Nous avons 2195 invités et 42 inscrits en ligne

Soirée de rêve chez Thien, la légendaire cuisinière mode fast food de luxe

  • PtitPhilou
  • Portrait de PtitPhilou Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3922
Nous fumes quelques happy few à avoir l'honneur d'être invités autour de la table légendaire de Thien et Christian. C'est toujours un bonheur et un immense privilège d'y être convié, en compagnie de passionnés toujours éminemment sympathiques. Je retrouve Laurent et Vinicius avec grand plaisir et fais la connaissance de Costantino et son épouse. Et le fameux et célèbre Alex, notre LPVien enthousiaste, qui te met tout de suite à l'aise et avec qui tu sais de suite que tu vas passer une très agréable soirée.
Quelle belle rencontre, j'espère vraiment te revoir très vite.

Je n'ai pas pris de note, encore moins de photos, ayant un téléphone à peine digne de faire des photos comme les premières de notre FGSuperFred. J'ai profité de l'instant, de l'immense qualité de la cuisine de Thien (géniale !) et des convives.

J'arrive en retard comme souvent , pas facile de m'organiser avec notamment des travaux sur la ligne gare du Nord.
Ayant échappé aux mines de sel et autres joyeusetés dignes des grandes heures de feu PAB (que certains participants ont bien connu, à la fois PAB et les mines de sel), j'attaque directement par un Cerdon sec de Renardat-Fache (base 2019 ou 2020 ?) : bulles très fines, jolie couleur rosée saumon, nez fruité, frais et relativement complexe, sucres en retrait, très bel équilibre. Idéal pour débuter la soirée.


Ensuite, un champagne Irroy (Taittinger - marque Monoprix) devait faire le passage vers les choses sérieuses, mais il présenta un nez bizarre de souris et serpillière. Déviant très certainement. Mines de sel direct et mérité pour ce breuvage aléatoire !

Champagne Les Couarres du domaine Chartogne-Taillet (base 2016, dosé à 5g/L, dégorgement en novembre 2020 de mémoire) : jolies bulles très fines, vin élégant, brillant, complexe, crémeux, encore très jeune mais d'un beau niveau. Prometteur.

On passe à table, Thien nous sert de délicieux rougets comme une pissaladière, fondue d’oignons et olives noire et sauge, un régal !

Vinicius nous sert un joli vin grec, léger, jeune et parfumé. Je n'ai pas retenu la référence. Thien, Alex ?
Alex nous sert apparemment un beau chenin, je suis chez moi avec ce vin. Jolie robe or brillant, nez verveine, tilleul, coing, poire, c'est frais, au nez comme en bouche, peu boisé, légèrement épicé, floral et agrumes. J'aime beaucoup ce chenin qui pour moi vient de Saumur, confortable, jeune et de grande qualité (jolie longueur). Je pars sur ... mais qui déjà ? Ah, j'ai le nom sur le bout de la langue... pfff... Guiberteau ? Non, c'est le Saumur 2015 du domaine du Collier


Puis un vin est servi, joli nez de mousseron, assez classique d'un Chablis évolué, qui a conservé de la fraîcheur. Pas une grande complexité, mais agréable. Un Chablis de 2004 très agréable (je recherche les références, oups).

Puis viennent les ris de veaux accompagnés de pamplemousses rôtis et d'une sauce aux agrumes. J'écris ce compte-rendu et les saveurs de ce mets merveilleusement cuisiné me reviennent à nouveau. Ainsi que le souvenir et le goût de l'Hermitage blanc 1999 de Chave : joli bouchon encore souple, robe dorée, brillante. Nez waouh ! floral, épicé, du fruit, grande complexité. La bouche est à la fois large, longue et tendue, grasse et fraîche, quadrature du cercle réussi, l'accord est aussi réussi avec les ris parfaitement cuits. Le vin est encore jeune, même si sur son plein plateau de maturité. Waouh ! J'ai son goût en bouche. Ce fut une grande bouteille dont le destin me semble parfaitement accompli : plat génial et convives qui ont su l'apprécier dans un cadre idéal. What else ? Bon, j'imagine que d'autres millésimes, notamment avec encore plus d'années seraient encore plus longs, larges, plus complexes, selon les bouteilles, mais là, c'est le grand plaisir intégral. Chapeau et merci à Jean-Louis Chave et à son équipe pour ce vin divin !

On est passé au filet de veau rôti aux épices douces, pleurotes et patates. Me suis pas fait prier pour être resservi. Encore une belle réussite ! Le fast food de Thien est toujours aussi légendaire.

De mémoire, on commence par deux vins rouges servis en parallèle. Bon, a priori, Bourgogne ; jeunes. Un est sur la côte de Beaune et l'autre de Nuits. Je suis le seul à attribuer dans un sens donné, les autres convives sont bien meilleurs que moi et eux  ne se trompent pas. Va falloir que je révise d'urgence la Bourgogne
A gauche, donc, un Pommard 2018 de Boisson-Vadot (j'ai un doute, je pensais que c'était un Volnay mais... ?) : nez boisé, mais charmeur, fruité, épicé. Bouche assez joliment dessiné, vive, tannins en relief, vin encore en dedans et apparaît rustique et simple en face du suivant à droite :
Le Vosne-Romanée 2018 de Laurent Ponsot : alors là, c'est l'archétype du beau pinot noir bourguignon, tout est naturel, délicatement parfumé, vin de taffetas, qui tapisse le nez et la bouche, un délice. Waouh ! Mais trop jeune. Étonnant bouchon en silicone. Pourquoi pas. Quel parfum de cassis, de framboise, de rose fraîche, vraiment une merveille.
Merci pour les découvertes, Laurent.

Thien nous sert un rouge évolué, qui m'évoque de suite un Châteauneuf du Pape évolué, me rappelant ceux que j'ai eu la chance de goûter, comme Guigal 1981 ou les Cailloux 1976 ou 1983, de mémoire. Robe grenat, évoluée sur les bords, encore brillante.Nez superbe, "Reynaud" à l'ouverture, qui a évolué ensuite pour dévoiler sa personnalité propre. J'adore les épices, la douceur et le fruit transcendé ! Qu'est-ce que c'est bon un CNDP à maturité : Châteauneuf Chante Le Merle 1990 du Bosquet des Papes. Jolie longueur, difficile de recracher, même s'il le faut en grande partie.Bel accord avec le filet de veau.

On finit la série des rouges avec quelques fromages bien affinés, par un joli vin, classieux, qui nous évoque Bordeaux. Robe grenat, brillante, nez épicé, cassis, myrtille, tabac, très joli et encore jeune. On sent qu'il ne se livre pas encore complètement mais c'est déjà très charmeur. La bouche montre un beau dynamisme, tannins fermes et à la fois soyeux, l'équilibre me plaît beaucoup. C'est un très bon Bordeaux. Incapable de le placer à Pessac-Léognan, je serais plutôt parti sur Pauillac ou Saint-Julien. Mais c'est bien un Pessac-Léognan : Château Haut-Bailly 2005. Merci Alex, jolie bouteille à gros potentiel !

J'espère n'avoir pas oublié de vins. Nous terminons par une très jolie triplette de liquoreux :

- le premier liquoreux est plus jeune que les deux autres, robe dorée, or jaune brillant. Nez délicat et bouche parfaitement équilibrée, finale superbe sur la peau de mandarine, jus de clémentine. Quelle délicatesse ! J'ai adoré ce Grain Noble Petite Arvine 2013 de la célèbre Marie-Thérèse Chappaz. Merci Costantino pour cette très belle découverte !

- le second présente une robe plus dorée, légèrement plus évoluée. On est dans le classique du Sauternes, nez sur la peau d'orange amère, fruits exotiques, c'est fin et élégant, la liqueur est douce, équilibrée par une fine acidité. Délicieux Sauternes Crème de Tête 1989 de Château Gilette.

On termine la soirée par un vin à la teinte beaucoup plus cuivrée, plus évoluée. Le nez est un festival de ce que j'aime dans les grands liquoreux de Loire : coing, fruits rôtis, épices douces, puissant, comme l'est la liqueur, équilibrée par une acidité géniale. J'adore. C'est limite too much, mais il est plus frais et peut-être mieux équilibré que le 1997 que nous avions bu lors d'une soirée précédente l'année passée chez Thien : superbe feux d'artifice final avec ce somptueux Coteaux du Layon Maria Juby 2001 de Patrick Baudoin.

Je suis reparti avec des étoiles dans les yeux et dans le cœur. Quel bonheur ! Il n'y a pas meilleure traduction ni concrétisation de la passion qui nous anime : de belles personnes autour d'un repas génial et de très belles bouteilles, ouvertes dans le meilleur des cadres.
Merci Thien et Christian, je n'ai pas assez de mots pour vous remercier. Merci à tous les convives avec un spécial big up pour Alexis. A très bientôt.

PS : je ne saurais conclure un tel compte-rendu sans exprimer mes regrets et mes excuses sincères pour mes oublis, erreurs, etc. Au final, quel PIED !
Je veux bien être pendu haut (enfin, pas trop) et court, après cette soirée, on se rapproche grandement du paradis des passionnés du vin


 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Benji, Olivier Mottard, Alex, Ben, Jean-Paul B., tht, Olivier_26, Jean-Bernard, Eric B, matlebat, daniel.gureghian, HERBEY 99, chrisdu74, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, trainfr, GILT, Vaudésir, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, jd-krasaki, David Chapot, ptitcoco, éricH, Fredimen, Garfield, Jules7599, choubi38, Soufflot, Kana
12 Nov 2021 20:37 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20782
  • Remerciements reçus 8290
Étonnant bouchon en silicone. 

C'est pas du silicone mais un technopolymère

www.ardeaseal.com/fr...

Eric
Mon blog
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Alex, tht
12 Nov 2021 21:01 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3859
  • Remerciements reçus 4143
P’tit Philou t’es un génie  Faire ta rencontre m'aura enchanté , tout comme celle de Thien

Merci d’avoir inscrit cette soirée somptueuse dans le marbre lpvien.
 
T’es si précis et je suis sincèrement tant en accord avec toi que je n’ai rien à ajouter si ce n’est tout de même : j'ai pris le CDP 1990 pour un grand clos Rougeard tellement c'était mur, ultra profond, mais frais avec un côté poivron rouge d'une grande noblesse avec une délicatesse de tannins superlative. Suis décidément nul en aveugle

Thien ta gentillesse, ta cuisine (je te l'ai dit et c'est vrai, j'ai mangé précédemment dans des étoilés ou doublement simplement moins bons, et ça situera le niveau), ta capacité à intégrer les nouveaux (enfin yavait que moi…) et la chance que j’ai eu de côtoyer tes amis :
Le plus grand et le plus sincère des mercis.

J’ai été assez gêné quand pour la première fois que j’ai regardé l’heure il était 4h passé…

merci de m’avoir supporté mais les discussions de fin de soirée endiablées ça me connaît.   surtout quand y’a des spécialistes (le sus nommé Laurent) à faire pâlir FA himself.

Alex

Edit : 
- le truc bizarre amené par Vinicius Alchymiste bidule  (aucun souvenir sauf que j'aimais pas vraiment).
- le chablis 1er cru l'Eglantière 2004 (suis parti tellement n'importe où en France voire dans le monde sauf à Chablis que je préfère me taire...)






 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, tht, matlebat, Jean-Loup Guerrin, Fredimen, Delphinette
12 Nov 2021 22:00 #3
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • PtitPhilou
  • Portrait de PtitPhilou Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3922
Merci alex !
Ta photo souvenir des valeureuses bouteilles tombées dignement sur le champ de bataille de notre bon plaisir, montre qu'il y avait aussi le très bon champagne que Thien nous a servi et qui m'a fait penser sur le coup à Egly-Ouriet par les notes évoluées, une certaine puissance et une longueur très correcte. Bon, la comparaison s'arrête là, mais jolie surprise sur une cuvée vendue chez Bourdin, que je ne connaissais pas.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Alex, tht
13 Nov 2021 09:21 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3859
  • Remerciements reçus 4143
Oui tu as raison Philou mais je n'ai pas la référence en tête, et la photo est trop floue si je zoom donc seule Thien saura nous sauver
Me concernant sur les bulles c'est ton apport le Champagne Les Couarres du domaine Chartogne-Taillet  qui m'a séduit par la finesse de ses bulles et son élégance. J'ai adoré
L'hermitage Chave Blanc Chave 1999 restera lui aussi gravé,il est rarissime de conjuguer ainsi équilibre dans la richesse aromatique et la rectitude.
En rouge mon coup de cœur de la soirée se dirige sans conteste sur le Châteauneuf Chante Le Merle 1990 du Bosquet des Papes - fantastique.
Et en liquoreux, deux vins m'auront marqué là aussi avec la découverte du très beau Grain Noble Petite Arvine 2013 de la célèbre Marie -Thérèse Chappaz effectivement d'une délicatesse folle .
Ainsi que le Coteaux du Layon Maria Juby 2001 de Patrick Baudoin qui représente tout ce que j'apprécie avec des jolis arômes confits et fruités, beaucoup de fraîcheur et une bouche digeste avec une finale très aérienne. Clairement mes liquoreux préférés sont les Alsace VT et les grands chenins de Loire.

Une soirée dantesque car ce ne sont ici en tout petit résumé que les bouteilles qui m'ont le plus  estomaqué de part leur qualité indéniable et plébiscitée de tous - et je me rends bien compte que tu es à l'origine de bien de ces plus grands plaisirs (t'es pas bien toi ) mais assurément toutes les autres b (ou presque) étaient aussi des très jolis, quasi-actuels ou futurs grands vins.

Alex
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, tht, Fredimen
13 Nov 2021 10:34 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1747
  • Remerciements reçus 1183
Whaaaaa super CR !
le champagne c’était un Margaine, me rappelle pu le millesime. Le Chablis, un Durup. J’étais déçue parce qu’une précédente bouteille était superbe, d’une fraîcheur cristalline. Et je mets une photo du blanc de Vinicius.

C’était une super soirée ! Un peu moins fast food que d’ordinaire car les poissonniers de Carrouf ont refusé de lever les filets des rougets 
Je ne fais plus guère de dîner mais c’est super! 

Merci les copains
Thien

Thien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Alex, matlebat, Jean-Loup Guerrin
14 Nov 2021 15:22 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1747
  • Remerciements reçus 1183
La photo ne passe pas 
Alors c’était Alchymista 2017 de Sclavos-Zisimatos

Thien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Alex
14 Nov 2021 15:25 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • PtitPhilou
  • Portrait de PtitPhilou Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3922

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Un soir merveilleux chez Thien

C'est toujours avec une joie immense que je prends le chemin pour aller chez Thien, Temple du plaisir autour du vin et du partage.
Je ne dirai jamais assez mon admiration pour cette grande Dame, passionnée d'une générosité sans faille. Et quel plaisir de retrouver Alex en grande forme et de revoir Corinne et son mari, que je lisais avec gourmandise sur Iacchos.
Grosse pensée pour Oliv qui nous a manqué.
Tout est réuni pour passer une très chouette soirée : (compte-rendu de mémoire, doute sur certains millésimes)

On débute la soirée par deux bulles en forme d'hommage à deux grands vignerons disparus récemment :
- Triple Zéro du domaine de la Taille aux Loups : toujours une fine effervescence dans ce vin laissé en cave quelques années, belle entrée en matière en guise d'apéritif. Longueur moyenne, tout n'est que délicatesse et le vin laisse le palais frais et prépare idéalement la suite de la dégustation. Hommage et gloire à Jacky Blot, merci !

- Caudalies 2008 du domaine De Sousa : ce Champagne possède encore tous les atours de la jeunesse, cette Caudalies est moins aboutie que je ne l'espérais. Le vin est difficile d'accès à l'ouverture, mais au bout de longues minutes, il ouvre enfin un œil : quel beau jus, resserré,  il gagne en complexité, pomme verte, notes chablisiennes et gingembre confit (dixit Thien le lendemain) et en longueur et il est en fait dommage de devoir passer à la suite, mais c'est le jeu. Thien a signalé que la bouche était encore renfrognée le lendemain. Il faut laisser cette Caudalies encore en cave pour de longues années de maturation. Bravo et hommage à Erick De Sousa. RIP

Corinne nous a apporté un OVNI, un truc qui sent fort mauvais à l'ouverture (réduction ? ), mais qui, miracle, se révèle au bout d'une demie-heure et cela tombe bien, le timing est parfait pour enchaîner avec les Caudalies.
Avec les crevettes sautées à l’ail et vermicelles, on sait seulement qu'il s'agit d'un pineau d'aunis. Une commande en forme de private joke... Le vin a ouvert plus d'un œil, robe diaphane, un rouge infusé, le nez est superbe, sur la soupe de fraises, les épices et les fleurs (violette ?). La bouche possède une jeunesse, une force et un équilibre exceptionnels. Ce pineau d'aunis s'avère être une production de Jean-Bernard Métais issu du millésime 2002. Vingt ans ! Quelle jeunesse et quel merveilleux pineau d'aunis des coteaux du Loir. Je vais esaayer d'y aller prochainement, car sortir un tel vin est un beau coup de génie, j'ose le terme ! Chapeau Monsieur Métais et merci à Corinne pour cet apport émouvant, une découverte stupéfiante.

Après cet interlude rouge, nous repartons sur des blancs :
- le Saumur La Charpentrie 2015 du domaine du Collier est fidèle à sa réputation, concentrée, luxueusement boisée, encore renfrognée à ce stade, mais quel volume en bouche ! Alex, n'aie crainte, cette cuvée demande du temps en cave et la matière est là. A faire mûrir en cave encore de longues années, très probablement. Ou à carafer au moins 2h avant service.

- Alors là, pour moi c'est évident : Chablis ! A peine ai-je lancée cette estocade que je me dis qu'il faudrait que j'arrête de trop parler parfois, trop vite surtout, au risque d'influencer les copains/copines... mais la finale me fait me dédire de suite, heureusement. Quel imbécile je fais ! Évidemment que c'est un sauvignon bien né, on est à Sancerre ! Nez pur, minéral, fruité et floral, belle tension en bouche, portée par une matière mûre et une force et une dynamique que j'aime beaucoup. C'est encore très jeune. Finalement, il s'agit d'une Comtesse de Gérard Boulay 2008 (2014, 2016 ? j'ai un doute).

- Joli nez, fruité, floral, puissant au nez comme en bouche. Robe dorée. L'équilibre du vin est très différent et c'est un blanc du sud de la France pour moi. Très jolie bouche, très bien construite, c'est un régla. Non, pas Languedoc ? Plus à l'est ? Un côtes du Rhône ? Alex en est sûr. Chapeau Alex ! Waouh ! C'est bien un Reynaud. Merci pour ce très beau Fonsalette 2004 (?) d'Emmanuel Reynaud.

On passe aux rouges et au délicieux carré de cochon rôti avec polenta.
- On est manifestement à Bordeaux, sur un joli cru très bien fait, on se régale par son fruité, ses épices et sa classe. Ce Pauillac Lynch-Bages 2000 est bien parti et c'est une très jolie bouteille, archétype de la classe bordelaise, merci Alex !

- On part plus au sud, mais un Sud très tenu, strict et envoûtant par son caractère épanoui et velouté. Quelle jolie tenue en bouche, jolie longueur, un bonheur à table, à rapprocher du classicisme bordelais mais sans renier ses origines. Chapeau et merci Thien pour ce superbe Mas Jullien Les Depierre 1994

Transition trouvée avec les fromages : l'Arbois 2012 du domaine Puffeney se révèle accessible, avec tous les marqueurs du vin jaune dans ce qu'il a de plus original et délicieux. Il se déguste fort bien déjà et il est parti pour s'améliorer encore de longues années. Quel bonheur de partager une telle bouteille avec des amateurs (rares) de ce style de vin. Je pense que ce 2012 peut être la clé d'entrée quasi-idéale à tout néophyte souhaitant découvrir l'univers des vins jaunes.

Sur le dessert léger et frais autour de fraises délicieuses, on retrouve le classicisme et la classe d'un Sauternes, plutôt Barsac, avec Climens 2001, doté d'une robe cuivrée (bouteille apparaissant la plus évoluée d'un lot acquis il y a quelques mois), nez safrané, oranges confites, cire, bouche parfaitement construite et très élégante. 

Encore une très très belle soirée sous le signe de l'amitié et du partage, dont Alex a été le scénariste et Thien la réalisatrice. Pour notre plus grand bonheur.
Et merci infiniment Alex pour ta patience et ta gentillesse, la prochaine fois, je me débrouillerai avec Uber pour rentrer dans mes pénates.
Sans LPV et sans la générosité et la passion de personnes merveilleuses, cette soirée n'aurait pu se tenir. Merci à toutes et tous, en particulier à notre hôte, Thien.



PS : les amis, n'hésitez pas à me corriger car je sais que j'ai oublié 2/3 choses, notamment sur les millésimes. Bises
PPS : manque le Parisy d'Emmnauel Reynaud, ouvert très généreusement par Thien aux soiffards de la soirée
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, Olivier Mottard, Alex, Jean-Paul B., tht, Jean-Bernard, matlebat, jean-luc javaux, Gibus, sideway, bertou, Moriendi, bibi64, GILT, Vaudésir, TristanBP, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, the_ej, Boubzou, KosTa74, Fredimen, Garfield, JeanRX, Ilroulegalet, Jean F
29 Mai 2023 09:04 #8
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3859
  • Remerciements reçus 4143
Merci  Ptitphilou !
L’exhaustivité et la  justesse de tes Cr  suffisent amplement.
Personnellement je dirais 2 choses :
- côté humain j’ai passé une soirée extraordinaire en votre compagnie. De ces moments qui justifient cette passion dévorante. Je ne saurais assez remercier Thien et Christian pour leur accueil et gentillesse. 
- côté vin ils se sont tous bien présentés et je les ai tous apprécié sauf Collier bien trop boisé (en l’état). Mais de toutes façons je n’apprécie guère les élevages appuyés sur le chenin. 
Je décernerai une mention spéciale au Puffeney (que je mets au niveau (peut être même supérieur) de Macle et Labet et au pineau d’aunis Metais(une forme de pialade poivrée évanescente d’une finesse absolue).
Longueur et tenue remarquable et c’était un 2002, magnifique.

Je crois que tu as juste oublié le Parisy 2017 ouvert sur une folie de Thien qui était superbe lui aussi.
Riche idée 

Je confirme 2004 pour le Fonsalette blanc et 2008 le sancerre de Boulay. 

A la prochaine avec grand plaisir 

Alex 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Jean-Paul B., tht, leteckel, Fredimen, Ilroulegalet
29 Mai 2023 21:59 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1499
  • Remerciements reçus 2375
Magnifique message qui relate l'incroyable richesse des rencontres engendrées ou entretenues par LPV.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Alex, tht
29 Mai 2023 22:26 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • PtitPhilou
  • Portrait de PtitPhilou Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3922
Merci Alex et Agnès.
Ah oui, le parisy ! Comment ai-je pu l'oublier : une première pour moi !? Merci pour le rappel, Alex. Et toutes mesexcuses envers Thien, qui nous a ouvert si généreusement et de façon impromptue ce flacon délicieux.
Je savais bien que j'oubliais quelque chose d'important. Ouvert au débotté, ce vin est charmant, bien construit et tout en délicatesse, mais il ne faut pas trop lui en demander non plus.
Simplement délicieux.
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Alex, tht, TristanBP, Ilroulegalet
29 Mai 2023 22:37 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • PtitPhilou
  • Portrait de PtitPhilou Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3922

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Une magnifique soirée chez Thien, au top !

Le passage d'Alex sur Paris  est l'occasion d'organiser une soirée avec Thien et les copains dispos.
Alex est notre GO, la passion, la générosité et l'envie de partage chevillées au corps. Tu nous apportes un vent de bonheur et de joie à chaque fois

A la veille du long we/viaduc de l'Ascension, pas de restaurant dispo pour nous recevoir, Thien se dévoue une nouvelle fois et nous reçoit de nouveau et fusionne avec une autre soirée prévue le lendemain.
L'occasion de croiser de nouveau l'ami Didier F, pas vu depuis des lustres, la dernière fois c'était chez moi... Magnifique surprise. Et les fidèles et adorables Corinne et Didier, ainsi que Laurent. Je fais la connaissance de Franck et Eric, deux passionnés fort impressionnants par leurs connaissances et leurs découvertes.
Une pensée pour Frank, croisé récemment, mais qui a dû se désister. Et pour notre Oliv qui nous manque toujours quand la vie ne lui laisse pas le temps de se libérer.
 
Je fais ce compte-rendu de mémoire, fainéantise de prendre des notes, préférant plutôt profiter de l'instant et des convives.

Bulles en apéritif et avec foie gras 

1/ Champagne Les Maillons d’Ulysse Collin
Blanc de Noirs (PN) – extra-brut - Base 2016 – Coteaux du Sézannais – dégorgé en mars 2020
  
 
Ce très beau  Champagne est encore bien jeune, présente un joli nez floral, fruits jaunes.
Je retiens une belle acidité, une fine amertume qui me fait penser à un Blanc de blancs.
Sa jeunesse, sur une complexité présente, mais encore naissante, m'a trompé et en réalité, il y avait certainement des marqueurs que je n'ai pas à l'esprit.
Je mesure de suite la puissance du raisonnement de Didier F, qui part vers un Blanc de Noirs.
Très joli champagne, encore très jeune. Merci au généreux apporteur.

2/ Champagne rosé de Jacques Selosse
Chard d’Avize et PN d’Ambonnay – brut - dégorgé avant 2019
 

 Champagne tout en finesse, il lui a fallu du temps pour commencer à ouvrir un œil.
Je fus assez déçu à l'ouverture, mais en fait, j'imagine que le lendemain, ce champagne rosé aurait été magnifique
L'aération lui a fait grand bien et la complexité commençait à apparaître, grande classe digne de la légende du domaine, notamment en fond de verre.
Là, il est juste très bon, passe bien sur les différents apéritifs.


 Blancs secs

Asperges et œuf mimosa


3/ Le Ch’nin 2021 – IGP Val de Loire – domaine du Bourg d’Oiseau
www.domainedubourgdo... 
Ce vin nous a baladé, moi en tout cas. Pas eu les marqueurs du chenin au début, puis timide avancée vers l'Anjou.
Ce vin est délicatement parfumé, végétal mais pas trop, équilibré, c'est bon, se marie plutôt bien avec l'asperge/
Domaine situé à côté de la Charité-sur-Loire, c'est une jolie découverte, merci !

 4/ Muscadet Sèvre & Maine sur Lie – Briords Vieilles Vignes 2022 – domaine la Pépière  Ce muscadet possède une très jolie matière et j'avoue, impossible de retrouver le moindre marqueur du melon de Bourgogne, à peine si je pense à Chablis.
C'est, de mémoire, un joli vin. L'accord avec l'asperge n'est pas des plus heureux dans mes souvenirs; les deux restants de côté.


 5/ Menetou-Salon - Mademoiselle T 2022 – domaine Jean Teiller
www.domaine-teiller.... 
 

 Encore une très jolie découverte, l'accord fonctionne mieux. Pas conservé grand chose, si ce n'est que ce vin faisait montre d'une belle matière, très agréable à déguster et il me semble, pas variétal.


A défaut de noix de Saint-Jacques, on se contentera de langoustines... ah mais la magie de Thien joue à plein. Quand elle nous annonce le matin même que son fournisseur a mis aux oubliettes sa commande, hop hop hop, un coup de baguette et la magie opère.


Délicieuses langoustines sautées et vermicelles
(désolé, pas pensé à prendre des photos des plats
)
 


6/ Champagne Grand Cru OGER – cuvée Mixolydien n°45 – Stéphane Regnault
BdB – parcelle Le Moulin – 65 % 2016 et 35 % vins de réserve 14&15 – malo complète – dégorgement en mars 2022 et dosage à 1 g/L (extra-brut)
www.champagne-stepha... é es   
 
J'adore le nom de cette cuvée, je suis sensible à l'âme musicienne du vigneron et ce champagne vibre effectivement (à l'aveugle).
Je trouve que ce blanc de blancs est superbement travaillé, encore jeune bien sûr, mais très équilibré et l'accord marche à plein, ce qui n'est pas étonnant car apporté par Laurent, un passionné des accord mets/vins comme il en existe peu.
Découverte pour ma part, je vais creuser le sujet et peut-être découvrir aussi d'autres modes (cuvées)

 7/ Vouvray Le Mont sec 2010 – domaine Huet

Cuvée classique, accord classique, je trouve très bon  ce Mont 2010, avec ce qu'il faut d'acidité et d'étoffe pour offrir du plaisir.
Petite pointe soufrée encore, elle pourra encore vieillir longuement. Mais c'est l'une des dernières que j'avais en cave.


 8/ Côtes du Rhône blanc Fonsalette 1999 – Emmanuel Reynaud
Grenache, Clairette, Marsanne 
Là, on change de catégorie et d'équilibre. Ouch ! Quelle jolie puissance, mais aussi une grande fraîcheur. Je pars un peu au nord au début, mais très vite je redescends.
La finale sur l'alcool de poire, avec un nez sur les fruits jaunes, les épices et les herbes aromatiques me dirigent vers un Fonsalette blanc.
Belle beauté, ce 1999 est à point et vraiment un très très beau blanc. Chapeau et merci Thien !
Et l'accord fonctionne à merveille. Ca reste en mémoire ce type de rencontre.


 Rouges et joue de bœuf 

9/ Bourgogne Orpheo 2022 - domaine Pinot Noar – Arnaud Lopez
maisonpinotnoar.com/  
 

De mémoire, on trouve les marqueurs du pinot noir, avec une jolie matière, belle longueur. Très jolie découverte pour cette maison que je ne connaissais aucunement !
Merci Eric.

 10/ Charmes-Chambertin 1998 – Bernard Dugat-Py

L'étiquette est fatiguée, moi aussi car j'ai oublié de prendre une photo.
Mais l'important est ailleurs : ce vin possède un velouté et une texture magnifiques, une puissance raffinée, on est dans le très bon avec les marqueurs d'un beau pinot bourguignon (je pensais plutôt à Pommard, je crois que je n'étais pas le seul), manquait peut-être un chouille de complexité pour basculer vers le grand (je repense au Charmes 2004 de Jacky Truchot, découvert il y a 2 ans chez Thien).
Merci au généreux apporteur.


 11/ Cornas La Geynale 1990 – domaine Robert Michel 
Waouh ! Le nez est complexe, superbe sur tout ce qu'on aime avec la syrah. C'est grand ça. Le vin possède une étoffe en bouche, une longueur grandissime. Belle fraîcheur et tout ce qui fait la beauté de notre passion : accord d'anthologie avec la joue de bœuf parfaite. Grand grand moment de plaisir. Le vin de la soirée. Merci Thien 


 12/ Côtes de Bourg – Roc de Cambes 1990 - Mitjaville 
Pas facile de passer après la géniale Geynale de Robert Michel .
Ce joli Roc de Cambes est honorable, je l'ai bien apprécié, mais Laurent me signale que les siennes, achetées à leur sortie, sont plus fraîches et présentent  encore plus d'étoffe, avec des notes moins confiturées.
C'est le risque d'un achat aux enchères...


 Vin orange – blancs - jaune sur fromages 

13/ IGT Venezia Giulia - Ribolla 2013 – Josko Gravner
   
Laurent nous a apporté une belle sélection de parmigiano avec différents affinages, délicieux. Et a choisi ce vin orange à dessein.
J'ai bien apprécié ce vin élégant, délicat et aux fins amers. Joli vin de gastronomie, par le "Pape" du vin orange en Italie, qui est une totale découverte pour ma part.
Premier orange qui me donne vraiment du plaisir, même si je reste un peu sur ma faim en termes de complexité et de longueur en bouche.

14/ Meursault Charmes 1er cru 2005Henri Germain

Le vin fait encore très jeune, peut-être un peu trop soufré à l'origine, mais cela dépend aussi tellement de la bouteille, du bouchon. Surtout sur un chardonnay bourguignon.
Vin élégant, j'aime bien même si j'attendais plus de complexité et de maturité. Semble encore un peu fermé.


15/ Meursault Perrières 1er cru 2006 – Michel Bouzereau 
 
De mémoire, ce vin semblait fatigué, pas au niveau attendu, un peu lourd. Contraste marqué avec le précédent. Un grand merci au généreux apporteur, dommage pour cette bouteille pas au niveau attendu.

16/ Château-Chalon 2011 – domaine Macle 
 
Nez encore très marqué par l'éthanal, le vin possède des qualités évidentes, mais encore trop jeune et trop simple.
Malheureusement pas au niveau du Puffeney 2012 dégusté l'année passée. Mais le millésime y fait peut-être aussi.
Je suis un peu déçu, car ce Macle 2011 manquait de complexité naissante. L'aération a sûrement dû lui faire du bien les jours suivants.

Liquoreux – Coteaux du Layon - Iles flottantes
Je m'y plongerais volontiers tous les jours
 


17/ Coteaux du Layon Faye d’Anjou – Noëls de Montbenault 2004 – Richard Leroy
 
Bouchon... RIP 
Snif, bouteille devenue rare (dernière année de production en CdL pour Richard Leroy. Quel dommage !
Merci Corinne et vraiment désolé pour cette bouteille endommagée.


18/ Coteaux du Layon – Maria Juby 2001 – Patrick Baudouin  

C'est toujours bon, une Maria Juby, même si cette bouteille apparaît moins flamboyante que d'autres, ni que d'autres millésimes (comme le superbe 1997)


19/ Coteaux du Layon – Le Paradis 2004 – domaine du Regain 
 
[justify]

Joli liquoreux, fin et raffiné, j'en ai eu en cave, de mémoire, le Gitan en vendait.
On termine en beauté et je me régale des délicieuses îles flottantes cuisinées avec gourmandise et brio par Corinne.  Merci ![/justify]
Le line-up le soir
 

Le line-up le lendemain
 

Chapeau Thien ! Je mesure l'exploit, non seulement de cuisiner (avec Corinne) pour une douzaine  de personnes mais aussi ta capacité à improviser devant l'absence d'ingrédients principaux.  
Et à réaliser des plats aussi délicieux qui mettent en valeur les vins partagés.

Une soirée, où les découvertes, le partage, le plaisir d'être ensemble, qui ne refuse pas les discussions parfois enflammées et passionnées autour du vin, apporte son lot de bonheur et de joie de vivre.
C'est un honneur renouvelé d'être convié chez Thien.

Que j'aimerais pouvoir te rendre la pareille, très chère Thien.

La prochaine, on essaie de trouver un restaurant qui puisse nous accueillir et t'éviter ainsi tout ce travail de cuisine et de préparation. Un jour peut-être, je pourrais vous inviter, mais je n'ai pas le niveau ni la place. Dommage car ces moment sont uniques, toujours !
Les amis, je vous remercie !
Bises

PS : cette fois, j'ai réussi à réserver et à repartir avec un Uber... malgré une petite frayeur... merci pour ton aide et ta patience, Alexis
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jérôme Pérez, claudius, oliv, Olivier Mottard, Alex, Jean-Paul B., tht, matlebat, mgtusi, Galinsky, jean-luc javaux, Gibus, Marc C, bertou, chrisdu74, Moriendi, bibi64, Benoit Hardy, GILT, Vaudésir, TristanBP, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, Med, GAET, starbuck, leteckel, the_ej, KosTa74, Fredimen, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet, SG75, Droop
20 Mai 2024 11:46 #12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1747
  • Remerciements reçus 1183

Réponse de tht sur le sujet Une magnifique soirée chez Thien, au top !

Merci Philou, de garder le souvenir de cette soirée ! Je suis bluffée par ta mémoire

Thien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PtitPhilou, Alex, Jean-Paul B., DUROCHER, leteckel, LEON213
20 Mai 2024 12:25 #13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3859
  • Remerciements reçus 4143

Réponse de Alex sur le sujet Une magnifique soirée chez Thien, au top !

Comme il est entendu par tout LPV que passer derrière Philou est une tâche impossible, je ne m'y risquerai pas vraiment (et non ce n'est pas une pirouette ).
C'est sincère je n'ai pas le 1/4 de sa mémoire ou de son talent d'écriture.

C'est avant tout et en premier lieu pour exprimer ma gratitude, mes remerciements les plus profonds à Thien, notre hôte du soir pour la qualité de son accueil.
Ta générosité et ton hospitalité ont véritablement rendu ce moment une nouvelle fois inoubliable. Merci du fond du cœur, ta simplicité t'honore !
En second lieu, j'étais trop heureux de retrouver mon ami Philou et la perspective de me prendre une branlée à l'aveugle me faisait frétiller d'avance, ce qui n'a d'ailleurs pas manqué d'arriver... 
Il y a des gens avec qui le courant passe naturellement et à qui l'on apporte une considération sincère inversement proportionnelle au nombre de rencontres vécues... peut être la cinquantième fois je me lasserai allez savoir.
Et je me réjouissais aussi de retrouver Corinne ainsi que son mari, pour leur simplicité joviale dans l'expression de leur passion.

En troisième lieu mais de façon succincte un bref retour sur certaines des vins dégustés à cette occasion :
- sur les 2 champagnes, deux dépucelages et deux découvertes notables.. mon premier Ulysse Colin par cette cuvée les maillons donc, vin qui m'a marqué par sa droiture, sa tonicité et son côté délicatement oxydatif maîtrisé.
Le Selosse rosé, totalement bluffant (premier coup de cœur ). Moi je n'ai pas d'xp sur ce domaine, et globalement assez peu en champagne, mais le nez était joli et surtout l'attaque en bouche n'était que pétillance sans texture liquide j'entends pour se relier ensuite au grumage ou à l'aspiration pour offrir un plaisir fin. Sensation unique, je me relis et c'est pas clair mais un genre de tour de force chimique façon Marc Veyrat.

-  sur les blancs, le chenin que j'ai apprécié j'ai dit "c'est tout sauf du chenin", le muscadet j'ai honte mais j'avais aucun marqueur car je ne connais pas bien du tout ce type de vin et mon préféré était de loin le   Menetou-Salon - Mademoiselle T 2022 – domaine Jean Teiller à qui j'ai trouvé notamment un attaque droite, un équilibre certain et une longueur assez exceptionnelle. Pour moi des 3 celui à encaver.
J'ai beaucoup aimé l'entrée simple, asperges ultra qualitatives, œufs mimosas d'école et une tuerie en guise de mayo maison.

- sur la seconde série de blancs sur des langoustines sautées dantesques qualitativement, je retiens l'accord parfait  avec le Champagne Grand Cru OGER – cuvée Mixolydien n°45 – Stéphane Regnault, champagne vif et complet, purement gastronomique. J'avoue immense respect à Laurent qui se définit lui même comme terroiriste et spécialiste des accords. Tour de force reconnu sur ce coup là (second coup de cœur pour l'alchimie dingue met/vin ). 
Le Huet, je m'en excuse j'ai pas fait trop gaffe, désolé mais c'était sans doute du classique bienvenu, quand je bois comme çà en pensant à rien c'est que au final c'était dans le 1000 .
Un joli 0 sur 7 à l’aveugle jusque là (tremblez déjà pour la prochaine Blindbox ) mais le seul où je me suis pas exprimé, à force de brailler conneries sur conneries je me suis dit (en mon for intérieur donc) çà tiens je connais çà sent quand même bien le Rhône sud, c'est riche, c'est très aromatique, c'est glycériné, çà pourrait bien être un petit Reynaud façon Thien, bingo avec  ce Côtes du Rhône blanc Fonsalette 1999 – Emmanuel Reynaud, peine perdue toutes façons, ma crédibilité du soir étant au point mort je garderai cette vérité pour moi seul ...  après de mémoire seul Philou a brillé (bien que je l'ai connu plus aiguisé encore) y'avait que des billes à l’aveugle ce soir là .

- Rouges et joue de bœuf, on reviendra pas sur la qualité du plat bien évidemment, çà conférerait à une Lapalissadonite aigüe.
Bref, Orphéo, d'Arnaud Lopez 2022. Assez étonnant et sur des arômes primaires, jeune, fougueux, et franchement très bon, et merci pour la découverte. Ceci dit quand je vois les prix marché gris je reste circonspect.
A côté avec le Charmes Dugat Py 98 y'a tellement pas match. Un vin que j'ai adoré, classe bourguignonne, ce qu'il faut de terrien, de tertiaire, de droiture (style  masculin maison) à la maturité parfaite. J'ai entendu un bébé dans ses langes, là j'ai pas compris. Maturité parfaite, bouteille magnifique (troisième coup de cœur ).
Enfin, la surprise la cheffe, en plus d'être une cuisinière hors pair (j'aime bien radoter en fait), Thien est une femme d'une compétence rare dans le choix des vins en cave (enfin en frigo Bougivalux).
Tuerie que ce Cornas La Geynale 1990 – domaine Robert Michel , bah je l'ai dit on peut pas passer après Phil donc je plagie lamentablement : maturité, étoffe, longueur, complexité, harmonie, quintessence de ce que la syrah offre de plus grand (quatrième coup de cœur ). Enfin, le Roc de Cambes 90, un côté exotique signature Mitajville, joli fruité mais un peu tertiaire et fatigué à mon goût personnel .

*Aparté de lassitude : purée c'est fastidieux un Cr comme celui-là (respect Philou once again)

Série de blancs sur les fromages et la déception m'envahit, c'était disons en partie ma partie. Alors Bouzereau, fatigué, mou et oxydé. Appelons un chat un chat, nul.
Et le Macle Château Chalon 2011 merveilleux, bcp de complexité et de longueur, véritable archétype du vignoble jurassien s'exprimant dans le respect de son terroir. Une  robe dorée et lumineuse, évoquant la richesse et la complexité avec  de jolis arômes puissants de noix, de curry, de fruits secs et d'épices, typiques de son élevage sous voile de levures en fût de chêne pendant six ans et trois mois sans ouillage. Structure impressionnante, alliant vivacité et profondeur, avec une longueur exceptionnelle marquée par des notes de noix et une minéralité saline.

BON JE DÉCONNE, çà ce sera dans 25 ans, là c'était un vin éthéré au nez  et un peu dur … Même si j’ai bien aimé quand même au final  en dépit ee l’infanticide avéré. 

Sick quel con d'amener un vin encore si jeune (j'ai pris ce que j'avais de plus vieux) mais blague à part un côtes du jura de Macle du même millésime aurait été parfait. Bref...Énorme accord de Laurent sur le vin orange, le Gravner que, en lui même j'ai apprécié sans plus (le manque de repères) sans doutes mais sur le parmesan  48 mois (oui vous avez bien lu) c'était sublime.
Énorme coup de cœur sur le Meursault Germain Charmes 2005 (le cinquième), perso mon blanc de la soirée. Aromatique, précis, avec une tension et une jeunesse insolentes mais avec les années de garde pour commencer à le civiliser (j'ai dit 2017 je crois )..

- Le dessert était magnifique, les sucres de très belle origine mais mon palais commençait probablement à fatiguer (bon çà c'est l'alibi pipeau, un lorrain ne fatigue jamais, au pire il roule ou s’endort) mais à dire vrai plutôt la joyeuseté liée à l'ivresse me prive a posteriori de souvenirs bien précis. En gros je me rappelle une énorme déception après le Leroy très sévèrement bouchonné, j'ai bien aimé le  Coteaux du Layon – Maria Juby 2001 – Patrick Baudouin  et mon préféré a été le Coteaux du Layon – Le Paradis 2004 – domaine du Regain  à la jolie typicité angevine.

Bravo Philou, quand je vois l'exercice rétrospectif personnel pour arriver à un résultat aussi brumeux qu'une arrivée annulée sur l'Alpe d'Huez... .
Croyez bien que je mesure la chance de passer une soirée comme celle-ci avec de tels amateurs chevronnés ainsi que de véritables amis tant pour les discussions, que les apports exceptionnels, les expériences olfactives et gastronomiques... j'en suis assez ému en toute vérité.
Je ne suis pas sûr que ce soit bien mérité mais ton premier paragraphe Philou m'a beaucoup touché. Merci et au plaisir les amis

Alex
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, jean-luc javaux, sideway, bibi64, Vaudésir, TristanBP, Papé, Agnès C, Frisette, Med, leteckel, Fredimen, Garfield, Vesale, Ilroulegalet
22 Mai 2024 18:24 #14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck