Nous avons 1866 invités et 47 inscrits en ligne

Quand les Gunthards revisitent la scène de la cuisine chez VolfoLegui !

  • Messages : 2640
  • Remerciements reçus 1258
C'est exactement cela Marc, sur toutes les photos cet halo lumineux est présent....

peut-on en déduire quelque chose sur Oliv.... ???

Eric :D :P
22 Juil 2012 17:25 #31

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12815
  • Remerciements reçus 3659
Oliv,c'est mens sano in corpore santo...

jlj
22 Juil 2012 17:34 #32

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6785
  • Remerciements reçus 3764
Surtout qu'on voit nettement qu'il ne s'agit pas d'un reflet sur le crâne du Gui B)

Comme titre de photo je verrais bien : Saint-Oliv transformant le Clos Milan en vin

Marc
22 Juil 2012 17:50 #33

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1130
  • Remerciements reçus 0
Oliv, toujours le nez dans le verre! quel professionnel! :D
22 Juil 2012 18:28 #34

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95328
  • Remerciements reçus 25497
Je rassure tout l'monde !
L'ambiance a été beaucoup moins monacale que ce que les enluminures du Doyen Galinsky laissent transparaitre !

[size=x-small]PS : ouf, il a pas mitraillé au moment du fromage... :D[/size]
22 Juil 2012 18:39 #35

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95328
  • Remerciements reçus 25497

Réponse de oliv sur le sujet Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !


Excusez la verdeur des propos qui vont suivre mais la tragédie grecque (avec un G comme Gunthard) n'a jamais été réputée pour sa pudibonderie... :D

Situation d'intronisation classique chez les Gunthards :

Tout bizut aspirant aux joies de la gaudriole, au déridage de zygomatiques et aux levers de coude en séries ne peut prétendre franchir les portes du Gunthard Club sans avoir, tel Oedipe face au Sphinx, répondu au préalable à... l'énigme !

Je vous livre donc celle du mois dernier, ça donnera une idée aux prochains velléitaires du niveau requis avant de tenter leur chance...

Quelle est la différence entre un 69 et un chalet Suisse ?

Un indice ?
"C'est un peu et aussi pour ça qu'on évite toujours de s'embrasser sous le gui pendant la période des fêtes !"

B)

On passe à table, z'avez 4 heures et je ramasse les copies ! (:P)

Oliv



Domaine Michel Bouzereau, Meursault Premier Cru Charmes, Les Charmes Dessus, 2007



Robe jaune paille.
Le nez est complexe, beau compromis entre des notes florales et fumées.
L'aération révèle un ensemble beaucoup plus ample, sur des très belles senteurs grillées, sur la noisette, le sésame.
La bouche est belle, sur une attaque ample marquée d'un joli gras et d'une acidité élevée.
L'ensemble possède un volume confortable et une notable énergie qui rend le vin très agréable à boire.
Les goûts sont sur la pierre frottée, le floral et toujours cette jolie pointe grillée.
Seule petite réserve pour ma part, l'acidité qui se dissocie un peu en grignotant la finale.
Beau vin ! (tu)
Monologue intérieur après le premier vin :

"Djiou, le Santa, s'il attaque avec des vins plein d'charme B) soit disant sans prétention de c'niveau, je sais pas où on va finir encore...
Mince, j'espère que mon Meursault va tenir la route après ça !"

Gui tombe la chaussette et... taaataaa : c'est pas l'vin qu'on croyait ! :P
Plan Gunthard, plan roublard ! Même le GO tombe son bénard !
Je vais finir par venir avec un labrador pour avoir une chance de m'y retrouver dans leurs quadruples aveugles, moi ! :D

Ça commence très fort !

Domaine Stéphane Aladame, Montagny Premier Cru, Découverte, 2010



Robe jaune claire.
Le nez est ouvert, très agréable, sur de jolies senteurs pures de citron vert, de fruit de la passion et de coulis de mangue.
La bouche est plus fluide, d'une grande fraicheur, bien construite autour d'une acidité nette.
Elle manque toutefois un peu de fond et d'ampleur. La finale est très courte.
Plutôt un vin de soif. A placer sur des mets très fins.

On aurait dû inviter Le Châ ! :D

Domaine Leccia, Patrimonio, 2001



La robe est sur un beau doré.
Le nez est complexe, présentant des notes d'évolution, sur la cire, les fruits jaunes, un fin pétrole.
La bouche est résolument sudiste, grasse et large, sans verser pour autant dans la mollesse.
Mais malheureusement, la finale est littéralement dévorée par une très forte amertume qui limite le plaisir possible.
Dommage car il y avait matière à passer un beau moment.


Domaine Chave, Hermitage, 1995
Un fond des bouteilles partagées par StakhanovC et les Voisinous la veille. Merkiiiii !



Robe très dorée.
Le nez est très discret, sur des notes de tabac.
La bouche est peu expressive au niveau aromatique mais dotée d'une matière impactante et grasse.
Si le vin parle peu, la persistance de sa finale reste toutefois assez impressionnante.
Parait que la veille, ça tourbait comme un Islay !


Domaine Jean Marc Boillot, Meursault, 1995



La robe est vieil or.
Le nez est réduit, sur des senteurs de chou fleur qui s'ouvriront petit à petit vers des notes de cire d'abeille et de beurre assez fortes.
La bouche attaque sur une perception presque sucrée puis le vin prend son envol.
L'ensemble est agréable, sur un beau gras contrebalancé par une acidité avenante, presque mentholée, sans réserve de puissance toutefois.
L'aromatique sur le beurre noisette est plaisante quoiqu'un peu simple.
La finale n'est pas très longue mais reste précise et sans lourdeur ni goûts de vieux.
Joli vin.

En ce 4 mai, "May the force be with You", sus aux vins fermés !

Domaine Jean Marc Burgaud, Morgon Côte du Py, 2005



La robe est bordeaux et légèrement trouble.
Le nez est terne, compromis entre des notes de bois humide, d'épices et d'olive verte. Quasi aucun fruit.
La bouche est ferme, marquée d'une forte acidité très mal intégrée à une matière décharnée
La finale est très asséchante sur un vin qui semble usé.
Aucun plaisir sur cette bouteille.
ED ?


Domaine Daniel Bouland, Côte de Brouilly, Mélanie, 2007



La robe est sombre, sur des couleurs violacées.
Le nez est agréable, sur des notes lactées et un fruit qui s'exprime fortement sur le cassis.
La bouche est très aromatique, toujours sur ces notes de cassis un peu monolithiques.
Le vin est bon, peut être un peu marqué par un petit déficit de chair pour compenser une très forte acidité.
Un peu simple à mon goût.

Et crac, dans ta face, Galinsky Le Hardi ! >:D
06 Mai 2013 19:31 #36

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3921

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

La vache, deux beaujolpif pour le Président, z'êtes fous !::o
Bertrand Ambroise, c'est le nouveau remplaçant de Louis Rémy ? :P (ou z'ont fait un 69 ?)

Je connais la sortie.
[size=small]Bises aux Gunthards quand même et merci au grand Sphinx pour ton compte-rendu toujours aussi poilant (tu)[/size]
[size=x-small]Mettre deux beaujolais au Gal', j'en reviens pas...[/size]
06 Mai 2013 19:44 #37

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3921

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

Petite question au passage : le Puffeney 1997, il a été mis en bouteille en 2010 ? (selon ce qu'il me semble voir sur l'étiquette).
Le domaine en a-t-il encore en vente ?

Phil
06 Mai 2013 19:50 #38

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 869
  • Remerciements reçus 5

Réponse de bibibi0 sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

Toujours un moment de rigolade à te lire , ça doit être le délir total chez les Gunthard:D

Didier
06 Mai 2013 19:53 #39

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95328
  • Remerciements reçus 25497
P'titPhilou écrivait:
> Petite question au passage : le Puffeney 1997, il a été mis en bouteille en 2010 ? (selon ce qu'il me semble voir sur l'étiquette).

Farpaitement ! (tu)

> Le domaine en a-t-il encore en vente ?

Je ne pense pas... malheureusement ! :(
06 Mai 2013 20:23 #40

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3794
  • Remerciements reçus 932

Réponse de lbb.contact sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

Pour l'énigme, je pensais plutôt à une histoire de type grand air revigorant... B)-

Merci encore pour ce joli CR !

Benoît ex Avinturier de LPVLyon2
06 Mai 2013 20:33 #41

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3809
  • Remerciements reçus 1339

Réponse de didierv sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

Le Leccia en 2001 c'est Yves ou Annette,ou bien les 2 ?

Un 2007 d'Antoinette bue avec LPV Orléans Nord (cad Yann) fin janvier s'était révélé délicieux et pétrolait tellement que Yann l'avait aussitôt casé en Riesling.On avait donc pas rêvé:(

Et à la première de LPV Loiret début avril,l'Arbois jaune 89 de Puffeney était tout aussi extraordinaire.(tu)

Didier
06 Mai 2013 21:13 #42

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95328
  • Remerciements reçus 25497
En 2001, les vins étaient encore vinifiés par Yves et commercialisés par Annette.
La séparation date de 2005, je crois.

Jacques Puffeney, tout simplement un grand vigneron ! (tu)
06 Mai 2013 21:26 #43

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2640
  • Remerciements reçus 1258

Réponse de Galinsky sur le sujet Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

En ce samedi 4 mai les Gunthards sont conviés à une soirée décontractée chez Cécile et Legui.

En arrivant dans la demeure, je commence à m’inquiéter en me souvenant du coup pendable que m’avais joué Le Flo lors d’une précédente soirée…. Quand le Flo en rhum le Président Galinsky

C’est donc largement rassuré lorsque l’apéritif commence avec le service d’un vin blanc. Celui-ci, apporté par Marc, surprend tout le monde et en premier son propriétaire, car il devait s’agir d’un blanc facile d’approche et simple dans sa construction… Ce ne fut pas le cas, LeGui ayant décidé de mélanger les apports afin de surprendre tout le monde, lui compris.

Une bouteille en appelant une autre, puis une autre et encore une autre, ce fut finalement après 5 bouteilles que nous passons à table….

Meursault Premier Cru « Les Charmes Dessus » - Domaine Michel Bouzereau 2007
La robe est dorée, la première bouche se fait assez discrète et ne provoque pas de grandes émotions….
Après un quart d’heure, le vin se réveil tranquillement s’exprimant par des aromes floraux et fruités. En bouche le vin, qui dans un premier temps, m’avait fait craindre un vin muet, s’est ouvert et s’affirme plein, ample avec une finale sur une fine acidité rafraichissante. Assurément un beau vin qui fait plaisir aujourd’hui. BIEN+

Montagny Premier Cru – Découverte – Domaine Stéphane Aladame 2010
Robe jaune pale avec des reflets verts – l’aromatique est sur les agrumes frais et sur les fruits exotiques avec une prépondérance de mangue, l’ensemble s’avère très agréable. En bouche c’est la même chose, jouant parfaitement son rôle de vin d’entrée de repas, voir d’apéritif. La finale tombe assez vite. En tout cas parfaitement à sa place. BIEN

Corse Patrimonio – Domaine Leccia 2001
Robe doré, un nez prononcé sur des notes d’hydrocarbures et de pèches. La bouche est ronde, puissante, mais rapidement une amertume assez prenante emporte l’ensemble. Pas plaisant en l’état.

Hermitage – Domaine Chave 1995
Une robe jaune soutenue, un nez qui se développe sur des notes de rhum ambré. Une bouche d’une fort belle construction, mais clairement, pas ma tasse de thé…

Meursault – Domaine Jean Marc Boillot 1995
Robe soutenue – Là aussi un premier nez pas très causant, ni très agréable, l’aération lui est bénéfique, permettant l’apparition de fruits jaunes murs… En bouche c’est assez ample, mais la longueur tombe assez rapidement. A boire sans attendre. BIEN+

Les rouges entrent en piste pour accompagner le Gigot de 7 heures de maître-queux LeGui.

Côte de Brouilly « Mélanie » - Domaine Daniel Bouland 2007
La robe est intense, le nez est pleinement orienté sur le cassis – La bouche est assez monolithique, cela reste toutefois assez plaisant, mais sans plus !

Morgon Côte du Py - Domaine Jean Marc Burgaud 2005
Ben là, j’ai franchement rien à dire d’autres que le vin est muet, massif en bouche, sans aucun plaisir en l’état. Bof et re-bof !

... Rien à dire, Enfin si, Il n'était pas si mal que cela Philippe le Hardy... ;)

Non, mais j'en suis sûr qu'un jour ou l'autre, je gouterai quelque chose de plaisant....>:D<

Coteaux du Languedoc - Domaine de Puech Chaud 1998
Une superbe aromatique sur des notes poudrées, d’épices douces. En bouche c’est à la fois fin et persistant, d’une belle longueur, long et suave, frais et ample. Un coup de cœur. EXCELLENT

Coteaux du Languedoc « La Copa Santa » Domaine Clavel 1995
Autant le précédent apportait plaisir et suavité, autant ce vin est massif, puissant et un peu dissocié entre fruit, acidité et notes animal. Pas de grand plaisir.

Clos Vougeot Grand Cru – Maison Bertrand Ambroise 1998
Ouch, après 14années, la robe n’a presque pas évolué, cela reste assez massif, un boisé encore trop présent, mais à l’aération cela commence enfin à s’améliorer (quand je dit aération, c’est le reste de la bouteille ouverte le lendemain midi !) – Mais déception tout de même.

Corton Grand Cru « Le Rognet » - Maison Bertrand Ambroise 1998
Je pensais avoir atteint des sommets avec le vin précédent, mais là !!!
La robe est noir comme de l’encre, la bouche est massive. Le boisé est prédominant, grandement déçu par les promesses non apportées par le temps.

Arbois – Vin jaune - Domaine Jacques Puffeney 1997
Mise en bouteille en 2010.
Autant la déception fut grande avec le Corton, autant avec ce vin Jaune, ce fut plaisir, plaisir et encore plaisir.
La robe est jaune vieil or, le nez est sur les noix fraiches, le curry, les épices. En bouche le vin coule sans fausse note, quelle puissance et quel équilibre !
L’accord avec le comté c’est avéré un pur moment de bonheur. EXCELLENT
Comment peux t’on ne pas s’extasier devant un tel vin !!!! (tu)

Jurançon - Clos Uroulat 2004
Un nez sur la truffe blanche, les fruits exotiques. La bouche est très bien équilibrée entre sucrosité et acidité, l’ensemble est droit et se laisse boire sans empâter la bouche et un verre en appelle un autre, synonyme de réussite. TRES BIEN

Coteaux du Layon – Chaume 1er Cru - Domaine de la Roche Moreau 1990
Typique des coteaux du layon des années 90 (ou en tout cas d’une très large majorité d’entre-eux) des notes souffrées sont encore bien marquées. La bouche est d’une longueur correcte, mais n’apporte guère d’émotion. Pas très plaisant.

Encore de beaux moments, passés en compagnie d’amis !

Merci à Cécile et LeGui pour cette belle soirée !

Eric
06 Mai 2013 22:01 #44

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2375
  • Remerciements reçus 3243

Réponse de sideway sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

Une soirée riche en rebondissements pour les rouges du point de vue bucco-dentaire !

Deux CR à quelques heures d'intervalle avec un Hermitage blanc 1995 de Chave. 8-)
lapassionduvin.com/p...

Frèdè
07 Mai 2013 14:59 #45

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 473
  • Remerciements reçus 758
Avec le même Hermitage... ouvert ici depuis donc 24 heures !

Guillaume
07 Mai 2013 15:16 #46

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6785
  • Remerciements reçus 3764

Réponse de Marc C sur le sujet CR: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

CR: Voici mes quelques commentaires sur les vins. C'est un peu moins précis que la veille, le syndrome de la page blanche a même frappé vers le 11e vin. Sacrée partie de rigolade en tout cas.

Domaine Michel Bouzereau, Meursault Premier Cru Charmes, Les Charmes Dessus, 2007
[size=x-small]impression lors du passage à table donc après les 6 vins d'apéritifs[/size]
Aromatique sur les agrumes, les fleurs et la noisette
Jolie matière en bouche avec une attaque assez ample. Pointe d'acidité saillante en finale

Joli vin mais un bon coup de carafe ne lui aurait sans doute pas fait de mal

Domaine Stéphane Aladame, Montagny Premier Cru, Découverte, 2010
Les fruits exotiques sautent au nez, cela reste néanmoins frais
Bouche simple qui claque bien, c'est apéritif

Un vin sympathique mais la région du Serein me parle plus. [size=x-small]Cela m'a permis de vérifier que la Côte Chalonnaise est bien en Bourgogne, si si[/size]

Domaine Leccia, Patrimonio, 2001
Aromatique pas trop engageante sur la vielle cire et les hydrocarbures
La bouche est flasque avec un manque de ressort

Un vin qui m'a paru un peu fatigué par rapport aux Corses que j'ai bus et souvent appréciés (plus sur leur jeunesse, il est vrai)

Domaine Chave, Hermitage, 1995
Par rapport à la veille lapassionduvin.com/p..., le vin a gardé toute sa structure mais le côté fumé/tourbé s'est estompé. La finale est toujours aussi impressionnante mais cela reste compliqué en dégustation pure

Domaine Jean Marc Boillot, Meursault, 1995
J'ai eu du mal avec ce vieux Mas Jullien, Bordeaux, Bourgogne servi dans une bordelaise
L'aromatique ne me parle pas trop et la bouche m'a paru un poil fatiguée avec une légère sensation sucrée

Domaine Jean Marc Burgaud, Morgon Côte du Py, 2005
Impénétrable, violent et séchant...

mais joli point d'accord avec le président. Quel souverain éclairé ce Philippe le Hardi!

Domaine Daniel Bouland, Côte de Brouilly, Mélanie, 2007
Un vin léger et friand sur le cassis, pas désagréable mais pas mon truc

Domaine de Puech Chaud, Coteaux du Languedoc, 1998
Superbe nez olive noire, lard, notes florales
La bouche est de très belle qualité, tannins soyeux, beaucoup de finesse et d'allonge

Très bon [size=x-small](Vive le Rhône Nord :P)[/size]

Domaine Clavel, Coteaux du Languedoc, La Copa Santa, 1995
Aromatique animale pas très plaisante. Bouche tannique et acide, sans élégance

Je passe... [size=x-small](Vive M. Rostaing)[/size]

Ici j'ai l'impression qu'Oliv a eu un moment d'absence car il manque deux vins :D

Domaine Charvin - Côtes du Rhône - 2005
Vin massif, chaud assez peu expressif

Autant le 2009 ne m'avait pas déplu mais là je suis dubitatif

Domaine Charvin - Châteauneuf du Pape - 2004
Assez fermé comme le CDR avec néamoins un végétal assez marqué
La bouche paraît de belle qualité en attaque sur un équilibre plus complet que le CDR
Finale très tannique et légèrement chaude

Peu de plaisir également sur ce vin :S

Bertrand Ambroise, Clos Vougeot, et Corton Rognet 1998
Dure comme de la pierre et aromatiquement fermé
La bouche séchante (effet 98?) n'incite pas à espérer beaucoup

Domaine Jacques Puffeney, Arbois Vin Jaune, 1997 (mise 2010)
Quel jaune! Puissance équilibre, aromatique complexe tout est magnifique

Clos Uroulat, Jurançon, 2004
Équilibre frais, jolie aromatique exotique, belle longueur
On se sert et se ressert. Toujours beaucoup de plaisir avec cette cuvée

Domaine de la Roche Moreau, Chaume 1er Cru des Coteaux du Layon, 1990
Magnifique étiquette ;) Pas trop accroché avec ce vin mais je commençais à fatiguer

Un grand merci à Guillaume et Cécile pour cette belle soirée. En plus j'ai pu voir la minimoie du Gui et feuilleter de la lecture subversive sur la soi-disante exploitation des femmes par les hommes. Qu'est ce qu'il ne faut pas lire! Gui c'est quand tu veux pour fonder un mouvement clandestin de libération (:D

A la prochaine

Marc
07 Mai 2013 17:09 #47

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20426
  • Remerciements reçus 1935

Réponse de enzo daviolo sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

Domaine Jean Marc Burgaud, Morgon Côte du Py, 2005
Impénétrable, violent et séchant...
mais joli point d'accord avec le président. Quel souverain éclairé ce Philippe le Hardi!


j'vais t'en mettre du Hardi non mais, on a dit de pas dire Hardi...
et les grands Ambroise, c'est le côté Laurel qui fait leur grandeur non? >:D<
couple pinoteux d'ignare va!:P

déjà bu ce vin, bouteille flinguée, c'est certain.:)o
07 Mai 2013 17:19 #48

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2640
  • Remerciements reçus 1258

Réponse de Galinsky sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

enzo d'aviolo écrivait:
> Domaine Jean Marc Burgaud, Morgon Côte du Py,
> 2005
> Impénétrable, violent et séchant...
> mais joli point d'accord avec le président. Quel
> souverain éclairé ce Philippe le Hardi!

>
> j'vais t'en mettre du Hardi non mais, on a dit de
> pas dire Hardi...
> et les grands Ambroise, c'est le côté Laurel qui
> fait leur grandeur non? >:D<
> couple pinoteux d'ignare va!:P
>
> déjà bu ce vin, bouteille flinguée, c'est
> certain.:)o

Ne pas avoir apprécié les deux Ambroise, ne veut pas dire que nous devions absolument apprécier le Burgaud ! ;)

en tout état de cause, ce dernier n'a pas déclanché une impression de plénitude, mais je demande à voir déguster une autre fois... Qui sait. :P

Eric
07 Mai 2013 17:43 #49

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4668
  • Remerciements reçus 283

Réponse de aquablue sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

Oui, enfin des Burgaud complétement fermés, inexpressifs et sans gourmandise après 1 heure, 1 journée, 3 journées d'ouverture, j'en ai bu malheureusement quelques unes sur 2009 par exemple. Depuis je les attends et j'espère que je ne trouverai pas ça totalement fermé pendant des années..

Arnaud
07 Mai 2013 18:31 #50

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95328
  • Remerciements reçus 25497
	C'est un peu moins précis que la veille, le syndrome de la page blanche a même frappé vers le 11e vin.
	(...)
	Ici j'ai l'impression qu'Oliv a eu un moment d'absence car il manque deux vins !
Mince, t'as raison, j'ai zappé les Charvin ! Vous devez avoir raison, je vieillis !
Me demandais bien ce que c'était que ces deux notes qui correspondaient à rien dans mon carnet... :D
Je complète...

Papy Oliv
07 Mai 2013 19:13 #51

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20426
  • Remerciements reçus 1935

Réponse de enzo daviolo sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

Oui, enfin des Burgaud complétement fermés, inexpressifs et sans gourmandise après 1 heure, 1 journée, 3 journées d'ouverture, j'en ai bu malheureusement quelques unes sur 2009 par exemple. Depuis je les attends et j'espère que je ne trouverai pas ça totalement fermé pendant des années..

pour moi ça s'explique (et je le regrette) par les deux mises sur le py arrêtées en 11. et selon la mise que tu as (la première est très en dessous), tu peu avoir des vins inexpressifs.
bon ceci dit les 09, j'y touche pas, car ils se sont souvent bien refermés un peu partout (même s'il y a toujours des bonnes pioches).

en tout état de cause, ce dernier n'a pas déclanché une impression de plénitude, mais je demande à voir déguster une autre fois... Qui sait.

ouf, le président est aware, rien n'est perdu (:P)
07 Mai 2013 22:55 #52

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 43
  • Remerciements reçus 0
Bonsoir,

Beau CR.

Je partage bien entendu l'enthousiasme sur la mise 2010 de l'Arbois jaune de M. Puffeney, comme toutes ses mises tardives (1986 L'Eclipse, mise en 1999; le fabuleux 1992 12 ans de fût; les 1997 et 1999 mises en 2010 et 2011).

Je signale aux amateurs de mises (très) tardives qui ne le sauraient pas déjà que cette mise de (juillet) 2010 du 1997 n'est pas la dernière. La dernière mise de 1997 s'est faite en février 2011, pratiquement en même temps que la dernière mise du 1999 (à 4 jours d'intervalle). Je me suis personnellement jeté dessus (vu la modicité des prix!) car je les guettais, mais il lui en est resté à la vente pendant plusieurs mois.

Pour ceux qui seraient prêts à casser la tirelire pour acquérir le fabuleux 1992 12 ans de voile de M. Puffeney, je peux leur communiquer un marchand qui en a encore. Mais le prix est costaud.

Cordialement.

François
07 Mai 2013 23:40 #53

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 235
  • Remerciements reçus 30
Chers amis,

Concernant le vin jaune, je crois que la pratique était de mettre en bouteille au moins 10 ans apres la vendange il y a 50 ans au moins. Merci à Jacques Puffeney de maintenir cette tradition. J'ai en cave un vin de 1987 gardé 10 ans sous voile. Inch Allah quand je vais l'ouvrir... car le millésime n'était pas grand...

Amicalement,

Lab
21 Mai 2013 00:37 #54

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 43
  • Remerciements reçus 0
Bonsoir.

Il est vrai que la pratique ancienne voyait les jaunes conservés souvent très longtemps en fûts.

En ce qui concerne Jacques Puffeney, que je suis assidument depuis pas mal d'années, il n'y a pas de systématique.

Il laisse certains fûts aller plus loin lorsqu'il pense que le jaune le mérite et qu'il se bonifiera.

Donc perso, je n'aurais aucune crainte particulière sur ce 1987 parce que si JP l'a laissé 10 ans en fûts, c'est que le vin en avait les épaules.

Peu importe l'année.

En ce qui concerne 1987, l'année n'est d'ailleurs pas considérée comme mauvaise (hélas pas testée personnellement).

Si j'en crois les commentaires des organisateurs de la vente de la percée, "Hiver et printemps froid et humide jusqu'à fin mai; été chaud; pluies et orages à partir du 3 octobre, avec la pourriture qui s'installe; bon millésime en rouge, blanc et vins jaunes".

Nous attendons donc avec impatience le CR...

Cordialement.

François
23 Mai 2013 23:14 #55

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3921

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Re: Une soirée de bonneteau gunthard chez Legui !

Grand souvenir de l'Arbois Saint-Paul (chardonnay) 1987 de Camille Loye. Elle est encore très bonne à mon goût et peut être conservée quelques années, il me semble. Presqu'au niveau des formidables 1979 et 1989.
Et ce n'est pas un vin jaune.

Phil
23 Mai 2013 23:46 #56

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95328
  • Remerciements reçus 25497
De retour chez Legui, avec nos flingues de concours !

=large%Afin de sortir les arsouilles de leur train train quotidien fait de journées de 35 heures pour notre Président Galinsky et de gestion en mode industriel des couches et des biberons pour le reste de la troupe des Gunthard, Legui rouvre les portes de sa réputée cuisine, celle où les jeunes femmes bien élevées n'ont pas le droit de toucher au grisbi, où les boissons d'hommes n'ont jamais effrayé personne et où l'on se risque parfois en fin de soirée au brutal quand l'tout venant a été savamment piraté !

C'est sûrement pas encore ce soir là qu'on sera malheureux... B)

En piste !





Maison Langlois Château, Crémant de Loire, Quadrille, 2004



Robe assez légère, sur le jaune paille.
Nez ouvert, élégant et agréable, sur des notes d'amande, d'anis et un ensemble bien mûr entre le miel et les fleurs blanches.
La bouche est gourmande, bien structurée autour d'une jolie matière confortable et d'une acidité bien intégrée qui apporte fraicheur et énergie.
La bulle est un peu forte et la finale n'est pas très longue mais ce vin est d'une irréprochable netteté et gourmandise.
Un bien joli vin, très apéritif, tout en facilité.


Champagne Roses de Jeanne, Lieu dit La Bolorée, 2006
=x-small%100% Pinot Blanc, dégorgé le 12 avril 2010


Robe claire, très peu teintée.
Superbe nez ultra précis et élégant, sur le citron vert puis des notes florales et de lait d'amandes matinées d'une pointe qui m'évoque le pain d'épices. Quel classe !
La bouche attaque sur un délicieux côté crémeux qu'une splendide acidité et une bulle brillante élancent immédiatement !
L'équilibre produit est génial de délicatesse, sur une structure en dentelle brillante de volume contenu et de finesse maitrisée, sur une aromatique géniale de vin mûr parfaitement élevée, entre les agrumes, les fleurs et un très fin boisé.
La finale est somptueuse de fraicheur et d'impact, étirée très longuement par des amers d'une qualité superlative.
Magnifique vin ! (tu)(tu)

Un vin fantastique d'équilibre !

Weingut Clemens Busch, Marienburg GG, Riesling Trocken, 2008


Robe sur un doré léger.
Très beau nez ouvert et gourmand, compromis de senteurs de fruits à noyaux (mirabelle) et florales et de notes plus minérales, sur de légers hydrocarbures.
La bouche propose un équilibre parfait entre maturité de fruit et de structure, sur un ensemble généreux et plein et une grande acidité structurelle plein d'allant.
Les goûts sont évidents et fruités, sur des saveurs d'agrumes et toujours de mirabelle très agréables.
La finale vineuse et fraiche se prolonge longuement, notamment grâce à des amers bien présents.
Très bon !


Domaine de la Charmoise, VDP du Loir et Cher, Provignage, 2009



Robe cristalline, quasiment sans teinte.
Le nez est terne, sans fruit ni arôme hormis un côté poire mais marqué par des notes d'alcool à pharmacie.
La bouche est rébarbative, excessive en tout, sur une acidité forte, une matière creuse et une chaleur éthérée qui rend le vin imbuvable.
Aucun plaisir possible.


Domaine Laurent Tribut, Chablis 1er Cru Montmains, 2010



Robe sur un fin doré.
Nez évolué, très chablisien par ses notes finement minérales et miellées, sur l'huitre et la croute de fromage.
La bouche est agréable, sur un équilibre confortable entre une jolie matière et une belle acidité, un peu chahuté par un côté lacté qui lui fait perdre en précision aromatique.
Le vin est bien en place, posé, d'un classicisme d'école, tout en volume et en fraicheur.
On pourra lui reprocher un petit manque d'énergie, de folie et peut être un côté très évolué pour un vin si jeune.
Mais ça reste très bon.


Domaine Moreau Naudet, Chablis 1er Cru Forêts, 2010



Robe claire.
Nez assez discret, presque fermé, sur de minces notes anisées et de fleurs blanches très fines.
La bouche se place très bien, sur une acidité élevée et une matière bien structurée.
Le vin est bien équilibré, agréable par sa fraicheur et son joli volume mais il lui manque à mon goût un peu de complexité aromatique pour prétendre à plus de superlatifs en l'état.
Sa finale encore serrée mais salivante et présente confirme que ce vin a du potentiel.
A attendre.


Domaine Huet, Vouvray sec, Le Haut Lieu, 1982



Robe dorée.
Nez assez discret et fin, sur des notes de jasmin et une évolution qui s'exprime sur des senteurs un peu métalliques type boîte de sardines (celle si chère à mes camarades cochophobes ! :D).
L'attaque en bouche est traçante, sur une acidité très élevée et une grande présence tactile, comme crayeuse, qui fait terriblement saliver.
Le vin déroule des goûts floraux et certains plus évolués, sur le tabac blond.
La finale reste toutefois un peu dévorée par une acidité brutale qui cisaille un peu le palais.
Un vin impressionnant de jeunesse et assez déroutant de puissance.
A revoir, sur des coquillages peut être ?

Belle série de blancs !

Domaine Comte Abbatucci, Vin de France, Faustine, 2011



Robe rubis d'une extraction très légère.
Nez très agréable, ouvert et pur, sur les petits fruits rouges, la framboise, la groseille et une très jolie note végétale, presque mentholée.
La bouche est d'une gourmandise absolue, juteuse et déliée, avec une matière glissante et suave, une grande acidité bien intégrée et de beaux goûts de grenade fraiche et toujours cette belle note végétale bien intégrée.
La finale soyeuse s'étire sur une grande fraicheur qui laisse le palais frais et disponible à un autre verre.
Un vin irrésistiblement délicieux ! (tu)


Passopisciaro, Rosso Sicilia, Contrada Sciaranuova, 2009



Robe grenat clair.
Nez qui m'évoque un pinot, sur de jolies notes de fruits rouges toutefois un peu chahutées par un boisé épicé assez marqué, donnant un petit effet cognac.
L'attaque en bouche est agréable, sur une matière suave d'un joli volume et une très belle acidité, sur des goûts de griotte et d'épice (cannelle, résine).
Malheureusement, le vin se dissocie à compter du milieu de bouche où l'acidité et peut être l'élevage prend le pas sur la matière pour s'ouvrir sur une finale un peu asséchante.
Le vin se refait la cerise sur les délicieuses joues de bœuf préparées par notre bon Gui mais la finale un peu cassée me laisse un léger sentiment d'inachevé.
Merci Bertrand pour la découverte à suivre car l'équilibre est là ! :)-D


Domaine Jean Louis Chave, Saint Joseph, 2007



Robe sombre.
Beau nez généreux et d'une précision chirurgicale, sur les fruits noirs, des notes de cacao et d'épices, de thé fumé.
L'attaque en bouche est d'une totale évidence, sur une matière charnue et d'une énergie géniale, de celle qui font les vins boissons qu'on a envie de siffler et non les confitures de dégustation qu'on goûte à la petite cuillère.
Le vin déroule un jus frais aux goûts francs et réglissés et aux tanins gras qui allongent la finale.
Superbe vin, à la fois puissant et élégant ! (tu)


Domaine Jean Luc Mayard, Châteauneuf du Pape, 1983



Robe un peu trouble, très claire sur le marron.
Nez sérieux, puissant, sur des notes animales complexes, sur la fourrure, le cuir, la compote de fruits noirs, les épices. Ensemble masculin mais très cohérent.
Est-ce l'effet du Chave à ses côtés mais l'attaque en bouche me semble un peu douce, à la limite du sucré dans un premier temps.
Sur le plat, le vin reprend un équilibre, se retendant et exprimant une grand complexité aromatique, sur le cuir et la prune.
L'ensemble a une classe certaine, sur des goûts d'évolutions très agréables dans leur côté viandé et épicé.
La finale aux tanins fondus ne manque pas de fraicheur et se prolonge longuement.
Un très joli vin, très complet.

On vient de perdre le Flo ! :D

Domaine Rolet, Côtes du Jura, 2007
=x-small%Une semaine d'ouverture


Robe dorée.
Beau nez puissant, d'un grand classicisme, sur la noix fraiche, la pomme mûre, une pointe de cuir et qui sait ne pas sacrifier un côté floral.
L'attaque en bouche est puissante, sur une belle acidité et une puissance aromatique certaine.
Le vin s'apaise et s'étire à compter du milieu de bouche et surtout du superbe comté en partenaire pour former un accord parfait, toute en finesse et en légèreté, la fraicheur du vin répondant parfaitement au gras et au sel du fromage.
La finale est superbe de fraicheur et d'une grande persistance !
Guiiiiiiii, renvoie l'plateau ! (:D


Clos Uroulat, Jurançon, 2009



Robe dorée.
Nez assez serré, sur des notes truffées, un léger grillé et des notes de nougat au sésame.
Si la bouche semble assez fermée aromatiquement (aurait-il fallu l'aérer plus longuement ?), elle propose un joli volume plein d'allant, sur une acidité haute et un sucre très léger.
Si l'ensemble n'est pas très complexe et manque un peu de générosité, il offre du plaisir par sa fraicheur et sa structure très agréable.
Je ne serai pas surpris que le fond de bouteille ait gagné en ampleur.
A suivre.

Oh djiou, le dernier métro n'attend pas, je file !




=large%Encore une superbe soirée d'une grande densité dans l'éclectisme avec mon trio de cadors !

Merci au Gui, un hôte aussi généreux que sa tonsure est rase et à mes bons petits Gunthards pour ces nouveaux beaux moments vécus ensemble.
Un bisou à nos chers absents qui ne perdent rien pour attendre.

A très vite pour d'autres aventures !
Oliv
26 Jan 2014 21:32 #57

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8727
  • Remerciements reçus 1558
Jolie dégust, y'a pas à dire !

Ca fait plaisir de voir autant de vins qui sont bien sortis !

Site perso (non commercial) www.wineops.fi/?page...
27 Jan 2014 09:44 #58

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1963
  • Remerciements reçus 0
Merci à notre guitou pour cette superbe soirée !

Maison Langlois Château, Crémant de Loire, Quadrille, 2004
Nez sympathique et frais, sur l’amande, le tilleul.
Jolie bouche, avec du volume et un bel équilibre. C’est gourmand, sans lourdeur.
Deux bémols tout de même : la bulle est un peu grosse et la finale plutôt courte.
Bien +

Champagne Roses de Jeanne, Lieu dit La Bolorée, 2006
Nez de grande classe, avec un côté « élevage bourguignon » et de jolies notes florales.
La bouche est du même niveau, avec une texture, un toucher de langue incroyable !
C’est gras, avec une acidité millimétrée parfaitement incorporée, une bulle d’une très grande finesse et une longueur superlative sur de magnifiques amers.
Probablement ma plus grosse émotion champenoise à ce jour.
Grand

Weingut Clemens Busch, Marienburg GG, Riesling Trocken, 2008
Joli nez sur les fruits exotiques et un pétrole léger qui m’évoque immédiatement un Riesling très mûr. Au réchauffement, la palette s’enrichit de jolies notes de mirabelle.
Surprise en bouche, car là où l’on s’attend à trouver de la rondeur voire du sucre, on tombe sur une très grosse acidité, que je trouve un peu stricte et pas suffisamment fondue.
La longue finale sur de beaux amers m’incite à penser qu’il s’agit clairement plus d’un vin de table que d’un vin d’apéro !
Bien ++

Domaine de la Charmoise, VDP du Loir et Cher, Provignage, 2009
Le nez est assez désagréable, avec peu de fruit (pomme / poire) et des notes d’alcool et de vernis envahissantes.
En bouche c’est catastrophique : dissocié, avec une amertume très excessive, de l’alcool en veux-tu en voilà…
Imbuvable pour moi.
Rien à voir avec le 2002 bu ici

Domaine Laurent Tribut, Chablis 1er Cru Montmains, 2010
Robe très claire, limpide, à reflets vert.
Le nez est typiquement chablisien, navigant entre la croûte de fromage et la coquille d’huître, avec un fruit très en retrait.
Jolie bouche, assez épurée, tendue, avec une belle longueur sur une belle acidité salivante.
Très bien -

Domaine Moreau Naudet, Chablis 1er Cru Forêts, 2010
Robe plus trouble, plus jaune que le Tribut.
Nez malheureusement assez fermé, je ne perçois pas le côté agrumique de mes précédentes dégustations.
Idem en bouche, malgré un équilibre et une texture que j’aime énormément : belle acidité complètement intégrée, beaucoup de gras et une belle longueur salivante. C’est très frais, avec un côté « eau de roche », qui appelle à se resservir.
A carafer ou à oublier en cave à mon avis.
Très bien (+)

Domaine Huet, Vouvrau sec, Le Haut Lieu, 1982
Le nez est plutôt agréable, assez évolué… mais difficile à décrire pour moi.
Un côté vieux savennières, que l’on ne retrouve cependant pas en bouche, tant l’acidité est haute. Il y a également un côté tannique important dans ce vin, qui fait saliver. Peu d’alcool / gras en revanche pour enrober le tout à mon sens, ce qui rend la finale un brin dure.
A revoir à table avec d’autres plats ?
Bien ++

Domaine Comte Abbatucci, Vin de France, Faustine, 2011
Nez immensément fruité, sur la groseille, la grenadine, la framboise, avec une belle touche végétale qui s’amplifie avec l’aération (type feuille / lierre).
J’adore !
La bouche est parfaitement cohérente, avec un équilibre génial et un fruit omniprésent. Ce n’est pas un monstre de matière, mais c’est très frais, coulant, extrêmement gourmand. Une Pialade corse !
Très bien +

Passopisciaro, Rosso Sicilia, Contrada Sciaranuova, 2011
Le nez présente un joli fruit (fruits rouges), accompagné de notes boisées pas spécialement discrètes.
Jolie attaque en bouche, juteuse, fruitée et dynamique. Par la suite malheureusement l’acidité et les tanins du bois prennent le devant. La finale est asséchante.
Si j’en avais, je ne miserais pas trop sur le vieillissement et les ouvrirais sur de bonnes grosses viandes juteuses &#61514;.
Bien -

Domaine Jean Louis Chave, Saint Joseph, 2007
Superbe nez, sur des notes de chocolat, cannelle, fruits noirs, thé, fleurs…
La bouche est géniale de cohérence, c’est dense, pulpeux, riche mais terriblement frais et gourmand en même temps. Décidément, j’adore !
Excellent

Domaine Jean Luc Mayard, Châteauneuf du Pape, 1983
Le nez, entre notes animales / foxées, vernis, cuir et épices, m’enchante beaucoup moins, même s’il faut lui reconnaître une belle complexité.
La bouche est bien fondue, juteuse et encore fruitée, mais elle présente également un côté vernis et une sucrosité importante qui m’empêchent d’être véritablement conquis.
Bien -

Domaine Rolet, Côtes du Jura, 2007
Très joli nez, ultra classique de noix, épices douces, pomme, avec une touche florale.
La bouche est très convaincante, c’est assez puissant en goût, mais sans déséquilibre sur l’alcool. L’acidité tient bien le tout, et c’est terriblement gourmand avec son ami de toujours, le comté.
Très Bien

Clos Uroulat, Jurançon, 2009
Joli nez, plutôt discret, avec du fruit, un peu de truffe.
La bouche convient bien à mon pdf, tant l’acidité est élevée et bien intégrée, et le sucre sait rester raisonnable. Ce n’est pas hyper expressif sur le plan aromatique, mais cela se boit avec plaisir et sans fatigue.
Bien ++

La suite bientôt pour l'évolution des fonds de bouteilles ;)

A bientôt les amigos

Florian
27 Jan 2014 10:12 #59

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3861
  • Remerciements reçus 7644
Belle dégustation !!!
Il faut vraiment que je vous propose d'autres rouge de l'Etna pour vous convaincre. B)
Normalement ce vin ne voit pas ou très peu de bois neuf. Il est élevé en grosse botti. Il est possible qu'il y en ait et qu'il soit ressenti. Par contre j'imagine bien ces arômes que je décrit comme fumé, herbe sèche qui peut aussi faire pensé au rancio de certains cognacs. Je trouve que c'est un marqueur typique de beaucoup d'Etna rouge jeunes.
En bouche, ce sont des vins très structurés et je sais que beaucoup trouvent ces structures un peu trop brutales.
En tout cas, la prochaine fois, je sais avec quel vin venir sur Paris : un Etna un poil plus bourguignon dans son style :)-D

Cordialement,

PS : C'est le millésime 2009 et non 2011 de ce Sciaranuova.
27 Jan 2014 10:20 #60

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck