Nous avons 1900 invités et 65 inscrits en ligne

Le Charlemagne, Pernand-Vergelesses (21)

  • bassaler
  • Portrait de bassaler Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 811
  • Remerciements reçus 2559

Le Charlemagne, Pernand-Vergelesses (21) a été créé par bassaler

Le Charlemagne

1 route des Vergelesses
21420 Pernand-Vergelesses
03 80 21 51 45
reservation@lecharlemagne. fr

 

www.lecharlemagne.fr





Sacré Charlemagne ! Une première expérience très lointaine de ce restaurant, sis à Pernand Vergelesses en face de la fameuse colline de Corton, nous avait laissé un très bon souvenir, à l’époque où Laurent Peugeot était dans une période japonisante bien marquée. L’occasion s’est présentée d’une deuxième visite au restaurant «  Le Charlemagne  » en ce jeudi soir. Et nous n’allons pas le regretter.

Accueil éminemment sympathique de l’ensemble de l’équipe de salle, exclusivement féminine. Après la pose de notre vestiaire, passage par un salon stratégique, là où les whiskys japonais trônent … Nous voilà installé dans une salle aérée, où les tables sont espacées afin de garantir une sorte d’intimité. Tout au long du repas, nous avons apprécié le service précis et décontracté, l’esprit de partage et de discussion avec la sommelière, … et surtout la qualité des assiettes

Nous avons opté pour le menu « 6 sensations » :  
Amuse-bouche
  
Homard Bleu, tofu dengaku, dashi basilic thaï, jambon Mangalitza
  
Pour l’allergique que je suis, ce plat sera remplacé par un Thon ikejimé mackintosh, cèpes, poudre de cèpes, bouillon de bœuf
  
Foie gras de Canard poêlé, pêches de vignes les Prés de Changey, shiso, sucre noir
Bœuf blonde d’Aquitaine Ferme de Clavisy, ail blanc, ail noir, tomago miso : pas de photo  
Pigeon de Corton Patrice Sanchez, Snack Endo des Prés de Changey, miso soja fumé
Tarte de Chèvre, La Chèvrerie des Hautes Côtes, miel, sarrasin, pointe de tamarin : pas de photo  
Pré-dessert puis Orange, miel d’acacia, pollen toutes fleurs, fraîcheur safran, anis croquant
Pour accompagner ce repas, nous avons choisi.

En apéritif : Pernand-Vergelesses, premier cru En Caradeux 2019, Laurent Peugeot : un nez minéral sur des amers fins, laissant une impression tonique. Bouche en rondeur mais sans molesse, avec de l’énergie, tonique. Finale saline. Un vin riche qui sait jouer sur le registre de la fraîcheur et de l’élégance. Très Bien + [justify]Avec le homard et le foie gras : Nuits Saint Georges, premier cru Clos de l’Arlot 2018 : une extrême finesse (du chardonnay) au nez, très aérien, floral et sérieux. Bouche élégante, complexe, entre tension saline et rondeur aromatique. Fraîcheur glycérinée. Longue empreinte digne des plus grands terroirs de Bourgogne. Avec le foie gras, le vin se patine, en prenant un supplément d’amplitude et en conservant sa tension acido-saline. Finale laissant apparaître des touches poivrées vivifiantes. Excellent[/justify]
Avec le bœuf puis le pigeon : Pernand-Vergelesses, premier cru Ile des Vergelesses 2010, domaine Rapet et fils : un nez de pinot classique, fin, élégant, sur un registre de fruits rouges, à peine évolués. Superbe bouche veloutée, sur l’élégance suave. Allonge superlative, sorte de faux modeste qui se révèle sur la longueur. Pointe terrienne et « rustique » en complément, juste pour donner un supplément de volume et de caractère au vin. Excellent +(+)

En conclusion, il faut toujours persévérer ! La table de Laurent Peugeot constitue une valeur sûre en Bourgogne, sans doute encore plus aboutie qu’il y a 15 ans (déjà !). Cuisine classico-moderne, mariant avec perfection les traditions françaises et japonaises. Une mention spéciale au foie gras, qui mérite mieux qu’une simple étoile, et à l’ensemble du repas, pour ses accompagnements minimalistes certes mais parfaitement dosés, pour la cuisson des viandes (45 minutes …), et même pour le fromage travaillé qui, généralement, ne m’impressionne pas. Ici, c’est réalisé avec justesse.

RDV l’année prochaine si tout va bien.

Bruno
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Olivier_26, Galinsky, sideway, Moriendi, Vaudésir, Papé, Blog, Frisette, starbuck, the_ej, ptitcoco, Vyat, Garfield, Delphinette, Jeanveux
31 Oct 2022 12:30 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • bassaler
  • Portrait de bassaler Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 811
  • Remerciements reçus 2559

Réponse de bassaler sur le sujet Le Charlemagne, Pernand-Vergelesses (21)

Fort d’une première expérience très concluante en 2022, nous revoilà en ce jeudi soir aux confins du (Grand) cru Charlemagne à Pernand Vergelesses, pour un diner au restaurant éponyme .

Même impression de calme, de quiétude et de zénitude, jusque dans la salle de restaurant assez peu fréquentée, et partiellement dans le noir (une petite lumière d’ambiance n’aurait pas gâché cette atmosphère)

Nous avons opté pour le menu « 6 sensations » : 
Poulpe (Bar pour ma part), tomate des Prés de Changey, basilic ;
 
Escargot de Fenay, Cèpes, miso, vin rouge, capucine ;
 
Tartare de Sébaste, betterave des prés de Changey dengaku, shiso rouge ;
 
Tataki de Bœuf charolais, carotte des prés de Changey, ail noir, tamago miso ;
 
Pigeon de Corton de chez Monsieur Patrick Sanchez, myrtilles sauvages, cube bourgeons cassis, croque suisse :
 
Tartelette comté 48 mois de chez Napiot, céleri, tamarin, noix
 
(Avant-dessert) et Mûre sauvage, miel de nos ruches, amande

Pour accompagner ce repas, nous avons choisi.  [justify]En apéritif : Pernand-Vergelesses, premier cru En Caradeux 2019, Laurent Peugeot : (un peu comme l’an dernier en fait, mais en plus accompli), et toujours très bon sur une structure ample. Un nez minéral sur des amers fins, laissant une impression tonique et arrondie. Bouche en rondeur mais sans mollesse, avec de l’énergie et de la tonicité. Finale saline très avenante, profonde, allongée, laissant une longue et grande empreinte. Vin riche qui reste sur un registre frais et élégant. Un supplément de structure par rapport au même vin dégusté l’an dernier. Excellent[/justify] 
Morey Saint Denis, premier cru les Monts Luisants 2014, domaine Ponsot : la finesse aromatique du chardonnay au nez, complexifiée par une touche nettement plus traçante / cristallins et acide (dans le bon sens du terme), sans doute l’effet du cépage aligoté. Notes aromatiques de pommes rôties. Très grande bouche élégante, d’une belle structure, alliant gras et allonge. Finale fraîche, avec un retour sur la réglisse et une longueur superlative. Avec le tartare, reprise d’une droiture et d’une allonge plus marquée, sur la fraîcheur … laissant place en finale à une corpulence toujours bien présente. Avec la préparation fromagère, le vin prend (encore) une nouvelle dimension. C’est superbe. Excellent ++

Nuits Saint Georges, premier cru clos de l’Arlot 2017, domaine de l’Arlot : un pinot classique, assez immédiat (et déjà bien prêt à boire). Du fruit et de la concentration élégante. Complexité entre notes aériennes et fragrances florales. Bouche en place, sur un registre de fruits rouges, une petite granulosité tannique fine. Très belle allonge finale avec le tataki de bœuf. Avec le pigeon, l’accord est presque magique, le vin se muscle tout en conservant une structure aérienne assez légère. Un millésime qui se confirme de garde moyenne, mais qui sait distiller du plaisir. Excellent (+)


En conclusion, dans un style japonisant plus affirmé que l’an dernier, la table du Charlemagne constitue une valeur sûre du pays Beaunois, avec qui plus est un rapport qualité/prix extrêmement attractif.

La cuisine y est juste et originale comme il faut. Cette année encore, la préparation fromagère, que je n’apprécie pas toujours en général, s’est révélée un grand plat. Les accompagnements mettent parfaitement en valeur le produit principal de chaque plat, sans le dominer mais en sachant le sublimer. Le chaud-glacé entre pigeon et glace (en blanc sur la photo) s’est révélé sublimissime !

RDV l’année prochaine si tout va bien.

Bruno 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Paul B., sideway, Vaudésir, Papé, Blog, starbuck, leteckel, the_ej
23 Oct 2023 14:31 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 28
  • Remerciements reçus 7

Réponse de dulian sur le sujet Le Charlemagne, Pernand-Vergelesses (21)

Nous y étions début mai 2024 entre amis.

Excellente cuisine, Vue imprenable sur les vignes de Pernand Vergeless.


Quelques petites inattentions au niveau du service et surtout une acoustique non maitrisée.
Si vous y allez, évitez les tables en retrait sous les demis arcades qui renvoient tous les bruits des tables voisines y compris les explications des serveurs... Demandez à être proche des fenêtres en somme!







Dulian
Le vin entre et la raison sort.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Paul B., sideway, Papé, leteckel
26 Mai 2024 17:17 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3004
  • Remerciements reçus 7915

Réponse de leteckel sur le sujet Le Charlemagne, Pernand-Vergelesses (21)

Ca donne faim...mais il ne faut pas avoir trop faim non ?

ArnoulD avec un D comme Dusse
26 Mai 2024 17:54 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck