autres cuvées 'stars' syrah sont du même niveau, voir plus. Ya pa un gouffre non plus. Je comprends pas trop.

Belle dégustation en tout cas, j'avais fait la même au domaine il y a quelques années.
#121

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20013
  • Remerciements reçus 796

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

trouver une cuvée haut de gamme comparable aux meilleures cotes roties autour de 25€, ça me semble difficile. C'est cela que voulait dire chris j'imagine, et je partage cet avis pour le peu que j'en ai gouté, une cuvée qui m'a impressionné.
#122

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 654
  • Remerciements reçus 106

Dom a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

Ah ok, j'étais resté dans la région du Valais.
#123

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 336
  • Remerciements reçus 62

jfrdz a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

"trouver une cuvée haut de gamme comparable aux meilleures cotes roties autour de 25€, ça me semble difficile. C'est cela que voulait dire chris j'imagine,(...)"


Je l'ai aussi compris ainsi. C'est bien Côte-Rotie que les meilleurs producteurs de syrah du Valais ont dans le viseur (D. Mercier, S. Maye, B. Dorsaz, C. Clavien, D. Joris, M.-B. Gillioz, M. Zufferey. Désolé pour les autres que j'ai omis de citer).

Par une sorte de pudeur à mettre sur le compte de leurs origines paysannes, les producteurs du Valais rechignent à aligner leurs prix sur le benchmark. La régulation du marché se fait par la gestion de la pénurie. Les quantités sont faibles, la demande est plus forte que l'offre. La crème des vins s'arrache entre afficionados en quelques semaines directement à la source après la mise.

_____________________________________________________________________________________
« Avez-vous déjà bu une bonne bouteille avec un connaisseur en vin ? C'est un supplice. » Nicolas Bouvier
#124

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2231
  • Remerciements reçus 1032

chrisdu74 a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

J'avais fait référence aux Côté-Rôtie en 2013 dans notre dégustation "comparative". La, je faisais bien référence au Valais mais je ne suis certes pas assez immergé dans le milieu pour dire qui est star ou pas...
Toutefois si je me réfère au prix cavistes.... Étant en phase découverte, je ne vais pas aller acheter un carton de 12 chez le vigneron et puis d'ailleurs comme suggéré ci-dessus la fenêtre pour se fournir au domaine est très étroite tellement ça part vite. Même chez les cavistes, le millésime de l'année reste rarement longtemps à la vente , faut faire fissa pour goûter et pouvoir racheter
Enfin bref, donc, au niveau prix cavistes, une syrah VV de Maye c'est 49/50 CHF, Mercier c'est 55 voire 60 alors que Dorsaz est dans les 35/36. Je n'ai pas encore trouvé le site qui vende au prix domaine comme peuvent le faire certains cavistes français pour les vins du Rhône. Donc s'il est parmi les stars, c'est quand même sacrément moins cher d'où ma tirade sur le rapport qualité prix après avoir goûté cette verticale et celle de Maye il y a 2 ans, la différence tenant au prix
Clavien est dans les mêmes prix mais ma première approche (2010) a été moins positive, je veux regoûter avant de me faire une idée.

Enfin bref, syrah quintessence de Dorsaz, c'est sacrément bon et c'est ça qui compte.

Chris d'U
#125

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2206
  • Remerciements reçus 107

kalmah a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

chrisdu74 écrivait:
> oliv écrivait:
>
>
> > Suisse
> > La syrah selon Benoit Dorsaz.
> >
> >
> www.jacquesperrin.ch...
>
> > dorsaz/
>
>
> J'arrive de suite avec mon propre CR...
> Je voulais juste souligner que y en a qui poussent
> un peu mémére dans les orties en suggérant que le
> 2012 sera vachement bon en magnum, format qui est
> justement le seul disponible dans ce millésime sur
> le site de vente ... ahem ahem...

C'est le seul format disponible CHEZ cave SA. J'en ai 3 en bouteilles de 75 cl. acheté au domaine. En revanche, j'ai l'impression que ses vins se vendent de plus en plus rapidement. Dès juillet de cette année presque tout était loin alors que la mise en bouteille se fait au mois de mai.

Mon médecin m'a prescrit ce médoc avec un petit verre d'eau. Parfait, les assemblages bordelais sont composé de petit verdot.
#126

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20013
  • Remerciements reçus 796

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

C'est le seul format disponible CHEZ cave SA.

c’était alors, car j'en ai acheté des bouteilles (quintessence)
#127

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 398
  • Remerciements reçus 24

poucmabon a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

CR: Benoît Dorsaz - Petite Arvine "Les Perches" 2012
bouteille de 50 cl, bouchon Diam, 14,5 % - contrairement à la bouteille précédente, ouverte encore en 2013, celle-ci présente un premier nez un peu soufré, réduit, je sers donc un verre 2 h avant le repas et le laisse couvert dans un endroit à env. 12 °C.
Robe jaune pale, peu expressif à l'olfaction: un rien floral , fruité, un peu de thiols.
Attaque équilibrée, légèrement perlante, milieu de bouche sur le fruit : le pamplemousse jaune est nettement là dans un ensemble fondu, peut-être un peu de croûte de pain. Grande finesse en tout cas.
Finale de bonne tenue, avec du fruit, de l'astringence et une amertume agréable: vin de gastronomie au goût plutôt simple encore, élaboré avec rigueur, dans le souci de la typicité du cépage.
Epaulé pendant 5 à 6 heures sous Vacuvin, il rencontre l'agrément de 6 dégustateurs, tous le trouvent très bon, très fin. Je le trouve un peu simple et lui donne rendez-vous vers la fin de l'année pour voir si l'évolution lui confère plus de goûts variés.
#128

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2206
  • Remerciements reçus 107

kalmah a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

Pour info.
www2.benoit-dorsaz.c...

Saluons les pratiques tarifaires. Ca n'a pas évolué d'un iota depuis pas mal d'année

Mon médecin m'a prescrit ce médoc avec un petit verre d'eau. Parfait, les assemblages bordelais sont composé de petit verdot.
#129

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7035
  • Remerciements reçus 5011

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

Saluons les pratiques tarifaires. Ca n'a pas évolué d'un iota depuis pas mal d'année

Pour des petits français qui doivent traduire en euros, ce n'est pas pareil... :X
Mais Benoît Dorsaz n'y est pour rien !
Effectivement il ne profite pas de sa notoriété grandissante. :)

Jean-Loup
#130

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20013
  • Remerciements reçus 796

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

même avec le change défavorable aujourd'hui, 29€ en gros la syrah quintessence, vu le niveau, ça reste un bien meilleur rapport Q/P que la majorité des côtes rôties.
#131

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 336
  • Remerciements reçus 62

jfrdz a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

Les malheurs des uns font le bonheur des autres: le taux de change désormais favorable pour le CHF m'incite à retourner du côté de Côte Rôtie, Hermitage et Cornas. Tout en continuant à blinder ma cave avec les vins de Benoît Dorsaz. ;)

_____________________________________________________________________________________
« Avez-vous déjà bu une bonne bouteille avec un connaisseur en vin ? C'est un supplice. » Nicolas Bouvier
#132

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20013
  • Remerciements reçus 796

enzo daviolo a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz viticulteur "Quintessence Syrah" 2012

CR:
Valais Fully Domaine Benoit Dorsaz « Quintessence Syrah » 2012
Nez encore élevé comme je m’y attendais, toasté, d’épices, mais aussi un côté sexy, d’agrumes.
La bouche est bien équilibrée, fraiche, large et sexy malgré un élevage encore perceptible. Les agrumes font saliver, la matière est belle, j’ai l’impression de boire une Barbarine. C’est évidemment trop jeune mais on a du plaisir de par l’équilibre jusque dans la finale persistante sur les agrumes et une très légère amertume d’élevage. Bien bon mais à attendre. Très Bien.
#133

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2206
  • Remerciements reçus 107

kalmah a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz viticulteur - Petite arvine quintescence 2011

CR: Benoît Dorsaz viticulteur - Petite arvine quintescence 2011

Nez complexe entre un peu minéral, floral. La bouche est belle, d'abord un touchez de bouche de velours, mais derrière se cache un gros volume, assez arômatique sans la moindre perception d'alcool. La finale est très persistante avec une sacré fraîcheur soutenue pas une belle minéralité. La finale est très longue, malgré le millésime qui présente une acidité plus basse que d'habitude. 17/20

Mon médecin m'a prescrit ce médoc avec un petit verre d'eau. Parfait, les assemblages bordelais sont composé de petit verdot.
#134

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 588
  • Remerciements reçus 17

Cornalin a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz, viognier du Valais, 2012

CR: Benoît Dorsaz, viognier du Valais, 2012

Aspect, jaune moyen, gras et lumineux. Nez, typé du cépage, épanoui et fin, madarine, abricot, pêche, léger boisé. Bouche, attaque ample et sèche, un beau gras voluptueux, dense, acidité plutôt basse, très légère impression tannique, superbes amers qui tapissent très agréablement la fin de bouche et qui l'étire très loin. En conclusion, un très bon viognier typé, fin et élégant. Très bon vin de repas, il semble tailler pour tenir encore 3- 4 ans.

Hervé
www.benoit-dorsaz.ch...

HK
#135

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2206
  • Remerciements reçus 107

kalmah a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz - Petite arvine quintescence 2012

CR: Benoît Dorsaz - Petite arvine quintescence 2012

Nez floral assez intenses. En bouche, l'attaque est bien progressive suivie d'une très belle bouche bien fruité. . La finale en revanche manque un peu de fraîcheur mais ça revient sur des notes d'amande avec une bonne longueur, mais voilà il manque la fraîcheur dont j'ai tant l'habitude avec ce cépage et ce viticulteur. Je pense que la phase de ce vin n'est pas la meilleure. 15/20. A revoir d'ici quelques années.

Mon médecin m'a prescrit ce médoc avec un petit verre d'eau. Parfait, les assemblages bordelais sont composé de petit verdot.
#136

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2206
  • Remerciements reçus 107

kalmah a répondu au sujet : CR: Valais Fully Domaine Benoit Dorsaz « Quintessence Syrah » 2012

Valais Fully Domaine Benoit Dorsaz « Quintessence Syrah » 2012

Nez épicé, grillé, fruité fringuant. Le toucher de bouche est très beau avec un beau fruité type syrah et un joli volume. La finale est très présente avec une belle fraîcheur et un peu de grillé (boisé encore présent). La longueur est très bonne. J'ai convaincu mon voisin que les Suisses savaient faire du très bon vin :D

Mon médecin m'a prescrit ce médoc avec un petit verre d'eau. Parfait, les assemblages bordelais sont composé de petit verdot.
#137

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 336
  • Remerciements reçus 62

jfrdz a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz - Cornalin Quintessence 2010

Bouteille bue sur trois jours, à chaque fois rebouchée avec un système de type vacuum.

Le 1er jour le nez est pur, mais je peine à identifier les caractéristiques d'un cornalin (griotte, cerise): les notes toastées dominent même si on devine que par en dessous la matière existe et que flottent quelques notes épicées (clou de girofle). Mais je perçois relativement peu fruit. Droiture en bouche, tanins très fins, acidité de bon aloi qui encadre bien le jus. Belle longueur. C’est le 2e jour et surtout le fond de bouteille du 3e jour que la dynamique du vin va apparaître et son caractère fruité se dévoiler. C'est à partir de ce moment que je me suis dit que j'aurais bien voulu prolonger la dégustation sur un 4e, voire un 5e jour.

J’ai l’impression que ce vin est encore enserré dans sa gangue d’élevage. Cela vaut la peine de donner un peu plus de temps à ce CR:Cornalin Quintessence 2010.

Peut-être que les sols de gneiss desquels sont issus une bonne partie des vins de Benoît Dorsaz donnent au cornalin un caractère plus sévère et plus retenu. Cela nécessite une garde plus longue pour que ce cépage trouve son point d'équilibre. Les sols à base de calcaire (sols à Flanthey) pourraient imprimer au Cornalin un caractère fruité explosif immédiat les rendant du coup plus accessibles dans leur prime jeunesse. A vérifier.

_____________________________________________________________________________________
« Avez-vous déjà bu une bonne bouteille avec un connaisseur en vin ? C'est un supplice. » Nicolas Bouvier
#138

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2206
  • Remerciements reçus 107

kalmah a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz viticulteur - Petite arvine Les perches 2013

CR: Benoît Dorsaz viticulteur - Petite arvine Les perches 2013

Nez soutenu de pamplemousse, de glycine. La bouche est assez riche, vive avec un joli volume en bouche sans être alcooleuse (14.5% d'alcool affiché). La finale est splendide, très fraîche ( note citron vert pamplemousse), longue. J'adore 16.5/20.

Mon médecin m'a prescrit ce médoc avec un petit verre d'eau. Parfait, les assemblages bordelais sont composé de petit verdot.
#139

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26068
  • Remerciements reçus 917

Luc Javaux a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz - Grain de Folie - Petite Arvine de Fully 2008

Benoît Dorsaz - Grain de Folie - Petite Arvine de Fully 2008


Robe or intense. Nez superbe et complexe, sur les agrumes confits, la mandarine, l'abricot, avec une petite pointe truffée, et une légère sensation boisée, entre autres délicieuses choses. Si le nez est particulièrement plaisant, la bouche est sublime. A la fois riche en liqueur et d'une fraîcheur remarquable, l'équilibre est parfait et la longueur exceptionnelle sur une finale saline qui appelle irrésistiblement la gorgée suivante, puis le verre suivant, puis... zut, il n'y en a plus... Vous l'aurez compris, le seul défaut de cette bouteille est sa taille. Grand vin

Luc
#140

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2206
  • Remerciements reçus 107

kalmah a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz - Syrah Quintescence 2011

CR: Benoît Dorsaz - Syrah Quintescence 2011

Nez explosif, sur les épices, les fruits rouge. La bouche est splendide, un superbe toucher de bouche, puis une explosion d'arôme type syrah épice poivée, cerise,.... La finale bascule avec une magnifique fraicheur. C'est long, c'est délicieux. C'est tôt, mais c'est très difficile de ne pas résister à l'ouverture tellement le plaisir est là

17.5/20.

Mon médecin m'a prescrit ce médoc avec un petit verre d'eau. Parfait, les assemblages bordelais sont composé de petit verdot.
#141

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7035
  • Remerciements reçus 5011

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz - Humagne Quintessence - 2007

Benoît Dorsaz - Humagne Quintessence - 2007

La robe est relativement claire et présente de beaux reflets tuilés.
Le nez est superbe d'expression par ses arômes de fruits compotés, de cuir noble, de sous-bois et de fleurs séchées.
La bouche est à son apogée et donne une impression de plénitude, grâce à sa belle chair sur un fruité secondaire, sa grande fraîcheur, et son toucher très fin. Des légers tanins un peu asséchants apportent une fine amertume, l'ensemble se fondant sur le plat (veau farci).
Je trouve décidément beaucoup de similitudes entre l'Humagne et le Pinot noir.

Très Bien +
#142

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2206
  • Remerciements reçus 107

kalmah a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz - Fully 2014

CR: Benoît Dorsaz - Fully 2014

Nez floral. L'attaque est vive, équilibré sans aucun perlant. Ce qui choque, c'est la puissance de la finale. C'est d'une très belle fraîcheur, c'est long. C'est très bon. Un chasselas de compétition. 16/20

Mon médecin m'a prescrit ce médoc avec un petit verre d'eau. Parfait, les assemblages bordelais sont composé de petit verdot.
#143

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7035
  • Remerciements reçus 5011

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz - Fully 2014

Chic, j'en ai trois en cave !
Du coup tu penses que cela peut attendre un peu ?

Jean-Loup
#144

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2206
  • Remerciements reçus 107

kalmah a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

Aucune idée ! Il faut demander à M. Dorsaz, mais tu ne perds rien à en ouvrir une.

Mon médecin m'a prescrit ce médoc avec un petit verre d'eau. Parfait, les assemblages bordelais sont composé de petit verdot.
#145

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7035
  • Remerciements reçus 5011

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz - Fully - 2014

Benoît Dorsaz - Fully - 2014

Tu ne perds rien à en ouvrir une.
Eh bien je l'ai fait !

La robe est de couleur paille assez dense.
Le nez très intense et expressif est basé sur des fleurs blanches (lys), agrémentées de touches miellées et de plantes à infusion.
La bouche est à la fois ample, généreuse et fine grâce à une acidité structurante. Les beaux arômes se maintiennent dans la finale bien persistante.

Un chasselas comme on n'en trouve pas en France et sans doute très peu en Suisse. Bien ++

Après avoir pris ces notes, je lis le CR de kalmah ci-dessus. On dirait que j'ai copié ! Normal, on a bu le même vin ...;)

Edit : finie le soir, une bien noble amertume apparaît sur la finale, que je n'avais pas notée à midi.

Jean-Loup
#146

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 336
  • Remerciements reçus 62

jfrdz a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz - Verticale Syrah Quintessence

« (…) je trouve que l'aptitude des vins à se transformer au vieillissement semble réservée à certains vins français, quelques Italiens, quelques rares argentins (Weinert estrella 77, de vieux Rutini & quelques autres) lorsque je bois un vieux Sassicaia ou un Mondavi Reserve par ex, je retrouve le profil arômatique et gustatif du vin jeune, alors que les Bordeaux bus après la mise et vingt plus tard se sont complètement métamorphosés. Un thème intéressant ! »




Ce point de vue posté par Claudius, j’avoue y réfléchir depuis quelques années sans parvenir à y apporter de réponse définitive. Une question me taraude en particulier depuis un bon bout de temps : la capacité qu’auraient / n’auraient pas les syrah du Valais à dépasser leur fruité explosif et à basculer dans le registre des arômes tertiaires après quelques années de garde.

Les journées portes ouvertes organisées par les caves en Valais a incité Benoît Dorsaz et son épouse Maryline à organiser une verticale de sa syrah quintessence le samedi 21 mai. Quelle chance ! L’occasion de dissiper quelque peu mon brouillard personnel ? Au vu de l’intérêt suscité, la verticale a été scindée en deux : une première verticale a eu lieu à 10:00 (la verticale à laquelle j’ai participé) qui a été suivie d’une deuxième verticale à 16:00.

La verticale du matin s’est déroulée bouteilles chemisées, avec comme ligne directrice quelques questions simples pour la douzaine de participants, la plupart étant, je suppose, des clients et clientes de longue date ("Millésime récent ou ancien ? Année chaude ou fraîche ? Que pensez-vous du vin ?"). Benoît Dorsaz précise d’emblée qu’il n’a pas suivi une ligne chronologique (par ex. des millésimes les plus récents aux plus anciens), mais qu’il a organisé la dégustation par groupes thématiques. Tous les vins ont été servis à 14° et ouverts ½ heure avant la dégustation.

La gamme quintessence est apparue au début des années 2000. Les vins antérieurs à cette période sont désignées avec le terme « syrah La Coronelle » qui correspond au nom de la cave avant qu'elle prenne le nom de "Benoît Dorsaz viticulteur".

N° 1
Au nez, belle expression (tomate, lardé) peut-être un peu monobloc. En bouche léger boisé, peu d’acidité perceptible, arômes de syrah classiques. Très persistant. Belle entrée en matière.
Syrah Quintessence 2004. Benoît indique qu’il s’agit d’un millésime très difficile. D’abord chaud, puis froid, et enfin attaque de pourriture.

N° 2
Nez à la fois plus épanoui, plus floral, notes d’élevages moins perceptibles. La bouche présente un équilibre remarquable : longiligne, tendue, un mélange étonnant avec un côté aristocratique et ultra-gourmand. Persistance aromatique supérieure par rapport au 1er vin.
Syrah Quintessence 2006. Benoît précise que 2006 a été millésime chaud, avec de la pluie en fin de cycle.

N° 3
Nez un peu mutique, mais qui reste lisible après agitation : dans ce bloc on perçoit de la tomate et quelques notes de pivoine (après une dizaine de minutes, le nez va subitement s’ouvrir). La bouche présent en revanche une superbe acidité et est dotée d’un équilibre magistral. C’est gourmand, précis et très persistant.
Syrah Quintessence 2002. A nouveau un millésime difficile selon Benoît. Il ajoute avoir un faible pour ce vin qui correspond à l’idée qu’il se fait d’une syrah élégante.

N° 4
Woaw, quel nez complexe ! Un défilé d'arômes de raisins de Corinthe, de sous-bois, d’humus. Le dépôt dans nos verres indique que nous sommes en train de remonter le temps. La bouche se présente par rapport aux vins précédents de manière plus fondue, plus fluide. Moins sur la force, mais pas dénuée de matière, même si la persistance aromatique est légèrement en deçà des vins précédents.
Syrah La Coronelle 1991. Vignes de 3 feuilles, premier millésime de syrah, Benoît partage avec nous son émotion en nous faisant découvrir la première syrah qu’il a vinifié et qui se comporte selon lui pas si mal.De ce 1er millésime, il lui reste 2-3 bouteilles. Nous sommes conscients de la fleur qui nous est faite.

N° 5
Quelque chose de longiligne dans le nez. Nez différent des trois premiers millésimes : Beau mais atypique. La bouche me semble en revanche très dynamique, avec beaucoup de matière, mais finalement peu d’acidité. Elle manque un peu d’allonge et il me manque cette acidité typique des sols granitiques (de gneiss à Fully). « Millésime chaud ou frais ? » nous demande Benoît. Le manque d’acidité me fait opter pour un millésime frais. Perdu !Puisqu’il s’agit de la…
Syrah La Coronelle 1995. « Un millésime de rêve, mais que j’ai complètement loupé » commente modestement Benoît. « Avec Denis Mercier, nous n’avons absolument pas pigé 1995. Nous avons tout fait faux : une multitude des pigeages et de remontages et de travail en cuve, alors qu’un millésime de rêve comme 1995 demandait juste de… ne rien faire et d’attendre que le vin se fasse tout seul ».

N° 6
Nez très « syrah », très « St-Joseph » en fait avec une touche d’olives noires. L’attaque en bouche me semble un peu dure, mais belle fraîcheur qui tend l'ensemble.
Syrah Quintessence 2000. Beau millésime, il s’agit de la version cuve. A l’époque, il existait une version inox et une version fût de la syrah quintessence.

N° 7
Magnifique nez : du menthol, de la tomate, des raisins confits, un boisé discret pas trop massif. Plusieurs strates d’arômes se superposent. Typiquement un vin qu’on pourrait humer de longues minutes. A l’agitation, le nez devient plus large, tout en conservant la ligne aromatique du 1er nez. La bouche est par contre est déroutante : beaucoup plus suave que les vins précédents, elle ne possède pas ce caractère aigu des syrah de Benoît Dorsaz. Même si la persistance aromatique est très bonne, j’ai l’impression que le vin a été travaillé différemment durant l’élevage. Une impression de sophistication extrême, signature d’un vin d’œnologue ? Serait-ce un pirate ? Bingo ! Il s’agit de…
Guigal St-Joseph, Vignes de l’Hospice 2001. B. Dorsaz remercie le participant de la dégustation du matin qui a apporté cette bouteille. « Je pourrais déguster ce vin pendant des heures, tant il est impressionnant » ajoute-t-il. Quant à nous autres, les participants, nous nous regardons un peu gênés et nous nous demandons si nous ne sommes pas passés à côté de cette référence incontournable.

N° 8
Quel nez sublime ! Des raisins de Corinthe mêlés aux pruneaux secs en profusion enrobés dans une substance qui « syrathe » un max. En bouche, on perçoit un peu de boisé en attaque mais l’impression dominante est que ce vin possède une impressionnante réserve aromatique qui devra encore un peu attendre en bouteille pour que le vin soit tout à fait à point. Une bouche à la fois élancée et très solide. « Millésime ancien ou récent ? » hasarde Benoît. Comme un seul homme les participants répondent en cœur : « Récent, évidemment ! ». Perdu ! Il s’agit de la..
Syrah La Coronelle 1996. Nous restons tous bouche béée. Une telle vitalité dans une syrah de 20 ans originaire du Valais, mais comment est-ce possible ? Cette syrah est tellement droite dans ses bottes ! Benoît indique que 1996 a été une année assez tardive, puisque les vendanges ont eu lieu le 25 octobre. Il précise que l’élevage s'est déroulé en fûts.

N° 9
Par rapport au vin précédent, le nez est plus sur la retenue. Mais il reste lisible (olives, lard). La bouche est très dynamique, présente une pointe végétale. La bouche possède un côté sauvage, mais équilibré. J’aime beaucoup, d’autant plus que la persistance aromatique dépasse la persistance des vins précédents qu'on ne peut pas qualitfier de courts en bouche.
Syrah La Coronelle 1997. « Qui a entendu parler du millésime 1997 ? » demande malicieusement Benoît. « Je reproche aux critiques de focaliser les consommateurs sur des millésimes soit-disant de rêve, alors que certains millésimes plus modestes peuvent être resplendissants. Mais cette manière de formater le goût des consommateurs reflète bien les valeurs de notre société : les gens timides sont systématiquement ignorés, méprisés, alors qu’ils peuvent présenter une richesse intérieure beaucoup plus grande que les personnes brillantes ». Tiens ! Cela je l'ai lu presque mot à mot d'un producteur hongrois qui est une légende vivante dans son pays. Ah, ce fil invisible qui relie par delà les frontières les plus grands producteurs...

N° 10
Le nez présente une pointe caoutchoutée (réduction). Après agitation, la dominante est trps nettement fruitée (myrtille). La bouche est large, saturée de fruit. La pointe d’acidité n’est pas perceptible, tellement le fruité écrase tout sur son passage.
Syrah Quintessence 2011. Millésime très chaud, la syrah a été vendangée extrêmement tôt (21.09.). Certainement un vin à attendre tranquillement, mais à vérifier de temps en temps.

N° 11
A nouveau un nez splendide, où se superposent plusieurs strates sans perte de cohérence de l’ensemble. La bouche est renversante, l’impression que ce vin surpasse tous les autres. Encore un pirate ? Non, cette acidité, cette tension (cette élégance dirait Benoît) est reconnaissable. Serait-ce un 2009 ? Je dois en avoir encore 2 bouteilles à la cave. Perdu !
Syrah Quintessence 2008. Incontestablement, le vin de la verticale avec l’extraordinaire 1996. Encore un millésime modeste….

N° 12
Nez plus sur le végétal, pointe toastée perceptible. A l’agitation, la vague, non plutôt un mur de fruit submerge tout. En bouche, la même impression de fruité saturant. C’est large, c’est envahissant, cela demande d’attendre. où se superposent plusieurs strates sans perte de cohérence de l’ensemble.
Syrah Quintessence 2012. « 2012, c’est 2008 avec plus de matière » commente sobrement Benoît. Ouf ! J’ai fait le plein il y a deux ans…
***

Au terme de cette verticale inoubliable, il me reste à remercier Benoît et Maryline pour leur accueil, leur générosité et cette capacité hors du commun à nous faire entrer dans leur vocation de viticulteur et de producteur de vin [Benoît Dorsaz insiste sur le fait qu'il est viticulteur et non pas "Wine Maker"]. Je renonce à commenter la Syrah Quintessence 2014 que j’ai goûté après la verticale et que bien entendu j'ai acheté. Au fait, durant les deux heures qu'a duré la dégustation, les clients n'ont cessé de défiler pour passer et/ou enlever leur commande. Dans moins d'un mois, la cave sera à nouveau vide.

Je suis reparti en ayant la conviction que la syrah sur sol granitique, lorsqu’elle est travaillée avec sensibilité bascule sur les arômes tertiaires. Même si parfois il faut attendre 20 ans, voire beaucoup plus pour que l'amateur puisse enfin récompensé avece ces fameux arômes tertiaires.

Cette dégustation m’a aussi conforté dans l’idée que le vin n’est pas le son, mais l’instrument de musique qui sert à exprimer la vérité d'un terroir. Et là, je dois avouer que Benoîts Dorsaz, animé par sa passion pour ses sols granitiques, son amour pour ses vignes de syrah et sa quête de l'excellence m’a fait frissonner en dégustant quelques inoubliables notes bleues.

_____________________________________________________________________________________
« Avez-vous déjà bu une bonne bouteille avec un connaisseur en vin ? C'est un supplice. » Nicolas Bouvier
#147

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1118
  • Remerciements reçus 931

peterka a répondu au sujet : CR: Benoît Dorsaz viticulteur

Le hasard fait que j'étais au domaine la veille.
Je n'avais pas le temps de faire un tour complet mais ce que j'ai goûté était superbe. Pas de notes vu le timing serré.

CR:
La Petite Arvine Les Perches 2015 est riche, ample et dense avec une très belle fraîcheur.
Le Cornalin Les Perches 2015 déborde de fruit gourmand tout en conservant le substance nécessaire pour se maintenir au delà du vin de pur plaisir (ce qu'il est aussi)
Le Galotta Clos des Follatères 2015 m'a fait penser à une humagne qui aurait perdu un peu de sa puissance terrienne au profit d'une élégance de bon aloi dans un registre aromatique proche.
L'Humagne rouge Quintessence 2014 est typée dans son registre fruité, végétal, terre et en même temps se débarrasse de la rusticité parfois propre à ces cuvées pour donner une charpente fine et pointue.
La Syrah Quintessence 2014 fait penser par son style à un beau saint joseph voire côte rôtie. Je l'ai trouvée très Rhône septentrional, pas trop enveloppée avec une matière très fine et élancée et un joli fruit.
Le Cornalin Quintessence 2014 est encore plein de réserve mais le fruit et la matière élégante donnent de belles promesses. C'est stylé, précis à défaut d'être aujourd'hui enjôleur.

Très belle collection élaborée effectivement par un couple où la passion pour leur travail transpire dans chaque propos.
Je ne sais pas si a été déjà signalé mais le domaine s'est converti depuis peu en biodynamie.

Pierre
#148

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7035
  • Remerciements reçus 5011

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Benoît Dorsaz - Verticale Syrah Quintessence

Très beau CR, jfrdz (Jean-François ?) et d'un très grand intérêt !

En revanche, j'ai parfois du mal à suivre ton raisonnement :
- Le manque d’acidité me fait opter pour un millésime frais.. Pour ma part, j'aurais dit l'inverse.
- cette acidité, cette tension (cette élégance dirait Benoît) est reconnaissable. Serait-ce un 2009 ? Pour moi 2009 manque d'acidité, contrairement à 2008 (à moins que cela soit l'inverse en Suisse par rapport à la France ?).
- Enfin, comme l'immense majorité des LPViens, tu ne donnes pas d'indication sur les robes. C'est pour moi le premier indice pour juger de l'âge d'un vin, surtout pour les rouges. Cela aurait sans doute pu t'aider.

Mais cela n'enlève rien au plaisir que j'ai eu à lire ton CR, qui confirme bien la qualité de ce vigneron si attachant !

Amitiés oenophiles,
Jean-Loup
#149

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 336
  • Remerciements reçus 62

jfrdz a répondu au sujet : Re: Benoît Dorsaz viticulteur

Les points que tu soulèves, Jean-Loup, sont pertinents et je vais essayer d'y répondre brièvement.

J'ai systématiquement vérifié les robes à l'aide un support blanc. A part 1991 qui devenait diaphane, tous les autres millésimes présentaient des robes extrêmement sombres sans traces évidentes d'évolution. La robe comme descripteur (je l'utilise aussi volontiers d'habitude) m'est apparue peu opérante dans le cadre de cette verticale.

La confusion entre 2008 et 2009 provient du fait que mes dégusations précédentes du 2009 s'accompagnaient d'une sensation acide / acidulée marquée (cf. ma dernière dégustation de 2009 ). J'avoue aussi que 2009 constitue mon premier millésime de syrah quintessence, les années qui ont précédé m'ont vu plutôt acquérir des syrah VV de Simon Maye.

Lorsque le millésime est chaud, je m'attends à une acidité basse, lorsqu'il est frais à une acidité élevée, tant en blanc qu'en rouge. Je vois au moins trois raisons pourquoi cette règle n'est pas non plus opérante: Premièrement, sur 25 ans, le Valais n'a connu que 2 mauvais millésimes, donc l'opposition bon/mauvais millésime n'est pas pertiente. Deuxièmement, je pense que l'acidité / le côté acidulé / la tension se manifestent avec les syrah de Benoît Dorsaz après quelques années de garde. Le vin se dépouille progressivement de son fruité explosif / envahissant et la trame granitique se manifeste (je n'ose utiliser le terme "minéralité", de crainte que la bande d'adeptes du positivisme hantant les limbes de LPV me tombe sur le râble). Troisièmement, l'âge des vignes et l'approche dans la vinification jouent aussi un rôle. L'expérience accumulée pendant les 25 derniers millésimes permettent à Benoît Dorsaz d'affiner sa technique de vinification pour tendre vers un seul et unique but: mettre en valeur cette acidité / ce côté acidulé / cette tension des sols de gneiss pendant les 13 à 18 prochains millésimes qui lui restent à accomplir.

Je me demande si l'objectif poursuivi par Benoît Dorsaz en organisant cette verticale n'était pas de nous amener à constater que ses vins sont de longue, voire de très longue garde. Il se place volontairement à contre-courant de ce qui se pratique en Valais (grande majorité de rouges vinifiés pour être rapidement bus sur le fruit). Avec d'autres producteurs, il fait oeuvre de pionnier en cherchant à montrer ce que la mosaïque des terroirs valaisans peut offrir.

Cordialement,
Jean-François

_____________________________________________________________________________________
« Avez-vous déjà bu une bonne bouteille avec un connaisseur en vin ? C'est un supplice. » Nicolas Bouvier
#150

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck