Nous avons 991 invités et 50 inscrits en ligne

Clos Veličane

  • Messages : 1303
  • Remerciements reçus 1375

Kiravi a répondu au sujet : Clos Veličane

Je pensais à l'autre B52, mais tu as raison Philippe de mettre celui-ci en exergue, il est beaucoup plus joyeux.

Marc, assez vieux débutant
#181

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17976
  • Remerciements reçus 1708

mgtusi a répondu au sujet : Clos Veličane

Kiravi écrit: Je pensais à l'autre B52


Moi aussi, c'est dans ce genre de situations qu'on prend un coup de vieux :)

Michel
#182

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17655
  • Remerciements reçus 1454

Jérôme Pérez a répondu au sujet : Clos Veličane

H2S + Cu2+ -->CuS + 2H

ça pue tout de suite moins.

Jérôme Pérez
#183

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1303
  • Remerciements reçus 1375

Kiravi a répondu au sujet : Clos Veličane

Donc en langage profane, :roll: , vous avez utilisé des pièces de monnaie en cuivre pour atténuer la réduction et l'odeur qui allait avec et vous vous interrogez maintenant sur la nécessité de poursuivre avec un traitement pour la suite de l'élevage?

Marc, assez vieux débutant
#184

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81696
  • Remerciements reçus 7115

oliv a répondu au sujet : Clos Veličane

La version chic et hors de prix d'un morceau du phénomène décrit par Jérôme.




PS: Sauf que dans ce cas là... www.pseudo-sciences....
#185
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1281
  • Remerciements reçus 193

GAET a répondu au sujet : Clos Veličane

PBAES écrit:


Ah ba cela fait plaisir de voir quelqu'un qui a "très bonne" référence !
Cordialement
Gaëtan
#186

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1303
  • Remerciements reçus 1375

Kiravi a répondu au sujet : Clos Veličane

Ne te vexe pas Gaëtan, mais Philippe, qui a piqué le colt de Jean-Luc, à dégainé plus vite que toi...:)

Marc, assez vieux débutant
#187

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1281
  • Remerciements reçus 193

GAET a répondu au sujet : Clos Veličane

Tu n'as pas vu que j'ai repris la citation de Philippe ;)
#188

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Remonter l’ancre

... et reprendre le large, par des vents contraires : il faudra tirer des bords …

La vie a été calme et douce : pour une fois et sans doute la première des presque vraies vacances où le spectre de l’inévitable retour incitait à profiter de chaque instant et à prendre le temps pour le faire et savourer.

La dégustation régulière des vins jeunes me tracassait ; non pas que les cuvées ne me plaisent pas mais parce que j’avais un gros doute sur le taux de résiduels totalement non ressentis à la dégustation sur le riesling en tout cas, voire même sur l’assemblage. Sur le pinot gris, il faut bien les chercher, quand bien même nous bénéficions d’une acidité de rêve.

J’ai compris enfin que c'était une question de protocole d'analyse ; j'ai donc repris tout le processus et le résultat est bien différent : Il y a bien des sucres résiduels mais autour de 5 grammes par litre sur le riesling, moins de 10 sur le pinot gris et environ 7 sur l’assemblage ce qui dans le cadre d’une acidité à un peu plus de 9 grammes (de tartrique) sur le riesling donne un équilibre ressenti totalement sec.

Le Clos Veličane a reçu ses premiers visiteurs venus pour acheter du vin : grande première et belle expérience. Je me suis retrouvé dans le rôle de celui qui explique son terroir, son vin, ses millésimes, celui qui montre, qui tend les verres et fait tourner les robinets pour la première fois de ma vie et je dois dire que j’ai aimé.

Même si dans les deux cas il s’agissait d’amis, d’enfants d’amis et d’amis d’amis, la démarche était, de façon inédite, professionnelle tout en restant passionnée.

Je dois avouer mon émotion lorsque je compris que tout serait fait pour qu’une bouteille prenne l’avion du retour car elle était destinée à un lecteur assidu de ce sujet, personne que je ne connais pas mais qui suit l’histoire du Clos Veličane épisode par épisode. Le monde est décidément bien petit. (Surtout vu du haut de cette colline). Qu’il sache donc que cela m’a fait très plaisir d’apprendre cette anecdote : la bouteille doit être arrivée à Paris maintenant et doit se reposer de ce long et brutal voyage.

Petite visite chez Samo Kupljen, avant de partir, pour présenter les vins à l’œnologue allemand Volker Schneider : c’est toujours intéressant d’avoir des avis techniques. La personnalité de Volker Schneider peut dérouter mais force est de reconnaître ses grandes connaissances. Une fois encore je suis convaincu de la très grande variable culturelle en dégustation : Il n’est pas le premier des œnologues de l’Est à me dire que les meilleurs vins blancs de France sont produits dans le Gers … Du fruit, rien que du fruit quand personnellement il m’entête ! Par contre ce genre de dégustation analytique et technique, très peu pour moi : l’idée étant de façon implicite de savoir ce que l’on peut faire pour arranger ceci ou cela alors que je suis plus enclin, dans une certaine mesure évidemment, à accepter le millésime comme il se présente : en tout cas, c’est certain, nous n’allons pas acidifier ! La seule intervention que je consens c’est de traiter la grosse réduction du pinot gris : 50 ml de cuivre à 1 % suffiront. On obtenait le même résultat jadis avec des tuyauteries ou des robinets contenant du cuivre !

Cependant cette dégustation très technique m’a fait comprendre le côté tannique de mon riesling : j’avais bien ressenti une grosse structure, c’est comme cela que je le traduisais : je préfère quand même la tête convaincue de mon voisin Samo Kolaric qui goûte mes vins dans ma cave.

J’ai bien conscience de tous les points sur lesquels des progrès peuvent être accomplis : certains passeront par des investissements. Il faudra du temps et je l’accepte. Mais je suis heureux du résultat de ce millésime compte tenu de tout cela et heureux n’exprime pas l’entièreté de mon sentiment tant j’ai l’impression d’avoir une chance inouïe d’avoir quelque chose dans les cuves de potentiellement excellent. Je ne mesure pas la part respective d’objectivité et de subjectivité dans ce jugement, cela ne m’intéresse pas : la conviction, c’est autre chose que de la croyance ou de la connaissance : une juste synthèse des deux mâtinée de rêve, peut être.

#189
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: tht, Eric B, Vougeot, jbpeca, jean-luc javaux, lutembi, DUROCHER, Champ des Soeurs, Damien72, Camille C

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1134
  • Remerciements reçus 794

Agnès C a répondu au sujet : Clos Veličane

Bonsoir Jérome
La conviction n'empêche pas l'objectivité de l'attendu ni l'acceptation du résultat.
Quelle aventure!
Je suis envieuse
Agnès

"Enivrez vous de vin, de poésie ou de vertu à votre guise, mais enivrez vous"
#190

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2731
  • Remerciements reçus 38

Go6s a répondu au sujet : Clos Veličane

C'est bien toi, Jérôme, derrière le pseudo Clos Velicane ?
Les mouches suzukii sont-elles un frein à la production de VT dans la région ?

En tout cas, les équilibres semblent intéressant, sur le papier.
C'est sûrement une bonne chose que les levures aient stoppé avant de transformer tous les sucres, à 10g d'acidité et totalement sec ça doit être redoutable pour les papilles !

Gaultier (62)......................Amateur de vins liquoreux rares ou hors-normes !
#191

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Cette mouche, non seulement endommage les baies dans lesquelles elle pond mais favorise le développement de pourriture aux baies voisines, non infectées. Par ailleurs, les larves se développent et se nourrissent des baies dont la chair s'en trouve oxydée et totalement dénaturée.

donc ça limite la production de VT, mais de tous les types de vin.

Sur l'équilibre des vins, certes il y a les taux bruts, mais surtout la dégustation. Et on peut avoir de grandes différences de perception à taux égal d'un millésime à l'autre en fonction de différents facteurs dont par exemple la nature de cette acidité, la présence de sucres résiduels, la concentration de la matière etc ...

Les clones plantés au Clos Veličane ont cette particularité de s'arrêter naturellement sur quelques résiduels et ont un niveau d'acidité plus élevé que la moyenne. On ne dit jamais assez l'importance du matériel végétal en place et de son adaptation comme des réponses qu'il apporte sur un terroir donné. Et les variations sont importantes d'un clone à l'autre de la même espèce.
#192
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Go6s

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17822
  • Remerciements reçus 2621

Eric B a répondu au sujet : Clos Veličane

On ne dit jamais assez l'importance du matériel végétal en place et de son adaptation comme des réponses qu'il apporte sur un terroir donné. Et les variations sont importantes d'un clone à l'autre de la même espèce.

C'est flagrant par exemple chez Verdier-Logel : les vignes mitoyennes donnant Poycelan et Volcanique ont été plantées toutes les deux au milieu des années 80. La première provient d'une sélection massale locale et la seconde d'une sélection clonale (et je pense qu'à l'époque, ce n'était pas la qualité finale qui était recherchée par les obtenteurs). Pour ne rien arranger, la première est taillée en cordon de Royat et la seconde en Guyot. Au final, c'est le jour et la nuit entre les deux cuvées. Poycelan a beaucoup plus de profondeur, de puissance et d'allonge (alors que même vigneron, même terroir, même âge, même cépage, même millésime).

Eric
Mon blog
#193

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17655
  • Remerciements reçus 1454

Jérôme Pérez a répondu au sujet : Clos Veličane

En Alsace, le clone 49 qui est sans doute le plus planté est clairement tourné vers la productivité. Si on les compare au 1089 et 1090, c'est le jour et la nuit, ces derniers étant très qualitatifs.

Jérôme Pérez
#194

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Ethique tac

Il n’y a plus de vin à vendre au Clos Veličane : la production était très limitée en 2017, l’épisode de casse de la première expédition a amputé sérieusement le stock. Cela restera un moment douloureux, très stressant : encore quelques colis attendent leur destinataire avant que je ne crie victoire totale, mais nous y sommes presque. Nouvel emballage (merci agitateur !) et nouveau prestataire qui au même prix à fait le travail proprement et promptement.

Pour boire du 2017, il faudra donc venir au Clos Veličane et faire un sourire au vigneron s’il est de bonne humeur (ça arrive finalement assez souvent quand il est sur place)

Une dernière caisse doit partir vers Biarritz ces jours-ci : cette commande est arrivée presque par hasard. Un lecteur de LPV qui découvre la rubrique qu’il ne lit jamais, dévore le sujet Clos Veličane et tombe sur le formulaire encore actif (il ne l’est plus !, c’était un oubli)
Je dois une fois encore dire comme je suis touché, ému est plus juste, de recevoir ces témoignages qui accompagnent les commandes. Une belle et troublante lettre qui dénote de la passion du vin. Tout cela, c’est LPV qui le rend possible comme il est certain que ma vie, mes choix seraient différents sans LPV, cette aventure n’aurait sans doute jamais existé.
Bien entendu, ce sujet existe parce que je désire communiquer sur la production du Clos Veličane, mais ce passage à l’écrit m’est presque nécessaire pour faire le point régulièrement, comme si je devais coucher sur le papier tous ces éléments, pour mieux me les réapproprier, les digérer et aller de l’avant.

Je sais parfaitement que dans toutes ces commandes de mon vin, outre l’intérêt pour le vin lui-même, il y a l’envie de soutenir ce projet mais aussi le désir d’en faire partie un peu, de le faire sien et j’y pense à chaque fois que je suis dans ma vigne ou dans ma cave. Je vois bien au travers des mots que je reçois que le Clos Veličane, c’est un peu le rêve que beaucoup caressent. L’esprit, c’est bien celui de LPV, la passion du vin.

Ce 2017 n’est pas parfait, il est le fruit d’un millésime difficile, mais je ne le renierai jamais même si je n’y ai participé que de loin en loin. Il est évident que 2018 est mon vrai premier millésime : celui de mon travail et de mes choix, comme le premier qui est élevé dans la cave du Clos Veličane. Cela marquera son élevage. Du reste, il n’y a pas un jour sans que je me demande ce qui se passe derrière l’immobilité figée de l’absence. Les trois cuves sont là, elles renferment ce jus en évolution dans un silence total, dans une obscurité sans faille : il y a du mouvement dans cette immobilité ; il se joue le futur visage du vin, lentement.

Le mystère est à l'intérieur

Certes un contrôle est fait régulièrement ; Mateja veille mais entre ses venues, tout se fige en apparence, le silence s’installe de façon durable et pourtant un scenario se met en place.
Les températures descendent, on annonce de la neige cette semaine. La cave va ressentir, atténuée, cette baisse du mercure pour prendre lentement son ambiance d’hibernation qui devrait s’arrêter autour de 7 degrés. Cela aussi contribuera à forger ce vin. Il faudra attendre le printemps pour que tout reparte vers le haut et que nous envisagions de figer en bouteilles ce que le temps aura sculpté.

Tout cela me confirme que le vigneron, même s’il fait des choix où il peut à certains moments modifier, infléchir des évolutions, est en premier lieu un spectateur et que sa part est somme toute bien réduite face à ce que l’ordonnancement naturel impose. Je ne veux pas relancer ici le récurrent débat de l’importance respective des différentes variables dans l’existence d’un vin : l’expérience me montre qu’au mieux, le rôle du vigneron est de s’adapter aux circonstances et à leur évolution qu’il ne maîtrise pas. Là où il faut s’interroger, à mon avis, c’est quand il les maîtrise tout à fait et que les effets terroir et millésime sont réduits comme peau de chagrin. Ce n’est en fait qu’une question de limite que l’on s’impose personnellement. La vraie intervention du vigneron, elle est donc avant tout éthique ou pragmatique et je ne porte aucun jugement là-dessus car j’ai personnellement la chance de ne pas être tenu par une nécessité économique ou financière. J’ai aussi la chance d’avoir un terroir de premier ordre (certes, je l’ai choisi), un matériel végétal de même rang (le choix heureux d’un autre, il y a 20 ans, mais un choix quand même) et d’être mu uniquement par la volonté de faire le meilleur vin possible. Les choix peuvent être autres : faire vivre une famille, faire du vin pour tel ou tel marché, etc … Et le meilleur vin possible pour moi (et là, c’est mon choix) est celui de faire le vin qui transcrira au mieux le terroir, le matériel végétal et le millésime. En cela 2017, nous a bousculé ; 2018 nous a laissé davantage de sérénité.

La vraie question est de savoir où on place le curseur de l’intervention et il n’y a absolument pas deux camps opposés, mais bien un spectre dans lequel on se positionne allant du laisser-faire au contrôle total : mais chaque vigneron se situe quelque part dans cet éventail et non pas d’un côté ou un autre d’une ligne.
Si on prend la question des intrants : qu’est-ce que j’accepte de mettre dans ma cuve pour atteindre mon but ? C’est bien un choix éthique, même si cette éthique peut être à certains moments de ne pas faire crever sa famille de faim : sulfite ou pas. Du cuivre pour s’opposer à la réduction ou pas. Du sucre ou pas. De l’acide ou pas. Des levures qui vont révéler tels ou tels arômes ou des levures neutres ou pas de levure ajoutée ?
Il y a bien entendu bien d’autres questions à se poser mais une seule à laquelle il faut savoir répondre : qui suis-je ?

#195
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, PBAES, Jean-Bernard, Eric B, Vougeot, enzo daviolo, lutembi, jef33, DUROCHER, f.aubin, Gilles, Damien72, pierrat, éricH, joualle, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3300
  • Remerciements reçus 564

agitateur a répondu au sujet : Clos Veličane

Clos Velicane écrit: Nouvel emballage (merci agitateur !)


%tchin
#196

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Joyeux Noël à tous les amis du Clos Veličane : le cadeau est encore dans les cuves.


#197
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, PBAES, Eric B, lutembi, Damien72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Les vœux pour 2019

que 2018 soit à la hauteur et que ce millésime en cours d'élevage permette aux voeux pour 2019 de se réaliser ! Car il faudra investir pour que le vin soit encore meilleur et que un tas de petits détails soient réglés
la priorité sera l'achat d'un pressoir car pour le moment les grappes sont pressées par un ami. L'autre priorité sera de pouvoir d'une façon ou d'une autre contrôler les températures des fermentations.

pour ce qui est des éléments naturels non maîtrisés : Moins de grêle, moins de gel de printemps, moins de mildiou (je pense que chacun a été à la peine en 2018), un temps radieux pour la maturité jusqu'aux vendanges !

Je fais aussi le vœu que les trois cuvées du Clos Veličane 2018 fassent partie des meilleurs plans à moins de 15 euros de nombre de LPViens dans leur souvenir de l'année écoulée !
#198

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Press-book

Premier article sur Clos Veličane, dans la Revue du Tarn, revue à laquelle j'ai collaboré pendant 10 ans.
Robert Fabre, historien et rédacteur en chef de cette revue a tenu a venir visiter notre petit domaine à la faveur d'un voyage familial (sa mère vit encore près de Maribor)
Sa fille que l'on voit sur la photographie, parisienne, est mariée à un fidèle lecteur de cette rubrique.




Dans moins d'une semaine maintenant, la taille commencera : j'aurais, juste avant, vérifié les vins de 2018 !
#199
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, Olivier Mottard, PBAES, Eric B, mgtusi, jean-luc javaux, Gilles, Damien72, Yoannc

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Combien de temps, combien de temps encore ?

(Des années, des jours, des heures, combien ? JL Dabadie, "le temps qui reste")
Plus que quelques jours, plus que quelques heures et nous serons à Jeruzalem. A chaque fois l’absence crée le doute sur cette aventure, sur cette folie, mais je sais que toute cette brume s’évaporera dès que je serai au milieu de ma vigne, les pieds dans mes bottes et qu’une fois de plus, je me remplirai de cette sensation unique et de cette fierté de posséder un tel endroit avec le projet d’y vivre. Je comprends bien ce que signifie maintenant un mot que j’ai toujours trouvé étrange : félicité. C’est bien cela que je ressens alors.

Déjà j’échafaude les stratégies : j’irai prélever un peu de chaque cuve que je remonterai pour que le vin se réchauffe avant de le goûter. J’ai compris dans les messages de Mateja que ce qui se passait dans la cave était très intéressant : ces vins qu’elle regardait d’un œil perplexe, parce que très différents de ce qu’elle connaissait jusqu’à présent, cette acidité qui lui faisait peur, cette matière et cette force, elle a appris à les apprécier : ses mots ne trompent pas. Mais je ne veux pas trop imaginer car je risque seulement d’être déçu. Nous y verrons en tout cas plus clair sur la date probable de la mise.

La tâche à accomplir me fait un peu peur : tailler seul ; éprouver cette solitude, ce temps long, le froid, redevenir paysan dans le corps et l’esprit, être soi.
Mais déjà, j’entends ces bruits agricoles alentours, ces voix, ces coups : non, je ne serai pas seul ; mes compagnons lointains me tiendront compagnie et même distants, nous épouserons cette même cause. De Malek, juste en face, on verra un homme dans sa vigne avancer doucement comme on en verra un autre sur cette colline nommée Plesivica et encore cet autre en contrebas sur les terrasses sous Jeruzalem. Etre de ce paysage, s’y fondre, c’est une façon d’y appartenir. Tous les débats, dès lors, sur le terroir, son importance, me paraissent vains tant il est évident que vivre le vin de l’intérieur dans un tel lieu donne des réponses.

La mue s’opère au-delà de ce que j’imaginais et il a fallu une fois de plus en passer par l’écrit pour le comprendre. Je ne me sens plus légitime à donner mon avis sur les vins que je bois car je comprends que derrière chacun d’eux, c’est le mien que je cherche : une fois encore ce soir avec ce Chablis 2017 de William-Fèvre, je m’en suis convaincu. Au-delà de la convergence de ces deux vins, de leurs différences aussi, il m’est impossible de goûter ce Chablis pour ce qu’il est intrinsèquement. Ce n’est pas pour autant que je ne m’évertuerai pas à goûter et goûter encore, mais plus du tout pour les mêmes raisons. Ce que je pensais être une grande lassitude et un désintérêt n’était en fait qu’une profonde transformation de ma passion du vin.

Combien de temps, combien de temps encore ? Franchir les Alpes, traverser l’Italie du Nord, quitter l’air marin pour remonter trouver les contrastes continentaux : plus de mille kilomètres nous séparent mais je suis tout près maintenant.
#200
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, PBAES, Vougeot, bibi64, Cédric42120, azerty27, Agnès C, Gilles, Damien72, Yoannc

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Vacances d’hiver printanières

L’an passé à la même époque il y avait un mètre de neige et il faisait froid, autour de - 10 ° Celsius. Aujourd’hui, il a fait 15 degrés sous un soleil radieux.
La campagne de taille a débuté et elle va prendre plus de temps que l’an passé : pour cause la grêle de cet été : les sarments sont endommagés et par sécurité, il faut laisser deux baguettes : nous régulariserons après la floraison pour avoir six à huit grappes par pied et cela obligera à un autre passage. Mais la taille n’est pas pour autant très académique : un guyot double sans courson car la décision était bien de passer tout le Clos en guyot simple.
La taille prépare non seulement 2019 mais aussi 2020.
Drôle d’année : il va falloir attacher les baguettes avant de partir car j’ai peur que mi avril soit trop tard si le temps ne se calme pas. Il y a déjà de l’eau dans les baguettes. J’ai vu une coccinelle sur un pied de riesling aujourd’hui.

On ne parle que de ça dans le vignoble : il y a ceux qui se réjouissent et ceux qui en tremblent, dont je suis. Un départ trop précoce fait craindre le pire sur des gelées tardives.
Nous en parlions avec Samo à la terrasse de la Taverna : CR: un verre de riesling Kupljen Sky 2018, déjà en bouteilles et déjà si bon ! un auslese slovène de grande classe, un pur bonheur tout en délicatesse et justesse d’équilibre. ça devrait pétroler un peu dans les années à venir. Mais quel équilibre ! irrésistible.

Comme l’an passé, neige ou pas, j’éprouve le traitement de choc que m’inflige le riesling, mes épaules ont du mal à trouver le rythme … J’intercale des rangs de pinot gris pour souffler un peu ! C’est un peu comme du fractionné.

A la cave tout va pour le mieux : 2018 sera l’antithèse de 2017. Les vins sont denses, très structurés, taillés pour la garde et en ce moment dans une certaine austérité : la longueur me surprend et me ravit. Mateja m’a rassuré sur le niveau d’amertume qui devrait redescendre avec un éclaircissement des lies. Jamais l'acidité pourtant très élevée ne se fait sentir, tout comme les sucres d’ailleurs.
La cuvée d’assemblage remporte les suffrages pour le moment avec un supplément de complexité. Les couleurs sont belles et le pinot gris fait le malin avec un teint très doré. Il est clair que le temps de la mise n’est pas d’actualité. Nous verrons au printemps : rien ne presse.

Aujourd’hui, dans notre boîte aux lettres, une carte de vœux venant de France ; des amis nous savent slovènes : il faut croire que c’est notre adresse dorénavant : même si c’est partiel, j’avoue que la lecture de l’enveloppe m’a procuré de l’émotion, de quoi savourer un verre de Penina CR: Puklavec n° 8 : très sobre en arôme, il fait le job en fin de journée de taille : effervescence et équilibre rafraîchissant : simple et efficace, mais sans doute manque de complexité.


#201
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, mgtusi, bibi64, Agnès C, Damien72, éricH, joualle

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Fallait bien que ça arrive

Ben oui, j'avoue, j'ai tapé Clos Veličane sur google et voici ce que j'ai trouvé ! Clos Veličane sur Vivino !
www.vivino.com/clos-...

unanimité de notes que je trouve un peu flatteuses : 3,5 sur 5 ... Franchement à trois, il n'y avait rien à dire !
La question que je me pose en revisitant pour la énième fois les vins du millésime 2018 qui me scotchent littéralement , c'est de savoir si sur la base de ces 3,5 pour le 2017, il y aura assez de 5 étoiles pour les noter ! -))

Tour à tour, c'est chacune des trois cuvées qui recueille ma préférence : ce soir, c'est surtout le Pinot gris. Mais je dois dire que je n'avais jamais non plus si bien goûté le riesling. Je n'en dirai pas plus personnellement sur mes vins, car je ne suis de toute façon pas le mieux placé pour le faire, mais je suis très heureux de ce qui se dessine et qui correspond à ce que j'attendais de ce lieu.

Depuis deux jours, l'hiver est revenu : pluie et vent hier, froid intense et soleil aujourd'hui. J'ai préféré tailler aujourd'hui à -1 qu'à 5 hier avec ce vent qui transperçait. La Bora a fait des siennes chez nos voisins croates.
la semaine prochaine sera à nouveau printanière : aucun doute, il va falloir attacher les baguettes avant de partir ; du reste, les équipes alentour s'y mettent.

Il reste 7 rangs à tailler, deux jours de travail.

J'ai fait quelques essais de bouturage : sur ce sol sableux, je fais le pari que des vignes franches pourraient s'épanouir ; les sarments sont dans le sable au sommet du Clos Veličane, la zone au sol le plus léger. Si les racines naissent, je remplacerai les manquants avec ces pieds francs au printemps. Je tenterai la même chose avec du furmint si mes essais sont positifs.

Je n'arrive pas à définir à quel moment nous devons mettre en bouteilles. Pas encore, cela est une certitude : nous verrons à Pâques. Je vais arrêter de goûter car à ce rythme, il n'y aura rien à embouteiller !
#202
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PBAES, bibi64, f.aubin, Agnès C, leteckel, Champ des Soeurs, Gilles, Damien72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Photos de ces derniers jours :

spéciale dédicace pour Luc : après le coucher de soleil, voici le coucher de la super Lune 22 février à l'aube.



et l'invité du jour qui effrayé ne pouvait sortir du Clos :

#203
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, Champ des Soeurs

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Coursons et baguettes

Le premier pas vers le millésime 2019 est effectué : la vigne est taillée. Cela n’a pas été une mince affaire car il a fallu se positionner face aux dégâts de la grêle de l’an passé ; j’ai d’abord opté pour une taille à deux baguettes, mais j’ai vite renoncé à systématiser sur tous les pieds. Trop d’efforts ont été consentis pour passer du guyot double au simple et je ne pouvais me résoudre à faire machine arrière : aussi ai-je laissé deux baguettes quand les bois me semblaient endommagés mais en ne laissant qu’un seul courson. Et encore quand cette option a été choisie, les deux baguettes partent du même courson laissé l’an passé : craignant les gelées de printemps, j’avais laissé deux yeux : bien m’en a pris. J’ai d’ailleurs réédité cette année. Ce sont environ trente pour-cents des pieds qui sont ainsi taillés sur le Clos Veličane. Le temps passé à observer, puis à tailler et enfin à attacher s’en est trouvé augmenté. Il faudra repasser après la floraison pour éliminer le trop de grappes : ne pas dépasser 6 à 8 par pied et surtout ne pas tenter d’équilibrer les rendements d’un pied à l’autre. De toute façon, j’ai la chance de ne pas être tenu par des questions de quantité minimale. Au contraire, pourrais-je avancer car la question n’est pas de produire, mais de vendre : une autre affaire. De ce point de vue, que les rendements de 2018 soient à 50 % de ce qu’ils auraient pu être me va parfaitement car c’est déjà beaucoup plus que 2017 qui du point de vue des quantités aura été catastrophique, mais finalement une étape intéressante pour une première commercialisation.

Je mesure combien le travail de l’an passé a permis de clarifier la lecture de chaque pied, maintenant plus limpide. Cette seconde campagne de taille permet d’affiner et d’équilibrer les ceps. Tailler, c’est finalement sculpter : tenir compte de la circulation de la sève pour à la fois comprendre et permettre tout en misant sur l’avenir. C’est déjà le millésime 2020 qui s’ébauche car la branche à fruits partira de ce courson laissé, comme celle de ce 2019 qui part du courson de 2018.

J’ai choisi d’attacher maintenant car tout semble redémarrer : coccinelles, papillons s’en donnaient à cœur joie hier et aujourd’hui alors que nous ne sommes que le premier mars. Les narcisses sont à un souffle de s’ouvrir : il a fait plus de 22 degrés le 28 février, journée la plus chaude. J’ai attaché plus tard l’an passé et presque à la limite : les sarments étaient très fragiles et pleuraient abondamment. Je ne serai pas là avant 6 semaines et je n’ai pas voulu prendre de risques ou déléguer cette opération.

Les travaux vont commencer dans les rangs, à commencer par le broyage des bois de taille. Même si cela participe de l’enrichissement du sol, j’ai quand même quelques réticences que je ne peux réprimer sur cette pratique à cause de la progression des maladies du bois et notamment de l’esca qui a fait une sacrée poussée l’année passée dans toute la région et le Clos Veličane n’a pas été épargné. Il y aura pas mal de replantations à faire au printemps : nous verrons bien si mes essais de bouturage auront fonctionné.

C’est certain, mon corps va être manque de cette dépense quotidienne, longue, très différente de ce que le sport peut procurer. Du reste, de sport il n’en est pas question quand il s’agit de tailler ou de travailler à la vigne. Pas le temps, pas l’envie, pas l’énergie alors que c’est une obsession après chaque journée de bureau ou de réunions.

Mais ce qui va me manquer le plus, c’est la cloche de Svetinje, celle de Jeruzalem qui lui répond, ces rires dans la vigne en face, le salut lointain que l’on se donne chaque matin, inconnus mais complices de cette activité commune, les aboiements des chiens qui se répondent, ce bruit soudain dans la haie : ces petits riens qui font un tout. Et cette lumière du soir qui transforme tout, l’espace de quelques minutes, le temps que le soleil passe derrière la colline d’Ivanjkovci.

#204
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, PBAES, Ben, Jean-Paul B., Vougeot, mgtusi, Jean-Loup Guerrin, GILT, DUROCHER, f.aubin, Agnès C, Med, Damien72, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1134
  • Remerciements reçus 794

Agnès C a répondu au sujet : Clos Veličane

Bonjour Jérôme,
Je ne connais pas vos vins, je ne vous connais pas, et pourtant, ce partage du quotidien du néo-vigneron que vous devenez (si vous me permettez cette appellation) est un comme une invitation à rentrer dans votre histoire et une forme d'intimité.
Ce n'est pas qu'instructif, cela donne une vision ou une image à plusieurs dimensions de l'histoire d'un vignoble, d'un domaine, d'un vin. Cela donne une personnalité.
Et derrière une bouteille, personnellement, j'aime l'histoire des personnes qui l'ont portée.
Merci encore de nous faire vivre par procuration cette aventure.
Agnès

"Enivrez vous de vin, de poésie ou de vertu à votre guise, mais enivrez vous"
#205
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, Damien72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Merci Agnès pour cette attention.
Permettez-moi de vous offrir cette jonquille : elle s'est ouverte hier pour nous dire "au revoir", c'est la première à Jeruzalem, ça, je peux vous l'assurer.

#206
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Agnès C

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

De retour au Clos Veličane

Enfin, nous y sommes : 1100 km d'une traite au milieu des camions et entre les embouteillages.
Nous ne sommes pas arrivés assez tôt pour voir les feuilles naissantes à la lumière du jour, mais Mateja a eu cette douce attention pour nous.



Il n y a pour l'instant pas eu de gel dévastateur et les prévisions météorologiques sont plus que clémentes, sans nuits trop fraîches.

Les vins continuent leur élevage et se clarifient correctement. La cave n'est pas revenue au dessus de 10 degrés encore, la mise attendra.

Je suis très heureux de ce que j'ai goûté, même si je ne veux pas m'enflammer trop vite : j'ai tellement attendu ce moment et la route fut si longue que je crois bien que j'aurais tout dégusté en jour fruit ce soir ! Tout cela demandera confirmation demain, mais le Pinot gris m'a vraiment impressionné.

Même si la mise aura lieu plus tard, je prélèverai des échantillons pour mes experts : je prends le pari qu'ils auront le recul de l'an passé pour juger du décalage mais aussi de la comparaison.

Demain, il y aura de l'herbe à couper, des pieds à replanter, des arbres à tailler, la haie à débroussailler, des arbres à élaguer, du bois à fendre, des morilles à ramasser ... le paradis, sur terre en quelque sorte !
#207
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Jean-Paul B., Vougeot, Jean-Loup Guerrin, f.aubin, Agnès C, Damien72, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Boum Boum Boum !


explosions dans les colline de Jeruzalem
Svetinje depuis Jeruzalem avril 2019



Depuis notre arrivée, nous entendons de drôles de bruits dans les collines : des bruits sourds, d’abords diffus, puis de plus en plus rapprochés en espace et en temps : des explosions. C’est ainsi que le slovène d’ici fête Pâques : bruyamment, en faisant exploser des pétards de toutes sortes et le plus souvent artisanaux : c’est à qui fera le plus de bruit … Une fois que nous avons compris de quoi il s’agissait cela nous a fait rire au regard de la phrase de ma femme qui se demandait si travailler dans la vigne ou couper du bois ne serait pas mal pris par le voisinage en ce temps de fête religieuse à cause du bruit occasionné ! Donc pas de trêve pascale pour la débroussailleuse, seul moyen en ma possession pour couper l'herbe à l’intercep.

On finit même par s’y habituer : je ne sais pas d’où vient cette coutume ni même ce qu’elle signifie, mais je me rends compte à quel point les habitants de ces collines sont attachés aux traditions, aux regroupements dominicaux : on ressort les vieux tracteurs et les charrettes en bois à la première occasion pour faire le tour des villages au son de l’accordéon et du violon : le temps semble figé, accroché à je ne sais quel passé, volontairement et je dois bien avouer que cela me convient fort bien. Ce petit monde est préservé et se bat pour le rester.

Je ne cesse de goûter encore et encore les trois vins de 2018 toujours en cuves. Nous avons décidé de reporter la mise en bouteilles parce que la cave est encore fraîche et qu’avec ces températures, il y aurait nécessité à augmenter les doses de sulfite pour protéger le vin de l’oxydation. Par ailleurs, je vois bien comme le vin progresse et profite de l’élevage : ce sera pour juin. Néanmoins, je partirai avec des échantillons de chaque cuvée pour faire goûter à mes experts dont le nombre est augmenté pour arriver à 7. La même équipe est reconduite et s’y joignent trois autres personnalités de LPV. Je ne change pas mes règles sauf qu’aucun des 7 dégustateurs ne saura quelle cuvée il aura à goûter. Dès que leurs avis seront publiés, je fixerai les tarifs au regard de la qualité estimée et je proposerai le vin en souscription. Il sera livré au début de l’automne. Je suis plongé dans la réflexion de savoir quel vin envoyer à chacun et ce n’est pas si simple.
J’aurais pu envoyer les trois cuvées mais plus je goûte les vins, plus je me rends compte qu’il est difficile de les confronter, d’une part et d’autre part, les volumes sont limités, d’autant plus que je goûte souvent …

Je suis impressionné par le niveau des vins, d’autant plus que je les compare avec d’autres cuvées phare de la région. Ce sera sans doute une autre condition que j’imposerai à mes experts ; pouvoir étalonner avec un vin de style supposé similaire (sans que je ne dévoile trop de l’identité de chaque cuvée). Dans les trois vins, la fraîcheur fait merveille et pourrait même gêner des palais sudistes ou plus enclins à boire de vins moins vifs.
Toutes mes pensées sont tendues vers ce grand espoir de tenir vraiment et de façon très rapide de très jolis vins et je me demande déjà si les années qui viennent donneront cette constante d’acidité élevée à maturité parfaite. Quand je pense à la somme des détails que je me suis fixés de modifier, d’améliorer pour tendre vers le meilleur, la qualité que je constate me semble vraiment étonnante. Mais je me demande aussi, l’instant d’après, si je ne suis pas juste pris dans une sorte d’exaltation naïve et si mon jugement ne s’en trouve pas altéré. Mes experts me diront car je sais leur grande impartialité.

Boum boum boum ! font les explosions des collines alentours pour fêter Pâques : boum boum boum, trois détonations dans mon verre !

#208
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Jean-Paul B., Eric B, Vougeot, mgtusi, hyllos, peterka, o_g, tonioaja, Agnès C, poucmabon, Gilles, Damien72, faka, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7926
  • Remerciements reçus 809

hyllos a répondu au sujet : Clos Veličane

Il est assez évident que la possibilité de s'étalonner est un plus indéniable.

Pour moi, l'idéal serait de goûter sans, puis avec l'étalon mais sans savoir avant l'étape 1 ce qu'est l'étalon. Je ne sais pas si c'est très clair mon explication :)
#209

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 162
  • Remerciements reçus 1038

Clos Velicane a répondu au sujet : Clos Veličane

Mathieu, je ne t'enverrai pas un étalon, juste un de mes vins : en revanche, je pourrai te donner des conseils de "bottle battle".
Puisque tu connais ou possèdes le furmint 7 numbers de Puklavec 2016, ça pourrait jouer à mon avis sur le vin que je compte t'envoyer.
#210

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck