Nous avons 1024 invités et 17 inscrits en ligne

Chi Chi y los chicos visitan Espana !!! :P

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 351

daniel popp a créé le sujet : Chi Chi y los chicos visitan Espana !!! :P

[size=large]Catarina chi chi y los chicos visitan Espana !!![/size]

Chi Chi Catherine... et les garçons, réunis Vendredi autour d' une belle dégust’ de blancos muy famosos, sobre todo dont je crains de ne pas pouvoir beaucoup témoigner, faute de temps [size=x-small]sorry[/size] [size=x-small]les garçons[/size] 8-) mais heureusement que vous avez pris plein de notes para dar su opinion !!!!! Je reviens los mas pronto possible ;)

Daniel.

les blancs :

1 Cava Reserva Especial 2009.. Dominio de la Vega.
gaspacho, tartine à la tomate

2 Els Bassots 2010 (chenin) Bodegas Escoda Sanahuja. DOC Conca de Barbera. Tarragone.
ceviche de coquilles Saint-Jacques.

3 Xarel-lo Pairal 2006. Bodega Can Rafols dels Caus. Penedes. Catalogne
autour de l’ anguille fumée.

4 As Sortes 2005. (Godello) Rafael Palacios. Valdeorras. Galice
autour de la langoustine.

5 Jerez fino muy seco Tio Pepe. (Palomino fino).Gonzales Byass
supions à la plancha

6 Ossian 2008. (verdejo). Vinos de la tierra de Castilla y Leon
rizotto au safran, parmesan et gambas.

7 Rioja Vinia Tondonia Reserva 1993 . (Viura 90%, Malvasia 10%). Lopez de Heredia
idem

les rouges :

8 Toro Pinthia 2008
canard laqué à la Péquinoise.

9 Priorat "La Basseta" 2004. Vinyes Mas Romani
idem

10 Rioja Vinia Tondonia Reserva 2001. Lopez de Heredia
idem

11 Ribera del Duero. Reserva 2006.Bodegas Arzuaga Navarro
divers fromages.

12 Montilla Morilles. Don PX Pedro Jimenez Gran Reserva 1985. Bodegas Toro Albala
autour du chocolat par Jean Paul Hevin.
#1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 649
  • Remerciements reçus 48

A42T a répondu au sujet : Re: Chi Chi y los chicos visitan Espana !!! :P

Salut Daniel,

Belle sélection! je garde un excellent souvenir du Ossian 2008 bu avec les Gunthard l'année dernière.(tu)

Vivement le CR.

A+

Quentin
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 169
  • Remerciements reçus 53

Cyresne a répondu au sujet : Re: Chi Chi y los chicos visitan Espana !!! :P

Comment on traduit "sauce soja" en espagnol los chicos ? [size=x-small](private joke)[/size]
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 351

daniel popp a répondu au sujet : Re: Chi Chi y los chicos visitan Espana !!! :P

[size=x-large]Chi chi y los chicos visitan España !!![/size]

Bon, je coiffe Caterina chi chi sur le poteau (pero donde estan los chicos ?) en démarrant sur les blancs regoutés avec bonheur ces derniers jours (et qui mériteraient tous, de figurer dans le sujet sur les meilleurs blancs d’ Espagne !) histoire de confirmer que malgré les cr de nos soirées, en chute libre depuis quelques mois, Catherine et les garçons reste un groupe LPVien !! [size=x-small]
Petite dédicace à Philippe, pris entre vendanges et famille, et neko lpb qui aurait adoré ces blancs[/size]. :)

les blancs :

1 Cava Réserva Especial 2009. Dominio de la Vega.
gaspacho, tartine à la tomate

J' ai peu d' expérience des Cava, et ceux goutés dans les restaurants en Espagne, dont le prix laissait supposer qu' ils appartenaient au haut du pavé, ne m' ont jamais vraiment emballé, un peu secs et austères à mon gout (à l' exception, cet été, d' un Juven y Camps, Reserva de la Familia millésimé, vraiment plaisant).
Alors que j' ai résolument craqué sur celui là dont le nez fruité (cocktail d’ agrumes tirant vers la mandarine, le zeste d’ orange) et floral (fleurs jaunes un peu miellées, herbes aromatiques) composent un paysage riant, appétant, vraiment charmant.
L’ équilibre et l’ harmonie se confirment en bouche, quand la bulle fine au gout légèrement moelleux (et sec), reposant sur un bel amer, est comme émoustillée au contact de la tomate et du poivron du gaspacho, comme une écume mêlant leurs deux amers que la finale étend joyeusement, longtemps. C’ est très bon, agréable et singulier.

2 Els Bassots 2010 (chenin) Bodegas Escoda Sanahuja. DOC Conca de Barbera. Tarragone.
ceviche de coquilles Saint-Jacques.

Beaucoup de fraicheur au nez, avec un coté salin, presque iodé, mêlé à un véritable bouquet d’ épices (gingembre, touches de cannelle) et d’ herbes aromatiques (tilleul, menthe verte) qui toutes fondues, évoquent l’ arôme d’ un thé au caractère un peu exotique, par sa veine fruitée entre litchi et pêche, qu’ un fil citronné tend calmement comme une voile légèrement gonflée. Un nez plein, complexe, assez gigogne, tant il évolue dans le verre sur une trame vraiment harmonieuse.
Tous ces composants prennent chair en bouche, qui du toucher tendu softly au gout de citron, au beau corps d’ amers ronds, évoquent vraiment un thé fruité de noble origine, que la langue prend plaisir à lapper, quand il n’ en reste plus qu’ un nuage sur le palais.
C’ est vraiment bon, et la définition et la pureté du fruit comme l’ équilibre réel, dissipent très rapidement, l’ ombre furtive du gout un peu standard, rappelant certains vins dits nature ;).....[size=x-small]private joke pour qui s’ y reconnaitront ![/size]

3 Xarel-lo Pairal 2006. Bodega Can Rafols dels Caus. Penedes. Catalogne
autour de l’ anguille fumée.

Il y’ a décidemment quelque chose de joyeux, dans ces blancs fruités ibériques qui sur cette sélection, respirent l’ harmonie, l’ équilibre, la précision des arômes. Au nez, un panier de fruits jaunes bien mûrs, allant de la poire à la mirabelle, rehaussés d’ un fil citron pamplemousse tonique, le tout intimement pénétré de notes de vanille donnant du corps et de l’élégance à la trame aromatique.
La bouche prolonge cette impression de plénitude et de profondeur, de fruit mûr anobli par l’ élevage maitrisé. La chair généreuse est comme dynamisée par une tension revigorante dont la persistance intensément fruitée, mais un poil “chaude”, implique vraiment de boire ce vin assez frais. Mais qu’ est-ce que c’ est bon !
A noter dans la gamme du domaine Can Rafols dels Caus, un rosé de compétition, vineux, complexe, assez cher localement (15€, quand on trouve des rosés à 5€ vraiment bons), mais vraiment hors du commun.

4 As Sortes 2005. (Godello) Rafael Palacios. Valdeorras. Galice
autour de la langoustine.

Nez intense, complexe, vraiment captivant, sur fond de trame minérale bourguignonne, façon Puligny pour les uns, ou Meursault de Roulot pour les autres, avec une veine fruitée assez irrésistible, évoquant à la fois l’ acidité de la pomme verte et du citron, complétée de notes rondes et gourmandes, passant de l’ ananas à la pêche ; le tout finement boisé, dégage une impression d’ équilibre et d’ harmonie superlatives.
Impression largement confirmée en bouche, où la finesse du fil citronné, presque salin, semble faire danser les volumes, les organiser en un équilibre souverain, sur fonds d’ amers d’ anthologie, prolongés d’ une persistance tout aussi impressionnante.
Un sacré challenger pour Ossian, l’ un de mes blancs préférés d’ Espagne !

5 Jerez fino muy seco Tio Pepe. (Palomino fino).Gonzales Byass
supions à la plancha

Pour les néophytes en Fino ibérique, le nez évoque celui d’ un vin de voile, avec ses arômes de noix mêlée à ceux d' une pomme un peu fripée dont la chair pelée un peu ridée garde sa fringance gouteuse. Pomme Canada plus que reinette sur ce vin, bientôt rejointe par des arômes de noisette, d’ amande, accompagnés d’ épices (curry) et d’ une légère touche de miel. A l’ aveugle, on pencherait presque sur un champagne vineux (Salon 96 !), tant ce coté sec de sec, un peu abrupt de prime abord, dévoile une folle complexité que l’ on prend plaisir à humer par petites lampées, comme un parfum.
Mais c’ est en bouche, que ce coté sec, presque médicamenteux, revêt un coté suave, sur un volume assez rond, avec le renfort d’ amers aux allures de cathédrale. L’ acidité, un peu en retrait (bien présente pourtant) sous le voile des amers pilotant l’ équilibre, signe royalement la finale aux allures de panorama.
Il y’ a des Fino plus fins, plus sophistiqués (Lustau, notamment), mais le Tio Pepe, vendu partout à un prix angélique (5€ !) semble être le grand Fino à tapas des Espagnols.

6 Ossian 2008. (verdejo). Vinos de la tierra de Castilla y Leon
rizotto au safran, parmesan et gambas.

Le soir de la dégustation, le vin servi trop froid, paraissait timide, et n’ a pris ses aises, qu’ après une longue aération.
Aujourd’ hui, le nez un peu fumé, empreint de minéralité, le fin boisé, évoquent un grand Bourgogne, de prime abord. Mais sa trame fruitée, toute en exubérance contenue, signe un grand verdejo, quand le citron décline un cousinage harmonieux avec la pomme au four, les fruits secs, la mirabelle, avec un coté miellé suave ; le tout empreint de de la finesse et de l’ équilibre souverain du grand vin. En comparaison du As Sortes, l’ un des sommets du godello, cépage plus rustique, à priori, je dirais que l’ Ossian a le coté plus tendu, plus vif, plus citronné du verdejo, avec un boisé superbe, mais moins intégré, du fait de ses trois ans de moins, peut être. Au final, l’ Ossian serait plus fin, plus délicat, plus féminin, quand l’ As Sortes serait plus charpenté, puissant et masculin. Mais les deux sont vraiment des blancs magnifiques !
La bouche confirme cette singularité du verdejo, tant elle est animée, “éclairée” par une acidité exemplaire de finesse, de subtilité qui donne des ailes à sa chair au gout de fruit et de pierre, sur fond d’ amers tapissant le palais longtemps, longtemps...Grand vin, vraiment.

7 Rioja Vinia Tondonia Reserva 1993 . (Viura 90%, Malvasia 10%). Lopez de Heredia
idem

Nez incroyablement complexe et fin, où les arômes se révèlent par strates superposées, évoquant une malle à tiroirs d’ odeurs. Plus qu’une énumération de fruits, fleurs et compagnie, les mots d’ élégance, de cachet, de noblesse, de subtilité, d’ ineffable caresse, cernent mieux mon ressenti. Comme si ce vin avait transmuté ses arômes en idées prenant corps dans un salon en vieil acajou dont l’ odeur mêlée à celle des livres précieux et au cuir du fauteuil séculaire, donnerait figure à ce nez aristocratique, racé [size=x-small]comme ne le dirait pas Luc,[/size] ;), un peu précieux, inoubliable par son coté unique, résolument martien. Complexité vraiment folle dont les mots qui en témoigneraient, se pressent si nombreux, comme tombés d’ un catalogue aux épices, qu’ un nouvel inspir en forme de shoot les regroupant tous en une unique fragrance, impose le silence et le respect d’ un monument que l’ on fait tourner doucement dans le verre.
La bouche tout aussi singulière est comme polie par les ans, animée d’ une énergie qui semble lui donner une jeunesse éternelle. A la fois filet d’ eau vive et caillou poli sans cesse par les années qui passent. Si ce vin était une musique, j’ évoquerais le soyeux d’ un tapis de cordes parcourues de trilles, où le fil acide tiendrait la baguette qui porterait haut les amers faits cors. Mais c’est après la dernière goutte de la symphonie bue, que la vraie musique animant la musique, apparaitrait sous forme d’ une persistance où les arômes et saveurs recueillis, écouteraient en silence, ce qui ne se laisse penser ou percevoir que sous la forme d’ un arc-en-ciel les contenant tous entre gorge et palais.
Vinia Tondonia Reserva, d’ un millésime à l’ autre, est vraiment un grand blanc, hors norme, hors mode, incomparable, unique.

Les rouges...bientôt, avec le récit épique de leur combat avec la sauce au soja du canard laqué à la Pékinoise, recommandé curieusement par Philippe Faure-Brac sur le Ribera del Duero et le Toro.

Eh, los chicos, despertad !!! X(

Daniel
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 169
  • Remerciements reçus 53

Cyresne a répondu au sujet : Re: Chi Chi y los chicos visitan Espana !!! :P

Tu l'as si bien dit Daniel:
On a tous eu beaucoup de plaisir avec ces blancs espagnols qui nous ont permis a leur façon, de de revisiter les appellations francaises:

- El Bassots nous a enlevé de la Loire pour nous inviter à partir à la découverte d'autres chenins ensoleillés. Les lunettes noires lui vont si bien.
- Xarel-lo Pairal nous a rappelé le (grand) sud
- Quand As Sortes avait qqchose de bourguignon
- Avec le Jerez, nous étions loin du Jura mais pas trop quand même, pour le moins, on a évoqué les vins de cette région
- Plus compliqué avec Vinia Tondonia Reserva...on a évoqué les bas résilles. Vas savoir...

Content de voir que tu as su sauver le soldat Ossian. On l'avait perdu dans la bataille, un brin tapageur et empaté dans son gras et son boisé.
Tu me donnes envie de reprendre la degustation à zero !
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 351

daniel popp a répondu au sujet : Re: Chi Chi y los chicos visitan Espana !!! :P

Hola

Hé los chicos, hé Caterina chi chi, à défaut de témoigner de cette belle soirée, vous préférez peut être nous chanter "colchique dans les prés" :?8-):o

Toro. Pinthia 2008.
canard laqué à la Pékinoise.

Nez profond, plein, sur une veine aromatique très harmonieuse ; un vrai concentré de fruits noirs auquel des parfums de figue sèche, des senteurs de garrigue, un mélange d’ épices (curry, pointe de cannelle) et des touches de vanille, donnent du relief et de la complexité à une identité un peu “sèche” et subtile, rappelant certains crus du Languedoc.
La bouche large, étayée par des tannins imposants mais fins, décline un jeu de saveurs généreuses, où le fruit porté par l’ alcool bien intégré malgré ses 15°, se détache de son manteau d’ épices et de garrigue, animé d’ une fraicheur revigorante, sur fonds d’ amers inspirant la mâche.
Le Vega Sicilia “20 ans d’ âge” de Philippe retenu entre vendanges et langes, a été remplacé par le Toro du domaine, qui est un domaine à lui tout seul.

Priorat. Mas Alta "la basseta" 2004.
idem

Le nez superbe, dégage une impression d’ équilibre, de finesse et d’ harmonie très touchantes. Fruit noir rehaussé par l’ acidité tonique de petits fruits rouges, notes empyreumatiques où des senteurs de café, de caramel, de pain grillé, dessinent un paysage aromatique qui inspire la gaieté, une appétence qui vous régale et vous réjouit.
Fraicheur superlative qui culmine en bouche où toutes ces qualités se trouvent réunies en un jus savoureux, élégant, merveilleusement équilibré, gourmand en diable, avec un chassé-croisé de saveurs persistantes témoignant de ce rouge franco hispanique excellentissime qui ne ferait pas pale figure auprès des ténors du Priorat.

Rioja. Vinia Tondonia Reserva 2001.
idem

En regoutant ce vin, je pense aux amis du Gunthard et à cette folle soirée de canicule totolougesque, où ce vin s’était gouté si mal....

Si le vin précédent m’ apparait comme un parangon de fraicheur se dégageant d’ une structure remarquable d’ équilibre, celui là porte aux nues, le concept de subtilité, de nuance, de délicatesse ; une forme d’ évidence à la simplicité surannée, qui pourrait paraitre terriblement sophistiquée aujourd’ hui, en comparaison de tant de vins espagnols à grosse structure, si frais, si complexes, si bons soient-ils. Vieux style, peut être...mais j’ avoue être profondément touché par ces arômes un peu retenus, tout en discrétion, hésitant entre le fruit, la fleur, le champignon et le vieux cuir, comme mâtinés d’ épices subtiles qui vous caressent au plus profond. Un nez que l’ on aimerait humer en silence avec Fanny Ardant qui le commenterait après, de sa voix au grain caressant.
La bouche révèle la dimension sensuelle du vin, sur un demi-corps au fruit merveilleux, à des années lumière des vins siliconés, mais dont la fougue contrôlée, toute en élégance contenue, a les yeux de velours d’ une belle andalouse d’ âge mûr, virevoltant dans ses jupons.
Quand on ouvre un Vinia Tondonia Reserva un peu mûr, ce n’ est pas du vin que l’ on boit, mais un peu de l’ âme hispanique !
Oliv, faudra que l’ on s’ en rouvre une, mais pas au milieu de 15 bouteilles ! ;)

Ribera del Duero. Reserva 2006. Bodega Arzuaga Navarro.
fromages

Si la plupart des rouges goutés ce soir là, sont notés à 95 et plus par Rob Hurt, ce ne sont pas pour autant des vins bodybuildés, à l’ élevage noix de coco outrancier, très loin de là ; et il en va de même pour ce superbe Ribera Reserva 2006 de chez Arzuaga dont je me régale des Crianza depuis plusieurs années. J’ avoue préférer souvent le fruit et la franchise des Crianza aux Reserva souvent trop boisés à mon goût. Mais chez Arzuaga, la hiérarchie entre le Crianza et le Reserva, et le prix qui va avec (de 15 à 30€) va vers un vrai plus, je trouve. Mais je n’ ai jamais gouté leurs cuvées haut de gamme, beaucoup plus chères !
Au nez, un concentré de fruit mûr, gouteux, gourmand, où l’ on distingue la prune, comme tonifiée par des touches de fraise des bois, avec un voile un peu fumé glissant vers la poudre de cacao.
La bouche a une chair gourmande, dense mais imprégnée de fraicheur par sa texture un peu suave pénétrée de fruit, le tout vraiment mis en valeur par un élevage discret, assez noble, plus élégant que sur le Crianza.

Regouter ces vins pour eux-même, à la suite, est vraiment passionant, tant chacun témoigne d’ un bout de l’ identité hispanique à visages multiples : fougue un peu sauvage du Toro, structure un peu janséniste et équilibre hors-pair du Priorat, raffinement et élégance de la vieille école du Rioja, volupté caressante du Ribera del Duero....joyeusement massacrés à demi, le soir de la dégust' par la sauce soja du canard laqué et peut être aussi un peu par le fait étonnant que ces rouges n' étaient pas vraiment les bienvenus après la longue succession de blancs hors du commun....8-)

Allez, los chicos, on se refera les rouges d’ Espagne, [size=x-small]à moins que vous ne préfériez transformer Catherine et les garçons en chorale !!![/size] X(

Daniel
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29

unefemmedesvins a répondu au sujet : Re: Chi Chi y los chicos visitan Espana !!! :P

Mes impressions sur cette belle soirée espagnole, assez synthétiquement :

Cava Reserva Especial 2009 Bodega Dominio de la Vega : un des meilleurs cavas que j'ai bus jusqu'ici, y compris en Espagne. Finesse des bulles, le brioché du chardonnay, des notes d'amandes amères, justement dosé, un très bon cava.

El Bassots 2010 - Bodega Escoda Sanahuja (A.O. Conca de Barbera) : un chenin espagnol, ¿Y porqué no? Nez de bonbon, de banane séchée. Le fruit très mûr en bouche, évoquant la poire tapée mangée dans la Loire, sa finale sur le poivre blanc, c'est très bon et surprenant.

Xarel-lo Pairal 2006 - Bodega Can Ràfols dels Caus : issu de vignes cultivées en bio. Un vin catalan, 100 % xarel-lo, qui entre dans l'assemblage des cavas. Un nez discret, mais une bouche alcooleuse, beaucoup d'opulence, des réminiscenses de mirabelles, une finale saline, encore un vin blanc qui étonne et titille agréablement les papilles.

As Sortes - Rafael Palacios (A.O. Valdeorras) : je ne l'ai pas trouvé "d'obédience" bourguignonne, je l'avais déjà bu dans un autre millésime, mais j'ai beaucoup aimé sa fraîcheur, ses notes citronnées et sa persistance. L'un des plus grands vins blancs d'Espagne, peut-être pas quand même... n'est-ce pas, Daniel ? ;)

Jeréz fino Tio Pepe - Gonzalez Byass : nous voici transportés en Andalousie, imaginez des sols pauvres, caillouteux, blancs, un soleil de plomb, des villages perchés blancs eux aussi, et ce vin offert, catégorie sec, très sec, oxydatif, sur la datte, la noix, une longueur infinie, un plaisir qui ne l'est pas moins, c'est un fino et c'est beau (je vous l'accorde, c'était un peu facile...).

Vina Tondonia Reserva 1993 - Lopez de Heredia : du classicisme, mais de la salinité, du minéral, de l'élégance, un beau vin.

Ossian 2008 : encore un peu marqué par son élevage, mais j'ai beaucoup aimé son fruit très mûr, sa minéralité et sa finale sur la noix de coco râpée.

Les vins rouges ne nous ont pas autant marqués que les blancs, l'Espagne est pourtant connue pour ses vins rouges opulents et assez typés "mercado americano", du moins ceux de la Rioja et de Ribera del Duero, oublions les clichés...

Pintia 2008 - Vega Sicilia (A.O. Toro) : un rien austère, peut-être ce que Daniel appelle "une identité un peu sèche", un peu jeune encore certainement, ce n'est pas celui que j'ai le plus apprécié.

La Bassetta 2004 - Bodega Mas Alta (A.O. Priorat) : je n'ai pas noté davantage que "notes mentholées et finale sur la violette". Los chicos, ¿qué màs?

Arzuaga Reserva 2006 - Bodega Arzuaga Navarro (D.O. Ribera del Duero) : classé par Robert Parker parmi ses 15 premiers vins rouges d'Espagne... Frais, soyeux, floral, légèrement toasté, j'ai beaucoup aimé.

Un liquoreux pour finir la soirée, et quel liquoreux ! Le Don PX Pedro Ximenez 1985 Gran Reserva des bodegas Toro Albala (A.O. Montilla Moriles) : vin non fortifié, les raisins ont séché au soleil sur des nattes et ont ensuite été passés dans une presse hydraulique. Le vin a vieilli 25 ans en barriques de chêne américain. Un nez sur la vanille, la réglisse, la crème de cacao. La bouche, fraîche, révèle abricot sec, dattes, abricot sec, cacao amer. Délicieux !

Merci aux Popp pour la soirée ibérique, vivement l'exploration d'autres pays européens !

Catherine
Une femme, des vins
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 351

daniel popp a répondu au sujet : Re: Chi Chi y los chicos visitan Espana !!! :P

Montilla Morilles. Don PX Pedro Jimenez Gran Reserva 1985. Bodegas Toro Albala

Le nez vous emplit les narines d' une épaisseur aromatique presque onctueuse, mais avec une telle vivacité, qu'elle en devient tonique, presque alerte, avec la finesse d' une mantille en dentelle de Cadiz. Une merveilleuse tension qui creuse comme un tunnel d’ arômes où l’ alcool (17°) bien intégré au fruit, donne un coup de fouet et une intense fraicheur aux parfums de mélasse, de pruneau réhydraté dans du thé, de banane séchée, de datte, de réglisse, de caramel, de cannelle et de réglisse, s’ ordonnant en un bouquet complexe, assez unique en son genre, qui semble tirer sa profondeur du plus profond de son grain.
La même tension et puissance alcoolique insolemment fruitée font swinguer la bouche et l’ épaisseur de son gras onctueux, savoureux, pénétré de fraicheur et d’ énergie, qui s’ ouvre à nouveau sur des profondeurs insondables qui font reculer loin, très loin, l’ instant où ce vin vraiment hors du commun, s’ éteint dans un dernier écho.

Un vin ouvert il y’ a trois semaines (protégé sous vacuum), que les circonstances ne m’ ont pas permis de regouter plus tôt, mais qui parait inoxydable, tant il donne l’ impression de ne pas avoir bougé.

Bon los chicos, 3 semaines semblent un laps de temps raisonnable pour transférer vos très nombreux CR dans les rubriques ad hoc :D8-) Que verguenza !;)

Daniel
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 155
  • Remerciements reçus 0

BnM a répondu au sujet : Re: Chi Chi y los chicos visitan Espana !!! :P

Enfin un peu de temps pour réagir, avec le recul nécessaire ;)
Bon il est vrai que c est pas très marrant de prendre des notes quand on passe un bon moment, à échanger sur les vins et autre... Il faudrait peut être faire retomber un peu l ambiance, et les CR seraient postés illico presto, qu en pensez vous???

Sans rire, une très belle soirée encore une fois, malgré ce thème si vaste. Je ne remercie pas P. faure-Brac et son accord, joder!, qui m a fait passer à côté de tous les rouges... Un classique de la movida aurait si bien fait l affaire!

Donc, je retiendrais surtout les blancs, fins et élégants, dignes du plus grand intérêt.
El Bassots 2010 - Bodega Escoda Sanahuja un blanc nature avant d être espagnol, mais vraiment sympa.
As Sortes - Rafael Palacios 2005, une fois son élevage digéré (le 2008 est encore assez marqué), se distingue par son équilibre, fruit, tension, gras et longueur, tout y est!
Vina Tondonia Reserva 1993 est un superbe vin évolué, d une finesse et d une classe étonnante, belle découverte pour moi.
Moins emballé par l Ossian.

Cdlt
Benjamin
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck