Nous avons 1451 invités et 47 inscrits en ligne

L'Evènement Champagne de Nicolas édition 2023 (14/11)

  • mconstant
  • Portrait de mconstant Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 443
  • Remerciements reçus 2278
L'Evènement Champagne de Nicolas édition 2023 (14/11)
 
Après les Vinisimmes , je me permets de relater aussi l'évènement Champagne organisé par Nicolas.

Je tiens toujours à saluer l'organisation efficace et le lieu très agréable même si le sous-sol était un peu réduit en termes de taille. Hormis les maisons très populaires telles que Ruinart, Roederer, l'affluence restait contenue par rapport à d'autres salons comme le Grand Tasting. Les verres étaient parfaitement adaptés aux Champagnes et petite surprise très sympathique, une carte cadeau de 30€ était fournie à la sortie. Pour un ticket d'entrée à 50€, je tenais à souligner le geste. 

Comme d'habitude, ces notes étant des notes de salon à un instant T sur un faible échantillon et dégusté de manière rapide, il faut toujours prendre des pincettes. En termes d'échelle de notation, je me force à noter pour le salon afin d'avoir un référentiel mais de manière générale, en dessous de 12, le vin est très moyen. A 12/20, le vin est bien fait sans émotions et dès 15/20, on est déjà sur un très beau vin. 

Pol Roger
Une valeur sûre, je décide de commencer par cette grande maison pour étalonner mon palais. Une seule cuvée présentée : le BSA. 
Champagne Pol Roger, Brut Réserve
Le nez est agréable même si simple avec une certaine élégance sur les fleurs blanches et un petit citron. 
La bouche présente une belle acidité en attaque, une bulle fine qui dénote une certaine élégance et une longueur correcte (10/15 secondes). 
Le type de champagne consensuel, bien fait, assez élégant sans être non plus extraordinaire. 12/20

Ayala
Un changement de direction opéré début 2023 avec une nouvelle forme de bouteille et une plus grande proportion de Chardonnay ainsi que de vins de réserves pour le Brut Majeur. 
Champagne Ayala, Brut Majeur
Le nez est joli, simple sur un léger fruité (citron, fruits blancs) et quelques arômes pâtissiers (brioche). 
La bouche est elle aussi simple avec une bulle fine et une petite amertume en finale. Longueur moyenne voire faible (5 secondes).
On reste sur du Champagne consensuel, parfait pour l'apéro avec des non-amateur. 12/20

Champagne Ayala, Blanc de Blancs, Brut, 2016
Le nez me plaît ; on a affaire à un fruit net, assez précis sur le citron frais, quelques fleurs blanches (lys) et un beau brioché. On monte clairement en gamme. 
La bouche possède une attaque enveloppante qui se confirme avec une belle rondeur sur ces arômes frais de citron et de fleurs blanches. La finale amène ces arômes d'autolyse (brioche) et le tout déroule une très belle longueur (20+ secondes). 
Un très joli champagne que j'aurai plaisir à redécouvrir notamment sur un repas (et selon le prix aussi). 15+/20

Bollinger
Une maison que j'apprécie avec un Special Cuvée qui est toujours de bon niveau pour un BSA et une Grande Année qui est souvent réussie (et que je préfère régulièrement à RD). 
Champagne Bollinger, Spécial Cuvée Brut
Quel joli nez d'emblée : on sent une certaine élégance et profondeur, du citron confit, de la brioche et quelques arômes floraux.
La bouche présente une bulle crémeuse qui donne une belle gourmandise. La matière emplit le palais une fois la bulle assagie et assez précise sur ces arômes de citron confit et de brioche. La longueur est bonne (15/20 secondes). 
Un Champagne que j'apprécie et que je trouve idéal pour les apéritifs en famille car elle peut combler aussi bien les amateurs que les non-amateurs. 15/20

Champagne Bollinger, Rosé Brut
Le nez est agréable, direct sur des petits fruits rouges, un léger brioché. Cela reste simple mais bien fait. 
La bouche est du même acabit avec une acidité bien présente dès l'attaque et une longueur correcte (10 secondes) avec si l'on cherche un léger fruit rouge. 
Bien fait mais simple. Cela ne me réconcilie pas forcément avec le rosé. 12/20

Champagne Bollinger, La Grande Année, Brut, 2014
Le nez présente une belle complexité sur du citron, de la noisette, un peu d'élevage bois, de la brioche, du pain grillé. L'élevage domine encore mais cela fait tout de même déjà envie. 
La bouche présente une belle matière sphérique et en plusieurs couches avec une attaque sur l'acidité et des arômes de citron, une bulle présente qui apporte une rondeur et un crémeux à l'ensemble. La finale est droite, fraîche sur des arômes de noisettes grillées qui donnent une vraie gourmandise à l'ensemble. 
Même si l'on sent un vin encore jeune notamment avec le nez encore marqué par l'élevage, la bouche offre une belle gourmandise qui permet de prendre plaisir directement avec ce vin. 15.5/20

Barons de Rothschild
Découvert au Grand Tasting, je me souvenais de beaux champagnes assez élégants et fins. 
Champagne Barons de Rothschild, Blanc de Blancs, Extra Brut
Le nez est joli, floral, élégant et on trouve aussi un léger brioché. 
En bouche, ça se gâte, même si l'attaque est élégante,  le milieu de bouche présente une acidité trop marquée à mon goût et une sensation de verdeur. La longueur est faible. 
En toute sincérité intellectuelle, je me demande si le fait d'avoir bu un grand nombre de vins à fort dosage n'a pas influé sur le goût de ce type de cuvée en extra brut. Je réserve donc mon jugement (qui aurait été de 11/20 sinon). 

Champagne Barons de Rothschild, Concordia, Brut 
Le nez est simple sur majoritairement du citron et des fleurs blanches. 
La bouche est elle aussi simple avec une acidité qui emporte le tout et une longueur faible (5 secondes et on l'oublie). 
Encore une fois, sûrement que je suis passé à côté de ce champagne. 11/20

Pommery 
Seule la cuvée Louise était présente sur le catalogue mais finalement, la maison faisait déguster toute la gamme. J'assume mon côté snob mais à chaque fois que j'ai goûté les cuvées d'entrées de gamme de cette maison, je n'ai pas pu finir mon verre, je n'ai donc pris que la cuvée Louise. 
Champagne Pommery, Cuvée Louise, 2005
Le nez est joli, intense, complexe sur de légers fruits confits (citron, kumquat, orange), un beau brioché et un arôme de type plastique (dans le bon sens du terme apportant justement une autre complexité). 
La bouche présente une bulle fine mais crémeuse, emplissant le palais d'une matière présente mais délicate grâce à une acidité maîtrisée sur des arômes de citron confit et une finale sur un mélange de brioché, de beurre et de citron confit. Très belle longueur (+20 secondes). 
Un très joli Champagne que j'ai beaucoup apprécié et au début de sa vie. 15.5+/20

Laurent Perrier/Delamotte
Les deux maisons étaient présentées ensemble : font-elles partie du même groupe ? Deux maisons que j'apprécie surtout Laurent Perrier avec la cuvée Grand Siècle âgée. 
Champagne Laurent Perrier, Ultra Brut
Le nez est sur le citron vert, le Paic citron. Clairement pas fan, je le trouve même agressif. 
En bouche, c'est acide, vert, bref pas agréable. 
Je réitère mon interrogation : est-ce qu'un palais calibré aux vins avec un dosage de brut arrive à reconnaître les qualités de cuvées peu (ou pas) dosées. Je réserve mon jugement (sinon 10/20). 

Champagne Delamotte, Blanc de Blancs, Brut
Peu de notes ici, le nez comme la bouche sont d'une simplicité trop importante. Le type de champagne qui ne m'intéresse pas. 11/20

Champagne Laurent Perrier, Grand Siècle, Itération 25
Le nez est intense mais encore engoncé (ce que je retrouve souvent sur les Grands Siècles jeunes) avec un bois encore assez présent ainsi qu'un léger brioché. 
La bouche présente une très jolie matière et une belle rondeur sur le citron et quelques agrumes de marmelade. On a une très jolie longueur (+20 secondes). 
Assez conforme à l'idée des Grands Siècles jeunes dégustés et qu'il faut absolument attendre. 14/20 maintenant mais potentiel à 16/20 voire plus. 

Maison Ruinart
La maison qui a aujourd'hui l'une des plus grandes renommées pour les non-amateurs. Quand les personnes entendent Ruinart, on voit souvent des étoiles dans leurs yeux. Chapeau à la maison pour son marketing qui n'a aucun égal dans cette région de Champagne. Ce succès se vérifie au stand où une dégustation collective est organisée avec pas moins d'une quinzaine de personnes. Le jeune grincheux que je suis ne peut s'empêcher de trouver que l'on parle plus de marketing que de vins notamment au sujet du cadeau que représente Ruinart, que Ruinart représente plus que du Champagne et toute la diatribe sur l'étui. Le discours est millimétré et si je ne suis pas sensible, je ne peux m'empêcher de me dire que si je devais représenter une maison, ce serait Ruinart car avant même l'arrivée au stand, les gens sont déjà conquis. 

Champagne Ruinart, Blanc de Blancs, Brut
Le nez est simple, peu intéressant avec majoritairement des arômes floraux. 
La bouche est fraîche, assez précise au départ avec une matière élégante qui se voit contrebalancée par une acidité trop présente à mon coût. La longueur est faible. Bref, pas encore convaincu. 11/20

Champagne Ruinart, R Millésime 2016
Quelle différence, on a ici un joli nez épicé sur la cardamone, le citron confit, une belle complexité générale. Très sympa. 
La bouche présente une acidité importante en attaque sans être gênante ou agressive, sur ces arômes citronnés. Le milieu de bouche présente une belle rondeur, une bulle fine et une finale sur la noisette accompagnée d'une petite amertume. La longueur est bonne. 
Un Champagne très intéressant qui confirme mon bon à-priori sur le millésimé. 15/20

Champagne Ruinart, Rosé Brut
Le nez est simple sur un mélange de fruits rouges et même de fruits exotiques (goyave). 
La bouche possède une belle matière très simple et une longueur faible. 
Peu convaincu, c'est un peu mieux que le Blanc de Blancs. 11+/20

Krug
J'apprécie à chaque fois mes dégustations de ce Champagne qui a ce petit quelque chose en plus (à condition de ne pas le mettre face-à-face avec un Selosse car sinon il est complètement écrasé). 
Champagne Krug, Grande Cuvée, 171e édition
Ah le nez est directement intense, complexe sur les épices (curcuma, poivre blanc), du citron et de l'orange confite, un zeste d'orange, un brioché du plus bel effet et un côté boisé qui donne de la complexité. 
La bouche présente une bulle d'une superbe finesse, comme un léger crépitement sur la langue sans être agressive, la matière est présente mais toute en élégance sur du citron frais en attaque. Le milieu de bouche prend de l'ampleur, et la finale apporte une amertume contenue et bienvenue. Très belle longueur (+20 secondes). 
Un grand Champagne, tout simplement. 16.5/20

Armand de Brignac 
Marketing de retour bonjour ; "venez goûter Armand de Brignac qui représente la fête et pour se montrer en boîte de nuit. Un champagne où l'on a fait un effort important sur le packaging et qui est connu dans toutes les boîtes de nuit. Mais on essaye quand même de faire du vin d'une belle finesse et consensuel." Ce discours tenu par le commercial montre définitivement que je ne suis pas la cible de ce propriétaire Jay-Z. 
Champagne Armand de Brignac, Brut Gold
Le nez est presque vert, citronné et surtout quelle simplicité. On peut aussi trouver un peu de pêche. 
La bouche est elle aussi très très simple avec tout de même un beau crémeux. La longueur est correcte (+10 secondes). 
Un champagne quelconque sans être mal fait. Au prix demandé en revanche... 12/20

Taittinger
Une maison que j'apprécie, notamment le Comtes de Champagne. 
Champagne Taittinger, Brut Prestige
Le nez est classique mais bien fait. De même pour la bouche, sans émotions mais sans vices. 12/20

Champagne Taittinger, Comtes de Champagne, 2012
Le nez est très joli, sur la noisette torréfiée, des petites épices (curcuma), du brioché, du citron. C'est complexe, immédiat, posé, élégant. Très joli nez déjà ouvert. 
La bouche présente une superbe texture, presque veloutée et une acidité agréable en attaque, une matière qui devient crémeuse et lavée ensuite par encore cette acidité comme colonne vertébrale au vin. La finale est délicate, sur la noisette avec une très belle longueur. 
Encore une fois, un très beau Champagne que j'ai beaucoup apprécié. 16.5/20

Henriot
Un de mes classiques au début de ma vie d'amateur, j'avoue que je goûte de moins en moins bien cette maison même si cela reste du classique et conventionnel. 
Champagne Henriot, Brut Souverain
Le nez est bien en place avec un mélange de citron, fleurs blanches et brioche. C'est agréable et classique. 
La bouche est elle aussi classique mais si l'on veut chipoter possède aussi une acidité marquée et une longueur moyenne. Un champagne consensuel. 12/20

Champagne Henriot, Blanc de Blancs
Le nez est marqué par des arômes de brioché, de citron frais. C'est simple mais possède une belle élégance que j'apprécie.
La bouche présente une belle fraîcheur grâce à une acidité maîtrisée, une bulle assez fine et une longueur moyenne compensée par une belle élégance. Un peu au-dessus des autres BSA à mon goût. 13/20

Veuve Clicquot
Une maison qu'on ne présente plus mais avec une cuvée présentée que je ne connais pas. Le Carte Jaune est de mon point de vue peu intéressant alors que les cuvées millésimées et Extra Brut Extra Old représentent un bon rapport qualité prix au sein des grandes maisons. 
Veuve Clicquot Réserve Cuvée Brut 
Le nez est joli et présente une belle complexité sur les épices, un léger boisé, du citron confit. Sympa !
La bouche est elle aussi très jolie avec une matière qui emplit le palais et donne du gras, une bulle fine, de jolis arômes citronnés et une amertume en finale qui complète le vin. Jolie longueur. 
Pensant au départ qu'il s'agissait de la simple carte jaune, je ne m'attendais pas à un aussi joli Champagne. Selon le prix, ça peut valoir le coup pour faire taire certains préjugés. 14/20

Maison Gosset 
Une maison que je n'achète jamais mais que j'apprécie à chaque rencontre sur salon.
Champagne Gosset, Grande Réserve Brut
Le nez présente un peps que je n'ai pas encore croisé, un côté ouvert sur le citron frais mais aussi de la pêche et de l'abricot ainsi qu'une légère oxydation (mes notes marquent même "Porto blanc type Extra Dry"). 
La bouche est ronde, équilibrée sur ces arômes de pêche et présente une longueur moyenne. L'un des meilleurs BSA goûté ce jour. 13/20

Champagne Gosset, Celebris 2012
Le nez est très complexe, changeant avec une pointe d'oxydatif, un côté épicé sur le pain d'épices, de la brioche et même un côté fruits rouges. 
La bouche est gourmande, complexe et élégante avec une matière importante compensée par l'acidité et des arômes de pêche non entraperçues dans les autres champagnes. L'ensemble présente une belle longueur (20+ secondes). 
Au final un très très bon champagne, clairement à un niveau que je n'attendais pas et totalement différent des autres. 16.5-/20

Maison Deutz 
Potentiellement la maison que je n'apprécie que très peu et qui me fait rarement vibrer. 
Champagne Deutz, Brut Classic
Le nez est classique sur du floral et des fruits jaunes. La bouche est bien faite sur les fruits jaunes, une bulle fine, une longueur moyenne et une certaine rondeur en milieu de bouche. Bien fait mais sans émotions. 12-/20

Champagne Deutz, Amour de Deutz, 2011
Le nez est joli sur un beau brioché, agréable sur de la noisette, un léger côté boisé et du citron confit. 
La bouche présente une bulle fine, un certain gras et un joli crémeux majoritairement sur des arômes de citron frais et floraux. La longueur est bonne. Un joli champagne. 14.5/20

Champagne Deutz, Amour de Deutz Rosé, 2013
Le nez est élégant, fruité, presque un parfum de femme avec de légères notes de rose, de fraise et de framboise. 
La bouche est toute en finesse, élégante et fraîche grâce à une acidité importante qui donne à la matière un petit côté évanescent et une finale sur la fraise écrasée. Clairement un champagne tout en finesse et élégance que j'aimerai recroiser hors dégustation. 15+/20

Dom Pérignon
Mes expériences sont mitigées avec cette maison : si c'est à chaque fois bien fait, je n'ai souvent pas l'émotion qu'ont les autres personnes/dégustateurs. 
Champagne Dom Pérignon, Brut 2013
Le nez est tout de suite ouvert et complexe avec de l'élevage, des notes de curry, de zeste d'orange confite. On est en face d'un beau vin. 
La bouche présente une attaque sur de légers amers avec le zeste d'orange qui revient, une matière présente et une acidité qui est elle aussi maîtrisée. Ce zeste d'orange reste sur la langue et donne une certaine longueur et la finale présente même un côté rosé avec de légers fruits rouges (Pinot Noir ?). 
Une belle expérience sur cette bouteille et clairement un champagne de gastronomie. 16/20

Et une nouvelle dégustation terminée et qui me donne encore des étoiles dans les yeux. Si dans l'ensemble, on a peu de surprises avec des BSA pour la plupart bien faits mais sans grand intérêt, force est de constater que les têtes de cuvées peuvent être intéressantes et hors BSA, on peut se faire plaisir. 
Maintenant, quand je vois les prix demandés par toutes ces bouteilles, je trouve qu'il y a une décorrélation entre le plaisir apporté et le prix demandé. Cependant, je sais que ce type de bouteilles sera plus apprécié en grand comité/avec des membres de la famille que le petit vigneron indépendant (remarque que j'ai eu sur des vins de Fallet, de Lassaigne, de Laval ou encore d'Ulysse Colin). 

Bonne dégustation, 
Matthias 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, sideway, peterka, bertou, La Vie est une Fête, breizhmanu, Vaudésir, Oyaji-sama, Agnès C, Frisette, leteckel, the_ej, Remueur, Garfield
15 Nov 2023 13:03 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1950
  • Remerciements reçus 1317
Occasion très intéressante de comparer les "classiques" et on n'a pas toujours l'opportunité. J'ai essayé l'année dernière au Grand Tasting mais Ruinart n'avait pas osé présenter le R ou le BdB. Par contre, j'y avais bien apprécié "Prélude" de Taittinger largement au-dessus du BSA de base. C'est bizarre que la maison ne l'ait pas présenté.
Et je comprends ton ressenti pour les Extra Brut. Quand c'est des maisons qui le font pour suivre la mode sans avoir des jus assez mûrs (car elles ont l'habitude du "maquillage"), c'est souvent décevant.

Ralf

PS: Delamotte (et Salon !) appartiennient à Laurent-Perrier et il y a parfois des "declassement" de jus entre les maisons.

Amateur depuis 30 ans, sur LPV depuis 16 ans, caviste depuis 3 ans
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: BJambon
21 Nov 2023 15:23 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck