Nous avons 3319 invités et 68 inscrits en ligne

LPV78, Châteauneuf sous les galets, la plage

  • Benji
  • Portrait de Benji Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2971
  • Remerciements reçus 1010
2ème mi-temps de notre dernière soirée, avec la dégustation de Chateauneuf du Pape issus de sols à forte teneur sableuse. 
Mes notes sont un peu succinctes, il faut dire aussi que nous avions précédemment goûté 7 Roussillon blanc...


Clos Saint Patrice 2018
Une robe qui fait un peu évolué, un nez dur l’orange sanguine et le cannabis frais, le chocolat, le sang.
La bouche est incontestablement reynaldienne.
Très bien 

Domaine Chapelle Ste Theodoric, Le grand Pin 2020
Une présentation plus directe, plus moderne aussi avec une touche d’eucalyptus.
L’alcool se fait légèrement plus présent.
Gros fruit.
Très bien

Charvin 2016
Un vin plus classique d’un grenache de chateauneuf avec une masse tanique moins fondue que les précédents. 

Domaine Cristia, cuvée renaissance 2015
Une épaisseur fraiche, du croquant.
Banane flambée en rétro (on me l’a soufflé, plus moyen de m’en débarrasser).
Bouche d’une certaine élégante.
Très bien 

Mas St Louis, Arpents des contrebandiers 2016
Un côté exhubérant, de la fourrure, presque un zinfandel.
Très bien 

Eddie Feraud les raisins bleus 2014
Plus en dedans, besoin de temps.
Peut-être est-ce travaillé un peu différemment des précédents ?
Bien + 

Pialade 2009
Une aromatique très sanguine, qui ne m’a pas orienté sur Reynaud. Ferreux.
Un corps avec une acidité élevée
Bof 

Domaine de la Janasse, Chaupin 2010
Un vin massif, du volume, de l’amertume.
On est un gros cran au-dessus en termes de puissance 

Domaine de la Janasse, Chaupin 2007
Même niveau de puissance et même plus, par contre l’aromatique a complètement basculé sur le cuit, pruneau, pain d’épices, une puissance portuane


Difficile de conclure. Néanmoins :
- Les Chaupin ainsi que Charvin me semblent un peu des pirates en termes de style, il faudrait vérifier les teneurs en sable...
- Je suis surpris par la buvabilité et le plaisir de ces vins pourtant très jeunes
Je ne sais plus quoi penser de l'adage selon lequel les Chateauneuf s'attendent très longtemps. Est-ce moins vrai désormais ? Est-ce le grain de sable qui fait la différence ?
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, PBAES, Jean-Paul B., Olivier_26, matlebat, Axone35, HERBEY 99, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, TristanBP, Papé, sebus, starbuck, LLDA, the_ej, KosTa74, Kiravi, rafalecjb
15 Oct 2022 18:22 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9161
  • Remerciements reçus 16333

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet LPV78, Châteauneuf sous les galets, la plage

Moi qui suis niçois, je peux affirmer qu'il n'y a pas toujours besoin d'aller voir sous les galets pour trouver la plage  . Mais dans ce cas précis il a effectivement fallu sortir des galets roulés pour trouver le sable qui constitue le terroir de certains Châteauneuf-du-Pape, et pas des moindres !

Après les vins blancs du Roussillon, ce sont donc les rouges de Châteauneuf-du-Pape rouges sur sable qui ont formé le thème de la deuxième partie de la dégustation.
Les dégustateurs de LPV78 sont en effet des pdf et certains n’ont accepté le thème qu’à condition de limiter les vins à cette catégorie.

Nous aurons droit à trois triplettes.

Première triplette : les millésimes pairs et jeunes

Clos St Patrice – Châteauneuf-du-Pape – 2018

 

La robe est moyennement sombre et montre étonnamment des signes d’évolution sur la frange du disque, qui a perdu ses reflets violets et commence même à prendre une teinte tuilée.
Le nez complexe envoute par sa palette aromatique très variée, avec des petits fruits rouges, des senteurs florales, du chocolat, de l’orange sanguine et du sous-bois. C’est très fin et on y revient sans cesse !
La bouche poursuit dans la même lignée, empreinte d’une élégance de bout en bout. L’aromatique addictive se double d’un toucher soyeux formidable et la superbe fraîcheur maintient le vin dans un style épuré et classieux. La longue finale précise reste sapide et raffinée.
Excellent (+)

On peut hésiter entre deux qualificatifs pour ce grand vin : reynaldien ou bourguignon !
Quel beau choix, audacieux, d’avoir servi ce vin en premier ! Ce sera indéniablement le rouge (et le vin) de la soirée, mais c’était aussi le plus fin.


Le Grand Pin – Châteauneuf-du-Pape – Chapelle St Théodoric – 2020

 

Le grand pin, c’est celui qui sépare la propriété de Rayas…

La robe assez sombre est elle aussi ourlée de reflets tuilés.
Le nez intense propose de beaux fruits noirs, mais frais, d’autant qu’ils s’accompagnent d’une touche mentholée.
La bouche bien charnue mais enjouée affiche une rondeur aimable. Les tanins civilisés et le grand fruité participent au plaisir qui se poursuit dans la finale de grande expression.
Très Bien +


Domaine Charvin – Châteauneuf-du-Pape – 2016

 

La robe est plutôt sombre, ni jeune, ni âgée.
D’une belle intensité, le nez exhale des fruits noirs, du cuir noble et des herbes aromatiques avec notamment du thym.
La bouche est dotée d’un fruité mûr mais la chair au grain serré paraît un peu bloquée, sans pouvoir se libérer, notamment en longueur. Des petits tanins solides participent à cette impression de fermeture, alors que l’on ressent le potentiel.
Très Bien et à attendre au moins cinq ans en toute sérénité.

L’ordre de la triplette, de haut niveau, a été très bien choisi, allant du vin le plus fin au plus puissant, mais forcément pas en allant vers le meilleur sur l’instant…


Deuxième triplette : millésimes d’âge moyen

Domaine de Cristia – Châteauneuf-du-Pape – Renaissance – 2015

 

La robe sombre est déjà tuilée sur le pourtour du disque.
Le nez plutôt généreux offre des fruits noirs très mûrs et du chocolat, le côté chaleureux étant tempéré par des notes de suie.
La bouche est à l’avenant, pleine et confortable, au profil large, mais bien contrebalancée par une vivacité bienvenue. Les tanins assagis contribuent à donner une impression de finale en puissance, qui chauffe un peu au réchauffement dans le verre.
Très Bien +


Mas-Saint-Louis – Châteauneuf-du-Pape – Les Arpents des Contrebandiers – 2016

 

La robe très sombre laisse entrevoir de beaux atours d'évolution.
Bien intense, le nez se base sur un fruité noir mûr et évoque un univers chaleureux avec des notes chocolatées, bien modéré par des touches mentholée et d’herbes sauvages rafraichissantes.
La bouche joue dans un registre droit et longiligne, accentué par une fraîcheur sanguine de toute beauté. Elle s’allonge superbement, sans aucune entrave de tanins, toute en finesse.
Très Bien ++


Domaine Eddie Féraud – Châteauneuf-du-Pape – Cuvée Raisins Bleus – 2014

 

La robe est bien sombre et montre quelques signes nets d’évolution.
Le nez développe avec générosité une aromatique de fruits noirs frais, pas du tout compotés, teintée de notes épicées.
La bouche ample et souple est bâtie sur une matière mûre et une acidité bien calibrée mais au niveau bas de la fourchette optimum. La finesse de tanins est appréciable et la finale se révèle plus sérieuse que le corps de bouche.
Très Bien (+)

L’ordre de service s’avère moins optimum que pour la première triplette : MSL – Féraud – Cristia aurait été meilleur, mais ce n’est pas un problème car, ayant les trois verres en face de nous, on peut, après un premier essai, modifier à notre guise l’ordre de dégustation.


Troisième triplette : millésimes d’une bonne dizaine d’années

La Pialade – Côtes du Rhône – 2009

 

Il s’agit seulement d’une moitié hors thème car cette cuvée est issue pour 50 % des jeunes vignes de Pignan.

La robe assez sombre est brunie sur la frange, cette teinte gagnant même vers le centre du disque.
Très ouvert et foisonnant, le nez propose du cuir, des fruits compotés, du sous-bois quelques notes sanguines.
C’est la magnifique élégance qui frappe en bouche, qui est construite sur un équilibre abouti de vieux Châteauneuf-du-Pape. La grande vivacité participe à la sensation de grande finesse ainsi qu’à la longue finale évanescente.
Très Bien ++ / Excellent


Domaine de la Janasse – Châteauneuf-du-Pape – Chaupin – 2010 

 

La robe est sombre et tuilée sur le pourtour.
Très ouvert, le nez développe des fruits noirs plutôt frais ainsi que de la framboise, ainsi que des touches plus impactantes d’encre.
Le profil de la bouche est d’abord longiligne, avec une bonne fraîcheur, peu d’épaisseur et une aromatique épanouie. La finale est plus chaleureuse pour ne pas dire cossue, et cette caractéristique s’étend même à l’attaque lors du réchauffement dans le verre.
Très Bien +


Domaine de la Janasse – Châteauneuf-du-Pape – Chaupin – 2007

 

La robe est sombre et le beau dégradé sur les bords du disque se teinte nettement des couleurs tuilées de la maturité.
Le nez bien expressif virevolte entre des senteurs de mûre et de chocolat, et des notes trahissant l’évolution comme le pruneau et le cuir.
La bouche est chaleureuse et puissante, dotée d’une trame dense et d’une aromatique riche. L’acidité est juste suffisante pour tenir le vin debout, pas assez pour l’équilibrer. La finale plus pointue laisse espérer une meilleure pondération pour dans .. dix ans ?
Très Bien (+) mais pas pour un pdf car cette bouteille confirme l'extrême richesse du millésime 2007 sur C9P.

Sur cette triplette l’ordre choisi a donc été parfait, chaque vin montant nettement en puissance par rapport au précédent.
Mais mes notes vont dans le sens inverse… Un signe ?


Un after pour le dessert

Clos Benguères – Jurançon – Le Chêne couché – 2011

 

La robe est parée d’un or profond et lumineux.
Le nez à l’intensité prononcée me parait d’une grande lisibilité par son aromatique qui combine ananas, notes et exotiques et de champignon.
La bouche coche toutes les cases d’un très beau liquoreux : aromatique séductrice, sucrosité parfaitement fondue dans la belle matière de grande maturité et bonne acidité. La résultante s’avère d’une digestibilité à toute épreuve, d’autant que la finale s’étire toute en finesse.
Très Bien +(+)    


Dans l’ensemble, les vins ont montré une grande finesse, grâce en grande partie au sol sableux. Il y a eu quelques exceptions soulignées par Benji, mais ces vins plus structurés, en raison du millésime et/ou de la vinification, étaient également de haut niveau.
Encore un grand merci à Greg pour l’organisation et pour ce superbe cadeau du Clos St Patrice.

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, PBAES, Alex, Jean-Paul B., tht, Olivier_26, Jean-Bernard, matlebat, La Vie est une Fête, bibi64, Olivmo, Vaudésir, TristanBP, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, starbuck, the_ej, BATARDO, Gerard58, Cristobal, Kiravi, Monard, Ilroulegalet
23 Oct 2022 16:27 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5457
  • Remerciements reçus 8619

Réponse de starbuck sur le sujet LPV78, Châteauneuf sous les galets, la plage

Dommage de ne pas avoir eu une bouteille du château de la fond du loup qui correspondait au thème avec un type de sol "alarayas"

Sylvain
29 Oct 2022 21:49 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9161
  • Remerciements reçus 16333

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet LPV78, Châteauneuf sous les galets, la plage

Certainement, Sylvain, mais tu sais bien qu'on ne peut être exhaustif dans une telle dégustation, surtout pour une demi-dégustation puisqu'il y avait les Roussillon blancs avant.
Et les deux formidables découvertes qu'ont été le Clos Saint Patrice et Le Grand Pin effacent toute idée de regret. 

Jean-Loup 
29 Oct 2022 22:23 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5457
  • Remerciements reçus 8619

Réponse de starbuck sur le sujet LPV78, Châteauneuf sous les galets, la plage

Je sais bien Jean-Loup mais je n'avais pas vu le 1er CR du 15 octobre.
En lisant le tien je m'étais dit que Charvin et Janasse n'étaient pas les plus représentatifs de votre thème, c'est ce qui avait déjà été écrit.
 

Sylvain
30 Oct 2022 08:54 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 831
  • Remerciements reçus 2830

Réponse de oberlin sur le sujet LPV78, Châteauneuf sous les galets, la plage

Outre le terroir il y a une autre variable importante dans le style des vins de Châteauneuf c'est l'assemblage des différents cépages.
Marc 
30 Oct 2022 09:18 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Benji
  • Portrait de Benji Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2971
  • Remerciements reçus 1010

Réponse de Benji sur le sujet LPV78, Châteauneuf sous les galets, la plage

Je sais bien Jean-Loup mais je n'avais pas vu le 1er CR du 15 octobre.
En lisant le tien je m'étais dit que Charvin et Janasse n'étaient pas les plus représentatifs de votre thème, c'est ce qui avait déjà été écrit.
 

Le GO de la soirée a, lors de sa préparation, pris contact avec le domaine de la Janasse qui lui a confirmé que le terroir donnant naissance à Chaupin pouvait être considéré comme majoritairement sableux.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: A42T, starbuck
30 Oct 2022 12:10 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck