Nous avons 1873 invités et 33 inscrits en ligne

Une dégustation de LPV78 chez Mathieu : forcément prestige !

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9251
  • Remerciements reçus 16771
Pour cette dernière de l’année, on hésitait entre prestige et prestige – prestige…
On n’a pas tranché mais le résultat a dépassé les attentes : pour moi la plus belle des éclectiques de LPV78 !

Il faut dire que Mathieu avait mis les petits plats dans les grands, avec un apéritif varié et copieux, des Saint-Jacques purée de choux-fleurs et piment d’Espelette, et des souris d’agneau confites de compétition, mogettes et purée maison.
Quant aux fromages et au dessert, ceux qui arriveront au bas de ce CR pourront comprendre que l’on n’avait pas vraiment faim en sortant.

Côté liquide, aucun GO ; on s’était simplement concerté sur le nombre de vins par type (trois bulles, cinq blancs, cinq rouges, deux jaunes et deux sucres), et le résultat a été inattendu en termes de convergences !

Allez c’est parti, la soirée sera longue et douce…


Champagne De Sousa – Cuvée des Caudalies – Blanc de blancs

 

Dégorgement 16 décembre 2011, dosage 7 g/l.

La robe est parée d’un or moyen.
Le premier nez est plutôt intense, le second va en offrir plus. D’abord sur les agrumes et les fruits blancs, les fruits secs apparaissent à l’aération.
La bouche est superbe, harmonieuse, gourmande, posée et légèrement joufflue en attaque (7 g/l, on n’a plus l’habitude ! mais ce n’est en rien gênant). Une belle vivacité et une bulle crémeuse l’animent, le style joue sur l’élégance et l’allonge jusqu’à une finale saline de toute beauté.
Excellent


Champagne Roses de Jeanne – Inflorescence – Blanc de noirs

 

100 % pinot noir, dégorgement avril 2011, V 09.

Une première coïncidence avec ces deux Champagne dégorgés en 2011 !
L’or de la robe est tout aussi dans la moyenne.
Le nez se libère immédiatement en développant des arômes de croûte de fromage et de grillé sur une base fruitée mêlant fruits jaunes et fruits secs.
La bouche conjugue ampleur et saveurs charmeuses, avec une bulle qui se fait caressante. Elle donne une impression de densité certaine, voire d’impact. Une bonne relance est assurée grâce à la fraicheur prégnante et la finale s’imprègne de salinité et de fins amers.
Excellent

Un grand bravo à Greg qui a trouvé d’entrée le domaine !


Champagne Egly-Ouriet – Brut Grand Cru – 2002

 

Assemblage 70% pinot noir et 30% chardonnay. FA en barriques, pas de malo. Vieillissement 118 mois sur lattes. Dégorgement mai 2013, dosage 2 g/l.

La robe soutenue tire vers le vieil or.
Très intense, baroque et complexe, le nez envoute par son bouquet de fruits secs, de fruits confits et de bois précieux, ainsi que par sa touche épicée.
La bouche est énorme : tous les curseurs sont très hauts mais avec cohérence et sans excès. La bulle évanescente n’est là que pour rappeler que c’est un Champagne, en soulignant les qualités du vin. La matière riche et serrée, donnant presque une sensation de mâche, se déploie avec ampleur, bien gainée par une acidité structurante. La persistance est magnifique, mettant en avant un raffinement supplémentaire ses accents minéraux.
Excellent + et certainement pour moi un des plus grands Champagne jamais dégustés !

Mazette, quelle triplette de Champagne ! Et ponctuée par un tel grand vin !
Bon, il va falloir redescendre (un peu) sur terre, avec les vins tranquilles…


Domaine de la Pousse d'Or – Puligny-Montrachet 1er Cru – Le Cailleret – 2014

 

La robe est bien dorée.
Expressif et élégant, le nez propose des fruits jaunes bien mûrs, pouvant même évoquer la banane, teintés d’un grillé très fin et d’une touche de minéralité.
L’enveloppe de la bouche est ample et habillée d’une belle pellicule de gras. La sapidité la rend très aimable et c’est dans la finale effilée que l’acidité ressort, participant à l’allonge conséquente.
Très Bien ++ pour ce vin réussi dans un millésime où l’on aurait craint un manque de chair.


Domaine Bernard Boisson-Vadot – Meursault – Les Grands Charrons – 2010

 

L’or de la robe est bien marqué.
Le nez se livre sans retenue en déployant des fruits jaunes, du pralin, un léger toasté, de la vanille et un ensemble rappelant l’élevage mais sans ostentation.
La bouche séveuse a beaucoup de fond et se nappe d’un voile de gras. L’aromatique en rétro-olfaction est engageante et généreuse, avec un boisé pas encore tout à fait digéré. La persistance superlative se réalise en force.
Très Bien +(+) mais encore un peu jeune, avec de beaux espoirs pour dans cinq ans.


Domaine des Comtes Lafon – Meursault – 2017

 

La robe se situe entre paille et or.
D’abord moyennement intense, le nez évoque le Chablisien par ses fruits blancs et surtout ses notes de croûte de fromage et de champignon.
La bouche s’avère un modèle de finesse et de subtilité. Bien tendue, on y retrouve une aromatique et une minéralité toutes chablisiennes. La finale claire et limpide s’étire longuement après une parfaite prise d’élan grâce à l’acidité.
Très Bien ++ / Excellent et déjà étonnamment prêt à boire, comme pour beaucoup de blancs de Bourgogne de ce millésime, mais avec un avenir bien tracé devant lui pour longtemps.

Deux Meursault servis l’un derrière l’autre et sans concertation, de très bon voire de haut niveau mais tellement différents !


Weingut Franz Hirtzberger –  Wachau – Spitzer Honivogl – Grüner Veltliner – Smaragd trocken – 2008

 

La robe arbore un or ambré.
Très intense et luxuriant, presque baroque, le nez exhale des fruits confits teintés de gentiane.
La bouche est pêchue, assise sur une matière aux extraits secs abondants et riche par son aromatique ainsi peut-être que par quelques SR qui traineraient. Mais une acidité tonique et une fine amertume conjuguent leurs efforts pour garder l’ensemble dans l’axe et bien le relancer.
Très Bien ++ / Excellent


Weingut FX Pichler – Wachau – Grüner Veltliner – Smaragd M trocken – 2008


 

La robe se présente sous un or clair.
Le nez très intense montre quelques arômes finement pétrolés mais aussi des senteurs racinaires plus typées du cépage, le tout étant assis sur une base fruitée bien mûre.
La bouche est FORMIDABLE, alliant puissance et tension, et aussi une grande gourmandise (mais oui !) avec une sucrosité ténue. On ressent une énorme vibration qui nous transporte dans un univers peu exploré, en tout cas pour moi, jusqu’à une finale qui s’élargit encore tout en persistant pour notre plus grand plaisir.
Excellent (+)

Cette fois-ci la paire était voulue et les deux vins se sont révélés dans deux styles encore très éloignés. Mais quel cépage ! Et qui peut donner d’aussi grands vins dont un exceptionnel !


Il est temps de redescendre encore une fois un peu, en attaquant les rouges par une curiosité.

Domaine François Cotat – Vin de Table – Chavignol – 2017

 

Cette cuvée n’a pas fait sa malo, ce qui est rarissime pour un rouge.

La robe est claire et bien tuilée.
Moyennement intense, le nez pinote gentiment, avec ses senteurs de petits fruits rouges, la cerise bien sûr, et la framboise. Quelques touches florales et poivrées apportent un complément intéressant.
La bouche est dans la continuité, vive et d’une grande franchise de goût, celui-ci étant bien fruité, avec des tanins inexistants et une finale chic et choc qui force la sympathie.
Très Bien et pas plus car cela reste assez simple. Cependant cette cuvée peut très bien vieillir sur beaucoup de millésimes comme en témoigne  cette verticale organisée par l'ami Claude.


On change de registre, tout en restant en Loire, avec ce :

Clos Rougeard – Saumur-Champigny – 2013

 

La robe est assez sombre et montre un beau dégradé sur les bords du disque qui a commencé à se teinter des couleurs de la maturité.
Très expressif et classieux, le nez exhale des fruits noirs mais aussi de la framboise, du poivron bien mûr et du piment d’Espelette.
La bouche s’affirme avec ampleur et race, déploie une aromatique très engageante, et prend assise sur des tanins fondus. L’ensemble affiche une grande fraîcheur, tout en raffinement, sur une chouette allonge de grande pureté.
Très Bien ++ et peut encore durer cinq ans sans problème, mais c'est déjà à point.


Domaine Jean-Louis Chave – Hermitage – 2004

 

La robe sombre est marquée par une certaine évolution, sans faire son âge.
Intense mais pas explosif, le nez joue dans l’élégance, mêlant fruits noirs et épices douces bien prégnantes.
La bouche se campe sur des tanins à la fois denses et doux et sur un grain serré. L’aromatique plutôt aristocratique et la belle vivacité concourent à un ensemble racé, d’autant que la finale très persistante s’oriente vers plus de délicatesse.
Excellent et à boire


Domaine Auguste Clape – Cornas – 2011

 

La robe bien sombre a perdu ses reflets de jeunesse sans gagner ceux d’évolution.
Le nez livre avec une belle générosité une aromatique de fruits noirs, de camphre et d’épices, pour un ensemble à la fois classieux et séducteur.
La bouche fait preuve d’un équilibre abouti : complètement fondue, conjuguant amplitude et finesse, aux saveurs foisonnantes et appétentes. Pour ne rien gâter, bien au contraire, la finale couronne le tout par son caractère élancé, sans aspérité et élégant.
Excellent et à point mais les joueurs peuvent encore attendre pour espérer un rien de plus de complexité.


Domaine Jamet – Côte-Rôtie – 2011

 

La robe sombre parait encore assez jeune, avec ses reflets violacés sur la frange.
Très intense, le nez présente une aromatique inattendue, avec des tonalités pierreuses bien présentes et des épices, les fruits noirs restant au second plan.
La bouche a choisi le camp de la rigueur et parait sévère par ses arômes de cendre et par son acidité prégnante. Heureusement, le toucher moelleux apporte un peu de confort et la persistance est très appréciable et plus civilisée.
Très Bien +
Si j'en avais une en cave, j'essaierai d'attendre cinq ans pour voir si cette acidité peut se gommer un peu.


Après trois Meursault, trois Rhône septentrionaux !
La paire grand Cornas - grande Côte Rôtie avait été prévue par son apporteur, mais la confrontation avec l’Hermitage était inattendue. En tout cas trois grands domaines.
Et une grosse surprise : si on m’avait dit que dans les deux derniers vins l’un était un Clape et l’autre un Jamet, je les aurais certainement inversés… J’ai en effet rarement rencontré un Cornas de Clape aussi aimable ni une Côte-Rôtie de Jamet aussi stricte…

 
Plateau de fromages apporté par François (il manque un comté de compétition sur le plateau, par manque de place) : il était persuadé qu’Oliv serait présent…

C’est donc le moment des jaunes. Chouette, tout le monde en est fan à LPV78 !


Domaine Macle – Château-Chalon – 2000

 

L’or de la robe est à peine ambré.
Le nez explose avec puissance, associant le curry et le céleri, mais pas la noix, arômes bien complétés par de beaux fruits jaunes.
La bouche est de grande classe. Il y a tout dans ce vin magnifique : richesse, raffinement, acidité, volume, texture fine, sapidité folle, allonge incroyable et même une gourmandise certaine !
Excellent +
Quel pied ! Et bien entendu à boire ou à garder trente ans, sans attendre beaucoup d'évolution supplémentaire.


Domaine Marie-Pierre Chevassu-Fassenet – Château-Chalon – 2007

 

L’or de la robe est cette fois-ci très nettement ambré.
Le nez très intense développe avec finesse un bouquet racinaire, sur une base plus classique de fruits jaunes et de fruits secs.
La bouche joue dans l’élégance, avec une matière en demi-corps et une bonne tension qui lui assure de la vitalité sur la longueur.
Très Bien +(+) mais ce n’était pas un cadeau de passer en paire avec le Macle.



Domaine Labet – Macvin du Jura

 

Cette mistelle est composée de 2/3 de jus de raisins frais et de 1/3 de vieux Marc élevé deux ans en fûts de 228 l, et issue d’un assemblage à 60 % de 2020 et 40 % de 2018.

La robe est particulièrement ambrée.
Le nez puissant évoque irrésistiblement le marc, avec des raisins secs très purs et un trait végétal.
Très corsée et assez capiteuse, la bouche se révèle riche en sapidité et en sucres, d’une grande concentration. Cet ensemble aurait pu tomber dans la lourdeur si une tension salvatrice n’avait pas permis un rééquilibrage. Certes l’acidité n’est pas ressentie en tant que telle mais elle est bien là, au second plan, au service du vin pour le mobiliser et le guider.
Très Bien +(+)

Un Stilton de compétition lui propose également son appui et c’est une immense réussite (4,5 / 5) car il affine la bouche et la tonifie encore plus.

 
Tarte confectionnée par Vivien (au top !) : pommes du jardin, gelée de mûres de ma marraine, noix du jardin, raisins secs, soupçon de cannelle

Domaine Lajibe – Jurançon – Serres-Seques – 2018

 

La robe attire par sa belle couleur vieil or.
D’une intensité débordante et d’une belle définition, le nez offre du coing, de la pomme bien mûre et des nuances florales qui apportent de la fraîcheur.
La bouche de grande harmonie est habillée d’une liqueur légère, presque en suggestion, d’autant que la trame vive et la gourmandise fruitée jouent les premiers rôles. L’ensemble se révèle d’une formidable digestibilité et d’une superbe persistance, laissant un palais bien net qui, même en fin de dégustation, appelle à une nouvelle gorgée.
Excellent


L’année se termine donc bien !
Un immense merci à Mathieu pour son accueil, et à tous pour les apports généreux et sans faute, ainsi que pour l’ambiance toujours aussi amicale et jeune.

Au fait, c’était prestige ou prestige – prestige ? On s’en fout, c’était bon !
A l’année prochaine !

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Gildas, Alain Hinant, Jean-Paul B., tht, matlebat, Axone35, vinozzy, sideway, peterka, A42T, bertou, bulgalsa, bibi64, JRU83, Benoit Hardy, GILT, Vaudésir, mauss.th, Atmosphere, vivienladuche, TristanBP, Oyaji-sama, Papé, Blog, Agnès C, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, AgrippA, the_ej, ptitcoco, ysildur, KosTa74, Martino, Kiravi, Garfield, Vesale, LEON213, Ilroulegalet, Manas, SG75, Jean F, Allobroge, Droop
21 Déc 2023 11:19 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6410
  • Remerciements reçus 6356
Je reconnais cette tarte Jean-Loup
21 Déc 2023 11:38 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9251
  • Remerciements reçus 16771

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Une dégustation de LPV78 chez Mathieu : forcément prestige !

Oui mais la nôtre c'était l'original ! La tienne, Stéphane, seulement un copier-coller... 

Jean-Loup
21 Déc 2023 11:43 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1350
  • Remerciements reçus 1822

Oui mais la nôtre c'était l'original ! La tienne, Stéphane, seulement un copier-coller... 

Jean-Loup


Non un modèle plus petit à Chablis et pas tout à fait les mêmes variétés de pommes (même si elles provenaient également du jardin...)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Vaudésir
21 Déc 2023 11:46 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2975
  • Remerciements reçus 1016
Je sais pas qui a apporté le Cotat mais je pense qu'il devrait être exclu du club 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin
21 Déc 2023 14:53 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1350
  • Remerciements reçus 1822

Je sais pas qui a apporté le Cotat mais je pense qu'il devrait être exclu du club 

Benj, si tu tiens à lire encore quelques CR, je ne recommande pas ta solution...
21 Déc 2023 15:53 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 663
  • Remerciements reçus 403

Jean-Loup Guerrin écrit: La paire de Cornas avait été prévue par son apporteur, mais la confrontation avec l’Hermitage était inattendue.


On gagne toujours quelque chose à relever l'erreur dans un CR de Jean-Loup ? Je pense que le Jamet 2011 était une Côte-Rôtie.

Martin / Oyaji-sama LPV Tokyo (Emzansi, 2 Rives, Paname)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin
22 Déc 2023 03:28 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9251
  • Remerciements reçus 16771

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Une dégustation de LPV78 chez Mathieu : forcément prestige !

Je sais pas qui a apporté le Cotat mais je pense qu'il devrait être exclu du club 

Damned, Benji m'a démasqué !
J'ai un truc pour pouvoir boire de grands vins à LPV78 : j'apporte un vin de table et je dis qu'il est extra-ordinaire  car sortant de l'ordinaire par certaines caractéristiques...
Bon, Benji m'a démasqué mais j'espère que ce n'est pas "Benji m'a TUER" pour LPV78 !

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji, oberlin
22 Déc 2023 15:45 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 755
  • Remerciements reçus 2780
Incroyable niveau d'ensemble et superbe CR comme d'habitude !

Je ne sais pas qui est le spécialiste de vins autrichiens (à moins que ce ne soit la deuxième casquette de Vivien) mais à quand l'impasse mexicaine entre le Clos Sainte-Hune, l'Unendlich de FX Pichler et la G-MAX de Keller    après un duel en carte junior Nikolaihof Vinothek versus Knoll Vinothekfüllung ?

Sven. Curieux de tout, prédilection pour les vins blancs légers et européens.
22 Déc 2023 21:57 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9251
  • Remerciements reçus 16771

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Une dégustation de LPV78 chez Mathieu : forcément prestige !

C'est Vivien le grand expert de l'Autriche et généreux apporteur de cette formidable paire.
Mais Arnaud est un grand connaisseur également et tous les deux nous avaient organisé ce qui est pour moi la plus belle dégustation thématique de LPV78 : les grands Riesling de France, Allemagne et Autriche. 
Bien sûr il y avait nos apports mais les leurs étaient exceptionnels !

Jean-Loup 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: GAET
23 Déc 2023 08:17 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 755
  • Remerciements reçus 2780

C'est Vivien le grand expert de l'Autriche et généreux apporteur de cette formidable paire.
Mais Arnaud est un grand connaisseur également et tous les deux nous avaient organisé ce qui est pour moi la plus belle dégustation thématique de LPV78 : les grands Riesling de France, Allemagne et Autriche. 
Bien sûr il y avait nos apports mais les leurs étaient exceptionnels !

Jean-Loup

Merci pour les informations. Quelle chance a LPV78 de bénéficier de telles deux caves, remplies de pépites inconnues de l'audience et pourtant géniales dans le verre. Le Fx Pichler "M" était assurément une prestige^3.

Sven. Curieux de tout, prédilection pour les vins blancs légers et européens.
23 Déc 2023 08:55 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1939
  • Remerciements reçus 1288
… et voici quelques commentaires supplémentaires …
Champagne De Sousa – Cuvée des Caudalies – Blanc de blancs
Un vin au nez ample avec du fruit, un peu Pinot Noir. En bouche, le vin est charnu et épicé, vibrant et minéral, avec une belle longueur sur le citron confit. Plus gourmand que d’autres BdB de la Côte. EXCELLENT
Champagne Roses de Jeanne – Inflorescence – Blanc de noirs
Nez sur les notes grillés de réduction (un peu Richard Lenoir). Doux et fruité en bouche avec une grande longueur. Moins mon style avec cette aromatique un peu renfrognée. TB/EXC
Champagne Egly-Ouriet – Brut Grand Cru – 2002
Un champagne impressionnant : dense et minéral au nez, vineux, profond et minéral en bouche, avec une belle longueur. EXCEPTIONNEL
Domaine de la Pousse d'Or – Puligny-Montrachet 1er Cru – Le Cailleret – 2014
Un représentant très classique de la Côte de Beaune avec ses notes grillées et beurrées. Beau volume et belle longueur. TB/EXC
Domaine Bernard Boisson-Vadot – Meursault – Les Grands Charrons – 2010
Un vin plus puissant et baroque, avec beaucoup de gras et une belle texture caressante. Moins de fruit et plutôt du caramel avec les notes grillées typiques du domaine. TB/EXC
Domaine des Comtes Lafon – Meursault – 2017
Un vin beaucoup plus pur : il est dense et sec avec un fruité élégant. En bouche le vin est tendu et minéral. Moins de matière que les deux premiers mais une aromatique plus à mon goût. TB/EXC
Par contre, je n’ai pas pensé à Chablis mais plutôt à Roulot.
Weingut Franz Hirtzberger –  Wachau – Spitzer Honivogl – Grüner Veltliner – Smaragd trocken – 2008
Un vin très fruité et doux sur les fruits confits mais équilibré par les notes de poivre du cépage et de beaux amers. EXC
Weingut FX Pichler – Wachau – Grüner Veltliner – Smaragd M trocken – 2008
Une version plus austère. Un vin droit et tendu, épicé, sur les fruits blancs. TB/EXC
En tout cas, merci à Vivien pour deux GV de 15 ans de haut niveau. J’aime beaucoup le cépage mais j’ai rarement (jamais ?) eu l’occasion de les laisser vieillir (jeune, c’est déjà très bon).
Domaine François Cotat – Vin de Table – Chavignol – 2017
Un joli Pinot très fruité. Plutôt doux, suave et gourmand même si la finale est un peu serrée. B/TB
Clos Rougeard – Saumur-Champigny – 2013
Un vin très élégant au fruité fin avec des notes épicés. Elégant et frais mais un peu léger. TB
Domaine Jean-Louis Chave – Hermitage – 2004
Un vin sérieux, dense, aux fruits noirs, avec une fraîcheur herbacée. EXC
Domaine Auguste Clape – Cornas – 2011
Beau fruit mûr et beaucoup de matière pour ce vin dense, sec et tannique. EXC
Domaine Jamet – Côte-Rôtie – 2011
Le Jamet est plus complexe avec ses arômes de fruits frais et d’herbes au nez et ses notes minérales fumées en bouche. Mais j’ai quand même l’impression d’une certaine sous-maturité (à la 2021) qui rend le vin un peu vert. TB
Domaine Macle – Château-Chalon – 2000
Un grand jaune : dense, épicé, tendu avec de la noix fraîche et des notes oxydatives subtiles. Beau grain et minéralite. EXC/EXCEPTIONNEL
Domaine Marie-Pierre Chevassu-Fassenet – Château-Chalon – 2007
Je n’ai pas été séduit par le deuxième jaune qui me paraissait plus monolithique (épicés) et un peu aqueux. B/TB – face à face défavorable ?
Domaine Labet – Macvin du Jura
Nez sur l’alcool (plus marc que mistelle). A la fois fruité, doux et amer en bouche. TB
Domaine Lajibe – Jurançon – Serre-Seques – 2018
Beau nez sur les fruits exotiques (goyave). Equilibre très Jurançon : riche et fruité mais équilibré par une belle acidité. TB/EXC 

Ralf

Amateur depuis 30 ans, sur LPV depuis 16 ans, caviste depuis 3 ans
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, vivienladuche, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, the_ej, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet, forty-one
25 Déc 2023 15:34 #12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck