Nous avons 1423 invités et 44 inscrits en ligne

De Montus à  La Chapelle Lenclos: A Madiran un jour d'automne.

  • Messages : 2309
  • Remerciements reçus 76

jeanclaude a créé le sujet : De Montus à  La Chapelle Lenclos: A Madiran un jour d'automne.

Ce week end, pas de portes ouvertes en gironde. Cela me manque! Déjà  une semaine que celles de sauternes se sont refermées et encore deux semaines à  attendre avant que celles de Pessac Léognan s'ouvrent. Il faut faire quelque chose!! Ok! Direction Madiran, il paraît qu'eux au moins font portes ouvertes! C'est reparti comme en 14! (aaa).

Départ 10h de Bordeaux, direction Bazas puis Aire/Adour par la nationale (longue, droite, monotone) et enfin le vignoble de Madiran. Le temps, pluvieux sur Bordeaux, s'améliore sensiblement au fur et à  mesure que nous descendons dans le sud profond (bbb) et le soleil perce même par endroits. Mes prévisions de visites sont largement moins optimistes que pour Sauternes. 6 domaines au menu mais non des moindres sur les communes de Viella, Maumusson, Aydie et Castelnau-Rivière-Basse. Et là , je pousse un coup de gueule (iii) contre l'organisation! Dans le vignoble de Madiran, les départements du Gers et des Hautes Pyrénées sont parcourus de multiples petites routes. Hors la route principale, les routes secondaires sont dépourvues de panneaux indicateurs de ces portes ouvertes et donc indicateurs de la localisation des domaines. Résultat: Je me suis paumé plus d'une fois! Et c'est pas le sommaire plan fourni qui me sera d'une grande utilité. Enfin, c'est pas trop grave mais c'est plutôt rageant et usant surtout si l'on a déjà  fait 400 km pour participer.

Après le HORROR, voilà  le GLORIA. Si les organisateurs devraient se rapprocher de leurs homologue Girondins pour l'aspect signalisation, les domaines quand à  eux pourraient en remontrer à  leurs collègues du Bordelais sur le plan de l'accueil et de la convivialité. Dans toutes les propriétés sont prévues une animation, un repas, des orchestres, un marché fermier, des concours....Cela s'apparente plus à  une kermesse bon enfant mais c'est vraiment sympa et l'effort est très judicieusement récompensé par une foule importante pour cette opération portes ouvertes et les places de parking sont comptées. Bien sûr, les conditions de dégustations ne sont pas idéales car le nombre de participants permet difficilement de se frayer un passage au comptoir (aaa) et les odeurs de graillon dominent assez souvent les odeurs de fruits noirs et fruits exotiques (aaa) mais, cela n'empêche nullement d'éprouver un réel bonheur de se trouver là , avec ces gens dont l'accent chaleureux est nettement plus marqué qu'à  Bordeaux, depuis longtemps colonisée par les Parisiengs et les anglo-saxons (désolé Alex (aaa)).

Petite présentation du vignoble.

Aux confins de trois départements, Gers, Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées, le vignoble partage les coteaux avec les champs de maà¯s, de blé, les bois de chênes et de châtaigniers. Les sols d'argile et de calcaire (1 100 ha environ) sont les préférés des cépages rouges qui donnent le vin rouge de Madiran. Les terroirs à  dominante d'argile et de silice (220 ha) favorisent les cépages blancs, à  l'origine des vins secs ou moelleux de Pacherenc.

L'encépagement du Madiran est à  base de Tannat pour la charpente, auquel on associe du Cabernet Franc et Cabernet Sauvignon pour la souplesse, le bouquet et la finesse, du Pinenc pour le fruité. Le Pacherenc de Vic Bilh réunit 6 cépages : Arrufiat (note de fruits secs), Courbu, Gros et Petit Manseng (note florale) , Sauvignon et Sémillon.

Le vignoble du Madirannais remonte à  l'antiquité : plus précisément au 1er siècle avant notre ère. Au XIe siècle, les moines bénédictins fondèrent l'abbaye de Madiran et entreprirent d'améliorer la qualité du vignoble. Devenu Appellation d'origine contrôlée (AOC) en 1948, le Madiran fut la première appellation de France à  s'imposer des contrôles de qualité, validés par un label après analyse et dégustation. Les Pacherencs, eux, sont récoltés le plus tardivement possible, parfois même la nuit de la Saint Sylvestre. Saturés de sucre, les raisins donnent ainsi son caractère liquoreux à  ce vin.

Nous arrivons dans le coin sur le coup de midi. L'estomac réclame sa pitance et c'est au Château Montus que nous allons nous restaurer. L'ambiance est conviviale mais un peu impersonnelle. L'ensemble des installations sont ouvertes aux curieux. Le magnifique chai, très high tech où l'aluminium et le bois font bon ménage, attire bien sûr mon attention. Après un léger repas pris sur le pouce, place aux vins avec la dégustation d'une grande majorité de la gamme de Montus et Bouscassé. Comme pour les autres domaines, j'indique le tarif lorsque j'ai pu me procurer la plaquette des prix.

Château Bouscassé. Les Jardins de Bouscassé. Pacherenc du Vic Bilh Sec 01: Composition de Petit Courbu et de Gros Manseng. Vinif en cuve. Belle robe d'un doré vif. Le nez est très parfumé, floral. En bouche, l'acidité est bien marquée. Les arômes sont sur les fleurs blanches et aussi les fruits blancs. Pas une très grosse matière mais une jolie complexité. La persistance est correcte et la finale fruité. 6 euros.

Château Montus. Pacherenc du Vic Bilh Sec 01: A base de Petit Courbu et Gros Manseng. Vieilli en fût. La robe est superbe, lumineuse. Le nez est toasté mais floral aussi. La cuvée reste encore marquée par l'élevage. La bouche est grillée, toasté mais finement avec toujours ces notes de fleurs blanches. Le vin montre du volume, du corps et du gras et l'élégance domine. Belle matière avec une amplitude de bon aloi. Seul bémol, le vin se montre assez court. Sympa tout de même. 12 euros.

Château Montus. Torus 01. Madiran: 50% Tannat et 50% Cabernet sauvignon/Cabernet franc. Une cuvée d'entrée de gamme sur les rouges. La robe est rouge vif. Le nez est assez puissant sur la cerise. L'attaque est vive. La cuvée dévoile un corps avenant, de la souplesse et du volume. La persistance est plus qu'honnête. L'acidité est plutôt sympa et une légère amertume non désagréable marque la finale, correcte sans plus mais très fruité sur la cerise noire et le pruneau. J'aime bien le caractère vif et frais de ce vin. A 6 euros, j'achète.

Château Bouscassé. 01: 70% Tannat et 30% Cabernet sauvignon/Cabernet franc. La robe devient sombre. D'un rouge profond. Le nez très fruité, fruits rouges. En bouche, une belle rondeur. De la structure et un aspect charnu et gras. Les tannins sont enrobés, massifs mais fins en même temps. La persistance est d'une belle ampleur. Les arômes de fruits rouges dominent des notes grillées et torréfiées. Légère amertume en finale mais quel plaisir de déguster une cuvée de cette qualité à  ce niveau de la gamme. 8 euros.

Château Montus. Argile Rouge 01: 50% Tannat, le reste en Cabernet sauvignon et Fer Servadou. Le premier terme que me vient à  l'esprit est puissance. Puissance de la robe sombre, du nez très parfumé sur le fruité et puissance en bouche de tannins massifs et droits. Une très belle cuvée. Les arômes de fruits noirs et d'épices caressent le palais. La matière est énorme et la finale longue sur le fruit cassis est magnifique. A découvrir. 10 euros.

Château Montus. 01: Assemblage Tannat et Cabernet sauvignon. La différence entre Argile Rouge et Montus n'est pas si grande que cela. L'un joue sur la puissance des tannins, l'autre sur un volume épais et une matière de taille. Les deux se retrouvent dans la réussite. Toujours cette robe presque opaque. Les arômes en bouche sont les fruits noirs, la cassis et quelques notes boisés mais tout en discrétion. Enormément de volume et de gras. Les tannins sont à  nouveau très présents mais sans agressivité. Très belle persistance et finale, bien qu'un peu courte, fruité et chaleureuse. 13 euros.

Château Bouscassé. VV 01: Attention, nous franchissons à  l'instant un pallier qualitatif important! Nous touchons là  les très grandes réussites de Brumont. La robe est d'un rouge aux teintes noires, profonde. Le nez bien qu'un peu fermé encore s'ouvre lentement et dévoile les fruits noirs. La bouche est d'une élégance folle. Beaucoup de volume, de gras et des tannins parfaitement ronds, enrobés. Le boisé est très bien intégré. Quelle finesse de la structure mais aussi quelle puissance, quelle amplitude! Les arômes de fruits noirs et de moka tapissent les sensations. Un vin d'un équilibre droit et dessiné comme une Å“uvre d'art, finement ciselée et parfaitement ajustée. A 18 euros, j'achète.

Château Montus. Prestige 01: Je pensais qu'avec Bouscassé VV nous étions proche d'un nirvana Madiranais mais Montus Prestige, sur ce millésime 01, est tout bonnement incroyable. La puissance bien sûr mais surtout la finesse! La robe est opaque. Le nez sur des notes légèrement toasté et sur le cassis. Une grosse matière apparaît dès la première gorgée. Les tannins sont somptueux. Le vin est charnu, sensuel, élégant et majestueux. La souplesse est fantastique. Petite amertume bien assimilée. L'arôme de cassis est toujours très persistant. Le boisé devient fin et parfaitement intégré avec sa petite note grillée. L'équilibre est là . Le vin titre 15°! mais, la présence de l'alcool est superbement diffuse. Enorme! Le Cassis et les fruits noirs reviennent encore et encore. La finale est magnifique, d'une longueur interminable. Quel vin! Beaucoup de superlatifs dans cette description mais, cette cuvée mérite un tel étalage. A 32 euros, j'achète.

Château Montus. La Tyre 01: C'est dingue! Voilà  LE vin de la journée. Tout est mis en Å“uvre par l'équipe de Montus pour arriver à  cette cuvée. Choix d'un terroir en altitude en 1 seule parcelle, vendanges en vert, effeuillage, vinification et élevage en fûts neufs pendant 18 mois...Tout le savoir-faire de Brumont dans La Tyre. La réussite est bien là , il faut le dire. Un vin d'une complexité que j'avais rarement vu jusqu'à  présent. La robe tout d'abord, noire. Les larmes sont larges et descendent doucement le long des parois du verre. Le nez est d'une puissance fabuleuse sur les fruits noirs. En bouche, grosse matière. Les arômes de fruits des bois, torréfiés, de fruits noirs, chocolatés. Complexité et finesse aussi. Les tannins sont monstrueux mais, harmonieusement présents et francs. Ce vin, c'est la classe personnifiée! Beaucoup de chair, de puissance toujours mais quelle élégance, quelle finesse. C'est enrobé, gras, avec un gros volume, une structure sans faille. La finale sur les fruits noirs est magique. Un mot pour résumer La Tyre: Magnifique! 70 euros. Pas dans mes moyens!

Ces 3 dernière cuvées n'ont rien à  envier à  bien des Bordeaux que j'ai pu déguster. Puissance, élégance, finesse, richesse de la matière, structure et souplesse. Même les prix, oserai-je rajouter, en est proche. Enfin, des Madiran comme ceux là , j'en redemande.

Château Bouscassé. Vendemiaire Pacherenc de Vic Bilh Doux 01: Un peu de douceur après ce monde de brutes. Vendanges d'octobre est le deuxième nom de cette cuvée 100% petit Manseng. Belle couleur or. Nez fruité exotique et fruits jaunes. En bouche, après une attaque pleine de vivacité et de fraîcheur, très belle rondeur et du volume. On retrouve les arômes de pêche, d'abricot mais aussi l'écorce d'orange. Ce qui est le plus marquant, c'est l'équilibre proche de la perfection. L'acidité, la présence alcoolique, la sucrosité agréable, tout cela se marie à  merveille. Un vin gourmand et droit. A 8 euros les 50 cl, j'achète.

Château Bouscassé. Brumaire Pacherenc du Vic Bilh Doux 01: Vendanges de novembre est le deuxième nom de cette cuvée toujours 100% Petit Manseng. La robe est d'un or dorée avec des reflets or brun, très lumineuse. Le nez est toasté, rôti. En bouche, la pêche, le miel et une légère note de grillé. L'élevage marque encore un peu cette liqueur. L'équilibre, toujours là , est un peu moins net que sur la première cuvée. La sucrosité est plus grande. Mais, cela reste un régal. Un pur moment de bonheur. Les fruits exotiques accompagnent maintenant la pêche et la finale est un peu sur ces notes grillées. C'est vraiment très très bon. 11 euros les 50 cl.

Château Bouscassé. Frimaire Pacherenc du Vic Bilh Doux 01: Vendanges de décembre est le deuxième nom de cette cuvée, encore et toujours 100% Petit Manseng. Robe à  l'or d'un doré magnifique et aux reflets roux. Nez suave et riche. Bouche onctueuse, charnue sur des arômes de miel, de fruits confits et comportant d un toasté ample. Sucrosité superbe. Puissance, grosse matière, excellent volume associés à  une richesse et une complexité de très haut niveau. Bon équilibre mais la référence en la matière reste, amha, le fruit de la première cuvée. La finale est très chaleureuse, envoûtante sur le confit. 42 euros les 50 cl.

L'heure du départ sonne. Pour mon début, les domaines de Alain Brumont signent un coup de maître. On va crescendo dans la dégustation et chaque cuvée se démarque clairement de la précédente. Une réussite dans l'ensemble assez stupéfiante.

La route nous mène au Château d'Aydie sur la commune de d'Aydie. Le vignoble Laplace s'étend sur 55 hectares, 45 en Madiran et 10 en Pacherenc. C'est un splendide domaine tout en coteaux. Le vignoble est planté comme l'exige l'appellation à  60% de Tannat et 40% de Cabernet. L'ambiance dans cette propriété est nettement plus festive. Les stands succèdent aux ateliers et les tables où les gens se sont restaurés résonnent encore de leurs rires. Pour la dégustation, c'est moins évident. Il faut se frayer un passage. C'est chose faite. Goûtons voir.

Château D'Aydie. Laplace Madiran 00: 60% Tannat, 40% Cabernet. Robe rouge vif. Nez moyennement expressif sur les fruits rouges. L'attaque me surprend un peu. Je détecte quelques notes de réduction. Cela s'estompe en partie par la suite mais me dérange toujours un peu. Je le goûte assez mal. J'écourte là . 5,4 euros.

Château D'Aydie. Odé D'Aydie 01: 80% Tannat et 20% Cabernet. La robe devient plus sombre. Très joli nez parfumé et fruité. L'attaque me rappelle la précédente mais en nettement moins marqué. Les fruits noirs (myrtille, mure) caractérisent les arômes. Très agréable sensation de fraîcheur. La finale est moyennement longue, délicate et termine sur une pointe vanillée. C'est pas mal. 6,9 euros.

Château D'Aydie 01: 18 mois de barriques neuves, 95% Tannat. La montée en puissance est très nette. La robe est très foncée, sombre. Le nez très puissant, sur le cacao, les fruits noirs (cerise noire), des notes torréfiées et des notes florales. Superbe de complexité, la cuvée dégage une rondeur magnifique. La structure de ce vin me rappelle le Montus Prestige. Soyeux, souple et élégant avec une présence tannique puissante et harmonieuse. Très longue finale fruité avec une pointe d'amertume. A 12,2 euros, j'achète.

Château D'Aydie. Fleury Laplace. Pacherenc du Vic Bilh Doux 02: Majorité Gros Manseng et un peu de Petit Manseng. Nez compoté. En bouche, arômes de miel, de fruits confits et d'agrumes. Le gras est fortement perceptible et le volume plus que correct. La persistance est plutôt faible avec un équilibre là  encore correct. C'est simple mais cohérent. 7 euros.

Château D'Aydie. Pacherenc du Vic Bilh Doux 00: Elevage dans des fûts d'acacias à  20% et 80% de chêne. Un 100% Petit Manseng. Belle robe or brillant. Nez floral avec présence assez forte de l'alcool. La bouche confirme et dénote un léger déséquilibre sur cette sensation alcoolisée. Arômes d'agrumes, de pamplemousse et de citron. La finale est chaleureuse sur des notes vanillées et citronnées. 8 euros les 50 cl

Château D'Aydie. Pacherenc du Vic Bilh Doux 01: La robe est or pale, argenté, limpide. Le nez est puissant sur les fruits exotiques. La bouche est onctueuse. On retrouve ces arômes de fruits exotiques mais aussi des notes florales. Des tons grillé et toasté apparaissent. La cuvée est très bien équilibré sur une acidité assez franche et une sucrosité vraiment agréable et suave. Très belle finale sur la vanille et les raisins passerillés. 8 euros les 50 cl.

Direction Le Château de Viella qui se situe dans la commune éponyme. Je connais la production de ce domaine pour la suivre assez régulièrement et plus particulièrement ses Pacherencs. Là , une surprise nous attends. Daniel et son épouse sont sur place. Eux aussi ont décidé de participer à  cette rencontre avec le vignoble de Madiran. Nous nous échangeons nos coups de cÅ“ur et nos visites puis attaquons la dégustation. Je zappe la cuvée de base que je connais déjà  et enchaîne directement sur la «grande cuvée»

Château de Viella. Prestige 01: La robe est d'un rouge profond, presque noire. Le nez est puissant, très fruité. La bouche est dense et montre une matière énorme. Les arômes de cacao et de fruits rouges sont très présents. Les tannins, massifs, ont encore du mal à  se civiliser et sont un peu raides. C'est bien un Madiran, pas de doute! Une légère astringence se fait jour. Mais quelle puissance! Cela manque encore un petit peu d'harmonie mais la structure est bien en place. La finale est superbement étalée sur les fruits rouges.

Château de Viella. Pacherenc du Vic Bilh Doux 02: Robe jaune brillante. Nez sur les fruits blancs, la poire, et les fleurs blanches. En bouche, je retrouve ces notes de poires. L'attaque est fraîche et vive. Belle acidité. Des notes fortement grillées se démarquent, trahissant un élevage encore bien présent. La cuvée est bien équilibrée. Finement structuré et gras, le moelleux est net. Finale là  encore très toastée, grillée. Il faut attendre que le tout se mette en place mais ce vin a un réel potentiel. 10 euros.

La quatrième étape se passe au Domaine Berthoumieu, commune de Viella. Là  encore, j'ai mes repères. Je retrouve Daniel qui évoque avec moi la Cuvée Charles de Batz 98 qu'il a bu à  midi, qui l'a enchanté et qu'il recherche ardemment. Il n'en trouvera pas au domaine car celui-ci n'en a plus! Personnellement, il m'en reste 3 bouteilles en cave! Faire propositions! (aaa)

Domaine Berthoumieu. Haute Tradition 01: 4 cépages avec 55% Tannat, 35 Cabernet sauvignon/Cabernet franc et 10% de Fer-Servadou. Robe moyennement dense, d'un rouge vif et brillant. Nez sur les fruits noirs, le cassis. La bouche est très fruité sur le cassis mais aussi les fruits rouges (groseille). La matière est correcte, sans plus et le volume moyen. C'est assez charpenté, bien structuré avec une présence tannique plutôt franche mais d'une belle finesse aussi. La persistance est correcte. La finale de même. C'est un vin bien fait.

Domaine Berthoumieu. Haute Tradition 99: Robe rouge violine. Nez parfumé aux fruits rouges. En bouche, cela manque de volume et d'ampleur. La souplesse est bien là , la finesse aussi mais cela manque de corps et de charme. Des notes de cuirs apparaissent avec toujours ces arômes de petits fruits rouges. Encore un vin bien réalisé mais qui manque de matière pour aller plus loin. Petite finale et faible persistance.

Domaine Berthoumieu. Charles de Batz 01: La robe est opaque. Incroyablement dense. Le nez sur les épices et les fruits rouges est puissant dans la structure des arômes. En bouche, la souplesse associée à  l'épaisseur tannique est surprenante de volume et de finesse. La matière est énorme. La concentration et l'équilibre aussi. On retrouve les notes de fruits rouges, de mures et de myrtille en bouche avec aussi un je-ne-sais-quoi de torréfaction. C'est superbe! Ample et puissante, cette cuvée partage élégance et brutalité. Magnifique et longue finale sur le café et le fruité. J'adore! A 11 euros, j'achète.

Domaine Berthoumieu. Charles de Batz 00: Encore une cuvée magnifique. Robe rouge noir. Nez aromatiquement axé sur les fruits rouges et légèrement boisé. En bouche, la souplesse et la rondeur sont au rendez-vous. Les tannins sont harmonieusement intégrés. Le boisé est diffus. Belle amplitude. Je dénote un léger manque de corps mais un supplément de douceur par rapport au 2001. Cela reste d'un très haut niveau toutefois. La finale est toujours aussi longue et les fruits rouge encore bien là . 11 euros.

Domaine Berthoumieu. Charles de Batz 94: La robe est encore d'un beau rouge sans trace d'un vieillissement marqué. Le nez est bien fruité. En bouche, belle attaque, vive et fruité sur la mure et les petites baies des bois. Mais, badaboum! D'un coup, plus rien. La cassure est nette, franche, impitoyable. Le vin s'aplatit complètement et il n'en reste rien qu'une magnifique illusion. Dommage! La mariée était trop belle.

Domaine Berthoumieu. Pacherenc du Vic Bilh 02: Dénommée aussi Symphonie D'Automne. J'attends encore la partition (aaa). J'en retiens un vin trop simple, court. Fruité (exotiques) mais qui manque de volume et d'onctuosité. Bof!

Il est l'heure de partir. Petite discussion avec Mme Berthoumieu. Je lui vante le site de LPV et lorsqu'elle me demande une carte de visite, je lui tends un morceau de papier sur lequel j'ai griffonné l'adresse internet. Pas très sérieux tout ça! (aaa) Nous voilà  en route. Laffitte Teston est la prochaine étape sur la commune de Maumusson. La demeure est magnifique, l'une des plus belles entrevues jusqu'à  présent. Là  encore, beaucoup de monde. Ca crie, ca piaille, ça rigole....et ça déguste!

Château Laffitte Teston. Joris 01: 60% Tannat, 20% Cabernet sauvignon et 20% Cabernet franc. Robe rouge vif. Le nez dévoile un arôme animal puis se détourne sur les fruits rouges. L'attaque est vive, fraîche. Cela se confirma par la suite. La fraîcheur est l ‘élément le plus marquant de cette cuvée. Petite complexité. Arômes fruité et petite finale. 4,3 euros.

Château Laffitte Teston. Tradition 00: 80% Tannat et élevage pendant 1 an dans des fûts de 1 vin. La robe est rouge sombre. Le nez puissant sur les fruits noirs. La bouche retrouve ces arômes de cassis et de cerise noire. Belle onctuosité et rondeur. Tannique sans puissance exagérée, avec de la souplesse et un certain gras. Cela manque un tantinet de corps mais, c'est relativement bien structuré. Finale plus que correcte et assez parfumée. Sympa. 6,35 euros.

Château Laffitte teston. VV 00: La robe est opaque. Le nez dévoile des notes confiturées ; La bouche est onctueuse. Les tannins sont ronds, bien intégrés et la cuvée montre une très belle souplesse. Persistance des arômes de fruits noirs et de fleurs (violette). De la chair aussi et une puissance assez marquée. Un vin magnifique d'élégance et suave. Très belle réussite. Finale longue et raffinée. 8,75 euros.

Château Laffitte Teston. Ericka. Pacherenc du Vic Bilh Sec 02: 60% Petit Manseng, 30% Gros Manseng et 10% Petit Courbu. Nez sur les fleurs blanches et les fruits blancs. Le vin en bouche montre du corps et du volume. L'acidité est superbe. Les arômes de fleurs blanches s'enrichissent des notes boisées apportées par l‘élevage. La finale est assez longue. Très belle cuvée. 6,8 euros.

Château Laffitte Teston. Rêve d'Automne. Pacherenc du Vic Bilh Doux 02: 100% Petit Manseng. La robe est or brillant. Le nez fortement marqué par les agrumes et les fruits exotiques. Le bouche est moelleuse, onctueuse à  la sucrosité harmonieuse. En bouche, on retrouve les agrumes (citron) et les fruits exotiques (ananas, mangue) mais aussi maintenant les fleurs blanches. C'est une vraie petite gourmandise, bien équilibrée, ronde et suave. Seule la finale me déçoit un peu dans son caractère court. 7,6 euros les 50 cl.

Le dernier domaine visité est l'un de mes préférés de l'appellation. Il s'agit du Domaine Mouréou, celui de Patrick Ducourneau. Là  encore, je connais la maison. Nous somme sur la commune de Maumusson. Le vignoble fait 26 hectares. Les cépages employés sont Tannat, Cabernets et Fer-Servadou pour la Cuvée Mouréou. Forte proportion de Tannat pour La Chapelle lenclos et Petit Manseng pour le Pacherenc du Vic Bilh Doux. La bâtisse est superbe, entre corps de ferme et demeure bourgeoise.

Domaine Mouréou. 98: Belle robe rouge pourpre. En bouche, beaucoup de fraîcheur et de vivacité. Arômes de fruits rouges (myrtille, mure). Tannins fondus et profondeur de la structure. Souplesse et rondeur. Un vin à  boire dès à  présent. C'est simple mais sympa. 5,5 euros.

Domaine Mouréou. 99: Le nez est fortement fruité. En bouche, encore une fois, la fraîcheur est superbe. Beaucoup de rondeur et une acidité franche. Les arômes de fruits rouges sont acidulés. Une cuvée que l'on peut qualifier d'harmonieuse et de bien réalisée. La finale, comme la persistance, sont plutôt courte. De nouveau simple mais sympa, sans grand charme toutefois. 5,5 euros.

Domaine Mouréou. La Chapelle Lenclos 00: La robe est opaque. D'un noir profond. Le nez est charmeur, sur les fruits noirs, le cassis mais aussi le cuir. En bouche, c‘est charnu, massif mais avec une souplesse incroyable, toujours sur les fruits noirs mais aussi les épices et un boisé fort bien diffus. La puissance est magistrale et quelle longueur! Enorme d'amplitude, de matière, la cuvée est dense avec des tannins puissants, fermes mais superbes de chaleur, d'harmonie et d'élégance. J'adore! Un vin viril mais qui dévoile des charmes d'une sensualité folle. Et la finale, stupéfiante sur les fruits. A 10 euros, j'achète.

Domaine Mouréou. La Chapelle Lenclos 99: La robe est toujours aussi sombre, extraordinairement dense. Le nez est massif, puissant, généreux sur des notes de cuir et de fruits noirs. La bouche est fruité, épicée et charnue. Les tannins sont francs et costauds, massifs, plus présents encore que sur le 00. Le vin montre du corps et du volume. L'ampleur est grande de même que cette matière assez incroyable mais c'est terriblement austère à  l'heure actuelle. La bouche est serrée, grasse. Quasiment impossible de boire ce vin aujourd'hui et avant longtemps. Mais quelle fraîcheur aussi. La finale est très longue, fruité, magnifique. 10 euros, j'achète pas car j'en ai déjà  en cave.

Et voilà ! Le coffre est bien rempli. Les Madiran représentent à  mes yeux d'excellents rapports qualité prix. Les domaines réussissent aujourd'hui des cuvées merveilleuses d'équilibre et d'élégance. Toutefois, une propriété est au dessus du lot. Celle d'Alain BRUMONT. Quelle magistrale démonstration dans la qualité perçue de ses cuvées. Quelle homogénéité dans sa production. Je vous conseille vivement Montus Prestige 01 et Bouscassé VV 01. La Tyre restant un cas à  part mais qui, je pense, peut amplifier le bond qualitatif en avant de l'appellation, en tout cas le faire sortir du relatif anonymat dans lequel il se trouve un peu aujourd'hui. Il mérite vraiment d'être mis en avant plus souvent.

Pour ma part, il est temps de rentrer. La pluie s'est mise à  tomber de même que la nuit mais, découvrir le vignoble de Madiran par le biais de ses Portes Ouvertes, c'est pas une si mauvaise idée.
#1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8438
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: De Montus à  La Chapelle Lenclos: A Madiran un jour d'automne.

P.... il ne fait que pleuvoir sur la Gironde (bbb) Le millesime 2004 va etre une catastrophe (aaa).

C'est marrant, mais je ne retrouve pas dans ton commentaire mon impression de cet ete dans le duel Bouscasse VV 01 contre Aydie 01. Bouscasse m'avait paru brutal, tannique, sec et sans finesse. Aydie, par contre, m'avait beaucoup plu. J'avais trouve sa matiere nettement plus serre que celle de son adversaire du jour.
Certes, je ne suis pas un expert de Madiran et tu retrouves peut-etre de la finesse dans ce qui me paraissait etre des vins de machos emerites (aaa).

Ceci dit, a des prix de 12 et 18 euros, ces vins-la sont de belles occasions. Cela me fait penser que je voulais acheter des Aydie 2001. Quelqu'un connait-il l'adresse d'un caviste en Suisse qui le vend ?

Anthony
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17990
  • Remerciements reçus 1819

Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: De Montus à  La Chapelle Lenclos: A Madiran un jour d'automne.

souvenirs, souvenirs....

Jean claude, tu confirmes des talents de marathonien!

J'ai goûté les vins de Montus 01 cet été juste après la mise et ce jour là  vieilles vignes de Bouscassé se présentait bien mieux que Montus Prestige. Puis de retour de mon séjour, j'avais organisé un petit match Aydie 2001 et Bouscassé VV 2001. Cette fois c'est VV qui se présentait mal et était bien dur face au pulpeux Aydie qui ne reniait pas pour autant ses origines.
On ne le dira jamais assez, la dégustation donne une impression ponctuelle d'un vin.

Ton commentaire montre bien l'excellence du millésime 2001 à  Madiran. 2000 était déjà  très beau, 2001 est un cran au dessus.

Jérôme Pérez
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1364
  • Remerciements reçus 2

DidierD a répondu au sujet : Re: De Montus à  La Chapelle Lenclos: A Madiran un jour d'automne.

Pendant 1/2 heure, le temps a suspendu son vol...

Oops, une odeur de brûlé émane de la cuisine ... je vous laisse !

Didier
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1364
  • Remerciements reçus 2

DidierD a répondu au sujet : Re: De Montus à  La Chapelle Lenclos: A Madiran un jour d'automne.

Merci Jean Claude.

N'est-ce pas trop éprouvant de déguster ainsi en série de jeunes Madiran ?
En lisant tes commentaires, il me prend l'envie d'organiser une dégustation "Brumont 2001".

Amitiés
Didier
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2309
  • Remerciements reçus 76

jeanclaude a répondu au sujet : Re: De Montus à  La Chapelle Lenclos: A Madiran un jour d'automne.

Non, non, Anthony, il ne pleut pas souvent en Gironde, il pleut souvent quand JE fais les Portes Ouvertes! (aaa). Vous avez dit Maudit? (aaa)

Concernant Montus Prestige, Bouscassé VV et Aydie dans le millésime 01, je les placerai assez proches les uns des autres avec Montus un cran au dessus et pour Bouscassé/Aydie, même combat. Pour les 3, un critère commun : la grande classe.

Effectivement Jérôme, 2001 s'annonce excellentissime. Il confirme tous les progrès de cette appellation avec les réussites de domaines tels Berthoumieu, Aydie ou les propriétés de Brumont qui égalent en qualité de nombreux Bordeaux. Pour différencier 2000 et 2001, je dirai que nous avons d'un côté la puissance maîtrisée et de l'autre la puissance maîtrisée avec la finesse en plus.

Didier, déguster des Madiran aussi jeunes, c'est surtout éprouvant pour....la langue qui est ressortie lourde, obscurcie et fortement marquée de cette dégustation (aaa). C'est la grande perdante du jour mais avec aussi les verres utilisés qui ont pris une teinte rouge du plus bel effet! (aaa) Sinon, pour être plus sérieux, je pense que ce sont des vins qui se goûte très bien même jeunes. Il faut juste penser à  se rincer la bouche avec de l'eau et ce régulièrement.
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: De Montus à  La Chapelle Lenclos: A Madiran un jour d'automne.

J'ai également profité des portes ouvertes pour déguster le millésime 2001 de quelques propriétés que je connaissais déjà  : Montus-Bouscassé, Laffitte Teston , Viella,et Berthoumieu.
Quelques remarques pour étayer les commentaires de Jean-Claude.
Les blancs liquoreux et les rouges de Brumont sont à  mon avis ( mais ce n'est pas un scoop ) un cran au dessus des autres vins dégustés.
2001 a permis l'élaboration de liquoreux extraordinaires; ceux de Bouscassé sont une merveille d'équilibre entre le sucre,l'alcool et l'acidité
Aucune finale des 3 vins ne donne l'impression d'excès de sucre malgré une quantité non négligeable de sucres résiduels ( 80 à  120g ). Ils ont chacun une palette aromatique différente mais très complexe.

Vendémiaire : abricot, raisins de Corinthe,coing avec des notes plutôt confites
Brumaire : litchis, kiwis, noix, mangue, avec une belle impression de fruits cuits au four: rotis
Frimaire : explosion d'ananas et de fruits exotiques variés dans un style "fruits à  l'eau de vie" , l'élevage et l'alcool( sans excès) développent des aromes de vieil Armagnac du plus bel effet.
Le rapport qualité-prix des 2 premiers était épatant, j'ai acheté.

Les rouges, notament Montus ( la Tyre et Prestige ) et Bouscassé vieilles vignes sont de très haut niveau dans le millésime.
Les tanins très abondants sont de plus en plus civilisés quand on monte dans la gamme et ceci est d'autant plus surprenant que Brumont ne pratique plus le microbullage (Le personnel technique que j'ai interrogé y voit plus d'inconvénients que d'avantages).
La Tyre (35 hecto/hectare ?) est effectivement comme le décrit Jean-Claude un vin phénoménal.
Si je devais le comparer à  certains Bordeaux, il évoque des microcuvées de la Rive droite(avec des tanins plus ferme pour La Tyre) mais sans excès de bois neuf. Il s'agit à  mon avis, plus d'un vin de dégustation que d'un vin à  servir à  table (il est aussi très cher).
Le Montus Prestige, tout en étant très riche, est moins extrait que la Tyre, c'est une merveille d'équilibre, je le considère comme le meilleur vin de l'appelation dans ce millésime( parmi les vins dégustés).
D'une façon générale, j'ai trouvé les tannins plus civilisés à  Montus qu'à  Bouscassé. Est-ce la nature du sous sol ( graves et graviers à  Montus, argiles et argilo-calcaires à  Bouscassé), ou les conditions d'élevage: peut-être les deux.
Si la réussite des vins de Brumont est remarquable en 2001, les cuvées Prestige de Viella, et surtout celle de Berthoumieu( Charles de Batz) sont aussi d'un excellent niveau, et très proches de Bouscassé VV ( tanins un peu plus astringents à  Viella ).
Laffitte Teston n'a pas présenté de rouge 2001 dans la cuvée Vieilles Vignes, mais la cuvée Ericka( Pacherenc sec ) dégustée l'année dernière(et achetée) m'a semblé plus complexe et mieux équilibrée que les blancs secs 2001 de Brumont.
Globalement le millésime 2001 m'apparait supérieur à  2000.Je trouve que les sructures tanniques sont mieux maîtrisées en 2001 ( moins d'astringence au même stade de la dégustation ).
Les 2001 sont bien équilibrés grâce à  une acidité sous jacente et une belle précision des fruits,ils ont un caractère moins massif et moins austère que les 2000 ,tout en étant très riches.
En conclusion j'ai noté plus d'écart en 2001 entre les vins de Brumont et les autres propriétés qu'il n y en avait en 2000,( la qualité des vins était extrêmement proche).

Daniel
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17990
  • Remerciements reçus 1819

Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: De Montus à  La Chapelle Lenclos: A Madiran un jour d'automne.

Ce débat me fait me rappeler que j'avais adoré Bouscassé Vieilles Vignes lors de la dégustation au Château Montus, alors que ce vin m'est apparu très dur quand je l'ai dégusté en parallèle avec Aydie. Nous sommes bien peu de chose: le même vin, le même dégustateur, deux avis très différents. Ma rélativité à  moi elle serait plutôt d'ordre personnel, intérieur. Combien de fois l'ai-je vérifié, en tout cas sur des vins jeunes? il est très difficile d'avoir une perception universelle à  deux instants différents.

Jérôme Pérez
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck