Nous avons 1379 invités et 62 inscrits en ligne

New LPV Paris N°68 Retrouvailles caniculaires

  • Messages : 4314
  • Remerciements reçus 1421

Vaudésir a créé le sujet : New LPV Paris N°68 Retrouvailles caniculaires

Retrouvailles caniculaires

C’est avec un grand plaisir que nous nous sommes retrouvés pour notre première soirée post confinement, François 1, François 2, Jérôme , Cédric, Sébastien, Patricia, Joseph, Yves, Vivien ne manquait que Pierre, Fabien et Manu dans une ambiance caniculaire voir électrique entre 2 protagonistes.

Pas de notes précises pour ma part, trop occupé avec les retrouvailles, juste que je me suis régalé avec les Champagnes et que les Chambolles m’ont un peu laissé sur ma faim, par contre nos 2 protagonistes ont bien noirci leurs carnets de notes et ce serait tout à l’heure honneur de nous les rapporter.

Paire bulles N°1

Champagne AR Lenoble Grand Cru Chouilly Blanc de blanc Mag 14
Robe claire, nez de fruits blancs et d'agrumes, des fruits secs, la bulle est fine, la bouche est tendue, bien salivante et belle allonge, toujours élégante cette cuvée.

Champagne André Beaufort Ambonnay Grand Cru 2009 90% Pinot noir et 10% chardonnay
Robe plus dorée, nez un peu fermentaire, pomme mur,en bouche bulle plus grosse, presque crémeux, on retrouve en finale des petites notes de fruits rouges qui complexifie l'ensemble, plus de rondeur mais bien tendue aussi.

Paire bulles N°2

Champagne Pol Roger Pure extrat brut 1/3 de chaque cépages
Robe très claire, nez frais, fruits blancs, pomme, bulle fine et vive, en se réchauffant pend du volume, de la maturité et de l'ampleur, belle tension finale , on en reprendrait.

Champagne Caillez Lemaire premier Cru Cuvée Jadis 2008 60% chardonnay, 30% pinot noir, 10% pinot meunier
Robe plus dorée, belle maturité au nez, note d'élevage, en bouche bulle assez fine, attaque souple,mur mais s'allonge et termine par une belle tension salivante.



Rarement vu autant consensus dans l'équipe à propos de ces 4 champagnes.

Chambolle solo

Domaine Amiot-Servelle Chambolle-Musigny 2014
Celle-ci aura fait l’unanimité contre elle, cette bouteille ne donnait pas envie contrairement à celle que Pierre nous avait fait dégusté sur la soirée Nuits 2014, oui des fruits rouges mais du végétal au nez, en bouche passé une attaque assez bien, le végétal et la verdeur apparaisse ainsi que des tanins accrocheurs, mauvaise phase, mauvaise bouteille sans doute ce soir.

Première paire Chambolle Le début des hostilités entre Vivien et Yves :)!

Domaine Sigaut Chambolle-Musigny 2010
Moi j'ai bien apprécié, simple dans sa complexité, un fruit présent, une bonne fraicheur, un vin assez équilibré, pas prise de tête.

Domaine Rémi Jenniard Chambolle-Musigny VV 2009
Robe plus sombre, un peu plus dense, en bouche aussi mais aussi assez équilibré tout de même, sans être enthousiasmante peut-être mais buvable.

La nos 2 protagonistes ne sont pas d'accord.

Deuxième paire Chambolle on continu les éclairs éclatent :jump:

Domaine Anne Gros Chambolle-Musigny La Combe d'Orveau 2008
Millésime pourri oui mais c'était joli, robe très claire, petits fruits rouges acidulées,floral, fraicheur, en bouche on vérifie que la concentration n'est pas son fort mais au vu de son pédigrée sans sort pas mal vu le millésime, intéressant.

Domaine Sigaut Chambolle-Musigny PC Les Chatelots 2003
Robe sombre, nez dense fruits noirs, de la maturité, en bouche c'est quand même digeste, un peu dense peut-être mais bien équilibré tout de même, vu la densité j'aurai bien vu un Chambolle de Groffier sur un millésime chaud.

Gros désaccord entre nos 2 compères, la paire la plus intéressante pour moi.

Dernière paire de Chambolle ou surpise L'orage gronde :unsure:

Domaine Seguin Manuel Chambolle-Musigny VV 1990
La robe présente un début d'évolution, on est toujours sur les fruits, peut-être un coté terrien, sous bois un peu humide, ça tient la route mais il était temps de la déguster.

Domaine Pernin-Rossin Nuits Saint Georges PC La Richemonde 1986
Robe très sombre, pour moi le nez c'est très guignolet kirsch, crème de cerises, la bouche est dense, bien construite mais la finesse difficile à trouver pour moi y a du sucre quelques part, ah oui du cassis plutôt , elle sera encore début dans bien longtemps.

La totale opposition toujours de nos comparses.

Un sucre on continue, encore et encore ::whooo::
Domaine Pierre Bise Coteaux du Layon Beaulieu Les Rouannieres 2009
Robe bien dorée, c'est assez mais riche mais pas lourd, n'y connaissant rien je ne m'aventurerai pas ente Vivien et Yves pourtant coincé entre les 2, quel échange mais ils connaissant parfaitement le domaine.

On a bien rigolé avec cette foire d'empoigne .............toute amicale nul est besoin de le préciser et surtout le GRAND PLAISIR à se retrouver.

Prochaine soirée Chablis PC :cheer: et rouge du Jura :whistle:

Stéphane
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, rkrk, mgtusi, chrisdu74, bonaye, Jean-Loup Guerrin, bibi64, vivienladuche, Oyaji-sama, Frisette, oberlin, starbuck, leteckel, Garfield, Vesale, Delphinette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3178
  • Remerciements reçus 141

francois999 a répondu au sujet : New LPV Paris N°68 Retrouvailles caniculaires

Les protagonistes avaient 2 visions des vins de chambolle :
Un nez de fillette et un corps de fillette ... un pdf
Un nez de fillette et un vin couillu, qu’on a appelé un thiago...
:D évidemment

Francois
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1621
  • Remerciements reçus 386

rkrk a répondu au sujet : New LPV Paris N°68 Retrouvailles caniculaires

Pernin-Rossin : si je me souviens bien c'est là où l’œnologue grec (j'ai peur d'écorcher son nom) a inventé la macération préfermentaire.
Visiblement, même après 30 ans, ce style reste à part

Ralf

PS: Sinon, entre les Champagne, lequel a été préféré ?
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4314
  • Remerciements reçus 1421

Vaudésir a répondu au sujet : New LPV Paris N°68 Retrouvailles caniculaires

rkrk écrit: Pernin-Rossin : si je me souviens bien c'est là où l’œnologue grec (j'ai peur d'écorcher son nom) a inventé la macération préfermentaire.
Visiblement, même après 30 ans, ce style reste à part

Ralf

PS: Sinon, entre les Champagne, lequel a été préféré ?


Pour Pernin-Rossin , Joseph et Yves en savent plus que moi.

Pour les Champagnes et bien un petit faible pour le Pol Roger mais c'est perso et toujours le AR Lenoble

Stéphane
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 905
  • Remerciements reçus 121

Gilles T a répondu au sujet : New LPV Paris N°68 Retrouvailles caniculaires

Pernin-Rossin : si je me souviens bien c'est là où l’œnologue grec (j'ai peur d'écorcher son nom) a inventé la macération préfermentaire.


Non, chez Pernin-Rossin, c'était au moins dix ans plus tôt et c'était Guy Accad. Kyriakos Kynigopoulos est arrivé une bonne dizaine d'années après.
#5
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, rkrk

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 556
  • Remerciements reçus 150

bonaye a répondu au sujet : New LPV Paris N°68 Retrouvailles caniculaires

Petit retour sur cette soirée de reprise.
Enfermés dans notre bocal, nous avons tous apprécié les champagnes, de bon niveau, avec un petit faible pour ma part pour le Caillez-Lemaire, peut-être transcendé par le millésime 2008 .
J'ai, par contre, été déçu par le niveau des Chambolle présentés, que j'ai trouvé globalement rustiques et manquant de complexité, mais la température ambiante ne s'y prêtait pas.
Par contre, et contrairement à notre chablisien préféré, j'ai bien aimé la finesse du vin "pirate", Nuits-St-Georges 1er cru "La Richemone" 1986 d'André Pernin-Rossin.
Il faut se souvenir que ce viticulteur dont les vignes ont été reprises par le domaine Perrot-Minot (qui commercialise aujoud'hui cette cuvée à grand prix), effectivement conseillé par Guy Accad, avait été à l'époque soupçonné de soutenir la production locale nuitone en versant de la liqueur de cassis dans sa cuvée de Richemone.
S'il est vrai qu'à l'époque, le cassis paraissait bien présent, ce qui laissait mal augurer de l'avenir de cette cuvée, il faut souligner combien cette bouteille a bien évolué, avec ses arômes complexes de guignolet-kirsch et autres alcools de fruits rouges, comme quoi le millésime 1986, bien décrié en Bourgogne, peut réserver de belles surprises.
J'y regouterai ultérieurement...
#6
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: chrisdu74, Vaudésir, starbuck, leteckel

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck