Nous avons 1373 invités et 43 inscrits en ligne

LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

  • Messages : 748
  • Remerciements reçus 344

AgrippA a créé le sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Le thème du mois de juin a été choisi par Jean-Loup et cette nouvelle rencontre LPV Versailles lui a été dédiée : ses instructions tenaient en trois lettres : S.E.C pour Suisse, Elégance, Caractère.
La soirée, organisée par Philippe avec brio, se proposait aussi de faire découvrir à Jean-Loup quelques crus susceptibles de lui plaire, de lui ressembler…
Un thème très ouvert, correspondant bien à notre ami !
Pour ma part, j’ai trouvé le niveau général très élevé, découvert des vins incroyables, et passé un très bon moment comme toujours au Verre-y-Table (Ah ce croustillant de poitrine de cochon, un incontournable !) en compagnie de l’équipe au complet pour fêter dignement l’événement du « faux-départ » de Jean-Loup (car nous sommes certains de le revoir bientôt parmi nous).

Place à la sélection et l’ordonnancement des vins de la soirée :
BULLES (Paire)
A gauche une robe claire, bulle fine dans le verre, nez d’intensité moyenne avec -il m’a semblé - de l’amande. Bouche tonique, légers amers qui allongent la finale. B++
A droite la robe est plus soutenue, profil plus vineux en bouche, rondeur, belle complexité et plus ambitieux qu’en face. B+++
Pas reconnu ce que j’aurai dû placer en Vallée de la Marne (pour m’y rendre souvent) chez CR: F. BEDEL, Entre Ciel et Terre et l’Ame de la Terre.

BLANC (seul)
Robe dorée, identification difficile des arômes, doutes sur le cépage même, en bouche rien de particulier ne ressort pour moi, passé franchement à côté de ce CR: Alexandre BAIN Mademoiselle M 2014 (VDF).

BLANCS (Paire)
Deux robes proches.
A gauche, nez subtil, petite pointe lactée ? puis une bouche cristalline, soutenue par une belle tension et ouvrant sur une très belle finale. Gourmand ! EXC
A droite (ouvert le matin), nez d’abord grillé puis dévoilant derrière des notes exotiques (ananas). Très belle bouche d’un équilibre magistral, de la tension apportant de la relance, grande longueur avec une pointe de minéralité saline. J’aime toujours autant ce style ! EXC (+)
Parenté assez évidente de ces deux vins, CR: Arbois-Pupillin HOUILLON-OVERNOY Chardo 2011 et CR: Cotes du Jura J-F GANEVAT Les Chalasses Marnes Bleues du même millésime.

ROUGES (1ere paire)
Deux robes très sombres, larmes abondantes le long du verre, nous avons changé de région !
A gauche la robe est grenat sur le disque, un nez puissant de garrigue, quelques notes mentholée apportent de la fraîcheur. Attaque puissante et suave à la fois mais en excès (j’ai noté pommadée), la bouche est comme fardée elle aussi, trop de tout selon mes goûts. B
A droite c’est plus jeune, le disque renvoie des reflets violacés. Bouquet de fleurs un peu fanées qui m’évoque le cépage Tempranillo, en bouche c’est plus à mon goût que le précédent mais je n’en boirais pas trois verres à la suite. B+ à B++
Je partais sur Languedoc, raté il s’agissait de CR: Cotes du Roussillon Villages de Marjorie Gallet, ROC DES ANGES Les vieilles vignes 2008 et Reliefs 2015.

ROUGES (Triplette)
Deux robes assez proches à gauche, bien plus claire et légèrement trouble à droite.
A gauche, beau fruit au nez mais impossible à placer pour moi. Attaque suave puis ce vin sort les muscles mais conserve un bel équilibre. B++
Au centre, un nez de confiture de fraise, quelques épices en bouche qui évoquent une Syrah de belle origine. Vin ample, grand plaisir. TB+
A droite, nez plus sauvage qui s’estompe à l’aération et délivre des touches florales délicates. Belle acidité très beau toucher de bouche en délicatesse, profil très pinot noir je pars sur la Cote de Nuits sans trop d’incertitude, me risquant même vers Chambolle.. TB+
Impossible pour moi de placer correctement et immense plaisir de découvrir trois vins de CR: M-T CHAPPAZ, Grain Cornalin 2008 – Grain Syrah 2012 et Grain Pinot Chamoson 2014. Superbe rencontre, bravo pour la qualité des vins nous avons les trois lettres du thème réunies ici…

ROUGES (2nde paire)
Robes proches, d’un rouge orangé léger (cela oriente déjà la suite !)
A gauche bouche de petits fruits rouges, bouche acidulée, grande gourmandise, faussement simple et diablement gouleyant sur un équilibre à l’acidité marquée (parfaitement à mon goût). TB++ à EXC
A droite l’attaque est encore légèrement perlante (malgré une ouverture 24 à l’avance et carafage de 12h), du fruit rouge là aussi, groseille, grenade, terriblement sexy dans son style. TB++ à EXC
Le maître de cérémonie a mis cote à cote avec malice cette fois-ci : CR: HOUILLON-OVERNOY Poulsard 2012 et CR: J-F GANEVAT Cuvée de l’Enfant Terrible 2014. Je n’ai pas boudé mon plaisir et merci Philippe d’avoir mis en perspectives les vins de ces deux domaines !

ROUGE (Seul)
Robe d’intensité moyenne, nez délicat et un peu en dedans, on reconnaît toutefois un beau pinot. L’attaque surprend par sa puissance, la bouche s’assagit ensuite et livre un très beau répertoire bourguignon évolué : jus de viande, épices douces. L’ensemble enrobé dans une matière soyeuse aux tanins polis par les années. Vin sérieux ! TB
Nous avions CR: JAYER-GILLES Echezeaux Grand Cru 2000

ROUGES (3eme paire)
Robes évoluées.
A gauche un nez floral, une attaque suave, fruits noirs, puissance contenue, très belle longueur c’est un beau Bordeaux. B++(+)
A droite, un nez marqué par la volatile mais qui s’estompe pour laisser place à des notes fumées. Bouche bordelaise typique d’un cru évolué, la bouche tient encore (pas de dilution très marquée) mais accuse le poids des années.. B+
Nous avions CR: ROC de CAMBES Cotes de Bourg 1996 et CR: CALON-SEGUR St Estèphe 1982

SUCRES (Paire)
A gauche la robe est claire, nez très marqué par le pétrole et quelques notes de colle à bois, d’encaustique. C’est original (et j’apprécie). Bouche plus classique aux notes exotiques, sucre sans excès, très bien. TB++(+) à EXC
A droite, robe vieil or, nez très mûr marqué selon moi par de fortes notes végétales. Bouche dans la continuité aromatique, j’avoue être passé à côté car je n’ai pas surpassé cette sensation d’herbes médicinales. Probablement de la fatigue aussi, il était difficile de tout cracher !

La soirée terminait avec CR: Riesling Auslese KLOSTER EBERBACH – Rheingau – Hattenheimer Engelmannsberg 1995 et CR: Pinot Gris SGN BOTT-GEYL Sonnenglantz Année ?

Magnifique soirée, merci à tous et vivement le retour prochain de Jean-Loup que l’on fête cela !
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., dt, rkrk, Vougeot, jean-luc javaux, Julien Ko, Jean-Loup Guerrin, TIMO, vivienladuche, Frisette, leteckel, farandolier, Gerard58

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11756
  • Remerciements reçus 1762

jean-luc javaux a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

M-T CHAPPAZ, Grain Cornalin 2088

Et c'était prêt? ;)

jlj
#2
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: AgrippA

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 748
  • Remerciements reçus 344

AgrippA a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

M-T CHAPPAZ, Grain Cornalin 2088

Et c'était prêt?

Etrangement, plutôt, oui ! :)
(correction apportée, merci)
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6697
  • Remerciements reçus 3977

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Merci François d'avoir ouvert le bal des CR.
Pour le mien c'est bientôt.
Une petite remarque taquine : tes 4 meilleures notes pour les 4 vins du Jura ! Seul le liquoreux allemand se hisse juste au niveau et les autres sont loin derrière...
N'aurais tu pas un petit parti pris ?
Ceci étant j'ai beaucoup aimé aussi ces 4 vins ... comme d'autres de la dégustation !
Jean-Loup
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 748
  • Remerciements reçus 344

AgrippA a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Cher Jean-Loup, tu fais bien de relever et tu as sans doute raison sur le manque d'objectivité de certaines notations.
Il y a derrière le reflet réel de mes goûts: vins sur la finesse et sur des équilibres d'acidité vive (que d'aucun pourraient qualifier de fluets et acides !).

Mais je reconnais volontiers que tu as bien levé... un loup dans mon CR ! ;-D

Amitiés, François
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1621
  • Remerciements reçus 389

rkrk a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Et voici mon CR:
J’ai trouvé le premier Champagne assez classique et je pensais que Philippe nous avait encore sorti un Horiot, un peu plus âgé peut-être. TB
J’ai beaucoup aimé le style « oxydatif » du deuxième avec son joli rancio. Il était plus riche en bouche tout en restant très frais. TB/EXC
Françoise Bedel, Entre Ciel et Terre (6 ans de vieillissement, dégorgé en 11/14) et Äme de la Terre 2002 (dégorgé en 9/16)

Pas d’enthousiasme pour le vin suivant, très mûr et riche que j’ai mis en Rhône Nord (sinon Savennières) à cause de son (dés)équilibre. C’est mon deuxième Alexandre Bain à l’aveugle et je reste sur la même impression. AB/B
Alexandre BAIN Mademoiselle M 2014 (VDF).

Un match de haut niveau entre les deux vins suivants : le premier élégant et floral (Un Chardonnay de Labet ?), le deuxième aux notes grillées fortes avec une bouche très riche, beurrée et puissante (un Bâtard-Montrachet ?). La même note (TB/EXC) pour les deux vins même si j’ai trouvé le deuxième un peu plus stéréotypé à ce stade.
Arbois-Pupillin HOUILLON-OVERNOY Savagnin 2011 et Cotes du Jura J-F GANEVAT Savagnin Les Chalasses Marnes Bleues 2011

La transition était dure avec le premier vin rouge, très riche, aux arômes de fruits cuits et de garrigue, à la bouche dense et tannique (Priorat ?, Peyre Rose ?). Impressionnant mais un peu écrasant. B/TB
Le deuxième faisait frêle à côté, avec un fruité sucré mais une petite verdeur (vendange entière ?). Pas désagréable mais un peu quelconque. B
Roc des Anges, Côtes du Roussillon Villages VV 2008 et Reliefs 2015
C’est un peu le Roussillon avant et après l’effet de l’école de Calce.

Trois jolis vins ensuite et je suis peut-être un peu passé à côté du premier – j’ai noté fruits noirs, herbes, sucré, tendu. TB – mais il a été éclipsé par les suivants.
D’un côté une très belle Syrah, mûr et fruité, dense avec de beaux tannins, EXC, et de l’autre un vin au fruité sucré, avec des notes florales et végétales – qui m’a fait penser à un Bourgogne 2015 en vendange entière ou un vin de Reynaud. TB/EXC
M-T CHAPPAZ, Grain Cornalin 2008, Grain Syrah 2012 et Grain Pinot Chamoson 2014.

Après encore deux jolis rouges atypiques : aux arômes de fruits rouges sucrés et à l’équilibre plutôt léger et frais. Difficile de les départager. TB pour les deux.
J-F GANEVAT Cuvée de l’Enfant Terrible 2014 et HOUILLON-OVERNOY Poulsard 2012 (qui était parfaitement net – contrairement à mes rencontres antérieures – juste un peu perlant)

Après le fruité charmant des deux Poulsards le vin suivant a du mal à séduire. Le vin est mûr mais l’aromatique est fermée, marquée par la réduction. Bel équilibre en bouche avec du gras et une belle fluidité. Malgré le petit millésime, un vin à attendre (ou à carafer ?). TB tel quel.
Jayer-Gilles, Echezeaux, 2000

A la fin deux Bordeaux de qualité : le premier est à la fois mûr (la marque du domaine) et vif (le millésime). TB. Le deuxième a besoin d’air – il se présente d’abord vert et acide mais il prend du volume avec l’aération et l’aromatique évolue vers de jolies notes de tabac. TB.
Roc de Cambes, Côtes de Bourg, 1996 et Calon-Ségur, Saint-Estèphe, 1982

En finale, un vin classique allemand au fruité frais (carambole, citron vert) et à l’équilibre agréable (peu de richesse pour une Goldkapsel) mais je trouve, très personnellement, un fort sentiment de « déjà bu », d’autant que l’aromatique de ces vins ne bouge pas en 20 ans. B/TB (mais je l'aurais sans doute plus apprécié en "apéro" qu'en vin de dessert)
J’ai préféré le deuxième liquoreux, aux jolies notes d’abricot et de « rôti ». Il était très riche mais bien tendu, comme un Tokaj. TB/EXC

Riesling Hattenheimer Engelmannsberg 1995 Auslese GK (Versteigerung) Kloster Eberbach
Pinot Gris SGN BOTT-GEYL Sonnenglanz 2005


En tout cas, une très jolie soirée, avec un éventail très large et de haut niveau.

Ralf
#6
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., dt, Jean-Loup Guerrin, vivienladuche, leteckel, AgrippA, farandolier

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6697
  • Remerciements reçus 3977

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : CR: LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

CR: LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Un faux départ très certainement !
Disons que nous avons fêté la fin de mon temps plein, car je compte bien faire encore du temps partiel au sein de LPV Versailles...
J’avais donc proposé un thème assez vague à Maître Philippe, le maître de cérémonie. Je lui avais dit que je ne voulais pas être au pain sec et à l’eau… et que je préférais être au SEC et au vin ! Par SEC il fallait comprendre SuisseEléganceCaractère comme François l'a explicité.
Vérifions donc si la consigne a été suivie… ::dance::
Mais auparavant je reconnais bien volontiers également un petit manque d'objectivité et une notation globalement élevée, mais c'est constant chez moi : je suis très ouvert, comme François l'a souligné, et très bon public ! ;)


Paire de vins effervescents : deux Champagnes du même beau domaine

Philippe avait bien noté que je désirais mieux connaître le domaine Françoise Bedel, n’ayant goûté qu’une seule fois à sa cuvée Origin’elle.

Françoise Bedel – Champagne – Entre Ciel et Terre
Assemblage de 50 % chardonnay, 35 % pinot noir et 15 % pinot meunier. Base 2007. Vieillissement de 6 ans sur lattes.
Robe hésitant entre paille et or.
Le nez bien intense associe grillé et agrumes.
La bulle est très abondante en bouche mais bien caressante, le profil est rectiligne, porté par une belle acidité jusqu’à une finale salivante sur la finesse.
Très Bien (+)
Clairement à classer dans la catégorie « Elégance ».

Françoise Bedel – Champagne – L’âme de la Terre – 2002
Assemblage de 42 % pinot noir, 36 % chardonnay, et 22 % pinot meunier. Vieillissement de 13 ans sur lattes.
Robe d’un or bien dense.
Le nez très intense ravit par la complexité de ses arômes : pâtisserie, fruits jaunes et fruits secs marquant une belle évolution.
La bouche est bien équilibrée entre une matière riche et ample d’une part, et une belle finesse d’autre part. La grande persistance est appréciable d’autant que la finale dévoile de beaux amers.
Très Bien ++
A classer dans la catégorie « Caractère ».


Un blanc esseulé pour me piéger : un sauvignon d’un style non classique.

Domaine Alexandre Bain – Pouilly-Fumé – Mademoiselle M – 2014
Robe d’un bel or.
Le nez très intense se montre presque puissant par son aromatique riche et exotique, teintée de notes de rose et d’une touche crayeuse.
La bouche allie volume et tension, avec un avantage au premier. La belle allonge se termine sur des accents salins.
Un style précis avec beaucoup moins d’emphase qu’au nez.
Très Bien
A classer dans la catégorie « Caractère ».


Paire de blancs : monocépage savagnin ouillé par deux grands vignerons du Jura

Domaine Pierre Overnoy – Arbois Pupillin – Savagnin – 2011
Robe d’un or moyen.
Le nez intense propose un floral très pur, caractéristique de ce cépage lorsqu’il est ouillé, ce qui a sans doute permis à Denis de le trouver et à d’autres de le confirmer. Mais d’autres arômes de fruits blancs tels que la poire et des notes mentholées ont pu aiguiller d’autres dégustateurs, dont moi, sur l’autre cépage blanc du Jura et surtout sur une région plus au Sud…
La bouche ronde et avenante présente un léger gras à l’attaque puis une superbe élégance domine avant une finale d’une grande précision.
Très Bien ++ / Excellent
Clairement à classer dans la catégorie « Elégance ».

Domaine Ganevat – Côtes-du-Jura – Les Chalasses Marnes Bleues – 2011
Robe d’un or moyen.
Très généreux, le nez développe un beau grillé très fin, sur une jolie base à la fois florale et fruitée.
La bouche racée est dotée d’un superbe volume et d’une matière mûre et concentrée habillée d’un beau gras. Des arômes toujours grillés et une acidité incisive la propulsent très loin.
Excellent (+)
A classer dans la catégorie « Caractère ».


Première paire de rouges : une même cuvée d’un très bon domaine du Roussillon
En fait c’est la même cuvée qui a changé de nom.

Domaine Roc des Anges – Côtes du Roussillon – Vieilles Vignes – 2008
Robe très sombre qui marque encore quelques reflets de jeunesse.
Le nez très intense est axé sur des fruits noirs très mûrs, avec du pruneau, avec quelques accents épicés.
La bouche est du même tonneau, avec une matière fruitée de grande envergure et d’une évidente densité. Une légère acidité et des petits tanins viennent contrebalancer cet ensemble riche.
Très Bien
Clairement à classer dans la catégorie « Caractère ».

Domaine Roc des Anges – Côtes du Roussillon – Reliefs – 2015
Robe sombre et vraiment très violette sur les bords et même le disque.
Le nez puissant présente un fruité envahissant et presque excessif, assez massif et monolithique.
De façon étonnante la bouche est dotée aussi d’un certain fruit mais d’une part la trame est plutôt fluide et d’autre part les tanins dominent, qui plus est en apportant un côté végétal vraiment inattendu.
Bien sans plus mais à revoir en espérant que tout se fonde avec l’âge.
Je classe le nez dans la catégorie « Caractère » et la bouche … nulle part.


Triplette de rouges : la papesse Suisse avec trois cépages différents

Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain cornalin – 2008
Robe sombre et assez jeune.
Le nez très élégant s’ouvre sur des fruits noirs, des épices et du cuir noble.
La bouche de demi-corps possède un fruité croquant et une belle finesse. Les tanins encore sensibles mais souples participent à l’allonge de la finale. Un vrai régal !
Très Bien ++
A classer dans les catégories « Suisse » et « Elégance ».

Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain syrah – 2012
Robe très sombre et plutôt jeune.
Le nez puissant exhale des senteurs de fruits noirs et d’épices. La richesse de parfums est exacerbée par une légère acidité volatile qui va s’assagir après une longue aération.
La belle charpente de la bouche est habillée d’une chair ronde, très fruitée et bien épicée, et de tanins gras et déjà bien fondus. C’est sur la finale persistante que le côté lardé fait son apparition.
Très Bien ++ / Excellent
A classer dans les catégories « Suisse » et « Caractère » mais ce vin ne manque pas d’élégance.

Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain pinot – Chamoson – 2014
Robe claire et plutôt jeune.
Le nez bien ouvert est irrésistible de sensualité et de finesse, sur des arômes purs de cerise complexifiés par des notes florales du plus bel effet. On y revient et revient sans cesse.
La bouche est à l’unisson, toute en dentelle et en fruité pur. La matière propose une chair délicate mais qui a suffisamment de tenue, bien emmenée par une belle tension. La finale sapide invite au revenez-y. C’est déjà grand mais l’acidité et les tanins d’une rare finesse laissent augurer un grand avenir, peut-être pas dix ans quand même…
Excellent
A classer de façon évidente dans les catégories « Suisse » et « Elégance ».

Quelle triplette mes amis ! Une des plus belles à mon avis des dégustations de LPV Versailles. :jump:


Deuxième paire de rouges : un cépage assez rare par les deux mêmes grands vignerons jurassiens

Domaine Ganevat – Arbois – Cuvée de l’Enfant Terrible – 2014
Robe claire aux reflets bien fauves.
Le nez très intense allie des arômes floraux et de petits fruits rouges, rehaussés par un peu de volatile.
La matière en bouche est assez légère, sur un fruité déjà secondaire. Une très grosse acidité structure l’ensemble et l’allonge.
Bien ++
A classer dans la catégorie « Elégance », même si pas au niveau de la plupart des autres vins d'après moi.

Domaine Pierre Overnoy – Arbois Pupillin – Poulsard – 2012
Robe également bien claire aux reflets très brique.
Très ouvert, le nez frappe par l’élégance de ses arômes floraux teintés de touches de fruits rouges acidulés.
Charnue et ronde, la bouche est très harmonieuse et d’une grande finesse. L’infime perlant n’arrive pas à gâcher le grand plaisir ressenti. La longue finale très goûteuse et tendue à la fois parachève le beau travail.
Très Bien +(+)
A classer dans la catégorie « Elégance » mais il est permis d’hésiter avec « Caractère ».


Un rouge esseulé pour mieux le mettre en valeur

Domaine Jayer-Gilles – Echezeaux – 2000
Robe entre sombre et très sombre, aux nets reflets tuilés.
Le nez d’une grande intensité affiche nettement des arômes grillés de réduction, plus souvent rencontrés dans les blancs que les rouges. Après une oxygénation énergique à la méthode de Gilles, des arômes racés de fruits noirs et de fruits rouges reprennent le dessus.
La bouche charpentée est d’une grande profondeur : sa belle matière mûre et fine est enveloppée d’un toucher au grain soyeux. La finale sapide est dans la droite lignée.
Très Bien ++, mais encore un peu mieux si on fait abstraction du nez trop réduit pendant un temps certain.
Je classerai la bouche à la fois dans les catégories « Caractère » et « Elégance ».


Troisième paire de rouges : de vénérables Bordeaux, dans un très beau et un grand millésime, qui auraient pu être du même Domaine s’il n’y avait eu une mauvaise compréhension.

Château Roc de Cambes – Côtes de Bourg – 1996
Robe sombre et bien évoluée.
Le nez très intense et avenant affiche un fruité secondaire et des arômes de bois précieux d’une belle finesse.
La bouche est bien harmonieuse, donnant ainsi une impression de plénitude et d’apogée, confirmé par sa chair fondue et sa fraîcheur. D’une belle allonge, ce sont des petits tanins un peu asséchants qui empêchent de noter plus haut.
Très Bien +
A classer dans la catégorie « Elégance ».

Château Calon Ségur – Saint-Estèphe – 1982
Robe grenat sombre et vraiment très évoluée.
Complexe et d’une intensité qui confine à la puissance, le nez virevolte entre arômes animaux, de fruité secondaire, de havane et de vieux cuir. Très joli !
La bouche est loin d’avoir dit son dernier mot, par sa charpente, sa belle matière, sa grande fraîcheur, son toucher très fin et sa bonne allonge.
Très Bien ++
A classer dans la catégorie « Elégance ».


Paire de liquoreux : très différents, voire à l’opposé mais vive la diversité !

Hattenheimer Engelmannsberg – Rheingau – Riesling Auslese – 1995
Sans doute entre 120 et 140 g de SR et 9 ° d’alcool.
Robe d’un or moyen.
Le nez frappe par sa puissance et réalise un mariage heureux et équilibré entre de nobles arômes pétrolés et d’autres d’agrumes, citron et cédrat.
La bouche a choisi le camp de la finesse, combinant une trame longiligne et une liqueur en filigrane d’une aromatique très précise. La persistance est incroyable, sur une finale aérienne.
Excellent
Impossible de le classer ailleurs que dans la catégorie « Elégance ».

Domaine Bott-Geyl – Alsace Grand Cru Sonnenglanz – SGN – 2005
Robe très ambrée mais sans densité.
Le nez épate par son côté luxurieux et complexe : les raisins secs, les fruits légèrement exotiques, le miel et même le coing ont fait pas mal voyager…
La liqueur puissante et l’aromatique superbement fruitée de la bouche emportent tout sur leur passage. La faible acidité a du mal à résister, sans doute aussi desservie par la comparaison avec le premier liquoreux. C’est néanmoins généreux et captivant.
Très Bien +(+)
Impossible de le classer ailleurs que dans la catégorie « Caractère ».

Quelle dégustation, mes amis ! Rarement le niveau moyen n’aura été aussi haut… je vais encore plus regretter ma retraite (attention, il ne s’agit pas de battre en retraite !) mais je trouverai bien des opportunités pour vous rendre visite.
Bravo à Philippe qui a su, parmi toutes les belles propositions, trouver des paires et triplettes très variées, de grande qualité et parfois de belles découvertes pour moi. Et bravo à tous pour vos apports. (tu)

Amitiés œnophiles,
Jean-Loup
#7
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Jean-Paul B., dt, rkrk, Vaudésir, vivienladuche, Frisette, leteckel, AgrippA, farandolier

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1763
  • Remerciements reçus 770

dt a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Une très belle soirée en effet. Je n'irai pas, comme Jean-Loup, jusqu'à dire que ce fût une des plus belles malgré tout mais c'est vrai qu'il y avait de très belles choses.

Mes commentaires succincts :

Françoise Bedel – Champagne – Entre Ciel et Terre
Françoise Bedel – Champagne – L’âme de la Terre – 2002

Très joli paire dans laquelle le lien de parenté est assez évident.
Plus de profondeur et de complexité évidemment dans le 2002 qui se révèle un Champagne très complet, vineux, complexe. Assurément un vin de gastronomie. Très bien +
La cuvée "entre ciel et terre" est indéniablement plus simple avec une mousse plus envahissante mais ça reste très bon dans un style vineux. Bien ++

Domaine Alexandre Bain – Pouilly-Fumé – Mademoiselle M – 2014

Je n'ai jamais vraiment accroché avec les vins d'Alexandre Bain. Ce 2014 ne me fera pas changer d'avis dans un millésime pourtant béni dans ce coin de la Loire. Un vin presque insipide, sans vice ni vertu. Moyen.

Domaine Pierre Overnoy – Arbois Pupillin – Savagnin – 2011
Domaine Ganevat – Côtes-du-Jura – Savagnin - Les Chalasses Marnes Bleues – 2011

On monte nettement en gamme avec cette superbe paire.
Le Overnoy est un vin éclatant de pureté et de naturel d'expression. Floral, délicat, il enchante par son côté nature impeccable. Redoutable de buvabilité. Très bien ++
Je lui ai très légèrement préféré le Ganevat qui possède un supplément de densité et de caractère. C'est peut être plus bourguignon dans l'expression en raison d'une très fine réduction mais le jus est superlatif, surtout dans le contexte du millésime. Une remarquable surprise ! Excellent.

Domaine Roc des Anges – Côtes du Roussillon – Vieilles Vignes – 2008
Domaine Roc des Anges – Côtes du Roussillon – Reliefs – 2015

Incroyable de voir autant de différence de style entre ces deux vins de gamme identique. Lorsqu'on a annoncé qu'il s'agissait du même domaine, j'ai pensé que le domaine se cherchait un peu en terme de style.
Autant le 2008 est généreux, sudiste dans ses arômes presque excessifs sur les fruits noirs, la garrigue avec une note de caoutchouc, autant le 2015 évoque un vin en macération carbonique avec ses arômes de presque chimiques.
Le 2008 me plait bien plus. C'est sudiste assumé. Bien ++
Le 2015 est en revanche une déception. Je me dis qu'à force de rechercher de la buvabilité, on renie ses origines pour singer certains Beaujolais. Je ne sais pas si c'est la volonté du domaine mais ça ne me plait pas du tout. Bof bof...

Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain Cornalin – 2008
Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain noir – 2012
Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain pinot – 2014

Une bien jolie triplette.
On était évidemment perdu face à ce Cornalin. Un vin bien fait mais qui souffre face à ses deux compagnons. Bien +
La syrah grain noir offre beaucoup de profondeur mais un style qui me semble bien différent des syrah du Rhône nord. C'est sanguin, assez viril, complexe. Seule la longueur me semble juste correcte. Très bien.
Le pinot noir est en revanche superlatif. On est franchement au niveau des grands vins de pinot noir. Ça se goûte super bien en ce moment sur un fruit vif, éclatant, évoquant la cerise, la rose fanée, les épices douces. Bouche soyeuse et délicate, longueur remarquable. Tout est là. Top. Excellent.


Domaine Ganevat – Arbois – Cuvée de l’Enfant Terrible – 2014
Domaine Pierre Overnoy – Arbois Pupillin – Poulsard – 2012

Le Ganevat est une fois de plus remarquable. Bravo à Arnaud qui a identifié le cépage alors que j'étais parti sur du pinot noir. C'est vraiment un magnifique jus, d'une délicatesse admirable. J'ai adoré. Excellent.
Le Houillon est quant à lui bien plus dépouillé en couleur. Il fait plus nature par ses notes plus animales et son jus perlant. J'aime moins même si je dois reconnaitre une complexité et une longueur appréciables. Très bien quand même.

Domaine Jayer-Gilles – Echezeaux – 2000

Servi seul, c'est indéniablement un beau Bourgogne. Personne n'a été trompé. Beau volume, boisé aujourd'hui fondu mais persistance d'une réduction qui est quand même pénalisante surtout pour un 2000 après 18 ans d'attente. Très bien mais ça aurait pu mériter mieux sans cette réduction.


Roc de Cambes – Côtes de Bourg – 1996
Château Calon Ségur – Saint-Estèphe – 1982

Roc de Cambes ets un gros vin joufflu bien dans son style crémeux, dense mais il a perdu son côté exotique de vin jeune. C'est peut être en jeunesse que je préfère ce vin qui est malgré tout resté très bon mais qui n'a pas beaucoup gagné au vieillissement. Bien ++
Le Calon Ségur est un vin assez décevant pour un 82 et c'est la deuxième ou troisième fois que je le goûte de la même façon. Le vin me semble avoir dépassé son apogée et la matière est assez faible contrairement à beaucoup de 82 qui restent encore aujourd'hui irrésistibles en raison de grosses matières idéalement mûres. Là, ça me semble trop léger pour supporter une telle garde. Bien sans plus...

Hattenheimer Engelmannsberg – Rheingau – Riesling Auslese – 1995
Domaine Bott-Geyl – Alsace Grand Cru Sonnenglanz – SGN – 2005

Grosse préférence pour le riesling qui m'a fait forte impression. Encore très jeune, il explose de fruit etsa vivacité en fait un vin dangereusement buvable. Excellent.
Le Bott Geyl est quant à lui bien plus riche et sirupeux. Il fait presque mou en comparaison et on a eu du mal à identifier sa provenance. Il reste malgré tout un vin remarquable de netteté et de densité. A boire seul je pense pour en profiter pleinement. Très bien.

On remet ça en juillet, si possible avec Jean-Loup :)

Denis
#8
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, rkrk, Jean-Loup Guerrin, vivienladuche, Frisette, farandolier

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18219
  • Remerciements reçus 1851

mgtusi a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

dt écrit: Le 2015 est en revanche une déception. Je me dis qu'à force de rechercher de la buvabilité, on renie ses origines pour singer les bons certains Beaujolais.


Ne pas confondre autour avec alentour !

Michel
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1763
  • Remerciements reçus 770

dt a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

En effet Michel, tu fais bien de rectifier.

Denis
#10
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: mgtusi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2743
  • Remerciements reçus 286

Benji a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Bonjour,
voici mon CR sur les 10 premiers vins, mes notes n'étant pas allées plus loin.
Très très belle soirée !


CR: F. BEDEL, Entre Ciel et Terre
Un champagne élégant avec un nez discret sur le fruit blanc et le bonbon et une bouche d'une grande netteté, sur la pierre chaude en rétro.

CR: F. BEDEL, l’Ame de la terre
Plus vineux au nez, ce champagne s'avère particulièrement nerveux et offre une touche de mousseron rétro. Très bien mais presque too much. A boire à table.

CR: Alexandre BAIN Mademoiselle M 2014 (VDF).
Nez complexe à la fois sur le pipi de chat, l'accacia, la craie, avec du végétal.
La bouche est déroutante, en biais, végétale et amère.

CR: Arbois-Pupillin HOUILLON-OVERNOY Savagnin 2011
Robe limpide couleur citron jaune. Le nez est riche avec des arômes de raisin, une forme de pureté. La bouche est très enrobée, longue, dense, simplement belle

CR: Cotes du Jura J-F GANEVAT Les Chalasses Marnes Bleues 2011
Le nez comporte du grillé /réduit sans que cela nuise à l'ensemble. La bouche est en longueur, avec un beau tranchant.

CR: Cotes du Roussillon Villages de Marjorie Gallet, ROC DES ANGES Les vieilles vignes 2008
On part sur un vin déjà évolué avec un léger côté confituré, une pointe d'anis. La bouche ne manque pas de charme, les tanins sont fondus, un arôme chocolaté en rétro. Cela m'évoque un chateauneuf

CR: Cotes du Roussillon Villages de Marjorie Gallet, ROC DES ANGES Reliefs 2015.
Marqué par l'élevage avec des notes de caramel au lait, mais aussi un peu de végétal. La bouche est plus fraiche que le précédent, avec une amertume notable.


CR: M-T CHAPPAZ, Grain Cornalin 2008
Nez un peu déroutant et pas 100% en place avec de la viande, un peu de poivre. La bouche est belle, construite sur une acidité élevée, mais suave, les tanins sont lissés, elle finit en puissance

CR: M-T CHAPPAZ, Grain Syrah 2012
Le nez, d'abord un peu réduit, dévoile une belle complexité sur les épices, les fleurs, le lard. La bouche est simplement magnifique, d'un parfait équilibre. Excellent !

CR: M-T CHAPPAZ, Grain Pinot Chamoson 2014.
Le nez est indéniablement pinot, sur la ronce, les épices, tout en pinotant joliment sur le cerise. La bouche est fraiche, avec une certaine richesse et un très bon équilibre. Un très beau pinot dans un registre mûr.

Benji
#11
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, rkrk, Jean-Loup Guerrin, vivienladuche, farandolier

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 268
  • Remerciements reçus 128

farandolier a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Une dégustation éclectique parfaitement orchestrée par Philippe, faisant honneur à l'esprit d'ouverture de notre camarade Jean-Loup.
Par respect de la charte, je ne commenterai pas les deux vins que je commercialise.

Paire de bulles pour commencer :
Françoise Bedel – Champagne – Entre Ciel et Terre
Nez discret d'agrumes et légèrement floral.
En bouche, l'attaque est vive avec une bulle un peu invasive, la trame est tendue avec quelques amers en finale.
Pas mal, mais cela manque d'un petit quelque chose, ce n'est pas ma cuvée préférée chez Bedel
Bien

Françoise Bedel – Champagne – L’âme de la Terre – 2002
Non commenté

Blanc seul :
Domaine Alexandre Bain – Pouilly-Fumé – Mademoiselle M – 2014
Nez très racinaire : gentiane et herbe coupée
La bouche est assez déconcertante, on cerne bien le sauvignon, avec toujours ce côté racinaire mêlé à des fruits exotiques, mais cela fait très sudiste dans l'équilibre.
C'est riche presque pataud, cela manque d'équilibre et devient vite lassant.
Moyen

Paire de blancs :
Domaine Ganevat – Côtes-du-Jura – Les Chalasses Marnes Bleues – 2011
Nez qui présente une grosse réduction grillée que certains adorent mais qui personnellement me fatigue.
La bouche présente se même caractère dans un premier temps, puis à l'aération comme pour le nez, cela finit par s'atténuer pour laisser place à un beau jus
dense à la limite de la richesse mais qui garde un équilibre juste.
Bien/Très bien

Domaine Pierre Overnoy – Arbois Pupillin – Savagnin – 2011
Le nez est très élégant et intensément floral
La bouche est souple avec bonne trame acide , toujours sur ce caractère floral accompagné de fruits secs en finale. Cela me rappelle effectivement Labet et j'aime beaucoup.
Excellent

Paire de rouges :
Domaine Roc des Anges – Côtes du Roussillon – Vieilles Vignes – 2008
Nez capiteux qui ne renie pas ses origines, surs les fruits noirs confits et des notes de garrigue
La bouche est dense et volumineuse, aux tanins polis, on est à la limite de basculer sur le trop de puissance mais cela garde une relative bonne buvabilité.
Bien

Domaine Roc des Anges – Côtes du Roussillon – Reliefs – 2015
Non commenté

Triplette de rouges:
Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain Cornalin – 2008
Nez de fruits noirs et une pointe végétale
La bouche révèle un équilibre sur la tension avec une aromatique proche de la Syrah, cela resserre légèrement en fin de bouche mais cela reste très agréable
Bien

Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain noir – 2012
Nez de fruits noirs et de poivre ainsi que quelques notes florales
La bouche est ample, voluptueuse avec un beau fruit éclatant et une finale très agréable qui balance entre épices et un peu de lardé.
Excellent

Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain pinot – 2014
Nez délicat sur la cerise et la rose
La bouche est en demi corps et présente un toucher fin avec des tanins polis. Cela manque juste d'un petit peu plus de persistance.
Très bien


2ème paire de rouges:
Domaine Ganevat – Arbois – Cuvée de l’Enfant Terrible – 2014
La robe très claire donne tout de suite un gros indice sur le cépage.
Le nez présente un peu de volatile qui s'estompe assez vite pour laisser place aux fruits des bois et une légère touche épicée
La bouche présente une matière de faible densité sur un profil assez droit mais conservant un profil fruité gourmand. Cela ne fait plus de doute sur le cépage.
Bien

Domaine Pierre Overnoy – Arbois Pupillin – Poulsard – 2012
Nez de groseilles et une légère sensation végétale.
La bouche est un vrai bonbon acidulé, une expression franche de fruit, avec une texture fine et délicate. Un vin qui rafraichit le palais sans manquer de personnalité
Très bien

Un rouge sans compère:
Domaine Jayer-Gilles – Echezeaux – 2000
Nez pas net, très réduit, cela s'estompe avec le temps mais cela reste toujours très présent
La bouche présente un belle structure, avec un boisé intégré et un toucher assez classe, mais le tout reste gâché par un manque de netteté aromatique.
Bien

3 ème paire de rouges:
Château Roc de Cambes – Côtes de Bourg – 1996
Nez puissant entre fruits noirs confits et arômes tertiaires
La bouche est concentrée, puissante, le tout présente un profil plutôt arrondi en milieu de bouche mais cela resserre légèrement en finale. La persistance est moyenne.
Bien

Château Calon Ségur – Saint-Estèphe – 1982
Nez très tertiaire de sous-bois et de cuir
La bouche se présente sans charpente presque décharnée, toujours sur ce côté très tertiaire. Bref, pour moi un vin qui est passé de l'autre côté de la barrière
Moyen

Duel de sucres pour finir :
Hattenheimer Engelmannsberg – Rheingau – Riesling Auslese – 1995
Nez fortement pétrolé et d'agrumes
La bouche est toute en vivacité, droite, longiligne, salivante. Un équilibre superbe, à aucun moment cela ne fatigue, on perçoit à peine les sucres.
Excellent

Domaine Bott-Geyl – Alsace Grand Cru Sonnenglanz – SGN – 2005
Nez très riche sur le miel et les fruits jaunes rôtis
La bouche est toujours sur la registre de la richesse, envahissante, une légère trame acide lui permet de garder une certaine buvabilité. Cela manque de tension pour que j'apprécie vraiment. Surtout en comparaison de l'autre liquoreux.
Bien
#12
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Benji, rkrk, Jean-Loup Guerrin, vivienladuche, H. Seldon

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5976
  • Remerciements reçus 1383

Marc C a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Benji,
 Alexandre BAIN Mademoiselle M 2014 (VDF).
Nez complexe à la fois sur le pipi de chat, l'accacia, la craie, avec du végétal.
La bouche est déroutante, en biais, végétale et amère


Pour une fois qu'il est dans les canons gustatifs du tout venant de l'appellation, il trouve le moyen de rester en VDF. Quel rebelle ce Bain. :DD

Marc
#13
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji, mgtusi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1232
  • Remerciements reçus 1071

vivienladuche a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Quel beau moment que cette dégustation du mois de juin et la célébration du faux départ de notre ami Jean-Loup.
Une magnifique dégustation d’un très bel éclectisme préparée magistralement par Philippe. (tu) (tu) (tu) (tu) (tu)
Un dîner absolument raffiné comme à chaque fois devrais-je dire au Verre Y Table. oo,



Merci infiniment à tous pour cette fort belle soirée. Je n’ai certes pas tout apprécié, certains effets de séquence m’ont malheureusement fait passer à côté de certains vins, mais qu’y pouvons-nous ? La susceptibilité individuelle n’est heureusement pas universelle.
Je me lance en retard par rapport à tous mes petits camarades.


Les bulles


Paire n°1 :

Vin n°1 :
La robe est or. Le nez est un peu pâtissier, sur des notes de fruits blancs, de fleurs. La bouche a du peps, c’est à la fois citronné et fruits blancs, facile à boire, avec une jolie tension (vin assez traçant). Pour être très sévère, cela manque peut-être d’un petit poil de complexité et de profondeur. Très bien (-)

Vin n°2 :
La robe est d’un bel or et est plus soutenue. Le nez m’apparaît dans un style semi-oxydatif très ménagé, avec des notes de rancio, de noisette, de noix légère. La bouche présente une belle acidité, mais également une belle vinosité, de la salinité, une belle matière, de la minéralité, un joli toucher légèrement crayeux, et toujours ces notes de fruits secs et de noix fraîche. Un très beau vin. Très bien +

Il s’agit de :
Françoise Bedel – Champagne – Entre Ciel et Terre Extra Brut
Françoise Bedel – Champagne – L’Âme de la Terre 2002 Brut




Les blancs


Vin n°3 servi seul :
La robe est or, le nez est tout d’abord assez discret, puis à l’aération devient assez riche, fruits blancs et jaunes, avec une sensation racinaire peu engageante. La bouche est assez végétale, racinaire, marquée par la gentiane, avec une impression de déséquilibre. Le vin est brouillon, riche sans être mûr. En l’état, je n’adhère pas du tout… Pas bon ::sos::

Il s’agit de :
Domaine Alexandre Bain – Vin de France – Mademoiselle M14 (2014)



Paire n°2 :

Vin n°4 :
La robe est jaune or lumineuse. Le nez est très fin, très intense, alliant à la fois un très beau fruit et des notes florales capiteuses pures (jasmin, chèvrefeuille). Le vin est ultra floral en bouche, avec une magnifique aromatique, une grande finesse, de fines notes épicées (curcuma). C’est un vin de grande pureté, alliant l’aérien et le cristallin. De la très belle ouvrage. Excellent (+)

Vin n°5 :
La robe est d’un très bel or, très légèrement plus soutenue que le vin précédant. Voici un nez également d’une grande noblesse : grillé délicat et subtil, grande profondeur, aromatique subtile. En bouche, le vin est de très grande classe, alliant une superbe salinité et une magnifique acidité dans un immense volume, avec un petit côté curry et tourbe très chouette. La structure sur laquelle vient s’insérer ce fruit magnifique est d’une justesse exceptionnelle, le tout rehaussé par un côté juteux et une immense rémanence. C’est tout simplement une grande bouteille !!! Grand vin

Il s’agit de :
Maison Pierre Overnoy – Arbois Pupillin 2011 (ChardonnaySavagnin)
Domaine Ganevat – Côtes du Jura – Les Chalasses Marnes Bleues 2011 (Savagnin)




Les rouges


Paire n°3 :

Vin n°6 :
La robe est très dense, très sombre, opaque. Je retrouve un nez de prune noire, de pruneau, c’est typé vintage. La bouche est très riche, très puissante, très garrigue, avec un élevage présent encore, des fruits noirs confits, du chocolat. C’est trop mûr, ça sèche, ce n’est pas mon truc. Vin too much et très fatigant pour mon palais… Pas du tout à mon goût. Pas terrible

Vin n°7 :
La robe est sombre, très violacée. Le nez fait très sirop de framboise, avec une sensation carbonique (voire chimique). La bouche pour le coup est de trop grande fraîcheur, presque en sous-maturité, avec des fruits rouges très acidulés (pour ne pas écrire acides, pourtant moi qui aime ça, là ça en devient mordant), de la quetsche à peine mûre. C’est séchant, végétal, déséquilibré. Pardonnez-moi mais absolument rédhibitoire à mon goût... Pas bon

Il s’agit de :
Domaine le Roc des Anges – Côtes du Roussillon Villages – Les Vieilles Vignes 2008
Domaine le Roc des Anges – IGP Côtes Catalanes – Reliefs 2015

Je n’ai jamais apprécié les quelques vins que j’ai goûtés de ce domaine, ces deux bouteilles-là ne sont malheureusement pas faites pour me faire changer d’avis. En particulier, comment expliquer qu’il soit possible de réaliser un vin pas mûr en 2015 dans le Roussillon… ? :dash:



Triplette n°1 :

Vin n°8 :
La robe est sombre, dense. Le nez présente des notes de cassis, de fraise, de mûre. Le vin est d’une délicieuse digestibilité, d’une belle gourmandise. Il est croquant, juteux, finement acidulé, salin, friand, de jolie finesse, avec de très belles épices. Un très beau vin sur la finesse avec un jus délicat. Je revis !!! Très bien +

Vin n°9 :
La robe est très sombre, assez dense. Le nez est finement lardé, avec de jolies notes de réglisse, il est dense et profond, avec un magnifique fruit. La bouche est magnifique d’équilibre. Quelle sapidité. Un vin de grande précision, très fin et là aussi très digeste, de superbe élégance mais doué d’une profondeur de texture et d’arômes redoutables. Un vin avec beaucoup de fond et un fruit extra et très pur. Superbe longueur. Somptueux !!! J’adore +++ Grand vin (tu) (tu) (tu)

Vin n°10 :
La robe est trouble, bien plus claire que les vins précédents. Le nez pinote délicieusement, on y retrouve de très belles notes de cerise, de mûre entre autres. Le toucher de bouche est très doux, avec une sensation d’équilibre sucré sec, cela fait très teuton. La bouche fait ainsi preuve d’un très bel équilibre, avec une jolie déclinaison de cerise bien mûre, mais tout en gardant de la fraîcheur, avec également de jolies épices douces. Un vin juteux de superbe longueur. J’apprécie tout particulièrement. Excellent

Il s’agit de :
Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain Cornalin 2008
Marie-Thérèse Chappaz –Valais – Grain Syrah 2012
Marie-Thérèse Chappaz – Valais – Grain Pinot Chamoson 2014

Exceptionnelle triplette à mon goût. Voici un bel archétype de l’excellence de cette grande dame du vin



Paire n°4 :

Vin n°11 :
La robe est rosé clairette orangée grenadine !!! Le nez renarde légèrement au départ puis prend des accents kirschés et terriens. La bouche présente une belle fraîcheur grâce à une belle aromatique de fruits rouges acidulés, notamment la groseille mais également une sensation de grenadine, et toujours cette sensation terrienne. Malheureusement pour moi, il me semble déceler dans la finale une très légère piqûre acétique qui vient un peu perturber l‘ensemble. Bien +

Vin n°12 :
La robe est toute aussi grenadine, peut-être un poil plus soutenue… Le nez est d’abord légèrement réduit mais il apparaît à l’aération plus complexe ensuite avec de jolis fruits frais compotés et une jolie note kirschée. La bouche est complexe, la légère sensation de perlant disparaît après secouage, avec un très joli jus, tout en fraîcheur et subtilité, avec un très bel équilibre. C’est salin, terrien, cerisé, sapide, avec un superbe jus. Très bien +

Il s’agit de :
Domaine Ganevat – Côtes du Jura – Cuvée de l’Enfant Terrible 2014 (Poulsard)
Maison Pierre Overnoy – Arbois Pupillin 2012 (Poulsard)




Vin n°13 servi seul :
La robe est très sombre, avec un nez de prime abord légèrement réduit mais qui évolue ensuite sur de très belles notes de cerise noire et de fruits sombres, de fraise mûre. La bouche est très poivrée, élégante, avec un joli jus. Le vin est sapide, salin, avec un très joli toucher de bouche mais malheureusement, il ne transporte pas. Très bien (+)

Il s’agit de :
Jayer-Gilles – Echezeaux Grand Cru 2000



Paire n°5 :

Vin n°14 :
La robe est grenat. Le net est austère, peut-être pas complètement net. La bouche m’apparaît très stricte, austère, et même dure et séchante. A ce stade de la dégustation, malheureusement aucun plaisir possible pour moi. Moyen

Vin n°15 :
La robe est sombre, dense, largement brunie. Le nez est très sanguin, terrien. Malheureusement la bouche semble s’être creusée, en ne gardant que le côté tertiaire, l’acidité et la matière, mais en ayant perdu son fruit. Je pense qu’il est trop tard pour cette bouteille qui a dû être très belle. Dommage. Une fois encore à ce stade, je n’arrive pas à goûter pleinement ce vin. Assez bien

Il s’agit de :
Roc de Cambes – Côtes de Bourg 1996
Château Calon-Ségur – Saint-Estèphe 3ème Cru Classé 1982

Personnellement, l’effet de séquence les a totalement desservis pour mon palais, je pense que je suis très clairement passé complètement à côté de ces vins. Dommage, je pense que s’ils étaient passés en début de dégustation, mon avis aurait pu être tout autre. Pour avoir vécu d’autres expériences comparables avec des Bordeaux jugés en fin de dégustation, je préfère largement les goûter avant les rouges d’autres régions… :oops: :unsure:



Les susucres


Paire n°6 :

Vin n°16 :
La robe est or clair, lumineuse. Le nez terpénique est hautement caractéristique… Il évolue sur de très belles notes de cédrat et de bergamote tirant sur le confit. La bouche est traçante, de grande fraîcheur, avec une délicieuse déclinaison de citron, de citron glacé, de cédrat, le tout porté par beaucoup de finesse et d’élégance. Un vin alliant une grande salinité, un superbe jus, un très beau toucher de bouche et une longueur hautement appréciable. Un vin vibrant, absolument superbe !!! Excellent

Vin n°17 :
La robe est or doré, brillante. Le nez allie les notes de pâte de fruits, de sucre d’orge, de fruits confits, de raisins confits. La bouche est de grande complexité, sur une déclinaison comparable au nez : sucre d’orge, fruits confits. Le vin est salin, sapide, à la fois immensément large et long, très classe, dense et profond. Il ne lui manque qu’une chose pour être grand, une vraie fraîcheur et une vraie acidité. Très bien +

Il s’agit de :
Staatsweingut Eltville Kloster Eberbach – Rheingau – Hattenheimer Engelmannsberg – Riesling Auslese Goldkapsel 1995 (Versteigerung Kloster Eberbach)
Domaine Bott-Geyl – Alsace Grand Cru Sonnenglanz – Pinot Gris Sélection Grains Nobles 2005

Je pense que le riesling était plus proche des 120 ou 140 grammes de sucres résiduels que des 100…



Le débrief :

Magnifique « faux départ » !!! On fête déjà le retour le mois prochain de toute façon… ::fz:: %tchin
Bon certes, il y a toujours des avis divergents sur certains flacons. Je reconnais très volontiers que je suis passé au travers de plusieurs vins ce soir, notamment j’ai de grands regrets sur la paire de Bordeaux… Par contre je n’ai toujours pas compris le style Roc des Anges !!! Pas pour moi donc.
Mais il y a eu de très beaux moments de dégustation qui m’ont fait vibrer une fois de plus au sein de LPV Versailles, comme cette sublime triplette de Marie-Thérèse Chappaz, ou bien la paire de blancs de Jean-François Ganevat et Emmanuel Houillon.
Les liquoreux étaient également d’un niveau élevé.


Au plaisir de vous retrouver bien vite (très prochainement en fait!!!).


Portez-vous bien +++
#14
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Jean-Paul B., dt, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Frisette, Med, LoneWD, Damien72, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82092
  • Remerciements reçus 7506

oliv a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

C'est quand même sympa de lire les impressions de plusieurs membres d'un même cercle et donc de pouvoir croiser les impressions. (tu)

Si ça pouvait servir de modèle à d'autres... :whistle:
Signé Daniel PoppOliv7594NicePACAHN........
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4315
  • Remerciements reçus 1421

Vaudésir a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

C'est vrai qu'ils ne sont pas très assidus chez nous pour poster des commentaire à part Vivien le plus souvent.

Stéphane
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6697
  • Remerciements reçus 3977

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

Super Vivien !

On t'a un peu attendu... ;) mais cela valait le coup ! (tu)
Magnifiques photos, bien mises en page :jump: , et bien entendu de très beaux commentaires ::turn:: , parfois différents de la moyenne, mais c'est ce qui fait la richesse d'un club, comme l'a écrit Oliv.
Je vais pour pouvoir remonter tout ceci dans les fils des domaines dans quelques jours : ce sera intéressant de comparer les différents avis à la suite.

Jean-Loup
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1621
  • Remerciements reçus 389

rkrk a répondu au sujet : LPV Versailles prétexte un faux-départ pour déguster quelques vrais vins !

@Benji

en tout cas, bravo pour avoir le senti le "pipi de chat" dans l'Alexandre Bain (mon seuil de perception étant plus élevé avec deux chats à la maison), sa richesse m'a fait me promener partout sauf dans le Sancerrois.

Tu devrais faire le concours de la RVF ! Quoique, il n'y aura sans doute pas de vins d'Alexandre Bain...

Sans rancune

Ralf
#18
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck