Nous avons 1155 invités et 15 inscrits en ligne

Dégustation éclectique autour du tonneau

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9368
  • Remerciements reçus 17384

Dégustation éclectique autour du tonneau a été créé par Jean-Loup Guerrin

Une nouvelle dégustation autour du tonneau, avec les amis berruyers cette fois-ci.
 
 
Les dégustateurs

Le programme est très classique : une bulle, quatre blancs, cinq rouges et un liquoreux.


Follet-Ramillon – Champagne – Harmonie – 2009

 

Carafée juste avant service.
La robe est bien dorée.
Très causant, le nez exhale une aromatique qui mêle fruits secs, poire, brioche, léger grillé, mais aussi des notes qui empruntent à la gamme florale et à la gamme épicée. Beau et complexe !
La bouche est gainée par une très belle tension, tout en étant dotée d’une concentration certaine. La finesse aromatique et des bulles ravissent, et la finale persistante toute en raffinement parachèvent ce beau tableau.
Excellent

 
Gougères maison

L’accord est parfaitement réussi (4 / 5) avec les gougères, celles-ci restant suffisamment neutres pour mettre en valeur ce superbe Champagne.


Domaine Romain Guiberteau – Saumur – Brézé – 2014

 

Bouteille épaulée pendant 2h30 puis carafée pendant une heure supplémentaire.

Le nez très intense est marqué par un grillé prédominant, sans doute trop prédominant. On arrive tout de même à percevoir quelques touches sous-jacentes de fruits jaunes, de citron confit et d’épices.
On retrouve ce grillé en bouche, associé à une formidable minéralité. Le profil est d’un grand volume et la finale très longue profite de l’acidité et de la puissance du vin.
Très Bien + pour ce vin au cépage complètement gommé, mais certainement moins bien apprécié par ceux qui seraient encore plus gênés que moi par ce grillé trop présent. Attendre cinq à dix ans de plus ?

 
Pain de surimi

L’accord est correct (3 / 5) avec le plat, mais le vin domine trop.


Domaine Chevalier – Corton-Charlemagne – 2012

 

Bouteille épaulée pendant 2h30 puis carafée pendant 1h30 supplémentaire.
A l’ouverture de la bouteille, le nez est fortement marqué par la noix de coco : pas bon signe…

La robe arbore un or ambré : pas bon signe non plus…
Le nez de belle intensité se montre riche et exotique, sur le caramel, le beurre salé, la mirabelle et la cire.
La bouche bien joufflue ne manque pas d’acidité mais l’aromatique parait bien évoluée, avec des tendances d’oxydation. L’allonge d’un bon niveau reste dans la même veine.
Très Bien sans plus en raison de cette légère prémox, et en tout cas décevant pour le niveau d’appellation.

Le même pain de surimi l’affine et le revigore (3,5 + / 5).


Clos Saint-Vincent – Bellet blanc – Vino di Gio – 2017

 

Monocépage rolle.
Bouteille épaulée pendant 3h30 puis carafée pendant une heure supplémentaire.
A l’ouverture de la bouteille, le nez présente des arômes balsamiques et de plantes aromatiques, combinés à du grillé : prometteur !

La robe se situe entre paille et or.
Bien généreux, le nez a évolué à l’aération et allie du grillé et du citron, avec une pointe anisée. Il donne aussi une impression minérale voire marine.
La bouche ample montre un caractère sudiste sans en avoir certains travers : matière mûre et serrée, léger gras enveloppant, mais aussi une vivacité dynamisante qui lui apporte un grand équilibre. La finale se déroule sereinement et longuement en élégance.
Très Bien ++

 
Filet de rouget au combawa

Le plat joue bien son rôle en le relançant (3,5 + / 5), grâce au combawa.


Domaine Marcel Deiss – Alsace Grand Cru – Altenberg de Bergheim – 2015

 

Bouteille épaulée pendant quatre heures puis carafée pendant une heure supplémentaire.

La robe est bien ambrée.
Puissant, baroque et lascif, le nez exhale des senteurs de fruits secs, en particulier d’abricot sec, de fruits exotiques et de tourbe.
A la fois riche et pourvu d’une grande acidité, la bouche se fait suave et sensuelle, par son aromatique attirante et sa fine sucrosité, aucunement pâteuse et ressentie bien en-dessous de la réalité. La finale reste gourmande, empreinte de notes muscatées, et gagne en pureté.
Excellent (+)

 
Tartelettes à l’oignon caramélisé et au chèvre

L’accord est fusionnel (4 + / 5) avec le plat, notamment grâce au sucre de l’oignon.


Pour commencer la série des rouges, j’avais prévu un Charmes-Chambertin de David Duband car j‘avais lu sur LPV que cette bouteille avait un style sur la finesse, pour ne pas dire fluet… Je m’étais donc dit que cela ne servait à rien d’attendre…Mais mon classement des bouteilles n’étant pas infaillible, je me suis un peu trompé et c’est seulement en apportant la bouteille aux invités que j’ai vu qu’il s’agissait en fait d’un :

Domaine David Duband – Chambertin – 2014

 

Bouteille épaulée pendant quatre heures puis carafée pendant une heure supplémentaire.

La robe assez claire marque un début d’évolution avec quelques reflets tuilés sur la frange.
Intense et complexe, à la fois avenant par ses arômes de petits fruits rouges, cerise et groseille, et classieux par sa touche de ronce (rafle), le nez est bien engageant.
La bouche a choisi le camp de la finesse et non celui de la puissance d’un Chambertin, mais il est vrai que l’on est sur 2014. La chair juteuse, presque infusée, est parfumée de notes de pot-pourri, de fumé et de fruits acidulés. Une vivacité tonique lui confère un profil droit et longiligne.
Très Bien ++ / Excellent pour ce vin de pdf d’un grand raffinement, mais quand même pas au niveau de son appellation d’après moi.

 
Plat de charcuteries

La charcuterie bien épicée lui apporte un peu plus de complexité (3,5 + / 5).


Château des Tours – Côtes-du-Rhône – Grande Réserve – 2014

 

Il s’agit bien entendu d’un Vacqueyras déclassé.
Bouteille épaulée pendant trois heures puis carafée pendant deux heures supplémentaires.
A l’ouverture de la bouteille, le nez propose une aromatique reynaldienne, sur la fraise et l’écorce d’orange.

La robe assez claire est bien tuilée sur le pourtour, voire au cœur du disque.
Le nez n'a pas trop varié après l'aération, développant avec une grande intensité l’aromatique classique du domaine, réunissant rose fanée, écorce d’orange et petits fruits rouges : c’est addictif et on ne s’en lasse pas !
La bouche se révèle charpentée et un peu capiteuse, mais avec quand même de la fraîcheur. La sapidité sensuelle et la finale de bonne facture ajoutent au plaisir perçu avec ce vin qui, lui et contrairement au précédent, n’est pas pour les pdf.
Très Bien ++

Le plat de charcuterie tempère l’alcool perçu (3,5 + / 5) mais le vin s’apprécie bien aussi pour lui tout seul.


Domaine d’Aupilhac – Languedoc Montpeyroux – La Boda – 2013

 

L’assemblage est fifty – fifty entre syrah et mourvèdre.
Bouteille épaulée pendant quatre heures puis carafée pendant 1h30 supplémentaire.
A l’ouverture de la bouteille, j’ai exceptionnellement pris une gorgée pour juger de l’ordre avec le vin suivant : la bouche est dense et tannique mais je l’ai quand même servi d’abord, craignant une accentuation de ces caractéristiques après un vin plus en finesse.

La robe bien sombre ne fait pas son âge.
Le nez profond livre des arômes fumés, minéraux et de fruits noirs.
Dans la continuité, la bouche montre une certaine austérité, avec ses saveurs de cuir, voire animales et ses tanins denses. On ressent quand même une noblesse indéniable dans la matière séveuse au caractère bien trempé.
Très Bien + mais bien trop jeune ! A revoir dans cinq à dix ans et on en reparlera.

 
Daube à la provençale : tip-top !

Cette superbe daube bien goûteuse vient à son secours en l’arrondissant et en lui apportant du confort et du fruit (4 / 5).


Domaine de la Grange des Pères – Pays d’Hérault – 2013

 

Bouteille épaulée pendant 4h30 puis carafée pendant une 1h30 supplémentaire.

La robe assez sombre ne paraît ni jeune ni évoluée.
D’une belle intensité, le nez virevolte gentiment entre notes fumées, de pivoine, de fruits noirs, de garrigue, avec même une touche balsamique complexifiante.
La bouche jouit d’une harmonie aboutie, s’appuyant sur un fruité léger et avenant, un trait acide fringant et une matière en demi-corps aux tanins soyeux. La finale persistante teintée de légers amers ajoute un côté cistercien à cet ensemble plutôt classieux.
Très Bien ++ / Excellent mais un peu moins appréciée que la bouteille précédente bue en novembre 2023.

On gagne en plaisir en l’associant à la délicieuse daube à la provençale ( 4 / 5).


Domaine Benoît Dorsaz – Valais – Syrah de Fully Quintessence – 2017

 

Bouteille épaulée pendant six heures puis carafée pendant une demi-heure supplémentaire.
A l’ouverture de la bouteille, le nez est axé sur des arômes torréfiés de café.

La robe sombre arbore des reflets bien violacés sur le cordon extérieur du disque.
Le nez expressif embaume un fruité pur tout en faisant défiler une minéralité pierreuse intéressante.
En bouche une chair pleine et mûre, un fruité appétent et nuancé et une vivacité rythmante composent un ensemble équilibré. Les tanins fondus encadrent l’ensemble jusqu’à une finale longue et savoureuse.
Très Bien +(+) et donc déjà à point, avec une belle espérance de vie pour encore plus de complexité.

L’accord avec les fromages (tomme suisse, comté 18 mois et gouda jeune) est correct (3,5 / 5), tous les compères vivant chacun leur vie de leur côté, sans se gêner.


Château Doisy-Daëne – Barsac – 2007

 

Bouteille épaulée pendant 5h30 puis carafée pendant une heure supplémentaire.

La robe est parée d’un or bien ambré.
Très intense et lisible, le nez affiche un botrytis d’école, profond, qui s’enrichit de notes d’écorce d’orange, de fruits exotiques, de miel, et d’une nuance de safran.
La bouche, ample et riche en sucre, développe une farandole d’arômes proches de ceux du nez, très enchanteurs. Une tension vibrante l’allège et permet de la prolonger par une finale déliée.
Excellent et paré pour traverser le temps.
 
Pommé breton

Les saveurs se combinent bien et le dessert affine la sensation sucrée du vin, pour un mariage efficace (3,5 + / 5).

 
Le casting

Au final, une dégustation avec des hauts (Champagne et vins moelleux ou liquoreux, décidément je suis un bec à sucres !), mais aussi des bas sur certains blancs, trop boisés ou avec de la prémox, ou certains rouges très réussis mais en deçà de l’attendu.

A une prochaine, les amis !

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Gildas, tht, matlebat, Galinsky, denaire, peterka, bertou, chrisdu74, La Vie est une Fête, bibi64, Vaudésir, Atmosphere, Agnès C, sebus, Frisette, oberlin, Med, GAET, starbuck, leteckel, the_ej, ysildur, Pinardo, Martino, Fredimen, Kiravi, Lionel73, Garfield, Vesale, LEON213, choubi38, Ilroulegalet, SG75, Droop
08 Avr 2024 12:14 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1498
  • Remerciements reçus 2374

Réponse de Agnès C sur le sujet Dégustation éclectique autour du tonneau

Jean Loup
J'ai quand même l'impression que vous vivez dans une cave et que votre masure est meublée d'un unique tonneau et de canapés de gougères.
Madame Gé a bien du mérite d'accepter cette "sobriété" pour assouvir votre passion.
J'ai quand même des questions qui me taraudent...:
 - comment fait on pour garder un tiers de Doisy Daene après avoir servi 11 amateurs?
- combien avez vous de carafes rangées dans le tonneau?

Ce sont toujours de belles dégustations que vous relatez
Agnès, mon salon contre votre tonneau

PS: La Boda n'est elle pas un assemblage syrah mourvèdre?
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., Jean-Loup Guerrin, bibi64, Papé
08 Avr 2024 19:56 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Loup Guerrin
  • Portrait de Jean-Loup Guerrin Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 9368
  • Remerciements reçus 17384

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Dégustation éclectique autour du tonneau

Chère Agnès. 
C'est avec grand plaisir que je vais tenter de vous répondre.
Madame Gé a effectivement beaucoup de mérite et moi beaucoup de chance de l'avoir tous les jours à mes côtés !
Mes invités sont très sobres et en fin de dégustation encore plus !
11 vins mais seulement 10 carafes... J'ai dû en rincer une entre deux vins...
Et surtout un grand merci pour la correction pour La Boda ! J'avais pourtant bien noté la similitude avec la Grange des Pères...
Merci pour vos encouragements et j'espère à une prochaine fois avec nous autour du tonneau !

Jean-Loup 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Agnès C, Fredimen
08 Avr 2024 22:45 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck