Le consumérisme est-il en train de détruire le monde du vin ?

    • Messages : 80207
    • Remerciements reçus 5812

    oliv a créé le sujet : Le consumérisme est-il en train de détruire le monde du vin ?

    Un billet de John Atkinson MW.

    timatkin.com/has-the...
    #1
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: gege

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 18
    • Remerciements reçus 14

    Fanfreluche a répondu au sujet : Le consumérisme est-il en train de détruire le monde du vin ?

    Article très vrai et très intéressant. Le tout est dans le paradoxe ce qui est aussi souligné dans l'article.

    Dans le monde entier la mondialisation capitaliste est devenue la norme. Je suis sommelier et mis à part quelques beaux restaurants j'ai aussi pu bosser chez des producteurs où certaines bouteilles pouvaient avoisiner les 500/600€ TTC. Prix injustifié totalement (et volontairement), mais qui se vendent quand des très riche, veulent "très" frimer devant leurs très riches copains (généralement des visiteurs étrangers). La qualité du vin? De très bonne qualité. Le rapport qualité prix? Un des plus médiocre qu'il soit aux vues du prix unitaire du flacon.

    J'ai eu l'occasion de travailler dans des vignobles en Australie. Le riesling est la mode? On plante ! On plante et on vinifie ASAP (le plus vite possible). Le riesling passe de mode, retour du Chardonnay? On plante ! Et on vinifie le plus vite possible. Dans certain vignoble l'espérance de vie d'un cep n'est même pas de 10 ans (allez chercher un sens à tout ça...)
    Au pub où la culture est plus à la bière, il y a quelques années le Rosé était à la mode. Combien de consommateurs se retrouvaient avec une demi (25cl) de rosé dans un gigantesque verre à pied. Aiment, aiment pas? Peu importe, c'est trendy et ça te saoule autant que la bière.

    Le marketing du beau, du propre, du terroir, comme mentionné dans l'article, ne sont que de beaux emballages. Et bien sur que le monde du vin est comme bien d'autres secteurs pris dans cette vague consumériste. De plus en plus gens peuplant le monde ont un "pouvoir d'achat", alors pourquoi la vigne serait elle épargnée par cette folie du toujours plus?

    En France Le secteur vin et spi est le deuxième poste d'exportation excédentaire (environ 10 milliards d'euros en 2019). Ce qui donne à nos pouvoirs publics le temps de compter et de réfléchir à quelle politique publique adopter (ou surtout ne pas adopter). Ce qui fait qu'on nous laisse encore faire n'importe quoi. Et malheureusement ce ne sont pas les petits producteurs méritants qui sortent encore de belles choses à des prix raisonnables qui en profitent. Ne me prenez pas en défaut, il y a de "grosses" coop qui font du qualitatif mais aussi de "grosses" coop qui abusent, de "grosses" coop qui font de la merde. Idem pour les "grosses" maisons.

    En France la surface de bio qui s’étend le plus est la vigne. Du bio extensif qui défonce les sols à coup cuivre. Allez chercher la logique? C'est dit plus haut.

    Bref, je ne sais pas s'il était de bon ton de réagir à cet article, mais en tant que passionné je l'ai fait en toute honnêteté.

    Amicalement.
    #2
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jérôme Pérez, gege, kv000, Frisette, FlavFirst

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 17482
    • Remerciements reçus 2396

    Eric B a répondu au sujet : Le consumérisme est-il en train de détruire le monde du vin ?

    Le riesling est la mode? On plante ! On plante et on vinifie ASAP (le plus vite possible). Le riesling passe de mode, retour du Chardonnay? On plante ! Et on vinifie le plus vite possible.

    Ils font plutôt du surgreffage, non ? Cela permet d'être beaucoup plus réactif.

    Eric
    Mon blog
    #3

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 18
    • Remerciements reçus 14

    Fanfreluche a répondu au sujet : Le consumérisme est-il en train de détruire le monde du vin ?

    Ca dépend des régions viticoles pour le sur-greffage. Et surtout ça demande une main d’œuvre qualifiée et minutieuse. Quand on a des hectares à perte de vue, pourquoi se poser des questions?

    Là ou j'étais ça plantait à mort, ça arrachait, ça faisait du pétillant improbable avec les cépages "passés de mode", ça achetait de la terre, en tirant des kilomètres de tuyaux d’irrigation. Ca plante du Riesling sur des terroirs de sable avec des températures à plus de 40°C l'été.
    De plus ils leur suffisait de regarder les débuts de tendance de consommation aux USA pour que cette tendance arrive à peu près 3 ans plus tard en Australie. Puis le temps que ça passe des "élites urbaines" de Melbourne à l'ensemble du "bas peuple", ça laisse encore quelques années.

    Donc la logique et la réactivité... Ce qui importe c'est d'être gros, toujours plus gros et faire des gros sous, toujours plus de gros sous.
    #4

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck