Nous avons 1618 invités et 15 inscrits en ligne

Azienda Agricola Pojer e Sandri, Trentin

  • Messages : 189
  • Remerciements reçus 0

fabrice06 a créé le sujet : Azienda Agricola Pojer e Sandri, Trentin

AZIENDA AGRICOLA & DISTILLERIA POJER E SANDRI



Loc. Molini, 4
38010 Faedo (Tn)
Tél. : +39 0461650342
Mail : info@pojeresandri. it
Commandes: giovanni@pojeresandri .it
Visite de la cave : commerciale@pojeresandri. it
Maso Besleri: masobesleri@pojeresandri. it

www.pojeresandri.it

* Facebook Pojer e Sandri

* Twitter Pojer e Sandri

* Instagram Pojer e Sandri

* Chaine Youtube Pojer e Sandri





CR: Pojer e Sandri Pinot Nero 2010

Ouverte hier. Carafé 1h30 servie à 16°

Robe: Très claire tirant sur le rosé. Transparente.
Nez: Pas une énorme complexité aromatique. Le nez se révélera pendant le repas. On est sur des arômes de fraise, framboise. La sensation est avant tout de la fraicheur. On ne ressent pratiquement pas d'alcool.

Conclusion : Certainement pas la même émotion qu'avec la cuvée prestige du domaine, mais c'est bien fait. A ce prix (7 euros), on prend quand même du plaisir. Il est impératif de carafer au moins deux heures à mon gout. Un vin parfait pour la saison.
#1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 45
  • Remerciements reçus 0

Toinou421 a répondu au sujet : CR: Sauvignon blanc, Pojer e Sandri, 2011, Dolomiti

A l'Hostaria da Franz à Venise qui sert une cuisine de la mer tout simplement parfaite. Robe pâle tirant sur le vert. Très beau nez de pêche blanche, lichi, agrumes. L'acidité bien crispy maintient le vin, nous avons adoré c'est parti en moins de deux...
Antoine
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 467
  • Remerciements reçus 1

bobfutur a répondu au sujet : CR:Pojer e Sandri - Besler Ross 2006 - IGT Dolomiti

CR:Pojer e Sandri - Besler Ross 2006 - IGT Dolomiti

Robe et nez montrant de nets signes d'évolution: peu de fruit (on l'attrape à l'agitation), mais un beau pot-pourri, mêlant sous-bois et poivre avec une pointe balsamique. Classe.
En bouche, c'est très droit: dès l'attaque, le vin balance tout ce qu'il a: fruits noirs et fruits séchés, champignons, une touche végétale très élégante. La sensation de droiture ne vient pas seulement de l'acidité assez haute, bien intégrée à une matière plutôt importante, mais aussi de la qualité des tannins: fermes mais bien polis, ils ouvrent vers une finale "automnale" du plus bel effet. Grande longueur.
Impression de grand classicisme, au bon sens du terme, pour ce vin à l'assemblage sûrement inédit (une part importante de pinot noir, le reste partagé entre zweigelt, franconia, negrara trentina, et groppello).
Cette bouteille est à mon goût à son apogée.

Paul
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 467
  • Remerciements reçus 1

bobfutur a répondu au sujet : CR:Pojer e Sandri - Besler Blank 2007 - IGT Dolomiti

CR:Pojer e Sandri - Besler Blank 2007 - IGT Dolomiti

Robe paille intense.
Au nez, c'est un festival de fruits jaunes, amande, miel et petites touches florales. Très ouvert et net.
En bouche, on a l'attaque que laissait pressentir le nez: aromatique et puissante, avec juste ce qu'il faut de gras.
Une salinité importante prend ensuite le relais, donnant à l'ensemble une très grande buvabilité et équilibre: on salive littéralement. La bouteille ne fait pas un pli: un régal.
Avec l'Anisos de E. Rosi, c'est mon blanc préféré des Dolomites.
La cuvée Bianco Faye, toujours chez Pojer e Sandri m'a par contre pas mal déçu (sur 2006): trop de gras et une aromatique pas très nette.

Paul
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18083
  • Remerciements reçus 1918

Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: Pojer e Sandri - Besler Blank 2007 - IGT Dolomiti

Mario Pojer est un homme absolument fascinant et d'une simplicité désarmante. Je n'attends plus que de prendre le volant dans quelques jours et revoir ces gens des Dolomites et goûter leurs vins.
De son dernier passage à Albi, je garde ce souvenir : Mario est un homme heureux qui dispense la bonne humeur autour de lui. Il fait en outre des vins fabuleux : son Roso Faye 1990 est l'un de mes plus grands souvenir de dégustation .


Jérôme Pérez
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 467
  • Remerciements reçus 1

bobfutur a répondu au sujet : Re: Pojer e Sandri

Salut Jérôme,

tu as bien de la chance d'y retourner !
Si ce n'est pas déjà fait, essaye de goûter les vins d' Hartmann Donà là-bas, en particulier la cuvée Donà Rouge (2007 au top aujourd'hui).

Paul

Paul
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18083
  • Remerciements reçus 1918

Jérôme Pérez a répondu au sujet : CR: Pojer e Sandri - Rosso Faye 2009

Pojer e Sandri - Roso Faye 2009

belle robe concentrée aux reflets très jeunes et violacés. Nez de cassis, d'un beau cabernet sauvignon, belle pureté, élevage en retrait, petite note végétale qui apporte de la fraîcheur.
En bouche, c'est complet et sérieux et le vin évolue admirablement à l'aération. Il se complexifie, prend du poids et du charme, perd un peu de sa rigueur tannique de l'ouverture.
Long et savoureux. C'est un vin qui va très bien évoluer sur les 10 ans à venir.
très bien

Jérôme Pérez
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18083
  • Remerciements reçus 1918

Jérôme Pérez a répondu au sujet : CR:Pojer e Sandri - Besler Blank 2008 - IGT Dolomiti

CR: Pojer e Sandri - Besler Blank 2008 - IGT Dolomiti

robe dorée, intense, le vin accroche la lumière.
L'aromatique a besoin d'air pour se développer et on est surpris par cette alchimie qui peut évoquer un vin un peu oxydatif alors qu'en même temps, on ressent une sorte de réduction et des notes terpéniques du riesling : c'est fort complexe et très intéressant.
En bouche, c'est juste, d'une grande force et d'une précision diabolique avec une fraîcheur remarquable. Les saveurs sont comme le nez assez difficiles à définir. Belle longueur : j'ai beaucoup aimé ce vin de fort caractère.

Jérôme Pérez
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83227
  • Remerciements reçus 8795

oliv a répondu au sujet : CR: "Dissertation trentine : Foradori / Pojer e Sandri" par Jérôme Pérez

Dissertation trentine : Foradori / Pojer e Sandri
par Jérôme Pérez

Deux visites majeures de deux domaines qui ne le sont pas moins en Trentin inclinent à réfléchir sur la démarche de vigneron, la seule qui vaille la peine aujourd’hui, celle de produire des vins de qualité. Et cette démarche qui possède un but commun emprunte des chemins différents. Ces chemins sont à la fois le parcours et le for intérieur de ceux qui les suivent, parce qu’ils ne ressemblent à aucun autre, et quand bien même ils peuvent se rapprocher d’une philosophie, leur terroir, leur réalité et leur personnalité en donnent les infléchissements. Deux domaines du Trentin illustrent parfaitement cette réflexion : Pojer e Sandri d’une part ou la recherche permanente de la solution technique pour rester au plus près de la nature et Foradori ou le dépouillement maximal de l’interventionisme pour aller chercher le terroir dans le vin. Deux domaines à la pointe qualitative de leur région, mais aussi des personnalités fortes et extrêmement intéressantes qui recherchent finalement la même chose : faire le meilleur vin possible.

Anthithèse : Foradori, retour à la source du vin

Elisabeth Foradori dirige aujourd’hui ce domaine et lui a donné une direction très particulière, à la vigne comme aux chais pour faire vivre l’âme du Teroldego Rotaliano : Biodynamie et vinifications en amphores. Le terroir de prédilection de ce cépage est loin d’être visuellement impressionnant, même s’il est entouré d’un cadre splendide, celui des dolomites. Mais c’est la plaine alluvionnaire qui lui convient, terroir de sable et de graves. Ce cépage est reconnu comme étant d’une très grande qualité, il possède un potentiel énorme, mais hélas, peu de domaines en tirent la quintessence : Foradori est et reste la référence. Unique cépage du domaine en rouge, il représente 16 hectares sur 14 parcelles identifiées et vinifiées séparément. Certaines cuvées sont vinifiées de façon très classique, comme Foradori et Granato : fermentations en cuves inox puis élevage en barriques. Mais deux sélections parcellaires sont vinifiées en amphores d’argile de 400 litres et ce mode de vinification permet des macérations très longues, de l’ordre de 8 mois. Ces contenants viennent d’Espagne, recherchées pour leur grande qualité. L’élevage total de ces cuvées dure 18 mois au total. Le domaine Foradori possède également des vignes de cépage blanc, situés sur les coteaux, non loin de Mezolombardo. (Manzoni et Nosiola).

Manzoni Bianco 2010 : (vinification en cuves béton) - nez fermé qui s’ouvre que des notes florales et minérales. La bouche est grasse, très riche, mais sur un équilibre qui reste très frais. La longueur est très importante sur des saveurs minérales et de beaux amers. C’est très bon.

Nosiola 2009 : (vinification en amphores) – Le nez est immédiatement plus accessible, plus floral. C’est un vin très riche, large qui possède une finale saline évidente mais qui pêche un peu par un équilibre qui mériterait d’être plus frais.

Sgarzon 2009 : (teroldego vinifié et élevé en amphores, sol sableux) – La robe est grenat violine. Le premier nez est fermé avec un peu de réduction puis s’ouvre sur des notes fines fruitées et légèrement fumées. C’est un vin doté d’une grande élégance et d’une grande plénitude au touché : soyeux et délicat avec des tannins très suaves. Belle longueur : une belle découverte.

Foradori 2009 : La robe est très sombre, profonde et bien jeune. Le nez est axé sur les fruits noirs. Le vin est complet, large, opulent, structuré bien long. Un peu de chaleur en final pour ce beau vin droit qui mérite d’être servi un peu rafraîchi (autour de 16°). Le Teroldego dans son expression classique.

Granato 2008 : (teroldego vinifié en cuve et élevé en barriques, sol caillouteux) : le boisé est immédiatement séducteur et se marie très bien au fruit noir. C’est un vin très élégant qui est doté d’un bel équilibre, plus frais que le vin précédent. La grande longueur se conjugue à cet aspect luxueux du vin pour donner la sensation d’un vin de grande stature. Excellent et raffiné.

Thèse : Pojer e Sandri : la lutte permanente contre l’oxydation, la technique au service de la nature

A quelques kilomètres seulement de la plaine de Mezolombardo et du terroir du teroldego rotaliano, les coteaux de Faedo sont recouverts de vignes, pour la plupart de cépages blancs. Le domaine Pojer e Sandri représente à la fois une épopée et une très belle histoire. Deux amis s’installent en 1975 sur 2 hectares de vignes et une distillerie clandestine, un peu babas-cools, à l’époque, même si l’esprit cartésien de Mario Pojer ne fait aucun doute. Cet homme entier et d’une générosité sans égal reconnaît que l’explosion du domaine a fait suite à la reconnaissance des vins par Veronelli, grand dégustateur italien qui ne s’est pas trompé dès lors qu’il a goûté les vins de la cantina. Aujourd’hui, le vignoble s’étend sur 30 hectares et 6 communes. Pojer e Sandri produit du vin, de la grappa et des vinaigres, de sorte que rien ne sort du domaine pour être jeté, tout est recyclé ou transmué, jusqu’aux pépins. Les cépages rouges sont plutôt dans la vallée, cabernets, merlot, Lagrein. Les cépages blancs, sur les coteaux, jusqu’à 900 mètres d’altitude pour le Muller Thurgau. Mario Pojer est un inventeur de génie. Autrefois représentant de machines agricoles, il connaît bien la technique : il s’en inspire, modifie, crée, élabore, parfois pour des découvertes techniques qui font école, comme la mise au point d’un pressurage pneumatique qui aujourd’hui est employé dans les plus grands domaines bordelais, reconnu par des oenologues comme Dubourdieu. Une obsession habite cet homme : la lutte contre l’oxydation : c’est une manie qui ne le lâche pas. Enumérer tout ce qu’il a mis au point serait une entreprise vouée à l’inexactitude. Il vole même les couvercles de casserole de sa femme pour en faire des instruments de vinification ! Toutes les voies sont explorées et rien n’est laissé au hasard. Par exemple, les raisins sont lavés avant d’être vinifiés et cet homme d’expliquer de façon très claire que cela permet de mieux travailler avec les levures indigènes quand la plupart pense qu’un traitement peut les lessiver ! Il a approfondi la notion de préfermentation à froid, étudiant pour cela la forme des cuves expliquant de façon rationnelle et imparable la polymérisation des anthocyanes et des pépins de raisin. Impossible pour le visiteur à moins qu’il soit technicien de
tout comprendre et mémoriser, mais les explications données par Mario Pojer sont un spectacle jouissif et admirable. Toutes ces inventions ne sont mues que pour une qualité ultime du vin et pour que surtout la nature et l’environnement soit préservés de toute chimie, parce que le bonheur est là, à deux pas du chai et de sa technique de pointe, dans sa simplicité naturelle.

Nosiola 1991 : nez floral, légèrement oxydatif, léger rancio. Des notes de fumée. La bouche est belle, bien fraîche, avec des saveurs d’amande. Un vin très complexe et émouvant. (20 ans)

Sauvignon 1994 : la robe est or pâle. Les arômes sont d’une fraîcheur incroyable, comme si le vin n’avait que quelques années. Buis, agrumes, rhubarbe. C’est très frais, ce que confirme la bouche sphérique et moelleuse, mais parfaitement sèche et vive. Un très beau vin.

Pinot noir 2001 : raisins d’altitude (550 m) : la robe est évoluée, avec les ourlets typiques du Pinot noir. Plonger son nez dans ce verre est un cas d’école : un style bourguignon, sur le cuir et l’iode. Cerise en bouche pour le supplément, ce vin est exceptionnel d’équilibre et tromperait pas mal de dégustateurs chevronnés. Très beau

Rosso Faye 1990 : cabernet sauvignon, cabernet franc et merlot, lagrein. Robe sanguine, très jeune, étonnante de vitalité. Les arômes sont très purs, sur la cerise noire, le cassis et les arômes toastés de l’élevage. La bouche est immense, complète et sans faille, d’une très grande précision et d’une fraîcheur incomparable. Elle situe ce vin au niveau des meilleurs crus Bordelais et rappelle Cos d’Estournel 1982. On touche le sommet.

Merlina : lagrein de 2004 muté à la grappa de 1994 : la robe est noire violine Des saveurs de forêt noire, une véritable gourmandise, même si le bois est encore présent.

Zéro : un vin projet de vignes à 900 mètres d’altitude. 4 hectares préservés de toute chimie protégés par des bois. Effervescent de méthode ancestrale, ce vin est encore dans les limbes, non dégorgé. Des saveurs de pomme, de la minéralité et surtout une acidité incroyable qui gomme les 20 grammes de résiduels pour donner un vin qui se boit sec. Etonnant et à suivre avec attention.

Synthèse : Il n’y a que les routes qui sont belles, peu importe où elles nous mènent… pas sûr !

Deux voies radicalement différentes pour des expériences qui ne sont pas si éloignées. Elisabeth Foradori a choisi l’école de la biodynamie dans ses vignes et cherche ce qui pourra rendre son vin meilleur. Ses amphores de terre cuite, spectaculaires, magnifiques et étranges sont très intéressantes, sans doute d’ailleurs plus sur les rouges que sur les blancs. Mario Pojer, expérimente plusieurs essences de bois : chêne, acacia, cerisier, chasse l’oxygène où il peut s’en cacher alors qu’Elisabeth cherche dans l’équilibre des forces terrestres et célestes, le biotope des vignes, la vérité qui transparaîtra dans son vin et réfléchit à encore plus de naturel en vinifiant grappe entière certaines de ses cuvées. Ils ne sont pas si éloignés que cela et permettent tous les deux d’espérer que d’autres grands vins naîtront de ces terroirs de Trento. Plus au sud, près d’Avio, Carlo Guerrieri Gonzaga à San Leonardo fait le même constat et se sent bien seul encore, même si quelques frémissements se font jour autour de lui et d’ailleurs sous son impulsion. Ils vivent leur chemin, expérimentent, cherchent et trouvent d’ailleurs les solutions qui leur correspondent : Elisabeth Foradori, dans le naturel à tout prix et la simplicité retrouvée, Mario Pojer, dans ses projets, ses inventions et toujours de nouvelles idées. Mais leur but est commun et c’est bien lui l’important : la recherche du grand vin.
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18083
  • Remerciements reçus 1918

Jérôme Pérez a répondu au sujet : CR: Pojer e Sandri - Riesling 2016

CR: Pojer e Sandri - Riesling 2016

Un vin très bien construit avec de belles qualités de structure et de fraîcheur mais qui semble cadenassé à double tour et qui ne s'exprime que par sa structure. Si bien que son austérité aujourd'hui le dessert et fait ressortir plus les saveurs (acides et amers) que les arômes.
à suivre

Jérôme Pérez
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18083
  • Remerciements reçus 1918

Jérôme Pérez a répondu au sujet : CR: Pojer e Sandri - Riesling 2016

CR: Pojer e Sandri - Riesling 2016

de fins arômes terpéniques s'annoncent au nez derrière une dominante agrume, surtout citron. La bouche est très nette, bien fraîche et une fine bulle ajoute à cette vivacité.
Un vin très construit, bien moins austère que son aîné de un an, il possède également plus d'allonge. Longue finale citronnée aux accents salins.
très bon et vraiment dans une bien meilleure forme que lors de ma précédente dégustation.

Jérôme Pérez
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18083
  • Remerciements reçus 1918

Jérôme Pérez a répondu au sujet : CR: Pojer e Sandri - Essencia 2013

CR: Pojer e Sandri - Essencia 2013

un vin à l'équilibre parfait, aux sucres superbes contenus par une acidité bien acérée : sur des arômes d'agrumes confits, c'est un vrai bonheur qui ne fatigue pas.
le type même du moelleux de grande élégance et d'une finesse remarquable bien que très gourmand.
excellent

Jérôme Pérez
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18083
  • Remerciements reçus 1918

Jérôme Pérez a répondu au sujet : CR: Pojer e Sandri - Zero Infinito 2019

CR: Pojer e Sandri - Zero Infinito 2019

cépage solaris planté dans la haute vallée de Cembra (800 /900 m d'altitude)
zéro chimie à la vigne, zéro chimie à la cave.

vin effervescent non dégorgé fermé par une capsule simple comme les champagnes non dégorgés de leur levure.

Méthode ancestrale : une seule fermentation.

robe qui possède une belle couleur avec de la luminosité et de la densité, bulle moyenne.
nez qui curieusement évoque des notes boisées élégantes (le vin a dû fermenter en bouteilles normalement), du floral, fleur de sureau, c'est parfumé avec délicatesse, sans entêtement.
En bouche le vin est dans la même délicatesse, à la fois gourmand et élégant, avec un fruit complexe difficile à définir, mais délicieux. Très belle fraîcheur et aucune lassitude pour ce vin vraiment surprenant et excellent.

Jérôme Pérez
#13
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18083
  • Remerciements reçus 1918

Jérôme Pérez a répondu au sujet : CR: Pojer e Sandri - Essenzia 2015

CR: Pojer e Sandri - Essenzia 2015

vendange tardive de riesling, klevener, traminec et chardonnay
robe dorée.
Nez très exotique plus un petit quelque chose de pas très net qui s'accentue à l'aération, comme un boisé toasté qui a mal tourné, façon brett.
Bouche douce, riche, sur des saveurs de fruits de la passion, de litichi et de mangue, très exotique, donc, mais cela reste élégant et on en vient à regretter un peu de vivacité pour tendre tout cela. Hélas, la netteté défaillante décelée au nez se retrouve en bouche et vient un peu ternir cet ensemble. pas trop de plaisir sur ce vin.

Jérôme Pérez
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck