Nous avons 1969 invités et 86 inscrits en ligne

CR: Pinots noirs en Europe

  • peterka
  • Portrait de peterka Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1187
  • Remerciements reçus 1323

CR: Pinots noirs en Europe a été créé par peterka

La question est évoquée dans le fil "Bourgogne"

Finalement, cette question mérite un approfondissement car le thème est intéressant et sort des sentiers largement battus. A dire vrai, l’alternative dont on parle pourrait bien se transformer en conversion pour l’amateur de pinot noir, avec ses caractéristiques propres de finesse, de complexité et de fraîcheur, pour peu qu’il ne soit pas attaché viscéralement à la Bourgogne et que l’enjeu final ne se limite pas à trouver un substitut aux crus bourguignons, de surcroît meilleur marché.
Faisons donc le point verre en main !

[size=large]Préambule[/size]

Pour être clair et selon notre (petite et modeste) expérience, on ne trouvera sans doute aucun « fac simile » au bourgogne en dehors de cette région : rien n’est vraiment semblable ailleurs, ni le terroir (micro-climat, exposition, géologie,..), ni le substrat culturel, ni les modes de viticulture, ni même parfois les porte-greffes et clones utilisés (les spätburgunder et autres blauer burgunder ne sont pas exactement semblables aux pinots bourguignons même si de nos jours, ils s’en rapprochent de plus en plus pour les vins fins et même si certains domaines se sont approvisionnés en Bourgogne).
Les producteurs tiennent également à défendre une identité propre et pas à rentrer une copie de la Bourgogne, alors même que les crus de cette région ont pu apparaître un moment comme le Graal à chercher. Le regretté Bernhard Huber disait : « je ne peux pas faire du bourgogne, je ne suis pas dans les mêmes conditions et, de toute façon, je ne veux pas faire du bourgogne mais du malterdinger. »
Sur un plan géographique, la France est largement en tête en matière de superficie plantée (environ 26 300 ha de pinot noir contre 11 800 en Allemagne, 4 500 en Suisse, 3 300 en Italie et 400 en Autriche par exemple) et, ce qui est assez surprenant, devant les USA avec 15 800.
Notre groupe fera le choix de se limiter aux pays de culture germanique (plus la Suisse Romande) puisque c’est là que se trouvent l’essentiel de la production européenne hors hexagone. Le choix des vins programmés sera dicté en partie par nos goûts personnels préalables (vins / domaines déjà dégustés antérieurement), et en partie par la renommée des domaines et les possibilités d’approvisionnement (pour les découvertes liées à ce thème). C’est éminemment subjectif et ne se veut, en aucun cas, ni exhaustif ou ni même fondamentalement représentatif des régions.
Les vins sont dégustés à l’aveugle individuellement (sauf pour moi évidemment). La plupart du temps, il s’agira des cuvées de moyenne ou haute gamme des domaines avec des prix qui se situeront majoritairement entre 25 et 50 euros. Sans doute est-il utile de rappeler, puisque des comparaisons seront inévitablement effectuées, que les prix « propriété » en Allemagne, en Italie ou en Autriche sont à peine inférieurs aux prix « caviste » (contrairement aux pratiques qui ont cours en France). Le cas de la Suisse est particulier puisque ces vins sont rarement et / ou difficilement exportés. Quand on les trouve en dehors de la Confédération, les prix sont largement majorés. Les commentaires combinent mes impressions personnelles augmentées de la synthèse de réflexions effectuées ce soir là par différentes personnes.

CR:
[size=large]Les suisses[/size]

Evoquer le pinot noir en Suisse conduit tout naturellement l’amateur francophone en Suisse Romande. Dans ces cantons, le pinot ne joue toutefois pas un rôle fondamental vu la multiplicité des cépages plantés (locaux ou internationaux). En revanche, c’est le contraire dans la Suisse Alémanique, non seulement dans les Grisons, vrai patrie du pinot (blauburgunder souvent) en Suisse depuis des siècles, mais aussi dans les cantons du nord (Aargau, Zürich, Schaffhausen, Thurgau,..) qui deviennent de plus en plus « rouge » avec les années. Dans ces régions, le pinot peut représenter jusqu’à 80 % de l’encépagement et la qualité va croissante selon la critique vinicole.

Marie Thérèse Chappaz - Fully (Valais) - Grain Pinot 2009

Ce vin apparaît curieusement fatigué et terne sans que l’on ne puisse déceler un quelconque défaut de bouteille excepté un retour grillé / soufré qui pourrait attester d’une réduction anormale. On bénéficiera d’une remarquable texture de bouche, précise et fine, qui fait regretter l’aromatique défaillante. Pour bien connaître ce domaine, il est clair que cette bouteille se goûte très mal ce soir…

Annatina Pelizzatti - Jenins (Grisons) - Pinot noir Barrique 2010

Bouquet subtil et assez discret ; floral (violette), herbes aromatiques sauvages (sans la moindre verdeur) sur un fond de fruit rouge frais (framboise, cerise). Une attaque en bouche d’une grande netteté introduit un équilibre millimétré. Enormes finesse et fraîcheur avec une grande énergie vitale. Pas d’élevage perceptible excepté une note de vanille en finale. « On croque dans le vin » a dit un dégustateur… TIP

Tom Litwan - Schinznach (Aargau) - Elfingen Rüeget 2011

Le vin frappe d’abord par sa robe très claire, diaphane, puis par ses arômes délicats de mirabelle, de fraise des bois et de framboise. C’est léger et précis ; présent sans être envahissant. En bouche, le fruit devient légèrement acidulé avec une touche végétale puis épicé dans une structure de dentelle. Finale longue et fraîche pour une bouteille qui a tout de la finesse d’une esquisse tracée à la pointe sèche.

Weingut Eichholz (Irène Grünenfelder) - Jenins (Grisons) - Pinot Noir Alte Reben 2011

Le nez reste d’abord étonnamment sage et réservé pour délivrer ensuite des notes de fruits rouges compotés, de prunelle, voire de pêche associées aux arômes de chocolat et de vanille issus d’un élevage qui ne domine pas. Au palais, cela se libère : le vin se fait dense, rond et puissant. Finale mentholée avec une pointe d’amers qui s’évacuera avec le temps (comme l’atteste le fond de bouteille dégusté après 5 jours). Une bouteille qui a besoin de temps pour s’exprimer dans un style riche et frais (et moins pinot) aux antipodes de sa consoeur du village. TOP

Martha et Daniel Gantenbein - Fläsch (Grisons) - Pinot Noir 2012

On pourrait dire de ce vin qu’il s’impose naturellement. Il exprime une certaine évidence dans sa présence et sa profondeur, tant au nez qu’en bouche. Elégant et concentré, les pieds sur terre mais prêt à décoller. Un peu réduit, et trop jeune pour exprimer une complexité aromatique que l’on perçoit derrière le fruit chocolaté et sanguin un peu monolithique de cette dégustation mais l’équilibre de bouche présente une classe et une puissance digne d’un grand cru. De plus, fraîcheur et délicatesse sont aussi de la partie. Mariage du yin et du yang. TOP

[size=large]L’Italie[/size]

La présence du pinot en Italie est plutôt anecdotique en dehors du Südtirol (ou Alto Adige) mais on y trouve sans doute quelques cuvées parmi les plus abouties, même si les sommets, sauf exceptions, sont sans doute encore rares, du moins sur base de ce qu’il nous a été donné de déguster jusqu’à présent. L’enjeu restant de maintenir une longue maturation des raisins en évitant les zones trop chaudes, la région de Bolzano au nord du Kalterersee n’est pas la plus appropriée même en gagnant de l’altitude. En revanche, les terroirs de Montan et de Mazon sur la rive gauche de l’Adige s’y prêtent beaucoup mieux et il n’est pas étonnant d’y trouver des pinots les plus intéressants, notamment chez Haas et Hofstätter.

Ottin - Aosta - Pinot Noir du Val d’Aoste 2006

Le nez, expressif, pinote agréablement sans être d’une complexité folle mais avec des notes de noyau, de fruits cuits, de café et d’orange agréables qui traduisent une certaine évolution. La bouche est relativement fluide avec une belle fraîcheur qui contrebalance un alcool assez perceptible. On perçoit que le vin aurait pu donner davantage et tend d’ailleurs à faiblir en finale pour se terminer relativement court. Peut-être un peu tard…

Cantina Terlan - Terlan (Südtirol) - Pinot Nero Montigl Riserva 2010

Robe d’intensité moyenne mais brillante. Le nez est encore dominé par le café au lait et la vanille mais ces traces d’élevage sont imperceptibles au palais. Derrière, on perçoit pas mal de fruits mûrs que l’on retrouve en bouche dans un ensemble rond, homogène, finalement assez crémeux. On sent la belle matière première mais l’impression globale reste celle d’un vin bien construit mais assez convenu, très policé où l’on attendait plus de tonus. Finale fraîche de longueur moyenne.

Kellerei Schreckbichl - Girlan (Südtirol) - Pinot Nero Cornell Villa Nigra 2009

Peu de fruit au nez qui se montre du reste passablement fermé. Des épices (coriandre et vanille), du végétal (tabac, thé). L’attaque est fine, le milieu de bouche ample et volumineux avec des tanins extraits mais soyeux. L’alcool montre le bout du nez mais se fait finalement discret et l’acidité est très mesurée. Cela ne manque pas d’équilibre mais sans doute un peu de précision. Finale réglissée pour ce cru tout en largeur qu’il faut attendre.

Manincor - Kaltern (Südtirol) - Mason di Mason 2008

Le bouquet se propose d’emblée très fruité alliant la vivacité de la griotte à la maturité plus confite de la mirabelle et des fruits jaunes. L’élevage se perçoit légèrement au travers de nuances de caramel, de muscade et de goudron pour se dissimuler ensuite derrière les épices et le tabac. Par contraste, une acidité plus marquée qu’attendu rend la bouche droite et presque austère tout en demeurant juteuse et pleine de noblesse. Une élégance sans tapage avec une rigueur toute janséniste où le rapport acidité / alcool doit encore trouver ses marques. Belles promesses pour cette bouteille qui ne manque ni de charme ni de personnalité.

Weingut J. Hofstätter - Tramin (Südtirol) - Pinot Nero Barthenau Vigna Sant’Urbano 2009

Tout en étant assez intense et profond, le bouquet ne livre pas beaucoup de détails. Mais les arômes de fruits noirs, de cassis et de fleurs sont d’une belle noblesse. En revanche, la bouche fait preuve d’une énergie tellurique. C’est massif, riche, terrien mais aussi paradoxalement d’une remarquable élégance avec des tanins au grain superbe. Très grande longueur. TOP

[size=large]L‘Allemagne[/size]

Les chemins parcourus depuis une trentaine d’années sont impressionnants. Les pionniers de l’époque ont fait pas mal de petits talentueux. La diversité en matière de pinot (ou plutôt de spätburgunder) est immense. En dehors de la vallée de l’Ahr où le spätburgunder s’est toujours imposé et constitue la majorité de l’encépagement, les régions du nord ont plus de des difficultés à sortir de grands rouges. En revanche, dans le sud (principalement régions de Baden et Pfalz), on trouvera, à mon humble avis, des pépites dignes des grands bourgognes.

Philip Kuhn - Laumersheim (Pfalz) - Kirschgarten Grosses Gewächs 2008

Robe dense très jeune. Les arômes restent discrets ; la griotte à l’eau de vie se mêle à une pointe d’agrume et des notes un peu végétale. Le tout se cache un peu derrière un élevage de qualité qui a tendance à masquer un fruit que l’on pressent mais qui ne s’exprime pas encore. C’est strict, sans fioriture, un peu sombre et austère mais le potentiel est manifeste comme peut l’attester une matière dense et une belle longueur en finale. Coureur de fond, indubitablement, aujourd’hui énigmatique.

Martin Wassmer - Bad Krozingen-Schlatt (Baden-Markgräflerland) - Schlatter Maltesergarten 2009

Ce n’est pas trop un vin de nez et d’ailleurs, cela ne « pinote » pas vraiment avec ces arômes épicés, grillés et lardés voire même un peu terriens qui dominent un fruit mûr sous-jacent. La bouche est puissante et volumineuse, prend de la place avec une belle fraîcheur que le nez n’annonçait pas. L’ensemble est harmonieux et plein avec une belle finale longue et acidulée. Rapport prix-plaisir surprenant.

Paul Fürst - Bürgstadt am Main (Franken) - Centgraferberg “R” (Grosses Gewächs) 2008

Très beau bouquet élégant et défini avec de beaux fruits rouges, du cassis, une pointe de menthol et une touche végétale délicate. La bouche n’est pas en reste ; de l’attaque à la finale, elle impose ses contours finement dessinés aux tanins soyeux et à la fraîcheur primesautière. La matière est fondante et l’élevage de classe se fait discret. Très belle longueur. Tout simplement excellent.

Dr Heger - Ihringen (Baden-Kaiserstuhl) - Schlossberg Grosses Gewächs 2010

La robe est magnifique d’intensité et le bouquet… « pinote » avec une jolie complexité. Mais l’essentiel est en bouche : conjuguer avec autant de brio une matière massive et une élégance toute aristocratique est un tour de force. L’architecture est tracée au pinceau à traits larges et dynamiques mais la figure est subtile. Puissance, concentration et longueur avec une finale épicée.

Bernhard Huber - Malterdingen (Baden-Breisgau) - Schlossberg Grosses Gewächs 2010

La complexité aromatique de ce cru est bluffante : fraise, fruits sauvages, épices, tabac, nuances sanguines ; le tout avec une belle définition et de l’intensité. La bouche est d’un classe folle avec une matière de grande finesse mais dense. C’est dessiné à la pointe sèche avec une réelle personnalité où le cépage est clairement dépassé. Finale très persistante. TOP

[size=large]Les autres pays[/size]

A noter que l'Autriche sera abordée plus complètement ultérieurement.

Movia - Brda (Slovénie) - Modri Pinot 2007

Voilà un pinot qui ne manque pas de personnalité, ne fut-ce parce que c’est le seul à proposer en finale un peu de surmaturité sans nuire à une belle fraîcheur d’ensemble. Cela lui sied ; son côté terrien presque tertiaire exhalant les arômes de sous-bois et de tabac puis la rémanence des fruits noirs n’empêche ni la profondeur du bouquet ni une élégance sans doute peu aristocratique en soi mais d’une bourgeoisie de bon aloi. La bouche est plutôt sphérique, avec des tanins très soyeux qu’un élevage de quatre années n’a pas rendus asséchants. Belle finale sur le noyau de cerise.

Schloss Halbturn - Halbturn (Neusiedlersee, Autriche) - Pinot noir 2006

Voilà un vin expressif aux arômes complexes de fruits mûrs, légèrement mentholé, très pinot malgré un caractère un peu chaud. La construction de bouche est remarquable avec une matière concentrée mais fine, précise et fraîche. C‘est racé, équilibré, très bien élevé et de grande buvabilité. Finale ample qui donne de l’espace.
L’excellent millésime 2006 lui donne une stature qui rend justice à ce cru parfois irrégulier.

Felton Road (Central Otago – New Zealand) - Pinot Noir « Block 3 » 2004

Pirate par l’origine puisque nous voulions rester en Europe. Il clôturait la série.
Les arômes sont un peu plus évolués (sous bois, champignon, céleri), un peu plus chauds également (fruits jaunes mûrs plutôt que rouges acidulés) avec une étonnante touche florale de grande classe. Le pinot se perçoit mais on sent les 10 ans et le style global est aujourd’hui très différent de ce qu’on a goûté précédemment. C’est extrêmement complexe et intense. La bouche est du même niveau, complètement fondue, avec une charpente élégante avec la maturité comme clé de voûte. Grand vin.

Ce tour d’horizon a ouvert des chemins bien séduisants. Les vins dégustés valent surtout pour eux-mêmes mais de ci de là, on a entendu dans l’assemblée quelques remarques spontanées établissant des comparaisons avec quelques appellations prestigieuses de la Côte d’Or…
Il y aura d’autres sessions pour confirmer… ou infirmer.

Toute suggestion ou correction éventuelle sont évidemment les bienvenues.

Pierre
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Kiravi
25 Déc 2014 20:41 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4276
  • Remerciements reçus 60

Réponse de o_g sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Très beau CR, et inspirant !

Olivier
25 Déc 2014 21:03 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3601
  • Remerciements reçus 158

Réponse de lbb.contact sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Superbe, gros boulot ! (tu)

Benoît L. - LPV Lyon 2 : Les Avinturiers
25 Déc 2014 21:51 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6334
  • Remerciements reçus 2494

Réponse de Marc C sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Superbe travail (tu) Il ne reste plus qu'à partir en quête de quelques exemplaires

Marc
25 Déc 2014 21:52 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6334
  • Remerciements reçus 2494

Réponse de Marc C sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

En deuxième lecture plus attentive, j'ai quand même l'impression qu'on est sur des expressions "solaires" du pinot à part pour un ou deux. C'est une constante ou un effet millésime ?

Marc
25 Déc 2014 22:27 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • peterka
  • Portrait de peterka Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1187
  • Remerciements reçus 1323

Réponse de peterka sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Marc,

Le millésime 2009 est effectivement assez solaire; par ailleurs, il est clair également que le profil de ces vins sera, en général, considéré comme un peu plus solaire que beaucoup de bourgognes, a fortiori
par ceux qui préfèrent les pinots un peu plus tendus.
Mais les exceptions sont magnifiques...

Pierre
25 Déc 2014 22:42 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 230
  • Remerciements reçus 26

Réponse de Lab sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Bonjour Pierre,
Merci pour ce bel article ! Pourrais-tu donner une fourchette de prix pour chaque vin ? Merci d'avance ! B)
Laurent Lab
26 Déc 2014 11:00 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 980
  • Remerciements reçus 161

Réponse de mauss.th sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Merci Pierre! Super Expérience!

Concernant le Wassmer, on est sur le simple schlatter maltesergarten ou sur le Sélection Wassmer SW du même cru?
Le schlatter simple coute dans les 15€, le SW 25€.

Très intéressant encore une fois! Il faut vraiment que je goute Fürst!
26 Déc 2014 12:03 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • peterka
  • Portrait de peterka Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1187
  • Remerciements reçus 1323

Réponse de peterka sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Thomas

Il s'agit bien du Schlatter "simple" pas du SW.

Laurent

Les prix sont indiqués sue chaque fiche.
26 Déc 2014 13:10 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 84581
  • Remerciements reçus 10744

Réponse de oliv sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Pierre,
Un énorme merci pour ce post d'une qualité et d'un intérêt remarquables, de ceux qui me rendent fier d'appartenir à la communauté LPV ! (tu)

Amicalement,
Oliv
26 Déc 2014 13:21 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 85
  • Remerciements reçus 0

Réponse de moustafa sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Un post admirable!!
je l'attendais depuis longtemps.
Un grand merci.

Roland
26 Déc 2014 14:47 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Philippe Ketelslegers
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 48
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Philippe Ketelslegers sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Ce qui vient à l'esprit après cette dégustation n'est certainement pas le mot solaire mais plutôt finesse et fraîcheur.
A l'aveugle, les vins italiens pourraient se reconnaître
1. par un certain volume en bouche, signe d'un degré d'alcool plus élevé. Il n'y a pas véritablement de perception d'alcool grâce à une acidité importante.
2. par un élevage un peu plus appuyé.
Tout cela par rapport aux autres vins dégustés lors de cette soirée.
Un vin qui m'a marqué par son élégance, sa finesse, sa complexité et sa longueur: Schossberg GG 2010 de Bernhard Huber. Un grand vin.
Une conclusion et une révélation en sortant de chez Pierre: il y a de très grands pinots noirs hors France.
Et il y a aussi un remarquable connaisseur de ces vins dans la région liégeoise...
Bravo Pierre.
Philippe.

Pas de solution sans protons !
26 Déc 2014 14:56 #12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 656
  • Remerciements reçus 3

Réponse de Thibaultmmm sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Bravo c'est très enrichissant!!!(tu)

Thibault
Un homme qui ne boit que de l'eau a un secret à cacher à ses semblables...
26 Déc 2014 15:31 #13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12057
  • Remerciements reçus 2271

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Merci Pierre pour ce magnifique compte-rendu, les belles fiches complètes et l'organisation de ces belles soirées.
Vivement 2015 et la suite des festivités! ;)

jlj
26 Déc 2014 18:12 #14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9716
  • Remerciements reçus 1516

Réponse de claudius sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

bravo! très intéressant

pour MT Chappaz, je connais ce pinot noir bu en magnum, il n'est en effet pas au niveau du meilleur de sa production ... entièrement d'accord
27 Déc 2014 12:09 #15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4276
  • Remerciements reçus 60

Réponse de o_g sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Claudius, fais-tu référence à la cuvée Grain Pinot en général ou spécifiquement sur 2009 ?

Olivier
27 Déc 2014 12:22 #16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9716
  • Remerciements reçus 1516

Réponse de claudius sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Olivier,

je ne connais que le 2009 en magnum.

Saludos
27 Déc 2014 14:52 #17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4276
  • Remerciements reçus 60

Réponse de o_g sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Hola Claudius, merci de la précision. Je ne m'inquiète pas trop pour les 2013 donc :)

Olivier
27 Déc 2014 16:01 #18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 340
  • Remerciements reçus 90

Réponse de jfrdz sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Merci pour ce CR hyper détaillé et vraiment passionnant à lire. Et félicitations d'avoir osé situer le benchmark. La raison d'être des hiérarchies, c'est pouvoir les remettre en question .

Je relève un très beau tir groupé des producteurs allemands. L'exploit qu'ils ont réussi avec leurs rieslings, ils vont sans doute aussi parvenir à l'accomplir avec cette créature retorse qu'est le PN. Le réchauffement climatique, cela a commencé hier...

_____________________________________________________________________________________
« Avez-vous déjà bu une bonne bouteille avec un connaisseur en vin ? C'est un supplice. » Nicolas Bouvier
27 Déc 2014 16:13 #19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12057
  • Remerciements reçus 2271

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet CR:Pinots noirs en Europe, deuxième session!

Bonjour,

On peut parfois parler de "seconde sess" sans envisager le moins du monde toute forme d'échec...
On se retrouve donc chez Pierre qui, fort de sa magnifique connaissance des vins et terroirs germaniques ( comprendre ici l'espace "germanie" au temps du Saint Empire :) ) ne renonce pas à tenter de nous transmettre ne fût-ce qu'une partie de sa passion et son savoir.
Pour ceux qui ont raté la première session, voir ICI PLUS HAUT

La dégustation du jour portera sur une vingtaine de vins, y compris deux "pirates", le tout bien entendu à l'aveugle, servis un par un et en carafe.
Pierre fera sûrement un compte-rendu plus détaillé et brillant que le mien, mais comme il n'est pas encore prêt, je vous donne d'ores et déjà, avec sa bénédiction, une première idée de la soirée.

-Mise en bouche: un vin blanc, à la robe claire, sur les fruits à noyaux; manque un peu de mâche et même d'une pointe de vivacité à mon goût, mais vin d'apéritif intéressant.
CR:Chignin Bergeron 2013 de Fabien Trosset.

1- Robe pourpre clair, avec traces d'évolution sur le disque.
Nez: fumé, puis aussi floral; c'est assez complexe avec des restes de petits fruits rouges qui apparaissent. La bouche est délicate, sur le grillé d'abord, avec encore des notes d'élevage assez prégnantes; petite amertume en fin de bouche (noyau).
Un vin plus en finesse qu'en puissance et qui manque un peu de "peps"; peut-être a-t-il déjà un peu passé son apogée?
CR:Ralf Oberer, Pinot Noir 2009 (Meilen, Suisse)
Barrique ,acidité totale 5.0 g/l, sucre 4.0 g/l et 13.3% alcool
[/URL][/img]

2- Robe plus violacée, plus jeune.
Le nez est assez discret, sur les petits fruits rouges.
Bouche fraîche, plus structurée, avec une belle matière bien mûre mais ne manquant pas de vivacité; assez bien d'épices aussi.
Un beau jus avec des tanins bien présents mais pas spécialement agressifs.
C'est très précis et devrait faire une bonne bouteille quand tout sera calmé et fondu.
CR:Caspar C. Deutzerhof, Spätburgunder 2013 (Ahr, Allemagne)

3- Robe un peu tuilée même si cela paraît encore jeune...
Des notes lactées et un peu de fruits rouges.
La bouche est fluide, gouleyante, encore marquée par l'élevage et plus végétale que fruitée.
Si c'est moins net et moins structuré que le précédent, c'est toutefois un vin de caractère.
Cela semble d'un millésime plus froid, ou un peu moins mûr mais cela reste agréable à boire par le côté gouleyant, frais.
CR:Weingut Burkhart, Schloss Weinfelden, Pinot Noir 2008 (Suisse)

4- Le nez semble sur la réduction; fumé.
En bouche, c'est salin, grillé; c'est souple, avec un élevage discret, bien intégré; un peu d'alcool en fin de bouche. De beau volume, le vin est assez complexe et bien équilibré.
Beau vin très agréable. Il s'agit en fait du voisin du précédent.
CR:Sclossgut Bachtobel, N°2 , Pinot Noir 2011, Weinfelden (Suisse)

5- La robe est plus brune.
Au nez, caramel et vanille; également floral et épicé.
La bouche est très mûre, plus riche mais en restant toujours bien fraîche, et c'est bien équilibré. Il y a de la matière mais cela reste délicat; puissant mais élégant.
CR:Elena Walch "Ludwig" Blauburgunder Pinot Nero 2009, Alto Adige (Italie)

6- La robe est de nouveau plus jeune; Pierre nous fait voyager tant dans les pays que les millésimes...
Le nez est explosif de fruits rouges et épices.
En bouche, c'est fruité, mûr, net, énergique, corsé, tendu (si j'ose...)
Les tanins discrets, restent souples, ronds.
Très beau vin, dangereux tant c'est buvable, et à l'avenir assuré pour quelques années.
CR:Erich Meier, Pinot Noir Barrique 2013 (Suisse)

7- La robe est plus claire, un peu plus évoluée aussi.
Le nez est très fumé, grillé, voire soufré (?)
La bouche semble d'abord moins riche que les vins précédents mais présente de petits amers bien agréables (zestes) ; belle densité de matière malgré tout, un côté minéral mais on a l'impression que cela ne se donne pas vraiment . Pierre suggère que tout cela soit actuellement quelque peu bloqué par le soufre. "Wait and see" donc.
CR:Thalheim, "Chalofe", Pinot Noir 2011, Aargau (Suisse)

8- Robe nette, franche, moyennement soutenue et nez très plaisant.
En bouche, le vin est très riche, chaud, avec une pointe d'alcool.
Un côté végétal, l'amertume en fin de bouche et un certain déséquilibre en font un vin moins abouti que certains qui le précédaient ; dommage car le nez laissait espérer mieux.
CR:Bad Osterfingen, Zwaa , Blauburgunder 2011, Osterfingen et Oberhallau (Suisse) collaboration de Michaël Meyer et Ruedi Baumann.

9- Robe grenat, nette; nez discret, plutôt sur les fleurs, les fruits noirs et les épices.
En bouche, tanins souples, ronds; c'est mûr, riche, ample, large et bien en place .
Légèrement mentholée, la bouche termine sur des amers un rien dérangeants et sur une très belle acidité malgré la richesse.
CR:Peter Wegelin, Malanser, Blauburgunder reserva 2009 (Suisse)

10- Robe claire et portant des traces d'évolution.
Au nez, noyau de cerise, queue de cerise, agrumes.
C'est très mûr, avec de beaux amers (écorce, zestes d'orange) ; une belle matière, c'est ample, soyeux, souple, gras mais manque un peu de longueur en bouche.
Le vin envoie pas mal au début mais semble s'éteindre assez vite.
Finale légèrement doucereuse.
CR:Adeneuer Rosenthal Spätburgunder 2011 GG , Ahr (Allemagne)

11- Ici aussi, la robe est un peu évoluée.
Le nez est très floral et sur les épices.
La bouche est mûre, tout en souplesse et rondeur .
C'est agréable mais assez différent de tout ce qu'on a bu jusqu'ici.
Une cuvée (très) originale et rare (450 bouteilles) :
CR:Vuillermin 2008 de l' Institut Agricole Régional de la Vallée d'Aoste (Italie)
Le vuillemin serait apparenté au fumin selon José Vouillamoz.

12- Déjà un peu marqué par l'évolution, beau nez épicé, de la cerise noire, un peu de tabac et un côté "huileux".
En bouche c'est épicé (girofle), très frais, mentholé, salin et sur les agrumes.
Un bien beau vin, droit, long, structuré, de belle tenue, avec beaucoup d'élégance et un très bel élevage; qui plus est de très bel équilibre.
CR:Markus Molitor, Pinot Noir 2009 Brauneberger Klostergarten ** (Allemagne)
[/URL][/img]
[/URL][/img]

13- Ce vin ne trompe personne: la robe est beaucoup plus foncée et fait... froncer les sourcils attentifs. Le nez mûr et évolué assez typé syrah oriente vite sur le Languedoc.
La bouche est riche, confiturée, sur le pruneau, avec un côté animal, cela sent bon la ferme et si c'est assez évolué, cela tient encore bien la route.
second intrus: CR:Prieuré Saint Jean de Bébian, Côteaux du Languedoc 2000
Un vin datant encore de la période Lecouty-Lebrun, pour les anciens...

14- Retour au Pinot avec ce nez grillé, sur la griotte.
La bouche est compacte; cela attaque sur l'acidité, l'élevage est encore présent (grillé, fumé) mais pas trop envahissant. Il y a du jus, de la matière avec un "tranchant" certain mais cela n'est pas de grande complexité.
Même si l'élevage semble au service du vin, à revoir quand tout sera fondu.
CR:Christian Hermann, Fläscher, Pinot Noir Reserve 2010 (Suisse)

15- Changement de robe! Celle-ci est trouble.
Nez fruité, principalement kirsché.
La bouche est fruitée, pure, droite et nette, sur la cerise et autres fruits noirs.
Outre une belle matière, mûre, il n'y a aucun côté alcooleux ni de trace d'élevage, grillé, fumé comme dans la majorité des vins dégustés.
Beau vin d'une magnifique fraîcheur avec un fruité très agréable.
CR:Claus Preisinger, Pinot Noir 2009, Burgenland (Autriche)

16- Nez discret, pas très ouvert; puis peu à peu sur les fruits rouges et les épices.
Si le vin est précis, bien en place, de texture soyeuse et de belle longueur, il est par contre moins élégant que le Preisinger; un peu "brut de décoffrage".
Sans doute moins prêt et donc moins à son aise au stade actuel.
La table est en tout cas assez partagée sur ce vin.
CR:Jean Stodden, Neuenahrer Sonnenberg, Spätburgunder GG 2011

17- Le nez est lardé, fumé, puissant.
En bouche aussi, c'est costaud, pas de grande élégance mais il y a du vin!
Des tanins qui reviennent se manifester en fin de bouche, mais, comme dans la grande majorité des vins de cette série, une superbe acidité.
Un des vins les plus virils de la soirée. A attendre.
CR:Markowitsch Pinot Noir Reserve 2012, Carnuntum (Autriche).

18- Très beau nez; épices, cuir et grillé.
Très beau volume et belle maturité, pour ce vin de belle longueur et bien équilibré.
Des épices et des fruits rouges et une magnifique vivacité qui laisse la bouche fraîche, sans aucune perturbation tannique et sans perception d'alcool malgré les 14°, les quatre ou cinq derniers vins annonçant d'ailleurs ce niveau d'alcool.
CR:Rings Spätburgunder reserve 2009, Pfalz (Allemagne)

19- Nez un rien fermé, en retrait, sur quelques fruits rouges.
La bouche est très classe, bien épicée, juteuse et avec une acidité tranchante magnifique.
Cette acidité et un beau fruit portent le vin sur la longueur.
Encore un très beau vin, élégant .
CR:Weingut Eichholz Pinot Noir 2011, Graubünden (Suisse)
[/URL][/img]
[/URL][/img]
Un vin fait par Irène Grunenfelder, une des stars des Grisons.


20- On termine par le plus foncé des pinots noirs de la soirée.
Le nez est riche, profond, magnifique: mûre, cerise noire, épices, réglisse.
En bouche, superbe fruit, très fin malgré une grande matière, riche tout en étant élégant; finale un peu chaleureuse, tanins élégants, belle longueur avec un retour fruité superbe en fin de bouche. Le genre de pinot noir dont je sens que je ne me lasserais pas...
Très beau vin.
CR:Meyer Näkel, Spätburgunder 2011 Walporzheimer Kräuterberg, Ahr (Allemagne)
[/URL][/img]
[/URL][/img]

Superbe dégustation bien entendu avec 18 PN ( 9 de Suisse, 6 d' Allemagne, 2 d'Autriche et 1 d'' Italie) de bon à très bon niveau.
Loin de moi, avec mon expérience inexistante de ces vins, et mes capacités tant gustatives que rédactionnelles très aléatoires, l'idée d'en tirer des conclusions, mais j'ai bien aimé :
Meyer Näkel, Rings, Markus Molitor, Erich Meier, Eichholz (Irène...) et Preisinger.
Les spécialistes des régions concernées excuseront mes approximations et, j'espère, ne manqueront pas de signaler les erreurs.
Merci encore à Pierre ( alias "Peterka") de nous donner l'occasion de découvrir ces "pinots hors France" qui méritent toute notre attention quand on voit leurs multiples qualités, dont la "fraîcheur" générale n'est certes pas la moindre.
Et quand on sait que le maître nous concocte une troisième session, je ne peux que vous dire "à très bientôt" avec un plaisir non dissimulé.

ps: Je laisse le CR des afters pour Pierre ou Philippe... :)
ps2: Je garde les photos à disposition :) mais j'ai peur de surcharger.

jlj
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Kiravi
16 Mar 2015 16:33 #20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Philippe Ketelslegers
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 48
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Philippe Ketelslegers sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe, deuxième session!

Remarquable soirée.
Des vins difficilement accessibles chez nous et souvent d'un haut niveau.
Vins élancés, frais, d'une rare élégance.
Mes deux vins préférés:
19. Weingut Eichholtz 2011
15. Weingut Claus Preisinger 2009

Merci Pierre !

Pas de solution sans protons !
16 Mar 2015 20:59 #21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12057
  • Remerciements reçus 2271

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Je me doutais, Philippe, que le charme d'Irène ne te laisserait pas insensible.

jlj
16 Mar 2015 21:43 #22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8093
  • Remerciements reçus 946

Réponse de hyllos sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Rhooo la belle dégustation !!

Preisinger réussit bien ses PN en effet !
Mais je pense que Markowitsch lui damerait le pion sur le même millésime. ;)

Je suis vraiment surpris sur le Ludwig de Elena Walsh. La dernière fois, je ne l'avais pas trouvé léger, un peu too much au contraire... mais pas le même millésime, je crois, je vérifierai.
16 Mar 2015 22:52 #23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12057
  • Remerciements reçus 2271

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Le Markowitsch devrait effectivement faire une belle bouteille dans quelques années mais c'était sans doute un peu tôt.
Je suis quand même étonné de voir la qualité globale de ces pinots noirs "septentrionnaux"; le bémol, ce sont les prix qui ne rendent pas leur approvisionnement facile.
Et, de plus, la plupart ne sont pas évidents à trouver.

jlj
16 Mar 2015 23:01 #24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8093
  • Remerciements reçus 946

Réponse de hyllos sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Le Pinot Noir d'une est positionné haut (très haut) de gamme, et d'autre part, il est difficile à cultiver partout.

En Mosel, en 2010 (si je ne me trompe pas), beaucoup de pieds ont carrément gelé... en Burgenland, c'est un challenge chaque année entre la chaleur et le botrytis... Après pour les appros... en effet, ça n'est pas évident.
16 Mar 2015 23:04 #25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4
  • Remerciements reçus 0

Réponse de opusvin sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe, deuxième session!

Encore merci pour cette belle soirée,
j'étais loin d'imaginer qu'on pouvait faire de tel vin en suisse!!!
Erich Meir 94/100

A bientôt

Filip
17 Mar 2015 11:15 #26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3039
  • Remerciements reçus 6

Réponse de Jean-Christophe sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Idem pour moi, Erich Meier au top! (Avec quelques autres...!)
Merci Pierre pour l'organisation de ces dégustations: en plus de passer un bon moment, on découvre et apprend plein de choses!
JC

Jean-Christophe
Liège, Belgique
17 Mar 2015 15:09 #27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • peterka
  • Portrait de peterka Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1187
  • Remerciements reçus 1323

Réponse de peterka sur le sujet CR: Pinots noirs en Europe - Partie 2

Dans cette deuxième partie, le focus a été placé sur la Suisse alémanique puisque l'occasion m'a été donnée de faire un tour à Zürich pour rentrer une série de crus des cantons de Zürich, Thurgau et Schaffausen
dont j'avais entendu parler sans les connaître. Avec de belles découvertes à la clé.
Par ailleurs, les confronter, ces inconnus, à quelques vins supplémentaires des Grisons me paraissait une bonne idée.
En Allemagne, la vallée de l'Ahr était, volontairement, absente de la première partie. Les voici dans cette série (qui ne sera pas la dernière tant la matière est vaste et notre groupe homogène d'amateurs compétents et intéressés)

Les vins sont présenté dans l'ordre de dégustation. Ils ont été ouverts et épaulés à 17h30 pour une dégustation qui a débuté à 20 h. Carafage avant service à environ 17° .

CR: Ralf Oberer Pinot Noir 2009

Par choix personnel, Ralf Oberer n’a pas de vignoble et préfère acheter ses raisins à des propriétaires auxquels il impose une charte de qualité draconienne et qu’il paie par compensation au dessus du taux du marché. La provenance peut varier d’un millésime à l’autre. Le 2009 est une des premières cuvées réalisées.
De l’aveu de son géniteur, le vin aurait pu / du être bu… Le nez présente d’agréables notes de fumée, de cuberdon et de noyau de cerise avec une touche florale. En revanche la bouche ne suit pas tout à fait, le fruit apparaît un peu éteint et l’ensemble commence à se déstructurer légèrement. Mais il y plus que de très beaux restes.

CR: Deutzerhof Spätburgunder Caspar C 2013

Cette cuvée est un peu la carte de visite du domaine mais ses ambitions restent aussi relativement limitées. Le bouquet, qui présente un peu de volatile (non dérangeante cependant) reste dans la discrétion dans un style fruité / épicé de bonne tenue mais qui doit se développer. La bouche est ronde, juteuse et savoureuse avec une structure finement charpentée et une finale sur la groseille qui soutient la fraîcheur.

CR: Burkhart Schloss Weinfelden 2008

La cuvée du château représente le haut de gamme du domaine qui en produit deux autres.
Malgré son millésime plus ancien, les notes de barriques sont toujours présentes mais elles ne dominent pas les arômes de griotte, de tabac frais et d’encens qui se manifestent derrière. Ce n’est pas très développé et reste sombre et froid. La bouche confirme ce côté un peu serré et retenu avec des tanins que l’on aurait aimé plus mûrs. Matière consistante mais le charme n’opère pas vraiment.

CR: Bachtobel Pinot Noir n°2 2011

Le domaine, voisin du précédent géographiquement, produit 4 cuvées de pinot noir, numérotées de 1 à 4 (la dernière produite uniquement ou si la qualité de la récolte le justifie). On dégustera donc ici la cuvée de référence du domaine pour son accessibilité. Les n°3 et n°4, plus ambitieuses, demandant aussi plus de temps pour se faire.
Le nez reste assez réduit malgré une aération et un carafage avant service assez violent. De légères notes boisées et grillées masquent un fruit rouge acidulé que l’on voudrait plus expressif. Le vin se délie en bouche avec une matière souple et juteuse et des tanins fins et nobles. Belle sensation de netteté et beaucoup de fraîcheur en finale. Cru très élégant. On attend le n°3 avec grand intérêt.

CR: Elena Walch Pinot noir Ludwig 2009

Le vin tranche sur les précédents par l’ampleur et la richesse de son bouquet, empreint de fruits bien mûrs et d’épices douces assorties de notes florales d’un bel effet. La bouche est concentrée, ferme. Il y a de la puissance et du volume mais également une très belle acidité qui confère de l’énergie à l’ensemble. Finale élégante. Sans conteste parmi les meilleurs de la région et très beau rapport prix / plaisir. Un de mes préférés de la soirée.

CR: Erich Meier Pinot Noir Barrique 2013

Très beau bouquet floral d’abord puis fruité ; c’est précis et expressif. La bouche séduit par son fruit éclatant dans un ensemble net, dense et ample. Finale persistante qui laisse la bouche fraîche. Cela descend tout seul mais les réserves sont bien présentes. Très belle bouteille.

CR: Tom Litwan Thalheim Chalofe 2011

Le vin peine à s’exprimer bloqué par un excès de réduction ou perturbé par les légères notes de soufre qui sont détectées au nez. Cela dessert particulièrement ce style de vin délicat, longiligne, dessiné à la pointe sèche sans gras superflu. La personnalité du cru reste évidente mais son expressivité mise à mal. A revoir ultérieurement en meilleure forme car il n’est pas au niveau attendu.

CR: Baumann& Meyer Blauburgunder ZWAA 2011

Ce vin est élaboré en duo, chaque domaine, établi sur des terroirs différents, apportant la moitié de l’assemblage, d’où le nom de « zwaa » (deux en patois local)
Le bouquet présente un fruit remarquable, mûr et dense, avec une petite note alcooleuse qui ne dérange pas vraiment. La bouche est ronde et fine avec des tanins au grain sablé légèrement asséchant. La structure de bouche renforce le côté végétal. En revanche la finale propose de jolis amers (orange)

CR: Scadenagut Wegelin Blauburgunder Reserva 2009

Le nez se montre un peu flou. Le fruit est présent, la maturité évidente mais la complexité manque. On a une impression similaire en bouche où rien ne dépasse. C’est rond, lisse, mûr mais apparaît assez conventionnel ou convenu alors que la matière semble être présente pour porter davantage le vin. Finale fraîchement mentholée. Un manque d’éclat manifeste dessert malheureusement cette bouteille qui n’est pas au niveau de sa renommée.

CR: Adeneuer Spätburgunder Rosenthal GG 2011

Bouquet plutôt ouvert sur le noyau de cerise, l’orange sanguine, des notes fumées et végétales pour compléter une aromatique agréable qui s’impose mais sans étincelle particulière. La bouche est bien construite, en rondeur, presque en douceur. C’est lisse et frais avec une finale persistante. Un vin tellement bien en place que l’on espèrerait presque un petit défaut pour l’apprécier sans retenue.

CR: Molitor Spätburgunder Brauneberger Klostergarten ** 2009

Markus Molitor produit différentes cuvées sur cette parcelle : il s'agit ici de celle méritant deux étoiles "**"
Bouquet intense et très complexe alliant floral, fruit rouges frais, menthol, épices genre girofle, curaçao, tabac frais. La bouche se montre d’une fraîcheur optimale. C’est aéré et subtil, avec un côté un peu salin qui donne du caractère en finale. Structure verticale et jus d’une énorme buvabilité. Remarquable.

CR: Christian Hermann Pinot Noir Reserve 2010

Le nez parait déjà un peu évolué avec ses notes de cuir de russie et une aromatique basée sur le fruit noir mûr et la ronce. Impression de rondeur et de profondeur qui se confirme au palais. L’attaque est dense, le milieu de bouche compact, en largeur mais la finale se montre, par contrecoup et par surprise, étonnamment fraîche. Grosse matière mais complexité limitée à ce stade. Potentiel certain dans un style très masculin mais plein d’intérêt.

CR: Claus Preisinger Pinot Noir 2009

Bouquet de grande élégance au fruit expressif, légèrement kirsché, avec de belles nuances végétales presque sauvages qui donnent de la fraîcheur et du peps. La bouche est puissante et juteuse avec des tanins encore marqués qui lui donne du caractère. Impression dominante de pureté homogénéité de l’ensemble impressionnante. J’aime beaucoup ce style absolument pas tape à l’œil mais jamais avare d’accroche.

CR: Stodden Spätburgunder Sonnenberg GG 2011

Voilà un cru proposant une personnalité différente, austère, strict, au fruité mesuré et bâti sur des notes végétales nobles et des amers de classe. La bouche est longiligne et concentrée, presque acérée par rapport aux vins précédents avec des tanins polis qui ne sèchent pas. Un profil assez aristocratique et introverti qui peut diviser. J’aurais préféré un peu de séduction immédiate mais c’est un beau vin.

CR: Gerhard Markowitsch Pinot Noir Reserve 2012

Attention : finalement, c'est le 2012 qui a été dégusté...
Le nez transpire la richesse voire la chaleur (fruits à l’alcool, un peu confits, épices, aucune verdeur ni nuances végétales) avec des notes d’élevage (massepain) qui restent présentes. En revanche, malgré un volume imposant et une belle densité, la bouche se montre fraîche et élégante. Le vin hésite à passer en force ou en finesse mais choisit finalement de terminer sur une finale racée. Déjà complexe et abordable aujourd’hui, ce vin a un énorme potentiel. Grand vin en devenir.

CR: Rings Spätburgunder Reserve 2009

Derrière une rondeur somme toute assez bon enfant, ce cru montre d’énormes qualités : on est séduit par la présence de son bouquet au fruit noir bien mûr, légèrement mentholé et camphré où traînent quelques nuances d’amandes assez fines. En bouche, c’est équilibré, subtil, élégant avec une matière fine et consistante avec toujours ce fruit insistant. Très belle longueur.
Cet assemblage ne semble plus devoir être élaboré aujourd’hui, les frères Rings préférant désormais les cuvées parcellaires en ce qui concerne le spätburgunder.

CR: Weingut Eichholz (Grünenfelder) Pinot Noir Eichholz 2011

Bouquet extrêmement complexe et profond à l’élevage maîtrisé et quasi imperceptible pour laisser toute place au fruit et aux épices nobles avec des notes plus balsamiques. La tenue de bouche est remarquable avec une matière imposante qui associe puissance, finesse et fraîcheur dans un équilibre magistral. Magnifique vin et coup de cœur de la soirée pour ma part.

CR: Mayer-Näkel Spätburgunder Kräuterberg GG 2011

Un cru de très haut niveau moins par sa complexité aromatique pourtant bien réelle que par la classe de sa construction en bouche alliant puissance, finesse, délicatesse et longueur à peine entamée par une petite pointe d’alcool. Une texture de velours et des amers magnifiques. Grande bouteille recueillant des superlatifs mérités. Et un deuxième coup de cœur.

La suite (partie 3) dans quelques semaines...

Pierre
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Kiravi
18 Mar 2015 00:09 #28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 84581
  • Remerciements reçus 10744

Réponse de oliv sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Fantastique fil ! (tu)

Bravo et merci à Pierre et Jean Luc pour ces notes précises et détaillées qui ouvrent des horizons.
18 Mar 2015 17:56 #29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9716
  • Remerciements reçus 1516

Réponse de claudius sur le sujet Re: Pinots noirs en Europe

Comme Oliv bravo !

Et dire que vous avez trouvé la cuvée Eichholz de Irène Grünefelder !
Comment avez-vous fait?
J'ai déjà bcp apprécié sa cuvée Pinot Noir normale ...
Un caviste des Grisons ainsi qu'un somelier m'avaient dit essayez de trouver son Eichholz ... c'est grand
20 Mar 2015 07:32 #30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck