Nous avons 2598 invités et 62 inscrits en ligne

Conseil National du Gunthard Club

  • Messages : 94204
  • Remerciements reçus 23466

Réponse de oliv sur le sujet Quand Gunthard pirate la Fête Nat' !

Quand Gunthard pirate la Fête Nat' !



Y'a le Rougeot de Suresnes qu'a piraté l'aile gauche !


Une belle tradition chez les Gunthards consiste à réunir le PolitBuro juste avant les vacances afin de resserrer les amitiés et de copieusement s'hydrater avant les grands départs. On sait jamais, un coup de chaleur est si vite arrivé !

Cette année, la date tombant pile poil un soir de 14 juillet, cela me vaudra un gymkhana pas possible afin de rejoindre le lieu des hostilités, quand la maréchaussée te verrouille toutes les rues au point que j'ai bien cru qu'on allait finir par dormir dans la ouature !

C'est donc avec un retard qui dépasse de plus de 4 fois le quart d'heure parisien qu'on retrouve les BriBru en pleine forme et celui qui nous laisse encore l'appeler Le Gal et qui ont eu la gentillesse de nous attendre pour déboucher la bulle !

Il fait chaud, il fait soif, tout le monde a assez attendu !

En piste !





Champagne Philipponnat, Clos des Goisses, 2000



Robe vieil or.
Joli nez assez évolué toutefois, sur des notes de peau d'orange et épicées puissantes, avec un petit côté brioche au beurre.
Bouche puissante, très vineuse, sur une matière impactante et dense à la bonne acidité.
La bulle crémeuse et délicate est très agréable et vivifie l'ensemble.
L'aromatique reste marquée par des notes oxydatives assez présentes, sur de fines touches de curry.
La finale m'a semblé marquée par une amertume assez présente.
Un vrai champagne de table.



Amuse bouche



Domaine Daniel Pollier, Pouilly-Fuissé, Les Perrières, 2010



Robe sur un doré net.
Nez peu causant à l'ouverture et qui se détend un peu en libérant de curieuses senteurs sur un lacté beurré qui vire à un côté Michelin assez désagréable par son aspect caoutchouteux.
Bouche linéaire, sans défaut de structure mais peu causante, sur un équilibre honnête mais qui manque de peps et de développement pour se livrer vraiment.
Finale honnête mais sans réelle envie de se resservir.
A revoir.



Foie gras, magret fûmé, betterave confite au cassis



Domaine Pierre Sourdais, Chinon, Les Boulais, 2009



Robe sur un violet bleuté.
Nez un peu mat, sur les épices et le chocolat noir mais qui manque un peu d'expression du fruit, livrant à peine quelques senteurs de fruits noirs.
La bouche est revanche doté d'un équilibre impeccable, offrant une belle matière pleine et puissante enroulée dans une acidité bien présente.
Belle finale aux tanins totalement fondus.
Il lui manque un peu de charme aromatique pour m'emballer vraiment mais rien à dire, c'est de la belle ouvrage.
Bien à très bien.



Carré d'agneau, flan de courgettes



Domaine Marquis d’Angerville, Volnay 1er cru Clos des Ducs, 2006



Robe grenat clair sur un vermillon d'évolution assez présent.
Nez au bouquet magnifique de complexité et de franchise, sur une petite réduction qui s'évacue dans le verre pour offrir des notes géniales de fraises des bois et de foin séché.
L'attaque en bouche livre un beau volume au jus plein et à l'acidité agréable, avec une présence un peu chaleureuse en alcool .
Malheureusement, dès le milieu de bouche, le vin se resserre et s'abime dans une charge tannique importante mais surtout une amertume redoutable pour moi et qui bride totalement mon plaisir sur la finale qui confine à la raideur.
Dommage car il y avait de quoi grimper aux rideaux si le vin avait gardé son équilibre.



Fromages



Domaine Paul Pillot, Chassagne-Montrachet 1er cru Clos St Jean, 2010



Robe jaune paille bien brillante.
Nez fin et discret à l'ouverture, sur des senteurs anisées mais dont le réchauffement va libérer des arômes beurrés très, trop présents.
Phénomène identique en bouche où le vin goûte épuisé d'élevage, sur une sucrosité qui prend le pas sur l'acidité et rend le vin pataud et fatigant à cause de goûts beurrés très écœurants.
La finale est mollassonne et fatigante.
Une phase ? Car j'ai déjà remarquablement bien goûté cette cuvée .
C'est quand même pas simple, le vin...


Soupe de pêche



Weingut Erben von Beulwitz, Kaseler Nies'chen Riesling Auslese Alte Reben, 2005



Robe sur un doré léger.
Joli nez franc et net, sur la naphte, la crème au beurre, la menthe poivrée et de fines senteurs exotiques.
Bouche délicieusement facile, sur un équilibre parfait de légèreté et buvabilité fait d'une sucrosité légère et tendre et d'une acidité qui étire l'ensemble en nettoyant parfaitement le palais.
La finale n'est pas énorme de puissance mais présente une terrible envie de se siffler la bouteille à grande lampée.
Très bien !






Bon, tout le monde l'aura compris...

Si, niveau pinuche, c'était pas vraiment le feu d'artifice attendu et que certains pétards semblaient un peu mouillés, dans les assiettes comme dans les cœurs, la soirée fut au niveau habituel, à s'en réveiller avec quelques brumes dans le regard et un paquet de courbatures dans les zygomatiques !

Un grand merci à Brigitte et son tailleur de betteraves pour les délices servis ce soir et à mon Président à la frappe de Gunthard pour sa bonne humeur légendaire.

Bon match et belles vacances, les potos,
Et champioooooooons du monde, hein ! :woohoo:

Oliv
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, Benji, PBAES, Eric B, Vougeot, jean-luc javaux, Julien Ko, Jean-Loup Guerrin, Cédric42120, leteckel
15 Juil 2018 21:35 #31

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 783
  • Remerciements reçus 2398

Réponse de bassaler sur le sujet Quand Gunthard pirate la Fête Nat' !

Depuis, le Président Galinsky a disparu, sans doute dans les limbes du Marc du Clos de Tart.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Galinsky
16 Juil 2018 07:37 #32

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2626
  • Remerciements reçus 1196

Réponse de Galinsky sur le sujet Quand Gunthard pirate la Fête Nat' !

Non, pas de problème, il est bien au rendez-vous

Un grand merci à toutes et à tous pour votre présence, votre amitié et votre bonne humeur !

Un grand bravo à nos hôtes d'un soir et comme l'a si bien dit notre Bobosse national.... Un grand merci pour ce Marc du Clos de Tart !

De mon côté :
- CR: Champagne Philipponnat "Clos des Goisses" 2000
(Dégorgement en Octobre 2011) - Robe jaune vieil or - Une aromatique sur les fruits jaunes et les agrumes - Une très belle bouche sur l'évolution marquée par de beaux amers (je me doutais que cela allait un peu déranger notre Oliv) - Ma seule remarque serait la couleur évoluée qui m'a un peu surpris compte tenu de l'age de la bouteille... Mais néanmoins ce soir-là j'ai beaucoup aimé ce champagne. TRES BIEN

- CR: Chinon Domaine Pierre Sourdais "Les Boulais" 2009
Au petit jeu de l'aveugle, cela remet les pendules à l'heure et évite de se prendre pour des cadors. Nous l'avions tous placé dans le sud et cela à permis au Bobosse de se gausser ;)
La robe est dense, foncé avec des couleurs d'évolution commençant à apparaître - Un nez sur les fruits noirs bien mûrs et une sensation de richesse et de soleil - En bouche la puissance est présente, mais très bien maîtrisé, mêlant chaleur et fraîcheur par une acidité salvatrice - Aucune note de poivron vert sur ce millésime 2009. Belle réussite pour un vin qui a l'avenir devant lui. TRES BIEN

- Quand aux autres vins Oliv les a très bien résumés !

UN GRAND BRAVO pour ce dîner de haute volée !

Eric
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES
16 Juil 2018 10:57 #33

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 94204
  • Remerciements reçus 23466

Réponse de oliv sur le sujet Quand Gunthard pirate la Fête Nat' !

Nous l'avions tous placé dans le sud et cela à permis au Bobosse de se gausser ;)


Un parfait assemblage grenache syrah en Languedoc en effet !
Si ça c'est pas la preuve qu'il est fourbe, ce cabernet... :whistle: :oops:
16 Juil 2018 11:06 #34

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 783
  • Remerciements reçus 2398

Réponse de bassaler sur le sujet Quand Gunthard pirate la Fête Nat' !

On a connu, du temps des grandes heures, l'épisode maintenant fameux de la SORTIE 32 dont une adaptation cinématographique est prévue dès cet automne. Et voici qu'à peine remis, Oliv nous gratifie d'un bonus avec LE SYNDROME DES QUAIS BOUCHES (pas de contre-pétrie).
C'est donc avec plus d'une heure de retard que nous l'accueillons le palais complètement desséché, les yeux hagards et la bouche pâteuse. Comme je ne suis pas rancunier, nous l'avions attendu pour débuter les hostilités.

Sans prise de notes, je me risque à quelques commentaires.

Champagne Philipponnat, Clos des Goisses, 2000 : robe dorée, assez évoluée. Nez vineux déjà, notes briochées fines et impression de plénitude. Bouche très puissante, d'une grande vinosité, bien équilibrée par l'acidité. Densité en bouche mais vivacité. Pointe d'amers nobles qui me plaisent beaucoup. Excellent

Pouilly Fuissé, les Perrières 2010, Domaine Daniel Pollier : Robe assez évoluée ... Nez plutôt mutique, pas très caractéristique. A l'aération, notes de pneumatiques chaud et d'amers peu agréables. Bouche linéaire mais sans éclat, longiligne. Manque évident d'aromatique. Moyen

Chinon, les Boulais 2009, Domaine Pierre Sourdais : Robe dense et très soutenue, presque noire. Quand la température a été stabilisé (pas facile avec la canicule), le nez dégage un fruité plutôt intense, puissant, sur les fruits noirs, une touche d'épices presque typée Syrah. Belle bouche structurée, avec un équilibre entre tannins abondants mais élégants, structure acide et charge alcoolique. C'est rond mais sans molesse. Finale sans doute (je confirme les dires d'Oliv) manquant d'une pointe de peps, sous la forme d'une aromatique plus engageante. Très Bien +

Volnay, premier cru Clos des Ducs, 2006, Domaine Marquis d’Angerville : robe assez pâle sur un rubis / vermillon clair et déjà évolué. Au premier nez, ça pinote clairement, une véritable explosion de fruits rouges, une fine acidité apportant déjà un grain, une touche d'herbes sèches. Belle bouche avec un toucher velouté, du fruit, une belle acidité et une charge tannique mesurée. Je n'ai pas trouvé la raideur d'Oliv ! Finale à l'avenant, qui dessine un grand Bourgogne. Excellent

Chassagne Montrachet, premier cru Clos St jean 2010, Domaine Paul Pillot : robe jaune paille éclatante de jeunesse. Nez clairement beurré, lacté, dégageant des notes vanillées et (trop) prégnantes. Bouche à l'identique, fatigante et sans charme. J'ai peur que le fruit disparaisse avant que l'élevage ne s'intègre. Bof

Kaseler Nies'chen, Riesling Auslese Alte Reben, 2005, Erben von Beulwitz : Belle robe dorée légèrement, quelques reflets verdâtres encore présent. Un grand auslese au nez, sur les composés aromatiques et terpéniques, mais avec un supplément de fraîcheur type menthol, une touche poivrée et quelques retours aromatiques sur l'exotique. Bouche sphérique construite sur un équilibre parfait. Coefficient de torchabilité proche de 100 %. Point d'équilibre entre l'acidité, la sucrosité ressentie assez légère, la charge alcoolique très mesurée (8°) et la tendresse. Une valeur sûre. Excellent +

Merci à nos congénères d'un soir pour cette soirée de partage et de rires.

J'allais oublier quelques lampées de Marc du Clos de Tart, dont le succes n'est pas démenti une nouvelle fois.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Galinsky, Jean-Loup Guerrin, leteckel
16 Juil 2018 21:17 #35

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2971
  • Remerciements reçus 1010

Réponse de Benji sur le sujet Quand Gunthard pirate la Fête Nat' !

bassaler écrit: Je n'ai pas trouvé la raideur d'Oliv !


A l'aveugle... le prestige de l'étiquette ne sert à rien B)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv
16 Juil 2018 21:50 #36

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 783
  • Remerciements reçus 2398

Réponse de bassaler sur le sujet Le Polit Buro des Gunthards prépare les vacances

Il est des habitudes qui sont tenaces, et c’est tant mieux. Malgré le temps, malgré une sorte d’éloignement plus professionnel que géographique, malgré des emplois du temps parfois trop chargés, nous réunissons traditionnellement notre petit groupe autour du 14 juillet (ce qui en a fait rire quelque uns !) pour célébrer les vacances prochaines.
Ce samedi soir ne dérogera pas à la règle puisque le Polit Buro des Gunthards (les historiques en petit comité : petit, mais efficace) s’est retrouvé autour d’une table sur les flancs du Mont Valérien.
Rapidement, les automatismes reviennent, les jeux de mots fusent, les tacles assassins à la carotide se multiplient … Petits plats et grands crus viennent compléter les ingrédients nécessaires à une soirée réussie, placée sous le signe de l’amitié.



Quelques impressions sur le repas et les vins, sans prise de note pour ma part.

En apéritif
Champagne, Blanc de blancs extra brut, les Roises, Ulysse Collin : un champagne (base millésime 2008, dégorgé en 2012) élevé sur un équilibre semi-oxydatif, une belle présence en bouche, plutôt vineux, une rondeur avenante, une trame acide qui arrive en second plan, et une finale légèrement enveloppante. C’est beau, énergique et charmeur. Très Bien ++

Avec une entrée composée d’un carpaccio de bœuf et sa salade de tomates
Riesling, Scharzhoferger Pergensknopp 2012, Van Volxem : superbe aromatique, sur une base pétrolée complétée de notes exotiques. Bouche tendre, construite sur la tension, pointe saline / perlante vivifiante, très subtile. Finale claquante. Les papilles sont à la fête. De la belle ouvrage. Excellent (+)

Avec une côte de bœuf Simmental maturée, son tian de courgettes
IGP Syrah de Seyssuel, l’Ame Sœur 2013, Stéphane Ogier : de la confiture de lait au nez, … et c’est tout. Platitude, lourdeur, manque de volume et d’aromatique. Bof. Remarque : j’avais bien gouté le 2014, les cavistes (est-ce le terme exact ?) m’ont vendu un 2013. Quelle déception.
Charmes-Chambertin grand cru 1999, domaine Arlaud : un pinot construit sur la puissance, une forte charge tannique (le Président y voit aussi une forte extraction), un côté terrien / fumé qui complète agréablement le fruité du pinot. Beau vin. Très Bien +

Avec les plateaux de fromages
Meursault (les Vireuil) 2009, domaine Coche-Dury : Servi à l'aveugle, j’ai reconnu immédiatement la « pâte » du producteur. C’est grillé mais élégant, de beaux amers salivants, déjà ! Grande bouche plutôt puissante, mais pas lourde. Acidité qui allonge et équilibre / affine le vin. Grands amers sur une finale qui tutoie les sommets. Excellent +

Avec le dessert, un clafouti aux cerises (le vrai quoi)
Burgenland, Muskat Ottonel Trockenberenauslese, Zwischen den Seen 2008 (nummer 5), Weinlaubenhof Kracher : quelle puissance. Un premier nez très muscaté, vite complété par des notes aromatiques évoquant le gewürztraminer (vieille rose, litchi, fruits exotiques). J’y perçois également une pointe rôtie et déjà une grande et noble amertume. Grande liqueur en bouche, mais toujours sur la fraîcheur, l’élégance et la digestibilité. Amers qui claquent sur la langue, forte charge de sucres parfaitement équilibrés par une acidité qui, analytiquement, doit être redoutable. Intégration parfaite jusqu’à une finale enveloppée, typée sucre candy. Un Delesvaux autrichien en quelque sorte. Excellent ++

Et pour ne pas risquer l’hypoglycémie dans la (fin de) nuit, une lichette de Marc du Clos de Tart fût bien appréciée.
Une très belle soirée sous le signe de l’amitié, de l’humour et de la gastronomie. Vivement la prochaine !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Alex, Jean-Paul B., Galinsky, jean-luc javaux, Gibus, A42T, Jean-Loup Guerrin, TIMO, Frisette, leteckel, Pouet, éricH, Garfield
15 Juil 2019 11:36 #37

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1475
  • Remerciements reçus 296

Réponse de oulababa sur le sujet Le Polit Buro des Gunthards prépare les vacances

je pense que les 2013 en Rhône Nord se boivent très mal pour le moment, et pour encore un bout de temps.

Xavier L.
15 Juil 2019 11:54 #38

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20527
  • Remerciements reçus 7489

Réponse de Eric B sur le sujet Le Polit Buro des Gunthards prépare les vacances

Servi à l'aveugle, j’ai reconnu immédiatement la « pâte » du producteur.

Pas plutôt la "patte" (le coup de main, quoi) ?

Eric
Mon blog
15 Juil 2019 13:08 #39

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 94204
  • Remerciements reçus 23466
Champagne Ulysse Collin, Blanc de blancs extra brut, les Roises
Dégorgé le 5-03-2012



Robe sur un doré assez foncé.
Nez complexe, avec une certaine évolution perceptible par des notes de fruits secs, entre la noisette et la noix de pécan, de la peau d'orange séchée, l'aération dans le verre ramenant des senteurs plus fraîches et florales.
Très jolie bouche vineuse et d'une cohérence remarquable entre une matière ample et une acidité parfaitement mûre qui porte bien l'ensemble.
Je trouve juste l'aromatique un tout petit peu trop oxydative et la bulle évanescente, ce côté évolué pesant un peu sur la fraîcheur de la finale.
A revoir sur une autre bouteille car ça a tout d'un grand.
Très bien-



Riesling, Scharzhofberger Pergensknopp 2012, Van Volxem
AP 3 567 212 22 13



Robe légèrement dorée.
Nez puissant au service mais qui va gagner en précision et en complexité dans le verre au fur et à mesure de son aération, passant de puissantes notes terpéniques et minérales, entre le gasoil et la pierre frottée à de très belles senteurs fruitées, sur la mandarine et la mirabelle.
La bouche est délicieusement gourmande, conciliant une droiture en attaque par une grosse acidité à une générosité de corps avec une toute petite sucrosité idéalement positionnée pour porter les amers de la finale de manière équilibrée.
Finale énergique et salivante, pas forcément interminable ni de grande puissance mais d'une délicieuse buvabilité.
Très bien !


Domaine Stéphane Ogier, IGP Syrah de Seyssuel, l’Ame Sœur 2013



Robe bordeaux violacée sans trace d'évolution.
Nez horriblement marquée par un lacté sucré type confiture de lait et qui écrase littéralement toute autre expression aromatique.
Malheureusement, la bouche est à l'avenant, terriblement écœurante au point de ne pouvoir porter une réelle attention à l'équilibre du vin qui m'a toutefois semblé assez marqué par l'acidité et sans réelle tenue le peu de temps que je l'ai eu sur le palais tellement l'envie de cracher était pressante.
Même le coup de flotte passée dans mon verre vide sentait le beurré !
Aucune idée si c'est ED ou un élevage raté.
Mais sur cette bouteille, aucun plaisir possible...


Domaine Arlaud, Charmes-Chambertin, 1999



Robe grenat aux nets reflets briques.
Très beau nez au bouquet ample et complexe, qui travaille beaucoup dans le verre pour offrir un point d'évolution très agréable, avec un tertiaire qui n'épuise pas du tout le fruit, les notes de tabac, de léger goudron portant les senteurs de roses poivrées, de petits fruits rouges sans les épuiser.
Attaque de bouche puissante, sur un jus plein d'impact et de concentration qui pose un côté corpulent, sérieux et droit tout en offrant un jus d'une grande franchise.
L'ensemble est sans conteste carré d'expression en dégustation seule mais l'arrivée de la viande (succulente) gomme tout point de rudesse tannique et livre un superbe déroulé, séveux et noble de complexité.
Finale ample et longue pour un vin loin d'être en bout de course.
Très beau !


Domaine Coche-Dury, Meursault Les Vireuils, 2009



Robe jaune paille aux reflets verts.
Nez grillé léger, sur le sésame, un côté végétal (lime) puis des notes florales qui m'évoquent la fleur d'oranger au réchauffement. Le Bobosse hulule au Coche mais je reste impassible.
Ouvert en fin d'après-midi, le vin était marqué d'un perlant à la limite de l'effervescence et il m'a fallu le secouer au moins dix fois en mode podium de F1 pour le calmer !
Très belle attaque de bouche racée, immédiatement mobile malgré une évidente maturité à cœur qui aiguillera rapidement le Président Galinsky vers un millésime solaire. Décidément, c'est qu'ils sont forts, ces Apparatchiks !
L'ensemble est fidèle à ce que je connais du domaine, impeccable de constitution, pas très complexe en l'état mais d'une puissance motrice et d'un impact sur le palais qui transcende son niveau d'appellation et les potentiels excès du millésime.
Finale juteuse et tonique, d'une grande tenue et allonge.
Très bien.
Et aucun risque à attendre encore pour les heureux possesseurs de ce vin en cave.


Kracher Burgenland, Muskat Ottonel Trockenberenauslese, Zwischen den Seen nummer 5, 2008



Robe vieil or.
Nez puissant et complexe, riche mais pas écœurant, sur des notes incroyables de roses anciennes comme dans le jardin de ma grand-mère, de zestes d'agrumes qu'on pince et un côté minéral (le fameux rôti ?) qu'on retrouve sur les sauternes.
Bouche sirupeuse en attaque, sur une liqueur à l'épaisseur fraîche grâce à l'aide d'une bonne acidité.
Comme plus tôt dans la semaine sur l'Auslese 2018 mais avec beaucoup plus de tempérance, je coince un peu sur les notes d'eau de rose en bouche qui limitent mon envie de me resservir et donc de m'extasier complètement.
Mais pour les becs à sucre et les amateurs d'une certaine exubérance, c'est un très joli vin.


Un giga grand merci aux BriBru pour ce repas superbe entre amis !

Bises et bel été à tous,
Sortez bien hydratés ! A nos grands âges, surtout Bobosse, faut prendre soin de soi... :whistle:

Oliv
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Gibus, Jean-Loup Guerrin, leteckel, éricH
15 Juil 2019 13:30 #40

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 789
  • Remerciements reçus 154

Réponse de alain_vin sur le sujet Le Polit Buro des Gunthards prépare les vacances

Intéressant cet accord du Riesling avec le carpaccio de boeuf et salade de tomates... ça a fonctionné du coup ? Le carpaccio, uniquement à l'huile d'olive ou une vinaigrette particulière ?
Merci ! :)

Alain
15 Juil 2019 14:05 #41

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 94204
  • Remerciements reçus 23466
Accord sans aucun souci à mon goût (vinaigrette classique huile d'olive et, je pense, balsamique) sans en finir dans les bouquins pour autant.
Pour cela, faire titiller le vin avec des entrées de poisson ou langoustines/crevettes (mais pas pour Bobosse si on veut éviter le passage aux urgences) et vinaigrette aux agrumes ou fruit de la passion.
15 Juil 2019 14:30 #42

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 783
  • Remerciements reçus 2398

Réponse de bassaler sur le sujet Le Polit Buro des Gunthards prépare les vacances

Eric, si j'étais de mauvaise foi, je te répondrais que c'est pour ça qu'il y a des guillemets autour de pâte !
Non, en fait, c'est un simple lapsus :) :)
15 Juil 2019 14:52 #43

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2626
  • Remerciements reçus 1196

Réponse de Galinsky sur le sujet Le Polit Buro des Gunthards prépare les vacances

Pour résumer en quelques lignes ce rendez-vous !

Champagne Ulysse Colin - Blanc de blancs - Extra brut – « Les Roises »
J’ai depuis longtemps un faible pour les champagnes produits par le domaine que cela soit pour « Les Pierrières » (son autre Blanc de blancs) ou pour « Les Maillons » (son blanc de Noirs) – Mais ma préférence va vers cette cuvée pour sa complexité, sa structure de bouche –

La robe est assez soutenue au couleur jaune paille soutenue – Un nez qui débute sur des notes un peu oxydatives avec pèle-mêle des fruits secs, un peu d’agrumes confits – Il faudra quelques minutes dans le verre pour que l’air réveille un peu le jus et l’épure un tant soit peu, ainsi quelques arômes floraux et jolis fruits type fruits frais viendront me chatouiller les narines
En bouche, l’ensemble est assez vineux et puissant, la finale sur de fins amers me convient parfaitement – C’est pour ma part un champagne que j’ai largement apprécié, même si je m’attendais, je dois l’avouer, à un peu moins de vinosité. TRES BIEN


Riesling, Scharzhoferger Pergensknopp - Van Volxem - 2012
Une robe joliment dorée – Un nez qui fait penser à un assemblage Riesling, gewurztraminer. En passant par des arômes pétrolés, des petits fruits à chair jaune, du litchi.
En bouche, je ressens un peu de CO2 qui excite le bout de la langue – avec une très belle complexité et une tension superbement rafraîchissante. Le verre se vide tout seul (aidé par des levers de coude répétitifs) – La finale s’enrobe de beaux amers – TRES BIEN


Domaine Stéphane Ogier - IGP Syrah de Seyssuel – « l’Ame Sœur » - 2013
La robe est rouge foncé – Le nez clairement peu engageant développant des arômes « Dulce di Lecce » - En bouche c’est le même schéma, clairement pas de plaisir possible sur cette bouteille. Problème de bouteille, de millésime, de plantage de la cuvée ? – Je ne saurais pas le dire, mais en tout cas, aucun plaisir possible personnellement, comme aurait dit quelqu’un…. C’est pas bon !


Domaine Arlaud, Charmes-Chambertin, 1999
La robe est rouge foncé avec une évolution sur le pourtour du disque, le vin nécessite un peu d’aération pour s’épurer de sa réduction – Ensuite les fruits rouges et noirs se mettent à chanter dans les verres. La bouche est construite sur la puissance et l’extraction avec en réminiscence des notes fumées, et fruités – L’accord avec la (superbe) côte de Bœuf sublimera le vin et apportera l’accord (avec un grand A) – TRES BIEN


Domaine Coche-Dury - Meursault « Les Vireuils » - 2009
Une robe jaune dorée – un nez joliment sur le sésame, les fruits blancs, le floral frais et les agrumes bien mûrs – En bouche le vin s’exprime en plusieurs phases, avec une entrée sur les fruits frais, puis un cœur plus mûr et assez rond et une finale qui va venir retendre l’ensemble avec un coté salivant et acidulé – Grand vin, qui est déjà fort plaisant mais qui peut encore se bonifier avec quelques années supplémentaires – TRES BIEN+


Kracher Burgenland - Muskat Ottonel Trockenberenauslese, Zwischen den Seen “Nummer 5” – 2008
Le vin glisse dans le verre, on voit sa viscosité par le service – L’olfactif est sur les zestes d’oranges amers confites avec un coté roses anciennes du plus bel effet – En bouche, soutenue par une acidité importante, la liqueur est présente mais pas écœurante (loin de là) – je ne suis pas un « bec à sucre » mais je reconnais le plaisir dans ce flacon – superbe longueur emmenée par une amertume salvatrice – TRES BIEN-


Alors que rajouter à cela, une fois de plus le vin (ou plutôt les vins) a servi de fil conducteur à une soirée haute en rires et en plaisirs de se revoir – Une Ola pour Brigitte, qui à concocté un dîner superbe en goûts et en couleurs (heureusement, qu’en préambule, elle nous a avoué, ne pas avoir eu trop d’idées et de temps pour le réaliser...) MiaM!

Merci à vous tous pour votre bonne humeur, les zygomatiques souffrent encore des franches rigolades…. Et c’est aussi cela le vin ! oo,


Eric
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Gibus, Jean-Loup Guerrin, Frisette, leteckel
15 Juil 2019 15:19 #44

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 94204
  • Remerciements reçus 23466

heureusement, qu’en préambule, elle nous a avoué, ne pas avoir eu trop d’idées et de temps pour le réaliser...) MiaM!


Effectivement, si ça c'est de la cuisine sans inspiration, je vous dis pas le résultat le jour où il y en a !

Les plateaux de fromages


PS: tout le monde aura noté la grande classe de l'établissement. ::dance::
15 Juil 2019 15:39 #45

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 998
  • Remerciements reçus 208

Réponse de mauss.th sur le sujet Conseil National du Gunthard Club

Bravo les Gunthards!

Bien content de vous lire sur le van volxem dont il me reste une bouteille..
15 Juil 2019 17:54 #46

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 783
  • Remerciements reçus 2398

Réponse de bassaler sur le sujet Conseil National du Gunthard Club

J'ai d'ores et déjà réservé ma soirée Thomas ::turn::
15 Juil 2019 18:16 #47

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 94204
  • Remerciements reçus 23466

Réponse de oliv sur le sujet Conseil National du Gunthard Club


Foie gras, magret de canard



Champagne Inflorescence, Brut, Blanc de Noirs, La Parcelle
Base 2004, dégorgement avril 2011



Robe jaune paille.
Nez très précis qui s'ouvre sur de fines notes fumées et de pain grillé. L’aération ramène de superbes senteurs de fleurs blanches, sur l'aubépine, le jasmin.
Bouche structurée, vineuse et pourtant élégante et déliée, sur un équilibre remarquable à la densité portée par une acidité parfaitement mûre.
Ajoutez une bulle fine de toute grande classe et vous obtenez un vin délicieux, à la fois plein et fin.
Finale longue et d'une grande évidence.
Très beau vin.


Domaine Paul Pillot, Chassagne-Montrachet 1er cru Les Caillerets, 2010



Robe jaune paille.
Nez monolithique, sur le beurré, le beurré et rien d'autre que le beurré.
Bouche linéaire, sur un marquage de bois lactique pénible car sans aucune autre expression aromatique.
L'acidité est agréable, pointue mais l'équilibre du vin est marqué par des amers de bois peu nobles totalement dissociés.
Finale serrée et amère, encore et toujours sur ces goûts beurrés écœurants.
Un vin... chiant !



Saint Jacques, saumon gravlax, tsatsiki



Domaine de la Taille aux Loups, Vouvray, Clos de la Bretonnière, 2012

 

Robe jaune paille.
Nez étonnant, sur une expression minérale, un léger caoutchouteux grillé. Puis vient la pomme reinette, un floral verveine jasmin très agréable.
L'ensemble a sûrement dû paraître assez boisé en jeunesse mais à 10 ans d'âge et après la motte liquide du Chassagne, force est de constater que l'évolution est très réussie.
Confirmation en bouche avec une belle structure dense, ample et tendue à la fois pour un vin plein de fond mais aussi de rythme.
Belle finale avec de l'allonge et une concentration certaine qui doit pouvoir encore gagner en harmonie et en fondu.
Très bien.


Domaine Michel Lafarge, Volnay 1er cru Clos des Chênes, 2002

 

Bouchon parfait.
Robe tuilée claire.
Nez affreux, sur la croûte de reblochon fermier, le vieux cuir humide, des notes de colle scotch.
Bouche raide et un peu décharnée, aux tanins secs et à l'acidité vive mais surtout à l'aromatique d'étable impossible à dépasser.
Finale stridente et grimaçante.
ED



Filet mignon en croûte, gratin dauphinois aux cèpes



Domaine Robert Arnoux, Echezeaux, 2006



Robe soutenue, sur un grenat violacé avec très peu d’évolution.
Nez complexe au bouquet épicé, d'une puissance et expression encore jeune, sur un boisé assez marqué, compromis de fruits noirs, de poivre gris et de léger goudron.
Bouche à l’avenant, sur un boisé marqué mais d'une belle concentration et impact, à l'aromatique très épicée et au volume plein de fond.
L'ensemble est riche mais très agréable par sa densité et sa présence sur le palais.
Finale sur de beaux tannins gras et une forme de vinosité encore toute jeune.
Un style un peu musclé peut-être mais qui m'a encore semblé doté d'un potentiel certain.
Très bien.


Château Lafaurie-Peyragey, Sauternes, 2009



Robe scintillante, bouton d’or.
Nez sur l'ananas rôti, les fruits jaunes, avec une petite pointe vernis.
Bouche agréable, sur le miel, toujours l'ananas, avec une sucrosité assez présente mais pas collante.
Finale un peu jeune et brute, assez rapidement saturante quand même.
A attendre.


 
Pâtes pressées et persillées



Taylor's, Porto Vintage, 2007

 

Robe profonde sans noirceur, sur un grenat pourpre chatoyant.
Nez élégant, gourmand, très précis, sur les fruits noirs épicés et sans perception chaleureuse.
Bouche puissante encore, sur une très belle structure à la sucrosité souple et agréable, sur des sensations corsées et un volume accéléré par des tanins énergiques encore.
Finale classieuse et d'une grande tenue, avec un chouette goût de reviens-y.
Très bien+ et superbe potentiel.

Poire au sirop de cassis


Un énorme merci aux BriBru pour cette nouvelle soirée aussi délicieuse que réconfortante.
Le temps passe mais les classiques restent inoxydables.
Qui n'a pas vécu une gondolade alla Gunthard ne peut pas comprendre le potentiel hautement explosif du duo Bobosse/Le Gal'.
Une soirée avec ces deux là, c'est digne d'un voyage en camion chargé d'une cargaison de nitro.
A chaque cahot sur la route de la déconnade, vos zygomatiques risquent d'exploser !

Portez vous forts, les copains et passez de belles fêtes entourés de ceux qui vous sont chers.
Bises
Oliv
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PtitPhilou, Olivier Mottard, Gildas, Jean-Paul B., tht, Galinsky, sideway, peterka, bertou, podyak, Benoit Hardy, Vaudésir, TristanBP, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, DaGau, KosTa74, Fredimen, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet, forty-one
03 Déc 2023 14:09 #48

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 783
  • Remerciements reçus 2398

Réponse de bassaler sur le sujet Conseil National du Gunthard Club

Le vin n'est finalement qu'un prétexte à créer des instants amicaux et magiques, et ce fût encore le cas en ce samedi soir ! Merci à tous les participants à cette belle soirée.
Mes impressions seront finalement très succinctes car je n'ai pas pris de notes au cours de la soirée.

Un Champagne Inflorescence brut, Blanc de Noirs, la Parcelle 2004 (dégorgé en 2011) très vineux, assez amples mais floral et présentant une vivacité classieuse. Très fine bulle avec une pointe d'évolution salivante. Excellent
Un Chassagne-Montrachet premier cru les Caillerets 2010, Paul PIlot caricatural : du beurre, du beurre et du beurre. Pointe vanillée légère. En bouche, électro-encéphalogramme plat. Aucun intérêt
Un Vouvray, Clos de Venise 2012, domaine de la Taille aux Loups ultra-élégant, complexe, minéralité salivante. C'est dense en bouche, aromatique, complexe avec une structure habillée par un joli gras. Superbe avec les St Jacques
Un Volnay premier cru Clos des Chênes 2002, domaine Michel Lafarge complètement passé, entre vieux fromage, champignon pourri et colle UHU. Rien en bouche, si ce n'est une raideur, une impression décharnée et des tannins secs. Sans intérêt
Un Echezeaux Grand Cru 2006, domaine Robert Arnoux sur la puissance et la corpulence, avec une belle corbeille de fruits, un réglissé / glycériné qui demande encore de la garde et une vinosité à domestiquer. Très beau vin avec un potentiel de garde certain*. Très Bien + pour un vin qui n'est pas forcément mon classique en PInot Noir
Un Sauternes, premier Grand Cru Classé, château Lafaurie-Peyraguey 2009 sur un équilibre fin, joli rôti fumé, pointe aromatique sur le miel et les fruits cuits. Belle sucrosité. Très Bien ++
Un Porto, Vintage 2007, Taylor's grandissime qui m'a réconcilier avec les vintages. Il a su concilier la puissance et la virilité avec une sorte d'élégance, fraîcheur, fruité dense, profond et intense. Fine sucrosité élégante. Belle tanicité. Excellent +

Le lendemain midi, pour les non déserteurs, nous avons bu :
Un Chassagne-Montrachet, premier cru les Caillerets 2013, domaine Marc Colin : structure, puissance, élégance, salinité et notes fumées / amers nobles pour une belle allonge et une grande finale. Décidemment, Marc Colin fait bon ! Excellent +
Un Chambolle-Musigny, premier cru les Sentiers 2013, domaine Anne et Hervé Sigaut : un pinot noir musclé, sur les fruits noirs, réglisse fine, tannins assez doux. Bel accord avec un rôti de boeuf cuit à la perfection (du coup, on a dû attendre pour manger ...). Très Bien +

Bruno

 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, podyak, bibi64, TristanBP, Agnès C, Frisette, starbuck, leteckel, Garfield, forty-one
04 Déc 2023 10:53 #49

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1652
  • Remerciements reçus 3602

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Conseil National du Gunthard Club

Le vin n'est finalement qu'un prétexte à créer des instants amicaux et magiques.....
 

C'est tellement vrai !

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, bassaler
04 Déc 2023 12:59 #50

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck