Nous avons 2296 invités et 57 inscrits en ligne

Domaine Rostaing, Ampuis

  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7264

Réponse de matlebat sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Ampuis Cote Rotie Ampodium 2013

Bonjour à tous,

 
Fichier attaché :


CR: Côte Rôtie, Domaine Rostaing Ampodium 2013 (vidéo 5:35) : A 24H, très joli nez, harmonieux, de cassis, certes les notes sous-bois, ronce, sont un peu plus marquées qu’habituellement mais bien enrobées d’épice poivre, puis le bacon grillé, viande rôti sur le fond un peu moka, c’est très appétant et élégant surtout. La bouche est à l’unisson, corpulente, avec de jolis tanins soyeux, de la fraicheur un peu marquée, oui, mais donnant même un côté acidulé, friand (presque difficile d’imaginer 2013), un peu de tension qui ramène à 2013, sur le cassis, les épices, poivre, réglisse, le côté ronce, sous-bois, la pointe bacon grillé classe, et le fond léger moka. Belle finale, fraiche, certes, mais pas vive car bien enrobée, plus profonde que large, et jolie persistance tout en élégance… Un régal, vous l’aurez bien compris 😊 Excellent 92 (17)

Amicalement, Matthieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Vaudésir, LLDA
10 Avr 2023 18:23 #631

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7264

Réponse de matlebat sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Côte Rôtie La Landonne 2009

Bonjour à tous,

 
Fichier attaché :


CR: Côte Rôtie, Rostaing Landonne 2009 (vidéo 4:05) : Un nez plus profond, moins expressif, de cassis, de cerise, note plus poivrée, pointe fraiche, végétal, ronce, bourgeon cassis, sur un fond cacao , moka et léger cuir. La bouche est charpentée, droite, profonde, tanins quasi velours, de la structure, de la puissance mais de l'élégance c'est assez altier, sur le cassis mûr mais pas confit, note épice poivre, pointe fraiche ronce, fond moka, cacao et léger cuir. La finale est puissante, profonde et belle persistance à nouveau. Excellent mais a attendre, fait encore très jeune... Excellent-Exceptionnel 94-96 (17,5-18+)

Amicalement, Matthieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Alex, Jean-Loup Guerrin, toubib063
23 Avr 2023 18:51 #632

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7264
Bonjour à tous,

  
Fichier attaché :


CR: Côte Rôtie, Rostaing Ampodium 2017 (vidéo 10:55) : Un nez expressif, classique, de cassis, jolies notes de violette puis poivre, pointe bacon fumé, fond léger moka. La bouche est corpulente, expressive, bien fraiche, vive, à peine enrobée de jolis tanins soyeux, sur le cassis, la mûre pas encore mûre, note violette marquée puis épice poivre, pointe bacon grillé, fond léger moka. La finale est vive, tonique, et belle persistance tout en fraicheur. Excellent 91 (16,5) Un vin frais, vif, tonique, très bon et facile, pour une belle soirée d'été :-)

Amicalement, Matthieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, Bramaterra
14 Mai 2023 19:28 #633

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1170
  • Remerciements reçus 4070
LPV Beaune #41 : Manger épicé ne réussit pas toujours pour LPV Beaune

CR: Domaine Rostaing - Cote Rotie "Cote Blonde" 1999

KRABB
Robe grenat brun, dépôt.
Nez sur des notes tertiaires, sous bois, poivre noir. Nez très bordelais.
La bouche est agréable, confortable, très "notable de compagne", très académique.
L'ensemble est élégant, les tanins sont fondus, la longueur correcte.
Ce vin n'a pas de défaut mais est très (trop) technique d'après mes critères, ce qui ne permet pas de trouver l'émotion qu'on aurait pu attendre.
Un très bon vin au demeurant.

VVIGNE
Robe intense et peu évoluée malgré la présence de dépôts
Nez sérieux et frais, typé cabernet.
A l'inverse, belle souplesse en bouche, bel équilibre, juteux
Finale plus acide mais salivante et séveuse, un peu chaleureuse.
Au final, une côte rôtie difficilement identifiable et "bipolaire", mais offrant bien du plaisir tout de même.
A boire / A garder
 

LPVialement, Maxime, LPV Beaune
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: matlebat, Jean-Loup Guerrin, LLDA
19 Jui 2023 18:26 #634

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1622
  • Remerciements reçus 3261

Réponse de peterka sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Côte-Rôtie La Landonne 2006

CR:
Domaine René Rostaing Côte-Rôtie La Landonne 2006
Bouquet ouvert sur le lard fumé, les fruits noirs, la tabac et les épices orientales. Notes sanguines marquées et touche minérale en arrière-plan ajoutent du caractère. La bouche est ferme mais fruitée campée sur des tanins d’une grande finesse. C’est savoureux, concentré, effilé et sans gras excessif, avec une petite note végétale et des amers subtils en fin de bouche. Longueur appréciable avec un retour du fruit qui compense parfaitement une certaine impression d’austérité générale. Excellent et à point de bout en bout.
Pierre
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, matlebat, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, LLDA
20 Jui 2023 12:31 #635

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1202
  • Remerciements reçus 1889
Par Claudius


Anthony nous sert un vin élégant avec des notes de guarrigue, Yves dit ventre de lièvre, nous voici sur la bonne piste puisqu'il s'agit de 
CR: Rostaing Côte Rôtie La Landonne 2007 
élégant, en fait délicieux mais sans toutefois atteindre le niveau du 1999
16 Juil 2023 17:02 #636

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 322
  • Remerciements reçus 468

Réponse de th7513 sur le sujet Domaine Rostaing, Côte-Rôtie La Landonne 2013

CR: Domaine Rostaing, Côte Rôtie La Landonne 2013

Bouteille ouverte 3h avant le repas (pour mon anniversaire) et servie à 15° dans des verres Zalto Bordeaux.

Nez puissant avec beaucoup de fruit.
En bouche c'est très fin, équilibré, délicat, avec une longueur XXL.
L'aromatique est complexe et entêtante sur la fraise des bois, la cerise burlat, un peu de violette et des notes épicées.
Il y a aussi ce côté terrien et ferreux que j'attendais de ce terroir de la Landonne, mais sans aucune rusticité ni dureté.

Un vin à point et d'une très grande classe que je mets à la hauteur d'un grand cru de Gevrey et sans doute la syrah la plus raffinée qu'il m'ait jamais été donné de boire...

A noter que les vins de René Rostaing nous avaient d'emblée paru très réussis sur ce délicat et tardif millésime 2013, confirmation donc avec cette bouteille.
Je mets cette Landonne 2013 largement au-dessus de la 2012 bue il y a 2 ans.

Exceptionnel et sans doute pour plusieurs années encore.

Cordialement,
Thomas.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Alain Hinant, johesu, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, DUROCHER, LucB, Frisette, starbuck, leteckel, LLDA, Garfield, Vesale, Ilroulegalet, Jean F, Allobroge
11 Aoû 2023 22:02 #637

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2840
  • Remerciements reçus 4096

Réponse de denaire sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Côte Rôtie Ampodium 2010

CR: Domaine Rostaing, Côte Rôtie Ampodium 2010
Bu à l'aveugle en bonne compagnie.

 

Le nez est joli, assez expressif, il évolue entre des notes de fruits rouges (fraise, cerise) bien mûrs, un petit côté végétal (qui m'évoque la feuille de figuier) et quelques notes épicées.

La bouche est à la hauteur, elle est dense avec de petits tanins fins mais encore fermes, une délicate amertume. Il y a du volume, une  belle matière, du fruit et de la fraîcheur. L'évolution à l'aération est en revanche moyenne, le lendemain on a perdu en gourmandise, la bouche paraît plus étriquée, les notes végétales sont plus en avant.

Un vin tout en contrastes, à la fois puissant et fin, mûr et frais, avec une forme d'austérité et de gourmandise en même temps. Il me semble parfaitement à point.

A l'aveugle, mon cœur balance entre la Côte de nuits et Chateauneuf (on n'y est pas...), avec une vinification en vendange entière (ça ok). A aucun moment je n'ai pensé retrouver les marqueurs d'une syrah, en revanche.

Merci qui ? Merci Gui !

Très bien +

Mathieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Alain Hinant, matlebat, bertou, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, DUROCHER, Papé, oberlin, starbuck, leteckel, jd-krasaki, Garfield, Ilroulegalet, Manas
16 Nov 2023 22:56 #638
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 473
  • Remerciements reçus 758

Réponse de legui sur le sujet Domaine Rostaing, Côte Rôtie Ampodium 2010

Le plus étonnant dans ce vin a été ce nez que j’ai trouvé ultra tourbé, digne d’un whisky. Première fois que je sens ça sur une cote rôtie… 
Le reste était assez classique, violette, réglisse, etc.  mais je n’étais pas à l’aveugle - donc mieux vaut se fier aux impressions du cobaye ci-dessus !

Guillaume
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, matlebat, denaire
17 Nov 2023 17:36 #639

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7264

Réponse de matlebat sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Ampuis Cote Rotie Ampodium 2014

Bonjour à tous,

 
Fichier attaché :


CR: Côte Rôtie, Rostaing Ampodium 2014 (vidéo 5:20) : Un nez de cassis puis des notes d'orange sanguine évoluant vers un côté végétal noble vendange entière, mais le tout assez marqué, pointe lardée et poivre plus classique, fond amande douce et moka. La bouche est corpulente, large, tanins ronds, de la fraicheur, c'est tendu tout juste enrobée, mais cela reste friand zt élégant, sur le cassis, note lardé, bacon prennent le dessus sur le côté végétal, vendange entière, puis épice, orange sanguine, poivre, fond surtout amande, et un peu moka. La finale est fraiche tanin un peu anguleux, accroche légèrement en finale, et persistance intéressante. TB-Excellent 91 (16,5)

Amicalement, Matthieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Loup Guerrin, LLDA
26 Nov 2023 16:33 #640

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1115
  • Remerciements reçus 2628

Réponse de David Chapot sur le sujet Domaine Rostaing, Ampuis Passage au domaine

La saison des visites en cave reprend aujourd'hui avec un passage au domaine ce matin où je suis reçu par René :
Les 2023
Ampodium : ouvert fruits rouges, plein; raisin frais, violette; vin charmu mais frais.
Ampodium fût neuf : échantillon destiné à "rincer" une barrique neuve destiné à un autre vin. Aromatique assez peu changée, mais la structure est plus ferme/serrée/sêche; sera assemblé avec le reste de la cuvée ensuite.
Landonne :  arômes plus noirs, plus sauvages, ronces. Vin plus fougueux en bouche, qui possède sans surprise plus de maĉhe.
Blonde : premiers arômes de liqueur de framboise, tannins plus denses mais plus fins que la Landonne, poudreux, qui donne une bouche plus sphérique.
Les 2022
On prend les mêmes en 2022 et on recommence, ça vaut pour les vins comme pour les commentaires! Sans le vouloir, je me retrouve avec les mêmes notes que celles que j'ai écrites pour les 2023, avec l'aromatique de la Landonne un peu en retrait et la structure qui ressort davantage. Nous terminons par la Côte Brune Le Moulin 2022 : nez très vin de griottine au chocolat, de rouille, plus fin, moins entêtant que les arômes de framboise de la Côte Blonde. La bouche commence en étant moins massive que celle de la Blonde, plus pointue/svelte mais elle monte peu à peu en intensité et dure plus longtemps que celle de la Blonde, en faisant saliver. C'est absolument absolument remarquable! Si les arômes de rouille peuvent évoquer la Landonne, on se rend compte en regoûtant cette dernière après le Moulin que la bouche de la Landonne part davantage dans tous les sens, qu'elle plus rustique, moins canalisée et moins longue que le Moulin.  On termine la dégustation par le Condrieu 2022 aux arômes de fruits blancs (peu d'abricot, de pêche), avec une bonne construite, fraîche, longue, présente; un très beau vinn de gastronomie.
 
Conclusion
Voilà des vins fidèles à ce que l'on attend de leur terroirs, frais, jamais trop riches. Pas facile de voir qu'il s'agit d'années riches tant ils sont équilibrés/frais. Chaque terroir ressort et présente les mêmes caractéristiques sur ces 2 années. La Côte-Brune (le Moulin) 2022 est grand, une forme d'évidence, comme l'était le 2020 bu il y a un an et demi.
Je remercie René pour la gentillesse de son accueil et sa générosité. J'ai hâte de déguster les 2022 et 2023 des autres domaines dans les prochaines semaines...

David Chapot.
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PtitPhilou, Olivier Mottard, Axone35, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, DUROCHER, LucB, Papé, starbuck, LLDA, the_ej, Garfield, Ilroulegalet
28 Nov 2023 18:09 #641

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1115
  • Remerciements reçus 2628
Bu ce soir un CR: Côteaux du Languedoc Puech Noble 2013 de René Rostaing
Robe :
grenat clair, du dépot en suspension.
Nez : secondaire/tertiaire : fruits rouges macérés, viande rouge fraîche, mais aussi orange, thé, cendre, fumé, épices (poivre), réglisse, terre. Très complexe, kaléidoscopique.
Bouche : attaque fraîche puis le corps/la masse tannique s'imposent, avec une ampleur/sphéricité qui tranche avec le fond frais. Tannins serrés, arômes floraux, de terre. Finale qui retombe un peu trop vite par rapport aux promesses du nez.
Conclusion : Très bien en moyenne, grand vin pour le nez mais seulement  bon vin pour la bouche. Il m'apporte plus de plaisir que certaines Côte-Rôtie à l'instant t (par exemple Ampodium 2011 moins complexe au nez en août dernier, et dont la bouche ne se démarquait pas suffisamment pour supplanter le nez, ou même les Grandes Places 2007 de Clusel bu récemment, avec plus de densité mais terne au nez comme dans le relief en bouche) mais qui, pour recadrer les choses, placé en tant que pirate en 1999 au milieu d'une verticale de Landonne, était notablement plus simple, pas à la hauteur. Je ne demande pas à ce vin plus que ce qu'il n'est mais suis heureux de son succès face à des vins qui ne sont peut-être pas tout à fait ce qu'ils devraient être.
David Chapot
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, matlebat, Jean-Loup Guerrin, Papé, LLDA, Ilroulegalet
29 Nov 2023 00:49 #642

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5596
  • Remerciements reçus 9009

Réponse de starbuck sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Côte Rôtie La Landonne 2009

CR: Domaine Rostaing, Côte Rôtie La Landonne 2009

Là on change de monde.
Une robe très profonde.
Un nez assez jeune sur les fruits noires, mûres et cassis.
Un peu de réglisse et des épices avec une certaine intensité.

La bouche est puissante mais absolument pas austère.
Les tannins n'assèchent pas, il y a de la fougue et de la persistance en fin de bouche.
Mon ami pense à quelque chose de grand mais qui doit pouvoir gagner en complexité tant ça semble encore jeune.

Une très belle cuvée qui nous donne envie de goûter plus souvent ce domaine.

Un repas, mes amis ...

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, bibi64, LucB, LLDA, Ilroulegalet
24 Déc 2023 18:13 #643

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95357
  • Remerciements reçus 25528
CR: Domaine Rostaing, Côte Rôtie La Landonne, 2009

 

Belle robe profonde entre deux âges. 
Nez posé, franc, sur un point d’évolution très agréable, avec un fruit noir enroulé dans des épices douces qui forme un ensemble à la fois causant et délicat. 
Bouche à l’avenant, très accessible par un équilibre matière acidité parfaitement lisible, sur des tanins intégrés et une forme de plénitude confortable. 
Finale déliée et nette d’une grande immédiateté. 
Très bien. 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, sideway, bertou, Jean-Loup Guerrin, GILT, starbuck, LLDA, Martino, Monard, Manas
31 Déc 2023 13:02 #644
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 185
  • Remerciements reçus 838

Réponse de Pinardo sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Côte Rôtie La Landonne, 2011

CR: Domaine Rostaing, Côte Rôtie La Landonne, 2011

La bouteille est déjà bien évoluée vers le côté fumé, lardé, sous-bois et même un peu de tabac. Du coup en dégustation pure ce n'est pas la gourmandise du vin qui saute au palais. Mais il reste un fond de fruits noirs et en mangeant c'est joliment complexe. Pas grand mais agréable. 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Alain Hinant, Jean-Loup Guerrin, DUROCHER, starbuck, leteckel, LLDA
31 Déc 2023 15:09 #645

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7264

Réponse de matlebat sur le sujet CR Domaine Rostaing, Ampuis Cote Rotie Ampodium 2021

Bonjour,

   
Fichier attaché :


CR: Côte Rôtie, Rostaing Ampodium 2021 : Un nez qui là aussi, nécessite quelques heures pour s'ouvrir, sur le cassis, joli note fleurie violette, pointe épice, plus patchouli, réglisse que poivre, fond noyau, fumé et léger chocolat assez friand. La bouche est corpulente, droite, profonde, joli matière soyeuse qui tapisse, c'est plus en longueur, sur le cassis, les note florales et épice, violette, patchouli, pointe poivre, fond amande, noyau, très léger fumé/moka. La finale est fraiche, tonique mais empreinte bien enrobée, et jolie persistance. Pas forcément le fond pour une longue garde, mais une fraicheur tonique bien enrobée pour se faire plaisir sur les 10 prochaines années. TB-Excellent 91 (16,5).

Amicalement, Matthieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Loup Guerrin, oberlin, LLDA
14 Jan 2024 18:40 #646

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1202
  • Remerciements reçus 1889
LPV Franche-Comté : Session "améliorée" par Le Teckel


CR: Domaine Rostaing - Côte-Rôtie - Ampodium 2013
Nez fruité, cassis en avant, épices.
Bouche très épicée / poivrée.
Grande finesse et grosse fraicheur. On sent que c'est encore jeune mais déjà très bon.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, LucB, LLDA
02 Fév 2024 19:03 #647

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1115
  • Remerciements reçus 2628

Réponse de David Chapot sur le sujet Domaine Rostaing - Côte-Rôtie - Ampodium 2014

Bu aujourd'hui le CR: Côte-Rôtie Ampodium 2014 de René et Pierre Rostaing : (dans cet ordre puisque c'est le dernier millésime dont René a officiellement assumé la responsabilité) :
Robe : reflets pourpre, pas noirs, pas tuilés, intermédiaires entre une Côte-Rôtie jeune et très évoluée.
Nez : très retenu à l'ouverture de la bouteille; petits fruits rouges, un peu de violette, bois sec, il ne donne pas tout
Bouche : attaque assez pointue, mais plus de velouté vient en milieu de bouche; tannins veloutés, arômes de chocolat noir, avec un petit côté sec. Persistance aromatique correcte, sans plus, longueur des tannins qui lui est supérieure.
Conclusion : Bien. Vin agréable, mais fermé, à la structure un peu anguleuse il me semble, mais pas au sommet de son potentiel je pense. Il ne présente plus à ce jour les beaux arômes de poivre blanc qu'affectionne René et que j'avais perçus il y a 2 ans. Assemblage de l'Ampodium habituel, de la Landonne et de la Blonde dans ce millésime compliqué.
David Chapot.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Alain Hinant, matlebat, bertou, Jean-Loup Guerrin, bibi64, LucB, LLDA, Ilroulegalet
11 Fév 2024 13:55 #648

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6430
  • Remerciements reçus 12942

Réponse de Olivier Mottard sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Côte-Rôtie, Ampodium, 2014

 


CR:

Domaine Rostaing - Côte-Rôtie Ampodium 2014

Même bouteille que celle dégustée dans le  compte-rendu de David ci-dessus.
Bouchon long, de belle qualité.
Robe entre deux chaises ni jeune ni évoluée.
Un nez essentiellement viandeux et de graphite le premier jour qui évoluera sur des notes plus végétales qui évoquent la cosse de petits pois et la feuille de cassis.
Bouche en demi corps, légèrement plus dense en milieu de bouche avec un tanin plutôt fin et une acidité plus marquée.
La longueur est moyenne et le vin semble renfrogné.
Peu de plaisir en l’état.
A revoir.

Note : 14,5/20.
Garde : à revoir, en espérant une amélioration.

Difficile ce millésime 2014 …

Olivier 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Alain Hinant, matlebat, bertou, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, LucB, romu, Papé, starbuck, leteckel, jd-krasaki, LLDA, Ilroulegalet, Manas
15 Fév 2024 08:06 #649
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7264

Réponse de matlebat sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Ampuis Ampodium 2014

Bonjour à tous,

 
Fichier attaché :


CR: Côte Rôtie, Rostaing Ampodium 2014 (vidéo 2:40) : Un nez qui s'ouvre lentement, sur le cassis, note terreuse, roche, tourbe, profonde, puis épice poivre, pointe un oeu marqué ronce, rafle, fond léger moka, cacao. La bouche est corpulente, tendue, fraiche, tanins ronds qui enrobent, sur le cassis, puis plus fruit rouge, groseille, note plus végétale, ronce, rafle, sous-bois, voir tourbé, pointe épice poivre, fond amande, cacao et léger moka. La finale est fraiche, tonique, et persistance intéressante. TB 89 (15,5)
PS/Edit : Après lecture du CR d'olivier juste au dessus, et après 48H... tout juste regoutté (vacuviné et frigo), c'est vrai que c'est quand même très végétal ce 14, je me réajuste TB 89 (15,5) car cela reste je trouve un joli vin, et ce fruit léger acidulé me plait quand même bien, de la complexité même si un peu marqué végétal..

Amicalement, Matthieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, LLDA
15 Avr 2024 17:58 #650

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6430
  • Remerciements reçus 12942

Réponse de Olivier Mottard sur le sujet Domaine Rostaing, Ampuis Ampodium 2014

Bonsoir Matthieu,

"Après lecture du CR d'olivier juste au dessus, et après 48H... "

Effectivement, ressenti similaire mais je te trouve plus indulgent pour la note.   

Amicalement,

Olivier
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: matlebat
15 Avr 2024 20:02 #651

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7264

Réponse de matlebat sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Ampuis Ampodium 2014

Bonjour à tous,

Nouvelle bouteille d'ampodium 2014, et cette fois, je suis olus proche du ressenti d'Olivier, sur cette bouteille...

 
Fichier attaché :


CR: Côte Rôtie, Rostaing Ampodium 2014 : Un nez assez fermé à l'ouverture, a 3H on est plutôt sur le fruit rouge, coulis fruit rouge, notre fraiche végétal, ronce, rafle, pointe épice plutôt réglisse, fond bacon grillé. La bouche est corpulente, droite, fraiche, tanins tout juste soyeux et finale fraiche, tanins un peu anguleux, et persistance intéressante. Mieux le lendemain plus harmonieux. TB 89 (15,5)

Amicalement, Matthieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Loup Guerrin, LLDA
26 Mai 2024 17:34 #652

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1115
  • Remerciements reçus 2628

Réponse de David Chapot sur le sujet Domaine Rostaing, Côteaux du Languedoc Puech Noble 2013

Bu ce soir un CR: Côteaux-du-Languedoc Puech Noble 2013 de René Rostaing :
Robe : grenat sombre, reflets de chocolat noir.

Nez : fruits rouges mais aussi des notes de bois sec et framboise.
Bouche : attaque fraîche et ferme, avec un certain volume. Aromatique sur les fruits rouges frais, pas hypercomplexe mais agréable, des tannins de type bois sec qui donnent de la longueur et du potentiel de garde au vin.
Conclusion : Très bien. Vin qui arrive à maturité, avec les caractéristiques de tannins un peu secs du millésime, qui lui permettront de se garder. J'aime beaucoup ce vin pour son authenticité.
David.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, matlebat, Jean-Loup Guerrin, Papé, LLDA
31 Mai 2024 22:09 #653

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7264

Réponse de matlebat sur le sujet CR: Domaine Rostaing, Cote Rôtie Ampodium 2015

Bonjour à tous,

 
Fichier attaché :


CR: Cote Rotie, Rostaing Ampodium 2015 (vidéo 4:40) : Un nez assez discret encore, de cassis, note fraiche végétal, ronce, rafle pointe épice réglisse, poivre, fond bacon grillé, viande rôti. La bouche est charpentée, droite, de la structure, tanins soyeux, denses, c'est presque profond,  structure marquée sur le cassis, la mûre sauvage, note végétal ronce rafle, buisson de la mûre, pointe épice réglisse, voir poivre, fond viande rôti, bacon grillé. La finale reste fraiche, tanins un poil granuleux dans l'empreinte, et persistance intéressante. TB-Excellent 90+ (16+). Je dirai entre 2 eaux, a attendre pour plus de détente, d'expression.

Amicalement, Matthieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Alex, chrisdu74, Jean-Loup Guerrin, DUROCHER, LLDA
02 Jui 2024 17:53 #654

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1115
  • Remerciements reçus 2628
Côte-Rôtie Côte Blonde
René et Pierre Rostaing
Verticale 1978-2020

Ampuis          le 13 avril 2024

Introduction
[justify]
René Rostaing a longtemps été considéré comme quelqu’un à part dans l’appellation Côte-Rôtie Il n’a pas toujours été vigneron, il n’était pas fils mais gendre/neveu/petit-fils de vigneron, il s’est toujours tenu à part des instances officielles, vendait plus à l’étranger qu’à la clientèle locale… D’ailleurs, c’est un autrichien qui me l’a présenté en 2000 et mes amis allemands qui m’ont appris le vin le connaissaient avant moi !

René m'a accueilli comme un fils dès notre première rencontre en 2000 et m’a tout donné depuis : il m’a accueilli aussi souvent que je le souhaitais pour déguster ses vins, m’a transmis son expérience lors de nos nombreuses discussions, m’a convié à son club de dégustation avec ses amis à Lyon, il m’a invité à une dégustation de vieux millésimes avec John Livingstone en 2011. Pierre aussi m’a tout donné, en m’accordant son temps lors de dégustations intégrales sur fût, me permettant de déguster les vins d’un domaine renommé en 2011, m’ouvrant des portes.

De mon côté, j’ai le sentiment de ne pas avoir rendu à René et Pierre autant qu’il m’ont donné avec des dégustations formidables de vins du domaine dont je n’ai jamais véritablement écrit/publié des compte-rendus de dégustation détaillés/argumentés/travaillés alors que je l’ai fait avec d’autres vignerons.

J’avais envie de rendre hommage à René et Pierre et patiemment rassemblé des verticales intégrales de Landonne et Côte-Blonde depuis que je connais René (millésime 2000) comme je le fais pour tous mes vignerons amis mais, comme pour la verticale de Landonne qui a eu lieu l’année dernière, René et Pierre ont tenu à nous offrir tous les vins avec de nombreux millésimes que je n’avais pas en cave qui ont fait de cette dégustation un moment unique.[/justify] [justify]
Suivez le guide![/justify]


1ère partie de la dégustation

Mise en bouche
[justify]Côte-Rôtie La Landonne 1994 (en magnum) : robe avec des reflets bruns, qui fait son âge. Très beau nez de réglisse, de terre, de chocolat. En bouche, l’attaque me frappe par son moëlleux que je n’attendais pas forcément, le vin est très chocolaté, avec des notes de rouille. Le vin a passé 30 ans dans la discrétion mais avec présence (John le qualifie de Didier Deschamps des millésimes!). Très Bien.[/justify] [justify] [/justify]
Millésimes frais : 1993, 1994 et 2008
[justify]Côte-Rôtie Côte Blonde 1993 : superbe nez de framboise sauvage (ce n’est pas la seule fois que je l’écrirai…), d’orange sanguine, de jus de viande, un peu lardé, sanguin. La bouche est clairement marquée par l’acidité mais ça ne me gêne pas, au contraire, car elle en fait un vin plein de vie, vibrant, dynamique. Mon préféré de la série : Très bien++.
Côte-Rôtie Côte Blonde 1994 : nez plus sombre, taciturne, plus sec, moins fruité que la Côte-Blonde 1993 et la Landonne 1994 ; il doit s’ouvrir… Les notes de fruits rouges arrivent au bout de quelques minutes mais moins nettes/franches que dans le 1993. La bouche est moëlleuse comme la Landonne 1994, mais avec une matière plus mate et des arômes moins sexy que le 1993, même si le vin possède à l’évidence plus de fond. Bien++
Côte-Rôtie Côte Blonde 2008 : premier nez avec un fruit plus végétal, voire herbacé avec un trait de vert (cosse de petit pois) auquel je suis sensible. L’aromatique est assez fermée, on décèle un peu de fruits rouges et de poivre blanc. La bouche est beaucoup plus jeune que dans les 2 vins précédents, avec des tannins encore vifs. Le vin est à attendre, il est encore fermé, c’est sans surprise le moins prêt de la série. Bien.
Remarque : René a essentiellement produit un seul vin dans ce millésime difficile, la « cuvée terroirs », sauf quelques bouteilles de cette Côte Blonde que des clients avaient commandées avant que la décision d’assembler soit prise.
Bilan : ces millésimes dits difficiles ont bien traversé le temps, avec une mention spéciale pour le 1993 que René ne voulait pas servir initialement car jugé trop difficile ; à 31 ans dans ce qui est le millésime le plus compliqué depuis 1988, le vin offre toutes les caractéristiques (notamment aromatiques) de son terroir, sans altération. Les vins ne sont absolument pas fatigués et le terroir de Côte-Blonde ressort déjà très bien.[/justify] 
Millésimes classiques et accomplis : 2001, 2006 et 2007
[justify]
Côte-Rôtie Côte-Blonde 2001 : Nez de framboise sauvage, de viande fraîche, un peu d’orange. L’attaque est assez fraîche, tendue, mais la bouche présente rapidement un moëlleux que je retrouve dans la Landonne et la Blonde 1994. Finale de réglisse. Très bien.
Côte-Rôtie Côte Blonde 2006 : Nez de framboise (encore!) mais plutôt de vinaigre de framboise cette fois-ci. Bouche tendue, fraîche, avec beaucoup de dynamisme en bouche, dans l’esprit du 1993. Vin très élégant, sapide, long. Très bien++
Côte-Rôtie Côte Blonde 2007 : nez plus intense, plus fruité sur la framboise que le vin précédent. La bouche possède moins de relief que les vins précédents, elle est un poil trop crêmeuse ; certains décèlent d’ailleurs un élevage avec un bois neuf un peu marqué qui assêche un peu le vin. Très bien-.
Bilan : belle série qui porte bien son nom ! Les vins sont plus denses, complets que les précédents, et très agréables à boire aujourd’hui.[/justify] 
Millésimes en 5 (structurés) : 1995, 2005 et 2015
[justify]
Côte-Rôtie Côte Blonde 1995 : Robe plus claire que les vins précédents. Nez retenu, frais, de rose, de framboise encore, très classe et profond. Des notes fumées/d’anchois à l’aération. Bouche sereine, aboutie, avec à la fois du moëlleux mais aussi de la tension en bouche. Équilibre remarquable, vin qui fait plus jeune que son âge. Excellent/Grand vin !
Côte-Rôtie Côte Blonde 2005 : robe pourpre, vin rouge, pas noir dit un participant! Nez de framboise encore, mais plus jeune, plus pur que le précédent. Mentholé, frais, aux tannins solides ! Jamais je ne lui aurais donné 19 ans à l’aveugle ! (j’aurais plutôt dit 10-12!). Vin plein de jeunesse qui a l’avenir devant lui ! Excellent+ !
Côte-Rôtie Côte-Blonde 2015 : robe plus sombre, plus intense. Nez clairement plus jeune,  des arômes de café/toastés qui s’ajoutent à ceux de fruits rouges. En bouche, les tannins sont veloutés/bien enrobés mais fermes et dégagent beaucoup de puissance. Grand potentiel de garde! Le vin demande évidemment plus de temps pour s’exprimer que ses aînés de 10 et 20 ans mais il s’inscrit clairement dans le même chemin!  Excellent+ !
Bilan : Whaouhhh ! Superbe série de millésimes en 5 dans lesquels on perçoit une vraie lignée. Il est intéressant de remarquer ces millésimes fermes révèlent particulièrement bien le terroir de la Côte Blonde car la puissance de fins tannins denses mais civilisés n’empêche en rien aux délicats arômes de framboise sauvage de s’exprimer.[/justify] 
Millésimes de Pierre : 2017, 2019 et 2020
[justify]
Côte-Rôtie Côte Blonde 2017 : nez splendide de framboise avec des notes de fumée, dans lequel on note peut-être une petite note d’alcool. La bouche est acidulée, agréable, aromatique avec une structure riche, pleine, et des relans de vinaigre de framboise en rétro. Très bien++
Côte-Rôtie Côte Blonde 2019 : nez plus sérieux, plus fermé, avec des arômes plus sombres (fruits noirs en plus de la framboise qui est plus mate). Bouche très ferme, posée, très structurée, certainement la plus dense qu’il nous a été donné de déguster aujourd’hui. Excellent++ mais en devenir.
Côte-Rôtie Côte Blonde 2020 : arômes de raisin frais, de jus de raisin, qui me rappelle presque un vin tiré sur fût ! La bouche est beaucoup plus fluide que les 3 vins précédents, le vin glisse tout seul. Le vin possède du fonds et une persistance toute aussi grands que pour ses ainés, avec plus d’accessibilité tout simplement, qui le rendent plus appréciable actuellement. Excellent.
Bilan : le passage de relais de René à Pierre est concomitant avec le réchauffement climatique avec une série de millésimes entre 2015 et 2020 solaires, chauds (exception faite de 2016 plus frais) qui sont pratiquement du jamais vu (record absolu de températures dans la parcelle de la Garde en 2019). Mais la trame des vins reste la même, avec une finesse/noblesse aromatique accompagnée d’une structure ferme naturellement renforcée par la puissance des millésimes mais parfaitement domptée/enrobée/élevée par Pierre. On ne peut que se réjouir d’en avoir en cave mais il faudra s’armer de patience pendant 15/20 ans à mon sens![/justify]
2ème partie de la dégustation  
Mise en bouche
[justify]
Côte-Rôtie La Landonne 1994 (en magnum) : nez ouvert sur le cuir, un côté ferrugineux selon moi alors qu’un autre dégustateur décèle de la violette. Bouche fondue qui possède du moëlleux, avec des arômes de cuir, chocolat, de rouille. Très bien.
[/justify]
Millésimes tendres : 1992, 2000, 2004 et 2011
[justify]Côte-Rôtie Côte Blonde 1992 : robe chocolat, c’est-à-dire tuilée, mais parfaitement brillante. Nez de framboise et de chocolat noir, très séducteur. Bouche avec du moëlleux, un peu moins que la Landonne 1994, mais qui possède moins de relief et de longueur que la Côte-Blonde 1993 et se montre un peu mollassonne. Bien+.
Côte-Rôtie Côte Blonde 2000 : nez de gelée de framboise un peu oxydée, de chocolat au lait, plus profond que le vin précédent, avec quelques notes d’anchois. La bouche montre également plus de longueur, de complexité, de moëlleux même si on a l’impression que le vin ne se livre pas complètement. Très bien++
Côte-Rôtie Côte Blonde 2004 : Premier nez mentholé, floral, on n’est pas loin du trait de vert du millésime 2004. Puis le vin s’ouvre et on retrouve les notes de framboise et de chocolat. La bouche est plus fluide que le vin précédent, avec moins de moëlleux donc, mais elle sert les arômes qui sont plus perçants. Très bien++
Côte-Rôtie Côte Blonde 2011 : nez cadenassé, un petit trait de vert et on bascule vers des arômes animaux. René dit Bretts immédiatement. C’est une bouteille défectueuse (car je n’avais jamais eu cette impression sur ce vin), non notée.
Bilan : encore une belle série particulièrement intéressante (mis à part le 2011 défectueux). Ces millésimes tendres ont très bien vieilli, ont préservé la délicatesse de leur bouquet. Moins impressionnants que la série des 5, ils sont plus avenants en bouche et appellent la table pour des accords raffinés.[/justify] 
Millésimes classiques d’âge vénérable : 1978, 1985 et 1988
[justify]
Côte-Rôtie Côte-Blonde 1978 : robe tuilée claire, translucide . Nez de cuir, de chocolat, noble. À l’aération, les arômes de fruits rouges arrivent (notamment la liqueur de framboise!). La bouche est à la fois assouplie mais très dynamique, longue. Une très grande harmonie se dégage de ce vin qui est émouvant car il ne fait pas du tout son âge. Immense vin/Parfait !
Remarques :
- René nous rappelle qu’il s’agit d’un millésime avec une maturation tendue, une forte acidité malique et une fermentation malolactique lente ; entre outre, il nous offre sa dernière bouteille ! Merci René !
- pour John insiste sur le fait que 1978 est le millésime qui a fait passer la vallée du Rhône de la pauvreté à la prospérité. C’est pour lui un millésime extraordinaire qu’il rapproche de 2010 – j’ai pour ma part une souvenir ému de la Chapelle 1978 bue en 2004 qui est longtemps resté le plus grand vin que j’ai bu.
Côte-Rôtie Côte Blonde 1985 : la robe est plus sombre/foncée que le vin précédent. Le nez demande du temps pour se livrer, fruits noirs, cuir et bien sûr framboise. En bouche, la trame tannique est encore sérieuse, plus ferme que le 1978, avec des notes terreuses. Vin complet mais que l’on sent moins ensoleillé que le 1978. Excellent++
Côte-Rôtie Côte Blonde 1988 : la robe est de nouveau un peu plus claire que le 1985. Nez très jeune, on lui donnerait 10 ans de moins, avec des notes de fruits rouges, dont la framboise et une touche de suie. La bouche est à la fois juteuse comme le 1978 et avec une trame tannique dynamique qui rappelle des Médocs pour certains dégustateurs. Grand vin !
Bilan : Quelle série extraordinaire! Le 1978 est un des plus grands vins que j’ai bu, le 1985 plus sombre en a encore sous la pédale pour un vin de 39 ans et le 1988 est bouleversant par son classicisme. Quelles sont les Côte-Rôtie et les vins des autres régions (à part Bordeaux) qui sont dans cet état impeccable à 46, 39 et 36 ans, sans qu’à un seul moment on se dise qu’il aurait fallu les boire avant, à qui on donnerait facilement 10 ans de moins pour certains? Je dois avouer bien humblement que, même en en ayant bu quelques-uns, je ne pensais pas forcément que les vins de la Côte-Blonde de René se bonifient aussi longtemps![/justify] 
Millésimes chauds/solaires : 1999, 2003 et 2009
[justify]Côte-Rôtie Côte Blonde 1999 : Nez un peu sombre, pas complètement net. Attaque en bouche un peu animale, puis carrément animale, ce sont des Bretts. René nous avait prévenus qu’il avait eu des soucis avec certaines bouteilles dans ce millésime et ne voulait pas le présenter, j’ai insisté car je ne l’avais jamais goûté, merci à lui et don’t acte. Non noté.
Côte-Rôtie Côte Blonde 2003: Arômes de fruits un peu mats, qui se laissent désirer. Puis la framboise pure ressort et le vin se montre équilibré, avec du fond. Vin posé, qui ne fait nullement 2003 ! Très bien++/Excellent.
Côte-Rôtie Côte-Blonde 2009 : Robe sombre, impénétrable. Nez massif, qui se livre peu, sombre, avec beaucoup de puissance latente. Nez sur la gelée de mûre, la mûre, plus crêmeux que les autres millésimes. La bouche est sans surprise massive, crêmeuse, assez cadenassée par la gangue de sa richesse. Un vin encore tout en potentiel malgré ses 15 ans… On en reparle dans 15 autres années ! Excellent.
Bilan : la dégustation du 2003 et du 2009 nous confirme la force du terroir qui surpasse le caractère extrême des millésimes (2003 surtout) car aucune note de surmaturité ne transparaît, ce qui n’était pas évident du tout quand on a dégusté le millésime sur fût ici et ailleurs. Le 2009 a été le millésime qui m’a fait comprendre que la puissance tannique de la Côte Blonde était supérieure à celle de la Landonne du domaine. René m’a souvent dit que les millésimes solaires écrasent le terroir, mais force est de constater 21 ans après, que le terroir a très bien résisté. John qui a suivi ce vin est impressionné par le cheminement de ce vin depuis sa naissance, je peux le comprendre quand je pense au 2003 des Clape qui se goûtait enfin bien selon Olivier en décembre 2023 mais pas avant d’après mon expérience.[/justify] 
Grands millésimes complets : 1991, 1998 et 2010
[justify]Côte-Rôtie Côte Blonde 1991: nez de framboise, avec des notes de chocolat et de terre, intense. Une pointe d’acidité volatile ? La bouche est posée, veloutée, juteuse, vibrante, très équilibrée. Dans la force de l’âge avec ses 33 ans mais se gardera encore 10 ans… Excellent++
Côte-Rôtie Côte Blonde 1998 : Robe plus claire, dans la lignée du 1978 et du 1988 (série des millésimes en 8 qui s’arrête en 2008!) Nez de cuir, de feuilles mortes mais la framboise arrive dans un second temps. En bouche, le vin est terreux dans l’esprit du 1985, avec une matière dense mais sombre. Le vin appelle clairement la table. Très bien++/Excellent.
Côte-Rôtie Côte Blonde 2010 : nez assez austère, floral, marqué par la rafle. Notes de framboise fraîche, un peu acide. La bouche est complète, veloutée et ferme, posée mais jeune (elle ne fait pas 13 ans). Vin complet, dans lequel rien ne dépasse, mais encore jeune. Excellent++/Grand vin.
Bilan : Superbe série encore une fois ! Le 1991 est splendide d’équilibre, c’est LA bouteille que René apporte quand il veut faire plaisir à ses invités! Le 1998 est excellent aussi, peut-être un cran en-dessous car sombre actuellement. Le vin le plus complet semble le 2010 que John considère comme l’héritier du 1978.[/justify]
Bonus : 1983 (le millésime de Pierre)
[justify]
Bouteille surprise offerte par Pierre dont c’est le millésime de naissance, merci Pierre !
Côte-Rôtie Côte Blonde 1983 : Robe plus claire, avec du dépôt. Nez plus terreux/tertiaire, que les autres vins, avec peut-être un peu moins d’arômes de fruits rouges. La bouche possède du velouté au début  mais termine sur des notes plus fermes. Là encore, le vin ne fait pas ses 41 ans. Très bien/Excellent. Bouteille surprise offerte par Pierre dont c’est le millésime de naissance, merci Pierre ![/justify]
Conclusion
[justify]
Quelle formidable dégustation !

René et Pierre ont aligné 25 millésimes sur plus de 40 ans pratiquement sans fausse note - mis à part le 1999 pour lequel René nous a dit avoir eu des soucis avec les Bretts sur certaines bouteilles et le 2011 qui ne se présentait pas comme d’habitude - y compris dans des millésimes réellement difficiles (1992, 1993). Cette régularité signe un grand terroir et de grands vignerons tout simplement! Je retrouve en cela mes conclusions des verticales 1988-2014 du Cornas de Clape et 1991-2013 de la Côte-Rôtie de Jean-Paul Jamet mais avec deux faits supplémentaires notables :
- les vins les plus âgés de la dégustation avaient 36, 39 et 46 ans soit davantage que les vins les plus âgés de Clape et de Jamet que nous avions goûtés en 2016 et 2015 (26 et 24 ans) donc le potentiel de garde qui se rapproche du demi-siècle m’impressionne encore plus (je n’ai jamais goûté le Cornas de Clape et la Côte-Rôtie de Jamet 1978 dont je ne doute pas qu’il s’agit de grands vins…) ;
- la Côte Bonde est une cuvée parcellaire, donc n’offre pas les mêmes possibilités d’équilibre/modération/de rattrapage que des vins d’assemblage dans des millésimes compliqués ! (que René a parfois choisi d’assembler dans une cuvée « Terroirs » il est vrai). J’avais émis l’hypothèse de l’importance de l’assemblage pour expliquer la grande régularité des vins de Clape et de Jamet, là je constate simplement que le terroir s’impose quel que soit le millésime (manquent seulement 2002 et 2014) même très compliqué (1993). Rares sont les vins d’un seul terroir qui ont cette capacité à s’exprimer comme cette Côte Blonde dans tous les millésimes (la Côte Brune en fait partie, comme les Reynards/la Geynale à Cornas, les Bessards et le Méal dans l’Hermitage).

Après ce passage en revue, comment décrire la Côte Blonde de René et Pierre ? Selon moi, les vins se caractérisent par une aromatique d’une grande délicatesse sur la framboise sauvage, avec, au vieillissement, des notes de chocolat, de viande (mais pas dans un style lardé/fumé) et en bouche une très grande densité de tannins poudreux/fins qui donnent de la puissance au vin et le portent au vieillissement.
On associe souvent le nom de Côte Blonde à la délicatesse voire la tendreté quand on lui fait désigner, de manière erronée, l’ensemble des parcelles au Sud du Reynard (dont les vins des terroirs de Tupin qui possèdent généralement moins de corps que ceux du Nord du village). Oui les arômes de la parcelle de Côte Blonde vins de René et Pierre sont très délicats quel que soit le millésime mais la structure des vins est puissante, solide, plus que celle de la Landonne du domaine par exemple (alors que Philippe Guigal exprime l’opposé dans ses vins).
Cette dualité entre délicatesse des arômes et solidité de la structure fait selon moi la singularité et la grandeur de ce terroir bien particulier. Les terroirs à l’aromatique délicate sur la framboise, qui peuvent rappeler les Amoureuses à Chambolle, existent du côté du Combard/Mollard chez Julien Barge, dans les Triottes chez Garon et bien sûr Lancement chez Garon/Stéphane Ogier. Mais j’ai souvent observé que ces terroirs expriment mieux leur délicatesse au nez dans des millésimes tendres, pas trop chauds (2004, 2006, 2011, 2012, 2013) qui n’auront peut-être pas la structure pour se bonifier pendant 30 ans mais que celle-ci est mise à mal et possiblement étouffée (en vin jeune) dans les millésimes plus riches et de plus grande garde comme 2005, 2009, 2015. Avec la Côte Blonde de René et Pierre, les arômes délicats de framboise sont présents quel que soit le millésime, y compris solaire/massif/serré, et se retrouvent intacts 10/20/30/40 ans après comme si la structure tannique préservait cette délicatesse au lieu de l’écraser. C’est la grande leçon que je retiens de cette dégustation magique balayant 42 années.
[/justify]
Remerciements
[justify]- Je commence par remercier, évidemment, René et Pierre Rostaing de nous avoir offert cette dégustation et de nous avoir accueillis chez eux lors de cette journée inoubliable. C’est une vie de vigneron (et le début d’une autre) que nous avons passé en revue. Quand des vins rares et précieux sont au service d’une amitié précieuse de 10/20/30/40/50/60 ans. À titre personnel, je remercie René et Pierre de m'avoir patiemment accueilli, donné beaucoup leur temps, de leurs connaissances et ouvert beaucoup de portes depuis que notre première rencontre.[/justify] - Merci à John Livingstone-Learmonth d'avoir accepté de nous accompagner lors de la journée consacrée à ce domaine qu'il connaît comme aucun autre et de nous avoir offert cette merveilleuse bouteille de 1991. L'expérience que nous a apportée John qui parcourt la vallée depuis 1973 je crois, le recul sur les vins, sa connaissance de la famille sont précieux et nous ont éclairés. L'ouvrage de John « The Wines of the Northern Rhône Valley » est une œuvre sans commune mesure sur les vins de la vallée du Rhône Nord.

- Merci à tous les participants qui ont parfois fait plus de 700km pour leur présence et leurs apports lors du repas du soir.

- Je remercie Anne-Laure Gély qui a immortalisé ce moment inoubliable par ses magnifiques photos qu’elle m’a autorisé à utiliser pour illustrer ce compte-rendu.

- Cette dégustation est dédiée à notre très cher ami commun, qui nous a tant donné et aurait dû être présent parmi nous mais a commencé son combat contre la maladie.

David Chapot.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, Luc Javaux, oliv, Olivier Mottard, Alain Hinant, dt, matlebat, daniel.gureghian, Galinsky, Axone35, Marc C, sideway, bertou, chrisdu74, Jean-Loup Guerrin, bibi64, JRU83, Vaudésir, tomy63, Frisette, oberlin, starbuck, leteckel, LLDA, the_ej, KosTa74, Martino, Garfield, Monard, Kana, forty-one, Allobroge, lefish
03 Jui 2024 20:32 #655

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1115
  • Remerciements reçus 2628
Compte-rendu à compléter par une visite du terroir in-situ dont les notes doivent être encore étoffées.
David.
03 Jui 2024 20:39 #656

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6977
  • Remerciements reçus 6147
Merci David pour l'exhaustivité de ces notes. Dommage, il manque le 2013, seul exemplaire que j'ai en cave...

Flo (Florian) LPV Forez
03 Jui 2024 22:19 #657

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1115
  • Remerciements reçus 2628

Merci Davod pour l'exhaustivité de ces notes. Dommage, il manque le 2013, seul exemplaire que j'ai en cave...


 

Avoir dû lire tout le compte-rendu et ne pas avoir trouvé le millésime qu'on cherche, c'est quand-même pas de chance!
Sérieusement, on s'est limité à 24 millésimes (26 au final) car on a fait la dégustation sur 1/2 journée et pas 1 jour comme avec Clape et Jamet.
Du coup, 2013, mais aussi 2012, 1997, 1996 sont passés à la trappe, et René avait aussi du 1984. Et comme différence avec les verticales 1991-2011 de Jamet et 1988-2013 de Clape qui ont eu lieu en 2015 et 2016, c'est qu'il y a théoriquement 8/9 millésimes de plus à goûter...
Par ailleurs, il faut essayer de trouver des triplettes cohérentes. On aurait pu faire pour 2013 la même logique qu'avec les Clape, le mettre dans les millésimes tanniques (1995, 2005, 2013) mais avec le 2015 dans la série des 5 qui beaucoup plus mûr, moins acide, ça aurait trop détonné. Ici le 2015 servait à la fois de cloture de la série des 5 mais aussi de transition vers la série suivante, les millésimes de Pierre qui coïncident avec des années beaucoup plus riches (sauf le 2016). Je me demande où on aurait bien pu mettre le 2012 aussi.
David.
03 Jui 2024 23:24 #658

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 10232
  • Remerciements reçus 3909

Réponse de claudius sur le sujet Domaine Rostaing, Ampuis

Merci, impressionnant ! 

pas de chance pour le 1999, j’en avais 1 bt bue il y a quelques années avec Yves, ce vin est mon benchmark pour la Côte - Rôtie 
grand vin ! 
03 Jui 2024 23:42 #659

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1202
  • Remerciements reçus 1889
LPV Nice 88ème par joel


CR: Domaine Rostaing, Côte-Rotie La Landonne, 2012    
Robe rubis assez foncée. Nez sur les fruits rouges, églantier, un coté eucalyptus. La bouche est juteuse, avec un beau coté frais mentholé, fruits rouges, un peu délicat, cerise rouge, églantier. Pas trop le style syrah, hyper différent du précédent mais au final je préfère ce style, sans être transcendé non plus
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, LLDA
06 Jui 2024 14:30 #660

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck