Nous avons 2374 invités et 33 inscrits en ligne

Uroulat, Jurançon

  • Messages : 2510
  • Remerciements reçus 2395

Réponse de chrisdu74 sur le sujet Re: Cuvée marie 07

A propos des Jurançon secs, je ne manque de recul mais j'ai l'impression que 2006 a été un millésime particulier ? j'ai bu Sève d'Automne de Cauhapé et sa variante GD ainsi que Clos Thou en 2006 et tous m'ont paru beaucoup plus "ronds" avec une acidité beaucoup plus enrobée que les 2007 que j'ai goutés chez Cauhapé ainsi que quelques autres 2005 ou 2007.
Merci pour les CRs en tout cas
17 Sep 2009 15:52 #151

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 201
  • Remerciements reçus 0
podyak écrivait:
> Je n'ai pas pu goûté la cuvée de sec vinifiée par Marie (Happy Hours Cool), des japonais (!) ayant
> tout commandé quelque temps auparavant (?) dixit Charles Hours.

Les cuvées Cool et Fruity sont en vente aux Galeries Lafayette dans le cadre de l'animation "Femmes d'influence", vues à Paris Haussmann cet AM.
19 Sep 2009 18:27 #152

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3159
  • Remerciements reçus 4531

Réponse de letournaisien sur le sujet CR: Clos Uroulat Jurançon 2003

CR: Clos Uroulat Jurançon 2003

Dégusté la semaine dernière, pas trop frais à l'ouverture.
Un vin assez costaud. De manière générale, il m'évoque le miel : riche en arômes d'agrumes mais aussi la cire, quelques épices, etc. L'amertume finale y est aussi !
Bon mais peut-être manquait-il un peu de légèreté. Un millésime de toute façon à part.
Julien
20 Sep 2009 09:07 #153

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2027
  • Remerciements reçus 413

Réponse de daniel popp sur le sujet CLOS UROULAT cuvée Marie 2001

Jurançon sec cuvée Marie 2001

nez vif sur les agrumes entre pamplemousse et citron vert, voire citronelle, avec d' autres aromes un peu fumés ( lard ).
bouche acidulée ou le coté citronné prend peut etre un peu trop le dessus. Cela n' est pas désagréable, mais je garde le souvenir d' un vin à la personnalité plus marquée dans sa jeunesse avec cet équilibre un peu tendu ou le fruit trouve sa juste place entre l' acidité et l' amertume que j' aime dans le Jurançon. Là, il me semble que l' acidité, si citronnée soit elle, prend un peu trop le dessus. Il me reste encore une bouteille sur 2001 pour vérifier çà.
Comme sur la Mailloche 2000 de Stephane Tissot ( Arbois ) terminée sur le meme repas, je ne suis pas sur que ce vin gagne à vieillir davantage, avec les memes réserves sur les conditions de conservation de ma cave.

Sans que je puisse l' analyser, le mettre en mots, depuis longtemps j' ai l' impression qu' il ya une passerelle entre le Manseng du Jurançon façon Charles Hours et les Chardonnay d' Arbois de Stephane Tissot, notamment à l' aveugle, comme si il y avait une résonnance en terme d' aromes, de saveurs et de ce petit quelque chose que je n' arrive pas à dire, entre les deux. Je ressens plus ce cousinage dans la jeunesse de ces vins que dans leur maturité qui leur fait prendre des parcours différents, à l' avantage des vins de Tissot, à mon gout personnel.
Je suis curieux de vos avis sur ce cousinage.

Cordialement

Daniel
13 Nov 2009 16:26 #154

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2510
  • Remerciements reçus 2395

Réponse de chrisdu74 sur le sujet Re: CLOS UROULAT cuvée Marie 2001

J'ai peu de référence en chardonnay du Jura. De mon côté, j'avais cru noter une similitude entre les jurançons secs (les 3-4 que j'ai bu sur l'année passée) et le savagnin ouillé de Berthet-Bondet (le post est quelque part sur le forum Jura). C'est la trame acide et une certaine exubérance du fruit qui m'avaient évoqués cette analogie.
16 Nov 2009 21:32 #155

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2027
  • Remerciements reçus 413
Merci de ton écho, Chris. L' acidité si prégnante, si constitutive de ces deux vins doit y contribuer. A plusieurs reprises, à l' aveugle, dans le tatonnement et le jeu de l' identification, des amis prenaient l' un pour l' autre, l' Arbois pour le Jurançon ou réciproquement.
Cela devrait pouvoir s' expliquer, s' analyser, mais j' aime imaginer que ce qui les relie relève également de l' atmosphère, de l' émotion qui s' en dégage, qui nous fait dire " Tiens ! ", sans avoir le besoin d' en dire plus.
Avec un " jaune " , je ne sais pas. Mais comme le dernier CR d' Oliv sur le Savagnin 98 de Tissot ( et le poulet aux morilles qui va avec ! ) est bien tentant, cela me donne envie d' ouvrir l' une des deux 98 qui me restent pour tenter l' expérience.

Santé ! :)-D

Daniel
16 Nov 2009 23:09 #156

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8420
  • Remerciements reçus 1839

Réponse de FGsuperfred sur le sujet CR:CLOS UROULAT cuvée Marie 2005



CR:cuvée marie 2005 jurançon sec de charles hours (clos uroulat) :
là, c'est clairement la claque. flacon acheté à la cave bérigny de fécamp, juste pour gouter... j'aurais du vider le stock ! nez pas très expressif ou trop fin pour moi mais la bouche possède une belle acidité, un milieu de bouche virevoltant, très riche et aérien à la fois, un vin qui jongle entre finesse et puissance avec classe, énormissime longueur et gros potentiel évident, ouch, c'est fort, excellent !
16 Jan 2010 12:35 #157

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4339
  • Remerciements reçus 1

Réponse de teddyteddy sur le sujet Re: CLOS UROULAT cuvée Marie 2005

J'ai également beaucoup aimé ce vin dense, long et équilibré.
Par contre, je garde le souvenir d'un nez très expressif, sur les fruits exotiques et les agrumes.

Laurent
17 Jan 2010 09:54 #158

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8420
  • Remerciements reçus 1839

Réponse de FGsuperfred sur le sujet Re: Charles Hours et le Clos Uroulat

j'ai toujours eu des problèmes avec le nez des vins blancs, donc faut pas m'en tenir rigueur
et comme il parait qu'on boit avec la bouche, c'est pas très grave:D
17 Jan 2010 13:03 #159

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 684
  • Remerciements reçus 8

Réponse de Tophe sur le sujet Re: Charles Hours et le Clos Uroulat

Il se trouve que j'ai justement ouvert aussi hier soir un Clos Marie 2005, et sur la base d'autres millésimes goûtés, je m'attendais à un vin se rapprochant de ce que décrit FGsuperfred... J'ai été très surpris de goûter un vin que je ne qualifierai pas de sec, avec une pointe de moelleux, un un léger sucre résiduel, un alcool très présent qui le ramollit encore en finale, et un manque d'acidité. Un vin qui pour moi n'était pas du tout équilibré, une impression de moelleux un peu pataud et manquant d'élégance... Une mauvaise surprise car je ne m'attendais pas du tout à ça, et une énigme vu la différence avec la bouteille goûtée par FGsuperfred ...

Cordialement,

Tophe
"Je préfère le vin d'ici à l'au-delà" (Francis Blanche)
17 Jan 2010 13:22 #160

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6788
  • Remerciements reçus 3775

Réponse de Marc C sur le sujet CR: Clos Uroulat cuvée Marie 2007 Jurançon Sec

Clos Uroulat cuvée Marie 2007 Jurançon Sec (10€ caviste WEB )

Mon expérience est très faible sur les vins de cette région. Je mets juste quelques impressions. Le nez est assez fin sur des arômes que j'ai eu du mal à définir. La bouche présente une grande vivacité avec une finale explosive avec une petit côté orange amère

Aucun sensation de sucre. (Arnaud tu avais encore oublié de cracher et tu as confondu avec le moelleux :D)

J'ai beaucoup aimé et à ce prix là on aurait tort de se priver.

Marc
31 Jan 2010 21:22 #161

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4668
  • Remerciements reçus 283

Réponse de aquablue sur le sujet Re: Charles Hours et le Clos Uroulat

Non marc tu m'as mal lu: j'ai écrit "aucune sensation de SR" mais je ne comprends pas: vous parlez tous de vivacité: faut vraiment que je regoute... Ce n'est pas du tout ce que j'ai ressenti.

Arnaud.
31 Jan 2010 22:01 #162

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6788
  • Remerciements reçus 3775

Réponse de Marc C sur le sujet Re: Clos Uroulat cuvée Marie 2007 Jurançon Sec

Mea culpa Arnaud.
Ceci dit j'ai servi assez frais comme recommandé par le producteur.

Amicalement

Marc
31 Jan 2010 22:44 #163

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 439
  • Remerciements reçus 2

Réponse de daniel sur le sujet Re: Clos Uroulat cuvée Marie 2007 Jurançon Sec

C'est plus que de la vivacité, je dirai une belle acidité car ça prend les gencives, à moins qu'il ne se soit assagi car je l'ai goûté il y a 7 mois.

Daniel

Daniel
31 Jan 2010 23:06 #164

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4339
  • Remerciements reçus 1

Réponse de teddyteddy sur le sujet Re: Charles Hours et le Clos Uroulat

Bart,

Bonne nouvelle, j'ai vraiment un bon souvenir de ce vin !

Laurent
03 Fév 2010 22:48 #165

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Stanislas Gravenoir
  • Portrait de Stanislas Gravenoir
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 18
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Stanislas Gravenoir sur le sujet Clos Uroulat cuvée Marie 2008

Récemment avec quelques amis, j'ai dégusté chez un caviste le millésime 2008 de la cuvée Marie de Charles Hours. Il s'agit là d'un domaine que je suis régulièrement depuis plusieurs années tant en sec qu'en moelleux et je dois avouer avoir été rarement déçu.

Toujours est-il que cette bouteille dégustée à l'aveugle a suscité pas mal d'interrogations. En effet, un boisé imposant gommait tout le fruit et masquait les cépages caractéristiques de l'appellation. D'aucuns ont même parlé de "planche". Croyant à un problème de bouteille, un deuxième flacon fut ouvert mais n'a fait que confirmer un boisé, certes moindre, mais toujours prégnant. A souligner que la cuvée de moelleux du même millésime dégustée à la suite a quant à elle remporté tous nos suffrages.

Quelques temps après, toujours chez le même caviste et voulant en avoir le coeur net, une troisième bouteille de la cuvée Marie 2008 fut servie à l'aveugle avec un résultat hélas identique au premier flacon. Je précise pour ceux d'entre vous qui connaissent le domaine que cette sensation de boisé est de très loin supérieure à celle que présentait le millésime 2005 à sa sortie (et depuis lors "mangée" par le vin).

Je penche personnellement pour un lot de bouteilles venant d'une barrique défectueuse ou dont la chauffe a été trop forte. Parmi les intervenants sur ce forum, certains ont-ils déjà un retour sur ce vin ?

Cordialement,

Stanislas
28 Fév 2010 16:42 #166

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5185
  • Remerciements reçus 6551

Réponse de icna sur le sujet CR: Uroulat Jurançon 2008

Uroulat Jurançon 2008
La robe est jaune, dorée, huileuse.
Le 1er nez est puissant puis il se calme un peu à l'aération. Le nez est riche sur le miel liquide, la mandarine, la mangue, cela reste frais.
En bouche le vin est gras avec une belle ampleur, ainsi que des notes fraiches comme minérales. On est sur les agrumes avec un peu de miel, il y a du sucre mais avec une belle acidité, un très bel équilibre. Il y a une très longue finale fraiche sur le citron avec un peu de fruits blancs et une pointe d'épice. Il y a une certaine vivacité qui rend le vin jeune.
J'ai beaucoup aimé.

Quentin
28 Fév 2010 21:15 #167

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 212
  • Remerciements reçus 9

Réponse de Nicolas D sur le sujet Cuvée Marie 2007 Jurançon Sec

Ma première expérience avec ce vin avait été une déception. Je ne me souviens plus du millésime, peut être 2001.
J'avais à l'époque noté des notes oxydatives assez désagréables, suffisamment pour ne pas avoir envie de regouter.
J'ai finalement tenté ma chance sur le 2007 et là, rien à voir.
J'aime l'acidité et la vivacité du gros manseng (merci Calis pour la précision). J'ai été servi. Et n'ai cette fois ci pas eu de mauvaise surprise.
Un beau jurançon sec.
05 Mar 2010 21:45 #168

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8420
  • Remerciements reçus 1839

Réponse de FGsuperfred sur le sujet CR:cuvée marie 2005

CR:Clos Uroulat "cuvée marie" 2005 jurançon sec :
je m'étais insurgé de trouver en début de semaine, cette cuvée dans le millésime 2006 dans un leclerc, debout, parquées comme des boites de petits pois... la faute à chais pas qui mais pas de danger que j'en prenne, le prix étant même plus élevé que chez les amis cavistes (presque 12 euros...)
ce vin me plait beaucoup avec un nez puissant sur les fleurs blanches, les fruits blancs, mais aussi une note vanillée qui rappelle que l'élevage mérite de se fondre encore, mais l'harmonie atteinte est étonnante
en bouche la fraicheur de ce vin est superlative, l'ampleur très belle, le vin est encore tendu et d'une jeunesse insolente.
le milieu de bouche est ample, large comme disent certains, avec une finale interminable, avec un peps hors du commun amené par une amertume noble qui me sied à merveille mais qui mérite de la patience pour donner le meilleur du meilleur
un vin, comme vous l'aurez deviné, qui me plait toujours autant, qui a plu, à une exception près (gêné par l'acidité)
très bien+ ! gros potentiel !

11 Juil 2010 12:56 #169

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 229
  • Remerciements reçus 0

Réponse de PEIO sur le sujet Clos Uroulat 2004 Cuvée Marie

Bu récemment, Clos Uroulat 2004 Cuvée Marie. La robe est dorée et très brillante (bel éclat). Le premier nez est très expressif et porté par les fruits exotiques (noix de coco, mangue). En bouche, l'attaque est franche et ne faiblit pas et s'étire pour finir long sur des notes beurrées, briochées. La matière est superbe et très onctueuse. Il s'agit d'un vin gourmand, généreux et qui trouve très bien sa place à table. Superbe bouteille.
Peio
14 Juil 2010 17:37 #170

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8420
  • Remerciements reçus 1839

Réponse de FGsuperfred sur le sujet cuvée marie 2007

C'est plus que de la vivacité, je dirai une belle acidité car ça prend les gencives, à moins qu'il ne se soit assagi car je l'ai goûté il y a 7 mois écrit:

totalement d'accord
j'ai justement le nez dessus et en bouche c'est à la limite de déchausser les dents, pour tant j'aime bien les vins "tendus" mais là la corde est limite de péter :D
je dirais même qu'au nez on est limite volatile...
ceci dit en bouche y'a du monde, belle matière assez bien équilibrée, si ce n'était cette finale sur l'orange amère qui mérite d'être un peu plus polie
à noter qu'à l'aération, le vin se calme, ouvert ce matin, le vin y a nettement gagné, mais on est loin encore du superbe 2005
perso je n'y toucherai plus avant une bonne paire d'années voire plus...
17 Juil 2010 21:06 #171

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 66
  • Remerciements reçus 8

Réponse de Boub sur le sujet Re: Clos Uroulat Cuvée Marie 2006

Bu ce soir à la fraiche un Clos Uroulat Cuvée Marie 2006 (sec)
Dans le verre, une belle robe dorée.
Au nez, c'est discret au départ (très frais) sur les fruits exotiques, la pomme, le miel,
puis viennent des notes d'amande amère et de noisettes.
En bouche c'est délicieux. Le vin est gras, il prend bien toute la bouche. Les fruits exotiques, la pomme (je dois faire une fixation) et la noisette. En fin de bouche, ça me rappelle le calva aux noisettes d'un ami.
J'ai trouvé ce vin parfaitement à maturité.
Délicieux !
23 Aoû 2010 22:16 #172

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Raboso del Piave DOC
  • Portrait de Raboso del Piave DOC
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2794
  • Remerciements reçus 717

Réponse de Raboso del Piave DOC sur le sujet CR: Clos Uroulat cuvée Marie 2008

CR: Clos Uroulat cuvée Marie 2008

Au nez, c'est très volatile, sur de légères notes vanillées et du citron.
En bouche, ce qui frappe en premier ce sont les notes vanillées, suivis des agrumes, du citron. J'ai trouvé le vin très simple sans complexité, et surtout marqué par une telle acidité que ça en devenait presque agressif. Hier soir, bu sur de magnifiques anchois de la côte laziale, le vin ne s'était pas vraiment assagi et me semblait toujours déséquilibré...

Une belle déception.

Mon ami avait une vigne, sur un coteau fertile. Il la bêcha, il l'épierra, il y planta du muscat. Au milieu il bâtit une tour, il y creusa même un pressoir. Il attendait de beaux raisins : elle donna du verjus. (lsaïe, "Le chant de l'ami", 5, 1-7)
06 Nov 2010 11:08 #173

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 533
  • Remerciements reçus 670

Réponse de podyak sur le sujet Re: Clos Uroulat cuvée Marie 2008

Je crois, de mémoire, que Charles Hours a engagé un petit virage depuis 2008, et a changé une grande partie de sa tonnellerie afin que le boisé se fasse plus discret, et avoir moins de mauvaise surprises au vieillissement...
Mais il est vrai que, dégusté en août, cette Cuvée Marie m'avait marqué par son acidité tranchante, même pour un Jurançon Sec. Personnellement, je vais attendre au moins 1 an mes 2-3 bouteilles.

Tuukka
08 Nov 2010 00:00 #174

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2027
  • Remerciements reçus 413

Réponse de daniel popp sur le sujet Re: Cuvée Marie 2003

[size=medium]Vin de raisins surmûris. cuvée Marie 2003. Charles Hours.[/size]

Je goûte enfin la fameuse cuvée Marie 2003 encensée par les uns, décriée par les autres, que Charles Hours avait décidée de produire hors AOC Jurançon, en raison de ses 15° d' alcool et de ses 6 grammes par litre de sucre résiduel, conséquents à l' été caniculaire. Nez épicé, riche, mais un peu brouillon au départ, à mon goût. Je retrouve les arômes que j' apprécie habituellement sur cette cuvée : le coté exotique tirant sur l' ananas, les touches de fleurs jaunes, un coté un peu truffé, mais là, tout semble un peu mélé, manquant de définition, de précision, comme si le coté surmûri du raisin et l' impression sucrée qui va avec, amolissait un peu l' acidité tonique qui me semble structurer habituellement la cuvée Marie. En bouche, avec la terrine de foie-gras de canard, cet équilibre inhabituel tirant plus sur le demi-sec, me donne l' impression de mieux trouver ses marques. Disons qu' en dégustation pure, sa matière séveuse, fruitée, m' apparait un poil chaude, avec des amers en finale que le déficit d' acicidité ne tempère pas assez, à mon goût, alors qu' avec la terrine, l' accord est vraiment réussi, malgré le manque de tension.

Daniel
04 Jan 2011 19:11 #175

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 66
  • Remerciements reçus 8

Réponse de Boub sur le sujet Re: Cuvée Marie 2003

J'ai ouvert la même bouteille il a y a 2-3 mois, et je rejoins ton commentaire.
J'ai par contre été dérangé par le côté très alcooleux (qui ne me dérange pas d'habitude sur les Jurançon sec)

J'ai l'impression que cette bouteille décline car c'était un pur délice il y a 2-3 ans.

Benoit
11 Jan 2011 10:09 #176

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 52
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Lilicol sur le sujet Re: Cuvée Marie 2003

Bonjour,

ces questions tournant autour du "fameux" millésime 2003 en jurançon et du sec Clos Marie en particulier de Charles Hours sont passionnantes et aussi un cas d'école.

Pour rappel :

Selon le décret d'AOC Jurançon sec du 17 octobre 1975, le rendement de base est fixé à 60 hl/ha (40 hl/ha pour le moelleux). Le vin doit provenir de moûts récoltés à bonne maturité (187 g/l minimum de sucre contre 212 pour le moelleux) et présenter un titre alcoométrique naturel minimum de 11°. Sauf dérogation, le vin fini doit présenter une teneur en sucre résiduel maximum de 4 g/l (35 g/l minimum pour le moelleux).

Il ne peut donc y avoir de vin de jurançon comportant plus de 4 g de sucres résiduels mais moins de 35 g.

Certains, parmi les anciens, évoqueront la dégustation d'excellents jurançons demi secs d'avant1975 et notamment le fameux « Clos Joliette ».

On peut se questionner sur les contraintes nées se ce nouveaux décret.

A diverses occasions liées à la nature du millésime, un vin blanc peut se situer entre moelleux et sec.

Aussi, imposer contre nature un vigneron à « normer » son vin pour des raisons administratives peut apparaître pour certains puristes comme une hérésie et une atteinte aux valeurs du Terroir.

En présence d’un millésime caniculaire comme 2003, atypique pour le cycle végétatif, certains vignerons de jurançon ont pu regretter de ne pouvoir élever des demi-secs en présence de degrés alcooliques importants.

Aussi, après s’être sûrement posé la question en cours d’élevage, c’est le choix intelligent qu’à opérer Charles Hours.

Il a considéré qu’à déjà 15° d’alcool, son Clos Marie pouvait supporter quelques grammes supplémentaires de sucres résiduels.

Il s’est donc volontairement situé hors appellation et a choisi de déclasser son vin en « vin de Table ».

J’avais eu la chance de déguster ses 2003 en cours d’élevage au domaine. Je n’ai pas eu l’opportunité de regoûter ce sec 2003 depuis. Par curiosité, je vais le faire. Mais, on ne peut appréhender ce vin qu’en le rapportant à l’histoire de Jurançon et à celle de ce drôle de millésime. Peu de dégustateurs ont en effet des éléments de comparaison sur des demi-secs à Jurançon. Je pense qu’il convient d’attendre plus d’une décennie pour se faire une opinion définitive sur une telle curiosité.

Par ailleurs, et hors sujet par rapport au propos, dans mon souvenir, au domaine le grand millésime 2001 avait souffert en cave de l’été caniculaire, Charles Hours avait produit de somptueux 2002 moelleux dans un millésime de vigneron. Peut être les meilleurs du millésime, au moins sur Monein.
J’étais surtout resté « à l’arrêt » en 2003 en dégustant avec un de ses stagiaires un millésime sec du milieu des années 90, (à l'image du millésime 1993 de JB larrieu lors de la même visite) ; le vin présentait une robe jaune dorée avait des arômes olfactifs sucrés évoquant le miel sec, les fruits exotiques et la truffe. En bouche il était vif, avec cette belle acidité des mansengs, étonnamment sec, tendu et droit. Une pure merveille avec une longue finale sur de délicats amers.

Jurançons secs, des vins que l’on n’a pas souvent la volonté d’attendre et que l’on mésestime à tort par purisme à force de vouloir les comparer aux historiques moelleux qui restent des vins d’exception!

Charles Hours est un grand formateur. Il vous fera comprendre les spécificités des vins de Jurançon, en vous expliquant, outre les facteurs climatologiques, (précipitations et vent Balaguer), la nature des sols, les spécificités des cépages mansengs, le travail parcellaire, le travail à la vigne et la sélection massale, la très grande importance de l’eau et du drainage des sols dans la viticulture de Jurançon.

Il a initié les jeunes talents comme Sébastien Bordenave-Coustarret (Lasseube) pour son travail à la vigne, les frères Bordenave du Domaine Montesquiou, que je ne saurai vous recommandez, le premier pour sa recherche permanente de l'élégance et de la finesse, les seconds pour la richesse et la complexité mais aussi l'équilibre de leurs vins produits sur le territoir de Monein.

Pour ceux que cela intéressent en matière de Bibliographie, je les renvoie aux publications suivantes :

« Jurançon, un vin d’hier pour aujourd’hui », Jean Loubergé, J&D Editions, 1993.
« Vignobles du piémont pyrénéens », J Delfaud, Editions les feuilles du pin à crochet, (pour le fantastique travail du Professeur Delfaud de l’université de Pau)
« Le Rouge et le Blanc » et La RVF ont repris dans leurs articles sur Jurançon les travaux de ce dernier accompagnés de notes de dégustation.

Lilian Colin
16 Jan 2011 16:58 #177

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2027
  • Remerciements reçus 413

Réponse de daniel popp sur le sujet Re: cuvée Marie 2003

" Je pense qu’il convient d’attendre plus d’une décennie pour se faire une opinion définitive sur une telle curiosité." Je me suis évidemment posé la question avant d' ouvrir cette bouteille qui compte autant d' admirateurs, rvf en tête, que de détracteurs. Comme tu sembles bien connaitre le sujet, je suis impatient de lire ton cr ! Quand tu évoques en comparaison, le coté vif et la belle acidité du 1993 de JB Larrieu, c' est justement ce qui me semble manquer sur cette cuvée Marie atypique, du moins sur la bouteille que j' ai bue. Attendre trois ans de plus, changerait-il son équilibre actuel ?
"Il a considéré qu’à déjà 15° d’alcool, son Clos Marie pouvait supporter quelques grammes supplémentaires de sucres résiduels."[/i]
Cela n' a t' il pas entrainé un petit déficit de tension et de définition, voire un poil de mollesse. C' est du moins l' impression que j' ai eu, peut-être en comparaison de cet équilibre que j' adore habituellement sur les cuvées Marie, que je ne retrouvais pas ou moins, mais aussi en référence d' autres demi-sec, plus en tension dans ma mémoire, Vouvray de Huet, notamment. Mais aprés tout, pourquoi ne pas prendre ce vin comme il est, sans comparaison avec le déjà connu ? Au passage, pour les Parisiens et pour continuer l' échange, on trouvait cette bouteille à la cave de Lafayette-Gourmet, il n' ya pas si longtemps.

Lilian, serais-tu un professionel du vin pour être aussi documenté, ou un simple passioné éclairé ? (tu)

Daniel
16 Jan 2011 19:01 #178

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 52
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Lilicol sur le sujet Re: cuvée Marie 2003

Daniel,

Merci pour votre aimable post.

Il faut vous fier à vos propres impressions sans vous laisser influencer.
Si le vin vous parait déséquilibré et dominé par son alcool, il y a sans doute assez peu de chances qu'il ne trouve jamais son centre.
Le 2003 de Charles Hours ne peut être un vin parfait, comme l’ensemble des vins de l’appellation Jurançon et particulièrement les moelleux ; (un passerillage réussit est toujours lent et régulier jusqu’à l’arrière saison). Mais si tous les vins, un peu à l'image des hommes, n'étaient que pur esthétique et perfection, ils en deviendraient ennuyeux ou des produits formatés comme la plupart des vins industriels et des « marketer » qui suivent la demande et les modes.

Un beau vin peut aussi avoir des traits de caractère singulier, voire atypique. C'est ce qui lui permet de prendre place dans le monde du vivant en respectant le terroir et l'homme qui l'a fait.

Enfin, pour vous répondre, il y a quelques amateurs sur ce site qui sont au niveau de professionnels du vin comme parfois des professionnels de la filière vin qui ne seront que des amateurs. C'est aussi ce qui fait le charme de ce site et qui pose question autour du vin, tantôt le résultat d'un travail d'artiste, (certains oseront avancer "œuvre d'art) et trop souvent un pur produit industriel. Un peu à l'image du cinématographe.

Lilian Colin
16 Jan 2011 22:57 #179

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jérôme Pérez
  • Portrait de Jérôme Pérez Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 19706
  • Remerciements reçus 4905

Réponse de Jérôme Pérez sur le sujet CR: clos Uroulat 1999

Voilà un vin qui poursuit sa vie en beauté. La robe est or, avec beaucoup d'éclat. Le nez est très typé Jurançon avec cette note de truffe assez inimitable, mais on trouve aussi de l'ananas et de la figue.
La bouche est d'un équilibre idéal entre richesse et fraîcheur. Les saveurs sont au rendez-vous et la finale s'étire avec des amers de maturité qui lui vont fort bien. La longueur est bonne. Un millésime du Clos Uroulat qui a encore de belles années devant lui.

Jérôme Pérez
26 Avr 2011 21:04 #180

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck