Nous avons 1884 invités et 50 inscrits en ligne

Un diner très sympathique grâce à LPV

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9356
  • Remerciements reçus 17316

Un diner très sympathique grâce à LPV a été créé par Jean-Loup Guerrin

Chrisdu74 m’avait déjà contacté pour participer au week-end du Jura Tour en Sancerrois  et c’est avec grand plaisir que j’avais fait connaissance avec cette joyeuse bande. Lorsque je lui avais demandé : « Tu es de Haute-Savoie, mais encore ? » nous avons pu constater avec étonnement et intérêt qu’il habite à moins de 3 km de l’endroit où je passe habituellement une partie de mes vacances…
Nous nous étions donc promis de nous revoir et c’est avec joie que j’ai accepté son invitation chez lui cette belle soirée d’été pas trop chaude lorsque je lui ai fait part de ma présence au bord du lac Léman.

Le cahier des charges était simple : un blanc et un rouge chacun, sachant que Mme Chrisdu74 ne boit pas de vin.
Nous les boirons donc par paires, les blancs accompagnant un superbe plat de poulpe à l’ail (et à plein d’autres choses, mais c’est un secret !) et les rouges des magrets de canard, cuits juste comme il faut, aux nectarines et au romarin. J’ai ainsi apprécié à nouveau les talents culinaires de Christophe. Nous sommes également revenus sur les blancs avec un beau plateau de fromage, dont un Abondance de compétition !
A part la couleur, chacun était libre de ses choix mais les grands esprits se rencontrant, nous avons choisi tous deux un grand chardonnay et un rouge à étiquette noire ! 


Domaine André et Mireille Tissot – Arbois – La Mailloche – 2000

 

La robe soutenue tire très fortement sur l’ambré.
Le nez très intense est marqué par des arômes de réduction très prégnants, pop-corn et grillé, sur un fond de fruits jaunes.
La bouche a choisi le camp de la finesse, affichant un profil assez droit tout en restant équilibrée. L’aromatique est plus variée qu’au nez, avec des fruits blancs et une touche pierreuse. L’allonge est remarquable et prolonge le plaisir.
Très Bien ++ 


Domaine Michel Bouzereau et Fils – Meursault-Perrières 1er cru – 2011

 

La robe est plus classique, d’un or moyen.
Intense, le nez propose un fondu grillé-toasté-vanille qui s’appuie sur une base fruitée (mirabelle et noisette) et florale.
La bouche toute en rondeur affiche une belle ampleur et un léger gras. L’élevage est encore présent mais bien fondu dans une belle aromatique où les agrumes viennent compléter la gamme développée au nez. La persistance est intéressante sans être remarquable, signe du millésime, sans doute, et pourtant l’acidité n’est pas trop forte.
Très Bien ++ pour ce beau représentant d’un Meursault 1er cru, même si on pouvait attendre encore plus d’un Perrières de Bouzereau.


On passe à la paire de rouges.

Domaine de La Cune – Saumur-Champigny – Hors Série – 2014

 

La robe est encore sombre et jeune.
Elégant et assez intense, le nez exhale des fruits noirs, une touche très fine de poivron et une autre de poivre.
L’attaque ronde et suave se poursuit par un cœur de bouche riche et sans présence de végétal, avec un élevage bien intégré. L’ensemble est équilibré et seul le déficit tempéré de complexité et de profondeur empêche de noter plus haut : Très Bien (+)
Il a sans doute aussi pâti de la comparaison avec son compère, car il n'y a pas eu match, contrairement aux blancs.


Domaine Simon Maye & Fils – Valais – Chamoson – Syrah – Vieilles Vignes – 2012

 

La robe est bien sombre et montre quelques reflets violacés sur la frange.
Le nez puissant est somptueux : cassis, mûre, notes fumées, une touche de ronce et une autre mentholée rafraichissantes.
La bouche joue dans le même registre, avec du volume et de la densité, mais également une vivacité parfaitement équilibrante. L’ensemble au fruité pur et étincelant rebondit jusque dans une finale très persistante.
Excellent


Au petit jeu de l’aveugle, nous avons chacun trouvé le cépage de chacune des deux bouteilles apportées par l’autre dégustateur et, grâce à la forme de la bouteille, également la région. Mais l’important était que nous prenions du plaisir et cela a été le cas !

Nous n’avons fort heureusement pas parlé que de vins mais aussi, entre autres, de ce beau département de Haute-Savoie et des randonnées que l’on peut y faire. Je crois que la formule de Rachid « Le vin doit ponctuer la conversation sans l’interrompre » a été respectée !

Un énorme merci à Christophe et à son épouse pour leur accueil sans chichi : tout était parfait et je me suis senti comme à la maison.
À la revoyure !

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, Olivier_26, Jean-Bernard, legui, matlebat, Gibus, peterka, chrisdu74, La Vie est une Fête, bonaye, Hubert, bibi64, Vaudésir, TristanBP, lbb.contact, Papé, Agnès C, Frisette, flupke14, oberlin, starbuck, leteckel, LLDA, ysildur, éricH, Kiravi, Jeanveux, Ilroulegalet
29 Juil 2022 18:29 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95328
  • Remerciements reçus 25496

Réponse de oliv sur le sujet Un diner très sympathique grâce à LPV

Ça, c'est de la belle rencontre LPVienne comme on les aime, de celles qui donnent tout son sens à l'aventure LPV !

 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: legui, chrisdu74
29 Juil 2022 19:01 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1145
  • Remerciements reçus 2360

Réponse de ysildur sur le sujet Un diner très sympathique grâce à LPV

Bonsoir Jean-Loup,

Dans mes envies de découvrir la Suisse, le Domaine Simon Maye & Fils  est dans ma " to do list", par rapport la cave des amandiers, tu en penses quoi?

 

Laurent
29 Juil 2022 23:58 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2509
  • Remerciements reçus 2393

Réponse de chrisdu74 sur le sujet Un diner très sympathique grâce à LPV

A lire ses CRs sur des restaurants du coin et des vins suisses et savoyards, je me doutais bien que Jean-Loup avait une tanière près de chez moi, on devait fatalement se rencontrer un jour...

20h30 le soleil se cache derrière le Jura et la fraîcheur nous laisse accéder à la terrasse, on attaque !

 


Arbois  La Mailloche 2000  Domaine André et Mireille Tissot 

Mes premières bouteilles étant un peu oxydées ( mais excellentes sur les fromages), j’ai longtemps cru que c’était le style mailloche jusqu’à l’an passé et une bouteille fringante et de style bien bourguignon; celle-là était du même tonneau ; les bourgognes de l’époque doivent en être à leur troisième premox 

 Nez avec des notes d’élevage bien marquées sur le grillé (pop corn) ; seul élément trahissant l’âge, la bouche semble plutôt légère au début, sur la finesse ; joli fruité, elle s’étoffe avec l’aération et devient d’une jeunesse épatante, il met presque une claque au meursault; excellent.
Toutefois avec l’aération et peut-être un peu trop rafraîchi, il plafonne quand on y revient sur le fromage et se fait rattraper


Meursault-Perrières 1er cru  2011 Domaine Michel Bouzereau et Fils

Nez d’abord en retrait, élevage en réduction aussi mais plus marqué par les levures, un peu beurré; la bouche est assez dense et un peu chaleureuse (peut-être le vin dans le goulot était un peu moins frais que le corps); un peu de complexité vient avec l’aération, un peu plus de grillé, la matière affinée s’avère assez tendue mais sans exagération; à ce stade c’est très bon mais ça ne décolle pas, il n'est pas forcément à l’aise sur le poulpe et en retrait face au Tissot; par contre sur le fromage, rafraîchi et bien aéré c'est une autre histoire, il fait parler la classe de son pedigree ; Des notes d’agrumes apparaissent, citron, orange douce, la longueur est ... très longue, très beau vin
 
 Le premier thème était donc "chardonnay", on enchaîne par un thème "étiquette noire et dorée" toujours sans se concerter 
 

Saumur-Champigny  Hors Série  2014  Domaine de La Cune

Dès la première gorgée, le cabernet franc me semble évident mais le caractère variétal est bien intégré, un vin du genre dense à l’élevage boisé fondu et aux tannins bien enrobés; sur le coup j'ai pensé au clos rougeard (je n’en ai bu que 3 ou 4 je suis un expert) où il y a du vin avant d’y avoir du cabernet; toutefois la complexité et la longueur sont plutôt limités, le vin ne prend pas son envol et reste sur un registre assez simple sans démériter grâce à son volume en bouche, sa fraîcheur et son équilibre « ligérien de bon millésime » 
 

Valais Syrah Vieilles Vignes 2012, Domaine Simon Maye & Fils

Ce qui frappe au nez et sur l’attaque en bouche, c’est le côté végétal presque lierre qui évoque la vendange entière; ça fait une trame végétale rafraîchissante qui porte la richesse de bouche assez loin; c’est vraiment marqué mais le vin riche et doté d’un fruité charnu le supporte très bien; la complexité aromatique va crescendo, surtout en accompagnement du plat, on se régale ! Le fond de verre terminé après le café est toujours excellent


Merci pour cette belle soirée
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, Jean-Bernard, bonaye, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, Papé, Frisette, oberlin, starbuck, leteckel, LLDA, faka, éricH, Kiravi, Ilroulegalet
30 Juil 2022 00:19 #4
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9356
  • Remerciements reçus 17316

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Un diner très sympathique grâce à LPV

Ysildur me demande :

Dans mes envies de découvrir la Suisse, le Domaine Simon Maye & Fils  est dans ma " to do list", par rapport la cave des amandiers, tu en penses quoi ?

Franchement, Laurent, ce sont deux magnifiques syrah du Valais, découvertes grâce à toi et à Christophe à trois semaines d'intervalle. Je les place encore au-dessus de la Quintessence de Benoît Dorsaz, mais difficile de les départager. Au nez sans doute avec un style plus chaleureux que j'ai perçu sur la cuvée les Tatzes de la cave des Amandiers, mais ce n'était pas le cas de tous, alors que celle de Simon Maye avait un nez plus frais. Et dans les deux cas une bouche noble et racée qui donne vraiment envie d'encaver ces deux joyaux.

Edit : Christophe m'a bien précisé que la cuvée Vieilles Vignes de Simon Maye est bien au-dessus de la cuvée classique.

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: tht, ysildur
30 Juil 2022 07:53 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9356
  • Remerciements reçus 17316

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Un nouveau dîner très sympathique grâce à LPV

Cette fois-ci, c’est nous qui invitons Christophe et Jacqueline dans notre chalet de poupée. Ils habitent à 3 km, c’est l’occasion de partager de bons vins avec Chrisdu74 !
On va faire simple mais quand même varié : une bulle, un blanc, un rouge et un sucre.
Mais on va aussi faire simple avec les verres, car pas de place pour les ranger : ce seront, quelle horreur , des verres INAO.


Champagne Follet-Ramillon – Le Chardonnay – 2014

 

Extra-Brut dosé à 5 g/l, dégorgement le 16/07/20.
Cette bulle a quand même droit à des flutes…

La robe se présente sous un or clair.
Modérément ouvert, le nez est assez frais, sans marque oxydative comme cela avait été le cas lors de mon expérience précédente. Il s’en dégage un ensemble de fleurs blanches, de notes citronnées et de fruits blancs.
La bouche fait preuve de nettement plus de caractère, avec une aromatique plus intense qui s’incline vers les fruits secs, et une bulle bien présente mais douce. Elle se goûte très sec, avec une tension importante qui lui apporte tranchant et élan dans la longue finale saline et salivante.
Très Bien +
Un très beau Champagne d’apéritif !


Domaine Partagé – Gilles Berlioz – Chignin-Bergeron – Les Friponnes – 2017

 

La robe est parée d’un or soutenu.
Le nez bien expressif explore la gamme des fruits jaunes, avec de la pêche et du coing, où s’entremêlent des touches miellées et épicées.
La bouche dense, au fruité éclatant sur l’abricot, est traversée par une belle acidité, ce qui ne l’empêche pas de dévoiler un beau volume et une pellicule de gras. La finale gourmande et étirée se révèle habillée d’une fine amertume.
C’est un vin qui donne une impression de richesse, mais il est riche en extraits secs car limité à 12,5 °.
Très Bien +(+)

Avec des petits flans de crabe sauce ciboulette, le vin va son chemin, sans être perturbé, ni en bien ni en mal (3 / 5).


Domaine Michel Magnien – Morey-Saint-Denis Premier Cru – Chaffots – 2009
 
Fichier attaché :



Commentaire essentiellement à J+1.

La robe est sombre, en tout cas pour un pinot, et dévoile des reflets tuilés mais pas trop sur la frange.
Le nez intense, de fruits plutôt noirs, cerise et mûre, est teinté d’accents épicés.
La bouche est bien charnue par son grain serré et ses tanins fondus mais elle est loin de manquer de vivacité et de finesse. Elle apparait corsée, et pourtant le vin ne titre que 13 °, certainement grâce à une matière irréprochable et mûre, qui a beaucoup de fond. La belle finale, épurée, nette et persistante, invite à se resservir.
Très Bien ++

Des filets mignons de porc au boursin s’avèrent être un très compagnon de table (3,5 + / 5), en révélant toutes les qualités du vin.


Domaine Philippe Delesvaux – Coteaux du Layon – Sélection de Grains Nobles – 1997

 

La robe est très ambrée, et même acajou.
Puissant et baroque, le nez explose d’un botrytis de grande classe, puis montre une grande complexité avec du coing, du miel, des raisins secs et une touche de rancio noble.
En bouche, la très belle liqueur (> 200 g /l) est parfaitement équilibrée par une grande sapidité et surtout une acidité vertébrale qui l’affine, la tend et la propulse très loin. La magie des grands liquoreux opère, surtout quand il s’agit comme ici d’un vigneron hors pair et d’un millésime d’anthologie ! La finale enlevée et limpide prend des tonalités épicées qui vont s'unir harmonieusement avec le dessert.
Excellent (+)
Avec une tarte aux pommes du jardin et à la cannelle succulente, le mariage est magnifique (4 / 5) sur les aromatiques fruitées et épicées. Mais on se délecte également du vin bu pour lui tout seul !

Merci Christophe pour ces deux desserts, solide et liquide, qui ont clôturé un diner fort sympathique en apothéose.
A bientôt !

Jean-Loup    
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., Dom, Eric B, denaire, sideway, A42T, bertou, chrisdu74, bulgalsa, bonaye, Moriendi, vivienladuche, rjourd, Papé, Blog, Agnès C, sebus, Frisette, oberlin, GAET, starbuck, leteckel, Boubzou, Math38, ysildur, KosTa74, Fredimen, Kiravi, Ilroulegalet, Droop
27 Oct 2023 09:18 #6
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2509
  • Remerciements reçus 2393

Réponse de chrisdu74 sur le sujet Un nouveau dîner très sympathique grâce à LPV

Quelques mots sur cette sympathique soirée

Le Follet-Ramillon est un champagne bien sec et rafraichissant; trouvant la bulle fine et serrée, j'ai pensé à un blanc de noirs mais c'est un pur chardonnay, très sec malgré ses 5 gr 

Les Friponnes entame sur une matière assez riche mais la bouche reste fraîche sans être vraiment tendue; avec sa petite note d'élevage en réduction, finement boisé, j'ai beaucoup aimé. "Expert" en vins de Savoie , je soupçonne un chardonnay type chablis de millésime riche ou de style "mûr" (Pico ou l'Enclos par exemple); mes camarades co-champions du monde des perdants à l'aveugle doivent en rigoler, je me rate toujours sur les chablis à l'aveugle même quand ce n'en est pas.

Sur le vin suivant, j'ai aperçu la collerette noire qui signe un Magnien Frédéric ou Michel (on se raccroche à ce qu'on peut ). La matière est riche et souple, aux tannins bien fondus. Le fruité est agréable mais sans grande complexité aromatique. L'ensemble reste assez simple pour ce Morey 1er cru 2009 alors que la matière est belle, probablement à attendre encore un peu ( ou à servir dans un verre adapté ) 

J'étais en charge du dessert, la tarte aux pommes de mon jardin était accompagnée de ce Delesveaux 1997 fraîchement soutiré à l'ami Cornalin (Merci Hervé !) d'un millésime largement commenté sur LPV.
A l'ouverture, le sucre prenait presque le pas sur l'acidité. Après quelques heures et un service à la passette (débris de bouchon), même si le vin reste d'une densité conséquente, la matière est bien étirée par l'acidité, l'aromatique sur les épices et les fruits secs est dominée par le safran d'un botrytis assez marqué; c'est le vin de méditation par excellence, surtout s'il reste un bout de tarte aux pommes 

Un grand merci à Jean-Loup et Nicole pour leur accueil parfait et la cuisine. Le petit chalet avait des faux airs de cave à réunions ce soir.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, sideway, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Frisette, leteckel, KosTa74, Kiravi, Garfield
30 Oct 2023 20:50 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck