Nous avons 1507 invités et 69 inscrits en ligne

LPV Lutèce se console de l'élimination du XV de France

  • mconstant
  • Portrait de mconstant Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 438
  • Remerciements reçus 2216
LPV Lutèce se console de l'élimination du XV de France 

Certains évènements sportifs suscitent l'émotion et la ferveur de tout un peuple. On le voit régulièrement dans le sport le plus populaire (le football) mais quand la Coupe du Monde est organisée dans notre hexagone, le transfert vers le rugby s'opère. Malgré un désintérêt total de ma part, je ne peux dire que la défaite du XV de France n'a pas laissé meurtri certains de nos membres. Pour noyer le chagrin collectif, quoi de mieux qu'une dégustation avec les copains. 

Le début de la soirée est prévue à 19h30 retardé seulement de 15 minutes pour cause de bouchons parisiens ce qui est déjà une première victoire. 

Au niveau du thème : comme régulièrement, on se fait plaisir mais avec une seule règle : pas de vin sud africain comme ça ils ne pourront pas marquer d'essais. 

Allez on démarre avec les hymnes et la présentation des équipes tout en bulles : 
Vin 1 :  Romain Le bars, Ugni Blanc Pétillant, 2021
Le nez présente des arômes fermentaires, de la poire, une légère allumette et du foin. Joli même si clairement dans la mouvance nature (certains font le parallèle avec les caprices de l'Anglore). 
La bouche présente un mélange de citron et de pomme et une amertume en milieu de bouche ainsi qu'une légère sensation végétale. La bulle est plus perlante que présente. Bonne longueur. 
Très bien pour faire la bouche. Le vin idéal en été sans se prendre la tête. 
La présentation des joueurs permet de se faire la bouche. Mais comme la présentation des joueurs, si l'on en parle, la vérité sera sur le terrain. 

Vin 2 : Champagne Laurent Berault Le Clé des Septs Arpents 
Le nez présente un mélange d'amandes, d'oxydatif (noix fraîches), de fruits rouges et une légère croûte de pain grillé. Assez classique et faisant penser à du pinot noir. 
La bouche est jolie, élégante avec une bulle fine et des arômes légèrement oxydatif. La matière est belle mais un léger manque d'acidité en milieu de bouche lui donne un côté solaire. La finale est crémeuse et laisse une impression gourmande. 
Ce champagne est comme un hymne :  reconnaissable, classique et donnant les premiers moments d'émotion. 

Vin 3 : Champagne Emmanuel Brochet, Le Mont Benoît 
Dès les premières effluves, je suis conquis par ce nez racé, une belle complexité avec une dominante d'agrumes, un léger côté confit et une sensation crayeuse/pierreux. J'aime beaucoup. 
La bouche présente une belle matière et en même temps une belle finesse avec une attaque sur une bulle présente couplée à une belle acidité. La matière arrive dans un second temps et est enveloppante avec quelques fruits rouges et un brioché qui apparaît. La finale est légèrement oxydative et la longueur importante. 
Seconde rencontre sur ce champagne, seconde fois que je suis emporté. Encore une fois un coup de coeur. 
Clairement je ne savais pas que le haka pouvait être champenois mais les vins qui vont arriver vont en pâtir. L'arbitre siffle le coup d'envoi et l'arrivée des blancs dans les verres. 

Vin 4 : Domaine Gilles Berlioz, Vin de Savoie,  El... Hen, 2020
Le nez présente un mélange exotique assez léger (sauvignon) puis de la fleur d'acacias, le bourgeon de cassis. C'est très élégant. 
La bouche présente une belle acidité même si la matière est bien présente mais compensée par cette acidité. Belle tension et légère sucrosité en finale. 
C'est bien travaillé, un beau vin mais qui ne m'a pas chamboulé. 
Les joueurs se mettent en place et on a déjà une belle action. 

Vin 5 : Domaine François Cotat, Sancerre, Les Monts Damnés, 2017
Le nez est directement ouvert, immédiat sur du citron mûr, des arômes floraux, un côté eau de roche. Très belle complexité même si encore jeune. 
La bouche présente une attaque avec une belle acidité qui prend une rondeur certaine au milieu couplé à une amertume ensuite. Un léger fruit exotique laisse trahir le sauvignon que je n'avais pas perçu auparavant. La finale est enveloppante et l'ensemble possède une belle longueur. 
Une première période pour boire ce vin, c'est devenu un peu assagi même si cela reste jeune. Très joli et du potentiel. 
Et un premier essai pour les blancs sans transformation. 

Vin 6 : Domaine Desjourney, Mâcon Verzé, 2017
Le nez fait directement penser à de très beaux Chablis (Dauvissat, Raveneau) avec un mélange de croûte de fromage, de citron frais, de fleurs blanches. Le tout est harmonieux, encore jeune mais avec une belle complexité. 
La bouche présente une très belle matière, en longueur et en largeur, une belle rondeur et en même temps une acidité qui supporte le tout. C'est délicieux avec une finale légèrement boisée et une superbe longueur. 
Super vin que je n'aurai pas placé si sudiste en Bourgogne. Très très joli. 
Superbe chevauchée qui aboutit sur une conclusion parfaite et un essai transformé.  

Vin 7 : Domaine Ganevat, Côtes du Jura, Les Grands Teppes Savagnin, 2018
Dès les premières effluves de noix, on sait qu'on est en Savagnin. Mais on a aussi du citron confit, quelques arômes de fleurs sèchés. C'est joli même si cela ne reste pas mon style. 
La bouche est similaire : de l'élégance avec de la noix fraîche précis et tendu. Belle longueur sur la noix encore une fois. 
Je ne peux que reconnaître qu'il s'agit d'un beau vin mais clairement peu mon style donc je n'apprécie pas à sa juste valeur. 
On aurait pu croire que l'essai était là mais un en-avant est sifflé. L'arbitre déclare la mi-temps pour laisser la place aux rouges.  

Vin 8 : Domaine Thivin, Côte de Brouilly, La Chapelle, 2015
Dès la robe trouble, le doute est permis. Les arômes chocolatés, pruneaux du nez n'arrange rien avec une bouche présentant une amertume désagréable et un côté sucrailleux. 
Surement un problème de bouteille. 
L'arbitre fait sortir le vin sur civière et annonce un remplacement immédiat avec le vin suivant. 

Vin 9 : Domaine de la Porte Saint Jean, Saumur, Les Cormiers, 2015
Le nez présente un côté animal (cuir, fourrure) qui me dérange de prime abord mais avec l'agitation dans le verre, on a un mélange de framboise, de fruits noirs qui donne à l'ensemble un côté très sympa. 
Que dire de la bouche, un côté juteux, fruits noirs pétants avec une belle matière, une finesse enveloppante avec des tannins tout en harmonie et une acidité qu tient le tout. La finale est légèrement poivronnante et on a une superbe longueur. 
Un très joli vin que je n'attendais pas à ce niveau personnellement. Délicieux et peut commencer à s'approcher. 
Premier essai des rouges transformé après une mêlée dans la boue et qui est arrivé au courage et à l'abnégation. 

Vin 10: Domaine Jean Michel Gérin, Côte Rôtie, Champin Le Seigneur, 2004
Le nez présente une belle élégance et une belle harmonie entre du fruits noirs, un léger champignons et des arômes de rose fanée qui pourrait faire partir sur un beau pinot noir. D'ailleurs c'est la majorité des suggestions de mes compères. 
La bouche est toute en élégance, harmonieuse elle aussi avec une vraie finesse, un joli fruit rouge encore présent, une finale très légèrement truffée et de legers tannins aussi présents. 
C'est délicieux à point et comme le signale un dégustateur présent "rien ne fait plus pinot qu'une belle syrah un peu âgée". Délicieux aujourd'hui et ne gagnera rien au vieillissement (pas assez de matières et le tertiaire complet n'apporterait rien).  
Et un deuxième essai pour les rouges transformé, avec une belle action collective qui donne une harmonie certaine au ballon ovale. 

Vin 11 : Domaine des Tours, IGP Vin de Pays du Vaucluse, 2019
Le nez présente un mélange de groseille, de kirsch, une légère garrigue qui oriente vers le sud.
La bouche présente une acidité marquée sur la fraise écrasée et l'ensemble a une bonne longueur.
Même à la levée de l'étiquette difficile de reconnaître le style Reynaud (pas l'habituelle fraise écrasée et orange sanguine) 
Carton jaune pour l'apporteur qui nous signale après contrôle de la VAR qu'il n'a ouvert la bouteille qu'à midi. On signale le match terminé et place aux desserts. 

Vin 12 : Château Sigalas Rabaud, Sauternes, 1996
Le nez présente un rôti sympathique, un peu de mangue, de l'ananas. On a une belle complexité et c'est typiquement le nez de Sauternes que j'apprécie à cet âge. 
La bouche présente une belle acidité qui donne tout l'équilibre au vin, permettant d'avoir une matière enveloppante mais qui se nettoie par l'acidité laissant plus les arômes de rôti avec une belle longueur. 
Très élégant, digeste pour la région même si encore trop jeune à mon goût. Mes camarades ont plus apprécié (car préférant l'acidité sur ce type de vins). 
La petite douceur parfaite pour terminer le match lors de la troisième mi-temps. Le vin de Constance n'a qu'à bien se tenir ! 
 
J'espère que ma métaphore autours du ballon ovale aura tenue au vu de mon statut de néophyte et de mes maigres souvenirs issus d'une pratique datant de la terminale. 
En tout cas encore une superbe soirée et l'accueil d'un amateur qui aura retenu que cracher à ce niveau reste vital. 

Vivement l'Euro 2024 car au football, au moins, on gagne 
Bonne dégustation, 
Matthias 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Alain Hinant, Jean-Paul B., Sylv1, legui, sideway, bertou, bulgalsa, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, Atmosphere, Papé, Blog, sebus, Frisette, oberlin, GAET, starbuck, leteckel, jd-krasaki, KosTa74, Kiravi, Garfield, LEON213, choubi38, BJambon, Ilroulegalet, Allobroge
18 Oct 2023 20:30 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 94116
  • Remerciements reçus 23354

Vivement l'Euro 2024 car au football, au moins, on gagne 


Faut reconnaître que 2023…

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Frisette, mconstant
18 Oct 2023 21:32 #2
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck