Nous avons 1931 invités et 48 inscrits en ligne

Une dégustation estivale : Lutèce en Provence

  • jd-krasaki
  • Portrait de jd-krasaki Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3515
  • Remerciements reçus 6862

Une dégustation estivale : Lutèce en Provence a été créé par jd-krasaki

Dégustation dont j'étais co-animateur avec Julien. Même si je suis très peu connaisseur de ce magnifique coin de France, je ne suis pas officiellement à l'aveugle. Arrivée à la bourre (comme d'hab') et en rogne, mais on va vite se détendre :)

Bulle 1
Robe trouble, nez fermentaire, bulle abondante et mousseuse, note végétale.
Pour quand il fait chaud et soif.
Domaine de Sulauze, vin mousseux Super modeste.

Bulle 2
Joli nez expressif et précis sur le biscuit, la fumée et les fruits secs.
Bouche sur le citron confit, saline. Bulle fine, élégante qui s’évanouit rapidement.
Persistance longue et aromatique, sur des notes racinaires.
J’aime beaucoup le style.
Champagne Charlot-Tanneux, Les Gouttes d’or extra brut 2017

Blanc 1
Nez crayeux, âcre, citronné, herbe, estragon.
En bouche grosse acidité, amertume, cylindre d’acier, cailloux, puissance.
Finale courte, avec acidité persistante et plaisir mitigé pour moi.
Dominique Hauvette, Alpilles Fugue 2021
Pur vermentino.

Blanc 2
Nez légèrement fermentaire, amande, foin.
Bouche fluide, citronnée, attaque verticale, structure grippante, salivante. Glisse vers une certaine rondeur en finale, un peu tombante même s’il garde du relief. Probablement pas encore en place.
Jérôme Bretaudeau (Domaine de Bellevue), Muscadet Gaia 2020

Blanc 3
Nez discret, amande, quelqu’un y trouve de l’anis, ça me convient aussi.
Bouche ronde, fraiche, gourmande et nette.
La finale est courte mais digeste, soulignée d’une infime amertume.
Très bon, complet et sans chichi, ça se boit tout seul.
Domaine de Sulauze, Coteaux d’Aix en Provence Chapelle Laïque 2017.
Pur vermentino.

Blanc 4
Nez sur le melon blanc Honeydew, abricot, réglisse, anis.
La bouche démarre sur une étrange note oxydative, miellée, en creux.
Intéressant, ni linéaire ni consensuel.
Domaine de l’Olivette, bandol 2017

Blanc 5
Nez sur la mandarine, le miel, les épices, le piment.
La bouche est intense, tous les capteurs sont activés, fraicheur virevoltante et posée à la fois, équilibre intense et percutant, la matière est soyeuse, tonique.
La finale est longue.
Magnifique. Quel pied ! 
Château Simone, Palette 2014

Rosé 1
Robe pale.
Nez sur la groseille à maquereau, vanille légère, pointu, discret.
La bouche me parle peu, le vin est peut être servi trop froid, et l’agitation au creux de la main n’y fera pas grand chose.
Finale sur une aimable amertume.
Bien. Jolie bouteille (le contenant). Je suis un peu passé à côté apparemment, d'autres apprécient bien.
Château Galoupet, Côtes de Provence 2021

Rosé 2
Robe qui vire un peu entre saumon et jaune.
Nez sur l’amande, la framboise, la pêche, intensément fruité, sans excès.
La bouche est fraiche, tapissante, intense et jeune. C’est guilleret et souple.
La finale est gourmande.
Bien. Ca devrait être sympa sur des rougets au bbq.
Abbaye Sainte-Marie de Pierredon, Alpilles Donna Rosa 2022

Rouge 1
Nez sur la fraise, poivre, grenade, avec un fond de peinture acrylique.
La bouche offre peu de tanins. L’acidité est modérée mais plaisante. La matière est aimable et souple, avec un peu d’alcool qui ressort toutefois.
Jolie curiosité que ce cépage, facile d’accès avec du caractère.
Clos Saint Joseph, Alpes Maritimes Grassenc 2019

Rouge 2
Nez sur la fraise, le cassis, le cuir et la colle cléopatre.
La bouche cogne, sauvagement rustique par rapport au vin précédent. Peu de nuance et de détail trouvés dans ce vin très carré.
Guillaume Gros, Lubéron Les Biguières 2014
Histoire de discuter géologie et pédologie du Lubéron et son attachement régional ambigu...

Rouge 3
Nez sur le soja, les fruits noirs, (prune, cassis), pain d’épice.
La bouche est serrée, tannique, ça joue tout de même sur un tapis fruité. Beaucoup d’amertume et une structure serrée.
Domaine Tempier, Bandol 2014
Je suis surpris, je l’avais goûté beaucoup plus ouvert et avenant il y a un an ou deux.

Rouge 4
Nez sur les fruits confits, réglisé, groumand, épices douces.
Bouche aux tanins grippants, à la matière chaleureuse, l’ensemble est velouté autour d’une structure tout de même assez musclée.
Domaine de Terrebrune, Bandol Terroir du Trias 2011

Rouge 5
Nez sur le lila, poivron, fraise, épices, ronce. C’est floral, intoxicant et je suis proche de l’hyperventilation à force d’inhaler sur le bord du verre tellement c’est bon.
La bouche est fraiche, claquante, magistrale. Structure élancée de cathédrale gothique, avec un grain qui se devine plus qu’il ne se perçoit.
Très belle finale sapide et qui invite à se resservir.
Magnifique (bis). 
Domaine de Trévallon, Alpilles 2011

Superbes prestations de Simone et Trevallon, qui je crois ont été unanimement appréciés. Pour le reste, on savait qu'on allait vers de grosses matières et des baffes en travers des gencives sur les rouges, mais ça se supportait très bien finalement. Le blanc de Sulauze a été également bien apprécié par la tablée. 

PS. Matthias, ce CR ? 

JD | Lutèce
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, rkrk, legui, mgtusi, sideway, chrisdu74, bulgalsa, La Vie est une Fête, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, DUROCHER, TristanBP, Papé, sebus, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, rafalecjb, Garfield, Vesale, LEON213, Ilroulegalet
13 Juil 2023 18:42 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 443
  • Remerciements reçus 2277

Réponse de mconstant sur le sujet Une dégustation estivale : Lutèce en Provence

Le cahier retrouvé, le CR va arriver ! 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, jd-krasaki
17 Juil 2023 22:31 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 443
  • Remerciements reçus 2277

Réponse de mconstant sur le sujet Une dégustation estivale : Lutèce en Provence

Une dégustation estivale : Lutèce en Provence
Merci JD d'avoir dégainé ce CR plus vite qu'il ne faut pour le lire. C'est toujours agréable de comparer nos notes car sur certains vins nous n'avons pas le même ressenti. Pour la peine, je reprends ta trame et n'hésiterai pas à souligner nos différences de ressentis. 

Une séance que j'avais faite avec les Côteaux il y a peu et qui m'avait bien plu, je savais que l'on était parti pour une belle soirée. Malgré les habituels retardataires (dont les MC qui avaient les bulles, on fait comment pour calmer les gaulois assoiffés), la soirée a été menée dans un train et entrain d'enfer. 

Bulle 1
Ce n'est pas la bulle 1 qui me convaincra des bulles de Provence. Le nez est extrêmement fermentaire avec en complément un peu de pomme et du citron Païc. Bref pas fan du nez même si avec le réchauffement on a un léger coing et un léger fumé qui émerge de ces aspects fermentaires. 
La bouche est du même acabit avec une acidité faible qui donne un aspect presque visqueux au vin et un mélange de citron et de pomme. La finale reste sur la dominante pomme avec une amertume ressentie presque comme sur une bière. Longueur moyenne. 
Clairement pas emballé, un vin que j'ai trouvé difficile d'approche. 
Domaine de Sulauze, vin mousseux Super modeste.

Bulle 2 (mais bue en n°3 vu le retard de l'apporteur)
Le nez est joli, précis, complexe sur un mélange de brioche et de pain grillé, le beau citron frais et même quelques arômes de fruits rouges (un pinot noir ?). 
La bouche présente une belle élégance, le style de bulle que j'apprécie sur des arômes citronnés. La matière est suave, tout en contrôle avec une finale crayeuse. C'est extrêmement bien fait, beaucoup plus abordable (et classique) que la bulle précédente et surtout une vraie sapidité qui ferait en boire des verres. 
Un très beau champagne dans un style classique. 
Champagne Charlot-Tanneux, Les Gouttes d’or extra brut 2017
Pour l'instant, pas de grosses divergences entre les ressentis de JD et moi. Mais où est le sang promis en préambule ? Ne vous inquiétez pas, ça arrive (et dès le vin suivant). 

Blanc 1
Le nez me plait et est plutôt joli sur un citron mûr, du chèvrefeuille, ses légères amandes fraîches et même un léger caoutchouc. Je lui trouve une certaine élégance et assez facile d'accès. 
La bouche est elle aussi précise en tenant compte de la région avec une attaque fraîche grâce à une belle acidité ces arômes de citron qui portent le vin. Dès le milieu de bouche, une toute petite amertume revient et donne une autre dimension au vin sur l'amande grillée. 
Au final, un beau vin bien fait et assez délicat. 
Dominique Hauvette, Alpilles Fugue 2021
Comment ça peu de plaisir JD, sûrement bue trop chaude et trop vite pour nous rattraper , c'est ça d'arriver à pas d'heure 


Les bulles (et le premier blanc)

Blanc 2
Le nez présente un joli boisé, des arômes d'agrumes, du citron et même quelques arômes exotiques (litchi). L'aération amène un léger herbacé qui n'est pas pour me déplaire. 
La bouche présente une matière fine avec un herbacé qui domine et un corps assez léger avec une acidité très haute en attaque.  La finale présente quelques amers qui donne un peu plus de corps au vin et une finale sur la coquille d'huître. La longueur est moyenne pour ce vin plutôt construit sur la tension. 
Un pirate rapidement démasqué (bon la collerette donne aussi des indices ainsi que la question de l'apporteur sur le thème moins d'une heure avant la dégustation). 
Jérôme Bretaudeau (Domaine de Bellevue), Muscadet Gaia 2020
À se demander si l'on a bu le même vin, aucun arômes fermentaires pour ma part et le Muscadet a été rapidement cité. 

Blanc 3
Le nez est très joli sur un mélange harmonieux de citron, d'amandes fines, de cacaouète, d'anis. C'est complexe, assez envoutant et j'aime beaucoup. 
La bouche est sapide, onctueuse sur les fruits frais, le citron et l'anis. La longueur est certes moyenne voire faible mais l'ensemble possède un bel équilibre qui donne envie de se resservir. 
Le type de vin parfait pour les amis, l'été sans se prendre la tête. 
Domaine de Sulauze, Coteaux d’Aix en Provence Chapelle Laïque 2017
Mince, on serait presque d'accord, ça ne va pas !

Blanc 4
Le nez présente un léger côté lacté sur le yahourt, un léger réglisse accompagné de menthol, d'anis et ces arômes de tutti-frutti (que parfois j'adore et d'autres fois me rébute). 
La bouche est presque aqueuse en attaque puis une amertume apparaît avec un léger bonbon. Le milieu de bouche est creux, la finale presque fuyante et la longueur faible.  
Clairement un vin que j'oublierai aussi vite que je l'ai croisé (d'ailleurs je ne m'en souvenais pas si je n'avais pas eu mes notes). 
Domaine de l’Olivette, bandol 2017
Un vin intéressant qu'il dit mon JD, et bien pas pour moi mais je rejoins le côté non consensuel. 

Blanc 5
Le nez est intense, complexe, très joli même si l'on sent qu'il en a encore sous le pied. On a affaire ici à un mélange de cire, du citron, de la mandarine, quelques épices et même une légère mangue. Quel beau nez qui laisse augurer un très beau vin. 
La bouche possède une belle matière, assez intense mais en même temps avec une acidité qui apporte de la fraîcheur. Le citron confit, l'écorce d'orange sont présents en attaque puis se transforme en arômes sur le citron frais. Après le milieu de bouche, on a de nouveau une acidité qui virevolte et donne un vrai tonus au vin. L'ensemble est équilibré et la longueur est importante sur cette orange sanguine. 
Superbe vin, encore jeune mais déjà accessible et intense. 
Château Simone, Palette 2014
Bah ça alors, sur les grands vins blancs, on se rejoint avec JD. Il ne faudrait donc boire que ça. 
 


La belle série de blancs avec un Simone incrachable

Rosé 1
Ah après un super Simone, je me demandais comment mon apport allait passer. Je l'avais dégusté aux Vinisimmes et pour moi c'est l'une des bouteilles qui m'a fait le plus vibrer (sans être un monstre de concours). 
Le nez pour moi est juste génial, complexe, fin, racé sur un mélange d'orange, de citron, de fruits exotiques, un léger vanillé. Une véritable explosion de saveurs au nez qui me fait chavirer. 
La bouche est elle aussi tout aussi superbe, avec une rondeur importante, un équilibre d'école, le gras qui survient en milieu de bouche et se termine avec une fine amertume. La longueur est imposante et reste plus de 30 secondes. Juste génial comme rosé. 
Nouvelle rencontre, nouveau coup de cœur malgré que cette bouteille soit totalement contraire à mes valeurs (reprise par un grand groupe, mise en place d'une politique de prix élitiste...). J'aurais aimé ne pas aimer cette bouteille mais je ne peux que tirer mon chapeau à LVMH. 
Château Galoupet, Côtes de Provence 2021
Bon, là on est clairement pas d'accord sur ce vin : je pense qu'il faut faire abstraction du rosé qui inconsciemment mine ce vin et le prendre pour ce qu'il est : un grand vin blanc ! Le Meursault de la Provence signalé par la représentante du domaine n'est pas usurpé. Un vin qui n'a clairement pas fait consensus : certains de Lutèce ont adoré (j'en suis le fier partisan), d'autres n'ont rien trouvé à ce vin (JD). 

Rosé 2
Le nez est fruité assez entêtant sur des notes florales et un léger bonbon à la pêche. Je note une certaine complexité. 
La bouche est fraîche mais presque entêtante sur ces arômes floraux et une légère sucrosité ressentie. La longueur est moyenne. 
Comparé au rosé précédent, on est plus sur le rosé de Provence qui peut très bien aller à table en l'ayant commencé à l'apéro. 
Abbaye Sainte-Marie de Pierredon, Alpilles Donna Rosa 2022
Même si je suis moins fan que JD, ce n'est pas un rosé inintéressant. 

Rouge 1
Le nez est sur les fruits noirs infusés, un mélange de cerise noire et de grenade, un beau côté mentholé.
La bouche présente une acidité intéressante en attaque avec une belle rondeur sur le fruit. L'ensemble est délicat, souple et on a une belle longueur. C'est gourmand et très bien fait, presque un côté pinot infusé avec un peu plus d'alcool. 
Une jolie découverte, un vin très sympa que j'aurais plaisir à revoir. 
Clos Saint Joseph, Alpes Maritimes Grassenc 2019
En phase avec JD. 

Ah Galoupet et quelle belle découverte que ce Grassenc (le cépage hein)

Rouge 2
Le nez est une explosion de fruits noirs, majoritairement sur le cassis. Un jus de fruit précis, gourmand et presque sexy. L'aération amène aussi du menthol et un léger côté animal/cuir qui me plaît autant. J'aime beaucoup ce nez. 
La bouche est gourmande sur un fruit noir présent (jus de cassis et mûre), presque entêtant et avec une matière assez intense. La finale amène quelques tannins mais aussi de l'eucalyptus et du menthol associé à un léger côté animal. 
Un vin qui m'a procuré beaucoup de plaisir, j'adore ce producteur et à l'aveugle, je confirme mon avis, ça fait plaisir. 
Domaine Guillaume Gros, Lubéron Les Biguières 2014
Un nouveau grand écart de nos avis entre JD et moi. Pour moi ce n'est peut être pas le vin le plus fin mais c'est extrêmement gourmand et super fruité, en aucun cas carré. 

Rouge 3
La gourmandise retombe ici avec un nez sérieux sur les fruits noirs, le jus de mûre, un léger parfum de rose. Ça reste tout de même renfrogné même si l'on devine un gros potentiel. 
La bouche présente une certaine richesse sur les fruits noirs. L'attaque est au départ souple mais ensuite le vin se tend et se ferme quelque peu. Ça reste très sérieux. 
On sent le potentiel mais c'est fermé. A attendre encore 10 ans. 
Domaine Tempier, Bandol 2014
Je pense que nous avons le même ressenti avec JD sur ce vin en phase de fermeture. 

Rouge 4
Le nez est sur un mélange de fruits infusés et de poivré, des épices douces mais ça reste somme toute assez simple. 
La bouche présente une attaque juteuse sur les fruits noirs mais très rapidement on sent les tannins poindrent et resérre le vin qui a une structure certaine. La finale est épicée avec une longueur moyenne. 
Une bouteille qui me semble aussi en période de fermeture. Encore trop jeune à mon goût. 
Domaine de Terrebrune, Bandol Terroir du Trias 2011

Rouge 5
Boum, le nez m'emporte sur ce mélange de cassis, de poivre, d'épices, de fruits rouges (fraise), de floral (pivoine) associé à quelques arômes animaux qui ne font que mettre en exergue le fruit qui revient encore et encore. Ah on ne se lasserait pas de ce beau nez profond, équilibré, complexe et envoûtant. 
La bouche est juste superbe et les mots se sont arrêtés sur mon carnet mais c'était clairement à la hauteur du nez même si encore jeune. L'équilibre est là, on se sent bien avec ce vin. 
Domaine de Trévallon, Alpilles 2011
Rien à dire mon JD, tu as tes mots j'ai les miens mais face aux grands vins, on se rejoint 

 
Une série de rouges avec un grand Trevallon et des Bandol fermés

Notre tour de Provence prend fin et quelle fin ! Clairement le Simone blanc et le Trevallon ont remporté les suffrages. J'avoue que je suis aussi enthousiaste avec le Galoupet qui est de mon avis un grand rosé. 

Si j'en ai profité pour montrer nos avis divergents, à la fin, JD c'est mon kopin ! 
 

Bonne dégustation, 
Matthias
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Eric B, MathiasB, Frisette, starbuck, jd-krasaki, the_ej, Allobroge
18 Juil 2023 20:40 #3
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck