Nous avons 1345 invités et 99 inscrits en ligne

Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

  • Messages : 2011
  • Remerciements reçus 327

daniel popp a créé le sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

CR: Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2. 24 Mai 2019.

On était parti sur une soirée Jura Savoie, mais devant la générosité des apports possibles, j’ai rapidement décidé de la consacrer au Jura (que l'on avait curieusement délaissé depuis 2012 ) pour découvrir ou gouter à nouveau des cuvées considérées aujourd’hui comme des classiques qui ont confirmé brillamment leur statut de référence. Chapeau aux cuisiniers qui ont été vraiment inspirés !

Quelques impressions fugaces sur les vins regoutés sur la semaine qui a suivi avec un vrai coup de cœur sur les vins de Ganevat que je connais peu. Globalement on a eu affaire à des vrais vins d’émotion, parangons de fraicheur et de précision ! (tu)

blancs :

1 Stephane Tissot La Mailloche 2009.

croque monsieur au chorizo selon Senderens avec tranches de pommes crues au sésame grillé et noisettes.

Hélas, le bouchon de bien piètre qualité, effrité à peine pénétré par le tire bouchon, a du quelque peu dénaturer les qualités habituelles de cette cuvée prématurément oxydée aux amers prononcés au gout de pomme blette. Dommage !

2 Jean-François Ganevat Chardonnay Les Grands Teppes Vieilles Vignes 2007.
barbue aux navets et radis

Le nez plein, ample vous caresse de son grain épuré, précis ; son fin grillé évoque un grand Bourgogne, son lit d’épices et de senteurs florales lui donne un coté terrien, sensuel, vraiment émouvant.
La bouche dense, profonde, parfumée développe une trame ciselée. Son caractère résolument salin et dynamique se déroule autant qu’il s’enroule en nous régalant. Quel beau vin !

3 Stephane Tissot Tour de Curon 2010.

riz de veau crémé aux morilles de printemps

Quel beau nez marqué de l’empreinte Tissot à son meilleur ! Le fil acide citronné, tissé d’un fin maillage au gout de pomme et d’herbes sèches évoquant la paille, tend à souhait le volume aromatique. Le beau fumé grillé, un peu tourbé qui s’en dégage, si caractéristique, se développe avec ampleur, élégance et finesse comme éclairée par sa tension exemplaire.
La bouche déroule la même ampleur, le même volume ; elle s’élargit autant qu’elle s’approfondit. Comme si la fine tension qui l’équilibre nous faisait descendre au fond de son grain salin au gout d’argile fruitée dont l’écho résonne longtemps sur la langue. Superbe !

4 Jean-François Ganevat savagnin Chalasses marne bleue 2012
id
J’adore le caractère précis, très pur, racé de ce nez, sa transparence d’eau de roche aux accents de prune évoquant l’eau de vie de mirabelle.
La bouche est rythmée par sa fine acidité citronnée, une tension totalement au service de cette précision, de cette transparence de saveurs délicates que la fraicheur rend fringantes. On ne peut que tomber amoureux de ce coté nerveux, apaisé, résolument gourmand.

rouges :

5 Stephane Tissot Trousseau Singulier Arbois 2015.
terrines de printemps de Gilles Verot.

Au nez, un fruit très pur, bien mûr (cerise, fruits rouges), dégageant une impression d’élégance terrienne et de fraicheur gourmande un peu florale.
La bouche confirme la structure, l’équilibre, l’harmonie. Ses fins amers donnent à la texture profonde et aérée, un coté canaille, un peu classieux, vraiment savoureux.

6 Stephane Tissot Pinot noir En Barberon 2015.

id

Le nez ample, délicieusement parfumé, est aussi fin et raffiné que dynamique, les aromes se répondent, dansent, nouent des alliances.
La bouche est comme éclairée par sa tension souveraine qui ouvre le grain concentré, dense, superbe de profondeur, en une farandole de gouts juteux. Ce caractère exubérant, joliment maitrisé, frais et si bien défini, émeut vraiment.

7 Jean François Ganevat Julien en Billat. l’Enfant terrible du sud. 2017 (un mélange pinot, poulsard , trousseau).
Id

Le nez dégage un parfum de rose délicat, assez envoutant. Cela n’en rend que plus touchant la compréhension du nom de cette cuvée assemblant pour cause de gel les raisins rescapés des habituelles cuvées Pinot Julien, Pinot En Billat, Poulsard Enfant terrible et Trousseau Plein Sud. Un rescapé au charme fou qui a tout pour devenir un futur collector !
La bouche parfumée délivre un beau grain vineux dont la délicatesse, la précision sont un concentré d’émotion. La dernière gorgée précise à quel point la subtilité s’accompagne d’une intensité qui la pousse vraiment à des sommets. Magnifique !!!

jaunes :

8 Stephane Tissot Savagnin 2006
dorade aux petits légumes et vinaigrette au curry selon Senderens.

Le nez a un caractère élancé, dense et vif ; la noix, la pomme, l’abricot sec, l’amande séchée, plein de petites épices (curry) vous caressent et vous entrainent au plus profond de leur grain singulier. Cet entrelacs d’arômes pénétrés d’une fraicheur dynamique, presque vibrante, dégage de l’harmonie, de la pureté.
La même tension rafraichissante structure la bouche, éclaire le volume, fait respirer la densité. Tout parait merveilleusement posé, à sa juste place, mais rien de statique tant çà circule, çà s’anime ; le jus profond, complexe, savoureux nous entraine dans son jeu gourmand, long, long, long…

9 Domaine Rolet Vin Jaune 1995.
id

En le regoutant, il me semble que la volée de bois vert que ce vin a subie, générée par mon voisin de gauche, m’apparait un peu excessive. En caricaturant notre ami Philippe Baret, Rolet serait au Jura ce que Sociando Mallet est à Bordeaux : un faiseur ! C’est moi qui le formule ainsi, mais alors pour rester dans la même région : Rolet, Henri Maire, allez Augustin Pirou, même combat ? Bah non, certes ce jaune n’a pas le coté vibrant, dynamique du Savagnin de Tissot gouté en parallèle, « c’est le Jura d’avant Tissot, Ganevat and Co » peut être, mais je le trouve bien fait, équilibré, plutôt harmonieux : le nez parfumé, fruité, tendu comme il faut, le fil acide fin structurant la bouche.
Cà n’est pas un monstre de densité, de puissance ou de finesse et de fraicheur souveraine (bien qu’il n’en manque pas) mais j’avoue trouver plaisant son coté patiné par l’âge, son caractère automnal, le nuage cacaoté qui plane longtemps en bouche. Allez disons que c’est un joli jaune d’initiation et le plus vieux vin dont je disposais ce soir là.

10 Macle Château-Chalon 2002.
fromages du Jura

Le nez est magnifique : l’ampleur, le volume paraissent comme adoucis, il en résulte une impression large, incroyable…et délicate à la fois. Il n’en faut pas moins pour accueillir une telle complexité d’aromes : une véritable ode à la noix prenant figure, tour à tour ou mêlés, de champignon noble, d’abricot sec, d’amande séchée, de cacao et tant d’autres parfums. Subtil, profond, magique !
On pourrait décrire la bouche de manière semblable en soulignant à quel point le fil acide merveilleux, gouteux, lumineux est le gond autour duquel la magie prend corps, ordonne le volume en courbes et reliefs harmonieux, d’une subtilité folle. Vraiment un très grand vin.
Le Rolet dont je me suis fait l'avocat, ne joue évidemment pas dans la même cour…;)

sucrés :

11 Fruitière viticole de Pupillin. Vin de Paille 1999.
crème glacée aux noix et glace à la vanille de Berthillon, figues sèches, abricots secs et pâte de coing.

Au nez, un précipité d’abricot sec, de raisins de Corinthe et d’une myriade d’épices, le tout animé par une vivacité gourmande, un peu alanguie, sensuelle.
La bouche est riche, concentrée, onctueuse, assez chargée en sucre, mais la même vivacité préserve la fraicheur. C’est bon, assez gouteux sans être grandiose. Ce Vin de Paille a remplacé à la dernière minute la fameuse cuvée SULQ de Ganevat égarée dans une cave lyonnaise…

12 Macle Macvin 2009.
id
Lors de notre dernière dégustation Jura, le même vin sur un autre millésime, avait hérissé les poils de certains. Pourtant, qu’est ce que c’est bon !
Le nez laisse pressentir le shoot de l’alcool procuré par ce vin de liqueur muté au Marc de Franche Comté qui donne comme un coup de fouet à l’alliance gouteuse des agrumes (orange surtout), du coing et de l’acacia. Les 17,5° annoncés sur l’étiquette participent à ce coté revigorant.
C’est cette même alliance de tension idéale, de profondeur et d’alcool fruité qui fait caracoler la bouche. Et la même fraicheur qui la rend si gourmande et dangereuse car çà se boit presque comme du petit lait appelant l’orangette au chocolat. Macle, on en prononce le nom et c’est déjà bon !

Topissime et idéal pour conclure une si belle dégustation. Le Jura a rugi en nous faisant rougir de plaisir dont les amis qui ont participé à cette soirée, ne saurait tarder à témoigner.::out:: ::fz:: ::oups::

Merci de m’avoir lu.

Daniel
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, Gildas, docadn, Jean-Paul B., dt, tht, Eric B, Vougeot, Gibus, HERBEY 99, chrisdu74, Hubert, Jean-Loup Guerrin, julien1984, LADIDE78, TIMO, Med, leteckel, jd-krasaki, LoneWD, éricH, Kiravi, Garfield, otonosama07

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 245
  • Remerciements reçus 428

Garfield a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

Merci Daniel pour ce beau CR, pour la cuvée Julien En Billat L'Enfant Terrible du Sud 2017, y a t il un intérêt à attendre encore en cave quelques années vu qu'elle semble avoir été très appréciée ?

Cordialement

Charles
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 654
  • Remerciements reçus 94

Nilgiri a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

Bonsoir,
Merci pour ce CR.
Concernant le Macvin il me semble que seul le Marc du Jura de plus de 14 mois d'élevage est autorisé pour obtenir l‘appellation.

Salutations, Christophe
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2011
  • Remerciements reçus 327

daniel popp a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

Oui, c'est exact, merci de l'avoir signalé, le Macvin est muté au marc de Franche Comté et non de Bourgogne. A propos du Macvin, je recommande la lecture d'un sujet qui lui a été consacré par Olif en 2003.

Daniel
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2011
  • Remerciements reçus 327

daniel popp a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

pour la cuvée Julien En Billat L'Enfant Terrible du Sud 2017, y a t il un intérêt à attendre encore en cave quelques années vu qu'elle semble avoir été très appréciée ?

J'ai été le premier étonné que ce vin si jeune, carafé une bonne heure, se goute si bien et échappe à certains avis laissant supposer que les rouges de Ganevat, jeunes, sont parfois très réduits, perlants, pas toujours accueillants. Là, le paysage est posé comme une esquisse reflétant fidèlement les qualités potentielles qui au fil des ans, devraient peut être encore plus s'affiner, se préciser. C'est ce que j'imagine et ressens car çà c'est la première fois que je goutais à un rouge de Ganevat et n'ai aucune expérience concrète de la façon dont ils évoluent. En l'état, pour moi, c'est un vin superbe qui ne donne vraiment pas l'impression d'un infanticide !

D'autres avis plus éclairés que le mien sur le sujet ?

Daniel
#5
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: DUROCHER, Garfield

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 480
  • Remerciements reçus 256

Med a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

Un CR un peu moins lyrique que d'habitude mais des descriptions limpides qui donnent presque l'impression d'avoir bu ces vins.
Sans flagornerie aucune (j'aime bien placer cette expression :) ) vous êtes une des plus belles plumes de LPV Daniel, de celles qui donnent envie d'ouvrir une bouteille illico pour tenter de la commenter aussi bien que vous. Malheureusement...



Médéric
#6
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: daniel popp, DUROCHER

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6607
  • Remerciements reçus 3667

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

Superbe sélection et un sans faute à l'arrivée !
Jean-Loup
#7
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: daniel popp

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81708
  • Remerciements reçus 7138

oliv a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

Med a raison ! On ne le dit peut-être pas assez !

Merci à Daniel et à tous les capitaines des cercles LPV, qui tiennent la plume avec opiniâtreté et souvent solitude mais dont le travail permet à tous ces vins partagés dans le confort de rencontres privées qui n'existeraient pas sans ce forum d'en sortir et d'enrichir ainsi la passion du vin de tous les LPViens.

Je sais bien que je ne changerai pas le sens des rayures sur le zèbre et vous trouverez sûrement que je radote.
Mais tant pis, je tenais à remercier ceux qui continuent à jouer le jeu du partage et de l'échange et enrichissent LPV de leurs textes de qualité.

PS: vous l'avez toujours pas passé au goudron et aux plumes, ce grincheux de Phil' Barret ? :DD
#8
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., daniel popp, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81708
  • Remerciements reçus 7138

oliv a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

PS2 : pour la Fête des Pères qui approche ou pour la fin du monde qui s'annonce, ne ratez pas le conseil du Popp.



www.amazon.fr/Commen...

Bisous,
Bernard PivOliv, sans Apostrophes
#9
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2123
  • Remerciements reçus 813

chrisdu74 a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

Merci pour le CR ! (tu)
Sinon le chardo de Ganevat c'est Grands Teppes %tchin
Et dommage pour la Mailloche, il semble y avoir eu une mauvaise période (2007, 2009) avec beaucoup de variabilité entre bouteilles

Chris d'U
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2011
  • Remerciements reçus 327

daniel popp a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

oliv écrit: PS2 : pour la Fête des Pères qui approche ou pour la fin du monde qui s'annonce, ne ratez pas le conseil du Popp.


www.amazon.fr/Commen...

Bisous,
Bernard PivOliv, sans Apostrophes


Après toutes ces gentillesses qui me touchent vraiment, je ne résiste pas au risque d'être totalement hors sujet :oops: en vous livrant ci-dessous la première version totalement inédite du texte de présentation, évidemment bien trop long, que l'éditeur m'avait demandé d'écrire à propos de ce livre cu... lte aux US, dont il n'a retenu au final que quelques bisbilles bien convenues. Philippe Barret, on adore ses préjugés pas toujours si faux que çà ! ;)

Projet d'intro à Comment chier dans les bois.

"Merde", m'écriais-je ! Le sable de la dune que je gravissais dissimulait sous son air immaculé un étron mal enterré. Etron ne datant pas de la colonne Leclerc, profondément fiché dans les crans de ma semelle de Pataugas ! "Fait chier", m'exclamais-je, maudissant son auteur, faute de trouver un bout de bois salvateur pour nettoyer ma chaussure sinistrée de sa malodorante infortune. A son époque, ma vieille cousine, d'un air pincé, aurait dit… "crotte"! Dire qu'il y a 25 ans, j'avais découvert cet endroit vierge de toute trace humaine... Sautillant à cloche pied, en quête d'un caillou pointu, sous l'ombre d'immenses rochers m'évoquant des étrons monstrueux, déposés par des géants jouant au caca Noël, je fis un rapide calcul. En cette période de fin d'année, au cœur du plus beau désert du monde, nous avions croisé 5 autres groupes de voyageurs. Une dizaine de personnes en moyenne… un séjour d'une semaine… une défécation quotidienne… Mon Dieu, à la fin du voyage, 420 étrons allaient "miner" cette belle terre d'aventure, ce sable de paradis que nos successeurs randonneurs ne tarderaient pas à fouler en toute innocence. Avant qu'eux-mêmes, jour après jour, ne s'accroupissent…
Imaginez le tour du Mont Blanc ou des Annapurna cent fois plus fréquentés… 42.000 étrons par semaine… Cacastrophique !

D'ou l'urgence qu'il y avait de traduire en français "Comment chier dans les bois". Un livre culte aux Etats Unis qui brise le tabou de la merde en "nettoyant" déjà le vocabulaire qui l'entoure de sa connotation machiste et vulgaire. Curieux de voir comment nos mots et nos émois d'enfant autour du pipicacapopo semblent se "salir" avec l'âge. Comme s'il y avait quelque chose à dissimuler, à ne pas dire, autour de l'acte de chier et de pisser prolongeant pourtant naturellement celui de manger et de boire chez tout être humain.
Le problème, c'est que dans les lieux de nature sauvage de notre belle planète, nous nous retrouvons de plus en plus nombreux loin de nos tout à l'égout, à chier et pisser n'importe où et n'importe comment.
Selon l'auteur, outre le désagrément de l'œil, de la narine et de la semelle, nos excréments ne manqueraient pas de propager leurs parasites à la plupart des eaux de surface du globe, dans nos campagnes et nos montagnes, faute d'éducation, de prise de conscience et de matériel adapté.

Délire écolo américain ? Quand vous aurez appris que "creuser son trou" parfois ne suffit pas, l'hypothèse du "ramener tout", l'inventaire exhaustif des "boites à caca" prévues à cet effet, décrites dans cet ouvrage, peuvent surprendre, voire choquer. Quand nous "inventions" le tourisme d'aventure pédestre au Sahara, n'était-ce pas déjà la réaction de nos chauffeurs, étonnés de me voir leur demander de rapporter à Tamanrasset un grand sac poubelle contenant boites de conserves, plastique et autres déchets? "Le trésor", ils appelaient ça ! 26 ans plus tard… la boite à caca ? J'imagine leur tête !
Le sujet mérite vraiment réflexion, débat et controverse chez tous les promeneurs, randonneurs, guides, organisateurs et justifie vraiment la lecture de ce livre "sérieux" écrit non sans malice.

Daniel Popp co-fondateur de l'agence Terres d'Aventure et co-auteur du livre Le désert nu, un marcheur au Sahara (Ed. du Chêne)

::out::

il faut bien laisser un peu de place aux garçons, Catherine, Catherine !!!!::dance::
#11
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., legui, leteckel

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29

unefemmedesvins a répondu au sujet : Catherine et les garçons font rugir le Jura. épisode 2

J'arrive, j'arrive, Daniel... 7 ans après, le Jura nous a régalés et bluffés.

Grands Teppes VV 2007 - Jean-François Ganevat : les deux Philippe évoquent le style Tissot, Philippe B. trouve le vin très bourguignon, Daniel et moi lui trouvons un côté whisky tourbé très séduisant, d'où l'accord superbe avec la barbue aux algues. Après le "raté" de La Mailloche 2009, c'est une valeur sûre du Jura qui nous séduit.

Tour de Curon 2010 - Stéphane Tissot : le voici, le Tissot ! J'adore son acidité, allez, osons le mot honnis, sa minéralité. Un très beau vin.
Trousseau singulier 2015 - Stéphane Tissot : ce premier rouge très équilibré nous séduit par sa gourmandise et son élégance. Trousseau et éboulis calcaires, le duo gagnant ?
En Barberon 2015 pinot noir - Stéphane Tissot : je n'ai pas trouvé que ça "pinotait" tant que ça, moi... Tanins légers, belle longueur, décidément, les pinots noirs du Jura, comme certains d'Alsace d'ailleurs, se défendent très bien face à la Bourgogne.
Julien en Billat l'Enfant terrible du sud 2017 - Jean-François Ganevat : j'ai beaucoup aimé ses notes florales très séduisantes, une belle découverte pour moi.
Château-Chalon 2002 - Domaine Jean Macle : la bouteille reposait dans ma cave, rapportée du Jura par Olif, à l'époque où un collectif de blogueurs se voyait souvent en projetant d'écrire un guide des vins... C'est peu de dire que j'aime les vins jaunes et ceux de Macle tout particulièrement. Je suis d'accord avec Daniel, un très grand vin et un grand domaine.
Vin de paille 1999 - Fruitière viticole de Pupillin : je trouve que Daniel est bien indulgent pour ce liquoreux qui m'a été offert il y a quelques années. Je savais que ce n'était pas un grand vin, j'étais néanmoins curieuse de le découvrir. Trop de sucre à mon goût... Olivier, pourquoi n'as-tu pas apporté ton Ganevat ???
Macvin 2009 - Domaine Jean Macle : beaucoup plus d'émotion avec ce Macvin, qui ne jouait pas dans la même cour que le vin de paille, c'est vrai. J'ai beaucoup aimé ses notes orientales, c'est vrai que ça se buvait comme du petit lait !

Oserai-je le dire, comme l'a exprimé Benjamin à la fin du repas, nous sommes restés sur des valeurs sûres du Jura, alors que des domaines plus confidentiels font aussi merveille dans la région. Certes, nous n'en avons pas forcément dans nos caves, mais s'il y a un troisième épisode jurassien, ce serait bien que l'on s'y intéresse... ;)
Catherine

Catherine
Une femme, des vins
#12
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, daniel popp, Jean-Loup Guerrin, leteckel

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck