Nous avons 1382 invités et 51 inscrits en ligne

Restaurant La Bouitte à Saint-Martin de Belleville

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9383
  • Remerciements reçus 17458

Restaurant La Bouitte à Saint-Martin de Belleville a été créé par Jean-Loup Guerrin

Toujours pas de rubrique sur ce restaurant qui vient pourtant d'obtenir sa troisième étoile ?
Y ayant fait un excellent repas cette semaine, j'en ouvre donc une même si je suis plus habitué aux CR sur les vins (voir d'ailleurs mes commentaires dans les fils adéquats). Mais une telle adresse pas si loin de mon cher refuge savoyard, cela vaut le coup !

La Bouitte est un beau chalet savoyard situé dans un cadre de montagne enchanteur, et nous sommes placés sur une jolie terrasse ombragée. Parmi les menus « 3 surprises », « 4 surprises », « 5 surprises » et « 8 surprises » nous choisissons raisonnablement le menu « 4 surprises ».

Apéritifs (pour accompagner une flute de champagne rosé de Dosnon & Lepage pour ma chère et tendre et un verre d’Apremont très réussi de Jean Masson, cuvée La Décirée 2014 pour moi)
Huitre Gillardeau, voile d’eau de mer, perle de yuzu.
Tartare de bœuf, lamelles de truffes XXL.
Velouté d’orties, cubes de pieds de veau, pommes de terre confites.
Très différentes et complémentaires, ces bouchées sont remarquables par leurs saveurs concentrées et justes.

Mise en bouche
Bouillon de jambon de montagne, tomme de Savoie fondante et galette croustillante.
Les trois consistances sont si différentes et vont pourtant si bien ensemble !

Poisson (avec un Chablis 1er cru Vaillons 2009 de Moreau-Naudet, servi également avec le plat suivant)
Féra du Léman, panée de pain croustillant, cornichons frais, beurre blanc mousseux à la Roussette : un plat divin, une féra d'une onctuosité incroyable !

2ème plat
Crozets au beaufort « façon risotto », girolles, oseille des bois
Une ingéniosité étonnante pour magnifier des ingrédients simples du terroir savoyard.

Viande (avec un Bourgogne rouge 2011 du domaine A-F. Gros)
Pigeonneau rôti au poêlon, ragoût sur toast (recouvert d’une fine tranche de foie gras), champignons, chénopodes bon Henri
Des saveurs incroyables, qui me reviennent deux jours après, notamment dans le ragoût concocté avec le reste du pigeonneau.

Pré Dessert
Vin chaud à la fraise servi glacé, dans l’esprit d’une bière (mousse sur le dessus)
Une très grande précision de goût.

Dessert (servi avec un Barsac - Climens 2008)
Abricot de pays poché, crème et éclats de dragées, coulis de pissenlits
Miam !

Mignardises
Biscuirons fleur d’oranger, miel – romarin et citron meringué.
Rissole au safran.
Gâteau de crème cuite à la peau de lait (que l’on donnait autrefois aux enfants pour leur goûter)
Les biscuirons, une création maison, sont d'une légèreté confondante. Par ailleurs nous avons beaucoup aimé retourner en enfance !

En conclusion, nous avons beaucoup apprécié l’équilibre entre le service d’un trois étoiles (en nombre mais pas pesant) et l’ambiance simple et familiale (on ressent l'attachement à la famille et au partage), sans compter le fort lien avec le terroir et les produits de Savoie.
Comparée à des visites assez récentes chez Troisgros et Marcon, cette adresse se révèle effectivement au niveau d'un trois étoiles. Nous regrettons seulement de ne pas l'avoir connue plus tôt...
Ce fut une belle découverte et nous y retournerons sûrement !

Jean-Loup
14 Aoû 2015 14:23 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1651
  • Remerciements reçus 3685
Jean-Loup,

Tu devrais te consacrer plus souvent aux CR de tes repas car ils mettent l'eau (avant le vin) à la bouche... sans renoncer pour autant à tes CR de dégustations de vins que j'ai déjà eu l'occasion d'apprécier.
Ca fait saliver d'autant que tu sembles placer cette adresse au dessus de Marcon et Troisgros, que j'aime beaucoup (surtout Marcon), et que je reviens d'une première décevante chez Jean-Paul Jeunet à Arbois (deux ** trop généreux).

Cordialement.

Gérard
31 Aoû 2015 19:40 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9383
  • Remerciements reçus 17458

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Re: Restaurant La Bouitte à Saint-Martin de Belleville

Merci Gérard !

Mais je ne vais pas si souvent dans des restaurants étoilés, même si j'ai été gâté ces derniers temps...
Pour ce qui est de la comparaison entre La Bouitte et Troisgros ou Marcon, je n'ai pas voulu dire "au-dessus" mais "au niveau".

Amitiés oenophiles et LPViennes,
Jean-Loup
31 Aoû 2015 20:32 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9206
  • Remerciements reçus 1100
Pour ce qui est de la comparaison entre La Bouitte et Troisgros ou Marcon, je n'ai pas voulu dire "au-dessus" mais "au niveau".

C'est le moins qu'on puisse dire car sur notre seule expérience ,peu avant les 3 étoiles, La Bouitte , très sympathique certainement , a encore un peu de chemin à faire avant d'arriver au niveau de Marcon et Troisgros ou du Flocon de Sel à Megève .

La Bouitte
31 Aoû 2015 21:10 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3009
  • Remerciements reçus 7934
je reviens d'une première décevante chez Jean-Paul Jeunet à Arbois (deux ** trop généreux).

La première fois que j'y suis allé, j'ai ressenti également un peu de déception, mais je n'habite pas très loin et suite à plusieurs avis contraîres, j'y suis retourné...et depuis, j'y vais régulièrement et pour moi les 2* sont amplement méritées.

Arnould.

ArnoulD avec un D comme Dusse
31 Aoû 2015 22:00 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1651
  • Remerciements reçus 3685

Réponse de Gerard58 sur le sujet Re: Jean-Paul Jeunet Arbois

"La première fois que j'y suis allé, j'ai ressenti également un peu de déception..."

C'était aussi ma première... Donc il faudra que j'y retourne... Pas franchement envie, même si, bien sûr, nous n'avons pas mal mangé. Mais rien qui étonne, qui surprend, sauf la complexité des libellés des plats, qui décrivent une cuisine qui se veut dans le vent, avec trop d'ingrédients qui troublent voire masquent l'objet initial du plat. Et une entrée avec trois queues d'écrevisses, une deuxième entrée avec trois escargots accompagnés de cinq ou six homéopathiques préparations d'herbes... Le filet de feta à la cuisson parfaite mais portionné pour un enfant de sept ans...
Les assiettes sont plus vite avalées que leur intitulé déchiffré sur la carte ou récité par le serveur...
Bon choix de vins au verre, après que j'aie fait part au sommelier de mes désirs; sommelier sans doute fort compétent surtout sur les vins régionaux, mais qui gagnerait à un peu plus d'humilité.
Pour ma part et avis partagé par ma compagne, ça vaut une étoile, mais pas les oreilles et la queue.

Cordialement.
Gérard
31 Aoû 2015 23:27 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2673
  • Remerciements reçus 722

Réponse de leguitou sur le sujet Re: Jean-Paul Jeunet Arbois

Gérard,

J'ai l'impression que tu parles de la Bouitte (filet de "fera") en reprenant une phrase d'Arnould, alors qu'Arnould me semble parler du restaurant de Jean-Paul Jeunet à Arbois ...;)

Bien cordialement,
Guillaume
01 Sep 2015 07:28 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20784
  • Remerciements reçus 8291

Réponse de Eric B sur le sujet Re: Jean-Paul Jeunet Arbois

Je ne pense pas. Il y a aussi de la fera chez Jeunet.

Eric
Mon blog
01 Sep 2015 08:49 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1651
  • Remerciements reçus 3685

Réponse de Gerard58 sur le sujet Re: Jean-Paul Jeunet Arbois

"J'ai l'impression que tu parles de la Bouitte (filet de "fera"..."

Non Guillaume, je parle bien de Jeunet. Il y a de la fera dans les menus, excellente mais parcimonieuse comme je l'ai dit.

Je me demande (depuis longtemps déjà) si les menus dégustations sont la bonne opération chez les étoilés. Vu les quantités servies, ce n'est qu'une succession de frustrations. Sans doute serait-il préférable de s'en tenir à la carte avec entrée, un ou deux plats selon appétit et portefeuille, puis fromage et/ou dessert. Dans ce cas, si la quantité vous "comble", c'est la maigreur du portefeuille assurée !
Et c'est vrai que chez Marcon, le menu dégustation est une succession de réels plaisirs, avec juste ce qu'il faut dans l'assiette pour envisager l'avenir sereinement, entre originalité et tradition, même si tous les plats ne sont pas géniaux. C'est quand même autre chose que Jeunet !

Gérard
01 Sep 2015 10:49 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9206
  • Remerciements reçus 1100

Réponse de RaymondM sur le sujet Re: Jean-Paul Jeunet Arbois

Il faut voir les menus dégustation des grands chefs étoilés comme un ensemble . Sauf exagératon ( surtout à une époque ) on en ressort sans la faim ET sans le ventre qui éclate ce qui participe au plaisir d'une telle expérience .

Là ou je serais plus critique c'est sur les plats à la carte , très chers car sensés être plus copieux : j'ai hélas souvent constaté qu'ils l' étaient à peine plus que les mêmes plats au menu .
01 Sep 2015 11:02 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4668
  • Remerciements reçus 283

Réponse de aquablue sur le sujet Re: Jean-Paul Jeunet Arbois

Je pense comme raymond, je trouve les menus dégustations bien plus intéressants, et je ne suis jamais ressorti avec la faim.. Ceci dit je ne connais pas Jeunet.. Mais chez Marcon, Bras, Rabanel, Goujon, Pic; ça me parait être le plus intéressant, notamment pour gouter leur cuisine de façon complète..

Arnaud
01 Sep 2015 11:49 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1651
  • Remerciements reçus 3685

Réponse de Gerard58 sur le sujet Re: Jean-Paul Jeunet Arbois

Arnaud, Raymond,

je suis bien d'accord avec vous et en général ma première visite chez un étoilé est une découverte de son travail par le menu dégustation. J'en ai de grands souvenirs chez Bras, Marcon, Pic avant Anne-Sophie, Meneau années 90, Lameloise,Troisgros ou Guy Savoy, mais parfois quelques déconvenues marquantes, Meneau années 2000 ou Haeberlin (l'Auberge de l'Ill).
Pour revenir à Jeunet, - sans en faire tout un plat ! - je dois à la vérité de dire que nous n'avons pas choisi le menu dégustation, mais un menu intermédiaire avec deux entrées, un poisson, une viande, un fromage revisité (quelle manie prétentieuse!), un dessert, amuse-bouches et mignardises habituels. Et ça ressemblait bien quand même à un menu dégustation, un plat et un avant dessert (sic) en moins. Et au niveau quantité par plat, nous étions bien en mode dégustation, sauf sur la viande et le dessert, correctement servis.

Gérard
01 Sep 2015 16:40 #12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3009
  • Remerciements reçus 7934

Réponse de leteckel sur le sujet Re: Jean-Paul Jeunet Arbois

Gérard,

Sans vouloir polémiquer, je te trouve particulièrement sévère avec Jeunet ou alors tu es vraiment mal tombé...dire en 3 messages :

- deux ** trop généreux ,
- trop d'ingrédients qui troublent voire masquent l'objet initial du plat
- accompagnés de cinq ou six homéopathiques préparations d'herbes
- portionné pour un enfant de sept ans
- sommelier qui gagnerait à un peu plus d'humilité
- ça vaut une étoile, mais pas les oreilles et la queue
- C'est quand même autre chose que Jeunet !
- quelle manie prétentieuse


Ce n'est plus une simple déception, mais un vrai carnage :S

Bref, je suis très loin de partager ton avis un peu définitif après une seule visite, sans avoir pris le menu dégust. (à la lecture du menu sur le site, une vraie différence quand même), tant sur la cuisine que sur le sommelier.

De plus, il me paraît assez peu judicieux de comparer une véritable élite comme Marcon, Bras ou Troisgros avec Jeunet : certes, ce n'est pas tout à fait le même niveau (encore que la perfection de la fera vaut 3*) mais pour avoir fait un certain nombre de "juste" étoilé, tu vas un peu vite en besogne en le mettant à ce niveau.

Après, les goûts et les couleurs...

Arnould, qui aime Jeunet et n'y possède (malheureusement) pas d'actions ;)

ArnoulD avec un D comme Dusse
01 Sep 2015 22:05 #13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2673
  • Remerciements reçus 722

Réponse de leguitou sur le sujet Re: Jean-Paul Jeunet Arbois

leteckel écrivait:
> Arnould, qui aime Jeunet et n'y possède
> (malheureusement) pas d'actions ;)

La restauration étoilée ne rapporte pas, pas de regrets ...:)

Bien cordialement,
Guillaume
02 Sep 2015 07:19 #14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1651
  • Remerciements reçus 3685

Réponse de Gerard58 sur le sujet Re: Jean-Paul Jeunet Arbois

Arnould,

Je ne ressens pas tes remarques comme un début de polémique, et il n'y a vraiment pas de quoi...
C'était en effet une première chez Jeunet pour moi et ma femme. Nous sommes assez gourmands et, je l'espère, plus gourmets encore. Nous avons fait pas mal d'étoilés simple, double ou triple depuis... une quarantaine d'années, donc une petite expérience de ces grandes maisons, même si nous n'en fréquentons plus très souvent.
Oui, c'est vrai nous avons été déçus, comme tu reconnais l'avoir été à ta première visite.
Evidemment, en listant hors du contexte les critiques émises dans plusieurs messages, ça peut paraître dur. Mais pas définitif ! Ca pourrait l'être après une deuxième visite, qui se fera peut-être un jour, car nous aimons beaucoup le Jura, ses paysages, sa gastronomie et ses vins... Alors pourquoi pas ? Je n'en ai pas vraiment envie aujourd'hui, mais je suis pour donner une deuxième chance, toujours, à un établissement ou à son chef qui peut connaître un jour sans.
De notre côté nous étions dans de parfaites dispositions de corps et d'esprit, comme je pense l'être toujours à l'approche d'un beau repas ou d'une belle dégustation.
Je persiste dans les critiques émises, et j'ai vu que je n'étais pas le seul en cherchant sur les sites internet de réservation et Michelin, entre autres.
Et je rappelle que j'ai quand même dit que nous n'avions pas mal mangé, que le poisson était excellent, la viande et le dessert correctement servis, le sommelier compétent et les vins au verre bien choisis, et que ça valait une étoile. Il y a pire comme "carnage" !
Quant à la "manie prétentieuse" de "revisiter" les produits, ça s'adresse à tous les chefs qui succombent à cette mode et qui, comme certains sommeliers, manquent un peu d'humilité.
Beaucoup de mes critiques sont émises après comparaison avec d'autres repas assez récents pour ne pas être idéalisés par la patine du souvenir, et pas seulement chez les grands cités. Pour exemple je garde un bien meilleur souvenir de deux simple étoilés dernièrement visités :
Jacques Decoret à Vichy (sommelier jeune et très sympathique)
La Tour à Sancerre (carte des vins fantastique sur les vignobles ligériens mais pas de vrai sommelier).
Et même de quelques très bons bip gourmands en Jura et ailleurs.
Enfin, dernier point critiquable que j'avais occulté, mais que j'ai vu plusieurs fois évoqué sur les sites susmentionnés : l'emplacement d'une table à la sortie des cuisines, dans le va-et-vient incessant des serveurs, les courants d'air récurrents des battants et le tintamare caractéristique des "coups de feu" du service. Cette table était la nôtre !

Gérard
02 Sep 2015 15:52 #15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1749
  • Remerciements reçus 3985

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Re: Restaurant La Bouitte à Saint-Martin de Belleville

Je rebondis avec retard sur le post de Jean-Loup.
Nous y avons aussi fait une halte cet été, en étant beaucoup moins raisonnables que lui dans le choix du menu. ;)

Qu'en retenir ?
Tout d'abord, un très beau lieu naturel, aménagé avec beaucoup de charme.
Ensuite, une vraie gentillesse et simplicité dans l'attention et le service, qui tranche très agréablement avec l'atmosphère des restaurants de palaces parisiens.
Enfin, une cuisine superlative, avec un mélange de très beaux plats à base d'ingrédients simples et de compositions plus sophistiquées.
Au firmament, un pigeonneau à la cuisson absolument parfaite, pour lequel je suis prêt à retraverser la France.

Côté vins, une carte très épaisse, mais qui nécessite malheureusement un portefeuille de mêmes proportions, donc frustrante pour quelqu'un qui se refuse à payer 4 ou 5 fois le prix d'achat des vins qu'il a en cave.
Après examen minutieux, nous sommes partis sur un Meix-Cadot de Dureuil-Janthial, plaisant, et un verre du très séduisant Arbison du domaine Laougué ( Jérôme, es-tu là ? :D )

Au final, un de nos plus beaux moments gastronomiques, qui m'a beaucoup fait penser à Gilles Goujon et d'Alain Passart.

Jean-Paul

Jean-Paul
04 Sep 2015 00:25 #16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2673
  • Remerciements reçus 722
Pour information,

le restaurant La Bouitte organise régulièrement des soirées œnologiques autour d'une maison ou d'un domaine. Les vignerons/propriétaires sont invités à venir présenter leurs vins.

Le 9 février 2016 : Domaine PEYRE ROSE (Coteaux du Languedoc - Marlène SORIA) :
Les blancs : la cuvée ORO sur les millésimes 1997 et 1999.
Les rouges : 3 cuvées de 1998 à 2005, Syrah Léone et Clos des Cistes (pas plus de précision).

Le 16 mars 2016 : Domaine de l'ARLOT (Nuits-Saint-Georges) et QUINTA DO NOVAL (Porto), deux propriétés d'AXA Millésimes :
Les blancs : Nuits-Saint-Georges 1er cru Monopole Le Clos de l'ARLOT 1999 et 2001.
Les rouges : Nuits-Saint-Georges 1er cru Monopole Le Clos des Forêts 2002 et Nuits-Saint-Georges 1er cru Monopole Le Clos de l'Arlot 2005 et enfin Romanée-Saint-Vivant Grand Cru 1993.
Les Portos : Vintage 2003, "Nacional" 197, "Colheita" 2000, 1964 puis 1937.

Le 13 avril 2016 : Domaine TEMPIER (Bandol) :
En rosé : millésime 2006.
En blancs : millésimes 2013 et 2005.
En rouges : "La Migoua" 2008, "La Tourtine" 2004, puis "Cabassaou" 1988.

N'ayant aucun lien avec ce restaurant, si vous voulez plus d'information, il faudra les contacter ... ;)

Bien cordialement,
Guillaume
18 Jan 2016 09:53 #17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9383
  • Remerciements reçus 17458

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Restaurant La Bouitte à Saint-Martin de Belleville

Une nouvelle halte ce midi dans ce restaurant "coup de coeur".
Nous avons encore été bluffés par le mélange de simplicité et de grand professionnalisme des deux chefs, René (le père) et Maxime (le fils) Meilleur, et de tout le personnel.
Nous avons été parfaitement conseillés sur le choix du vin blanc (Saint-Aubin 1er cru Murgers des Dents de Chien 2014 de François Carillon) parmi une présélection de ma part (voir ICI ). Mais c'est la finesse des plats, la justesse des goûts et la mise en avant des produits de la région qui nous également ravis.

Jean-Loup
10 Aoû 2017 19:59 #18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9383
  • Remerciements reçus 17458

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet CR: Un superbe déjeuner à La Bouitte

Nous sommes retournés une nouvelle fois dans ce merveilleux chalet de montagne situé à Saint-Marcel, au-dessus de Saint-Martin de Belleville. Puisque le restaurant est placé sous le signe du partage, nous y sommes allés avec d’autres amis, pour leur faire découvrir cette belle table.
Au risque de me répéter par rapport à mes CR d’il y a trois ans et de l’an dernier, je dirai que La Bouitte réussit l’exploit de combiner le raffinement d’un trois étoiles à une ambiance familiale. Famille, le mot est lâché, avec bien entendu René (le père) et Maxime (le fils) les deux chefs en cuisine et leurs épouses à l’accueil et à la direction du service.
Le personnel de salle est très jeune mais très professionnel, sans être guindé, et le plus souvent fidèle à leur employeur. On se sent choyé dans une ambiance chaleureuse.
Quant à la cuisine, nous avons apprécié à nouveau les grands classiques (ah l’huître Gillardeau et le filet de Féra du Léman !) et exploré avec délice de nouveaux plats ou amuse-bouche (omble chevalier et ris de veau) : des produits le plus souvent locaux sublimés par une cuisine à la fois simple et inventive.
Le très sympathique sommelier Florian nous a une fois de plus bien aiguillés sans rien imposer. Ce sera pour moi une flute d’un excellent Champagne d’apéritif et pour l’ensemble de la table un très beau blanc pour accompagner les trois plats.


CR: Champagne – Perrier-Jouet – Blanc de blancs
La robe d’un or pale est dotée d’un train de bulles abondantes.
Plus en finesse qu’en puissance, le nez propose une aromatique très florale, agrémentée de fruits blancs et de fruits secs, et d’une légère touche grillée.
La bouche associe une chair assez dense et une grande fraîcheur ainsi qu’une bulle très fine qui titille le palais en douceur. La belle allonge s’achève sur une finale saline qui invite à une nouvelle gorgée.
Un très beau Champagne d’apéritif tout en élégance.
Très Bien +(+)

Apéritifs

Huitre Gillardeau, voile d’eau de mer, perle de yuzu.


Tartelette artichaut, lamelles de truffe Tuber Aestivum, pignon de pin.


Bricelet saupoudré de saucisson.

L’huître est toujours aussi crémeuse et goûteuse et la tartelette est une véritable tuerie ! Le champagne s’accorde aussi bien (4 / 5) avec chaque amuse-bouche, l’un et les autres rivalisant de délicatesse.



Mise en bouche : Omble Chevalier sauvage ou de fontaine, servi nacré, cébettes rôties et frites
Les petits morceaux de poisson sont servis crus et juste légèrement cuits au bouillon d’achillée millefeuille. Cela permet de conserver la saveur puissante et raffinée du poisson.


CR: Domaine Vincent Dureuil-Janthial – Rully – Maizières – 2006


L’or de la robe est dense et très brillant.
Le nez très intense et d’une remarquable complexité devient envoutant à l’aération : les fruits jaunes (mirabelle), les fruits secs, les fleurs lourdes, le miel et même une note truffée se combinent pour offrir cette superbe aromatique.
La bouche est dotée d’une grande envergure, donnant une impression sphérique, bien aidée en cela par un gras onctueux. La sapidité sur les gammes florale et fruitée est rehaussée par une belle vivacité, qui se teinte d’une certaine minéralité dans la finale persistante.
Très Bien ++ / Excellent


Filet de Féra du Léman, panée d’une fine feuille de pain croustillante, cornichons frais, beurre blanc mousseux à l’Altesse.
Un plat toujours aussi divin, la feuille de pain croustillante faisant encore plus ressortir par contraste l’onctuosité de la féra.
L’accord du vin avec ce plat est réussi (3,5 / 5) même si celui-ci aurait réclamé un peu plus de tension.


Crozets maison au sarrazin, « façon risotto », beaufort, girolles, oseille des bois.
Une légèreté et une sapidité incroyables dans ce plat revisité.
Un beau mariage avec le Rully (4 / 5), dont les saveurs se sont fort bien accordées avec le beaufort et les girolles.


Ris de Veau glacé, chiffonnade pomme de terre Agria, « cigarette russe » au raifort, fumée de hêtre.
Une découverte pour nous et quelle découverte ! Le croustillant de vermicelle autour du ris de veau atténue son côté un peu écœurant, le glaçage caramélisé lui donne tonus et complément aromatique, et tous les autres ingrédients apportent un plus, notamment le goût fumé.
L’accord du vin avec ce plat haut en couleurs a très bien fonctionné (4,5 / 5), aussi bien en termes de texture que de saveurs.



Pré dessert : eau de cassis dans l’esprit d’une bière, tuile craquante.


Avec le dessert, le sommelier nous a proposé de ne pas prendre un verre de vin dédié car aucun accord correct n’aurait été possible. En effet il s’agit du


Lait dans tous ses états, biscuit, mousse, tuile givrée, confiture…
Un immense dessert qui réveille des souvenirs enfuis…


Mignardises

Biscuirons fleur d’oranger, chantilly-poivre de timut-fraise, et crème reine des près-abricot.


Rissoles au safran des Hurtières.


La cruche : gâteau de crème cuite à la peau de lait.


Blason de Savoie chocolat Oriado infusé aux aiguilles de sapin.

Et voilà, c’est déjà fini… pour cette fois-ci !

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Benji, Jean-Paul B., Marc C, denaire, LADIDE78, Vaudésir, Frisette, leteckel, jclqu
06 Juil 2018 15:30 #19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9383
  • Remerciements reçus 17458

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Un très beau déjeuner au restaurant La Bouitte

Déjà cinq ans passés depuis notre dernier repas dans le trois étoiles le plus authentique de France !Il est vrai que le Covid est passé par là …
Mais les dix ans de mariage de notre fils ont constitué un bon alibi pour y retourner. 

C’est toujours le même lieu enchanteur, quasiment la même équipe (seul le sommelier a changé mais le nouveau, jeune, est très affûté), à la fois accueillante et aux petits soins mais sans en rajouter.
René Meilleur est toujours aussi jovial et à la recherche du moindre détail qui peut faire la différence ; son fils Maxime semble être maintenant seul en cuisine, avec une patrouille de seconds et de commis, et assure parfaitement dans la continuité des quatre mains.
Quant à la cuisine, nous retrouvons les grands classiques avec grand plaisir et quelques nouveautés tout aussi réussies !

Les cartes des vins (une pour les effervescents et les blancs, l’autre pour les rouges !) sont pléthoriques et très judicieusement fournies, avec malheureusement des coefficients parfois très élevés par rapport au prix à la propriété. Mais cela se comprend en raison des frais fixes d’une telle maison.


Pour l’apéritif, je choisis un Champagne de Françoise Bedel et c’est l’occasion d’attribuer un premier bon point pour le sommelier : il me conseille la cuvée « Entre Ciel et Terre » non millésimée, plus adaptée à l‘apéritif que la cuvée « L’âme de la Terre » millésimée.

Champagne Françoise Bedel – Entre Ciel & Terre

 

La robe est parée de beaux atours dorés.
Le nez déploie des arômes intenses de fruits jaunes et de fruits secs entremêlés, allant de l’amande à la figue sèche en passant par la datte : très beau !
La bouche joue sur une dualité concentration – fraîcheur très appréciable. Son aromatique luxuriante est tempérée par une bulle subtile. La finale d’allonge convaincante garde de l’impact tout en se révélant dynamique et saline.
Très Bien +(+)

Pour accompagner ce très beau Champagne, trois bouchées apéritives très différentes :

 
Huître Gillardeau, voile d’eau de mer, perle de yuzu

Un grand classique de la maison, d’une justesse toujours aussi parfaite !
Et sans doute le meilleur accord (4 / 5) avec le Champagne, les deux compères se retrouvant sur leurs tonalités marines et salines.
 

Tartelette de champignons de la Motte Servolex, noix de muscade

Un clin d’œil très réussi au LPVien le plus connaisseur de la Savoie, j’ai nommé Jean-Luc (Milleret).

 
Chausson croquant, courgette, copeaux de charcuterie, abricot

Une association audacieuse qui tape dans le mille.

 
Mise en bouche : polenta aux grains moyens, tomate, coulis de Beaufort, pousses d’origan

Délicieux !


Pour accompagner les premiers plats du menu, je décide de rester local, avec un grand vigneron déjà choisi la veille at home pour une cuvée d’un autre cépage.

Domaine Partagé – Gilles Berlioz – Roussette de Savoie – El Hem – 2019

 

Deuxième bon point pour le sommelier : il me conseille le millésime 2019 plutôt que le 2015 (plus cher, bien entendu) car plus tendu et se mariant mieux avec les différents plats.

L’or de la robe est bien dense.
Le nez expressif associe fruits jaunes et notes miellées, mâtiné d’une touche épicée du plus bel effet.
La bouche est bâtie sur un superbe équilibre, aux saveurs goûteuses et gourmandes. Y a-t-il une pointe de SR ? En tout cas la matière dense est très mûre, mais bien tendue par une vivacité qui lui donne du ressort. La finale de bonne allonge se montre d’un grand raffinement.
Très Bien +(+) déjà, mais promis à un grand avenir !

 
Légumes : retour du jardin d’Eric Roy, cuits individuellement dans leur jus, mousse de babeurre, citron perle, pousses d’aigrelette

Toujours le meilleur plat végétarien dégusté à ce jour, par la finesse de ses saveurs.

 
Omble Chevalier : élevé en cascade, servi nacré, cornichons frais, sauce beurre noisette

Le raffinement du roi des poissons de lac et de rivière est parfaitement mis en valeur par la simplicité de l’accompagnement.

 
Abbaye de Tamié : en ravioles, bouillon cristallin de jambon cru, rouelles d’oignon frites, tiges de Berce ciselées

Un festival de produits de terroir de Savoie, comme pour tous les plats, mais ce fromage au goût proche de celui du reblochon reste néanmoins un peu rustique.


Pour l’accord avec le plat de viande, je laisse carte blanche au sommelier.

Domaine Santa Duc – Gigondas – Clos Derrière Vieille – 2016

 

La robe assez sombre et avenante ne laisse percevoir aucun signe de jeunesse ni d’évolution.
D’une belle intensité et affriolant, le nez exhale une aromatique de petits fruits rouges d’une grande pureté, à peine teintés de notes florales et d’accents épicés.
La bouche joue dans un registre plus puissant, en étant dotée d’un grain serré et fin, de tanins de velours et d’une chair lumineuse et addictive, peut-être en raison d’une sensation de légère sucrosité. Elle ne sombre pas dans la lourdeur, même si un côté capiteux se ressent, ce qui n’est pas gênant pour un palais tous terrains comme le mien, grâce à une acidité bienvenue. La finale plus svelte se prolonge pour notre plus grand plaisir.
Très Bien ++

 
Pigeon : rissolé au poêlon, Charlotte confite, ragoût, chénopode « Bon Henri »

Un concentré de goûts, bien adouci par la fraîcheur du chénopode, cette plante du type épinard que l’on rencontre souvent dans nos randonnées en montagne.

Le vin et le plat sont fusionnels, tant pour leurs aromatiques que pour leurs puissances et leurs textures très serrées (4+ / 5).
Un troisième bon point donc pour le sommelier qui a fait un strike !

Pré-dessert : eau de prune rouge – sauge servie dans l’esprit d’une bière, papier croquant

Un plat référence de la maison (sans photo), qui se décline parfois sur le cassis, et qui rafraîchit merveilleusement le palais avant le dessert.

 
Rhubarbe : cuite à l’étouffée, opaline, pulpe de cynorhodon

On reste sur la vivacité, avec des saveurs très pures.


On termine enfin avec un festival de mignardises.
 

Biscuiron Gisèle à la fleur d’oranger, d’une légèreté aérienne.
 
 
R’zoule au safran, une évocation de l’Orient à peine esquissée en une bouchée !
 
 
La Cruche : le fameux gâteau de crème cuite à la peau de lait, souvenir de retour d’école, maintenant servi sous forme de pomme de pin, toujours aussi simple et addictif.
 
 
Cailloux au sarrazin : une nouveauté pour nous, mais encore une texture et un goût différents et réussis.
 
 
Tartelette fine aux myrtilles : pour fêter les dix ans de mariage, nous avons terminé en beauté !

Nous sortons tous avec des étoiles plein les yeux !
Il ne faudra pas attendre cinq ans de plus pour revenir, et pourquoi pas faire découvrir cet endroit extraordinaire de simplicité (oui, c’est un oxymore assumé car on a vraiment l’impression de partager la bonne chère et les bons moments avec nos hôtes) à d’autres proches.

Merci René et Maxime Meilleur ! 

Jean-Loup 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Super-Pingouin, mgtusi, denaire, sideway, peterka, La Vie est une Fête, bibi64, trainfr, GILT, Vaudésir, rjourd, Papé, Blog, Frisette, leteckel, Gerard58, KosTa74, Chaccz
26 Juil 2023 19:15 #20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6458
  • Remerciements reçus 6508

Réponse de Vaudésir sur le sujet Un très beau déjeuner au restaurant La Bouitte

Superbe Jean-Loup 
Stephane 
26 Juil 2023 19:28 #21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95447
  • Remerciements reçus 25623

Réponse de oliv sur le sujet Un très beau déjeuner au restaurant La Bouitte

Jean Loup
Va vraiment falloir poster les photos des plats en format 800 x 600 px !
Car là, le timbre poste, ça en est presque frustrant !

Vive les mariages qui durent !
Amitiés
Oliv
26 Juil 2023 20:07 #22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9383
  • Remerciements reçus 17458

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Un très beau déjeuner au restaurant La Bouitte

Merci Stéphane et Oliv !

Je n'ai pas modifié la taille des photos mais j'ai rajouté celles des mignardises qui manquaient.
Il est vrai que rien que de revoir les photos, cela me remet les saveurs des plats en bouche ! 

Jean-Loup
26 Juil 2023 21:19 #23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck