Nous avons 1213 invités et 45 inscrits en ligne

Bourgogne grands rouges : Corton, Pommard, Volnay, trois appellations au sommet. Vinischool_10/12/2018

  • Messages : 1077
  • Remerciements reçus 321

DaGau a créé le sujet : Bourgogne grands rouges : Corton, Pommard, Volnay, trois appellations au sommet. Vinischool_10/12/2018

La séance avec pour thème trois appellations de la Côte de Beaune en rouge, animée par Pascal Vogt, les vins servis par paires et dégustés à l'aveugle.

Alors que nous disposons d'une documentation écrite très complète sont évoqués les "sommets" des collines de la Côte de Beaune. Les huit grands crus. Les vignes au sud-ouest de Beaune, les rouges tanniques de Pommard, Volnay. Le cépage pinot noir sur terres marneuses, la proportion de calcaire et la situation de la parcelle qui déterminera le caractère en légèreté ou en puissance du vin. L'altitude, 150 à 350 m., qui génère des différences de maturité en interaction avec le millésime (avantage des climats en hauteur pour 2006, 2008, 2011, 2013). Pour Corton, réputation de "rusticité", moins de finesse que pour d'autres appellations de la Côte de Beaune. Une colline (qui donne son nom à l'appellation) altitude 215 à 350 m., trois communes, orientation assez rare pour la région sud-est/sud-ouest (plus souvent les coteaux sont orientés est et en inclinaison sur un tracé nord/sud), des pentes assez fortes (23%) avec une déclivité moins marquée à mi-coteau. Des sols légèrement ferreux, couleur rouge, propices à mi-pente au pinot noir. En hauteur, la dalle calcaire affleurante favorise les cultures de chardonnay. 91 ha, sud-est pour Bressandes, Renardes, Clos du Roi; sud-ouest pour Languettes, Perrières, Pougets, Les Combes. Rareté du Corton blanc sur 4 ha (appellation distincte du blanc de Corton-Charlemagne, sur 56 ha). Ces rouges de la Côte de Beaune développent des bouquets de myrtille, groseille, violette, kirsch, des finales poivre, réglisse (mais pas de zan), et avec le vieillissement en bouteille sous-bois, cuir, fourrure. Souvent caractérisés comme puissant, corsé, structuré. La maturation sur cinq à douze ans. Pour Corton Pougets, un coteau orienté sud, à la limite est/ouest des versants de la colline, des sols argile-marneux. Caractéristiques typiques : ample, souple, très élégant, pas très coloré, un peu minéral. A apprécier aujourd'hui avec 2002, 2005, 2009 (un millésime solaire, pas de fermeture depuis sa mise en bouteille), 2010. Pour Corton Rognet, secteur Ladoix-Serrigny, une exposition sud, des sols gréso-marneux. Goûté récemment avec le domaine Chevalier au SVI pour le millésime 2014, les caractéristiques typiques : consistant, solide, équilibré, minéralité, millésime classique pas trop solaire, apogée presque atteinte. Pour Pommard, 206 ha en village, 116 ha en premiers crus. Deux versants avec le village en bas de combe à la limite d'une exposition est et d'une exposition sud-est sur une dénivellation de 150 m. Sur le versant nord la dalle calcaire est altérée, les fissures du sol assurent un bon drainage, un développement racinaire propice dans la roche-mère, et des réserves hydriques accrues pour les vignes de plus de dix ans. Cette identité correspond aux Grands Epenots, Clos des Epenots, caractérisés par des vins où la finesse prend le pas sur la puissance. Sur le versant sud, une faille sud-est, un sous-sol d'éboulis d'oolithe ferrugineuse. Caractéristiques typiques : couleur, consistance, fermeté, puissance, dureté en jeunesse, tannique, sévère, austère. Attente sept à dix ans. Exemple : Les Rugiens. Bouquets groseille, noyau de cerise, prune, souvent bien marqués à l'évolution par le poivre. Pour Volnay, topographie de couloir non traversant, calcaires ferrugineux et graveleux, homogénéité et présence qui se prolonge sur la commune voisine de Meursault (parenté avec Santenots), dalle calcaire, début de la côte des blancs (et disparition du rouge à Chassagne et ailleurs pour la rentabilité et productivité accrues du chardonnay sur ces appellations.

Première paire. #1A) La robe est grenat sombre, brique violacée, orangée, évolution visible. Nez fruité. "Poivré, épicé, fruits rouges presque noirs, prune, framboise écrasée, grillé (mais pas vanillé), profondeur, compote fruits rouges et noirs". Bouche "acidité, tanins, mâche, longueur, finale réglisse et poivre, cohérence de la bouche avec le nez, longueur, densité, vin de repas".
CR: Pommard 'Les Vaumuriens' 2005 domaine Chantal Lescure.
Village lieu-dit 'Vaumuriens' est situé juste à l'ouest/nord-ouest du premier cru 'les Rugiens-Hauts', élevage pour 1/3 fûts neufs.
#1B) La robe est plus claire, transparence, brillance, tuilée en bordure du disque, légèrement orangée. Au nez de la chaleur, alcool, "élevage, vanille, prune, viandé-grillade, sanguin". Léger sous-bois perceptible, en adéquation avec la robe. En bouche "tanins présents, légèrement asséchants, mais réelle finesse, imparfaitement fondus". De la consistance, une belle matière, du fruit affirmé sans excès.
CR: Volnay Vendanges Sélectionnées 2005 domaine Michel Lafarge.
Les tanins légèrement plus secs mais une grande qualité, un classicisme de ces 12 ha sur quatre parcelles de vieilles vignes de plus de cinquante ans, proximité avec les premiers crus.

Deuxième paire. #2A) Robe claire, brillante. Nez salin, viandé, avant tout en finesse, fruité. "Fraicheur, menthol". En bouche "purée petits fruits rouges, groseille, fruits noirs, myrtille, léger cassis, cerise griotte pas trop mûre, trait de fraicheur appuyé". Le fruit s'impose, persistance "acidulé, fraîcheur, finesse, soyeux".
CR: Volnay 'Les Champans' 1er Cru 2011 domaine Joseph Voillot.
Parcelle 1.7 ha, forte pente, sols profonds, caillouteux.
#2B) "Robe plus sombre, mate." Nez "viande, animal, café, fruits noirs écrasés, terreux, épices, pain d'épice, réglisse, poivré". En bouche reprise et "jolis fruits, tanins plus grossiers, poudreux, viandé, fruits très matures, très mûrs, prêt à boire, pas d'apogée à espérer avec plus d'attente".
CR: Pommard 'Les Vignots' 2005 domaine Vincent Girardin.

Une pause bienvenue pour se restaurer de pain, fromages et charcuteries.

Troisième paire. #3A) La robe moyennement dense, matière fluide, colorée. Nez "fruit, floral, pointe menthol, fruits acidulés, côté minéral fin, petits fruits rouges, poivre blanc". Bouche "finesse, longueur, marqué épicé/poivré."
CR: Corton Pougets Grand Cru 2009 domaine Rapet.
Un Corton sur la partie Pernand Vergelesses, en limite d'exposition ouest et nord. A éviter en années de faible ensoleillement ou au contraire à rechercher si on privilégie les vins fins et tendus.
#3B) Robe orangée et dégradée. "Sous-bois, animal, viandé, cuir, jus de tabac, cèdre, finale poivrée".
CR: Corton Rognet Grand Cru 2002 domaine Chevalier.
On évoque la qualité du millésime 2002 pour la Bourgogne, les styles de vins réussis par les domaines suivant les contrastes des millésimes, par exemple pour le Corton-Charlemagne, en année froide (2008, 2010, 2012, 2014) Bonneau du Martray, en année chaude (2003, 2005, 2009, 2015) Rapet. La chronique sur 10 millésimes par tendances dans le guide / supplément de septembre publié par la revue du vin de France. Et je ne sais plus à quel propos le Chambolle-Musigny 'Chatelots' d'Hervé Sigaut.

Quatrième paire. #4A) Robe tuilée. Le nez fruité, solide encore. "Rose fanée". En bouche le fruit est moins affirmé, l'acidité marquée. "Fruits confiturés, feuilles mortes, terreux, tertiaire, sous bois, mousse, forêt".
CR: Pommard 'Clos Micault' 1er Cru 1989 domaine Parent.
Certains trouvent le vin passé. Je reprends un fond de verre sans filtrer la lie, le plaisir est bien présent et s'affirme plus nettement, le fruit encore vivace en tertiaire de bonne évolution, tout simplement vénérable. A noter que de la série du soir c'est la seule bouteille servie sans aération préalable.
#4B) Nez fruits noirs, réglisse. Souplesse, rondeur, sucre, onctuosité.
CR: Volnay 'Santenots' 1er Cru 2005 domaine Sylvie Esmonin.
Parcelle 0.3 ha. Massif? Charpenté? En fin de dégustation mon attention s'étiole. De l'avenir pour un vin à regoûter. Mon voisin me distrait en vantant les mérites du rouge 'Ambonnay' Coteaux Champenois, Egly-Ouriet. Soit.

Grandioses ces beaunois rouges . "Rustique" n'est vraiment pas l'adjectif que j'accolerais au Corton Pougets 2009 Rapet. Le Pommard 'Vaumuriens' 2005 de Chantal Lescure prouve encore la réussite exceptionnelle de certains bourguignons, villages compris, les bonnes années. Le Volnay de Voillot, découverte et pour moi meilleur souvenir de dégustation d'un 2011 à ce jour. Et la preuve qu'il s'agit aussi de vins de bonne garde.

#1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 341
  • Remerciements reçus 200

No Sport a répondu au sujet : Bourgogne grands rouges : Corton, Pommard, Volnay, trois appellations au sommet. Vinischool_10/12/2018

Merci pour le récit de cette expérience. Un détail me perturbe : tu classes Volnay parmi les rouges tanniques ? Pas intuitif amha. Coquille peut-être ?
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1077
  • Remerciements reçus 321

DaGau a répondu au sujet : Bourgogne grands rouges : Corton, Pommard, Volnay, trois appellations au sommet. Vinischool_10/12/2018

Non, je ne les classe pas comme très marqués par les tanins ces Volnay, surtout systématiquement comparés à un Pommard lors de cette dégustation (sauf peut être pour le vin d'Esmonin, mais plus jeune de seize années donc difficile à cerner), même le Lafarge ne me paraissait à moi pas du tout asséchant ou alors si peu.

D'un point de vue général les premiers vins de chaque paire étaient plus sûrs, faciles, éclatants, évidents. Les deuxièmes laissaient comme deviner un devenir, un déploiement supplémentaire avec de la garde ou de l'aération. Tous étaient très bons, après pareille découverte entre Nuits et Beaune mon cœur balance furieusement.

Je reprends le texte communiqué par Pascal Vogt au sujet de Volnay "ce qui distingue volnay de pommard : résurgence dalle calcaire jurassique moyen partie SW meursault/monthelie. apparition substrat donne grands blancs beaune de meursault à chassage, explique probablement le caractère de finesse des vins de volnay. déceler à l'œil le substrat vigne 1er cru 'clos des ducs', percevoir nettement en bouche dans caillerets (mi coteau) et santenots, et dans une mesure moins marquée champans (vins denses, nets, très élégants et de garde).
en theorie
secteur clos des ducs, village, la barre, bousse d'or, verseuil : vins fins aromatiques
secteur jouxtant monthelie (clos des chênes, taille pieds) : vins plus denses structurés très aromatiques
secteur proche pommard, pitures dessus, chanlin, fremiets, sols marneux argileux : vins assez épicés, élégants et plutôt denses à la matière généreuse.
secteur brouillard, en l'ormeau, mitants, carelle : vins puissants et charpentés, plus marqués par le côté austère ou sévère du terroir voisin de pommard
en général les vins de volnay ont la réputation d'être plus élégants et moins tanniques que les vins de pommard
a noter les volnay 1er cru santenots sont produits sur la commune de meursault (qui produit en revanche des vins d'appellation meursault pour les vins blancs)"
Eh oui j'ai un lointain souvenir des malpoiriers. Et j'espère que les caillerets bouchard p&f me plairont, pas avant 20...24 pour goûter 2015 (et 2030 en apogée espérée). Mais j'ai comme dans l'idée d'étoffer davantage ma cave en rouges beaunois, enchères comprises.
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3140
  • Remerciements reçus 2116

starbuck a répondu au sujet : Bourgogne grands rouges : Corton, Pommard, Volnay, trois appellations au sommet. Vinischool_10/12/2018

Juste un détail technique, tu écris Le nom du vin après la description ou avant ?
Au début j'ai l'impression que c'est avant puis ensuite après .

D'une manière générale je préfère avoir le titre avant la description mais je sais qu'il y a une minorité de contributeurs qui écrivent Le titre en conclusion

Sylvain
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1077
  • Remerciements reçus 321

DaGau a répondu au sujet : Bourgogne grands rouges : Corton, Pommard, Volnay, trois appellations au sommet. Vinischool_10/12/2018

D'habitude le titre et ensuite la description, sauf pour les dégustations à l'aveugle, c'est alors l'inverse : description et ensuite le titre (et parfois de nouveau une description juste après en conclusion comme c'est par exemple le cas avec le pommard du domaine Parent ici).
J'ajoute des #99Z) pour + de clarté.
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux