Nous avons 2083 invités et 54 inscrits en ligne

Les 50 ans du Gildas

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95126
  • Remerciements reçus 25154

Les 50 ans du Gildas a été créé par oliv

Les 50 ans du Gildas


fgsuperfred.canalblo...



Champagne Tarlant, Brut Nature, La Lutétienne, 2005
Mise mai 2006, dégorgement 24 novembre 2021



Belle robe bouton d’or.
Nez précis, ample et plein, sur le pain chaud, un léger grillé très précis.
Bouche remarquable, dense, avec de la puissance mais aussi une trame aérienne portée par une très belle acidité.
Bulle encore vivace et aromatique expressive qui ajoutent à cette jeunesse d'expression.
Finale splendide, avec une relance fougueuse remarquable.
Excellent !

 
Gougères maison



Champagne Bollinger, Grande Année, 2002



Robe vieil or.
Nez très évolué, sur un oxydatif certain,  sur le cuir et le céleri, de nettes senteurs de champignon de Paris.
Bouche ferme, plus froide, un peu évoluée peut être, ce qui donne au vin un caractère dépouillé qui accentue l’acidité.
L'ensemble reste néanmoins concentré à cœur et plein d'allant et d'extraits secs.
Finale un peu ferme et austère toutefois face au Tarlant.
Une bouteille qu'il était temps de boire.


Les Vins de la Madone, Côtes du Forez, Gamay sur Volcan, 2020



Robe violacée toute jeune.
Nez primaire, sur le coulis de mûre, la violette et la mine de crayon.
Bouche souple, fraîche, sur une belle acidité, au chouette croquant de fruit enroulé dans un petit végétal très agréable.
Finale franche et structurée, avec une petite rusticité tannique salivante.
Très sympa et accessible.


 
Cochonnailles



Domaine Robert Sérol, Côte Roannaise, Oudan, 2020

 

Robe grenat.
Nez élégant, sur les fruits rouges et le poivre, avec des notes presque exotiques qui me rappellent les beaujolais décadents du millésime 2003.
Bouche délicieuse, plus fondue et soyeuse que le Forez, sur un jus franc tout en gourmandise et en fraîcheur.
Finale sèveuse et souple, sur de très beaux tannins.
Très bon !


Domaine Josmeyer, Alsace Riesling Grand Cru Hengst, 2010



Robe jaune paille.
Nez délicat, un peu serré, sur un fin pétrole et de minces notes florales.
Bouche racée, travaillée sur la tension, sur des amers d’agrumes, avec des sensations un peu austères par un côté ferme et acéré.
Finale pointue et rythmée, un peu raide peut-être.
Bien à très bien, en particulier sur le plat.

 
Tartare de daurade



Domaine Albert Boxler, Alsace Riesling Grand Cru Sommerberg D, 2010



Robe nettement dorée.
Nez un peu évolué, sur une petite pointe épicée oxydative, avec des notes pierreuses et un fruit exotique en train de s'éteindre.
Bouche splendide de construction, énorme d’extraits secs parfaitement portés par une superbe trame acide à la maturité idéale.
Les goûts confirment l'évolution mais qui n'a en rien abimé l'équilibre du vin.
Belle finale pleine et structurée, d'une très grande persistance.
Très bien+


Domaine François Raveneau, Chablis 1er cru Butteaux, 2010



Robe cristalline à peine teintée. 
Nez immédiat, délicieusement chablisien, précis et pur, sur un compromis minéral coquille fleurs blanches et citron magistral qui ne laisse aucun doute sur ses origines. 
Bouche géniale de maîtrise, laser de tension et pourtant dense, avec ce volume sans poids, cette tenue aérienne électrique de précision, avec un point d’équilibre remarquable de fraîcheur et de tonus.
Le déroulé est fantastique de présence et d’allonge, sur des goûts purs en parfait lien avec les senteurs du nez. 
Finale irrésistible de buvabilité, racée et gourmande à la foi et qui fait l'unanimité autour de la table.
Une forme de perfection du vin blanc !
Splendide. 


Domaine Philippe Brenot, Bâtard-Montrachet, 2007



Robe nettement dorée.
Nez discret, peu causant, sur de minces notes de pain chaud.
Bouche linéaire, peu amène par un côte flou, avec de la matière quand même mais pas de la belle.
L'expression est en effet celle d'une amertume pesante qui écrase totalement l'équilibre du vin.
L'aromatique étant comme bloquée et la finale rébarbative, pas besoin de vous dire que ça grimace autour de la table.
Pas bon.

 
Saint Jacques snackées et truffe noire



Domaine Henri Germain & Fils, Meursault 1er cru Perrières, 2013



Bouchon parfait.
Robe cristalline aux reflets verts.
Nez serré à l’ouverture minute, délicat, sur un floral pierreux très précis. L'aération et plus encore le réchauffement dans le verre ramène du fruit dans un ensemble pur et d'une grande élégance.
Bouche racée, d'une grande droiture, sur une très belle construction élancée, à la fois tendue et sans aucun creux.
Les goûts s'expriment encore discrètement, sur le pierreux et un côté encore tout jeune.
Finale longue et précise qui doit encore gagner en harmonie et en complexité aromatique.
Très bien.


Domaine Jean-Louis Chave, Hermitage blanc, 2003



Robe dorée.
Nez avec de l'évolution, sur le beurre, des notes mentholées, rien de très expressif.
Bouche ample, d'une grande puissance, à l'épaisseur énorme mobilisée par une grande trame qui tient sur une amertume très cohérente.
Là où celle du Bâtard était moche, ici, les amers apportent du rythme et une vraie tenue à la richesse glycérinée d'un vin plein de fond.
Finale d'une grande persistance, avec un côté capiteux.
Étonnant comme ce type de vin force le respect même quand il ne joue pas dans le registre personnel favori de son dégustateur.
Je n'en achèterai pas pour autant mais rien à dire, c'est très beau !


 
Ris de veau, purée de carottes à l'orange



Domaine Marie-Thérèse Chappaz, Valais, Grain d'Or, 2012



Robe claire, jaune paille.
Nez sur l'anis et marqué par une boisé blanc massif, sur le beurre, la planche. Peu de fruit dans la scierie.
Bouche lourde, sur une sucrosité en attaque et un alcool très présent.
Contrairement au Chave dont la richesse était mobile sur le palais, ici, le vin est linéaire, épais, mollasson.
Et son aromatique boisée sur la finale ajoute à un effet écœurant qui n'appelle pas à se resservir.
Je n’ai pas aimé du tout.


Produttori del Barbaresco, Barbaresco, Rabaja' Riserva, 2013



Robe très évoluée, sur un marron brique clair.
Nez fatigué, sur le brou de noix, des notes de cuir humide.
Bouche décharnée, à l'acidité dominante et aux tanins rébarbatifs qui dévorent une matière usée.
Finale imbuvable, sur des goûts d'oxydation.
RIP


Domaine Simon Maye et Fils, Valais Chamoson, Syrah Vieilles Vignes, 2014



Robe grenat pourpre scintillante.
Nez jeune, précis, hyper expressif, sur les fruits rouges bien mûrs, les épices, des notes fumées.
Bouche sur la tension en attaque, sur une acidité pointue, un peu raide peut-être en dégustation seule mais qui se détend sur le plat.
L'aromatique est très belle, sur un fruit d'une grande gourmandise à la jeunesse fumée encore à fondre.
Finale fraîche et droite, aux tannins de grande qualité mais qui doivent eux aussi pouvoir gagner en harmonie.
Très bien et à attendre encore un peu.


Domaine Rossignol Trapet, Chambertin, 2002



Robe tuilée évoluée.
Nez épicé, évolué, sur le tertiaire, la feuille morte, avec un fruit rouge séché en train de s'évanouir.
Bouche agréable, d'une bonne tenue, sur une trame pleine et délicate à la fois, sans réserve de puissance et de relance mais à l'équilibre fondu.
Finale franche, un peu légère aromatiquement.
Bien à très bien. Mais il ne faut plus attendre.


 
Joues de bœuf au vin rouge



Clos de Tart 2004



Robe avec de l’évolution.
Nez affreusement végétal, sur le géranium, la punaise des bois qui n'aurait pas survécu à un coup de savate.
Bouche horrible de verdeur tannique, acide et sur un végétal aussi moche que les senteurs du nez.
Finale à réjouir un ruminant.
Mais pour un buveur, c'est intordable.
Au secooooours !


Champagne Bruno Paillard, Extra Brut, Nec Plus Ultra, 2008



Robe jaune paille.
Nez délicat, pur, sur des notes florales et fruitées, avec un petit enrobage praliné bien agréable.
Bouche ultra tendue, ferme, très jeune, avec une grosse concentration qui cogne sur le palais.
Cette puissance corsée s'exprime jusque dans une finale ferme qui confine à l'austérité.
Un vin assez difficile à juger en l'état, avec un manque d'évidence tactile et une forme de brutalité.
A revoir.


 
Langres, Soumaintrain, Epoisses



Domaine Labet, Côtes du Jura, Vin Jaune, 2005



Robe vieil or.
Nez classique, pas très complexe, sur le céleri, le cuir, le curry.
Très belle bouche équilibrée, sans aucune rusticité, au beau déroulé souple et confortable, à la matière bien mûr à l'équilibre franc.
Belle finale ample et fraîche à la fois, sur des goûts nets plus complexes que les senteurs basiques du nez.
Très bien.


 
Comté, gruyère suisse



Quinta do Noval, Porto Late Bottled Vintage, 2007



Robe bordeaux avec une légère évolution.
Nez franc, sur la cerise noire, les épices douces, une pointe chaleureuse.
Jolie bouche précise, sur une belle structure au jus franc, avec de petits tannins qui font saliver.
Goûts de fruits noirs confits et d'épices agréables.
Finale franche, à l'envolée un peu ardente pour moi.
Plutôt très bien.


Quinta do Noval, Porto Tawny, 20 years old



Robe tuilée.
Nez épicé, très élégant, posé et confortable, sur les fruits rouges et les fruits secs.
Très jolie bouche élégante, toute en allonge et en tenue, avec une sucrosité délicate bien mobilisée par une jolie acidité.
Goûts francs d'une grande complexité, avec une petite oxydation qui n'épuise pas le fruit.
Finale un peu chaleureuse mais d'une grande persistance.
Très bien.

 
Tarte au chocolat et dattes





Un énorme merci à Laure et Gigi et aux copains pour cette magnifique journée emplie de générosité et de simplicité.
En des temps où le monde du vin s'abîme dans toujours plus de paraître et bien moins de savoir être ensemble, des moments comme les rencontres à l'HN, c'est que du bonheur !

Portez-vous loin, portez-vous fort,
Résa est prise pour le centenaire, hein !

Bises
Oliv


 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, Zapata, Olivier Mottard, Gildas, Alain Hinant, Jean-Paul B., Sylv1, Super-Pingouin, Eric B, legui, Galinsky, enzo daviolo, denaire, sideway, peterka, bertou, podyak, La Vie est une Fête, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Cédric42120, Benoit Hardy, GILT, Vaudésir, DUROCHER, TristanBP, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, Med, IH1456, starbuck, leteckel, jd-krasaki, the_ej, KosTa74, éricH, Fredimen, Kiravi, Garfield, Manas, forty-one, Allobroge
01 Oct 2023 11:53 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6067
  • Remerciements reçus 699

Réponse de sly14 sur le sujet Les 50 ans du Gildas

Happy birthday Gildas!
aucun vin de 73?

bien cordialement

sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gildas
01 Oct 2023 12:17 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95126
  • Remerciements reçus 25154

Réponse de oliv sur le sujet Les 50 ans du Gildas

aucun vin de 73?


C’est là qu’on voit qu’il est connaisseur, le Gildas ! ✊😎
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gildas, sly14, Mout
01 Oct 2023 12:39 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2966
  • Remerciements reçus 323

Réponse de Gastronomix sur le sujet Les 50 ans du Gildas

Une dégustation qui en dit long sur notre époque. En deux mille treize et avant vous achetiez des grands crus ou équivalents. Maintenant vous achetez des Côtes Roannaises ou du Forez ...

Il aurait du s'arrêter de vieillir après quarante ans le Gildas !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gildas, legui, sly14
01 Oct 2023 12:41 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6067
  • Remerciements reçus 699

Réponse de sly14 sur le sujet Les 50 ans du Gildas

aucun vin de 73?


C’est là qu’on voit qu’il est connaisseur, le Gildas ! ✊😎 
  • il a été sympa avec ces invités !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gildas, David Chapot
01 Oct 2023 12:43 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20419
  • Remerciements reçus 1912

Réponse de enzo daviolo sur le sujet Les 50 ans du Gildas

Dedieu, les 3 fromages donnent envie, mes favoris.
et maintenant le v'la qui aime des gamays du forez et de la cote roannaise...On a bien bossé 
bonne nouvelle décennie Gildas
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gildas
01 Oct 2023 14:26 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10227
  • Remerciements reçus 3898

Réponse de claudius sur le sujet Les 50 ans du Gildas

Bonne anniversaire Gildas, félicitations et bonne prochaine décennie comme le dit Enzo 

le commentaire sur Clos de Tart 2004 m'a rappelé ma seule dégustation de ce cru dans ce millésime ! ceux qui en ont sont désormais super avertis 

étonnement concernant le Rabaja 2013 des produttori, là on est à un autre niveau ! donc défaut de bouchon /  de bt ?
j'ai ouvert il y a quelques jours un Barbaresco Montestefano 2016 de Ca Nova sur les notes lactiques et fromageuses absolument horripilantes,
le reste de la bt dégustée le lendemain s'était littéralement métamorphosé, cette expérience m'a laissé songeur ... 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gildas
01 Oct 2023 14:49 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20751
  • Remerciements reçus 8249

Réponse de Eric B sur le sujet Les 50 ans du Gildas

Maintenant vous achetez des Côtes Roannaises ou du Forez 

Je subodore Benoît pour ces apports 😉
 

Eric
Mon blog
01 Oct 2023 14:58 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2596
  • Remerciements reçus 176

Réponse de Gildas sur le sujet Les 50 ans du Gildas

Merci Oliv pour le CR. Merci à tous d'être venus (j'aurai voulu inviter d'avantage d'amis)

LPV m'a tant apporté, ce forum est certainement la base et le fondement de ma passion pour le vin. Je lui dois beucoup, au niveau des rencontres (réelles, de vin, de vignerons, de gens qui sont devenus des amis dans la vie à commencer par toi ma "brindille"). C'est une vraie aventure humaine. Même si je n'ai plus désormais la force d'écrire des CR vins ou de visites, c'est toujours un plaisir de ce forum. 

Quelques simples rebonds.
J'ai adoré le Tarlant qui a étouffé en quelques sortes Bollinger, à l'expression étonnement terne.
J'ai beaucoup aimé la paire de Côte Roannaise et du Forez, où le gamay exprime une certaine fermeté en finale que j'adore sur ce type de fin. J'avais demandé à Benoit un vin "canaille" pour aller avec les belles charcuteries locales, demande exaucée (je connais très bien les vins de Sérol)
La paire de riesling 2010, je l'attendais au tournant. A vrai dire, c'était un peu le double de Ryder Cup idéal, qui était fait depuis un long moment. Deux expressions de ce cépage différents, avec une petite préférence immédiate pour le Josmeyer, mais un fond supplémentaire pour le Boxler "D". l'accord avec le tartare de daurade et mangue a très bien fonctionné. 
Le Chablis Butteaux 2010 de Raveneau était une forme de perfection. Il m'a filé les poils à vrai dire. Merci Fred pour cet accord. Moins convaincu par le Batard que je ne connaissais pas, comme engoncé dans le soufre.
Le Meursault-Perrières 2013 de Germain était vraiment beau : une belle allonge ciselée et minérale comme je les aime (merci Oliv pour cette bouteille). 
La paire Hermitage de Chave et de MTC Grain d'Or m'a déçu pas à mon goût : trop de tout, manquant d'équilibre, ça déborde dans tous les sens, même si je dois reconnaître qu'il y a du vin dans le Chave. Pas d'affinité. 
Pour répondre à Claudius sur le Barbaresco Rabaja 2013 des Produttori : ouvert vers 11h00, la bouche était assez dure, l'aromatique un peu bloquée. Je décide de le carafer et patatra au moment du service 4 heures plus tard !  Oxydé !
La syrah VV de Simon Maye & fils m'a touché : précise, longue, finement épicée comme j'apprécie. Très beau vin. 
Déçu par le Chambertin 2002 de Rossigol-Trapet, que j'attendais avec plus de fond.
Le Clos de Tart 2004 était absolument imbuvable, aucun plaisir. Je souhaitais voir où il en était, la messe est dire : Idealwine est votre ami ou l’anniversaire de votre belle-mère. 
Le Champagne 2008 de Paillard était très très ferme, avec une colonne vertébrale très étirée. Mais c'est avec le plateau de fromages, en particulier avec le Soumaintrain de compet' (merci à ma fromagère) qu'il s'est ouvert et a donné la mesure (merci mon Pierre pour la bouteille, même si tu as annulé au dernier moment). 
Très joli Vin Jaune 2005 de Labet, en délicatesse et allonge, évidement en accord avec les Comté 18 et le vieux Gruyère suisse. 
Une jolie paire de Porto de Do Noval pour finir, avec les belles tartes amandes, dattes et chocolat de ma chérie : le LBV 2007 (offert par Vougeot il y a presque 15 ans) au fruit pur, le 20 ans plus sur des notes balsamiques et de vieux bois. 

Merci à tous pour vos petits mots. Amis connus ou inconnus, vous êtes les bienvenus en Normandie à Vernon (commune normande la plus proche de l'IDF), si vous passez par là. 

Pour paraphraser Oliv, "les amis c'est la vie" 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, denaire, podyak, Jean-Loup Guerrin, Cédric42120, DUROCHER, Agnès C, Frisette, Med, starbuck, leteckel, éricH, Garfield
02 Oct 2023 09:34 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck