Nous avons 1685 invités et 8 inscrits en ligne

Les amis, c'est la vie !

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95725
  • Remerciements reçus 26010

Réponse de oliv sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Si si, très concluants au contraire. 
Aucun effet ! 
21 Oct 2023 21:34 #1291

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95725
  • Remerciements reçus 26010

Réponse de oliv sur le sujet Les amis, c'est la vie !

 
Rouleaux de brandade de bar frits
Photo non contractuelle 



Champagne Larmandier-Bernier, 1er cru non dosé, Terre de Vertus



Robe jaune paille.
Nez peu précis, fuyant, sur une légèreté un peu limite, avec une pointe de vinaigre blanc dominante sur des notes de fruits blancs.
Bouche honnête, délicate sur une bulle fine et une belle maturité perçue mais que j'ai trouvé un peu statique, sans réserve de puissance et donc de relance.
Finale très courte.
Décevant.


Pierre's Wines, Australia, Riesling, 2022



Capsule à vis.
Robe claire sur un vert presque fluo.
Nez étonnant mi végétal mi pierreux, avec un retour de fruit un peu sauvignonné, sur le fruit de la passion.
Bouche un peu bancale, à la fois solaire par sa texture d'un certain gras mais sur une perception de verdeur un peu en limite de maturité, sur un acidité et une forme de sécheresse amère qui font perde du charme à un aromatique agréable.
Finale abîmée par ce déséquilibre amer qui crée un point d'inconfort, un peu comme si l'acidité n'était pas mûre.
Perfectible.


Bar à la vanille, chutney mangue-piment



Domaine du Clos Naudin, Vouvray sec, 2007



Robe vieil or inquiétante.
Confirmation du coup de fatigue avec un nez éteint, sur l'alcool à pharmacie, des notes mielleuses plus que miellées, usées.
Bouche terne et sèche.
Finale décharnée.
RIP


Domaine Jean-Bernard Métais, Jasnières, 2007

Robe finement dorée
Nez délicat et complexe, sur un fin grillé et un très joli fruit, sur des notes de pomme reinette et de jasmin.
Jolie bouche déliée et franche, toujours sur ces sensations de délicatesse, avec une sucrosité juteuse et franche enroulée dans une acidité bien intégrée.
L'ensemble est délicat, précis, assez peu puissant mais son accord avec le plat est magistral, la finesse du vin répondant à la texture génialement nacrée du bar et sa petite sucrosité pointue apaisant le feu du piment.
Finale ciselée d'une longueur respectable.
Très bien en soi, excellent sur l'accord !


Domaine Jean-Bernard Métais, Pineau d'Aunis, 2006

 

Robe diaphane, à peine grenadine.
Nez délicieusement précis et délicat, expressif sans être entêtant, sur le poivre vert, l'encens, de belles notes de framboise.
Bouche plus difficile car à la légèreté un peu trop fluide.
Du vin émane beaucoup de charme aromatique mais il manque de jus et de structure pour poser plus d’allonge.
Finale serrée un peu dominée par de petits tanins amers.
Un vin parfum plus que de bouche.



Aubergine, échalote confite, grenade, huile d'araignée



Leroy, Nuits-Saint-Georges, 1983



Robe profonde, sur un grenat au tuilé certain mais finalement assez soutenue.
Nez fragile dans son élégance, sur l'eau de vie de framboise, un petit côté terreux et un léger grillé.
Bouche un peu raide, dure et à l'acidité dominante, sans développement aromatique.
Finale pointue et inconfortable, avec très peu de plaisir possible.



Filet de boeuf en croute briochée



Domaine de la Romanée Conti, Grands-Echezeaux, 1996
Magnum



Robe grenat clair bien brillante, éclaircie sur l'extérieur du disque.
Nez exceptionnel de précision et d’ampleur contenue qui exprime avec brio le génie des vins en vendange entière, sur des parfums incroyablement précis et généreux à la fois. S'expriment des senteurs poivrés et épicées (poivre vert, cardamome), florale (rose, pivoine) et un fruit rouge irrésistible, entre la fraise des bois et les fruits bleus. Quelle magie !! Difficile de décoller le nez du verre !
Alors que les attentes du nez laisse espérer un jus délicate et doux, la bouche se révèle plus austère, sur une fermeté acide qui prend le pas sur la chair du vin.
Le réchauffement enrobe un peu l'ensemble mais le vin souffre de ce décalage entre le nez génial de douceur et la bouche pointue et légèrement anguleuse.
Les goûts sont un peu plus comprimés que le nez mais restent très agréable.
Mais c'est vraiment cette fermeté acide qui perturbe le plaisir jusque dans la finale saillante qui domine la texture du vin.
Frustrant !


Domaine Philippe Butin, Côtes du Jura, Cuvée Spéciale



Robe dorée
Nez franc et confortable, sur le raisin sec, la tarte au noix, des notes fruitées.
Bouche droite, sur une attache au joli rythme que tient une structure avec du fond.
Le vin possède du corps mais aussi de la buvabilité et laisse exprimer une oxydation sans excès de noix ni perception chaleureuse.
Jolie finale nerveuse et précise de goûts, avec toujours ce sentiment d'allant.
Très bien.


Mont d'Or, Vieux Comté, Sainte Maure, Fourme d'Ambert, Ossau Iraty



Domaine Saint Nicolas, Vin de France, Soleil de Chine



Robe dorée
Nez discret, sur la pomme, le jasmin avec une légère volatile.
Bouche sur un petit colle scotch en attaque qui égratigne un équilibre demi sec, sur un petit pointu saillant qui domine un peu une sucrosité agréable.
La sucrosité de la glace domine un peu le vin que j'imagine très bien sur les fromages en revanche par son équilibre nerveux.
Finale d'une longueur intéressante, avec de la relance.


Glace miel safran




Il est des soirs où l'on est bien content d'avoir l'amitié et le plaisir de se revoir et pas seulement les vins comme motif de se retrouver.
Car certains jours, ça joue pas comme on l'aurait rêvé !
Mais je me demande finalement si ce n'est pas le niveau de la cuisine de Corinne et Didier qui aura tellement mis la pression aux bouteilles qu'elles auront décidé de globalement se mettre en mode auberge du cul tourné en représailles.
Car mazette, quel pied !
Chacun des plats était d'une générosité aussi diabolique que leurs goûts étaient expressifs et précis.

Les copains, encore et toujours, un giga merci pour votre gentillesse et votre simplicité.
Bon rétablissement aux joueurs de billard et vivement de se revoir tous très vite pour courir le lièvre ensemble.

Oliv
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, Gildas, Alain Hinant, Alex, Jean-Paul B., tht, totolouga, enzo daviolo, sideway, peterka, bertou, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, TristanBP, Papé, Blog, Agnès C, sebus, Frisette, oberlin, starbuck, leteckel, LLDA, the_ej, mvansluy, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet, forty-one, Jean F
05 Nov 2023 16:44 #1292

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3924

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Les amis, c'est la vie !

J'avais pas encore croisé ton compte-rendu, Oliv. Dont acte.
Je vois que les copines Thien et Corinne ont encore frappé avec la production de leur copain Jean-Bernard Métais dont elles sont les meilleures ambassadrices.
Voilà bien un vigneron artiste mystérieux, que j'aimerais beaucoup rencontrer, et plus encore ses vins. Car son pineau d'aunis 2002 me hante encore six mois après, comme l'a fait la Pialade 2002 il y a plus de quinze ans de cela (et encore grâce à Thien ! ). Et ton CR me remet en tête que sa production sur les millésimes comme 2008, 2010, etc., ça doit être quelque chose !

Dommage pour le Foreau sec 2007. Toujours frustrant, peut-être dû à des aléas de bouchon. Son cadet 2008 s'est goûté merveilleusement bien il y a un mois.

Bravo et merci Oliv pour le partage de ce beau moment de passion et d'amitié entre de très belles personnes.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Alex, Jean-Paul B., tht, Ilroulegalet
12 Nov 2023 18:59 #1293

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 978
  • Remerciements reçus 284

Réponse de Gilles T sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Dommage pour le Foreau sec 2007. Toujours frustrant, peut-être dû à des aléas de bouchon.

5 Foreau sec 2007 déjà ouverts sur un carton de 6, tous oxydés... ☹️​​​
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv
12 Nov 2023 19:11 #1294

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95725
  • Remerciements reçus 26010

Réponse de oliv sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Un 31 chez les Alamis


Gnamas gnamas



Champagne Fallet-Crouzet, Extra-Brut Blanc de blancs grand cru



Robe dorée franche.
Joli nez d’évolution, compromis de notes oxydatives et de senteurs fraîches d’amande et de fruits blancs.
Bouche bien dotée, avec une bonne maturité, sur un volume plein au déroulé confortable très évident.
Une seconde bouteille se présentera de manière plus vivace, avec une bulle plus présente et une fraîcheur plus perceptible.
Très bien.


Domaine Pattes Loup, Chablis 1er cru Beauregard, 2014



Robe bouton d'or.
Nez riche et complexe, sur les céréales, l'huile de tournesol, le pain chaud, des senteurs plus fraîches de fruits exotiques et pierreuses.
Bouche avec de la richesse mais aussi une belle acidité, sur une trame amère assez présente.
Le vin possède un beau fond, avec une ampleur et une texture que je ne pensais pas trouver sur ce millésime.
Finale avec de la puissance mais aussi une forme de plénitude.
Très bien.


Huitres Prat Ar Coum



Domaine Coche-Dury, Meursault Les Rougeots, 2005



Robe dorée claire
Nez qui me met immédiatement le sourire alors qu'à côté de moi, y'a l'Enzo qui grimace.
Ben oui, quoi, ça grille sésame à fond les ballons, avec ce beau côté riche qui me convient autant qu'il déplait à mes tronches en biais.
Ça n'a pas hululé à la boîte de sardines ce coup-ci. Mais c'est sûrement parce que Pélusse avait la grippe...
Bouche énorme de présence, avec de la richesse en attaque, du gras et une maturité pleine mais surtout cette extraordinaire capacité de relance par vagues qui font, pour moi, la marque des vins du domaine.
Le grillé pop corn, ça se copie comme on dessine une carrosserie. Mais le moteur, la capacité d'accélération, l'envolée interminable, c'est une autre paire de manches.
La finale est monumentale de présence et de persistance, sur un gras qui tapisse le palais en largeur et une relance toute en profondeur.
Splendide !

Un grand moment pour moi !
Cette bouteille m'avait été offert masquée il y a un temps plus que respectable par un ami plus que généreux avec la consigne de faire et me faire plaisir.
Al' nous regardait sûrement de tout là-haut et j'étais aussi fier que soulagé de pas m'être vautré à la tombée de la chaussette. Ouf, l'honneur est sauf !

Merci Pierrot pour ton amitié !



Saint Jacques & infusion de parmesan à la truffe

L'exceptionnel plat signature de Fio.
Accord monumental avec le Coche !



Clos des Papes, Châteauneuf-du-Pape, 1995



Robe sombre avec une évolution marron brique et une petite turbidité.
Nez capiteux, sur les fruits noirs épicées, des notes giboyeuses et pas mal d'alcool.
Bouche riche, sur une matière ample et un alcool assez perceptible, avec une note de sparadrap très gênantes pour moi.
La puissance résiduelle sur ce vin d'une trentaine d'années est assez impressionnante mais me chahute un peu trop les fragilités.
Finale chaleureuse et riche avec ce que j'estime comme un faux goût médicamenteux (mais j'étais le seul).
Je n'ai pas aimé.


Poularde aux morilles façon Sydd, légumes rôtis



Casa Vinicola Bruno Giacosa, Barbaresco Santo Stefano Albesani di Neive, 2007



Robe grenat clair.
Nez moche, sur le pruneau et les fruits à l’eau de vie. Plus l'eau de vie que les fruits d'ailleurs.
Bouche bancale, avec un demi équilibre en début de bouche mais qui se fait dévorer par un alcool dévastateur qui écrase toutes les sensations.
Finale ardente, comme cramée d'alcool.
Aucun plaisir possible.


Fromages Vergne



Château Lange-Réglat, Sauternes, 1998



Robe vieil or.
Nez léger, compromis agréable de notes safranées et de peau d'orange séchée.
Bouche très équilibrée, d'une jolie construction, sur une liqueur légère parfaitement tenue par une amertume qui mobilise et tient parfaitement le vin.
Finale au net goût de reviens-y, toujours sur ces beaux goûts de safran.
Pas un monstre de puissance mais très équilibré.
Très joli vin.


Tartelette crème brulée, caramel beurre salé, salade de fruits de la Réunion




Je ne sais plus comment trouver les mots pour remercier tous les amis qui rendent ces moments exceptionnels possible.
Pierrot, Fred, vous n'avez jamais connu Alain. Mais pas besoin de vous dire combien vous vous seriez bien entendus.
Quant à mes vieux Pélusse et Enzo qui ont eu cette chance, des années plus tard, les Alamis sont toujours ensemble.
Et je suis sûr que depuis où il est, s'il est un héritage qu'Alain est heureux et fier de nous avoir laissé, c'est bien celui là.

Que l'année vous soit douce et heureuse,
Vivement le prochain épisode !
Bises à toutes et tous,
Oliv
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, PtitPhilou, Olivier Mottard, Alex, Jean-Paul B., tht, Eric B, daniel.gureghian, enzo daviolo, Axone35, Marc C, denaire, sideway, peterka, bulgalsa, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, Atmosphere, TristanBP, Papé, Blog, 4fingers, Agnès C, Fred974, sebus, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, KosTa74, Fredimen, Kiravi, JulienG., Garfield, Vesale, Ilroulegalet, Manas, forty-one, Droop, lefish
03 Jan 2024 20:25 #1295

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95725
  • Remerciements reçus 26010

Réponse de oliv sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Ces amis, c'est ma vie !


 
Dans tous les instants de vie formidables, dans la multitude de moments de vin fantastiques que les Alamis m'ont permis de vivre, il est une occasion perdue que je regretterai jusqu'à mon dernier souffle.
Parce que l'organisation n'est pas ma qualité première...
Parce qu'un HLM parisien n'est pas propice aux grandes fêtes...
Parce qu'être la star des boums n'a jamais été mon fort...
Mais bien plus simplement, parce que je suis un âne.

Il y'a 10 ans, déjà, alors qu'Alain était encore des nôtres, je basculais les 40 sans profiter de l'occasion pour la fêter avec ces amis qui me sont si chers et à qui je dois tant.
De ces remords qu'on regrettera toujours...

Je m'étais promis de ne plus commettre une telle erreur et j'avais donc prévenu ma garde rapprochée que j'aurais besoin de leur soutien moral et logistique pour forcer ma nature.

Ce fut long, ce fut dur, j'ai pris des pieds au séant pour me faire décoller et quelques suées nocturnes...
Des sadiques se seront marrés de voir l'Oliv faire de l'huile pour si peu afin de tenter de calibrer le quiquequandquoicombien...
Mais j'y suis arrivé !


Alors qu'il pleut des cordes, un vrai temps à se pendre, Pélusse est affûté comme jamais.
L'Enzo affiche déjà sa bronzitude d'été.
Mon Gui a fait le voyage avec sa coolitude bien lovée dans les bagages et mon Santa a pris un bon de sortie depuis ses lyonnaiseries.
Même mon ChâChuiche a traversé son long tunnel.
Nos dames sont belles, les gamins sont grands, tout le monde a la banane et moi, je rajeunis !

Et j'ai envie de croire que de là où il est, sûrement en train de trinquer avec l'Henri Jayer et le Charles Rousseau, mon Al' qui me manque tant nous regarde et sourit de nous voir toujours ensemble, malgré le temps qui passe et les tempes qui grisonnent.

Allez, trêve de nostalgie et vade retro l'émotion, en piste !






Domaine Zind Humbrecht, Alsace Riesling Grand Cru Rangen de Thann, 2008



Bouchon parfait.
Robe bouton d'or.
Nez délicat et causant, sur le citron confit, des notes minérales et de crème de menthe.
Bouche à point, très agréable par son équilibre ample au niveau du toucher de bouche mais droit par son acidité perçue.
L'ensemble est précis aromatiquement, ni opulent ni austère, offrant un équilibre gourmand et élégant à la fois.
Finale juteuse et élancée.
Très bien pour un vin qui m'a semblé à point.


Domaine Weinbach, Alsace Riesling Grand Cru Schlossberg, 2007



Bouchon parfait.
Robe cristalline, sans âge, sur des reflets verts d'une grande jeunesse.
Nez serré, presque fermé, sur de minces notes minérales et de citron.
Bouche droite, dense et concentrée à coeur, d'une jeunesse impressionnante, comme si le vin n'avait quasiment pas évolué, avec une trame tonique.
Finale salivante et longue mais les goûts qu'il faut aller chercher limitent le plaisir en l'état.
Un vin à l'avenir encore grand ouvert. Mais dont il est bien difficile d'imaginer le plateau de maturité.
Bien à très bien.


Domaine Albert Boxler, Alsace Riesling Grand Cru Sommerberg cuvée E, 2014



Bouchon parfait.
Robe jaune paille aux légers reflets verts.
Nez délicat, précis et causant à la fois, sur des notes de peaux d'agrumes avec un petit fruit discret qui s'enroule dans des senteurs de pierre chaude.
Bouche délicieusement tonique, sur une propulsion acide géniale qui vous remue le palais par sa motricité, toujours sur ces beaux goûts francs et fruités.
La présence d'amers d'agrumes accélèrent encore l'ensemble pour lancer une finale longue et pleine d'envie de se resservir.
J'adore !


Domaine Vincent Dauvissat, Chablis 1er cru La Forest, 2008



Bouchon imbibé au tiers.
Robe jaune paille très peu teintée.
Nez terne, sur des senteurs un peu éthérées, sans expression.
Bouche sans vice mais surtout sans vertu, illisible, froide, avec un côté strict et austère.
Finale chiante sans plaisir possible.
Décevant.


Domaine Jean-François Ganevat, Côtes du Jura Savagnin, Les Vignes de mon Père, 2002



Bouchon un peu imbibé.
Robe flippante, très trouble et sur le vieil or.
Nez fumé, grillé, évolué, avec un va et vient étonnant qui rafraichit quand on l'aère en prenant du fruit (peau d'orange) et qui s'échaude au repos.
Bouche difficile à lire, à la fois ample et droite, avec une vraie tenue mais que je ne parviens pas à apprécier totalement par le joyeux bordel qui s'exprime.
L'aromatique est similaire au nez, grillée minérale mais aussi évoluée.
Finale avec de la présence mais pas forcément un grand plaisir.
Un vin trop mystérieux pour moi.


Domaine Jean-Marc Burgaud, Morgon Côte du Py, 2003
Magnum



Bouchon imbibé au 3/4.
Nez assez moche au service, sur des notes un peu animales. Mais l'aération semble libérer le fruit, ce que confirmera la bouteille terminée le lendemain à laquelle le temps aura fait renaître les souvenirs de ces notes exotiques, presque d'abricot et mangue qui nous avaient fait nous pâmer avec Alain du temps des grandes heures.
Même phénomène en bouche où le vin une fois décomprimé livrera un jus à la petite sucrosité gourmande, sans plus aucune réserve de puissance mais avec un corps respectable et une finale juteuse aux jolis goûts fruités qui m'aura apporté du plaisir.
Un vin qu'il est sûrement temps de boire.

Ce cadeau de Jean-Marc pour honorer la mémoire des grands moments aura été digne de notre amitié et de nos souvenirs ensemble !


Clos de la Roilette, Fleurie, cuvée Tardive, 2005
Magnum



Robe grenat claire sans trace d'évolution.
Nez délicat, discret sans être austère, sur les petits fruits rouges et noirs, avec une impression de maturité idéale, entre la fraise et la myrtille.
Bouche posée, avec plus de droiture que le Morgon 2003, sur une impression de délicatesse sans faiblesse, avec une trame élancée agréable.
Finale structurée aux tanins imperceptibles, avec une petite relance acide un peu froide.
Plutôt très bien.


Château Figeac, Saint-Emilion Grand Cru, 2001



Bouchon à peine taché sur quelques millimètres.
Robe profonde mais sans noirceur ni évolution, sur un bordeaux soutenu presque bleuté.
Beau nez racé, à la fois sérieux et classe, sur les fruits noirs frais, le poivron rouge, un fin goudron. Bouquet noble et attirant à la fois.
Bouche encore trop jeune à mon goût où une fois une belle attaque juteuse et nerveuse passée, le vin se resserre autour de tanins encore à fondre.
L'ensemble reste néanmoins classieux, avec un bel équilibre mûr qui mérite juste du temps pour harmoniser ses éléments.
Finale sérieuse et longue.
Très bon mais à attendre à mon goût.


Domaine Armand Rousseau, Chambertin, 2013



Bouchon long en parfait état.
Robe grenat clair sans trace d'évolution.
Nez discret, peu causant, sur le poivre gris, une petite trace de gelée de fruits rouges mais rien de bien causant.
Bouche à l'avenant, autant dire carrément décevante, sur un côté flou et comme fluet, avec une dominante acide qui prend le pas sur une matière qui manque de chair.
L'ensemble semble un peu manquer de tout, de volume comme de fruit pour donner un vrai plaisir.
Finale trop saillante pour apporter du plaisir.
Très décevant.


Domaine de la Romanée Conti, Corton, 2011



Bouchonné !



Domaine du Prieuré Saint Christophe, Savoie, Mondeuse Prestige, 2009



Bouchon court mais en bon état.
Jolie robe sur des notes violacées toute jeunes.
Superbe nez de gelée de fruits noirs et de poivre, de girofle, avec un côté presque primaire.
Attaque juteuse avec un beau jus franc, sur des goûts complexes et généreux en phase avec le nez.
Le milieu de bouche manque toutefois un peau de fond pour prendre le relais, comme souvent sur les mondeuses, je trouve, donnant au vin un côté strict.
Finale encore toute jeune d'expression aromatique, avec de beaux tannins francs.
Très bien et avec du potentiel.


Domaine Robert Michel, Cornas, La Geynale, 1986



Et on y retourne pour un bouchon...


Château de Fonsalette, Côtes du Rhône rouge, 2004



Petit bouchon en bon état.
Robe rubis tuilée très clair.
Nez posé, agréable, sur un point d'évolution apaisé, sur l'orange sanguine, de fines notes résineuses.
Bouche charnue et juteuse, avec un confort très agréable par son côté fondu, soyeux, à la petite sucrosité délicieuse qui sait éviter le confit.
La complexité de goûts ajoute au plaisir ressenti pour un vin qui me remet le sourire.
Seule petite réserve du fragile de service, un peu d'alcool sur la finale.
Mais je chipote, c'était 'achement bon !


Domaine de la Grange des Pères, Vin de Pays de l'Hérault, 2005



Bouchon parfait.
Robe assez légère, sur un bordeaux avec une petite évolution marron.
Nez posé, sur les fruits noirs épicés, sans le côté irrésistiblement flamboyant de mes souvenirs.
Bouche qui confirme le point d'évolution, avec un côté facile, des tanins imperceptibles mais sans réserve de corps et ni grande allonge élancée.
Finale un peu simple même si bien agréable quand même.
Bien à très bien mais totalement à boire sur cette bouteille.


Domaine Macle, Côtes du Jura, 2011



Bouchon parfait.
Robe sur un doré gris assez léger.
Superbe nez délicat et complexe, sur un travail oxydatif fin qui ne sacrifie pas des notes fruitées, sur la noix de pécan, l'orange avec un côté fin.
Bouche délicieusement équilibrée, sans aucune brutalité, avec une attaque franche à la belle matière bien mûre portée par une acidité parfaite.
Le déroulé est juteux et frais à la fois, sur une trame longue et d'un parfait plaisir.
Très beau !


Weingut Wwe Dr H. Thanisch - Berncasteler Doctor Riesling Auslese Versteigerungsweine , 2004



Bouchon imbibé à moitié mais parfaitement adhérent.
Robe sur un bouton d'or soutenu bien brillante.
Nez immédiatement magnifique, d'un classicisme d'école qui met immédiatement la banane à la patronne et à l'Enzo par son côté fruité franc, sur les fruits blancs, le citron vert, ses notes de naphte et de crème de menthe.
Bouche délicieuse, pleine avec son joli corps souple à la sucrosité fondue et nerveuse par son acidité vertébrale parfaitement intégrée.
Finale pétrie de buvabilité, avec une allonge certaine et une grande complexité.
Délicieux !

Merci Jipé pour ta générosité !


Porto Niepoort, Colheita, 1997



Bouchon tout petit mais en parfait état.
Robe presque diaphane, sur un oeil de perdrix totalement dépigmenté sur l'extérieur du disque.
Très beau nez au bouquet complexe, sur le caramel, le chocolat au lait, des notes chaudes et patissières mais aussi pas mal d'alcool.
Même ressenti en bouche avec une attaque à la sucrosité franche, sur des goûts balsamique de tarte à la noix de pécan mais un feu ardent qui limite un peu le plaisir après un long repas.
Finale d'un grande complexité de goûts mais indéniablement capiteuse, avec un mutage qui perturbe l'équilibre.
Très bien.


Domaine La Soumade, Rasteau, 1998



Robe bordeaux marron.
Nez moche, oxydé, sur le bouillon de boeuf au céleri.
Bouche moins moche, sur une sucrosité tranchée par des tannins un peu râpeux qui font saliver et curieusement, des notes de fruits noirs plus frais que le nez ne laissait craindre.
Finale lourde et un peu rustique.
Un vin qui a sûrement passé son apogée.


Domaine Vial-Magnères, Rancio Très vieux, Al Tragou, 1990



Robe tuilée.
Nez confortable, rassurant, sur la datte, la figue, le tabac, les épices.
Bouche délicieuse, réconfortante, d'une sucrosité franche aux beaux goûts balsamiques, chocolatées mais sans aucune charge alcoolique perturbante comme sur le Porto.
L'équilibre est tout en douceur et remarquablement réussi.
Finale longue et épicée pétrie de plaisir.
Superbe vin !


 
Même mon copain Chambriard était de la partie !


Yeeeeeeeees !!
Malgré le stress, les quolibets, les bouchons traîtres et la montée à la Chapelle, j'ai survécu !

Ils sont magiques, les Alamis.
Alors que tu te prends un quinqua coup de vieux dans les gencives, grâce à eux, tu repars avec un giga coup de mieux !

Les copains,
Un énorme merci à tous de votre générosité et de votre indéfectible amitié.
Vivement de tous se revoir très vite,
Bises,
Oliv

 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jérôme Pérez, Yves Zermatten, PtitPhilou, Zapata, Olivier Mottard, PBAES, Gildas, Alain Hinant, Jean-Paul B., Sylv1, tht, Nilgiri, Jean-Bernard, legui, didierv, daniel.gureghian, Galinsky, enzo daviolo, jean-luc javaux, denaire, sideway, peterka, bertou, bulgalsa, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, alain_vin, Benoit Hardy, Vaudésir, DUROCHER, tomy63, TristanBP, romu, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, Med, starbuck, leteckel, David Chapot, ysildur, vvigne, KosTa74, éricH, Fredimen, Kiravi, Garfield, Vesale, LEON213, choubi38, Ilroulegalet, Allobroge, Alexdec, Droop
09 Mai 2024 16:08 #1296

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3924

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Merci Oliv pour ce partage, mais plus encore pour tout ce que tu nous donnes, sur LPV et dans la vraie vie. 
Fêter ton demi-siècle avec de tels amis nous fait rêver mais c'est surtout tellement mérité. 
Bravo à tous les Alamis d'honorer aussi bien Oliv. Et la mémoire d'Alain.
Longue vie à toi, à Brunette et à tes proches. Tu as trouvé une seconde famille : que la vie te donne plein d'autres moments de joie et de partage avec eux, et avec nous, tes autramis 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, legui, enzo daviolo, denaire, bulgalsa, La Vie est une Fête, Benoit Hardy, Agnès C, leteckel, Fredimen
09 Mai 2024 16:56 #1297

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1506
  • Remerciements reçus 2411

Réponse de Agnès C sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Je me demande si c'est le moment ou les bouteilles que j'envie le plus....
Le moment .
Tu dois le mériter, je ne vois que ça comme explication ou ils ont été méchants dans une autre vie (ouvriers d'abattoir, fonctionnaires a Vichy, jury de la Star Ac...)
​​​​Un quinquanniversaire de 6 mois ça se fête.
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Gildas, Jean-Paul B., Gilles T, enzo daviolo, Fredimen
09 Mai 2024 17:49 #1298

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6791
  • Remerciements reçus 3803

Réponse de Marc C sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Énorme merci à toi Oliv pour ce moment d'anthologie ! 

J'ai quasiment tout goûté comme le boss, avec des rieslings de haute volée et des pinots en dessous de tout (et servis à l'aveugle SVP, donc chapeau bas pour avoir gardé la "poker face" pendant les tentatives pour situer le chambertin 13, on a vu des jours plus faciles... 🥲)

Marc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., leteckel
11 Mai 2024 22:57 #1299

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 869
  • Remerciements reçus 5

Réponse de bibibi0 sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Un cinquantième anniversaire dignement fêté , et toujours des comptes rendus lus avec  plaisir , et maintenant que je connais le bonhomme c'est encore plus agréable .

En tout cas ,merci l'enzo, l'oliv et leurs  charmantes dames de m'avoir permis de passer une si belle journée pendant mon séjour sudiste , 

Vivement la prochaine les amis :)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, enzo daviolo
12 Mai 2024 10:36 #1300

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20430
  • Remerciements reçus 1947

Réponse de enzo daviolo sur le sujet Les amis, c'est la vie !

juste un mot sur les vins où j'ai eu une différence de perception gustative avec Oliv pour certains.
Pour le reste, je n'aurais jamais le talent épistolaire du maitre pour faire passer tant d'émotion et de plaisir à tous se revoir pour enfin honorer le changement de dizaine de la grande tige.
Il en a sué mais on s'est bien marré

le premier et le troisième riesling étaient magnifiques, le premier pour sa douceur tactile, son aromatique avenante et son charme apaisé lui conférant une grande harmonie, le troisième (Boxler) pour sa puissance, son dynamisme et la salivation qu'il proposait. l'ordre était parfait. Le second était très correct mais a pâti de la qualité des autres à mon sens. A noter que très peu étaient en riesling sur les deux premiers vins.

Contrairement à Oliv, j'ai bien aimé le Forest 08 de Dauvissat, très bien équilibré, certes dans un registre plus austère et droit, peu exubérant mais bien foutu, sans manque de matière pour moi, et très peu évolué.

les Vignes de mon pères c'est pas pour moi, pas précis, oxydatif, austère, pas ma came.

Lorsque j'ai gouté le Py 03 malgré la réduction forte et alors que tout le monde montrait sa déception, j'ai dit qu'il serait bien meilleur et au niveau attendu le lendemain. Je n'ai pu y regouté mais visiblement ces vins sont surprenant car c'est ce qui s'est passé.
La Roilette Tardive 05 était superbe, apaisée, délicieusement gourmande, ça serrait un tout petit peu encore en finale mais c'est tout ce qui fait qu'on est comptant d'avoir gardé de tels vins. et ce n'est pas fini.

Le Figeac était très bon même si sa droiture et ses tannins encore importants incitent à attendre encore pour gagner en gourmandise. mais il y avait clairement du vin.
Je passe sur les bourgogne...encore que ce qui m'a surtout marqué sur le Chambertin 13 c'est son absence de matière pour supporter un tel élevage. une décoction de bois.

Le Prestige 09 de Grisard était vraiment très bon, un poil ferme encore mais c'est un joli vin.
snif pour la Geynale

Fonsalette 04 était le plus beau rouge du jour pour moi, digne d'un grand Chateauneuf, il avait tout, la maturité pleine, la gourmandise unique des vins de ce coin et une vraie identité (sans faire très Reynaud, comme souvent les Fonsalette).

La Grange 05 était superbe pour moi mais surtout pour sa bouche car l'aromatique était vieillissante et peu archétype du domaine avec quelques notes végétales. Par contre la bouche était vraiment fondue, superbe de délicatesse sans manquer de fraicheur et d'ampleur.

Joli Macle aussi sur les fromages à pâte dure c’était un régal et le vin goutait finalement peu sur l'oxydatif avec la douceur tactile que je n'ai pas sur d'autres jaunes souvent ardents. Très beau blanc.

Super Riesling 04 chez Thanisch, énorme de gourmandise, sans caricature de bonbon sucré, avec beaucoup d’énergie de complexité. J'ai adoré.

Le porto n’était pas bien équilibré, trop d'alcool pour moi en bouche, dommage car le nez était complexe.

A côté les sucres français étaient superbe d'équilibre.
Le Al Tragou comme d'habitude, une merveille de complexité aromatique et un équilibre qui donne envie d'en boire malgré un sucre important.
Le Rasteau sorti à l'arrache, au contraire d'Oliv m'est apparu avec une magnifique (nez assez mutique) bouche équilibré, un joli jus sans chaleur ni excès de sucre qui s'est fondu et qui avec le chocolat matchait parfaitement.
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Gildas, Jean-Paul B., Sylv1, tht, legui, jean-luc javaux, Marc C, denaire, bertou, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, trainfr, TristanBP, Agnès C, Frisette, Med, leteckel, Fredimen, Ilroulegalet
13 Mai 2024 09:26 #1301

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 778
  • Remerciements reçus 440

Réponse de romu sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Joyeux anniv' Oliv' et merci pour ce CR!
Quand j'ai lu ces commentaires, ça me rassure dans ma nouvelle orientation de ne pas mettre plus de 50€ dans une bouteille!
Car j'ai regarder les côtes par curiosité et entre le Corton et le Chambertin cela représente 4200€! Çà commence à piquer quand même sérieusement pour des vins pas aux niveaux attendus!
Désolé pour ce hors sujet...

Je suis vieux, mais j'ai vu Dimebag sur scène!.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, enzo daviolo
13 Mai 2024 16:33 #1302

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2737
  • Remerciements reçus 678

Réponse de hannibal sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Car j'ai regarder les côtes par curiosité et entre le Corton et le Chambertin cela représente 4200€! Çà commence à piquer quand même sérieusement pour des vins pas aux niveaux attendus!
Désolé pour ce hors sujet...


Ne t'excuse pas, c'est bien légitime.
Passe encore pour le Corton bouchonné (on va dire que c'est la faute à pas-de-chance, même si ça fait cher le manque de bol), mais le Rousseau à 2 ou 3000 boules à un tel niveau de médiocrité, à moins qu'Oliv ne soit parvenu à un degré d'exigence et d'intransigeance digne d'un Schopenhauer ne trouvant plus de réconfort ailleurs que dans la muette sollicitude de son fidèle caniche, on n'est pas loin du vol qualifié, sauf à imaginer que quelque très vilain défaut de bouteille ne soit responsable de ce blasphème.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Ilroulegalet
13 Mai 2024 19:57 #1303

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95725
  • Remerciements reçus 26010

Réponse de oliv sur le sujet Les amis, c'est la vie !

romu post= écrit: Joyeux anniv' Oliv' et merci pour ce CR!
Quand j'ai lu ces commentaires, ça me rassure dans ma nouvelle orientation de ne pas mettre plus de 50€ dans une bouteille!
Car j'ai regardé les cotes par curiosité et entre le Corton et le Chambertin cela représente 4200€! Çà commence à piquer quand même sérieusement pour des vins pas aux niveaux attendus!
Désolé pour ce hors sujet...




 

Je commençais à peine à m'asseoir sans trembler après un peu de temps passé...

Quand tu sors les flingues de concours entrés en cave en son temps pour essayer de faire plaisir aux copains, tu espère toujours que le prix s'oublie et que la qualité reste.
Mais parfois, ça fait long feu...
Douloureusement.

C'est la vie de l'amateur, le jeu dangereux du partage à l'aveugle et la raison pour laquelle je ne regarde les factures qu'à la décision de l'entrée des vins en cave, jamais à la sortie.
Car la décence, c'est comme la noblesse, ça oblige.
Et dans le monde des valeurs qui sont les miennes, ça finit par interdire trop de choses.

Le post qui ouvre cette rubrique illustre tout ça mieux que mes mots.
Il y a 14 ans, Alain nous ouvrait un vin rarissime, un des derniers de sa cave, attendu pendant presque 3 décennies.
Et face au bouchon qui entachait le vin, ce que j'ai retenu de ce moment, c'est sa discrétion et sa tristesse.
Qui n'était pas celle d'avoir raté l'occasion de pavaner autour d’un grand nom.
Mais celle bien plus simple et profonde... de ne pas avoir pu faire et se faire plaisir.

Le jour où le monde du vin aura perdu ces valeurs là, il sera temps de tourner la page d'un univers qui ne sera plus qu'artificiel.

Mais en attendant, on continuera à jouer le jeu à fond, simplement, totalement, tant que nos moyens du moment et la profondeur ce qu'on a pu en d'autres temps entrer en cave nous le permettront.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, PtitPhilou, Olivier Mottard, Alex, Jean-Paul B., Sylv1, tht, legui, daniel.gureghian, enzo daviolo, Marc C, denaire, peterka, bertou, La Vie est une Fête, trainfr, hannibal, Atmosphere, TristanBP, romu, Papé, Agnès C, GAET, starbuck, leteckel, David Chapot, Fredimen, Vesale, choubi38, SG75
13 Mai 2024 21:26 #1304

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 747
  • Remerciements reçus 399

Réponse de Zapata sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Bravo oliv !

Nul autre que toi ne trouve mieux ces mots simples qui débarrassent chaque compte-rendu de tout orgueil déplacé et en restituent l'amitié primaire, celle de la générosité et du partage ! 

Profite de ce prochain demi-siècle !

Caramba !
Zapata

JMN
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Alex, Jean-Paul B., denaire, TristanBP, leteckel
13 Mai 2024 21:45 #1305

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95725
  • Remerciements reçus 26010

Réponse de oliv sur le sujet Les amis, c'est la vie !

hannibal post= écrit: sauf à imaginer que quelque très vilain défaut de bouteille ne soit responsable de ce blasphème.


Faut savoir que cette bouteille était prévue au réveillon 2023.
Mais comme le Pélusse avait la goutte au nez et la fièvre au corps, je l’avais remisée masquée chez l’Enzo.

Chez les zaffreux, ma cave a la réputation de faire tourner les gamays pour palais de bonhomme.
Allez savoir si la cave d’Aviolo n’a pas l’effet inverse sur les pinots…

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., enzo daviolo
15 Mai 2024 23:50 #1306

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2737
  • Remerciements reçus 678

Réponse de hannibal sur le sujet Les amis, c'est la vie !

Chez les zaffreux, ma cave a la réputation de faire tourner les gamays pour palais de bonhomme.
Allez savoir si la cave d’Aviolo n’a pas l’effet inverse sur les pinots


C'est diablerie ! 
Bon, c'est vrai qu'après, 13 ça peut être versatile, voire ingrat.
Avec le pif (surtout çui du Pélusse qui goutte), on n'est jamais à l'abri d'une couille.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv
16 Mai 2024 12:26 #1307

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck