Nous avons 2564 invités et 45 inscrits en ligne

CR: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

  • Eric B
  • Portrait de Eric B Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 18910
  • Remerciements reçus 4070
Cela faisait plusieurs années que je lisais les récits des soirées du groupe "LPV Forez". Cela donnait vraiment envie de faire leur connaissance. Les quelques messages échangés avec ses membres ont montré que c'était réciproque. Restait plus qu'à trouver la bonne date. Ce fut le vendredi 10 juillet.
Chacun n'avait le droit d'apporter "que" deux bouteilles, histoire de ne pas se retrouver avec 25 quilles à descendre pour 6 personnes. C'est un peu frustrant pour l'apporteur, car il aurait tellement de vins à faire découvrir aux autres. Mais franchement, une dizaine de bouteille suffit amplement pour passer une bonne soirée.
Je rencontre Cédric dès 12H30 puisque nous déjeunons ensemble au Restaurant "le petit prince" à Saint-Alban les eaux. Puis nous passons l'après-midi au domaine Robert Sérol où nous avons été superberment accueillis par Stéphane Sérol. Comme la visite à été beaucoup plus longue que prévue, nous rentrons après directement chez Cédric pour préparer la soirée. Nous ouvrons nos bouteilles respectives, préparons les papillotes de cabillaud. Très rapidement, un premier sonne à la porte. Je dois deviner qui c'est (et oui, ça aussi on le fait à l'aveugle). Florian ? Perdu. Simon ? Gagné ! En parlant de Florian, il arrive quelques minutes plus tard. Pas drôle : il se présente tout de suite avant même que je commence à chercher. Comme il n'en reste qu'un à arriver, ce ne sera pas difficile de le reconnaître, d'autant que Nico est trahi par son accent marseillais ;-)
Tout monde est là (six avec l'épouse de Cédric) : nous pouvons démarrer. D'une part avec les délicieux toasts foie gras/girolles apportés par Nico, d'autre part avec une première bulle proposée par Simon.
La couleur et les arômes de ce vin relance le long débat sur les définitions des termes "oxydé", "oxydatif" et "évolué". Pour moi, ce vin n'est en aucun cas oxydé (= défaut), et je ne le considère pas non plus comme oxydatif (qui signifierait que le propriétaire a vinifié/élevé son vin en "oxydation ménagée" dans le but d'obtenir une aromatique différente des blancs secs classiques, cf Jura). Non, c'est simplement le temps qui a fait son oeuvre, et il fait plutôt bien son job.

La robe, donc, est d'un bel or intense, sans tomber encore dans le cuivré, avec de nombreuses bulles très fines ne formant aucun cordon. L'anarchie, quoi. Le nez est très expressif, sur des notes de briocje toastée, de pralin, de fruits sec (raisin de corinthe, pomme tapée...). Plus il s'aére, plus les arômes se multiplient, à ne plus savoir où donner du nez...

La bouche est toute en largeur, se déroulant ensuite dans le palais comme un rouleau sur le bord d'une plage, avec cette même implosion finale quand il est bout du chemin. Les bulles très fines apporte du peps et de la fraîcheur tout en restant très caressantes. La finale dévoile de nobles amers et une sensation légèrement crayeuse qui prolongent longuement le plaisir.

Je pars sur un Chardonnay (aromatique typée) et sur un vin d'une quinzaine d'années. C'est effectivement un pur Chardonnay... et il a 15 ans ! C'est un Champagne Avize 2000 de Jacquesson, dégorgé en 2009 (ce qui explique les notes évoluées).
Nous poursuivons par une deuxième bulle apportée par Florian. On est dans un autre monde. La robe est nettement plus claires, et les bulles moins nombreuses et éparses. Le nez fait nettement plus jeune, avec des notes de pomme fraîche, de zeste d'agrume, de craie mouillée, et même un petit côté "goémon" dû à la réduction (qui disparaîtra). Autant le premier vin était large en bouche, autant celui est longiligne, traçant, avec une énergie et une puissance étonnantes. Si les bulles ne sont pas très nombreuses, elles se font remarquer par leur crépitement citronné qui apporte de la fraîcheur. Ce côté vif et frais n'exclue cependant qu'il y a du fond : en arrière-plan, on sent une belle vinosité qui s'exprimera sûrement dans quelques années. Certains indices laissent supposer le Chardonnay (un côté très "chablisien"). En même temps, la vinosité laisse pencher qu'il y a aussi du Pinot noir. Par contre, je me vautre totalement sur l'âge de ce vin. Je le pressens jeune, alors que ce Gosset Celebris est de 2002. On est à peu près à moitié/moitié pour les deux cépages évoqués. Le dégorgement n'est pas indiqué, mais je le suppose relativement récent (ou alors je n'y comprends plus rien...).
Nous passons ensuite à deux blancs secs, avec les papillottes de cabillaud, mangue, litchi et lait de coco.

Le premier a une robe dorée. Le nez est superbe, très aérien, sur des notes de terpène d'agrume, combava, de mandarine, et un côté pierre chauffée au soleil. La bouche est très ample, toute aussi aérienne que le nez, avec un sentiment de grande pureté, et une tension marquée qui lui apporte de la droiture. Sans toutefois avoir une acidité saillante/tranchante "à la mosellane (alors que le nez fait plus mosellan qu'alsacien, je trouve). La finale salivante est marquée par l'amertume/astringence de l'écorce de pomelo, se prolongeant sur des notes salines. Un très beau vin que j'ai déjà bu il y a moins de deux mois en présence de son propriétaire (la voyant quelques heures plus tôt en cave, j'avais conseillé à Cédric de la séléctionner, car je présumais qu'elle plairait au reste de la bande. C'est le Riesling GC Kastelberg 2008 de Kreydenweiss (parcelle très pentue sur laquelle j'ai passé des journées entières éprouvantes il y a une vingtaine d'années - mais aussi heureuses, car la beauté du paysage vu des hauteurs du Kastelberg à 9h du matin, lorsque les brumes commencent à se dissiper, est juste magique).
Le vin suivant a une robe or clair. Le nez est d'abord sacrément réduit, évoquant un port à marée basse, puis l'aération aidant, il se transforme du tout au tout : pomelo, écorce de citron, poivre de cassis (bourgeon de cassis séché) et pierre à fusil (silex, dit Florian).
La bouche est éclatante, avec une ampleur qui monte crescendo soutenue par une belle trame acide. L'ensemble est d'une fraîcheur et d'une intensité remarquable. Dans un style plus terrien et minéral que le vin précédent, il évoque lui aussi un sentiment de pureté totale. En finale, il rejoint le vin précédent par ce mélange noble d'amertume et d'astringence, avec un agrume peut-être plus marqué et une et une plus grande puissance. On retrouve aussi des notes salines qui perdurent. Les notes aromatiques laissaient peu de doute. Tout le monde part sur du Sauvignon. Le mot silex a été lâché à plusieurs reprises. Et si c'était THE Silex ? Ben oui : Blanc Fumé de Pouilly Silex de 2008 de Louis-Benjamin Dagueneau.

Nous passons avec des entrecôtes grillées sur les vins rouges

Le premier, je sais ce que c'est : je l'ai apporté. La robe est grenat sombre, légèrement évoluée. Le nez est expressif et foisonnant : prune, mûre, tabac, orange sanguine, âtre de cheminée, épices grillés. La bouche est sphérique, soyeuse, caressante, se durcissant quelque peu en finale (mais cela se gommait en mangeant) sur des notes de tabac et de menthol. J'aime beaucoup mais je ne suis pas objectif, étant ami et grand fan du producteur (qui m'a offert cette bouteille). Lorsqu'on en a jamais bu, c'est difficile de deviner : il s'agit du Domaine de Cambes 2006, "simple" Bordeaux de François Mitjavile.
Le second présente une robe plus sombre. Le nez est juste magnifique, d'une grande complexité aromatique : encens, olive noire, orange sanguine, cerise noire, poivre... La bouche est élancée, harmonieuse, avec une matière veloutée qui vous caresse le palais. L'ensemble est d'une fraîcheur étonnante pour un vin bien typé sud. Seule la finale marquée par l'olive et la fumée est un peu chaude, avec une légère sucrosité. Cela ne gâche toutefois pas le plaisir. Très très belle rencontre avec ce Fonsalette 2005 ! Merci Nico (tu)
Nous passons aux fromages dont certains se mariaient bien avec les liquoreux qui sont maintenant servis.
Le premier a une robe superbe, entre or liquide et cuivre. Le nez semble bouchonné au départ, mais cela disparait avec l'aération. Arrivent alors le pralin, les fruits secs, la pâte d'amande, l'orangette. La bouche est droite, fraîche, avec une belle acidité enrobée par une matière onctueuse (juste ce qu'il faut). La finale nette et fraîche, sans sucrosite. Par contre, ça manque un peu de persistance. C'est vraiment très bon, ne faisant pas son âge, car ce vin a ... quarante ans, tout comme Cédric qui nous l'a apporté ! C'est un Lafaurie-Peyraguey 1975.
Le deuxième n'est pas une surprise pour moi, puisque je l'ai apporté. Et comme ils savent que je suis Tireculophile, ils n'ont pas mis trop de temps à trouver... La robe est d'or intense, avec des larmes. Le nez est riche, sur la mangue, l'orange confite, l'ananas rôti. La bouche est nettement plus onctueuse que le vin précédent, avec une acidité traçante qui l'étire et le rafraîchit (effet millésime). La finale est expressive, évitant le piège du sucre, sur des notes d'écorce d'orange et d'olive verte. Oui, c'est Château Tirecul la Gravière 2008 (qui contient peut-être un peu de mon ADN puisque j'ai participé aux vendanges de ce millésime).
Entre temps, nous sommes passés au(x) dessert(s)



suivi(s) d'un after (rouge) offert par notre hôte du jour[/center]

La robe est rubis translucide. Le nez n'est pas très causant, du fait de l'ouverture trop récente. On sent toutefois beaucoup de fraîcheur, avec une pointe résineuse. La fraîcheur se confirme dans la bouche élancée, soyeuse, au fruit plus expressif qu'au nez. La finale à la noble astringence est légèrement marquée par le végétal/racinaire, sans que cela soit dérangeant, bien au contraire. Si elle avait ouverte le matin pour le soir, nous aurions une très belle bouteille, je pense. Bon, Bourgogne, c'est facile à trouver. Après, je cale... Bon allez, on vous le dit : c'est un Hautes-Côtes de Nuits "Le Clos du Prieuré" 2011 de Thibault Ligier-Belair.
Eh bien voilà. La fameuse rencontre s'est faite. Peu de dire que je ne le regrette pas. Ils sont encore mieux en vrai qu'en "virtuel", ces lascards ! Juste dommage que Jean-Bernard n'ait pu être des nôtres. On essaiera de faire mieux la prochaine fois. Oui, il n'y a aucun doute qu'il y aura une prochaine fois. Et même plusieurs !

Eric
Mon blog
12 Juil 2015 14:00 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5934
  • Remerciements reçus 1254

Réponse de Jean-Bernard sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Une bise des pentes du Mézenc.
Belle soirée les amis.

A refaire en effet ;)

JB
12 Juil 2015 15:09 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6201
  • Remerciements reçus 3902

Réponse de Frisette sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Merci a toi Eric, ce fut un vrai plaisir que de te rencontrer et partager cette soiree ensemble!!!

PS: moi c'est Florian!!! ;)

Flo (Florian) LPV Forez
12 Juil 2015 15:55 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 551
  • Remerciements reçus 50

Réponse de Benjamin Dgnn sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Belle dégustation !

Benjamin
12 Juil 2015 16:20 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Eric B
  • Portrait de Eric B Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 18910
  • Remerciements reçus 4070
PS: moi c'est Florian!!!

J'aurais dû me contenter de Flo : je me serais point gourré :D

Eric
Mon blog
12 Juil 2015 16:26 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1276
  • Remerciements reçus 7

Réponse de thibsana1985 sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Très belle sélection et superbe CR Eric, comme d'habitude! Merci!!

Thibault

"Le vin Anglais, c'est un peu comme le rock Français..." (John Lennon)
12 Juil 2015 20:52 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3320
  • Remerciements reçus 315

Réponse de whogshrog43 sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Bonjour à tous,

superbe soirée effectivement comme LPV peut le permettre, magique de partager ce genre de moment surtout qu'on a eu droit à une série sans faute, les vins se buvaient très très bien Samedi.

Eric : tu es adopté :)-D

Nico

Amicalement.
Nico
___________________________
Longue vie aux mangeurs d'étoiles...
20* : les vins de rêve / De 19,5 à 18* : les vins exceptionnels / De 17,5 à 16*: les vins excellents / De 15,5 à 13,5* : les bons vins / De 13 à 11,5* : les vins corrects / 11* et moins : les vins médiocres *A mon goût à l'instant t
12 Juil 2015 21:07 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jérôme Pérez
  • Portrait de Jérôme Pérez
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 18544
  • Remerciements reçus 2548

Réponse de Jérôme Pérez sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

mince, je passe par chez vous cette semaine ! si j'avais su j'aurais anticipé.

ça devient une manie de boire des rouges en fin de repas ?

Jérôme Pérez
12 Juil 2015 21:49 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6201
  • Remerciements reçus 3902

Réponse de Frisette sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Non, pas franchement Jérôme. Disons qu'on sentait qu'on serait vite a court de munitions, qu'on venait d'enchainer 2 liquoreux et qu'un troisième ne nous attirait pas forcément (en depit de la qualité de ceux bu avant).

C'est clair, Jérôme, la prochaine fois que tu es dans le coin, contactes nous!

Flo (Florian) LPV Forez
12 Juil 2015 21:59 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2813
  • Remerciements reçus 588

Réponse de Cédric42120 sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Effectivement belle soirée (tu) avec de belles quilles :)-D et heureux d'avoir fait la connaissance de notre Eric national ...B)-
Oui, Jérôme (comme d'autres d'ailleurs) hésites pas à faire signe si tu passes dans le coin..:)

Merci pour ce magnifique CR, Eric (tu)

Cédric - LPV FOREZ
12 Juil 2015 23:06 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1563
  • Remerciements reçus 57

Réponse de crossbow sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

J'en connais déjà deux et ils sont hyper passionnés et sympa, par contre un des deux, a une sacrée thatche :D
13 Juil 2015 08:51 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 105
  • Remerciements reçus 13

Réponse de Ludovic Lacasse sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Bonjour,

très joli compte-rendu Eric, et bien illustré comme toujours, merci, cela a dû être un bien belle soirée en effet !

Ludovic
13 Juil 2015 15:19 #12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1354
  • Remerciements reçus 773
CR:

Une belle petite soirée chez notre hôte habituel, qui, une fois de plus, a mis les petits plats dans les grands.

Domaine Jacquesson - Avize 2000
[size=x-small]Dgt 1er trimestre 2009, dosage 3.5g/l[/size]

Robe dorée, nez sur le coing, style oxydatif pour un vin avec des bulles très fines.
Belle bouche amère, avec une belle longueur.
Un bon vin.

Gosset - Celebris 2002

Robe claire, nez toasté, brioché sur le pralin.
Touche de fraicheur apportée par des notes de pomme de verte.
La bulle est plus dense, plus agressive. Plus d'acidité également.
En bouche, une belle fraicheur, du tranchant mais moins de matière que l'Avize 2000.
Un vin très agréable et plus accessible que le précédent.

Domaine Kreydenweiss - Riesling GC Kastelberg 2008

Nez assez typique du riesling qui, même à l'aveugle laisse peu de doute sur le cépage.
De beaux agrumes au nez, fins et subtils.
Bouche très acide, très marquée, qui ne lasse pas car l'acidité laisse la place à de beaux amers pour fondre l'ensemble.
Un très beau vin.

Domaine Dagueneau - Silex 2008

Robe assez claire, nez sur le poivron vert, assez étrange.
Fraicheur verte en bouche, ou on retrouve ces notes de poivron.
Grosse matière, grosse longueur et énorme acidité.
On est limite dans le style y compris pour moi qui aime ces structures là...
Un vin qui tabasse dans son style, mais quelle matière!

Domaine de Cambes - 2006

Robe grenat, nez qui pinote avec une légère pointe d'alcool.
Bouche assez évoluée qui m'a emmenée en Bourgogne. Je pensais à un 1998.
Surpris de me retrouver à Bordeaux mais découverte intéressante pour un vin qui m'a paru fatigué.

Château Fonsalette 2005

Robe est grenat sombre, nez pur, sur les fruits (prune, orange sanguine) et même les fleurs blanches.
Bouche magnifique de longueur, attaque légèrement diluée mais le vin repart pour aller et durer dans des proportions remarquables.
Quelle longueur...
Les tanins sont soyeux mais puissants, grosse buvabilité pour un grand vin.
Je pensais à un Rhône Nord, la robe assez peu "Reynaud" m'a trompée...
J'ai adoré.

Château Lafaurie - Peyraguey 1975

Belle robe cuivre.
Et c'est tout...
Car pour moi le vin était bouchonné et je n'ai pu me défaire du liège tant au nez qu'en bouche.
Dommage.

Château Tirecul la Gravière 2008

Robe légèrement orangée, nez sur l'orange confite.
Beau sucre avec un bel équilibre.
Il se boit tout seul, c'est parfaitement ce que je recherche dans un sucre.
J'ai aimé la découverte.

Les comparses étaient chauds, certains dormaient (Eric, la chaise était confortable?) et d'autres n'avaient pas toute leur faculté de jugement en cave. J'ai donc été missionné pour aller chercher un petit after!

C'est toujours un plaisir de choisir dans ta cave Cédric ;) !

J'ai opté pour un vin que je connaissais bien, qui se goute toujours bien (ou presque...)

Domaine Thibault Liger-Belair - HCN "Le Clos du Prieuré" 2011

Robe grenat, nez légèrement toasté.
Belle infusion de fruits pour un vin très élégant.
On retrouve bien le style maison.
C'est bon, bien fait et cela passe sans aucun problème après les sucres précédents.
Car comme le dit Nico, "Si après un sucre comme ça tu goûtes un vin mal fait, tu prends direct Mr Tanin dans ta gueule!"

Encore de belles rencontres grâce à Lpv, et surtout encore une belle ambiance!
Merci à tous, surtout à toi, Cédric, et merci LPV!

Simon.
14 Juil 2015 14:30 #13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6201
  • Remerciements reçus 3902

Réponse de Frisette sur le sujet CR: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

CR: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Bon, à mon tour de m'y coller! Tout d'abord, merci à notre hôte Cédric, pour son accueil toujours aussi sympathique et convivial: toujours un plaisir de se rendre dans le pays roannais!!!:)-D
Ensuite, merci à Eric B pour l'initiative qu'il a prise en nous contactant: c'est ça la magie LPV: rendre possible le passage de rencontres virtuelles à un monde réel ma foi bien sympathique! Merci aux autres participants de cette soirée: Gaëlle (=Mme Cédric), Nico & Simon pour leurs apports liquides et solides toujours d'une grande qualité.

Quand Eric B nous a contacté, j'ai tout de suite été intéressé pour le rencontrer au cours d'une LPViade forézienne. Bien que n'ayant que peu échangé avec lui, ses livres concernant les vins du médoc et de Saint Emilion me faisaient de l'oeil depuis un moment. Alors, je me suis dis que se serait l'occasion parfaite de concilier dégustation - échange et mes 2 petits cadeaux avec ces livres. Seul hic, la soirée était prévue à une date ou je n'étais pas disponible...Mais après moults négociations avec Madame Frisette, j'ai pu finalement être un des heureux participants de cette superbe soirée en tout point qualitative, tant au niveau bachique que solide, ou amical.

Bref, assez palabré, passons aux choses sérieuses:

Champagne Grand Cru Avize, 2000, Jacquesson (dégorgement 1er trimestre 2009, dosage 3,5g/L)
1er effervescent. La robe est jaune d'or, avec un cordon de bulle complètement éparse. Elles paraissent fines. Un nez au style oxydatif, sur la pomme, la noix, le coing, le champignon. C'est complexe. En bouche, la bulle est très fine, quasi inexistante. L'arômatique est complexe, sur le marc de raisin, les fruits jaunes, bien équilibré et pas trop vineux. Une belle amertume est présente en finale, il sait rester encore vivace également. C'est plutôt une jolie bulle, assez complexe, avec une belle matière charnue, peu dosée (3,5 g/L), relativement ample. C'est pour moi un Très Bon à Excellent (16,5 / 20) champagne, bien fait, j'évoque un blanc de blancs (Boulard?), un millésime peut être un peu riche (2003?). Cependant, à mon goût, il manque un peu d'effervescence et de folie à ce vin, je lui préfère nettement la bouche, comparativement au nez.
Cette cuvée me réconcilie un peu avec Jacquesson, mais force est de reconnaître que globalement ce domaine me correspond finalement assez peu. Je reste néanmoins satisfait de sa prestation et surtout, de l'avoir goûté.

Champagne Célébris, 2002, Gosset (dosage 5g/L) Non dégusté à l'aveugle.
2ème effervescent. La robe est jaune d'or, le cordon de bulle est beaucoup plus ordonné, elles paraissent également d'une grande finesse. Au nez, on est sur le pralin de façon assez nette, avec un peu de réduction. Puis apparaissent des notes élégantes de pomme verte. En bouche, on retrouve une belle attaque, ce vin est porté par une belle et grande acidité et un faible dosage, qui le rend frais et désaltérant. Il possède une grande vivacité ainsi qu'une bulle très fine, plus impactante que le Jacquesson. Il est puissant, long, plus minéral et crayeux que le premier. L'assemblage est ici de 52% Chardonnay et 48% Pinot Noir. Moins enveloppant qu' Avize 2000, il est plus tendu et longiligne. Deux styles sont en train de s'opposer. D'un point de vue arômatique, on est clairement sur les fruits jaunes mûrs, un côté citronné et acidulé (pas de fermentation malolactique chez Gosset pour garder de la fraîcheur). C'est superbe, d'un grand équilibre, traçant, long et tendu, Exceptionnel (18 / 20) pour qui aime ce style. Celà tombe bien, j'adore Gosset.

Alsace Grand Cru Kastelberg (Riesling), 2008, Marc Kreydenweiss
1er vin tranquille. La robe paraît jeune, jaune claire. Le nez se présente réduit au départ puis terpénique, peut être un peu iodé. En bouche, on retrouve une belle acidité, des agrumes, de l'orange amère (un côté quinquina de schweppes), du citron vert...Le riesling s'impose. La colonne vertébrale est belle, on a un bel équilibre, avec un côté musculeux, tendu et une finale salivante, qui ressert les parotides. J'aime beaucoup ce vin, c'est pour moi Excellent (17 / 20), encore jeune mais promis à un bel et grand avenir. L'accord est satisfaisant avec le cabillaud en papillote. Il me semble retrouver les qualités et les caractéristiques du millésime 2008 en Alsace, certains évoquent le Clos Windsbulh de Zind Humbrecht, pourquoi pas, Simon parle du Schlossberg de Mann...Ce Grand Cru me plaît bien et je trouve l'idée bonne.

Pouilly Fumé Silex, 2008, Louis Benjamin Dagueneau
Second vin blanc. La robe est également jeune, jaune et claire. Le nez est également un peu réduit et aussi iodé, toutefois un peu charcutier, mais cette fois avec un bourgeon de cassis assez net. En bouche, on retrouve une grosse vivacité, une attaque acide encore plus marquée: ça déménage!!! La longueur est superlative, avec des fruits jaune, mais également du cassis, de la fraise des bois, des agrûmes (pamplemousse...)...un tranchant et une minéralité hors norme: une lame d'acier dans un silex! Je pars rapidement sur Sauvignon de Loire, au départ je pensais à un Sancerre et le fait d'évoquer le silex (arôme) autour de la table, nous fait prendre conscience qu'il s'agit peut être de Silex (la cuvée): pas manqué! Au total, c'est une vin que j'ai trouvé Très Bon à Excellent, (16,5 / 20), j'ai vraiment eu du mal à le départager du Rieling précédent. Peut être que l'arômatique un poil plus extravertie de l'alsacien à joué en sa faveur. Quoi qu'il en soit, il s'agit d'une très belle quille, tendue, cristalline, épuré, avec une belle fraîcheur, avec quelques citations pour illustrer mon propos:
-"ça c'est martinet" Nico
-"1 vin bandage" Simon
-"Je trouve ça merveilleusement SM" Nico...

Bordeaux, 2006, Domaine de Cambes
1er vin rouge. La robe est grenat foncé, reflets rubis. Au nez, on a du cassis, des fruits rouges, un léger vanillé. C'est pur, un peu sanguin. On retrouve une bouche fluide, avec un léger fumé, des fruits noirs et du cassis, avec également un côté un peu terreux. La longueur est moyenne, avec un corps peut être un poil dilué. Celà reste sympa, avec un très beau nez mais une bouche un peu courte, qui nous fait rester sur un terroir "modeste". Il me semble retrouver une rive droite, en 2006, j'évoque le domaine de l'A, en côtes de castillon. Celà est tout de même Bon à Très Bon (15,5 / 20).

Côtes du Rhône, 2005, Château de Fonsalette
Second vin rouge. Cette robe est grenat foncée. On retrouve un plein nez de syrah, fruité et poivré à souhait. Plus précisemment, on retrouve des fruits rouges , des agrûmes, de l'orange sanguine, de la garrigue, du thym...J'évoque rapidement Reynaud. En bouche, on retrouve une attaque très vive, noble, avec une belle amertume. L'arômatique retrouve du poivre, des fruits rouges, une touche réglissée, une longueur phénoménale, mais également une grande fraîcheur pour le millésime (que l'on découvre après la levée de la chaussette) ...Et même si la robe est beaucoup plus foncée que d'ordinaire, je reste sur mon idée de Reynaud, en évoquant Fonsalette Syrah pour ce vin, que je trouve Exceptionnel à Grandiose (18,5 / 20). On a un nez fantastique, légèrement plus en place que la bouche, raison pour laquelle la note n'est pas encore plus haute. Superbe, merci Nico (tu)

Sauternes, 1975, Château Lafaurie Peyraguey, 1er Grand Cru Classé
d'emblée, on retrouve une belle robe dorée miellée...le nez est par contre clairement déviant, vraisemblablement bouchonné. C'est réellement dommage car en bouche on a une impression de bel équilibre, de sucre très bien ingéré, de fraîcheur, avec une pureté de fruits: fruits jaunes, coing, miel...La liqueur est belle. Cette bouche fait jeune (je serais parti sur un Sauternes de la décennie 90), mais le nez déviant m'empêche de prendre du plaisir et de noter cette bouteille. Non noté

Monbazillac, 2008, Château Tirecul La Gravière
second liquoreux: La robe est jaune ambrée, caramel. Au nez, une explosion d'arômes: les fruits du verger, de l'abricot, des notes exotiques, du safran (beaucoup), Nico y trouve du bonbon à la réglisse...On retrouve une bouche à l'image du nez: très belle. La liqueur est très bien intégrée, c'est frais et exotique. On retrouve des notes exotiques, de la mangue, des fruits confits, du caramel, de l'écorce d'orange...C'est jeune et complexe. Au total, on a en face de nous un vin facile, avec une belle longueur, une belle acidité. C'est élégant, fin, digeste: une véritable bombe, j'ai adoré cet Exceptionnel (18 / 20) vin. Il me semble reconnaitre le Sémillon, et connaissant l'apporteur de cette bouteille, il ne fait peu de doute quand au fait que se soit un Monbazillac du Château Tirecul La Gravière...

Hautes Côtes de Nuits, Le Clos du Prieuré, 2011, Thibault Liger Belair
En guise d'after, nous avons droit généreusement à un vin subsidiaire, dont la robe s'avère être rouge grenat. Le nez est frais, sur la cerise, la griotte, avec un côté un peu nature. la bouche est fine, fluide, fondue. L'ensemble, peu corpulent, est élégant sur la cerise, avec un tout petit peu de végétal qui lui confère noblesse et fraîcheur. Au total, c'est un Bon vin (15 / 20), fin, un peu fluide, peu complexe mais plaisant. A son grand désavantage, je pense qu'il a malgré tout souffert d'un effet séquence, c'est la raison pour laquelle je ne le note pas mieux. Force est de reconnaître qu'il s'en est sorti admirablement malgré son ordre de passage, et ceci me donne réellement envie de connaître l'ensemble de la production de ce domaine.

Au final, la soirée a été superbe, les vins se sont extrêmement bien goûté, nous avons encore mangé comme des rois, et passé un vrai bon moment d'amitié et de camaraderie. Inutile de vous dire que j'attend la suivante avec impatience!!!

A + les amis et à très vite.

Merci de m'avoir lu.

Flo (Florian) LPV Forez
15 Juil 2015 15:54 #14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3601
  • Remerciements reçus 158

Réponse de lbb.contact sur le sujet LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

!ha LPV et ses rencontres !
Superbe (tu)

Benoît L. - LPV Lyon 2 : Les Avinturiers
15 Juil 2015 21:33 #15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2813
  • Remerciements reçus 588

Réponse de Cédric42120 sur le sujet CR: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

En tant que régional de l'étape, j'avais le plaisir d'accueillir Eric de passage dans notre belle campagne.
Après un repas chaleureux chez l'ami Raymond le mercredi (merci Raymond !), nous nous retrouvions le vendredi midi pour partager une belle table suivie d'une visite forte sympathique au domaine Serol.
Puis le soir, tel un bouquet final nous retrouvions la joyeuse bande du forez ( malgré un absent de taille ;)) pour une série de bouteille d'un très beau niveau..:)-D

CR:

JACQUESSON Avize 2000

Nez expressif sur les fruits blancs flirtant avec les fruits secs. Une aromatique marquée par une évolution sur le coing, le pralin ... sensation vineuse..
L'attaque en bouche est ample. Bulles fines diffuses, matière riche marquée par l'évolution, c'est long et doté d'une belle persistance. Aromatique mure sur les fruits blancs ( principalement pomme penchant sur la tarte tatin). Sensation crayeuse, finale sur les amers (écorce d'agrume)
Beau Champagne, pour moi plus de gastronomie que d'apéritif...

Très Bien

GOSSET Celebris 2002

Après une légère réduction, le nez s'exprime sur de beaux fruits blancs à dominance de pomme... notes d'agrumes (citron, pamplemousse). C'est vif, frais, précis.
Bouche vive, longiligne, structurée, dotée d'une belle énergie traçante. Bulles fines. On retrouve ces même fruits frais. Vin tendu à l'acidité perçante et soulignée par une sensation crayeuse. Belle persistance tirée par de beaux amers citronnés en final. Encore de belles années à venir, c'est tout jeune ;)

Très Bien/Excellent

RIESLING Kreydenweiss GC Kastelberg 2008

Nez ne reniant pas ses origines: notes terpéniques, fruits blancs, citron vert, agrume.. C'est expressif, séduisant, précis.
Bouche généreuse et fruitée, mure, parfaitement contrebalancée par une acidité enrobée étirant cette matière sur une longueur magistrale. Une sensation de plénitude totale sans aucun creux !! Finale salivante mêlant amer et salinité.

Très Bien/Excellent

DAGUENEAU Pouilly Fumé SILEX 2008

Nez légèrement poissonneux (marée, embrun marin) mais cette réduction s'estompera petit à petit laissant place aux fruits blancs et agrumes, mais aussi aux petits fruits rouges...des notes végétales..
Belle matière en bouche, accessible et dotée d'une belle puissance portée par un couple acido-amer sur une longueur magistrale. C'est pur, légèrement cristallin. On sent une trame minérale qui se finalise sur un côté " racé " alliant salinité relative/ pétard/ pierre frottée.. et sincèrement à l'aveugle on imagine un silex pour décrire cette sensation. Ma foi, il porte bien son nom..:)

Très Bien/Excellent

Domaine de Cambes 2006 - Bordeaux-

Nez séduisant, mur sur les fruits rouges et à noyaux, de légères épices, un léger grillé...des notes mentholées
Bouche ronde aux tannins bien fondus. C'est fruitée doucement épicé, accessible... Acidité présente, longueur moyenne... Belle persistance aromatique.

Bien/Très Bien

Fonsalette 2005

Nez complexe, profond, sanguin,sur les fruits murs (cerise noire, fraise écrasée, myrtille/cassis), les épices, un fond floral..
Bouche mure, fruitée, élancée ... C'est long et dotée d'une belle fraicheur (agrumes sanguins) On retrouve les épices, le zan...L'alcool est présent avec cette étrange impression qu'il porte le vin et en devient totalement digeste. Une très belle bouteille !

Très Bien/Excellent

Sauternes, 1975, Château Lafaurie Peyraguey

Au nez, un léger liège qui s'estompera et s'orientera à mon sens sur un côté champignonneux. Des notes de fruits confits, fruits secs, de miel mais l'ensemble reste discret.
Bouche onctueuse, sucres fondus.. Pas de liège en bouche pour moi. Mais un petit truc pas net qui bloque l'aromatique et bride un tracé qui semblait pouvoir s'allonger. Dommage, car on a vraiment pas le sentiment que ce vin fasse 40 ans ...Certains vieillissent mieux que leur bouteille, hein ? B)-

Château Tirecul la Gravière 2008

Nez profond, plus vivant que le précédent, sur un fond confit (fruits blancs, abricots secs), le zest d'orange.. ensemble dégageant une belle fraicheur.
Bouche ample, doucement grasse. Sucres imposants, fondus, non chaleureux. Liqueur ample, longue... et contrebalancée par une juste acidité. Imposant mais pas fatiguant !!

Très Bien

Hautes-Côtes de Nuits "Le Clos du Prieuré" 2011 de Thibault Ligier-Belair.

Nez fin, séduisant sur la cerise/le pruneau, des notes végétales..
Bouche légère, fine (à relativiser cependant vu l'ordre de passage) sur une déclinaison de cerise. Je retrouve ce trait vert, notes métalliques. Une petite douceur, pas désagréable.. et finalement réparatrice pour le palais bien fatigué par cette belle série..

Bien +

Merci à tous pour ce bon moment,
Merci de m'avoir lu..
et... Bonnes vacances !!!

Cédric - LPV FOREZ
16 Juil 2015 15:36 #16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6201
  • Remerciements reçus 3902

Réponse de Frisette sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

1 CR de plus et on serait à 100% de Compte-Rendus sur cette session...Hein Nico! ;)

Flo (Florian) LPV Forez
16 Juil 2015 22:27 #17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3320
  • Remerciements reçus 315

Réponse de whogshrog43 sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Héhé....si vous aviez le nombre de CR en retard que j'ai...

Allez peut-être ce WE ;)

Amicalement.
Nico
___________________________
Longue vie aux mangeurs d'étoiles...
20* : les vins de rêve / De 19,5 à 18* : les vins exceptionnels / De 17,5 à 16*: les vins excellents / De 15,5 à 13,5* : les bons vins / De 13 à 11,5* : les vins corrects / 11* et moins : les vins médiocres *A mon goût à l'instant t
17 Juil 2015 06:10 #18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 966
  • Remerciements reçus 37

Réponse de a spurs fan sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

superbe dégustations et CR !

Le DAGUENEAU Pouilly Fumé SILEX 2008 est encore à attendre selon vous ?

Frédéric
17 Juil 2015 22:11 #19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Eric B
  • Portrait de Eric B Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 18910
  • Remerciements reçus 4070
Ca dépend des goûts, je dirais.

Si tu as un profil Aquablue/Eric L, tu seras dans le bonheur total (tu)

Mais si tu es plus proche d'un Rachid B. ou d'un Denis T, et apprécies les vins poussés à leur optimum, on est encore loin du compte. C'est encore un bébé dans ses langes.

Perso, je suis plutôt de la deuxième école sans aller jusqu'à l'audouzisme, et même si je l'apprécie tel qu'il est aujourd'hui, je suis certain qu'il sera meilleur dans une dizaine d'années.

Eric
Mon blog
17 Juil 2015 22:20 #20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3320
  • Remerciements reçus 315

Réponse de whogshrog43 sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Pour Silex franchement, un peu plus d'air (je l'ai juste épaulé 2H, faut dire il pétait l'ananas à l'ouverture) pour lui faire gagner en aromatique (complexité et précision qui manquait un peu sur le premier verre) mais pour moi ce sont des vins de "bouche" et là il faut dire la bouche était (pour moi) magistrale,donc.... Attention quand même çà envoie du lourd niveau acidité / puissance / austérité "minérale" mais c'est Silex et perso c'est pour çà que j'aime.

Amicalement.
Nico
___________________________
Longue vie aux mangeurs d'étoiles...
20* : les vins de rêve / De 19,5 à 18* : les vins exceptionnels / De 17,5 à 16*: les vins excellents / De 15,5 à 13,5* : les bons vins / De 13 à 11,5* : les vins corrects / 11* et moins : les vins médiocres *A mon goût à l'instant t
17 Juil 2015 22:55 #21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Eric B
  • Portrait de Eric B Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 18910
  • Remerciements reçus 4070
Mes plus grosses claques en blanc sec étaient avec des vins de 15-20 ans, voire un peu plus. On rentre dans une toute autre dimension, je trouve. Mais c'est une question de goût.

Eric
Mon blog
17 Juil 2015 23:08 #22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2542
  • Remerciements reçus 214

Réponse de hannibal sur le sujet LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

D'accord avec Eric, je dirais 10/20 pour les blancs (de garde) et 15/30 pour les rouges (moyenne, bien sûr)
18 Juil 2015 01:04 #23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2813
  • Remerciements reçus 588

Réponse de Cédric42120 sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Je l'ai bien aimé comme cela ce silex mais je le regouterais avec plaisir dans quelques années...;)
il est vrai que l'aération dans le verre lui a été vraiment bénéfique...

Cédric - LPV FOREZ
18 Juil 2015 10:13 #24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2813
  • Remerciements reçus 588

Réponse de Cédric42120 sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Pour reprendre Nico, les mots "austérité minérale" sont bien choisis (tu)
On peut craindre, je le conçois... mais on peut aimer, un peu comme cette petite touche fourrure/animal dans le rouge.. ce genre de sensation pour laquelle, j'emploie souvent le mot "racé" à défaut d'une autre formulation.

Cédric - LPV FOREZ
18 Juil 2015 10:27 #25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6201
  • Remerciements reçus 3902

Réponse de Frisette sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Cédric42120 écrivait:
> Je l'ai bien aimé comme cela ce silex mais je le
> regouterais avec plaisir dans quelques
> années...;)
> il est vrai que l'aération dans le verre lui a été
> vraiment bénéfique...

Idem que Cedric. Une chose qui me semble vrai egalement est que quelques annees de cave avant ouverture est un imperatif a ce vin, au vue de sa structure.
Mais des vins comme ca, je veux bien en boire chaque week end, et suivre la cuvée dans le temps!

Flo (Florian) LPV Forez
18 Juil 2015 13:53 #26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Eric B
  • Portrait de Eric B Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 18910
  • Remerciements reçus 4070
Avec trois caisses de 12, on doit pouvoir le voir évoluer en ouvrant une bouteille de temps en temps (:D

[size=small]Faut juste un budget conséquent au départ[/size] ::o

Eric
Mon blog
18 Juil 2015 14:03 #27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 966
  • Remerciements reçus 37

Réponse de a spurs fan sur le sujet Re: LPV Forez existe vraiment. Je les ai rencontrés !

Merci Eric et à tous pour les tuyaux

Je vais attendre un peu mon unique bouteille....

3 caisses de 12 c'est effectivement un certain budget !
Ou un budget certain;)

Frédéric
18 Juil 2015 21:59 #28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck