Nous avons 1756 invités et 49 inscrits en ligne

LPV Baron-Le-Roy fait son tour en Corse

  • Kumquat
  • Portrait de Kumquat Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 191
  • Remerciements reçus 576

LPV Baron-Le-Roy fait son tour en Corse a été créé par Kumquat

Nous nous retrouvons en cette rentrée chez Romain, à quatre + sa compagne qui nous quittera en milieu de session, vers 23h30 donc. Merci à eux pour l'accueil !

Nous commençons avec une bulle amenée par lui, une curiosité découverte dans le cadre de son bûchage pour le WSET Diploma. 
La robe est rubis bien sombre, quasiment sanguine, le nez sur le guignolet.
La bulle est un peu massive, et la bouche courte, mais intense sur le jus de cerise. Ce qui frappe c’est le sucre ! On a clairement pas l’habitude de boire un vin pétillant aussi sucré. En termes de niveau de sucre c’est supérieur à une Clairette de Die bien mûre. On saisit de petites nuances réglissées, un peu en finale. 
C’est sympathique, un peu extrême - je me dis que cela ressemble à du Coca Cherry alcoolisé, et qu’en fait cela irait bien sur un burger chargé en sauces et pickles divers - le truc habituellement casse gueule sur lequel aucun vin ne passe. 
C’est une bizarrerie : Australie - McGuigan - Black Label NM , une syrah bien mûre dont on a arrêté la fermentation à 14,5° et qu’on a ensuite regazéifiée. Le dépaysement est total. 

Blanc 1 : la robe est claire sur le citron, le nez est un peu floral, sur la jacinthe, la fleur d’oranger. En bouche, il y a de la pêche blanche mûre, de l’arlequin. L’acidité n’est pas dingue et l’ensemble fait un peu glycériné. 
Bon
La table est un peu déçue par ce Figari - Clos Canarelli - Figari blanc 2020. Le domaine est plutôt emblématique et l’on en attendait plus. 

Blanc 2 
La robe est elle aussi jaune citron, mais plus concentrée. Le nez est sur le raisin frais, un peu maltée, voire sur le muesli d’avoine, un peu de jacinthe encore une fois. C’est harmonieux. 
En bon l’attaque et le milieu de bouche se tiennent, la structure s’équilibre sur une acidité qui fait le job et quelques amers assez fins. Seule la finale est plus fuyante. 
Bon++
C’est Calvi - Domaine Alzipratu - Pumonte 2019 
Blanc 3 : 
Pas de grosses différences sur la robe. 
Le nez est complexe et expressif, sur l’arlequin, les fruits secs, la peau d’agrumes confits (citron jaune, orange). 
En bouche, Romain y trouve un peu de volatile (je n’y suis pas très sensible, encore moins sur les blancs), s’il y en a elle est bienvenue en ce qu’elle contribue à tendre un peu le vin et à rehausser le fruit, aux arômes du nez s’ajoutent des notes de pêche blanche mûre. C’est complexe et la finale, longue et saline, est un vrai régal. 
Joseph rapproche la vin de certaines bières blanches rehaussées d’agrumes pour ce cocktail salin/céréalier/agrumes. 
C’est très bon +, et c’est Patrimonio - Domaine Jean-Baptiste Arena - Grotte di Sole 2020 
La promesse est plus que tenue. 

Blanc 4 : 
Robe identique
Le nez est sur le zeste de citron jaune, un peu de lait, un peu de céréales. C’est relativement discret. 
En bouche, les arômes sont repris avec la même discrétion. Là où le vin parle, c’est par sa structure : il est droit (c’est le plus tendu de la série), il est large et laisse une empreinte en bouche, “on sent l’extrait sec” comme qui dirait. Il y a consensus pour dire que si l’on ne savait pas qu’on était en Corse, on serait perdus. Je le trouve proche d’un jeune premier cru de Chablis, quand ils sont dans cette phase peu expressive mais où l’on sent que le vin parlera plus tard. 
C’est Patrimonio - Domaine Antoine-Marie Arena- Carco 2018, très bon, mais un peu indéfini, à revoir

La série des blancs s’arrête là, nous n’étions que face à des vins 100% vermentino - on se réjouit à l’idée de partir à la découverte de la galaxie des cépages autochtones corse. 

Rouge 1 
La robe est d’un beau rubis. Le nez est un festival, sur des notes de garrigue, de tapenade et de laurier rappelant le Languedoc. En même temps, il y a du bois noble (cèdre) rappelant le bordeaux. Une pointe végétale fraîche, qui me rappelle la genièvre ou la myrte. 
Tout le monde est sous le charme. 
En bouche, l’attaque est marquée sur une superbe fraîcheur, le milieu de bouche lui est tenu par la complexité des arômes repris du nez et une structure tannique imposante, mais veloutée. La finale se prolonge sur le petit panier de fruit rouge rehaussée de menthol, avec juste cette petite pointe sèche qui rappelle la présence des tanins et suggère un avenir radieux. 
A boire maintenant avec grand plaisir ou à attendre sereinement, c’est excellent ce Patrimonio - Domaine Muriel Giudicelli - Patrimonio 2018
100% niellucio (donc du sangiovese!), quel pied ! Difficile de passer après ça. 

Rouge 2 
Nez qui ressemblerait à un cinsault bien mûr, un peu chaud. 
En bouche, il y a quelques tanins un peu asséchants - le souci est qu’il y a 13,5% et qu’on a l’impression qu’il y en a 15%, c’est un peu déséquilibré. Cela n’a pas fait grande impression. 
C’est un Vin de France - Clos Culombu - Storia di’l Sgio 2019, tout juste Bon, probablement desservi par l'effet de séquence, et peut-être la température. 
Un peu déçu, on en attendait plus de ce cocktail de cépages autochtone, Niellucciu, Sciaccarellu, Minustellu, Carcaghjolu, Murescone, Aleaticu, Vintaghju (n’en jetez plus!), co-fermentés en amphore puis élevés en fûts de plusieurs vins pendant 12 mois. 

Rouge 3 : robe rubis, il présente un nez bien mûr lui aussi, assez sanguin. 
En bouche, il y a pas mal d’acidité, cela fait plus que se tenir. Je trouve un peu de chaleur mais les convives ne trouvent pas cela gênant, en tous cas cela se complexifie un peu plus en termes d’arômes avec du laurier, de la tapenade. 
Il y a un petit débat car la tablée pense qu’il y a un beau potentiel de garde, de mon côté je trouve que l’acidité et la puissance aromatiques sont là mais que la structure tannique ne suit pas et que sa disparition plus rapide que celle des deux paramètres précédent sera susceptible de déboucher sur un vin quelque peu déséquilibré. 
Suivons le consensus, c’est toutefois Très bon, Figari - Clos Canarelli - Figari 2020 

Rouge 4 : la robe est clairement brique, on sent un vin âgé, d’autant qu’il est relativement translucide.
Le nez est celui d’un Rivesaltes, avec du rancio, du pruneau. La bouche ne suit pas ce chemin toutefois, elle est charmante et se tient encore très bien d’un point de vue acidité, sur l’infusion de fruits rouges, le thé, le vieux pot pourri ou la framboise séchée. Il y a même encore quelques tanins, légèrement accrocheurs en finale. 
C’est un semi-pirate, car c’est un vin de Sardaigne ! Un vin issu d’une vigne de coteaux sableux regardant la mer, plantée en franc-de-pied, à base de cannonau !
Cannonau di Sardegna DOC - Cantina Li Seddi - Maistrali
Très bon + 

Il y a eu quelques bouteilles ensuite (un vieux jurançon un peu sucré, une chartreuse du centenaire…), on retiendra celle-ci :
La robe est vieil or, le nez sur le coing, et le céleri - une pente oxydative est clairement prise, mais contrôlée. 
La bouche est équilibrée, il y a encore des sucres mais l’équilibre est quasi-sec, et les notes oxydatives mêlées au sucre et le coing du chenin - qu’on identifie vite - donnent une impression sucrée-salée du meilleur effet. En final, les notes oxydatives du céleri s'accompagnent clairement d'une belle salinité... sel au céleri ! 
C’est très bon ++ ce Jasnières - Domaine de Bellivière - Calligramme 2005

Encore merci à Romain pour son accueil, sa dernière session avec nous c'était il y a 2 ans et son petit de 6 mois dormait dans la salle d'à côté, il a maintenant 2 ans et demi - plein de vie et malicieux à souhait. Trois jours plus tard, le premier enfant d'un autre membre de notre cercle naissait. Vivement la suite ! 

Romain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, dt, denaire, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, Papé, Frisette, leteckel, Kiravi, Garfield
08 Sep 2022 18:15 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3003
  • Remerciements reçus 7910

Réponse de leteckel sur le sujet LPV Baron-Le-Roy fait son tour en Corse


Blanc 1 : la robe est claire sur le citron, le nez est un peu floral, sur la jacinthe, la fleur d’oranger. En bouche, il y a de la pêche blanche mûre, de l’arlequin. L’acidité n’est pas dingue et l’ensemble fait un peu glycériné. 
Bon
La table est un peu déçue par ce Figari - Clos Canarelli - Figari blanc 2020. Le domaine est plutôt emblématique et l’on en attendait plus. 

 

Je n'ai pas bu ce 2020, mais un 2018 il n'y a pas très longtemps et j'avoue également un peu de déception.
MAIS, de ma petite expérience du domaine, j'ai vraiment l'impression que les vins (blancs surtout ?) méritent d'être attendus pour gagner en complexité car jeune, il faut reconnaitre que c'est un peu simple pour le prix payé et l'attente légitime vu la réputation du domaine.

ArnoulD avec un D comme Dusse
09 Sep 2022 21:08 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck