Nous avons 1116 invités et 70 inscrits en ligne

CR: Petit séjour au bureau des légendes du Rhône (presque) nord !

  • Messages : 2780
  • Remerciements reçus 837

tonioaja a créé le sujet : CR: Petit séjour au bureau des légendes du Rhône (presque) nord !

CR: Petit séjour au bureau des légendes du Rhône (presque) nord !

Mes excuses par avance pour le manque de matière niveau photo.Il est assez difficile je l'avoue d'avoir un niveau et une rigueur digne du pingouin National ...
Si vous voulez dormir, essayez d'aller jusqu'en bas ! :DD

Après quelques difficultés à planifier et à organiser cette escapade, je dois dire que tout s’est plutôt bien imbriqué !
Nous découpons le séjour en deux journées plutôt chargées. Le padrino nous rejoignant le lundi soir.

Nous sommes reçus le matin par Jean Luc Jamet, qui a récemment débuté son activité seul, après la séparation avec son frère Jean Paul.



Nous rejoignons Jean-Luc dans les vignes du coteau situé juste au dessus de la maison pour lui signaler notre arrivée. Toutes les bouteilles sont ouvertes sur le moment.
Petite présentation tout de même car c’est la première fois que nous nous voyons.

CR: Domaine Jean Luc Jamet – Vin de Pays Rosé de syrah 2016
Un joli rosé de gastronomie, assez clair mais bien vineux, salivant et frais.
14€

CR: Domaine Jean Luc Jamet – Côtes du Rhône Blanc Couzou 2017
60% Marsanne + 20% Roussanne + 20% Viognier
Nez bien ouvert, très floral, fruits blancs, pas trop exubérant, bien droit.
En bouche, la matière est bien équilibrée par une acidité parfaitement dosée, mais la mise est récente et l’ensemble manque d’expression et de précision. La finale est ronde sur les fruits blancs.
16€

Jean Luc Jamet nous propose de comparer avec un millésime différent. Nous acceptons avec grand plaisir !

CR: Domaine Jean Luc Jamet – Côtes du Rhône Blanc Couzou 2016
Le nez passe un cran en terme d’intensité.le vin à eu du repos en bouteille est l’effet millésime doit aussi jouer. Des notes toujours tournées vers les fruits blancs juteux avec une pointe légèrement herbacées. La bouche est pulpeuse avec des Tannins légers et une finale sur la pêche blanche.
Joli mais à mon avis le potentiel est très beau car c’est tout jeune.
16€

Jean Luc ouvre un ultime Blanc, sur son élan de générosité, ça fait très plaisir !

CR: Domaine Jean Luc Jamet – Côtes du Rhône Blanc Couzou 2014
Nez beaucoup plus herbacé, plus frais et droit.
La bouche est plus rectiligne, l’acidité plus marquée mais pas déséquilibrée, la bouche est traçante, et la finale est un poil chaleureuse mais ça glisse bien quand même.
Très joli.


CR: Domaine Jean Luc Jamet - IGP Colline Rhodaniennes Pinot Noir "Schites" 2017
Élevage en barriques, en partie neuves.
Nous étions impatients de goûter ce pinot Rhône Nord et bien je dois dire que nous n’avons pas été déçus !
La robe est typique pinot Noir, plus claire que la plupart des vins locaux.
Le nez est très délicat, très parfumé, de la framboise, cerise fraîche et un soupçon de végétal hyper léger. Ma température est un peu fraîche et le vin s’exprime avec une température à la hausse et un peu d’aération.
La bouche est juteuse, la matière est entre deux, et les Tannins déjà polis, même si la finale est encore légèrement accrocheuse. L’élevage est très bien maîtrisé. Dans un an, c’est un concurrent évident aux bourguignons.
Pour 14€, un pinot surprenant, et super gourmand sans renier la matière.


CR: Domaine Jean Luc Jamet - IGP Collines Rhodaniennes " Valine" 2017
1 quart de grappes entières.
Nez réducteur à l’ouverture, puis cela s’estompe avec une belle aération.
Une syrah légère, digeste et fluide, qui dévoilé des Tannins poudrés, une trame finement végétale et une finale juteuse, mettant l’élevage encore un poil perceptible.
Bien.
14€

CR: Domaine Jean Luc Jamet – Côtes du Rhône Rouge 2017
Élevage 100% bois neuf pendant 12 mois.
Joli nez bien ouvert, les fruits noirs et un cote épices bien en avant, léger élevage en fond, poivré et sanguin
En bouche, la matière est belle, et l’ensemble déjà harmonieux et fondu, on retrouve cette très belle tension qui caractérise selon moi les vins de Jean Luc Jamet. Dans quelques mois, ça va donner.


CR: Domaine Jean Luc Jamet – Côte Rôtie 2016

La robe est plus sombre que le côtes du Rhône. Le nez est vraiment superbe, d’une grande pureté de fruit, c’est splendide. On fermé les yeux et l’on perçoit de la violette, de la myrtille, des notes de confiture de fruits noirs et d’épices, on y reste un long moment.
La bouche est exactement dans la continuité du nez, la matière est plus longue que large et les Tannins déjà très très fins, rappelant les rares grands Bourgogne que j'ai pu gouter, mais avec cette touche sudiste que j’adore. La finale est légèrement sur l’élevage et la longueur est vraiment importante.
72€

Voulant nous faire comparer les millésimes, Jean Luc Jamet nous ouvre comme ultime bouteille une Côte Rôtie 2015.

CR: Domaine Jean Luc Jamet – Côte Rôtie 2015

La robe est plus sombre. Le nez est également plus noir, giboyeux et plus épicé, traduisant le côté solaire de l’année. En bouche, la trame est plus riche, les Tannins plus capiteux et l’élevage plus sensible. Un millésime de grande garde et de potentiel conséquent, mais donnant un plaisir plus modéré que 2016. 2015 aurait sûrement profité d’une aération conséquente.

Je dois dire que j’attendais probablement une trame commune entre les vins des deux frères Jamet Et bien au final, je trouve que la différence est bien marquée et que Jean Luc a su trouver sa voie. Les vins sont effilés, la fraîcheur et de mise et les élevages se montrent très bien dosés car la plupart des vins dégustés se sont montrés bien ouverts d’entrée de jeu et très fins.
Un grand merci a Jean Luc Jamet pour son accueil en toute simplicité.

Aucun commentaire négatif sur sa séparation avec son frère. C’est selon lui un nouveau challenge et même si l’on perçoit une certaine nostalgie, nous ne pouvons que l’encourager a poursuivre dans cette voie, pour produire des vins qui lui sont désormais propres.



Nous arrivons légèrement en retard au domaine Gangloff mais ce n’est pas un problème car Yves et sa fille Elsa sont affairés au bureau pour une partie administrative intense qui doit encore durer quelques semaines.

Yves Gangloff nous indique que les vins sont totalement épuisés et que les nouveaux millésimes ne sont pas disponibles a la dégustation, ce qui est compréhensible.
Il nous invite cependant a déguster les rouges 2017 et blancs 2018 sur fûts.



2017 à été difficile et les blancs ont perdu 30% de volumes. Sur 2018 cependant, belle récolte.

CR: Domaine Gangloff Condrieu Parcelle Vernon, Côteaux de chery, en barrique.
Nez très exubérant, floral, du gras en bouche et une finale légèrement amère.

CR: Domaine Gangloff - Condrieu Parcelle La Bonnette 2018, récolte 3 jours plus tardive que Vernon.
Beaucoup moins floral et plus herbacé que le vin précédent. Moins exubérant et plus tendu en bouche, plus frais.



Nous goutons ensuite un lot de CR: Domaine Gangloff - Condrieu 2018 élevé en amphore.
Yves Gangloff tente plusieurs essais sur ce type d’élevage pour voir si les vins s’en trouvent plus frais et tendus.
Une bouche beaucoup plus saline sur l’ensemble et un gras plus équilibré, même si à ce stade c’est moins exubérant que les précédent niveau aromatique.



CR: Domaine Gangloff – Saint Joseph Rouge 2017
Sommet de Côteaux granitiques, peu filtrants.
Nez super gourmand et aimable, petits fruits noirs, juteux, léger animal.
La bouche est assez riche, comme souvent sur le Saint Jo. Lez Tannins demandent encore à se fondre mais mais le cœur est frais et bien salivant.


CR: Domaine Gangloff – Parcelle Barbarine – Le Combard 2017
100% Syrah
Trame fraîche, matière plus fine que le Saint Joseph, le végétal est encore marqué à ce stade mais les Tannins sont soyeux.


CR: Domaine Gangloff – Parcelle Tupin 2017
5% viognier
Nez super parfumé, expressif et juteux. La bouche est aussi un poil sur le végétal et le vin finit dans une très grande longueur enrobé d’une fine amertume.


CR: Domaine Gangloff - Vieilles Vignes sur granit – Parcelle Mollard 2017
Un vin plus minéral, tant sur le nez que sur la bouche, tout en tension, longueur imposante. Potentiel énorme.


CR: Domaine Gangloff – Côte Rozier 2017
Déjà super expressif, très parfumé, Tannins hyper fins, et fondus, très beau !


Nous discutions avec Yves Gangloff d’un sujet qui fait débat sur LPV en ce moment, la hausse récente des cuvées parcellaires Chez les vignerons de Côte Rôtie.
Selon lui, la clé de voûte de ses vins est l’assemblage. Et quand on lui parle de la côte Rozier sortie en cuvée propre, il nous explique que 2015 est un millésime à fort potentiel et que même avec la séparation partielle de cette parcelle, la qualité de la Sereine Noire n’a pas été impactée.

D’autant qu’il n’a séparé qu' une partie de Rozier, en laissant quelques barriques dans l’assemblage final de la Sereine.



L'original de l'étiquette de Côte Rozier 2015



La nouvelle étiquette de Serine Noire. Yves Gangloff voulait quelque chose de plus coloré, c'est réussi !

Une dégustation bien sympathique en compagnie de Yves Gangloff qui donne vraiment l'image d’une vigneron humble et discret. Il déplore l’explosion des prix du foncier sur la côte et compare avec ses débuts avec Mathilde où ils avaient pu démarrer le métier avec un crédit et l’achat de plusieurs parcelles sans trop de soucis.
Nous avons brièvement aperçu sa fille Elsa qui travaille également au domaine et qui gère la partie commerciale.


François Dumas et Jean Claude Marsanne n’étant pas disponibles ce jour, nous décidons d'appeler un autre domaine bien connu de LPV pour savoir si nous pouvons passer en début d’après midi, la réponse est oui !



Nous prenons donc la route après un petit en cas direction le domaine du Monteillet, chez Stéphane Montez.
Les nouveaux locaux sont superbes, la vue est magnifique.



Nous sommes accueillis par une jeune femme très agréable et passionnée, très pro.

CR: Domaine du Monteillet – Saint Joseph Blanc 2017
Un blanc bien équilibré, pas trop gras et avec de la fraicheur. Finale salivante bien agreable.


CR: Domaine du Monteillet – Condrieu Les Grandes Chaillées 2017
Un bien joli Condrieu, avec le gras typique du cépage mais sans lourdeur, typé peche blanche et bonbon Arlequin. Le cœur est juteux et pas écoeurant. Très joli.


CR: Domaine du Monteillet – Condrieu Chanson 2016
C’est tout de suite plus opulent et plus riche que le précédent. Pourtant l’effet millésime jouerait plutôt en faveur de 2016…
L’élevage est encore marqué à ce stade et il faut lui laisser du temps car le potentiel est là.


CR: Domaine du Monteillet – Rosé 100% Syrah – La Vigne en Rose 2017
Un rose bien agréable, vineux et salivant, dans un style assez proche de celui de Jean Luc Jamet.


CR: Domaine du Monteillet – Les Hauts du Monteillet – Syrah 2016
Facile à boire, bouche légère et Tannins légèrement poudrés, et fine amertume en finale. Sympa dès maintenant.


CR: Domaine du Monteillet – La Syrah à Papa 2016
Selon moi, une version plus délicate et à l’équilibre plus soyeux que le vin précédent.
Bien +
J’en ai pris pour cet été !


CR: Domaine du Monteillet – Saint Joseph Rouge 2017
Un joli Saint Jo, plutôt sur la finesse, des tannins poudrés. c’est un poil sur l’élevage en finale mais l’ensemble est cohérent et se laisse boire avec plaisir.
Bien


CR: Domaine du Monteillet – Saint Joseph Rouge – La Cuvée du papy 2016
On prend le vin précédent, et on patine les Tannins, avec une matière plus charnue et un potentiel de garde plus important. Aromatique est déjà aboutie, violette et notes légèrement animales, l’élevage est un poil sensible mais compare au 2014 bu récemment ça n’a rien a voir.
Très joli.



CR: Domaine du Monteillet – Côte Rôtie Fortis 2016

Je n’avais jamais goûte cette cuvée ni les autres hauts de gamme de chez Montez, achetant quelques bouteilles en fonction des fonds.
Et bien jolie découverte, la matière à du fond, de la fraicheur et tout et déjà bien fondu. Une très jolie cote rôtie.


CR: Domaine du Monteillet – Côte Rôtie -Bons Arrêts 2016
Un vrai coup de cœur sur ce vin.
On prend Fortis et on affine tout. Aromatique est déjà une petite bombe, de la dentelle en bouche, un juteux ultra fin. C’est superbe.


CR: Domaine du Monteillet – Côte Rôtie – Les Grandes places 2015
C’est difficile de passer après Bon arrêts 2016 …
Les Grandes Places n’est pas encore …. En place ! C’est austère, manquant clairement de gourmandise, l’élevage ressort beaucoup, et même si les Tannins sont très fins, ma grosse mâche n’est pas encore équilibrée, signe qu’il est urgent d’attendre.


Au final, de vins d’un très bon niveau d’ensemble, Avec un très bel accueil de la part de la jeune femme qui nous a reçu.

Mention spéciale pour Fortis 2016 et Bon Arrêts 2016 qui transcrivent un millésime de grande qualité et un côté bien accessible dès maintenant.
Le timing est précis et le battement assez court.
Nous remercions notre hôtesse pour son temps et prenons la route direction Mauves.

Notre le padrino arrive sur le fil, au poil de c** !

Nous sommes accueillis par Pierre Gonon que j avais déjà croisé mais jamais vraiment rencontré.
Il décide de débuter la visite car un groupe de caviste tarde un peu à arriver.



Nous descendons dans cette cave mystérieuse et intemporelle qui rend le temps si court …
Le millésime 2017 aura été compliqué pour pas mal de monde. Pour la plupart les vins sont d’un niveau qualitatif corrects, mais ce sont les faibles volumes qui peinent le plus Pierre Gonon car les restrictions sont de mise avec plus de 30% de perte.

Le printemps 2017 à été pourri jusque début juin. Puis sec et chaud à partir du mois d’août où il a tombé 50 mm de pluie.



CR: Domaine Gonon – Les oliviers 2018.
Très jolis parfums, petits fruits noirs juteux, la bouche est riche, dense, Lee Tannins accrochent forcément encore et la finale est sur les herbes et le laurier.


CR: Domaine Gonon – Saint Jean de Muzols 2018
Le nez est plus sombre, plus ferme.
La bouche est déjà patinée, l’élevage est moins présent et plus intégré que le vin précédent à ce stade, et les Tannins déjà finement poudrés sont avenants.


CR: Domaine Gonon – Tournon 2018
Un échantillon plus musclé, tout en matière, mais on retrouve cette patte maison qui traduit une grande délicatesse aromatique et un boisé discret.
Nous passons aux échantillons en bouteille. Pour la quasi-totalité des vins, les bouteilles ont été ouvertes le matin pour une dégustation vers 19h le soir.


CR: Domaine Gonon – VDP Les îles Feray Rouge 2017
A peine mis en bouteille et déjà hyper causant au niveau du nez, c’est gourmand, juteux, très délicat…
La bouche ne déçoit pas, il y a de la mâche, aromatique sudiste, olive noire, Tannins sur l’olive, c’est fin.


CR: Domaine Gonon – Saint Joseph Rouge 2017
Dans l’ensemble, on a les codes du vin de pays avec plus de densité et une aromatique sur le jus de viande, l’olive noire, et une superbe finale saline très agréable. C’est forcément très bien.


CR: Domaine Gonon – Saint Joseph Rouge 2016
Nez sur la réduction, l’impression d’une phase plus austère, fermeture ?
C’est moins intense aromatiquement mais la bouche ne cache pas sa rondeur de Tannins. A attendre que le vin se réveille.

On repart sur les blancs sur fûts.

CR: Domaine Gonon – Chasselas 2018
Légèrement beurré, juteux, facile à boire, finale pêche fraîche, grain poudré.
Bien

CR: Domaine Gonon – Saint Joseph Blanc 2018
Bien ouvert au nez, poire, abricot, floral. Du gras en bouche mais très frais, finale sur Lalande amère étirée. Très joli.

CR: Domaine Gonon – Saint Joseph Blanc 2016 en bouteille
Plus fermé sur le nez, plus végétal aussi, herbacé, foin. La bouche est saline, bien droite, potentiel ++

Nous prenons le chemin du retour, non sans cette petite tristesse de quitter ce lieu si particulier et notre hôte pendant près de 3h, Pierre Gonon. Une pédagogie hors pair, une humilité commune entre les deux frère et un plaisir simple de partager un bon moment entre des vignerons talentueux et des amateurs les yeux et oreilles grands ouverts nous font dire un grand merci pour cette soirée.
Il ne fait aucun doute que les vins des frères Gonon sont à notre avis à part dans tout ce que nous avons pu gouter de part l’élégance et le raffinement qui caractérisent leurs vins. Il est très souvent, dans aromatique du nez, des senteurs d’une grande délicatesse qui rappellent pourquoi la Syrah reste une expérience à part quand elle est travaillée par des grands vignerons.

La journée se termine et nous rentrons chez les tatas pour se reposer un peu, sans oublier quelques bouteilles, comme on a (presque) craché toute la journée...


CR: Château Lafaurie Peyraguey Sauternes 1999 en demi bouteille

Debouché le matin pour le soir.
Nez très expressif et très fin, écorce d’orange confite, beau botrytis, abricot sec. La bouche est au diapason, le sucre commence à être adouci et la fraicheur de l’ensemble rend le vin très aérien, avec le retour de abricot et des touches épicées. Sûrement le format demi bouteille.
Très beau avec un fois gras maison …

On continue avec une belle trilogie pour l'agneau rôti, purée maison et flageolets.



CR: Château Rayas – La Pialade 2012
Debouché le matin pour le soir, il aurait mérité davantage, comme conseillé par le maître.
Nez très fin, baroque à souhait, Orange sanguine, fraise des bois, encens, bois de santal.
La bouche est très pure, fine et aérienne, très juteuse, Orange fraîche, petits fruits rouges et cette touche orientale d’encens sur des Tannins très fins.
Une bien jolie quille surtout sur l’agneau rôti fabuleux. Mais la prochaine fois, on ouvre 24h à l’avance …






CR: Mas des Chimères - Terrasses du Larzac Rouge - Nuit Grave 2015
Oubli de prise de notes ...
Débouché 12h à l'avance.
Le nez est typique de la cuvée. Balsamique, fruits noirs, épicé, graphite. Jadore.
La bouche paraît un poil plus brouillon, la matière est la, la fraîcheur aussi mais ça déroulé moins bien comparé à la Pialade et à l'Italien... phase de fermeture à n'en pas douter car jamais de déception sur le domaine.



CR: Le Clos Marie - Pic saint Loup - Simon 2014
Après plusieurs déconvenues, enfin une bouteille qui se tient !
Le nez est frais, sanguin, pointe animale mais au top, notes de thym, tendances Barral "propre". La bouche est très arrondie, les Tannins sont onctueux et malgré la matière bien présente, l'équilibre est très beau, digeste et salivant. Une très belle bouteille qui passe aussi bien au repas qu'à l'apéro.
Tellement dommage que cette variabilité sur les bouteilles ...



CR: Comm. G.B. Burlotto, Pelaverga di Verduno, 2017
Peu de notes également . ... un rouge assez léger, bien gourmand, c'est déjà flatteur et avec de la fraicheur. Moins complexe que la Pialade mais une vraie identité quand même. J'aime de plus en plus les italien(nne)s, merci padrino !




Nouvelle journée très intense le mardi.

Direction le domaine Jamet pour récupérer la commande annuelle et faire un petit tour sur les nouveaux millésimes en bouteilles.
Nous sommes accueillis par Corinne Jamet, comme l’année dernière, toujours souriante.

CR: Domaine Jamet - Côtes du Rhône Blanc 2017

Un joli Blanc, frais et digeste, pas lourd, belle salinité en finale.
Bien +


CR: Domaine Jamet – Condrieu Vernillon 2017
Un style beaucoup plus opulent que le Côtes du Rhône Blanc, des notes plus mûres, et une bouche plus enrobée, mais ça reste assez fluide. Beau potentiel !


CR: Domaine Jamet – Côtes du Rhône Rouge 2017
Le nez est assez gourmand, avec une touche de rafle. La bouche est bien droite, là matière plutôt fine, le végétal est présent mais bien intégré, et l’ensemble est assez arrrondi.
Bien +


CR: Domaine Jamet – Côte Rôtie Fructus Voluptas 2017
Dans la lignée du Côtes du Rhône, le végétal est là, un peu plus présent, mais ça passe, comme la matière est plus riche, mais les Tannins sont encore un peu sensibles. A ce stade, ce 2017 se montre moins avenant que le 2016 l’année dernière à la même période.
Bien. Potentiel


CR: Domaine Jamet – Côtes du Rhône Rouge- Équivoque 2016
On retrouve le millésime 2016 que j’aime tant.
La fraîcheur est au premier plan et le corps et bien marqué, avec une finesse supplémentaire par rapport à l'Equivoque 2015.
Très bien.


CR: Domaine Jamet – Côte Rôtie 2016
Un peu plus de tout par rapport aux vins précédents. Le nez est très parfumé, déjà bien ouvert, aromatique typique est là, violette, fumé, graphite, ronce. Très beau grain de Tannins, élevage bien intégré, la fraîcheur de 2016 est là, et on termine sur une finale sur un fin trait végétal.
Très bien +

Un moment très sympa en compagnie de Corinne Jamet qui je remercie d’ailleurs pour avoir laissé un petit jeune rentrer au domaine et avoir quelques bouteilles à l’année, ce qui arrive de moins en moins souvent chez les vignerons a la production limitée.


Nous prenons la route immédiatement pour nous rendre à Cornas pour rendre visite à Thierry Allemand que je ne connais pas encore. Une fois tout le monde arrivé, nous partons pour le chai, niche sur les hauteur du vignoble, avec un très beau point de vue.
Nous commençons part les lot du millésime 2017 en barriques.

CR: Domaine Thierry Allemand – Parcelle Pigeonnier 2017

Nez délicat mais sombre, belle matière, élevage déjà enrobé.
Joli.

CR: Domaine Thierry Allemand – Parcelle Chaillots – Vigne de 1984 - 2017
80% granit et 20% argile
On reste sur un nez très parfumé, dans la lignée de Gonon, très aérien, la bouche est dense et les Tannins encore plus poudrés, dans une grande longueur.
Très beau

CR: Domaine Thierry Allemand – Parcelle Tezier 2017
Nez plus sombre, balsamique, sauvage, lé gère volatile, sauge. La bouche est très imposante à ce stade, ça mérite d’attendre car l’ensemble fait ressortir le végétal et l’amertume, moins en place.

CR: Domaine Thierry Allemand – Parcelle ? 2017

Pointe de volatile au nez et en bouche, ça affine la matière, l’ensemble est bien salivant, et l’on prend plaisir même si ça reste un poil rustique à ce stade, mais il y a du jus.
Bien +

Parcelles sur le millésime 2018

CR: Domaine Thierry Allemand – Parcelle Pigeonnier 2018
Plus sombre, plus épicé et plus animal que 2017, la matière est belle est presque déjà accessible.
Très bien


CR: Domaine Thierry Allemand – Parcelle Tessier Jeunes Vignes 2018
On retrouve ces notes balsamiques, et la pointe de volatile rafraîchit le tout, grosse jutosité.
Très bien.

Nous redescendons au domaine où Thierry Allemand nous propose de déguster le millésime 2016 en bouteilles. Malheureusement le timing est serré et nous nous excusons car il est temps de partir pour ne pas arriver en retard à Rayas.

Je salue l’efficacité du Tom Tom car à peu de choses près, il nous a indiqué l’emplacement précis du château Rayas, ce qui ne paraissait pas très évident au départ.
Emmanuel Reynaud dit lui-même que l’accès difficile apporte une certaine magie au lieu, et nous sommes d’accord.
Nous aurons le plaisir de faire cette visite en compagnie de vignerons italiens ainsi qu’une vigneronne suisse bien connue du forum.



Emmanuel Reynaud commence par nous présenter la parcelle jouxtant les bâtiment, vieux grenaches sur sable.
La cave est un endroit intemporel, les barriques se dressant comme des statues presque immobiles depuis un siècle pour certaines.

Nous débutons avec les 2017.

CR: Château Rayas- Cinsault 2017
Une petite bombe de gourmandise, matière très légères mais un croquant superbe et une très grande longueur sur cette délicatesse légendaire ….


CR: Château Rayas – Grenache de Fonsalette 2017
Une robe plus sombre, un nez plus noir sur l’encens le thym, et l’orange sanguine.
En bouche, un côté plus austère, plus épicé, et la matière plus denses demandent à s’assagir encore.


CR: Château Rayas – Grenache de Pignan 2017
Très belle fraîcheur, la bouche est au diapason et c’est très bon même si la finale chauffe un poil, mais on lui pardonne car ça doit titrer 16% d’alcool, do'c il sera assemblé.


CR: Château Rayas Grenache Rayas- Le Levant 2017 + 50% de cœur 2017
On passe clairement un cran, tant au nez qu’en bouche, du jus de fraise, de framboise, d’Orange fraîche, c’est très complexe et très élégant, on y resterait des heures….
En bouche, c’est long, c’est très fin, rien ne dépasse, cette sensation de croquer la rose fraîche.
Magnifique.


CR: Château Rayas – Levant 2017
Nez surprenant typé fenouil, groseilles, trame iodée et léger jus de viande. La matière est plus dense En bouche, c’est tres parfumé, plus dense que le précédent, avec des Tannins poudrés.
Très beau


CR: Château Rayas – Syrah de Fonsalette 2017
Le nez est atomique, c’est juste magistral, comment peut on avoir un nez si juteux, coulis de framboise, thym, romarin . ..
En bouche, de la plonge et une très grande longueur.
Superbe !

Emmanuel Reynaud nous propose de goûter les 2016, motivé par la présence des vignerons suisses et italiens qui sont ravis d’être là, tout comme nous !

CR: Château Rayas – Syrah sur galet et argile rouge 2016
Une certaine réduction au nez demande une belle aération. La bouche brille par sa tension, cette salinité superbe avec une matière plus sombre, violette, mûre, superbe longueur.
Très bien.


CR: Château Rayas – Syrah sur sable 2017
Plus fluide au nez, plus de gourmandise. En bouche, par contre, grosse matière, les Tannins sont encore un poil saillants, belle longueur, encore légèrement chaleureux en finale. Un millésime riche mais qui donne déjà un bel aperçu du potentiel.
Le temps passe toujours très vite quand on passe un bon moment. Il est temps de rentrer pour le dernier repas.

Nous quittons Emmanuel Reynaud avec un grand sourire.
Il y a toujours une certaine appréhension quand on rencontre pour la première fois un vigneron presque iconique.
Au final, nous avons partagé un superbe moment avec un vigneron simple, soucieux de produire des vins issus de fruits à maturité parfaite.
"Il faut que ca soit le terroir que parle, moi je ne fais pas grand chose".

Emmanuel Reynaud se soucie beaucoup que ses vins soient bus et non pas revendus ni collectionnés.
Nous partageons cette vision et il est vrai que ce séjour aura été une succession de belles rencontres, de partage et de moment conviviaux autour d'une passion commune.

Merci aux taties pour leur accueil et leur bonne humeur.
Un grand merci à tous les vignerons pour leur temps, leur accueil et pour nous avoir permis de découvrir ou redécouvrir leur travail, leur vision du métier, leurs envies et une partie de leur vie.

Antoine (passionné tout court ).
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, PBAES, Gildas, Jean-Paul B., Sylv1, tht, monta, Super-Pingouin, Eric B, Vougeot, didierv, Axone35, peterka, A42T, whogshrog43, daniel popp, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, Cédric42120, crossbow, Vaudésir, DUROCHER, Psylo, tomy63, Lucas57, Frisette, Med, starbuck, jd-krasaki, the_ej, LoneWD, Cristobal, Pins, rudy.B, ysildur, vvigne, Jullux, Vincoeur, éricH, Kiravi, Garfield, otonosama07

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5267
  • Remerciements reçus 2056

Frisette a répondu au sujet : Petit séjour au bureau des légendes du Rhône (presque) nord !

Sacré périple, Antoine! (tu)
La jolie jeune fille chez Montez, c'est Julie...et elle est top! ;)

Flo (Florian) LPV Forez
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1943
  • Remerciements reçus 454

tomy63 a répondu au sujet : Petit séjour au bureau des légendes du Rhône (presque) nord !

tonioaja écrit: CR: Domaine Gonon – Saint Joseph Rouge 2016
Nez sur la réduction, l’impression d’une phase plus austère, fermeture ?
C’est moins intense aromatiquement mais la bouche ne cache pas sa rondeur de Tannins. A attendre que le vin se réveille.


Bizarre, j'en ai ouvert une bouteille récemment qui se présentait étonnamment bien pour un Gonon aussi jeune, et pas du tout de réduction. Par contre le blanc m'a paru un peu fermé et pataud en l'état, à attendre absolument.
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2780
  • Remerciements reçus 837

tonioaja a répondu au sujet : Petit séjour au bureau des légendes du Rhône (presque) nord !

Frisette écrit: Sacré périple, Antoine! (tu)
La jolie jeune fille chez Montez, c'est Julie...et elle est top! ;)


Tiens, je n'ai pas fait mention de cela dans mon CR il me semble B)

Antoine (passionné tout court ).
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck