Nous avons 1526 invités et 24 inscrits en ligne

Dégustation Spätburgunder vs. Pinot Noir

  • Messages : 107
  • Remerciements reçus 426
Il y a quelque temps, nous avons fait une dégustation à l'aveugle en ligne de Spätburgunder d'Allemagne et de Pinot Noir de Bourgogne avec notre groupe. Nous savions à l'avance quels vins étaient inclus et nous savions qu'il y avait un vin allemand et un français dans chaque flight.

A chaque flight, chacun a réussi à attribuer correctement les vins à leur origine. Apparemment, cela n'a pas été difficile avec les vins sélectionnés.

Flight 1:

Domaine de la Pousse d'Or - Clos Tavannes - Santenay 1er Cru - 2005:
13vol%
Rouge grenat plus transparent. Joli nez avec de groseilles, du sang, de la poussière, du sous-bois et des éléments floraux. Magnifiquement clair, complexe et harmonieux, avec une intensité agréable. Avec l'air, des arômes de torréfaction subtils et de haute qualité s’y ajoutent.

Acidité fine et fraîche. Corps léger, extrait en douceur. Sec, aux tanins doux et légèrement astringents; produit un aspect légèrement plus serrée. Des arômes terreux, de sous-bois, épicés et un fruit subtil et très clair (cerise, groseille). Saveur âpre-foncée. Quelques arômes légèrement grillés. Très clair, très fin, pas trop complexe, mais charmant et harmonieux.

très bon (+)

Il avait l'air très jeune et grandira probablement aussi. Au nez il est déjà très complexe et polyvalent, en bouche on peut encore s'attendre au développement. Je l 'ai aimé beaucoup.

Freiherr von Gleichenstein - Baron Philipp Spätburgunder Oberrotweiler Eichberg trocken - 2010 (Baden):
13.5vol%
Rouge grenat transparent. Nez typiquement allemand avec de la viande bouillie et des arômes de poireaux épicés. Beaucoup de de toasting foncé (cendres, café). Ne donne pas tellement envie de goûter le vin. Avec l'air, les arômes de poireau s'estompent et le toasting devient superficiel.

L'acidité est très fraîche, déséquilibrée et frappante. Corps moyen, extrait moyen, impression sèche. Le fruit n'est pas mauvais du tout, groseille très fraîche. Peu de tanins donnent une bonne structure, doucement saisissante. Arômes sombres de torréfaction (café, toast brûlé), un peu de piquant, pas particulièrement long avec un arrière-goût boisé. Avec l'air, il se rattrape un peu, il est un peu plus équilibré et le toasting en bouche n'est plus aussi dominant.

ok - bon

Dans le groupe, les opinions sur le vin étaient assez ambivalentes, je ne le pouvais guère apprécier. Le bois trop prononcé et même pas non plus particulièrement bon en termes de qualité. Pour 50 €, à mon avis, une véritable impudence.

Flight 2:

Weingut Bercher - Burkheimer Feuerberg Kesselberg Spätburgunder GG - 2013 (Baden):
13.5vol%; 39€; extrait: 28,8 g/l; SR: 2,7 g/l; acidite: 5,5 g/l
Rouge grenat, avec un peu de violet dedans. Un peu réducteur au nez au début, bois superficiel, apparaît fait (café, fumée, cendre, caramel, chocolat). En arrière-plan, un fruit juteux et confituré.

Acidité fraîche. Corps moyen, riche en extrait. Bonne structure avec des tanins polis qui s'aplatissent et se raccourcissent avec l'air. Cerise et caramel avec une nuance diffuse, grasse, rance et de barrique. Longueur moyenne à laquelle la nuance diffuse demeure. Pas intéressant.

ok

Il était aussi effroyablement  faible pour un GG. Il semble provenir d'un matériau de raisin inhomogène, le fruit diffus, beaucoup de bois dessus, donc on le remarque moins.

Domaine Lecheneaut - Nuits Saint Georges - Au Chouillet Vieille Vigne - 2011:
13vol%
Rouge grenat transparent. Herbes séchées au nez, un peu floral, sol forestier sec. Un peu éthéré (clou de girofle), cendre, fumée. Avec l'air quelques fruits (groseille).

Acidité fraîche, corps moyen, extrait moyen, sec. Beaux tanins puissants, tendus avec une puissance sous-jacente, assez denses. Cassis, très clair et frais, épicé en dessous. En plus de sous-bois. Caractère âpre et éthéré. Bonne longueur, clair, harmonieux, équilibré et de grande qualité.

très bon – excellent

Dans le groupe, le manque de complexité dans la bouche a été partiellement critiqué, je peux comprendre cela. Ce qui m'a attiré dans ce vin, c'est la structure et les tanins.

En 2011, à l'exception du froid de juillet, les températures étaient supérieures à la moyenne à long terme. Je pense que les arômes commencent à montrer une certaine chaleur, ils sont un peu avancés, tertiaires, je n'attendrais pas trop longtemps pour boire ce vin.

Flight 3:

Bernhard Koch - Spätburgunder "S" trocken - 2014 (Pfalz):
13.5vol%
Rouge grenat. Au nez tendanciellement allemand, un peu végétal au début. Discret la barrique, tout à fait approprié (fumée, café, cendres). Le bois est de bonne qualité, pas remarquablement noble. Le fruit en arrière-plan (groseille).

Acidité douce, corps plus fort, plus d'extrait, une certaine impression de douceur de l'extrait et un fruit juteux (prunelle, fraise, groseille). Assez bons arômes torréfiés (café, chocolat). Accessible et gastronomique, peu à découvrir. Bonne intensité, vinifié proprement.

bon (+)

J'avais déjà une fois dégusté ce vin il y a deux ans. Maintenant, le fruit semble déjà en retraite. En bouche, le fruit (groseille, prunelle, fraise) a une impression de douceur. Mais cela est contraire à la sensation naturelle que j'ai de ces fruits; une groseille du jardin n'est tout simplement pas sucrée. Le naturel n'est pas le point fort ce vin. À l'inverse, il faut dire pour 8,50 €, c'est un très bon rapport qualité / prix. Il était meilleur que Gleichenstein et Bercher et n'était guère inférieur au dernier vin allemand.

Domaine Bart - Fixin - Hervelets 1er Cru - 2013:
13vol%
Rouge foncé. Pas si expressif au début, quelques herbes séchées, légèrement éthérées, et grenier poussiéreux, un peu de genièvre. Peu de fruit, qui se développe avec l'air, légèrement plus foncée (cerise, mûre, confiture de prune, figue). Egalement quelques arômes de barrique (croûte de pain, bois brûlé, café). Complexe, j'aime ça.

Acidité fraîche, légèrement fruité. Pour un Pinot, un corps légèrement plus fort avec plus d'extraits. Sec, avec une pointe de douceur au cœur, mais toujours un caractère amer-sombre. Tanins fins, bonne structure, assez puissants. Fruit intense, clair et charmants (cerise, mûre fraîche). Herbes séchées, éthérées, terreuses et florales. Clair, charmant et de bonne longueur.

très bon

Le plus sombre du champ en termes de couleur et aussi le seul qui avait des baies plutôt foncées dans le fruit (je me demande si cela aurait donné le même résultat dans un verre noir ?). Le vin était ouvert, au nez le fruit un peu plus retenu, mais au deuxième jour c'était aussi intense. Il a encore beaucoup de réserves et de substance et sa complexité augmentera probablement.

Flight 4:

Domaine Joblot - Givry 1er cru Clos du Cellier aux Moines - 2014:
13vol%
Rouge foncé plus transparent. Le fruit est de petits fruits rouges (fraise, cerise), poussiéreux - fumé, cireux, shampoing-floral et sucré comme de la viande pourrie.
Légère acidité, corps léger. Des tanins séchants-astringents. Bouillon de légumes à la sauce soja.

défectueux

Je pense que la bouteille était défectueuse. Les arômes étaient oxydés, alors que les tanins étaient encore trop présents. Je ne pourrais pas vraiment attribuer cela à une faute courante.

Weingut Becker Landgraf - Spätburgunder Herrgottspfad trocken - 2013 (Rheinhessen):
13.5vol%; 36€; SR: 0,1 g/l; acidite: 5,2 g/l
Rouge assez transparent, bords légèrement brunâtres. Au nez cendrier, fumée. Floral et prunelles. Arômes de caramel et de torréfaction foncée, avec l'air les arômes de barrique augmentent.

Acidité légèrement fraîche avec un peu de fruité; agréable, j'aime ça. Corps moyen, un peu plus d'extrait.. Peu de tanins astringents fins, bonne structure. Légère impression de douceur avec des figues, des cerises mûres, du cassis, un fruit plutôt plein, intense. Fumée, cendrier, puis caramel. Intense et clair. Très long avec une impression de profondeur. Avec le deuxième verre, cela devient un peu inintéressant.

très bien fait

En résumé, c'était trop technique pour moi, trop fabriqué, ça devient vite inintéressant. Cela va déjà dans le sens de la Bourgogne, ça voudrait être un vin de Bourgogne; en comparaison directe, cependant déjà reconnaissable comme allemand. Stylistiquement, ce n'est pas si loin du Bernhard Koch, un peu plus profond, le bois de meilleure qualité. En termes de plaisir, cependant, le vin de Koch n'est en aucun cas inférieur. Pour moi, le vin est nettement trop cher à 36 €.

La dégustation a été assez longue, il faut plus de temps pour saisir le Pinot Noir qu'il n'en a fallu, par exemple, avec le Chardonnay, la Syrah et le Riesling dans le même mode de dégustation.

Les bourgognes étaient tous un peu plus complexes au nez qu'en bouche. Mais en termes de finesse, de clarté et d'équilibre, c'était un niveau complètement différent de celui des vins allemands. La gamme des arômes est également plus à mon goût. On ne trouve pas vraiment cette qualité terreuse dans les vins allemands. Je trouve que ces arômes aigres et plus ternes sont importants pour l'aspect général, cela rend le vin plus sérieux.

Cheers -- Ion
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, dfried, Eric B, vine.jo, Gibus, Marc C, denaire, peterka, bertou, chrisdu74, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, Frisette, jd-krasaki, LLDA, penmoalic, éricH, Garfield, Vesale, Chaccz, Sullie
09 Mar 2021 18:56 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 997
  • Remerciements reçus 220

Réponse de vine.jo sur le sujet Dégustation Spätburgunder vs. Pinot Noir

Dégustation tres interessante, merci!
Ceci dit, je pense que le choix des Spatburgunder pourrait être mieux. Les meilleurs a mon avi, on trouve dans le Ahr. Ce sont aussi les plus “Bourgognesque”. Et avec Koch, il faut choisir Holger dans Baden plutot que Bernard dans le Pfalz ;)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: peterka, Ion
09 Mar 2021 20:55 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1187
  • Remerciements reçus 1323

Réponse de peterka sur le sujet Dégustation Spätburgunder vs. Pinot Noir

Ceci dit, je pense que le choix des Spatburgunder pourrait être mieux. Les meilleurs a mon avi, on trouve dans le Ahr.


Effectivement, mais il y en a des bons dans toutes les régions et dans l'Ahr, il y en a qui ne sont pas "bourgognesques" non plus.
Je pense d'ailleurs que ce serait faire fausse route que de chercher absolument des succédanés de bourgogne ailleurs que dans cette région même si certains s'en rapprochent.
Apprécions chaque vin pour ce qu'il est avec ses caractéristiques propres :)
Et cela n'enlève rien à la pertinence d'effectuer des parallèles à l'occasion.

Pierre
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: vine.jo, jean-luc javaux
10 Mar 2021 16:07 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 997
  • Remerciements reçus 220

Réponse de vine.jo sur le sujet Dégustation Spätburgunder vs. Pinot Noir

Bonjour Pierre,
Effectivement, il y a des bons spatburgunder dans des autres régions.
Mais personnelement je n aime pas trop le coté bonbon, torrefie, caramel dans un Pinot ou un spatburgunder, et on trouve ces caracteristiques surtout dans les vins de Baden, Pfalz,..moins dans le Ahr.
C est quand même un terroir assez spécifique la.
Il faut essayer Shumacher, surtout dans les annees pas trop solaire, c est vraiment Bourgognesque. Et il faut donner les GG de Julia Bertram ou Erwin Riske dans une degustation a l aveugle, je suis assez sur qu il y en a qui vont penser a un Bourgogne premier cru ou plus.
11 Mar 2021 08:44 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1187
  • Remerciements reçus 1323

Réponse de peterka sur le sujet Dégustation Spätburgunder vs. Pinot Noir

Je suis un grand amateur des vins de l'Ahr (voir le sujet Ahr-OenoRando, posté il y a quelque temps) mais, sur les domaines cités, je serais moins affirmatif que toi en parlant de niveau premier et grand cru bourguignon, même à l'aveugle. Je ne parle pas de style mais de niveau et cela n'empêche qu'on puisse les apprécier et les positionner en tête de ses préférences.
Pour éviter toute confusion, il n'a pas de GG chez Riske et Bertram, puisqu'ils ne font pas partie du VdP et ne peuvent pas revendiquer ce terme (même si le niveau pourrait se comparer sur les cuvées "haut de gamme")

Pierre
11 Mar 2021 10:47 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 997
  • Remerciements reçus 220

Réponse de vine.jo sur le sujet Dégustation Spätburgunder vs. Pinot Noir

Effectivement, avec GG je voulais indiquer le haut du gamme de ces vignerons. Les comparer avec des GC de Bourgogne serait exageré en effet, mais ils peuvent certainement concurer avec des premiers cru’s.
Vous pouvez donner un lien de votre rapport sur les vins de l Ahr?
11 Mar 2021 11:26 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1187
  • Remerciements reçus 1323

Réponse de peterka sur le sujet Dégustation Spätburgunder vs. Pinot Noir

Tu peux taper OenoRando dans le moteur de recherche mais sans doute plus intéressant de télécharger ICI
C'est un fichier word (avec les photos dans le bon sens :)) .

Bonne lecture
Pierre
11 Mar 2021 13:28 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 997
  • Remerciements reçus 220

Réponse de vine.jo sur le sujet Dégustation Spätburgunder vs. Pinot Noir

Merci Beaucoup!
Je vais lire tout ca ce soir avec un beau SB de Shumacher ;-)

—-Mais j ai deja regardé les CR, et....quest ce que je note quand même?

Je copie-colle:

*Altenahrer Eck Spätburgunder Grosses Gewächs 2013 – Deutzerhof (52,00 €)
Grand vin en devenir, proche par son style d’un grand cru de Gevrey.

*Dernauer Pfarrwingert Spätburgunder 2012 – Gebrüder Bertram (25,50 €)
Ce n’est pas une cuvée inoubliable malgré ses qualités indéniables mais on en a pour son argent et cela reste largement au niveau d’un très bon village de la côte de Beaune (volnay voire même beaune 1er cru).

*Ahrweiler Silberberg Spätburgunder Grosses Gewächs 2012 – H.J. Kreuzberg (35 €)
Très belle bouteille au style plutôt bourguignon.


;)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., peterka
11 Mar 2021 15:21 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 107
  • Remerciements reçus 426

Réponse de Ion sur le sujet Dégustation Spätburgunder vs. Pinot Noir

Salut,

la sélection du pinot noir allemand lors de la dernière ronde a également fait l'objet d'une discussion controversée dans notre groupe. La semaine prochaine, nous ferons une autre dégustation de pinot noir purement allemand. Avant, nous avons continué avec la dégustation de pinot noir du Nouveau Monde. Il y avait quatre vins de Nouvelle-Zélande et quatre de l'Oregon à déguster. Les vins ont été dégustés à l'aveugle sans ordre particulier, à midi des petites bouteilles ont été remplies, de sorte que les vins avaient déjà pris l'air le soir pendant la dégustation le soir. Les vins sont et semblaient tous encore très jeunes. Le niveau était très bon, il n'y avait pas de vin dont la qualité a baissé de façon notable.

Le spectre stylistique des vins était assez diversifié et a donc donné lieu à des opinions, des évaluations et des préférences assez controversées dans notre groupe. Contrairement à la dégustation précédente de pinot noir allemand et français, nous n'avons pas réussi à attribuer les vins à leur origine.



Oregon:

J'ai tiré de ce site la plupart des informations géologiques et pédologiques sur la région viticole : [lien] . Il y a 15 millions d'années, la plaque Pacifique est entrée en collision avec la plaque nord-américaine. C'est ainsi que la vallée de Willamette s'est formée comme une zone inondée entre les chaînes de montagnes résultantes (les Pacific Coast Ranges à l'ouest et les Cascade Ranges à l'est). L'activité volcanique dans les Cascade-Ranges a produit des coulées de lave basaltique. Au cours des 50 000 dernières années, des sédiments ont été apportés aux chaînes de collines et ont formé du loess. Il y a 15 à 10 mille ans, la zone a été inondée à plusieurs reprises par des réservoirs d'eau de fonte de l'inlandsis laurentidien (inondations de Missoula). Cela a apporté beaucoup de sédiments dans la vallée de la Willamette, ce qui se traduit par une fertilité très élevée aujourd'hui.

La viticulture n'est pratiquée que sur les chaînes de collines, car les fonds de vallée peuvent être affectés par des gelées sensibles en hiver et au printemps et la fertilité du sol est trop élevée pour des vins de grande qualité. Les sols des chaînes de collines sont divisés en trois types: les sols sur les sédiments marins (Willakenzie, Bellpine, Chuhulpim, Hazelair, Melbourne, Dupee), les sols sur basalte (sol Jory, Nekia, Saum) et les sols de loess (Laurelwood). Le Pacifique assure des températures modérément chaudes en été et des hivers doux. La Willamette Valley est ~ au 45e parallèle, c'est-à-dire au niveau de Milan et de Bordeaux, par exemple, plus au sud que la Bourgogne (47e parallèle); l'Oregon bénéficie donc d'un ensoleillement plus intense à des températures plus modérées. Je pense que seuls les clones de pinot noir originaires de Bourgogne sont effectivement utilisés, mais ce n'est pas explicitement décrit dans tous les cas.
Nous avions quatre vins provenant de différentes AVA (American Viticultural Area), trois de ces appellations d'origine ayant des sols sur basalte ( McMinnville , Eola-Amity-Hills , Dundee-Hills ) et une de sédiments marins ( Ribbon Ridge ).

CR:Kelley Fox Wines - Momtazi Vineyard Pinot Noir - McMinnville - 2015:
13vol%; 42€
Rouge grenat avec des reflets violets et des stries sur le verre. Au nez ferreux (métallique) et sanguin, floral (lilas et pot-pourri), terreux et quelque peu malté-torréfié, en arrière-plan cerise et mûre. Avec l'air, le métal diminue et l'expression du fruit devient plus intense.

Acidité fraîche, corps moyen à fort, complètement sec. Riche en extraits avec des tanins assez souples (quelque peu astringents et asséchants) assez puissants. Cerise claire (cerise Amarena), mûre (un peu luxuriante), amande amère, feuilles de thé. Dans l'ensemble, dense, frais et avec une certaine puissance. Un effet profond, s'ouvre bien en bouche, mais pas complexe; encore très jeune. Avec l'air, les tanins deviennent de plus en plus présents.

Bon à très bon

La couleur est assez forte pour un Pinot Noir, le fruit est un peu trop mûr pour moi, la cerise a une certaine tendance au sundae. Actuellement assez difficile à déguster, car il semble assez fermé.

CR:Arterberry Maresh - Pinot Noir Old Vines - Dundee Hills - 2016:
13vol%; 47,50€; Pommard and Wadenswil clones
Rouge rubis. Au début, le toasting est assez proéminent au nez: cendre, pain grillé brûlé, caramel; mieux intégré le 2ème jour. En plus, des arômes floraux, légèrement terreux, poussiéreux et de cassis à peine mûr.

Acidité très fraîche. Corps moyen à fort, sec et assez riche en extrait. Plutôt peu de tanins à grain fin et légèrement farineux (pas désagréable). Cassis clair, intense avec un noyau sucré, un peu de framboise, de légers arômes terreux et d'épices. En bouche, la barrique est agréablement subtil, un peu de cendre. Frais, mais tout à fait avec finesse. Longueur honorable.

Bon à très bon

L'acidité est bien présente, ainsi qu'un fruit charmant et beau, une certaine complexité et finesse. D'un point de vue stylistique, je l'aime bien, c’est très classique; peut-être est-il actuellement un peu fermé. Je suis indécis quant au classement de ce vin, surtout par rapport à son prix.

CR:St. Innocent Winery - Pinot Noir Temperance Hill Vineyard - Eola-Amity Hills - 2015:
13vol%; 39€; Pommard clone
Rouge rubis avec des stries sur le verre. Nez terreux et poussiéreux, cassis, cendre et caramel. Belle clarté, intensité agréable, pas trop expressive. Je l'aime bien.

Légère acidité, corps moyen, sec avec extrait moyen. Beaux tanins à grain fin. Fruit clair (cassis, un peu de cerise) avec une légère douceur. Cendre, caramel. Très défini avec finesse et contours. Longueur honorable.

très bon (+)

Mon préféré de la dégustation. Je trouve le vin assez bourguignon avec une petite touche de modernité. Cela a été discuté de manière très controversée dans le groupe. La note caramel était trop moderne et envahissante pour certains. Le deuxième jour, cependant, cela s'est bien intégré, le vin semble plus classique dans l'ensemble, maintenant les tanins très présents. Les raisins sont entièrement égrappés. Le vin a toujours l'air très jeune, mais avec de beaux tanins et beaucoup de fruit (charmant sans être envahissant). Je pense qu’il peut se développer très bien.

CR:Patricia Green Cellars - Estate Vineyard Old Vine - Pinot Noir Ribbon Ridge - 2016:
14.1vol%; 37€; Pommard-, Wadensvil-, Dijon 114-, Dijon 777-clone .
Rouge rubis plus intense. Au nez fruité expressif, cerise (fraîche) et canneberges séchées. Arômes floraux, un peu poussiéreux et saveurs de la barrique (vanille, caramel); bien dosé.

L'acidité est fruitée et douce au début, puis fraîche. Corps plus fort, plus riche en extrait. Bouche douce et ample. Fruit juteux et intense (cerise, cassis) avec de la douceur, un peu d'amande amère, sucré et épicé (cannelle, piment de la Jamaïque) et des notes éthérées de genièvre. Des tanins fins et mûrs assurent densité et fraîcheur, une certaine puissance et concentration. Assez accessible, clair avec une bonne à très bonne longueur.

très bon

C’est le vin du vignoble sur sédiments marins. Il était plus plein et plus concentré que les autres, il était aussi le plus alcoolisé. Est-ce que cela est dû au sol? Je ne sais pas. Clones de pinot noir de Bourgogne. Cela a déjà de la qualité, mais pour moi, c'est trop fort et intense, déjà légèrement intrusif. La composition des arômes ne me plaît pas tellement. Pour le vin, différents lots ont été fermentés avec plus ou moins de râpes: « Multiple fermentations ranging from completely de-stemmed to 66% whole cluster». Et je crois, c'est quelque chose qui me dérange encore plus: le vin apparaît stylistiquement contradictoire, incohérent dans ses composants. Si je fais fermenter des raisins d'un vignoble avec des proportions différentes de râpes, j'obtiens des vins différents, à mon sens, qui dans l'assemblage apportent un produit bien peu naturel.

Les vins sont différents du point de vue du style, mais ils sont assez semblables du point de vue du caractère de base ou de la matière des raisins.

Nouvelle-Zélande:

Contrairement aux vins dégustés de l'Oregon, les pinots noirs de Nouvelle-Zélande sont répartis sur un large éventail géographique. Black Canvas et Ata Rangi (~ 41e latitude; à peu près Naples ou Madrid), Burn Cottage (45e latitude) et Black Estate (43e latitude; à peu près Marseille).

CR:Ata Rangi - Pinot Noir - Martinborough - 2017:
13vol%; 55€; Abel Clone
Rouge rubis avec des stries sur le verre. Au nez floral (rose sauvage), fraise mûre, cerise et mûrier, quelques herbes séchées, terreux. Légèrement éthéré-rafraîchissant. Intensif.

Acidité douce, corps puissant, assez riche en extrait. Après la douce acidité, les tanins créent de la fraîcheur, ce que donne une certaine profondeur, mais manque un peu de contour pour moi, l'extrait pourrait être mieux intégré. Beaux arômes terreux, un peu de cendre et un fruit de cerise clair. Notes florales (rose sauvage, feuilles de framboisier) et réglisse. Belle finale avec une bonne longueur.

très bon

En bouche, les arômes sont harmonieux et je les apprécie beaucoup. Le fruit est un peu plus foncé, plus ample et plus puissant. Dans l'ensemble assez expressif, ce que j'attribuerais certainement en totalité à l'ensoleillement plus intense dû à la latitude plus proche de l'équateur (par rapport à l'Oregon). Le vin semble également très jeune et devrait encore mûrir, dans le contexte de la dégustation et en général je pense qu'il est assez cher. Les vignobles sont équipés du clone Abel, probablement originaire de Bourgogne [lien] .

CR:Blank Canvas Wines - Upton Downs Pinot Noir - Malborough - 2016:
13vol%; 32€; Clone 777
Nuageux rouge clair avec des bords brun rouille. Au nez assez expressif: fruits rouges (groseille, fraise), fruits secs (canneberges) et floral (rose sauvage). Un peu torréfié (caramel) et terreux. Assez intéressant et polyvalent.

Acidité délicate avec fraîcheur. Corps plus léger, sec. Impression douce en bouche, plutôt délicate en bouche: groseille, quelques herbes séchées et pot-pourri. Une certaine complexité, mais difficile à définir et à appréhender. Délicat, frais et naturel, plutôt court.

Bon

Le vin a fait un peu bande à part par la façon de sa production. Il me semble vendangé assez tôt, issu d'une région non-cool-climate, rouge-fruité-frais. L'acidité est délicate, mais la fraîcheur est due aux 40% de raisins non égrappés. Assez nuageux et de couleur pâle. C'est un vin intéressant, buvable et bien ouvert maintenant, quant à la durée de conservation, je serais plutôt prudent. La cave n'existe que depuis quelques années, peut-être doivent-ils se trouver encore techniquement avec l’utilisation des râpes.

CR:Burn Cottage - Moonlight Race Pinot Noir - 2018:
13.6vol%; 40€
Rouge rubis. Assez floral au nez, déjà légèrement envahissant, comme certaines fleurs peuvent le faire (par exemple les lys). Fruits frais et rouges (fraise, groseille), plus fruits secs.

Acidité modérément fraîche. Corps moyen, assez riche en extrait, complètement sec. Tanins séchants - astringents, quelque peu stoppants-non mûrs. Arômes verts végétaux, pas si clairs, un peu diffus. Terreux, café et cerise douce. Un peu alcoolique, longueur décente.

Bon

Différents clones (bourguignons) issus de deux vignobles, 15% non égrappés. La râpe se remarque par manque de maturité à mon avis. Les tanins ne sont pas agréables. Le rapport sur le parle de la récolte la plus précoce jamais réalisée. Je trouve les arômes de fruits en partie déjà assez mûrs, mais la maturité phénolique, par contre, n'est pas suffisante. Avec 13,6% d'alcool et d'extrait, cela semble un peu gros pour un pinot noir.

CR:Black Estate - Damsteep Pinot Noir - North Canterbury - 2017:
12.5vol%; 35€
Rouge rubis plus intense. Un peu poussiéreux et terreux au nez, avec du cassis et de la cerise. Arômes de torréfaction foncée très subtils. Épicé et un peu de pot-pourri. Je l'aime bien, harmonieux et discret, classique et assez complexe.

Acidité douce, mais globalement fraîche grâce aux tanins mûrs et beaux (astringents - séchants). Corps plus léger, sec. Il a de l’extrait, mais les tanins lui donnent un aspect mince et frais. Terreux et poussiéreux, cassis et des arômes végétaux. Clair, équilibré, une certaine élégance et une bonne longueur.

bon à très bon

Il a encore l'air très jeune, une fraîcheur notable due à la râpe (la fiche technique indique: « De-stemmed, not crushed, 80% Whole berries », ce qui n'a pas de sens pour moi, ou plutôt je ne comprends pas combien de râpes y avait-il), mais l'acidité était plutôt douce, on sentait la fermentation malolactique; certains étaient perturbés par un ton légèrement lactique au nez. Le premier jour avec une certaine élégance, le deuxième jour les tanins deviennent plus présents et le vin a l'air un peu rustique. Je l'ai bien aimé, je ressens une certaine curiosité pour le développement, mais 35 € ne sont certainement pas une bonne affaire.

Tous les vins, de l'Oregon et de la Nouvelle-Zélande, présentaient une certaine similitude de base. J'attribuerais cela principalement aux clones bourguignons utilisés partout. Du point de vue stylistique, ça offre donc un large éventail et montre ce que l'on peut faire avec le pinot noir. J'ai tendance à nommer la latitude avec son influence sur l'intensité et la durée de l'ensoleillement - et donc l'expressivité aromatique - comme un deuxième facteur d'influence important. Je trouve les vins tous aromatiquement un peu plus expressifs (à plus fort) que les vins de Bourgogne.

Les vins étaient et semblaient tous encore très jeunes, n'étaient pas faciles à appréhender et partiellement serrés. On ne peut peut-être pas rendre suffisamment justice à chaque vin dans une dégustation aussi concentré.

Mon préféré est le St. Innocent, qui, à mon avis, ressemble beaucoup aux vins de Bourgogne. Il est juste de se demander s'il est utile de rechercher des jumeaux (très réussis) et s'il n'est pas en fait beaucoup plus excitant de rechercher des vins de l’Oregon et de la Nouvelle-Zélande avec leur propre expression culturelle et du terroir.

Mais je trouve cela très difficile à nommer, bien sûr, ce n'est pas possible après une telle dégustation aléatoire. Cependant, la sélection des clones et les techniques utilisées en cave font que les vins sont très proches de la Bourgogne; je ne vois pas si clairement dans quelle direction il y a un trait distinctif. Je me suis demandé si, dans le cas des vins de l'Oregon, il s'agissait de cette combinaison d'éléments classiques du vignoble et de techniques modernes en cave. C'est ainsi que j'ai perçu les vins de Patricia Green et Kelley Fox, mais je n'ai pas encore identifié l'attrait que cela représente pour moi. Cependant, je ne veux explicitement pas suggérer d'utiliser plus de clones de pinot noir allemand ;) .

Cheers -- Ion
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., vine.jo, peterka, bertou, Moriendi, Vaudésir, tomy63, Frisette, éricH, Kiravi
05 Avr 2021 10:44 #9
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 107
  • Remerciements reçus 426

Réponse de Ion sur le sujet Dégustation Spätburgunder vs. Pinot Noir

Nous avons poursuivi nos dégustations de Spätburgunder d'Allemagne (<20 €). Les vins ont été distribués vers 12h00 sur des petites bouteilles, puis dégustés à l'aveugle dans la soirée. Les vins avaient un niveau bon à très bon. Nous avons été assez unanimes dans nos préférences au sein du groupe lors de cette dégustation. Deux vins ont  plutôt mal réussi (Hiller et Huber), trois vins très bien (Walter, Schneider et Hermann).

 

Le premier vin provient de Weinwerkstatt Daniel Bach. Les vignes sont situées à Riegel am Kaiserstuhl sur un sol de loess. L'élevage a lieu en barriques, les vins sont mis en bouteille sans être filtrés. Outre sa propre cave, Daniel Bach travaille à la cave de Bernhard Huber, depuis l'année dernière à la cave de Trautwein à Bahlingen. Les informations sont toutes tirées de la page d'accueil, qui mérite d’être lu.

CR: Weinwerkstatt Daniel Bach - Spätburgunder Alte Reben - 2016 (Baden):
13vol%; 15€
Rouge grenat assz transparent. Nez agréable et ouvert: Cerise, subtils arômes torréfiés (café), éthéré (conifère) et herbes séchées, terreux/sol forestier. Il me plaît beaucoup.

Acidité fraîche et modérée. Corps léger à moyen, sec, d'apparence plutôt douce. Tannins astringents peu nombreux et séchants,, plus présents le 2ème jour, dans l'ensemble le vin semble un peu plus charpenté. Charmant cassis, un peu de cerise (tous deux plutôt frais), épicé (poivre), terreux et un peu végétal. Clair et élancé, une certaine élégance, belle longueur.

très bon

Je trouve le nez en particulier très classique. Le bois est très subtil et précieux, rien d'impétueux. Pas super dense, plutôt mince et léger, mais je pense que le vin a encore du potentiel et continuera à se développer.

Le 2ème vin, Weingut Rudolf Fürst - Burgstadter Pinot Noir - 2016 malheureusement, bouchonné. Nous avons continué avec

CR: Weinbau Christian Hiller - Randersacker Sonnenstuhl - Spätburgunder trocken - 2016 (Franken):
13.5vol%, 14€
Au nez, canneberges séchées et fraises séchées, thé aux fruits, feuilles de mûres et groseilles. Un peu de fer.

En bouche une acidité plutôt douce et modérée. Corps léger, faible en extrait. Thé aux fruits, fruits rouges séchés avec une douceur juteuse au cœur; du poivre. Impalpable au milieu, peu de présence, pas particulièrement long. Le 2ème jour, les tanins sont plus présents, la structure plus tangible - surtout au milieu avec plus de contours.

bon

J'avais déjà bu le vin il y a deux ans. Le fruit rouge (à l'époque caractérisé par un peu de chaleur) s'est maintenant développé en fruits secs et en thé aux fruits pour moi, on a l'impression de visiter un salon de thé. J'ai peur qu'il ne devienne pas meilleur aromatique. Le vin n'a pas mauvais goût, mais c'est quelque chose de spécial.

CR: Weingut Bernhard Huber - Malterdinger Spätburgunder - 2016 (Baden):
12.5vol%; 18€
Rouge grenat. Au nez, des arômes de torréfaction foncée (bois brûlé, fumée) et végétaux (poubelle bio), le tout très intense. Désagréable au début, ça s'améliore un peu avec l'air. Cerise et cassis en arrière-plan. . Avec le temps, le végétal se transforme en notes florales, mais  je ne suis pas vraiment enthousiaste.

Acidité assez fraîche, la maturité est à peu près atteinte, mais pas beaucoup d'acidité, de sorte que l'équilibre est maintenu. Corps plus léger, extraction douce, impression de sécheresse, sans douceur. Peu de tanins, mais ils sont un peu verts-végétaux. Fruit assez intense, frais et d'apparence naturelle (groseille, cerise). Le fruit est assez charmant. Arômes de torréfaction foncée et végétaux. Bonne
longueur.

bon

Je pense que la maturité manque ici dans les tanins, et que les arômes sont trop verts-végétaux. Dans l'ensemble, il y a aussi un manque de substance, pas un bon rapport qualité-prix pour 18 €, dans le groupe l'avant-dernière place. Il y a quelque temps, j'ai bu le millésime 2017, que j'aimais mieux. J'avais noté de beaux tanins mûrs. Probablement un simple effet du millésime.

Le prochain vin de la cave Hermann à Altvogtsburg vient également du Kaiserstuhl. 3,6 hectares de vignes, clones de pinot noir bourguignon.

CR: Weingut Hermann - Oratio - Pinot Noir*** - 2016 (Baden):
13.5vol%; 13€
Rouge grenat, très légers bords brunâtres. Arômes torréfiés au nez (caramel, fumée). Fruits rouges (groseilles, églantier) et fruits rouges secs (subtil). Des notes éthérées et fraîches ajoutent un peu d'élégance. Il me plaît bien.

Acidité fraîche, corps moyen avec extrait. Tanins fins, légèrement asséchants, complètement secs. Cassis et assez beaucoup d'arômes torréfiés (café, toast brûlé), toujours équilibrés; un peu de poivre, de légers arômes végétaux. Bonne intensité et longueur.

Bon à très bon

Le premier jour, le vin avait vraiment du volume et j'aurais aimé qu'il ait un peu plus de structure. Au 2ème jour, les tanins étaient plus présents, la matière mieux intégrée, mais le vin globalement plus fermé. Un certain stockage peut avoir un effet positif ici certainement plus loin. Le bois était assez présent, mais de bonne qualité. Pour moi, le vin semblait déjà allemand avec une touche légèrement moderne. Il y a aussi une ressemblance avec le Huber bu plus tôt. Le Huber est plus végétal, celui-ci plus torréfié. Comme pour le Huber, j'aurais aimé que les tanins aient un peu plus de maturité. Le troisième vin de 2016 de Kaiserstuhl, celui de Daniel Bach, ne manquait pourtant pas de maturité au niveau des tanins.

Ensuite, mon préféré, qui a également été classé meilleur du groupe.

CR: Weingut Josef Walter - Pinot Noir - Bürgstadter Centgrafenberg - 2012 (Franken):
13.5vol%; 19,50€
Rouge foncé avec un peu de brun rouille. Fumé-poussiéreux, terreux. Épicé (clou de girofle, poivre) et cassis. Éthéré (aiguille de sapin. Je l'aime bien.

Acidité fraîche, corps moyen, assez riche en extrait, complètement sec. En bouche plus douce soutenue par de beaux tanins doux, super! Cerise et cassis mûrs avec un cœur fruité-sucré. Joli fruit clair, très élégant. Sous-couche terreuse et épicée (clou de girofle, poivre). Intense, équilibré et avec une pression douce. Bonne longueur.

très bon (+)

Le fruit est intense, sans paraître artificiel ou intrusif, complexe au nez. La structure et la substance ont encore des réserves, seuls les arômes sont un peu tertiaires. J'ai encore une bouteille, avec mes préférences gustatives, je vais probablement vouloir la boire dans les deux prochaines années.

CR: Später Veit - Pinot Noir Reserve - 2012 (Mosel):
12vol%; 19,50€
Rouge grenat avec des bords légèrement brunâtres. Nez herbacé et épicé (piment de la Jamaïque), éthéré (aiguille de sapin). Arômes subtils de torréfaction foncée, groseilles, fruits secs, terreux. Requiert de l'attention, complexe, j'aime ça.

En bouche, l'acidité est fraîche, mais quantitativement peu, vite disparu. Corps léger, faible en extrait. Aromatiquement intéressant avec des fleurs fanées, groseille, un peu de cerise, frais avec juste la maturité.  Baies rouges, séchées et épicé. Un peu vide et court.

bon

Le nez est excitant et complexe, puis un peu fin en bouche. Néanmoins, je pense que le tableau d'ensemble est cohérent, le vin est agréable à boire et aussi stimulant, c'est amusant de le gérer. Dans un tel mode de dégustation, cependant, le vin a du mal. Assez controversé dans le groupe, s'est retrouvé au milieu du terrain.

CR: Weingut Claus Schneider - Weiler Schlipf - Spätburgunder CS - 2015 (Baden):
13.5vol%; 15,40€
Rouge grenat assez transparent. Au nez assez subtil: poussière, groseille, un peu de fraise. La barrique est très subtil (caramel), des notes éthérées et un peu herbacé-végétale.

Acidité fraîche, corps moyen. Tanins mûrs, légèrement acidulés, bien présents. Cerise et quelques cassis avec de la douceur au cœur. Un peu de poivre, de subtils arômes torréfiés (caramel). Toujours jeune, pas très complexe, mais magnifiquement clair, élégant et précieux. Bonne intensité, densité et bonne longueur. Belle structure, très bien équilibrée.

très bon

A mon goût, les tanins les plus attractifs de tous les vins, dans l'ensemble plutôt rouge-fruité. A également été très bien accueilli dans le groupe, le nez a parfois été discuté de manière un peu controversé car il était tellement réservé et la note herbeuse était parfois perçue comme désagréable. Le  2ème jour les tanins sont encore plus présents, le vin se ferme complètement. Est-ce que le nez est dû au style réservé des vins de Schneider ou est-ce qu'il s'est déjà refermé le premier jour? Je pense que les deux sont possibles.

Je bois souvent des vins de la cave Claus Schneider, c'est l'un de mes préférés. J'aime beaucoup le Chardonnay, le Pinot Noir et le Gutedel (Chasselas), j'aime aussi le pinot blanc. Les vins ont besoin de temps et sont reservés, mais je les recommande sans hésiter.

Cette dégustation a montré une fois de plus l'éventail stylistique que permet le pinot noir. Comme lors de la dernière dégustation, avec les vins du Nouveau Monde, les vins à plus forte teneur en alcool ont eu tendance à mieux s'en sortir. Je pense que c'est simplement un effet du mode de dégustation. Vous devez vous concentrer sur une longue période de temps. Les vins accessibles, ouverts et plus faciles à appréhender sont alors perçus comme quelque peu relaxants.

Les vins du Nouveau Monde étaient lourds en tanins, riches en extrait, mais aussi plus puissants sur le plan aromatique. Les allemands ici sont définitivement un peu plus fins, plus légers. J’y retrouve la typicité d'un Spätburgunder allemand, qui ne présente toutefois pas la propriété trop boisé, alliacé  et semblable à de la viande bouillie avec lequel le Spätburgunder allemand quelquefois aime gâcher mon désir de vin.

Cheers -- Ion
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, dfried, Nilgiri, denaire, peterka, Vaudésir, tomy63, jd-krasaki, ysildur, éricH
11 Mai 2021 10:23 #10
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck