Nous avons 1451 invités et 50 inscrits en ligne

LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

  • Garfield
  • Portrait de Garfield Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1164
  • Remerciements reçus 6118

LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine a été créé par Garfield

D’un déjeuner dijonnais (je l’aime bien celle la) à 4 personnes on est passés successivement à 6, puis 7, puis 8, puis 7 la veille, puis 8 le jour même à 12h, puis 7 à 12h40… il faut saluer le très bon accueil que l’on a reçu au restaurant la Dame d’Aquitaine à Dijon. En plus d’accueillir à bras ouverts des zinzins comme nous, le restaurant a à mon sens l’énorme avantage de permettre de déguster des vins avec des plats à la hauteur sans pénaliser l’hôte qui sinon passe sa journée et son repas en cuisine. En plus, la restauratrice est une œnophile avertie, et la carte des vins du restaurant en témoigne, même si sur cette session ce sont nos propres apports. Petite précision, comme toujours désormais pas de MC, on préserve l’aveugle pour tous sauf l’apporteur, et ça se passe quasi toujours très bien sans loupé majeur dans la constitution des duos.


Champagne 1er cru Guillaume Sergent Chemin de Chappes

Base 2018, dosage 1g/l, sélection massale de pinot noir sur sables et de pinot meunier (50% de chaque), vignes à Vrigny sur la montagne de Reims.

Vésale : Nez avec une petite note oxydative maîtrisée, pomme tatin, petit côté épicé anisé notes crayeuses, on est en champagne,
La bouche présente une jolie bulle, le vin est élancé avec une belle matière, on est à la jonction entre le côté vineux et la vivacité d’un champagne apéritif, c’est sapide avec une très jolie persistance
Bien +/Très bien

Garfield : Pas à l’aveugle pour moi, mon premier apport (privilège de l’organisateur, j’ai pris le droit d’apporter une deuxième bouteille). Une bien jolie bulle pour commencer, bulle abondante au service mais belle finesse en bouche, robe dorée, nez sur la pomme cuite (compote, tatin), les épices, fine note oxydative qui complexifie, la bouche est vraiment bien construite car le vin a un gros volume en entrée de bouche, tapissant sans être lourd, sur ces aromes de pomme cuite, et ensuite une sacrée persistance sur une salinité ultra sapide. J’aime beaucoup. Très bien +


Duo de blancs sur une entrée à base de champignons :

Jacques Puffeney Arbois Chardonnay (ouillé) 2012

Vésale : Nez de chardonnay riche et rond, avec au début du pétard puis fruits à noyaux, caramel, un côté brioche beurrée, des fruits secs,
Bouche avec autant de largeur que de longueur, un côté presque crémeux, finale assez longue sur des notes de caramel salé, il y a suffisamment de tension pour que ça ne tombe pas dans le lourd cependant,
Pas reconnu le coté parfois tourbé des chardo du Jura, je le plaçais en côte de Beaune sur un millésime mûr,
Bien +


Garfield : Nez très réduit, très grillé, qui mettra du temps à s’estomper, on part sur un chardonnay élevé, assez ancien car on a une aromatique tertiaire sur le champignon et une petite finale pas nette que certains attribueront au liège (pas été jusqu’à liège mais un côté un peu poussiéreux oui). Comparé à son binôme qui est très pur, ça fait un peu lourd en solo, mais ça va bien avec le plat. A noter une nette amélioration à l’aération dans le verre avec notamment la réduction qui disparaît, pourtant ouverture la veille. On part sur un chardonnay bourguignon élevé sous-bois d’avant 2010, raté c’est bien un chardonnay mais du Jura élevé en grands foudres (donc pure réduction, pas boisé le grillé initial). Bien mais sûrement déjà un peu avancé (ou bien est le TCA qui l’a altéré ?)

Domaine Porte Saint Jean – Vin de France - La Perlée 2019

Vésale : Là aussi le nez attaque sur le pétard avec une belle réduction grillée, pierre à fusil, puis on démasque le chenin avec des notes de fruits sur la poire le coing, les fleurs d’eau,
La bouche est à la fois mûre et tendue, l’équilibre est franchement top, très belle longueur,
Très beau chenin, j’ai bcp aimé,
Très bien+


Garfield : Pas à l’aveugle pour moi non plus. Domaine que je n’ai jamais gouté mais qui semble monter très fort sur Saumur, pas facile à trouver d’ailleurs même pour un fouineur de chenin tel que moi… Pour vous dire que j’ai aimé, quand j’ai ouvert la bouteille le matin pour l’épauler, j’ai direct commandé les 3 derniers exemplaires du net… Jolie réduction au nez, avec une aromatique me rappelant les Saumur du Collier (en moins lourd), sur la poire, le coing, l’amande, les fleurs d’eau, pas trop de doute on est sur du ch’nin bien élevé ! La bouche est remarquable, alliant pureté (fruit très net, poire surtout), salinité, grosse persistance, léger grillé aussi, on se régale. Très bien + / Excellent

Deuxième duo de blanc sur le poisson (sole ou cabillaud selon les convives dans mes souvenirs)

Camille Thiriet – Vezelay Village Champ Cernin 2019

Vésale : Nez sur les fruits exotiques, ananas, fruit de la passion, des agrumes, une jolie minéralité,
Ça me fait penser à un chenin un peu baroque,
La bouche est élégante, toujours sur ces notes exotiques mais avec une belle acidité qui le rend parfaitement équilibré,
On tente chablisien sur un millésime chaud (19 ?), on se rapproche mais sans jamais tomber à Vezelay!
Belle découverte qui nous aura bien baladé !
Bien +/Très bien


Garfield : Nez sur les fruits exotiques, légèrement lacté, qui m’évoque un peu ceux des chenins de Chidaine, mais la bouche non car il n’y a pas le côté exubérant de Chidaine, c’est plus tendu et sec, mais « apaisé » (dans le sens de plénitude, on sent qu’on est sur la bonne phase de vieillissement avec une très grande buvabilité). On est un peu paumés sur ce vin, le chenin m’irait bien mais qui ? finalement on est orientés sur chardonnay et je pense qu’évidemment on a cité toutes les appellations avant d’arriver à Vezelay, en pensant soit à du Pouilly soit du Chablis (je sais ce n’est pas forcément cohérent, ceux qui ont fait ces repas savent que ça part un peu de partout..) sachant que les 2 possibilités m’allaient, sur un millésime solaire mais que je voyais plus ancien que 2019, plutôt 2015. Bien + / Très bien, à mon avis à boire relativement rapidement, c ‘est bon comme ça et je ne vois pas ce que ça gagnerait au vieillissement.


Eric Morgat – Anjou La Croisée des Chenins 2017

Vésale : Mon apport qui a bien fait voyager tout le monde aussi,
Nez avec un joli beurré, du fruits, blancs, une perception saline, de la fleur blanche,
La bouche est assez énorme, ça pousse de tous les côtés, la finale s'épure et devient traçante et minérale (mon voisin de droite évoque un Meursault perrières),
C'est encore manifestement très jeune (j'aurais dû l'ouvrir plus tôt), mais c'est déjà très bon en l'état et avec un potentiel ++
Très bien +


Garfield : Sacrée bouteille que celle-ci, aucun doute on est sur un grand bourgogne, superbe grillé, légèrement sucré et mentholé, bouche énorme de puissance et persistance, on part sur Bachelet ou Lafon….on est balèze hein ? Comme quoi le terroir, le cépage, tout ça tout ça…je deviens de plus en plus de l’avis de JM Guffens (cf le terroirisme)…Excellent et à l’aube de sa carrière.

Quatuor de rouges sur la viande (qui va selon les convives du ris de veau au pigeon en passant par le porcelet, il y a toute la ferme à table)

Jean-Claude Ramonet – Chassagne-Montrachet 2017

Vésale : Pas à l'aveugle pour celui-là,
Nez en mode jus de fruit délicatement poivré, c'est fin et délicat,
La bouche est infusée, digeste, les tanins sont super fins,
C'est un vin que l'on pourrait boire au gouter tellement il accessible,
Pas très long mais gourmand !
Bien+/Très bien


Garfield : Petit doute initial avec une syrah du fait du côté poivré, mais finalement le pinot me va bien, avec une note de cerise, épicée, j’irais bien sur Morey pour ce côté corsé qu’on a aussi en bouche et qui accompagne bien la viande. Je ne l’aurais pas placé sur Chassagne (qui dans mon référentiel interne est plus pétant de fruits rouges) ni sur 17 car c’est bien dense quand même. Bien +

Delas – Hermitage les Bessards 2012

Vésale : Nez de syrah légèrement évoluée, violette, fruits noirs, un coté fumé/viandé, très élégant,
Bouche de velours, sereine, avec des tanins fondus, c'est à la fois suave et tendu,
L'apporteur nous avait surpris la dernière fois avec un Croze de chez Graillot 2012, et je trouve que ça ressemble beaucoup mais avec plus de tout, du coup je ne suis pas si loin 😉
Belle persistance,
Très bien (+)


Garfield : Un vin plus complexe que son binôme, on n’est pas en Bourgogne c’est assez évident, ça pourrait être du Rhône, Guillaume trouve une ressemblance avec le Crozes de Graillot apporté par Éric déjà la dernière fois, en creusant un peu on finit par trouver Hermitage et Delas ! Pas facile de le décrire, mais vraiment une impression d’un vin complet, très long, aromatique de syrah un peu vieillie, patinée. On avait déjà bu avec Guillaume des Sorrel à maturité, on retrouve ce fruit un peu mat (prune, côté confit). Très bien +

Clos de Tart 2000

Vésale : Au 1er nez, on se regarde avec mon voisin de droite en se disant, oula ça c'est beau,
Fruits légèrement confiturés, épices, fleurs séchées, tabac, une pointe de volatile, je pars initialement sur un beau barolo ou barbaresco à point
En bouche, le jus est apaisé, large, tanins fondus, c'est encore dense, concentré, très persistant,
Très beau vin, encore d'une jeunesse impressionnante (j'étais sur 2009 ou 2010 !),
Excellent


Garfield : Robe sombre légèrement mat, nez faisant pinot vieilli, lui aussi un peu poivré, c’est surtout en bouche que ça change de catégorie avec des tanins parfaitement fondus, une belle enveloppe et une grosse longueur, avec cette rémanence des pinots de classe ou l’on exhale les arômes à chaque respiration après avoir bu une gorgée. Excellent, et merci Tophe ! Opportunité unique de toucher à ce mythe à maturité.

Jacques Frédéric Mugnier – Chambolle-Musigny 2008

Vésale : Joli nez, fruits rouges acidulés, floral, un peu de cuir/notes animales,
Il a ensuite le tort de passer après le clos de Tart, et la bouche parait étriquée, l'acidité et les tanins ressortent,
Pourtant, regouté un peu plus tard, c'est un joli vin qui se présente, avec certes des signes du millésime, mais avec une certaine élégance, finesse sans maigreur,
Il aurait sans doute dû passer plus tôt dans l'ordre des rouges !
Bien+ (mais sans doute sous-estimé)


Garfield : Du coup le challenger a du mal à exister à côté même si intrinsèquement c’est bon, on sent le petit millésime sur le côté acidulé au nez et surtout en bouche, sinon clairement on est sur du pinot pas de doute. Bien +

On n’allait pas terminer comme ça pour le dessert, alors on pioche dans la superbe carte des vins du resto pour un :

Ogereau –Quart-de -Chaumes Grand Cru la Martinière 2017

Garfield : Les 50 cl se sont évaporés des verres quasi instantanément malgré la séquence déjà chargée précédant ce vin, c’est dire sa buvabilité. Sur un dessert à base de pomme en ce qui me concerne l’accord était royal, tout ce que j’aime dans les chenins liquoreux avec une aromatique gourmande et sucrée sur les fruits jaunes, les épices et les agrumes au nez, et une superbe tension qui le rend ultra digeste. Très bien


Que conclure qui n’ait déjà été dit dans les sessions précédentes ? Qu’on a bu d’excellents vins ? Que les connexions entre des personnes qui ne s’étaient jamais vues se font quasi instantanément autour de cette passion commune ? Je ne me lasse pas en revanche de ces rencontres qui constituent vraiment le graal de notre passion, et lui donnent tout son sens.


 

Charles
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: marc de wolf, oliv, Olivier Mottard, PBAES, Gildas, Jean-Paul B., Sylv1, Olivier_26, Eric B, matlebat, denaire, sideway, bertou, chrisdu74, erig, Vaudésir, TristanBP, Papé, sebus, Frisette, Med, GAET, starbuck, leteckel, vvigne, Vyat, Vesale, Ilroulegalet, Manas, Kana
08 Nov 2022 07:23 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 964
  • Remerciements reçus 1392

Réponse de trainfr sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

effectivement, beaucoup de bonnes pioches dans la carte des vins
je garde précieusement l'adresse quand j'irai chez ma fille a Dijon ...

Christophe - LPV Lyon
08 Nov 2022 12:06 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20780
  • Remerciements reçus 8289

Réponse de Eric B sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Vu le titre, ça manque tout de même de Bordeaux ;)

Eric
Mon blog
08 Nov 2022 12:24 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Garfield
  • Portrait de Garfield Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1164
  • Remerciements reçus 6118

Réponse de Garfield sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Vu le titre, ça manque tout de même de Bordeaux ;)


Jamais le premier soir !

Charles
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., leteckel
08 Nov 2022 16:05 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21967
  • Remerciements reçus 6209

Réponse de mgtusi sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Belle carte des vins avec des prix angéliques

Michel
08 Nov 2022 16:43 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Garfield
  • Portrait de Garfield Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1164
  • Remerciements reçus 6118

Réponse de Garfield sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Sinon on fait une battle Lpv bfc vs le reste du monde la bas ;)

Charles
08 Nov 2022 19:16 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20780
  • Remerciements reçus 8289

Réponse de Eric B sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Ce qui est en effet appréciable sur leur carte des vins, c'est qu'ils n'ont pas répercuté les hausses récentes des domaines sur leur prix, ce qui donne des prix cavistes, voir en dessous (sur Zind, Tissot, Ganevat, Bedel...)

Par contre, il faudrait qu'ils fassent relire leur carte par quelqu'un, car il y a pas mal de coquilles (Chevergny, Huart, Bellegrade, Sélosses, Vin d'Antan, Henri Giroud, Larmendier)

Eric
Mon blog
08 Nov 2022 20:10 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3007
  • Remerciements reçus 7931

Réponse de leteckel sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Franchement, l'important n'est pas là...
On a affaire à une vraie passionnée qui nous a permis d'apporter nos (nombreuses) bouteilles sans droit de bouchon, alors qu'elle ne nous connaissait même pas.
L'éclectisme de la carte de ce resto en plein centre de Dijon est une vraie preuve de cette passion. D'ailleurs, elle se désole de l'évolution actuelle du vin...les clients (étrangers le plus souvent, chinois en tête) veulent boire ce qu'il y a de plus onéreux sans écouter les (judicieux) conseils de la sommelière !
Bref, une belle rencontre entre amateurs et un accueil qui donne envie de renouveler l'expérience au même endroit.

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: mgtusi, Garfield, Vesale, Ilroulegalet
08 Nov 2022 21:39 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3007
  • Remerciements reçus 7931

Réponse de leteckel sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Sinon, une nouvelle fois bluffé par la capacité des siamois à restituer des notes aussi précises (alors qu'ils n'en prennent pas et ne crachent rien...enfin surtout un  ).
Du coup, pas grand-chose à ajouter (et ça m'arrange).
Une belle série de blancs qui nous aura bien fait voyager. Un mot sur le chenindonay d'Eric Morgat qui interroge quand même beaucoup sur la typicité des cépages...tout le monde autour de la table louait les qualités de ce beau chardo de la Côte de Beaune, au bémol près d'un élevage un peu prégnant pour certains, mais personne n'a émis une autre hypothèse de cépage. Quelque part, peu importe car c'était un beau vin, certes élevé mais avec classe...  
Sinon, tout s'est globalement bien gouté. Le Puffeney avait un petit pet' selon moi (voile liégeux ressenti dès le début). 
Le Vézelay, bah...c'est bluffant et toutes les appellations de Bourgogne y seront passées = une délectation pour l'apporteur (comme pour le Morgat d'ailleurs)  .
Jolie série de rouges également, avec le Clos de Tart en tête, suivi d'une courte tête par l'Hermitage...les 2 vins me semblant à point.
Le Mugnier a sans doute été desservi par l'ordre de service (en plus peut-être du millésime).

Bref, un bel après-midi, un bon repas, des beaux vins et une agréable compagnie...y a pire dans le monde actuel ! 

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., mgtusi, denaire, starbuck, vvigne, Garfield, Vesale
08 Nov 2022 21:42 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1087
  • Remerciements reçus 1651

Réponse de the_ej sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Effectivement, une carte des vins digne d'intérêt, encore plus par ses prix que par son contenu !
Par contre, grosse déception pour moi à la lecture du CR, le titre m'ayant laissé imaginer une rencontre burgondo-bousilandaise 

Jérôme
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Agnès C
09 Nov 2022 13:42 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 774
  • Remerciements reçus 4503

Réponse de Vesale sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

La prochaine fois ;)

Guillaume
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: marc de wolf
09 Nov 2022 15:37 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Garfield
  • Portrait de Garfield Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1164
  • Remerciements reçus 6118

Réponse de Garfield sur le sujet LPV BFC rencontre (à nouveau) la dame d'Aquitaine

Deuxième session toujours aussi amicale et conviviale dans ce qui est en train de devenir notre repaire LPV BFC ! Accueil très sympathique et plats de belle qualité permettent de passer un déjeuner hors du temps sous les voutes médiévales de ce restaurant ! Thème "bouteilles de fêtes" légèrement en décalage mais dur de trouver une date qui convienne à tous...

Comme d'habitude, pas d'ordre prédéfini car pas de MC, tout à l'aveugle sauf pour l'apporteur (et en l'occurence pas le champagne pris sur la carte du restaurant, ainsi que le liquoreux annoncé à l'avance). A nouveau, le pifomètre pour les associations de paires de vins genre toi ton blanc tu le verrais plutôt sur le poisson ou l'entrée ça marche pas mal ! 

Jacques Selosse Grand Cru Blanc de Blancs Brut Initial (dégorgement mai 2021) 

Nez mêlant notes patissières et très belle oxydation maitrisée (curry, épices), bulle très fine qui s’estompe rapidement dans les grands verres pour n’être quasi qu’un perlant, bouche initialement plutot en longueur sur une trame crayeuse, mais qui a l’aération prendra un énorme volume et complexité, avec une très grande persistance aromatique .
Excellent + (aussi bon que celui bu cet été, et donc au panthéon de mes grands champagnes)

 Paire de blancs sur l’entrée : 

Domaine Coche-Dury – Puligny Enseignères 2013

Nez relativement discret, on voit qu’il y a une patine de quelques années,  fruits exotiques, fruits à coques, légèrement floral, la bouche est en revanche assez magistrale, belle puissance initiale, assez large et volumineux, avec une trame crayeuse qui allonge énormément le vin. Je pense que ce vin est « à point » et qu’on en profite pleinement dans son évolution actuelle. Très bien +/excellent, et très content de voir les copains (a l’aveugle sauf les loucheurs sur les dessous de chaussette qui se reconnaitront) apprécier autant à l’aveugle, preuve qu’il n’y a pas que du buzz derrière la réputation des vins de ce domaine. 

Domaine Boisson-Vadot – Meursault 1er Cru Genevrières 2011

Nez radicalement différent, très grillé/allumette, avec petite note anisée en plus, la bouche est assez large mais un peu moins longue que le vin précédent, dominée par le grillé. C’est un vin de belle facture mais dont la lecture sur le plan « terroir » n’est pas évidente vu l’élevage caractéristique. Le domaine est vite trouvé, avec cette réduction particulière, on hésite en Chevalières et Genevrières. Pour moi, Genevrières que je connais surtout chez Mikulski (et un peu Coche) est un vin polymorphe avec une complexité aromatique importante, que je ne retrouve pas ici. Un verre est très agréable, mais ce style peut lasser rapidement.
Bien + / Très bien 

Paires de blancs sur le poisson 

Domaine Chanson – Beaune 1er cru Clos des Mouches 2015

Pas trop de doute sur le Chardonnay non plus, élevage à la bourguignonne remarquablement dosé avec des notes de menthol du plus bel effet, la bouche est à la hauteur avec ces arômes mentholés et noisette qui enveloppent bien le palais, jolie longueur aussi. On pourrait lui reprocher une certaine « jeunesse » et un manque de fruit, ça reste Très bien. 

Domaine Ramonet – Chassagne 1er cru « Les Caillerets » 2015

Nez un peu étrange, solaire, ananas, lacté, en bouche le vin est large, un peu alcooleux, des amers assez marqués en finale. J’évoque 2015 vu ce profil, soit sur un Chablisien qui ferait des vins très murs (Pico ?) soit mâconnais ? pas trop d’idée en côte de Beaune de vignerons faisant des vins de ce profil. Relativement décevant et en dessous des 3 autres chardonnays, petit bien. 

Paire de rouges sur la viande 

Domaine de la Grange des Pères 2014

Nez initialement un peu viandé, mais qui très vite prendra des notes « grenache » sur l’orange sanguine et les épices qui explosent au nez, très joli. La bouche est au top, grande fraicheur sur ces aromes d’agrumes et épices, note viandée (ou le fameux anchois ?) très discrète, tanins fondus, belle allonge. Miam, comme quoi j’arrive à apprécier d’autres rouges que le Pinot ou la Syrah. Moins puissant mais plus élégant que le 2010 bu chez Arnould pour son bicentenaire (ou presque), excellent aussi  cependant .

 Domaine Paul Jaboulet – Hermitage la Chapelle 1988

Nez de syrah sur le bacon, avec du tabac et des épices /poivre, la bouche est puissante, sans être too much, le vin fait bien plus jeune que son âge affiché (comme son apporteur 😊 ), moins de plaisir que sur la GDP car plus « austère » et tannique. Bien + 

Château Yquem Sauternes 2003 sur le dessert

Pas a l’aveugle, nez sur la liqueur de mandarine, pas trop de notes curry/épices (pas de botrytis qui favorise ces arômes cette année la nous explique Gérard), bel accord avec mon dessert à la mangue, mais je dois avouer que c’est trop riche pour moi niveau aromatique et surtout un léger manque de tension même si ça reste élégant et frais. Je crois préférer les liquoreux plus acides type Riesling allemand, Chenin ou Jurançon même si les aromatiques peuvent être moins complexes peut être, la digestibilité est supérieure. Bien +

A bientôt les copains pour une nouvelle rencontre, pourquoi pas en terre franc-comtoise cette fois-ci, l'aventure ne nous fait pas peur ! Et promis Eric il y aura plus de rouges la prochaine fois 


Charles
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Paul B., Jean-Bernard, matlebat, bulgalsa, La Vie est une Fête, erig, Moriendi, bibi64, trainfr, Vaudésir, TristanBP, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, Med, starbuck, leteckel, the_ej, vvigne, Vyat, Manas
29 Jan 2023 15:08 #12
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6454
  • Remerciements reçus 6493

Réponse de Vaudésir sur le sujet LPV BFC rencontre (à nouveau) la dame d'Aquitaine

Je vous que l'on a eu plus ou moins le même ressenti sur Yquem 
29 Jan 2023 16:19 #13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 774
  • Remerciements reçus 4503

Réponse de Vesale sur le sujet LPV BFC rencontre (à nouveau) la dame d'Aquitaine

A mon tour de livrer mon ressenti sur ce superbe déjeuner, avec un peu de retard, mais ça dégaine vite quand même!

Jacques Selosse Grand Cru Blanc de Blancs Brut Initial (dégorgement mai 2021) 

Une nouvelle fois très impressionné par ce vin, un nez dont on ne se lasse pas sur des notes élégantes, légèrement pâtissières, crayeuse, finement oxydative, c’est à la fois riche, frais et patiné,
En bouche, le vin est dense, quasi crémeux mais aussi élancé, ample d’une grande persistance,
C’est vraiment un superbe champagne,

Excellent

Paire de blancs sur l’entrée : 

Domaine Coche-Dury – Puligny Enseignères 2013

Initialement à l’aveugle avant qu’un animal court sur patte et à poil ras ne soulève la chaussette devant moi juste avant le service
Nez au départ assez discret, avec des fruits légèrement exotiques, du floral, un petit côté pâte d’amande, pain chaud, on sent que le vin a quelques années de patine mais reste sur une aromatique jeune,
Bouche délicieuse d’équilibre entre matière et tension, ample, enveloppante, tendue, grosse longueur,

Très bien/Excellent


Domaine Boisson-Vadot – Meursault 1er Cru Genevrières 2011

Clairement un vin clivant, (mais moi j’aime bien !) qui aura fait parler pendant le déjeuner et les jours après !
Nez explosif, puissant avec une réduction qui claque, puis menthol, anis, ça sent la pierre éclatée,
Bouche puissante, droite, tendue, grande longueur, avec l’aération se rajoutent des notes d’agrumes,

Très bien


Paires de blancs sur le poisson 

Domaine Chanson – Beaune 1er cru Clos des Mouches 2016

Nez de chardo dans un style classique mais maitrisé, encore jeune, avec des notes de brioche grillée, de fruits secs, puis fruits mûrs, avec une belle allonge minérale, c’est très bien fait mais moins d’amplitude et de longueur que les deux vins précédents,

Très bien


Domaine Ramonet – Chassagne 1er cru « Les Caillerets » 2015

Nez « chaud », mûr, fruits jaunes et exotiques, crème de fruit, un peu alcooleux,
Bouche large, un peu molle, avec une finale dominée par cette sensation alcooleuse, je me demande même si la bouteille n’avait pas un défaut car c’est quand même très en dessous de ce que l’on peut attendre de ce genre de vin,

Bien


Paire de rouges sur la viande 

Domaine de la Grange des Pères 2014

Bouteille ouverte et épaulée la veille,
Le nez est superbe, polymorphe, sur des notes de fruits légèrement confiturés agrumes confites, herbes aromatiques, épices douces, (pas trouvé de notes d’anchois par contre !),
La bouche est large, ample, avec des tanins fondus, et surtout une fraicheur qui contrebalance parfaitement bien cette richesse aromatique, belle persistance,

Excellent

Domaine Paul Jaboulet – Hermitage la Chapelle 1988

Nez de syrah d’un âge confirmé, tout le monde évoque rapidement la syrah, fruits noirs compotés, un petit côté liqueur de mandarine également, lardé, tabac/cigare,
Bouche classe mais un peu austère (surtout comparé au vin précédent), très discret grain de tanin,

Bien/Très bien


Château Yquem Sauternes 2003 sur le dessert

Un liquoreux étonnamment délicat, fin et frais pour terminer le repas,
Aromatique sur les fruits exotiques, les agrumes confits, le miel, c’est onctueux mais sans lourdeur à mon gout (on n’est clairement pas sur les équilibres teutons ou ligériens certes),

Très bien
 

Guillaume
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Paul B., matlebat, bulgalsa, erig, Vaudésir, TristanBP, sebus, Frisette, starbuck, leteckel, vvigne, Vyat, Garfield
30 Jan 2023 18:26 #14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3007
  • Remerciements reçus 7931

Réponse de leteckel sur le sujet LPV BFC rencontre (à nouveau) la dame d'Aquitaine

Encore une belle rencontre gastronomique (bons plats servis copieusement), vinique (des belles étiquettes et des belles bouteilles) et amicale, avec Gérard en guest star que nous sommes heureux d'accueillir à Dijon après une session franc-comtoise il y a quelques mois. Toujours aussi intéressant d'écouter ce puit de science du vin (et du reste aussi d'ailleurs), savoir toujours diffusé avec beaucoup d'humilité.

Pas la moindre prise de note, donc juste quelques ressentis, pas si éloignés de ceux des siamois (plus Vesale, dont je partage le côté "optimiste" de la dégustation, que Garfield, le plus pisse froid  exigeant du groupe).

Jacques Selosse Grand Cru Blanc de Blancs Brut Initial (dégorgement mai 2021)

A l'ouverture, on se dit qu'on sera un cran en dessous de notre dernière dégustation commune car le vin, s'il n'est pas fermé, apparait un peu moins rond et gourmand que la précédente bouteille. Gérard conseille judicieusement de laisser l'aération faire son oeuvre...effectivement, le vin a pris ses aises et une belle ampleur en même temps qu'il a quasi perdu toutes ses fines bulles.

Irrésistible ! 

Si je dois faire une folie sur du Champagne...ce sera pour cette maison tant mes expériences sont fort concluantes à chaque fois.


Domaine Coche-Dury – Puligny Enseignères 2013

Je me vois accuser des pires maux par Guillaume...alors que mon seul tort a été de proposer de convoyer la bouteille de Charles du parking au resto. Alors oui, on a vu un bout d'étiquette...mais bon une étiquette de Coche, c'est pas du tout reconnaissable hein !

Donc je ne suis pas à l'aveugle et si je l'avais été, je n'aurais pas misé un cachou sur le producteur tant le nez ne me l'évoque pas (je ne connais presque que la production du père). C'est fin, très discret, sur des étonnantes notes quasi exotiques (millésime ?).
La bouche est extraordinaire de structure et d'équilibre, rien ne dépasse : c'est à la fois dense et fin...la magie Coche ?
Excellent, même si je reconnais sans honte préférer la production de JFCD, notamment pour son aromatique si reconnaissable et totalement à mon goût.

Domaine Boisson-Vadot – Meursault 1er Cru Genevrières 2011

Voilà un vin qui aura fait parler pendant et après sa dégustation, totalement clivant.

Aromatique effectivement assez monolithique sur le grillé, façon allumette avec des atours mentholés. Moi j'adore...
En bouche, c'est très tendu (comme d'habitude chez ce vigneron), sur le fil du rasoir et la persistance est impressionnante.

Alors oui, je peux comprendre que le caractère monolithique puisse en lasser certains...mais il faut éviter de jeter le bébé avec l'eau du bain.
Ca me rappelle les récentes remarques de Jérôme (Perez) sur les "postures" actuelles concernant le moindre élevage : on le recherche absolument et on le rejette systématiquement même si je reconnais qu'ici c'est assez prégnant. Mais l'aération aura bien délié l'ensemble (je trouve).
Ca me rappelle aussi les récits d'Oliv quand son ami Al' servait du Coche à une tablée majoritairement hermétique au fameux "grillé".
Bref, comme disait ma grand-mère (même si c'était à propos des choux de Bruxelles) : "si tu n'aimes pas, n'en dégoute pas les autres"

Domaine Chanson – Beaune 1er cru Clos des Mouches 2015

Un vin très "classique" du secteur mais très bien fait avec un élevage parfaitement intégré et qui m'a semblé tout à fait prêt à boire en l'état même si rien ne presse.
Rarement déçu par cette maison que je n'ai pourtant pas en cave.
Très bon.

Domaine Ramonet – Chassagne 1er cru « Les Caillerets » 2015

Tant au nez qu'en bouche, le chardonnay ne m'apparait pas d'une totale évidence.
Ca fait riche au nez, et la bouche est vraiment chaleureuse avec des amers appuyés.
Celui là aurait mérité un petit élevage chez Boisson-Vadot pour le préserver , car en l'état je ne lui donne pas une grosse espérance de vie (bascule probable vers prémox dans quelques années...mois ?).
Moyen et déception à la découverte de l'étiquette (même si je connais peu la production de ce domaine iconique).

Domaine de la Grange des Pères 2014

Alors que tout le monde sent l'orange sanguine sur le vin servi en parallèle, les agrumes me sautent au nez sur celui-ci, si bien que l'idée d'un Reynaud ne me quittera pas.
En bouche, c'est d'une fraicheur totalement improbable pour la région, grâce à une acidité rarement ressentie à ce point dans un vin du sud, mais qui ne couvre pas une gourmandise certaine.
J'ai adoré et suis trop content d'en avoir une en cave (ma seule GDP restante d'ailleurs). 

Domaine Paul Jaboulet – Hermitage la Chapelle 1988

A côté de la fraicheur et la jeunesse de la GDP, ce vin souffre de la comparaison et m'évoque au premier coup de nez une dose de grenache.
Mais à l'aération, le côté fumé (que lui disputent des arômes un peu animal) rapproche d'une syrah d'un âge avancé...mais pas autant que ne le révèlera l'étiquette. 
Pas mal mais éclipsé par son challenger.

Château Yquem Sauternes 2003 

Si on avait bu ce vin à l'aveugle, sûr qu'on ne l'aurait pas donné sur 2003 et pas certain qu'on serait allé directement sur Sauternes.
En effet, le nez est fin, presque "réservé", assez loin d'un safran, d'un ananas ou d'un rôti explosif. En bouche, c'est idem, le vin montre une belle finesse, un sucre présent mais pas écrasant.
Pour moi, c'est très bon mais il manque quand même un peu de peps / relance pour plus de dithyrambes.

Ca c'est fait ! Encore un beau moment...vivement la prochaine.   
 

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., bulgalsa, TristanBP, Papé, sebus, Frisette, starbuck, the_ej, Vyat, Garfield, Vesale
02 Fév 2023 18:53 #15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 437
  • Remerciements reçus 1227

Réponse de Vyat sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Une nouvelle belle journée avec les siamois et nos amis franc-comtois. Ravi également d'avoir pu rencontrer Gérard qui nous aura raconter pléthores d'anecdotes tout au long de ce repas.

Jacques Selosse Grand Cru Blanc de Blancs Brut Initial (dégorgement mai 2021)

Arrivé, comme d'habitude, avec une bonne demi-heure de retard, ce Selosse aura eu le temps de prendre l'air  dans mon verre. Ce vin présente une grande ampleur et une bulle quasi inexistante. Mes souvenirs sont assez succincts car les entrée sont servis quelques minutes après mon arrivée et la première paire de blanc arrive. Comme lors de ma précédente rencontre avec un vin de ce producteur, c'est bien fait mais je ne me battrais pas pour en acheter. Je prends au moins autant de plaisir avec le Brut GC d'Egly Ouriet.
Très bien malgré tout.

Domaine Coche-Dury – Puligny Enseignères 2013

Au nez, fruits exotiques, une pointe de floral et un léger grillé. On sent qu'on joue à domicile.
En bouche, les fruits exotiques et les fruits blancs s'entremêlent. Une pointe de coing en finale me fait partir sur un chenin élevé à la Bourguignonne.
La matière est impressionnante et la tension équilibre le vin.
A la tombée de la chaussette, je suis surpris par l'étiquette (je ne m'attendais pas à ce style de vin pour un Coche) et par le niveau d'appellation. Pas le souvenir d'avoir bu un vin de niveau village de ce niveau.

Excellent

Domaine Boisson-Vadot – Meursault 1er Cru Genevrières 2011

Au nez, boite d'allumettes.
En bouche, le vin présente une belle matière mais est trop monolithique pour moi. Pas de défaut, mais comme pour les vins de PYCM, ça ne me procure pas d'émotions.

Très bien.

Domaine Chanson – Beaune 1er cru Clos des Mouches 2015

Les précédents messages font état d'un 2016, après vérification c'est plutôt un 2015. Certains étaient déjà fatigués après seulement trois bouteilles  .
Au nez, on sent les fruits blancs et une pointe d'élevage classique à la bourguignonne (vanillé grillé).
En bouche, le vin est d'un superbe équilibre, les fruits blancs et les agrumes se complètent bien.
Je partais sur un vin du triangle d'or beaunois, mais raté. 
Première avec un vin de ce domaine.
Très bien/Excellent

Domaine Ramonet – Chassagne 1er cru « Les Caillerets » 2015

Au nez, ca sent le millésime chaud et l'alcool.
En bouche, c'est assez pataud. La richesse du millésime se fait ressentir.
L'élevage est bien moins appuyé que certains autres vins dégustés lors de ce repas.
Difficile de prendre du plaisir sur ce vin. 
Moyen/AB

Domaine de la Grange des Pères 2014

Au nez, les agrumes dominent. Je pars sur un vin d'Emmanuel Reynaud.
En bouche, le vin présente une belle fraicheur ce qui permet d'équilibrer la matière.
Première avec un vin de ce domaine. Vraiment surpris par la dégustation, je ne m'attendais pas à ce style de vin (effet millésime?).
Très bien/Excellent

Domaine Paul Jaboulet – Hermitage la Chapelle 1988

Un côté fumé au nez.
En bouche, fruits noirs, agrumes et tabac, la longueur est de bon niveau.
Très bien.

Château Yquem Sauternes 2003 

Un Sauternes tout en finesse. Pour une première avec ce domaine, je m'attendais à un vin plus puissant.
Très équilibré, le sucre est présent sans saturer le palais.
A l'aveugle, je serais plutôt parti sur un moelleux ligérien que le roi des Sauternes.

Très bien pour l'équilibre, un peu déçu vu le pedigree de ce vin.

Merci à tous pour cette belle journée et à très vite pour la prochaine.


 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Alex, Jean-Paul B., Vaudésir, Papé, sebus, starbuck, leteckel, the_ej, Garfield, Vesale, Ilroulegalet
02 Fév 2023 22:31 #16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Garfield
  • Portrait de Garfield Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1164
  • Remerciements reçus 6118

Réponse de Garfield sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Troisième match BFC à la dame d'Aquitaine, le groupe vit bien, on prend les dégustations les unes après les autres, l'important c'est les 3 grammes (edit : même pas, pas mal ont craché)

Bref, thème éclectique excluant les meilleurs vins du monde Bourgogne initialement, puis on les réintègre, mais personne n'osera en apporter du coup. Dégustation à l'aveugle, ordonnancement au feeling, seul l'apporteur connait sa bouteille.

Champagne Moutard – Vignes Chiennes – Brut Nature

Dégorgement 2022, 100% Chardonnay 
Nez sur les agrumes, anisé, bouche avec une bulle assez vive, c’est sec et traçant, finale anisée, un peu trop d’amers en finale cependant. Bien / Bien + 

Champagne Egly Ouriet – Grand Cru VP

Base 2014 
Robe plus dorée, bulle plus fine, nez superbe sur la noisette, le curry, assez vineux, ça m’éloigne un peu du chardonnay (pour ce que ça vaut, c’est à dire que je me plante à peu près à chaque fois), bouche d’une superbe ampleur, gros gros volume de vin, finale longue et élégante, crayeuse, sapide. Très bien + / Excellent, le vin du repas pour moi 

Lajibe Manseng et Cie – Jurançon Sec - Marcel 2021

Mon apport, malheureusement servi trop chaud. Réduction sur les céréales grillées (je trouve aussi la peau de poulet grillé comme sur les précédentes), un peu de fruit jaune, rien d’exotique en tout cas, acidité dantesque avec un beau volume en bouche. Un vin clivant, avec une note nature indéniable qui une fois encore change les repères (lisse les vins ?). Bien, a mieux préparer et attendre sereinement 

Weinbach – Riesling Schlossberg Grand Cru - Sainte Catherine 2008 

On est bien en Alsace, nez qui pétrole avec quelques rares notes florales, pas trop de fruit, bouche sympa mais simple, je n’en reviens pas quand Arnould annonce que c’est la même bouteille qui nous avait éblouis pour ses 50 ans (bon c’est vrai que ça fait un bail…)… les mystères du vin, a priori le bouchon était complètement imbibé, peut être une évolution plus rapide que la précédente. Bien 

Simon Maye – Chamoson Petite Arvine 2017 

On part direct sur du sauvignon c’est pipi de chat à fond avec une note florale sucrée pas désagréable, la bouche est moins évidente sur le cépage car on a des notes moins variétales, léger gras, amers finaux, ça ne colle pas autant que le nez… et pour cause ! en se réchauffant (et en voyant l’étiquette..) il sera moins sauvignon au nez. Bien 

David & Nadia 'Hoe-Steen' Chenin Blanc 2020 

Nez sur la poire, la réduction bourguignonne, la bouche ne colle pas avec du chardonnay, je propose chenin sudiste car la bouche est assez alcooleuse. Le vin est lui aussi servi trop chaud (apparemment le serveur avait décidé de nous faire ça pour 1 vin sur deux, on a du être trop bruyants et on a été punis 😉 ), amers finaux assez marqués, avec quelques indices je pars sur un chenin sud af, je ne connaissais le domaine que de nom, pas forcément une expérience inoubliable là dessus, surtout à ce prix. Bien – 

Vin orange Géorgien (je ne lis pas leur alphabet donc regardez la photo pour la ref…) nez sur la compote de pomme chaude, le coing, assez agréable, bouche très sèche, aucun fruit, tannique et asséchante, bof… 

Louis-Claude Desvignes – Morgon Les Impénitents 2009 

Nez lacté et rhodanien (je pense à Cornas), bouche assez neutre, pas folichon. Assez bien / Bien - 

Gourt de Mautens – Vin de France 2012 

Niveau aromatique c’est la grosse cavalerie, olive noire à fond, épices, la garrigue n’est pas loin, les fruits sont confits, c’est le Sud ! Mon PDF en tremble rien qu’à l’idée d’y tremper les lèvres, et c’est carrément la débandade lorsque le vin arrive, massif, tannique, finale sur une acidité asséchante (qui s’estompe en mangeant). On peut y trouver des qualités de volume et complexité, mais ce n’est vraiment pas ma came. Si on voulait trouver l’opposé d’un Vosne Romanée, c’est ici ! Je pense à un Barolo à cause de l’acidité et des tanins hérissés, aussi possible pointe volatile au nez, puis chateauneuf. C’est certainement trop jeune en plus. Bien - / bien 

Yves Gangloff – Côte Rôtie Sereine Noire 2011 

Nez qui évoque initialement le pinot, on voit qu’on est en tout cas de retour dans le monde civilisé, la vanille pointe le bout de son nez surtout en fin de bouche plus qu’au nez, tanins fondus, c’est plutôt agréable ce pinot de côte rôtie, même si manque un peu d’expressivité aromatique, un peu austère! Ca reste le meilleur rouge de la série… Bien + 

Deslevaux – Côteaux du Layon SGN 2010 

Nez très sucré, raisin sec, liqueur d’abricot, on s’attend à un sirop, et c’est un peu le cas quand même, l’acidité est heureusement présente, ça se boit bien mais c’est trop sucré pour mon gout. Bien  

Comme vous le lirez, le niveau moyen était bon, mais aucune bouteille hors du commun, normal me direz-vous en l’absence de Bourgogne, on se rattrapera la prochaine fois !

 

Charles
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Alain Hinant, Jean-Paul B., tht, bertou, La Vie est une Fête, erig, bibi64, Vaudésir, DUROCHER, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, oberlin, starbuck, leteckel, the_ej, KosTa74, Kiravi, Vesale, Ilroulegalet, Manas, SG75
01 Oct 2023 16:16 #17
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3007
  • Remerciements reçus 7931

Réponse de leteckel sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Battons le fer tant qu' il est chaud !

N'ayant pris aucune note, ni même les références des bouteilles, ca m'arrange de m'appuyer sur les notes de Charles, le travail fait par les autres ne me faisant pas trop peur . Donc juste quelques impressions...

Personnellement, mais je dois être le seul à la table, j'ai du mal à départager ces 2 beaux Champagnes tellement ils jouent dans un registre différent mais ont chacun de belles qualités. 

Le Champagne Moutard – Vignes Chiennes – Brut Nature est sur un profil frais, tendu et sec, avec des notes levurées et citronnées au nez, mais pas simplet pour autant.

A côté, c'est sûr que le  Champagne Egly Ouriet – Grand Cru VP fait plus "sérieux". Le nez est plus complexe et la bouche, à la bulle très fine, est vineuse et même onctueuse.

La première paire de vin est servie avec ce Lajibe Manseng et Cie – Jurançon Sec - Marcel 2021. Le nez est réduit et un peu grillé, pas de fruit. En bouche, il y a une (très) grosse acidité qui fait crisser les dents. Si je ne connaissais pas un peu la cave de Charles, je serais facilement parti sur un savagnin d'un vigneron nature du Jura. Absolument impossible à situer selon moi tant le côté nature prime sur l'ensemble. Décevant pas rapport à ce que Charles nous avait dit de ce domaine visiblement recherché.

Le Weinbach – Riesling Schlossberg Grand Cru - Sainte Catherine 2008 est mon apport et mon ressenti est tout à fait conforme aux précédentes dégustations. Un riesling alsacien "d'école", parfaitement réalisé, avec une jolie aromatique qui basculera du pétrolé au citron confit, et une bouche parfaitement équilibrée. L'ensemble est très bon...néanmoins sans surprise.

La seconde paire de blancs nous aura totalement perdu.

Tout le monde s'accorde sur le sauvignon pour ce Simon Maye – Chamoson Petite Arvine 2017 , avec en plus une forme de bouteille qui cause bien bordeaux (Carbonnieux est cité). Contrairement à Charles, je trouve que l'aromatique penche beaucoup plus sur le fruit exotique que sur le buis / pipi de chat. En tout cas, c'est une découverte intéressante.

David & Nadia 'Hoe-Steen' Chenin Blanc 2020 : ce vin aura (évidemment) fait voyager même si au départ ça s'accorde sur le chardonnay...ou le chenin. Pour ma part, ça me cause bien chardo "assez travaillé", plutôt rond et un peu chaleureux. C'est correct et assez consensuel.

Pour moi, le nez du vin Georgien n'est pas net et me donne vraiment pas envie de tremper mes lèvres...ce que je finis par faire sans grande conviction. Mon voisin s'écrie "j'ai l'impression de ne plus avoir de salive" . Bon, c'est une expérience quoi...

"Nez lacté" écrit Charles sur ce Louis-Claude Desvignes – Morgon Les Impénitents 2009 , c'est exactement ça, yaourt même, avec également des arômes chocolatés que je retrouve en bouche et qui pourrait faire penser à un vin à base de Mourvèdre. Si le 2011 avait été une vraie belle découverte, ce 2009 laisse vraiment de marbre. Dommage.

Je crois n'avoir jamais bu un vin de ce domaine. Je serai beaucoup moins sévère que Charles sur ce Gourt de Mautens – Vin de France 2012, et c'est normal car ma sensibilité à la volatile est faible (pour ne pas dire que j'aime bien quand c'est correctement dosé). Ici, le nez ressemble bien à ceux de Barral ce qui m'emmène vers le Languedoc d'autant qu'en bouche il y a une acidité "fraiche" qui rend le vin agréable. Certains évoquent un Barolo...mais l'aromatique ne fait pas du tout Nebbiolo je trouve. J'ai bien aimé.

J'aime habituellement beaucoup les vins de Gangloff mais je pense n'avoir jamais gouté cette cuvée. Cette Sereine Noire 2011 emmène l'assemblée directement en pinot noir de Bourgogne (le manque se faisant sans doute sentir chez certains à ce stade... ). Le débat sera Beaune ou Nuits...sous le regard amusé de l'apporteur. Y aussi débat sur un élevage trop sensible...perso, je ne suis pas dérangé. C'est un (très) bon vin, mais sans doute encore jeune et plus austère qu'une Barbarine à ce stade il me semble.

La petite douceur qu'est ce Deslevaux – Côteaux du Layon SGN 2010 m'a vraiment bien plu. Il y a du sucre mais l'équilibre est bien préservé par l'acidité. C'est bien bon et comme j'ai beaucoup craché, je m'autorise à m 'en envoyer un peu dans le gosier.

Au final, même verdict que Charles : une jolie série avec des découvertes intéressantes (et des catastrophes au petit jeu des devinettes) mais pas de véritable coup de coeur dans cette série.

La prochaine fois peut-être...
 

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, erig, Vaudésir, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, oberlin, starbuck, the_ej, KosTa74, Kiravi, Garfield, Vesale, Ilroulegalet, Manas
01 Oct 2023 18:50 #18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4
  • Remerciements reçus 40

Réponse de Boule sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Allez je m'y colle, après les 3g

Champagne Moutard - Vignes chiennes
Un nez pomme verte, discrète note oxydative
Très frais, très léger en attaque
légère amertume en fin de bouche
Pour moi un pétillant parfait pour une bonne soirée d'été bien chaude
Bien+

Champagne Egly-Ouriet, VP 2014
robe plus miellée
nez acidulé, rhubarbe pour moi
bulles fines avec légère acidité en fin de bouche
une très belle longueur
un vin complexe et abouti.
Très bien

Weinbach - Schlossberg Grand cru Sainte Catherine 08

nez pétrole au début, qui s'atténuera pour laisser un peu plus d'acidité
premier mise en bouche assez légère, presque plate.
prendra du corps au fur et à mesure avec un aspect plus classique avec qq sucres résiduels
Bien 

Marcel - Jean Baptiste Semmartin
je partais sur un chenin
un nez grillé, presque pétard
une belle longueur avec une acidité bien présente, très vif
un jolie découverte mais un coté nature assez classique
Bien


Simon Maye - Petite Arnine 17
Nez un tirant sur le liquoreux avec des fruits exotiques
en bouche un petite amertume assez agréable, pas mal de salinité
une premiere bouche avec une longueur moyenne qui va petit à petit s'allonger
Joli découverte
Bien +


Davis et Nadia - Hoe Steen 2020
mon apport
on me l'a conseillé comme étant une bombe de chenin, comme un des meilleurs chenin jamais bu...
robe pale
tire franchement sur le Chardonnay
bien fait mais pas l'expression que j'attendais
peu d'émotion ressenti
un bon vin mais sans doute à faire vieillir pour en tirer le meilleur
Bien

Le vin Géorgien offert par le resto dont je n'ai pas retenu le nom
il était orange
le nez pas désagréable
le reste c'est du passé
Médiocre

Gourt de Motens 2012

bu en 2014 il y a peu, pas foutu de le reconnaitre alors que je partais sur Chateauneuf
fruits confits et olive noire au nez
un peu de volatile
percutant en bouche, avec de l'épice
vin très solaire, puissant
mais des tanins plutôt doux et fondus malgré les épaules larges de ce vin
Bien+

Louis Claude Desvignes - Impénitents 09
Un nez plus doux, moins expressif que le précédent
plutôt harmonieux en bouche sans déclencher d'émotion particulière
Vin suave avec un côté gourmand plutôt agréable
c'est un bon vin, le manque de pinot noir à ce stade du repas se fait sentir, je tremble au niveau des extrémités...
Bien

Gangloff - La Sereine 11
Très belle fraîcheur au nez, du végétal
je pars sur Nuits, de la vendange entière, pour moi ça pinotte
il y a de l'élevage
j'ai me beaucoup, on sent néanmoins qu'il y en a encore sous la pédale
Bien+

Voilà pour ma première contribution sur une line-up très éclectique. J'apprendrai à fermer ma bouche la prochaine fois que j'annoncerai pour déconner un thème "0 Bourgogne"
La prochaine fois je ne veux que ça!
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, Vaudésir, sebus, starbuck, leteckel, the_ej, Kiravi, Garfield, Vesale, Ilroulegalet
01 Oct 2023 21:26 #19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4903
  • Remerciements reçus 2425

Réponse de agitateur sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

Pour cette dégust', et bcp d'autres, il est toujours intéressant de constater le grand écart de notation entre divers dégustateurs ( même si on alignait les moyennes générales ).

Voilà, c'est juste une façon de dire que si on aime un domaine, qu'il soit Bien + ou TB- dans nos notations habituelles ( c'est un exemple ) il sera TRES probablement trés supérieur à un truc que l'on n'aime pas trop en général, même si ce dernier est une star au firmament de sa région.
J'enfonce une porte ouverte, mais en période d'achats pour certains cause actualité FAV, que je vois que ça hésite parce que le mill d'avant était TB + et que le dernier risque d'etre simplement TB-, je suis ....dubitatif. Comme la différence entre un 96 et un 98 / 100. 
01 Oct 2023 22:02 #20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 774
  • Remerciements reçus 4503

Réponse de Vesale sur le sujet LPV BFC rencontre la dame d'Aquitaine

A mon tour avec un peu de retard de laisser quelques impressions, 
Comme les collègues, pas de franc coup de coeur sur les cuvées, mais un super moment passé une nouvelle fois dans ce restaurant avec nos voisins Francs Comtois!

Champagne Moutard – Vignes Chiennes – Brut Nature

Nez super frais, agrumes anis, très discrètement pâtissier, bouche bien équilibrée, fraiche mais suffisamment gourmand,jolie longueur,
un beau champagne pour éveiller les papilles,
Très bien

Champagne Egly Ouriet – Grand Cru VP

Un vin à la fois plus évolué et rond, plus d'amplitude et de matière, ça sent la dominance de pinot, super longueur, 
Un beau champagne qui appelle la table,
Très bien

Lajibe Manseng et Cie – Jurançon Sec - Marcel 2021

2eme fois que je goute ce domaine via Charles, 
Et a chaque fois même ressenti, celui d'un vin nature, que j'imagine volontiers sur du Chenin,
Quelques notes exotiques, du fruits blancs et des agrumes, une grosse acidité, longueur correcte,
Sympa mais classique dans son style,
Bien +

Weinbach – Riesling Schlossberg Grand Cru - Sainte Catherine 2008 

Tout le monde part sur un Riesling de quelques années, en Alsace,
Un vin de belle facture, avec une belle matière, une jolie acidité qui étire le tout, 
Je le trouve néanmoins plus simple que le dernier exemplaire bu chez Arnould il y a 2 ans,
Bien +

Simon Maye – Chamoson Petite Arvine 2017 

Bon déjà, on se fait avoir par la forme de la bouteille!
Ensuite, ça sent le sauvignon mûr, avec quelques années de bouteilles, ça sent l'océan avec de jolies notes iodées...
Bouche assez riche mais avec une acidité et ces notes salines/iodées qui l'allège et lui donne une belle amplitude,
J'étais sur Pessac moi...belle découvert en tout cas!
Bien +

David & Nadia 'Hoe-Steen' Chenin Blanc 2020 

Nez sur le petit élévage à la bourguigone bien fait, du coing, de la poire, 
Pour moi ça fait Chenin sous bois façon taille aux loups,
Bouche ample, avec une aromatique pas encore tout à fait déliée,
C'est bien fait, et ça devrait surtout bien évoluer avec quelques années de bouteille,
Connaissant les vices de l'apporteurs, j'imagine que ça ne vient pas de France, mais alors d'ou..?!
Belle surprise aussi, même si au prix annoncé j'ai pas forcément envie d'aller en acheter!
Bien +


Vin orange Géorgien 
Nez baroque et original,
Pâtes de coing, marmelade, herbes aromatiques, ça part un peu dans tous les sens,
En bouche par contre, j'ai un peu plus de mal, les tanins sont massifs et asséchants, longueur courte,
Une curiosité sans doute intéressante en terme d'accord met/vin mais un peu hard en dégustation seule!

Louis-Claude Desvignes – Morgon Les Impénitents 2009 

1er nez lacté, façon yaourt à la fraise, on sent un vin avec déjà un peu d'évolution,
Bouche avec du volume, une jolie longueur, une aromatique a cheval entre primaire et tertiaire, je voyais bien une syrah du Rhone nord,
Encore loupé, et moins apprécié que le 2011 bu il y a quelques années (et originaire du même apporteur!)
Bien +

Gourt de Mautens – Vin de France 2012 

Après un 14 qui m'avait séduit récemment, on tente l'ouverture d'un 2012,
Ouvert la veille de la dégustation, c'était peut être pas assez!
Le profil est beaucoup plus puissant que le 14,
Le nez est assez classique, garrigue, olives, fruits noirs légèrement confituré, des épices,
Bouche massive, mais avec des tanins qui me semblent plutôt fondus, il y a de la matière, de la densité, la finale chauffe un peu quand même,
Belle longueur,
Sans doute à attendre encore
Bien+

Yves Gangloff – Côte Rôtie Sereine Noire 2011 

Après toute cette série de vins étrangers, on part tous bille en tête sur un pinot,
Bon une fois que l'on nous dit syrah, il faut avouer que l'on avait tous les marqueurs dans le verre!
Fruits noirs violette, un boisé pas encore fondu,
Bouche ample, encore un peu ferme, avec des tanins fins, belle longueur,
Un vin encore très jeune avec un gros potentiel, le rouge que j'ai préféré sur le déjeuner,
Bien +/Très bien

Deslevaux – Côteaux du Layon SGN 2010 

Avec un très beau dessert à base de poire fumée, 
Un joli liquoreux, avec du fruit, une belle acidité qui le rend très facile, belle persistance,
J'ai beaucoup aimé,

Guillaume
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, sebus, starbuck, leteckel, Kiravi, Garfield, Boule
04 Oct 2023 13:36 #21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Garfield
  • Portrait de Garfield Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1164
  • Remerciements reçus 6118

Réponse de Garfield sur le sujet Les parisiens font un détour chez la dame d'Aquitaine

Après moults péripéties que l'on ne narrera pas ici, nous finissons enfin par organiser ce déjeuner dans notre tanière du moment avec des hôtes de choix, j'ai nommé JP et Agnès (15 jours après une session aller chez Thien qu'il faut que je poste également, mea culpa). On se met d'accord sur la couleur des apports et basta, ensuite comme d'hab c'est à la criée pour savoir qui place son vin où dans le menu, donc aveugle pour tous sauf l'apporteur à chaque fois.

Pas de thème défini si ce n'est qu'Arnould nous a annoncé (mon siamois et moi même) un BBM Leflaive 2001, donc forcément on va pas apporter un Dveri Pax à mettre en face :)


Domaine Zind-Humbrecht –Rangen de Thann Clos Saint Urbain Riesling – 2015

Mon apport, première fois que je goute ce terroir mythique, j’en attendais beaucoup, ayant lu que ce terroir marque de son empreinte les vins par une minéralité fumée si j’ai bien saisi. Nez « mosellan », très élégant, pas de pétrole, agrumes très frais (yuzu est cité), plein d’autres trucs aussi, bouche un peu timide au début puis grosse puissance qui se révèle tout en restant dans la verticalité, la tension , la minéralité prend tout son sens ici. Très bien +

Domaine Ponsot – Corton Charlemagne 2012

Nez beurré, on s’inquiète vu la robe dorée, en fait avec l’air apparaissent des notes d’agrumes aussi (discrètes), la bouche est très ample mais garde une certaine fraicheur, je pensais à un charmes. ça manque de précision et d’aromatique pour dépasser le bien +

Domaine Leflaive – Bienvenues Batard Montrachet 2001

Nez un peu discret qui mettra du temps à se réveler mais une fois bien en place c’est superbe, difficile à décrire, on sent que le vin a un certain âge mais aucun arôme de sous bois /champignon, agrumes , épices, la patronne du resto suggère baies roses aussi, la bouche initialement accuse un creux en milieu de bouche, avec par contre une superbe rétro super complexe et séduisante, j’ai adoré cette finale. Excellent

Domaine Jean-Philippe Padié – Vin de France Ciel Liquide 2012

Nez sudiste, cuir, tabac, fourrure, pas bien avenant, la bouche m’a impressionné par la gourmandise sur le fruit noir qui s’étire sur la fin de bouche très longtemps. Très bien +

Domaine Georges Roumier – Chambolle 1er Cru les Cras 2009

Nez de pinot avec une bonne dose de vendange entière, je pensais à un millésime frais vu le côté austère et un peu végétal, petits fruits rouges acidulés, limite groseille, la bouche a des tanins superbes, c’est tout doux et long, mais pas une grosse aromatique sauf à la toute fin ou l’on a enfin le parfum du pinot nuiton sur la pivoine. Très bien , très jeune et peut être pas mon style préféré mais content d’avoir gouté

Domaine Blanck - Pinot gris Vendanges Tardives 2000

Je pensais à un chenin, les autres aussi, sauf que la bouteille a une forme d’alsace, pour autant pas du tout d’arômes de riesling, en effet ce n’en est pas. Manque la tension du chenin, mais joli sucre qui va bien avec le dessert quoiqu’un peu trop sucré peut être. Bien +

Christophe Abbet – Marsanne 2010

Un ovni, nez oxydatif, bouche assez concentrée un peu de sucre de la noix aussi, pas évident en solo mais certainement un bon compagnon d’un plateau de fromage ou d’un plat asiatique comme Agnès l’a suggéré. Bien

Toujours aussi agréable d’être bien reçus et installés à la Dame D’Aquitaine, on commence à se sentir à la maison ! Et puis surtout, un excellent moment passé tous ensemble, on a même parlé d’autres trucs que de vins, la preuve qu’on progresse 😉 Encore merci pour votre passage dijonnais et votre générosité JP, Agnès et Arnould, revenez quand vous voulez ! 

 

Charles
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., dt, tht, sideway, peterka, bibi64, Vaudésir, DUROCHER, TristanBP, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, starbuck, leteckel, LLDA, the_ej, KosTa74, Kiravi, Vesale, LEON213, Ilroulegalet, SG75
05 Fév 2024 21:46 #22
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1746
  • Remerciements reçus 3982

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Les parisiens font un détour chez la dame d'Aquitaine

Effectivement, entre les travaux de la SNCF, qui voulait transformer Dijon en île, les aléas de la vie, et les tracteurs au milieu des routes, organiser notre périple pour aller visiter le superbe Musée des Beaux-Arts de Dijon et récupérer nos allocations de ketchup de cassis et de brillat-savarin (avec, de manière totalement accessoire, 2/3 bouteilles au passage) n’a pas été une sinécure.
Mais on a quand même réussi, dans la cathédrale de LPV BFC, à revoir Charles et Arnould, et rencontrer Guillaume pour un repas très sympa. 

Domaine Zind-Humbrecht –Rangen de Thann Clos Saint Urbain Riesling – 2015
Très joli nez, où le soupçon de pétrole va très vite laisser la place aux agrumes.
En bouche, c’est un superbe équilibre entre matière et tension.
Très beau vin. 

Domaine Ponsot – Corton Charlemagne 2012
Premier nez affreux, qui va assez vite revenir à la normale.
Ça reste cependant assez discret sur le beurre et les fleurs blanches.
Bouche correcte en ampleur, c’est un bon vin, mais qui manque terriblement de personnalité.
Je ne connais pas le prix au domaine, mais en seconde main, ce vin offre un choc financier sans choc émotionnel. 

Domaine Leflaive – Bienvenues Batard Montrachet 2001
Nez qui mettra du temps à s’épanouir, mais qui laisse déjà entrevoir une énorme énergie.
Bouche initialement retenue, qui va profiter de l’aération dans le verre pour s’épanouir pleinement.
Vin magnifique, qui a souffert d’un petit déficit initial d’aération. 

Domaine Jean-Philippe Padié – Vin de France Ciel Liquide 2012
Bouteille ouverte avant service
Joli nez sudiste, bouche ultra gourmande sur les fruit rouges et noirs, avec ce qu’il faut de tenue pour bien dérouler.
Une vraie gourmandise 

Domaine Georges Roumier – Chambolle 1er Cru les Cras 2009
Bouteille ouverte la veille au soir, mais pas épaulée (grosse erreur)
Nez qui pinote doucement, bouche très élégante avec un grain très fin.
On sent qu’on est quand même un peu en dedans, et l’évolution va me faire regretter de ne pas avoir épaulé la veille, car au moment du dessert, (et donc un peu trop tard), le vin prend une tout autre ampleur. 

Domaine Blanck - Pinot gris Vendanges Tardives 2000
Nez de chenin dans une bouteille de riesling.
C’est très bien fait, entre la vendange tardive et la sélection de grains nobles.
Sympa. 

Christophe Abbet – Marsanne 2010
Nez pseudo oxydatif, sur la cire et le miel, mais sans amers.
Bouche plutôt sèche sur la noix, l’orange amère, un peu dans le style d’un Hermitage ou St-Joseph blanc tertiaire.
On est dans le registre de l’exercice de style réussi plus que dans celui du plaisir gustatif.

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, bertou, bibi64, tomy63, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet
07 Fév 2024 09:06 #23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3007
  • Remerciements reçus 7931

Réponse de leteckel sur le sujet Les parisiens font un détour chez la dame d'Aquitaine

Après un petit loupé, on arrive à caler une date pour se rejoindre dans le fief des siamois.
Un vrai plaisir de revoir Jean-Paul et Agnès B. et de croiser une nouvelle fois le verre avec les éminents membres dijonnais de LPV BFC.
Chacun devait apporter une bouteille, certains ont un peu dépassé...on ne dira pas que ce sont toujours les mêmes d'autant qu'on arrive pas à leur en vouloir  !
Globalement en phase avec les précédents avis.

Etonnant que seul l'apporteur (Charles) ne sente pas les quelques effluves pétrolées qui s'échappent du verre de ce Rangen de Thann Clos Saint Urbain Riesling 2015 de Zind, car c'est cela qui oriente immédiatement vers le cépage.
Au départ, l'aromatique (et même l'équilibre) me parle bien plus Outre-Rhin qu'alsacien. En tout cas, c'est un très beau vin, fin, droit, sans une once de chaleur en lien avec le millésime, qui peut être bu maintenant ou être attendu sans risque à la lueur de cette bouteille.

Le Corton Charlemagne 2012 du Domaine Ponsot m'aura intrigué du début à la fin de la dégustation. Au départ, le nez fait (légèrement) oxydé et pas grand chose d'autre ne sort du verre, alors qu'en bouche c'est plutôt un côté élevé qu'on ressent. Il y a du vin certes, mais en l'état c'est vraiment difficile à lire et je suis encore aujourd'hui bien incapable de dire s'il est trop tôt ou déjà un peu tard pour boire ce vin. Au final, c'est quand même une déception vu le pédigrée que révèle l'étiquette.

Dernière bouteille de ma cave de ces GC 2001 du Domaine Leflaive qui m'auront apporté beaucoup de plaisir et que j'aurais eu beaucoup de plaisir à partager. Peut-être car je n'étais pas à l'aveugle, j'ai trouvé le nez d'emblée très expressif, sur des notes de pralin, de fruits secs mais aussi un caractère exotique indéniable. En bouche, c'est un vin à la fois puissant et fin, avec une rétro assez irrésistible qui vient compenser une longueur pas interminable.
Toujours aussi superbe...mais attention, le bouchon, totalement imbibé (ce que j'avais déjà remarqué sur la précédente bouteille) pourrait finir par abimer ce vin qui, à date, ne présente pas le moindre défaut de vieillesse.

Les 2 rouges sont servis en parallèle : le premier (Domaine Jean-Philippe Padié – Vin de France Ciel Liquide 2012) est chatoyant, sexy, ouvert, gourmand, avec des tannins totalement fondus (ça oriente vers la syrah...je vote donc pour le Rhône nord), quand le second ( Domaine Georges Roumier – Chambolle 1er Cru les Cras 2009) est plus sérieux, pour ne pas dire un peu austère, fin mais avec une aromatique en retrait, à moins que ce ne soit l'effet de séquence. Pour me plaire, il manque ce joli côté floral que j'aime tant dans les meilleurs pinots (enfin ceux à mon goût).
Si je devais noter, je dirais très bien pour le premier (et jolie découverte), et juste bien + pour le second.

Quand JP est en charge des sucres, on peut prendre cher en matière de découvertes...et de plantages.
Le Pinot gris Vendanges Tardives 2000 du Domaine Blanck sentait effectivement le chenin à plein nez...mais c'est vrai que le manque d'acidité aurait dû nous orienter ailleurs. Pour autant, on se ressert facilement malgrè un niveau de sucre ressenti assez élevé.

Pour ma part, pas très fan des arômes oxydatifs sur les vins de dessert. Celui là (Christophe Abbet – Marsanne 2010) qui sentait le bouillon au nez et avait de faux airs de vin de paille en bouche (sans le sucre) ne me fera pas vraiment changer d'avis....du coup me suis resservi du pinot gris.

Avant de partir, on s'est dit que ce serait bien de "traditionnaliser" cette rencontre annuelle quand JP vient remplir son coffre de petits vins locaux...vivement la prochaine donc, mais pas trop vite quand même  !

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., sideway, DUROCHER, Agnès C, Frisette, starbuck, the_ej, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet, Droop
08 Fév 2024 21:54 #24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 774
  • Remerciements reçus 4503
Tout à déjà été dit sur ce déjeuner une nouvelle fois fort sympathique, j'ai eu le plaisir de rencontrer Agnes et Jean Paul, qui plus est autour de jolis flacons!

Domaine Zind-Humbrecht –Rangen de Thann Clos Saint Urbain Riesling – 2015
Un nez très très expressif, puissant qui parle assez vite riesling, pointe de pétrole, alliant un joli fruit et des notes florales,
Bouche classe, à la fois large et longue, finale salivante,
Connaissant un peu la cave de Charles je devine rapidement la bouteille,
Très bien +

Domaine Ponsot – Corton Charlemagne 2012
Un drôle de vin que je n'ai pas vraiment compris,
A l'ouverture à la maison, nez net et propre, plutôt (très) élevé, avec une bouche large et puissante,
Au moment du service, le nez parait totalement oxydé sur le beurre rance...après quelques minutes d'aération, on revient sur ce nez plus net mais toujours très élevé beurre vanille caramel,
Bouche est nette en revanche, assez large et puissante, mais en dehors des notes présentes au nez, pas grande chose de plus,
Déception, et à l'instar d'Arnould, incapable de dire si c'est trop tôt ou trop tard...

Domaine Leflaive – Bienvenues Batard Montrachet 2001
Pas à l'aveugle sur cette bouteille,
Un nez qui va gagner au fur et à mesure de l'aération en élégance, en puissance, pour aboutir en milieu fin de repas à un tableau vraiment superbe,
Bouche intense, puissante, sur des notes à la fois d'agrumes, de fruits exotiques, d'épices, rétro à la fois longue et gourmande, 
Superbe bouteille, 
Excellent

Domaine Jean-Philippe Padié – Vin de France Ciel Liquide 2012
Nez qui me parle Syrah, fruits noirs, violette, un petit coté viandé,
Bouche ronde, gourmande, sexy, "facile", très équilibré entre richesse du fruit et une fine acidité qui rend la bouche très accessible,
Jolie persistance,
Très bien (et belle découverte!)

Domaine Georges Roumier – Chambolle 1er Cru les Cras 2009
Nez qui nous embarque sur du pinot, c'est fin, élégant, sur les petits fruits rouges, les fleurs fraiches, quelques notes épicées,
Bouche qui revèle une forme de beauté "froide", difficile d'y voir un 2009, pour autant j'aime beaucoup, les tanins sont soyeux, il y a une allonge calcaire qui lui donne une belle persistance,
Le fond de verre gardé en fin de repas s'avère encore plus expressif et intense, avec une amplitude qui le rend plus gourmand,
Une vin qui doit pouvoir encore se garder pour exprimer son plein potentiel,
En l'état j'ai beaucoup aimé (je l'ai déjà dit d'ailleurs)
Très bien +

Domaine Blanck - Pinot gris Vendanges Tardives 2000
On est tous partit sur du Chenin (quel talent!), un coté tarte tatin, fruits exotiques,
Un vin de dessert consensuel et très agréable,
Bien+/Très bien

Christophe Abbet – Marsanne 2010
Là on est dans le truc de l'espace, Arnould trouve que ça sent le bouillon, et bien c'est totalement ça!
Du coup je suis un peu hésitant avant de gouter, 
En bouche c'est assez particulier aussi, un coté à la fois liquoreux, vin de noix...et bouillon de légumes donc,
Un Ovni, et probablement pas mon truc!

Guillaume
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., sideway, Frisette, starbuck, leteckel, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet
10 Fév 2024 11:22 #25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck