Nous avons 2280 invités et 57 inscrits en ligne

Voyage autour du Chardonnay

  • Gaija
  • Portrait de Gaija Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 702
  • Remerciements reçus 2436

Voyage autour du Chardonnay a été créé par Gaija

Voyage autour du Chardonnay
 
 
Derrière le titre un brin pompeux se cache une très sympathique dégustation organisée récemment pour des amis par des amis, dont un vigneron qui se chargera avec panache des explications techniques, la majorité des convives étant amateurs novices. L'idée est de découvrir le Chardonnay au travers de 5 vins bien différents et de partager en direct ses impressions le plus simplement possible, avant de s'enfiler les restes de bouteilles sur une série de fromages tous délicieux.

CRs à la volée donc des vins dégustés, au final la dégustation a parfaitement rempli son rôle pédagogique puisqu'on a bien eu affaire à 5 vins très différents.


J. Vignier, Champagne Blanc de Blancs "Aux Origines"
(assemblage 2016-2017, dégorgement 2022)

Belle réussite, blanc de blancs très lisible et pur centré sur une belle fraicheur, l'aromatique est très représentative du style et vogue entre les agrumes, la coquille d'huitre, le champignon cru, le gingembre, avec une belle acidité. Une fois la bulle (relativement peu abondante certes) dissipée, on a presque un Chablis dans le verre. Ce n'est ni follement long ni follement complexe mais c'est lisible et très rafraichissant. Belle entrée de gamme !

Très bien / 16/20



Athénaïs de Béru, Bourgogne Chardonnay 2020

(partie négoce du Chateau de Béru, vinification nature)

Mention spéciale à l'étiquette magnifique. Ça me fait penser à d'autres CRs que j'ai lus ici sur des vins du Chateau de Béru, "le discours marketing est bien rôdé et les yeux de la vigneronne sont charmants, mais quand il faut passer en caisse on se demande un peu à quelle sauce on s'est fait bouffer" ou un truc du style. Je souscris assez bien à cela. Ça reste typé nature avec dans l'aromatique une pointe d'oxydatif et une touche (pas trop dérangeante pour moi) de volatile : pomme golden très présente, limite un peu blette, sel, touche fumée, très léger vernis, quand même un côté lacté agréable et bien présent. La bouche propose à l'entrée un beau toucher laiteux et une aromatique pomme-yaourt qui se resserre ensuite sur une acidité un peu brouillon, et la matière n'est pas énorme pour un millésime qui est sensé être providentiel en blanc (quoi que pas forcément dans le Chablisien vous me direz).

Est-ce que c'est bon dans l'absolu ? Oui. Est-ce que si je mets 30 balles dans un chardo bourguignon c'est ce genre de résultat que j'attends ? Non.

Bien + / Très bien - / 15/20



Maison Henri Boillot, Bourgogne Blanc 2018

(négoce du Domaine Henri Boillot, Meursault)

Voilà l'expérience qui sera particulièrement éducative pour moi aujourd'hui. Au premier coup de nez après le Béru, je souris d'un évident retour au classicisme. Le nez est murisaltien, limite un peu too much, boisé et old school sur le sésame grillé à fond les ballons, le beurre de cacahuète, avec quand même quelque chose de nerveux derrière, ça donne envie d'aller dedans. Une fois en bouche, je vois que certains à la table font un peu la grimace. Visiblement, ce n'est pas au goût de tout le monde. Dans un premier temps, je n'y vois personnellement aucun défaut. Et puis, le temps passant, effectivement je commence à percevoir des notes qui sont sans doute défectueuses, qui rappellent clairement le salami type Saltufo (vous voyez, la petite boule de salami truffé enrobée dans du parmesan). Pour moi c'est léger, et je persiste à percevoir le vin derrière et à l'apprécier, mais d'autres trouvent ça rédhibitoire. Notre ami vigneron nous apprend que ce goût type saucisson est un des "avatars" du fameux goût de souris, que je découvre pour la première fois aujourd'hui. Chose plus intéressante encore, j'apprends par mes recherches par la suite que la sensibilité au goût de souris est extrêmement variable d'un dégustateur à l'autre et est notamment moindre chez les dégustateurs au pH salivaire acide, ce que j'ai toujours eu d'après mon dentiste   On tient peut être là une explication. 

A noter, les deux bouteilles ouvertes en parallèle étaient exactement identiques. Une demi-bouteille restée au frigo toute la nuit se présentera mieux le lendemain, surtout quand la température reste fraiche. Vu que d'après l'ami en question le défaut peut parfaitement disparaitre à la garde, la dernière non-ouverte sera à garder. Par contre au niveau des causes, lui-même s'interroge un peu car même si les mécanismes sous-jacents restent obscurs, c'est visiblement un phénomène qu'on ne rencontre quasi que chez ceux qui ne sulfitent pas, or Boillot sulfite ...

ED pour certains, Très bien - / 15.5/20 pour moi tant que la température ne monte pas trop haut




Springfield Estate, South Africa, Chardonnay "Wild Yeast" 2021
(levures indigènes, pas de bois)

On pourrait presque croire que 2021 s'inscrit parmi les millésimes récents de la même manière en Afrique du Sud qu'en France puisqu'ici aussi on semble être sur un équilibre relativement frais avec notamment en bouche une touche de pyrazine (poivron vert) que j'imagine ne pas être systématiquement présente sur d'autres millésimes. Du reste le vin est beau, très chardonnay du nouveau monde mais sans excès, poire fraiche, fromage blanc, beurre frais, yaourt, ça glisse tout seul mais tombe assez court en finale.

Bien + / 14.5/20



Et on finit sur le vin qui s'avérera être le plus complet de la soirée à mes yeux :


Cuvaison, Carneros - Napa Valley, Estate Grown Chardonnay 2014

Quand on me sert le vin, je ne prête pas attention au millésime. Robe quasiment verte fluo, et particulièrement brillante, étincelante. Du nez à la finale, de bout en bout un Chardonnay démonstratif, large, avec un nez quasi Beaunois avec beaucoup de beurre, de la noisette, beau bouquet floral. En bouche c'est expansif, complexe, peu acide mais l'aromatique compense, très beau déploiement de fleurs blanches, de poire, de notes patissières dans un style lascif et large. Le vin parvient à équilibrer toutes ses tendances maximalistes en un ensemble absolument cohérent. Seul défaut, une pointe d'alcool en fin de bouche.

Je me dis "c'est encore un bébé" et puis je vois l'étiquette ... 2014, wow ! Quelle jeunesse pour un vin de cet âge, vraiment difficile à imaginer.
Bref, un beau Chardonnay du nouveau monde qui s'assume, dans un style complet et complexe, large mais cohérent, et qui visiblement a la capacité de vieillir (ou plutôt de ne pas vieillir) admirablement.
Ce sera too much pour certains et la pointe d'alcool en fin de bouche est bien présente.

Très bien / 16/20


Merci de m'avoir lu et merci encore aux organisateurs !

Brieuc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, denaire, peterka, bertou, Moriendi, bibi64, tomy63, TristanBP, sebus, Frisette, jd-krasaki, the_ej, Garfield, Ilroulegalet
13 Sep 2023 09:46 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3047
  • Remerciements reçus 4277

Réponse de tomy63 sur le sujet  Voyage autour du Chardonnay

C'est effectivement bizarre cette souris sur le vin d'Henri Boillot. En théorie, avec ce qu'ils mettent en SO2 ça doit protéger contre les bactéries lactiques.
J'avais lu à plusieurs endroits que la différence de perception sur le goût de souris est liée au PH salivaire. Lorsque j'en ai parlé à un médecin en pensant avoir un PH relativement bas, il m'avait répondu que tout le monde a un PH autour de 7,1-7,2. En-dessous de 7, c'est qu'on est malade...
13 Sep 2023 11:55 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Gaija
  • Portrait de Gaija Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 702
  • Remerciements reçus 2436

Réponse de Gaija sur le sujet  Voyage autour du Chardonnay

C'est effectivement bizarre cette souris sur le vin d'Henri Boillot. En théorie, avec ce qu'ils mettent en SO2 ça doit protéger contre les bactéries lactiques.
J'avais lu à plusieurs endroits que la différence de perception sur le goût de souris est liée au PH salivaire. Lorsque j'en ai parlé à un médecin en pensant avoir un PH relativement bas, il m'avait répondu que tout le monde a un PH autour de 7,1-7,2. En-dessous de 7, c'est qu'on est malade...


C'est pas tout à fait vrai, le range du pH salivaire au repos non-stimulé est plutôt décrit entre 6.2 et 7.6, même si en effet ça diffère selon les séries. Mais surtout il peut être temporairement acidifié jusque ~5.5 voire en dessous dans certaines conditions, soit à l'exposition de certains stimuli olfactifs et gustatifs en période pré-prandiale, soit de manière systématique en période post-prandiale immédiate (de façon variable selon les boissons et aliments, et notamment de leurs pH propres).

De là à savoir si j'ai la salive plus acide qu'un autre et si c'est bien cette acidité qui fait que j'ai préféré ce vins à mes potes, ça ... ça restera de la spéculation 

Brieuc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, tomy63
13 Sep 2023 15:28 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 94217
  • Remerciements reçus 23486

Réponse de oliv sur le sujet  Voyage autour du Chardonnay

De là à savoir si j'ai la salive plus acide qu'un autre et si c'est bien cette acidité qui fait que j'ai préféré ce vins à mes potes, ça ... ça restera de la spéculation

Donc va falloir rouler des galoches aux autres membres de la soirée LPV pour étalonner les palais et les CRs ?

Blague à part, superbe CR dont la franchise des propos illustre toute la complexité du vin et la diversité des appréciations qui en découlent.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gaija
13 Sep 2023 18:59 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1660
  • Remerciements reçus 3630

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet  Voyage autour du Chardonnay

A mon avis, le LPVien le plus sensible au goût de souris, c’est Garfield. 

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: mgtusi, TristanBP, Frisette, starbuck, leteckel, Garfield
13 Sep 2023 20:35 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21753
  • Remerciements reçus 5951

Réponse de mgtusi sur le sujet  Voyage autour du Chardonnay

C'est pas tout à fait vrai, le range du pH salivaire au repos non-stimulé est plutôt décrit entre 6.2 et 7.6,

Ce sont des données assez courantes au repos...

Michel
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Paul B., Gaija
13 Sep 2023 21:07 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Gaija
  • Portrait de Gaija Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 702
  • Remerciements reçus 2436

Réponse de Gaija sur le sujet  Voyage autour du Chardonnay

De là à savoir si j'ai la salive plus acide qu'un autre et si c'est bien cette acidité qui fait que j'ai préféré ce vins à mes potes, ça ... ça restera de la spéculation

Donc va falloir rouler des galoches aux autres membres de la soirée LPV pour étalonner les palais et les CRs ?

Blague à part, superbe CR dont la franchise des propos illustre toute la complexité du vin et la diversité des appréciations qui en découlent.


Si c'est pour la science, alors arrières pudeurs de gazèle, tout le monde s'y met et au pas de charge ! 

Merci ! 

Brieuc
13 Sep 2023 21:36 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Gaija
  • Portrait de Gaija Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 702
  • Remerciements reçus 2436

Réponse de Gaija sur le sujet  Voyage autour du Chardonnay

C'est pas tout à fait vrai, le range du pH salivaire au repos non-stimulé est plutôt décrit entre 6.2 et 7.6,

Ce sont des données assez courantes au repos...


Par contre en-dessous de 5.5 à la stimulation ... 

Brieuc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., mgtusi
13 Sep 2023 21:37 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck