Nous avons 1375 invités et 50 inscrits en ligne

De 2008 à 2010 en passant par 2009

  • Messages : 7442
  • Remerciements reçus 7114

De 2008 à 2010 en passant par 2009 a été créé par Jean-Loup Guerrin

De 2008 à 2010 en passant par 2009


Ce thème est un peu flou et il a fallu du temps aux dégustateurs pour le trouver, car non annoncé.
Comme en plus on a fait un petit tour de France, autant dire que la dégustation était bien éclectique !


Domaine Egly-Ouriet – Champagne – Vieillissement prolongé – Extra Brut


Il s’agit d’un assemblage de 70 % de pinot noir et de 25 % de chardonnay. Le passage en cave est de 78 mois pour une date de dégorgement en janvier 2015 : on est donc quasiment dans le thème…

Le vin est servi directement sans aération ni carafage.

La robe est nettement dorée.
Le nez très intense affiche une belle complexité et donne une impression de vinosité avant même le passage en bouche. Les petits fruits rouges se mêlent aux fruits secs, une touche de mirabelle venant couronner le tout.
La bouche est donc dans la continuité, à la fois puissante avec une belle charpente et fine avec une bulle très élégante. La finale épurée et d’une grande allonge invite à la gorgée suivante.
Très Bien ++



Gougères maison

L’accord est plutôt réussi (3,5 / 5), les gougères permettant d’assagir la fougue du vin qui est de gastronomie.


Domaine François Chidaine – Montlouis – Les Bournais – 2010


La bouteille a été épaulée pendant une heure et demie puis carafée à peine un quart d’heure.

La robe présente un or soutenu et brillant.
Le nez très engageant et complexe associe des arômes variés tels que le tilleul, les fruits jaunes et blancs (poire), avec une note grillée et une sensation crayeuse.
Dense et large, la bouche est dotée d’un soupçon de sucrosité et d’un léger gras tout en sachant garder une belle vivacité. La finale est plus élancée et dynamique.
Très Bien +(+)



Pain de poisson (lieu noir et saumon) aux herbes (thym, persil, estragon, ciboulette)

C’est un bel accord (3,5 + / 5) où tout se fond.


Domaine Didier Dagueneau – Pouilly-Fumé – Silex – 2010


La bouteille a été épaulée pendant trois heures puis carafée une demi-heure.

La robe hésite entre paille et or clair.
Moyennement intense mais très classieux, le nez exhale des arômes mentholés, de fleurs blanches et de citron yuzu.
La bouche associe harmonieusement une chair de grande amplitude et très aromatique et une belle acidité, mais je n’y retrouve pas la minéralité qui m’avait marqué il y a fort longtemps (du temps de Didier). On est plus sur la craie que sur le silex, et ce n’est que dans le final qu’une minéralité saline ressort.
D’autres dégustateurs ont été plus déçus que moi par ce style différent mais dans l’absolu c’est bien bon !
Très Bien +(+)

Avec le même pain de poisson l’accord a moins bien fonctionné (2,5 / 5) car le vin perd un peu en amplitude.


Domaine William Fèvre – Chablis Grand Cru Bougros – Côte Bouguerots – 2008


La bouteille a été épaulée pendant trois heures puis carafée une bonne demi-heure.

La robe se pare d’un or clair.
Le nez d’une bonne intensité révèle de la vanille, de la croûte de fromage et des fruits jaunes.
La bouche est grasse et volumineuse, habillée d’une belle aromatique et d’une grande finesse. La tension est notable de bout en bout, sur une grande persistance jusqu’à une finale saline.
Très Bien +(+)



Quenelles de brochet sauce Nantua

Un mariage réussi (4 / 5) où le plat fait ressortir la belle énergie du vin.


Château de Beaucastel – Châteauneuf-du-Pape blanc – 2009


C’est un assemblage à base de 80 % de roussanne et d’autres cépages sudistes.

La bouteille a été épaulée pendant deux heures et demie puis carafée une bonne demi-heure.

La robe arbore un or très marqué.
Puissant, presque opulent, le nez offre un panier de fruits, avec de la pomme, de la poire et du coing, ainsi que des arômes miellés.
La bouche est énorme, par sa chair dense et sa superbe sapidité. Une acidité sous-jacente lui apporte suffisamment de tonus. La finale épicée est étirée par de beaux amers pour lui procurer une persistance XXL.
Excellent



Tourtes basquaises (thon et ratatouille)

Le vin gagne encore en finesse et en longueur sur le plat qui signe un bel accord (4 / 5).


Château des Jacques – Moulin-à-Vent – Clos du Grand Carquelin – 2009


La bouteille a été épaulée pendant trois heures puis carafée une demi-heure.

Assez sombre, la robe n’est ni jeune ni évoluée.
Le nez s’ouvre généreusement sur un fruité très pur de cerise, teinté de notes grillées et de graphite qui lui apportent une touche classieuse.
La bouche ronde et pleine de sève, au grain serré, ne manque pas de tenue grâce à une superbe tension qui lui confère fraîcheur et allonge.
Ce vin a été pris pour un grand Bourgogne par la plupart des dégustateurs : une erreur classique pour les meilleurs Moulin-à-Vent.
Très Bien +(+)



Jambon persillé

Un très bel accord (4 / 5) qui permet au jambon persillé d’encore mieux mettre en valeur la tension du vin.


Domaine Confuron-Cotetidot – Nuits-Saint-Georges – 2009


La bouteille a été épaulée pendant trois heures puis carafée une petite heure.

La robe est assez claire.
Le nez moyenne expressif évoque la cerise, le poivre et les fleurs.
La bouche est d’un style droit, tout en vivacité et fraîcheur. Cela manque un peu de chair d’autant que les tanins encore sensibles sont étonnamment (pour le millésime) un peu verts.
C’est clairement le vin qui a le plus déçu dans la dégustation.
Bien +



Pâté de campagne

L’accord est correct (3 / 5), le pâté permettant de gommer un peu les tanins végétaux du vin.


Domaine Gallety – Coteaux du Vivarais – La Ligure – 2010


Cette cuvée étant peu commentée sur LPV je précise qu’il s’agit d’une cuvée issue de vieilles vignes et du seul cépage grenache.

La bouteille a été épaulée pendant trois heures puis carafée pendant deux heures.

La robe est plutôt sombre et encore assez jeune par quelques reflets violine fugaces.
Le nez gagne à une aération supplémentaire dans le verre pour mieux s’exprimer en développant des fruits noirs très mûrs, de la vanille, des notes chocolatées et une touche florale plus fraîche.
La bouche frappe par sa richesse et son onctuosité, donnant presque une impression de sucrosité. L’élevage est parfaitement intégré et la finale sapide. La fraîcheur est remarquable par rapport aux autres marqueurs de ce vin, offrant globalement une sensation de finesse.
Très Bien ++



Effiloché de daube de canard à l’orange et ravioles : une tuerie !

L’accord est salué unanimement (4 / 5).


Domaine Gallety – Coteaux du Vivarais – La Syrare – 2010


C’est l’autre cuvée haut de gamme, de vieilles vignes également, mais issue de syrah cette fois.

La bouteille a été épaulée pendant quatre heures puis carafée pendant une heure et demie.

La robe est sombre, plus que celle de La Ligure, et fait encore plus jeune !
Très intense, le nez conjugue des senteurs de fruits noirs, d’épices douces et de poivre.
La bouche est plus droite, moins démonstrative et gourmande que celle de sa sœur, notamment par un fruité plus en retrait et une légère amertume sur la finale, la persistance s’avérant intéressante.
Très Bien (+)

La bouche paraît plus confortable sur le même plat, en s’arrondissant remarquablement (4+ / 5).


Château Lagrange – Saint-Julien – 2009


La bouteille a été épaulée pendant trois heures puis carafée pendant deux heures.

La robe plutôt sombre montre encore quelques reflets violacés.
Le nez montre une belle intensité et un côté déjà noble, où s’entremêlent cassis, mûre, notes balsamiques et épices.
La bouche est équilibrée, penchant dans le camp de la finesse, avec une austérité qui se teinte avec bonheur d’un côté chaleureux.
Très Bien +



Chaource et comté

Faute de Délice de Bourgogne chez le fromager nous avons opté pour du Chaource mais celui-ci ne s’est pas très bien accordé avec le vin (2,5 / 5), et en tout cas moins bien que le comté (pour moi une valeur sûre pour tous les vins, sauf les moelleux) ne l’a fait (3,5 / 5).


Domaine Mouthes Le Bihan – Côtes de Duras – Blanc moelleux – 2009


La bouteille a été épaulée pendant cinq heures puis carafée juste avant service.

La robe arbore un bel or très ambré.
Le nez ravit par sa puissance et sa complexité : il est même envoutant ! Le rôti se mêle à des agrumes, du miel, du coing, de la pomme, de la poire…
La bouche est dotée d’une liqueur bien présente (160 g de SR !) mais parfaitement fondue par une acidité dantesque qui lui sert également de colonne vertébrale. C’est la colonne d’un corps de géant car la persistance est phénoménale, sur une sapidité parfaite.
Dans dix ans on devrait atteindre le summum permettant de se servir un 2ème ou un 3ème verre.
Très Bien ++ / Excellent



Verrine de pommes au mascarpone : des saveurs superbes, une association judicieuse de différentes textures et une grande finesse !

L’accord est très réussi en terme d’aromatique mais il fait un peu ressortir le sucre ce qui limite son succès (3 / 5).

Voilà qui clôture de belle façon cette dégustation éclectique consacrée à trois beaux millésimes, encore très jeunes dans la plupart des cas.


Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, PBAES, Gildas, Jean-Paul B., Jean-Bernard, matlebat, didierv, Gibus, bertou, chrisdu74, daniel popp, bibi64, Cédric42120, lefranc4, TIMO, Selassie, Vaudésir, Nicolas Arlicot, Nicoco, vivienladuche, H. Seldon, sebus, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, Pins, Damien72
04 Avr 2019 10:40 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2731
  • Remerciements reçus 150

Réponse de Gastronomix sur le sujet De 2008 à 2010 en passant par 2009

J'ai goûté Beaucastel 2009 il y 10 jours. C'est effectivement très bon, mais il mérite tout de même d'être attendu pour ceux qui en ont en cave et se posent la question.
04 Avr 2019 11:29 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7442
  • Remerciements reçus 7114

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet De 2008 à 2010 en passant par 2009

Oui, Gastronomix, on peut effectivement attendre si on recherche un vin plus fondu. L'acidité est là pour le faire vieillir sans risque.

Jean-Loup
04 Avr 2019 12:13 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 301
  • Remerciements reçus 106

Réponse de Nicolas Arlicot sur le sujet De 2008 à 2010 en passant par 2009

Bonjour Jean-Loup,
merci pour ce CR !
une idée du potentiel d'évolution du Silex 2010 ?

Amitiés,
Nicolas
04 Avr 2019 13:20 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5983
  • Remerciements reçus 1431

Réponse de Jean-Bernard sur le sujet De 2008 à 2010 en passant par 2009

Merci pour ce cr! Ayant pas mal de MAV 2009 de Jadot de différents crus, je me réjouis de lire ton commentaire, même si les notes "grillées et graphite" que tu décris m'incitent à poursuivre le vieillissement qques années. J' espére que ça se fondra car ce n'est pas très à mon goût. Mais bien sûr l'essentiel est que la bouche soit épanouie.

PS: Celui qui précoupe le fromage comme ça mérite un avertissement :cartj:

PS2: elles ont l'air sympas ces quenelles Nantua

JB
04 Avr 2019 15:46 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7442
  • Remerciements reçus 7114

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet De 2008 à 2010 en passant par 2009

@ Nico : le Silex peut certainement vieillir 5 à 10 ans de plus, selon les goûts. Mais je ne pense pas qu'il décèlera une minéralité qui lui faisait défaut par rapport à mon souvenir de millésimes plus anciens. Il pourrait en revanche évoluer sur le champignon (bad luck) ou la truffe (good luck).

@ Jean-Bernard : attention, si tu veux la recette des quenelles Nantua il ne faut pas être vilain avec ma chère et tendre ! ;) Elle sait parfaitement comment couper tous les fromages mais chez nous pas de service sur assiette, donc utilisation de petites piques qui ne se prêtent pas à des morceaux en lamelle.

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Bernard
04 Avr 2019 16:19 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 899
  • Remerciements reçus 1430

Réponse de ysildur sur le sujet De 2008 à 2010 en passant par 2009

Je ne sais jamais si je lis ces CR pour la qualité des vins...ou les photos des plats...mais vu l'heure, j'ai mon estomac qui l'emporte ! ;)

Laurent
04 Avr 2019 18:14 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 84940
  • Remerciements reçus 11502

Réponse de oliv sur le sujet De 2008 à 2010 en passant par 2009

Même réaction que Laurent.
Le choix des vins est remarquable.
Mais la tortore fait encore plus saliver à l'heure du dîner ! :oops: :miam:
04 Avr 2019 18:52 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3637
  • Remerciements reçus 1113

Réponse de didierv sur le sujet De 2008 à 2010 en passant par 2009

Patience

Didier
04 Avr 2019 21:15 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 301
  • Remerciements reçus 106

Réponse de Nicolas Arlicot sur le sujet De 2008 à 2010 en passant par 2009

merci Jean loup,

et pas trop de fruits exotiques (ananas) ? Tu parles juste d'agrumes.
Je n'aime pas quand les sancerres (ou pouilly en l’occurrence) partent sur ces notes avec l'évolution, pour moi on verse dans le caricatural, et j'ai déjà eu ça sur des "vieux" silex (2000 et 2004) tous les 2 bus il y a 2 ans,

bonne soirée
nicolas
04 Avr 2019 22:58 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7442
  • Remerciements reçus 7114

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet De 2008 à 2010 en passant par 2009

Je n'ai pas assez d'expérience sur Silex pour te répondre, Nicolas.
J'ai eu en revanche souvent ces arômes exotiques sur Chavignol à l'évolution.
Jean-Loup
05 Avr 2019 09:43 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck