Nous avons 1145 invités et 95 inscrits en ligne

Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

  • Messages : 6491
  • Remerciements reçus 3342

Jean-Loup Guerrin a créé le sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

Pour tout vous dire, ce n’est pas nous qui avons choisi le restaurant mais notre fille, pour conclure une semaine de garde du petit fils. Et elle a bien choisi ! Dans un cadre moderne et feutré, c’est un jeune chef qui vient d’obtenir une étoile au Michelin et propose une cuisine toute en légèreté et saveurs, s’appuyant de très beaux produits (tous les fournisseurs sont indiqués sur la carte), avec une bonne touche d’innovation.

Le menu en quatre plats est proposé en surprise, donc sans savoir ce que le chef nous a concocté, mais là encore c’est un bon choix, très tourné vers les produits de la mer. D’ailleurs le rond de serviette annonce la couleur, en représentant un poisson stylisé.

Enfin j’ai demandé un Muscadet pour l’apéritif, un verre de vin blanc pour accompagner les deux entrées, un verre de rouge pour le plat principal et un verre de vin de dessert, les trois derniers à l’aveugle.
La carte des vins, parcourue avant de partir, fait la part belle (peut-être 70 % !) aux vignerons qui travaillent en bio et le plus souvent en biodynamie : outre ceux dont les vins ont été dégustés, j’ai noté rapidement Gramenon, L’Anglore, Mosse, Coulée de Serrant, Ganevat, Elian Da Ros, Jean-Baptiste Sénat …


Domaine Vincent Caillé – Muscadet Sèvre et Maine – Terre de gabbro – 2017


Cette cuvée dont c’est le premier millésime est issu de l’association de Vincent Caillé (Domaine Le Fay d’Homme) et de Christelle Guibert (Decanter).

La robe est d’un or bien clair.
Moyennement intense mais profond et avenant, le nez livre une belle aromatique composée de fruits blancs, de notes florale et d’une touche finement anisée.
La bouche brille par son équilibre, avec une rondeur étonnante qui vient du terroir (gabbro) mais aussi sans doute du millésime, une bonne vivacité, une aromatique agréable et persistante, le tout clôturé par une finale plus tendue et légèrement saline.
Un Muscadet étonnant mais que j’ai vraiment apprécié !
Très Bien


Bouchées apéritives : petit lulu sablé à l’encre de seiche et parmesan, cœur d’oignons caramélisés et cuillère de douelle comme un tofu, œufs de truite et algues nori.

En mise en bouche, une royale de foie gras (fondu), betterave déclinée et cassis : très raffinée et d’une grande justesse de goûts. Désolé mon impatience m’a fait rater la photo…

Le sablé « lulu » procure une allonge supplémentaire au Muscadet (accord 4 / 5) mais le foie gras l’éteint un peu même si le mariage ne conduit pas au divorce (3- / 5).


Domaine Brégeon – Muscadet Sèvre et Maine – Gorges – 2014


La robe présente un bel or soutenu.
Le nez est d’abord peu disert, mais il s’ouvre bien à l’aération dans le verre et exhale des arômes floraux très élégants, mâtinés de fruits blancs.
La tension en bouche est frappante, surtout par comparaison au premier vin, et empreinte d’une minéralité aussi bien en profil qu’en saveurs, sur la pierre mouillée et des notes salines. La finale de belle allonge fait preuve d’une grande finesse.
Très Bien (+)

Je suis ravi d’avoir découvert deux très beaux Muscadet, dans des styles très différents.


Lames de maquereau cru, condiments, ail et ciboulettes : exquis !

Le vin gagne en ampleur et signe un magnifique accord (4,5 / 5) avec ce plat.




Bonbons d’huitre, rhubarbe marinée à l’aigre-doux, petits pois et nage acidulée : ce plat vaut à lui seul l’étoile Michelin par le fondant des huitres et l’alliance magique des goûts ! J'ai encore raté la photo...

Cette fois-ci c’est la minéralité du vin qui est exacerbée par le plat pour un beau mariage (4+ / 5).


Domaine Les Vins de la Madone – Côtes du Forez – Mémoire de Madone – Gamay – 2018


La robe est assez sombre, avec des reflets vraiment très violacés provenant de sa jeunesse mais aussi de son cépage.
Le nez exhale d’intenses petits fruits rouges, à peine teintés de notes florales et d’un subtil trait de vert rafraichissant.
Le vin s’avère servi trop chaud en bouche mais le défaut est rapidement corrigé par un traitement rapide « aux glaçons » en cuisine. Elle se montre gouleyante et fringante, d’une chair juteuse totalement dévouée au fruité, aux tanins inexistants, avec une finale honnête dotée d’une pointe d’acidité. C’est bon, agréable, mais cela manque de complexité dans l’absolu et j’ai préféré la roussanne dégustée il y a peu par le plus parfait des hasards.
Bien +


Filet de merlu, tétragone, coques, ail des ours et émulsion des arêtes.

A partir du moment où il est proposé un vin rouge en partant sans doute du principe que les convives n’accepteraient pas l’absence de vin rouge dans un repas, je comprends mieux le choix de ce vin pour accompagner ce plat de poisson. L’accord est étonnant (3,5 / 5) et le vin s’en sort bien grâce à son caractère ciselé, le plat faisant ressortir son acidité et mettant en valeur son fruité.


Duo de chocolat et praliné

Je poursuis ce CR par le dessert (une autre belle réussite par sa légèreté et en même temps sa profondeur) car on m’avait prévenu que le vin proposé ne l’était pas pour son accord avec celui-ci mais pour laisser une bouche nette en fin de repas.


Domaine de Bellivière – Les P’tits vélos – A pignon fixe – Méthode traditionnelle


Il s’agit d’un 100 % chenin.

L’or de la robe est assez ambré.
D’une belle intensité, le nez associe des fruits secs comme l’amande, de la poire, de la rhubarbe et une sensation minérale.
La bouche est longiligne, traçante, tranchante devrais-je dire, une vraie lame de rasoir ! Je parierais volontiers pour un effervescent non dosé. Des amers ressortent en finale.
Assez Bien + mais j’ai sans doute sous-noté car je ne m’attendais pas à cela. En tout cas l’effet recherché par le chef et rapporté par le sommelier est parfaitement atteint ! On est prêt à repartir pour un autre plat et cela tombe bien car arrive un après-dessert :


Meringue moelleuse, agrumes et huile d’olive : un Objet Culinaire Non Identifié qui a divisé la table mais j’ai beaucoup aimé et je ne suis pas le seul !

Un fond de verre suffit pour noter un accord (3 / 5) de contraste entre le moelleux du dessert et l’acidité du vin.


Mignardises pour accompagner le café : choux à la vanille et palets de chocolat noir

Vous aurez compris que nous avons été conquis, par les plats et le choix des vins, même si c’était plus variable du point de vue des accords.
Hasard de la vie mais pas si improbable quand on sait que le Monsieur est amoureux des bonnes choses : François Cotat était à la table voisine. Et comme nous il a beaucoup apprécié la cuisine de Lulu ! :jump:


Jean-Loup
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., daniel.gureghian, jean-luc javaux, LADIDE78, H. Seldon, sebus, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 890
  • Remerciements reçus 801

sebus a répondu au sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

Merci Jean-Loup pour la mise en lumière de cette adresse nantaise! (tu)

La bouche brille par son équilibre, avec une rondeur étonnante qui vient du terroir (gabbro) mais aussi du millésime,

Surprenant ce parallèle entre rondeur et gabbro, car le Gorges de Fred Lailler que tu as bu après Terre de Gabbro est également sur gabbro et ce n'est pas la rondeur qui caractérise ce très beau vin ;)

Retrouves-tu fréquemment un caractère rond aux vins issus d'un sol de gabbro?

Sébastien
#2
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6491
  • Remerciements reçus 3342

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

Sebus, je ne suis pas un spécialiste du Muscadet mais je vais te donner quelques éléments de réponse.

J'ai bu le Terre de gabbro 2017 de Vincent Caillé en sachant qu'il s'agissait d'un Muscadet (c'est ce que j'avais demandé pour l'apéritif) sans plus. Comme je m'étonnais de sa rondeur auprès du sommelier, c'est lui qui m'a dit que cela provenait du terroir de gabbro.

Puis le vin suivant, le Gorges 2014 du Domaine Brégeon, m'a été servi à l'aveugle et j'ai trouvé le Muscadet par son caractère plus classique. Tu me dis qu'il s'agit du même terroir et c'est une surprise pour moi car effectivement le vin était très différent.

J'en conclus que cette différence vient du millésime, de la viticulture (notamment maturité des raisins) et de la vinification.

Merci pour ta remarque.

Jean-Loup
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17672
  • Remerciements reçus 2485

Eric B a répondu au sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

Pour avoir goûté des Gorges une journée entière, c'est plus lié au vigneron qu'au gabbro. Brégeon et son successeur font les vins les plus vifs de la commune.

Eric
Mon blog
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 890
  • Remerciements reçus 801

sebus a répondu au sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

Eric,
J'ai comme référentiel de vins issus de gabbro ceux de Fred Lailler, qui n'ont effectivement pas ce profil rond. L'autre Gorges bu récemment est le 2014 du domaine de la Pépière qui est aussi un monstre de tension; les raisins proviennent de chez Fred également. Du coup je me pose la question de l'impact du terroir/vigneron.
Comme je n'ai pas d'autre référentiel; j'interrogeais Jean-Loup concernant la caractère rond / gabbro.
Et toi, fais tu fréquemment ce parallèle?

Sébastien
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17672
  • Remerciements reçus 2485

Eric B a répondu au sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

Voici mon CR sur les vins de Gorges pour te faire une idée : www.lapassionduvin.c...

Eric
Mon blog
#6
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6491
  • Remerciements reçus 3342

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

Merci Eric.

Effectivement une grande variété entre vignerons et millésimes.

Jean-Loup
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6491
  • Remerciements reçus 3342

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

Je tombe par hasard sur l'article "A la rencontre de Vincent Caillé" paru dans "Le Rouge&leBlanc", numéro 111 de l'hiver 2013-2014.

Voici ce que dit Vincent Caillé lui-même :

Les vins issus du gabbro sont austères dans leur jeunesse. il leur faut du temps pour s'exprimer. ils sont tendus, avec une belle minéralité.

Vous aviez donc raison, Sébastien et Eric, la rondeur que j'ai ressentie dans le "Terre de gabbro – 2017" vient du millésime et pas du terroir comme le sommelier me l'avait dit !

Jean-Loup
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17672
  • Remerciements reçus 2485

Eric B a répondu au sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

2018 risque d'être encore plus rond...

Eric
Mon blog
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2200
  • Remerciements reçus 756

GILT a répondu au sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

Il y a aussi un côté vigneron dépendant.

Gilles
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6491
  • Remerciements reçus 3342

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Lulu Rouget : un deuxième restaurant étoilé à Nantes !

Oui Gilles, j'avais d'ailleurs mieux conclu dans mon message du 23 avril :

J'en conclus que cette différence vient du millésime, de la viticulture (notamment maturité des raisins) et de la vinification.


Jean-Loup
#11
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: GILT

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck