Nous avons 2680 invités et 45 inscrits en ligne

Domaine Coche-Dury, Meursault

  • Messages : 2948
  • Remerciements reçus 7511

Réponse de leteckel sur le sujet Domaine Coche-Dury

En lisant ce post, je goûte un Puligny Village 2006 de Carillon en attendant de le faire déguster à l'aveugle à quelques amis qui vont arriver.
Et bien, c'est une petite tuerie dans un style pas si éloigné de Coche, et à prix bien plus abordable.
Je plussoie donc, même si j'adore les vins de Coche.

ArnoulD avec un D comme Dusse
27 Jan 2017 20:01 #1951

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 23
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Nico77 sur le sujet Domaine Coche-Dury

Oui très bon également j'ai un chassagne 1ier c chenevottes 2009, et un autre Puligny 1ier cru sur 2009 aussi en cave, mais je ne me rappelle plus du climat...
27 Jan 2017 20:53 #1952

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1897
  • Remerciements reçus 1558

Réponse de Psylo sur le sujet Domaine Coche-Dury

Leteckel, c'est marrant que tu parles de Carillon.

Quand nous sommes allés goûter chez Coche fin 2015, nous avons été ensuite chez Jacques Carillon.
J'ai largement préféré ses vins ... plus tendu, moins d'élevage, plus ciselé.
Des bombes 2 fois moins cher que Coche
Comme quoi ;)

Samuel
27 Jan 2017 21:29 #1953

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 866
  • Remerciements reçus 1363

Réponse de LoneWD sur le sujet Domaine Coche-Dury - Bourgogne Chardonnay 2008

CR: Domaine Coche-Dury - Bourgogne Chardonnay 2008
Bu ici
Ca sent l'élevage à plein nez. Noisette et grillé par la suite.
La bouche est grasse, pleine et très beurrée, portée par une acidité subtile légèrement piquante en fin de bouche. On tient notre pirate ; c'est un chardo de belle facture. Bien ++
L'un d'entre nous n'a pas hésité et a trouvé le vin ainsi que l'appellation (bravo Fred !).

Rémy
07 Fév 2017 21:45 #1954

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 94168
  • Remerciements reçus 23401
Villa d'Este Wine Symposium

Édition 2016


CR: Verticale Meursault Les Rougeots et 1er cru Les Perrières du domaine Coche-Dury





C'est avec grand plaisir mais aussi beaucoup d'émotion que je retrouve Jean-François et Odile Coche ainsi que leur fils Raphaël qui porte dorénavant sur ses épaules la destinée du domaine.
Quand François m'a appris qu'il avait convaincu la famille Coche d'être présent à l'édition 2016, j'en ai eu le cœur serré.
Car dans mes projets insensés, ceux que l'on fait les soirs de causerie au coin de l'âtre chez les amis, quand on a le rouge aux joues, la panse distendue et le sourire heureux propre au convive repu, il y avait un peu de ça, la beauté du lac de Côme, la magie de la Villa d'Este, la famille Coche. Et Alain.
J'aurais tant aimé partager ce moment avec Al', lui qui connaissait si bien la famille et depuis si longtemps.
Tous ces beaux évènements vécus au bord du Lac de Côme aurait peuplé de mémorables anecdotes nos longues soirées à venir sur les rives de l'étang.
La vie en a décidé autrement. C'est la vie...

Mais revenons à des choses moins personnelles et donc autrement plus intéressantes pour tous !

L'intégralité des postes ouverts à l'inscription ayant été comblée, je ne pourrai vous raconter cette dégustation avec l'exigence de minutie habituelle.
Peut-être que des lecteurs présents ce jour là dans la salle (David, c'est le moment de te lancer ! :) ) viendront compléter mes impressions d'ensemble.
Le rapport très précis de Kevin Shine et Kelly Walker sera également très utile aux plus anglophones d'entre nous.

De par mon amitié avec François Mauss et les siens, j'ai toutefois eu la grande chance d'assister au protocole de mise en place des postes de dégustation et de pouvoir goûter les vins.
Si je ne pourrai produire un rapport aussi détaillé et illustré que lorsque je suis assis à table, concentré, carnet de notes ouvert et plume affutée, l'exercice m'aura néanmoins permis de vérifier où en étaient certains millésimes et ce, sur plusieurs bouteilles du même vin, ce qui a toujours comme grand mérite de lisser les éventuels écarts de moins bien sur certains bouteilles.
L'esthétique de la mise en page et la précision de la description y perdront ce qu'une forme d'état des lieux du millésime concerné y gagnera peut-être.

On passe aux vins ? :woohoo:





Meursault, Les Narvaux, 2011



Un vin qui m'a impressionné par sa densité et sa puissance résiduelle à ce niveau de cru mais surtout sur ce millésime !
J'avais gardé un souvenir difficile de la dégustation après mise où les vins goûtaient très mal, stricts aromatiquement et d'une austérité d'abord assez compliquée à apprécier.
Là, le vin propose un nez délicat mais franc, sur des senteurs de fougère, un tout petit grillé agréable, rien d’exubérant mais où tout est bien en place.
Mais c'est la bouche qui propose une tenue vraiment très intéressante, sur un caractère effilé et droit, à l'acidité haute mais bien intégrée à un corps d'une vraie concentration.
Si l'équilibre reste néanmoins celui d'un millésime assez froid, sur une trame tendue, aucune note végétale de sous-maturité type Suze, si courante sur ce millésime, ni acidité revêche ne vient brutaliser le palais.
En toute transparence, je n'attendais pas ce vin à ce niveau.
Très bien.


Meursault, Les Rougeots, 2009



Changement total d'équilibre avec un vin finalement moins à mon goût, sûrement par l'effet de séquence où le côté solaire du millésime a tendance à ressortir alors que bu seul, l'équilibre serait vraisemblablement lu comme plus fin. Les millésimes chauds sont souvent très réussis au domaine qui parvient à tempérer les excès de chaleurs et d'opulence. En gros, jamais vu de vins mollassons ou exotiques chez les Coche !
Ce Rougeots 2009 possède une ampleur de corps sans débordement et surtout une forme de générosité immédiate, sur un équilibre agréable, d'une texture large mais sans opulence qui fait qu'il offre déjà beaucoup de plaisir et que je ne suis pas sûr qu'il ne faille pas en profiter tel qu'il s'offre en l'état.
Son aromatique est franche et gourmande, sur des goûts de poire enrobé dans un élevage fin parfaitement maitrisé et le vin possède une belle présence en bouche, sans forcément offrir une très grande capacité de relance. Mais je voudrais bien le revoir à table où sa gourmandise pourrait bien faire merveille.
Un très joli vin de plaisir.


Meursault, Les Rougeots, 2007



Retour vers un vin plus classique des expressions du domaine, sur un nez fin, droit, compromis de notes d'agrumes et de senteurs minérales type pierre humide.
Bouche rythmée, tonique, d'un joli déroulé traçant grâce à une acidité pointue et bien enrobée dans un corps sans faiblesse.
On peut peut-être lui reprocher un petit manque de complexité aromatique, le vin s'exprimant très sur le minéral, manquant un peu de fruit et de floral pour ajouter plus de charme à sa très jolie texture effilée, fraiche et nerveuse à la fois.
Très belle finale d'une grande présence et franchise.
Très bien.


Meursault, Les Rougeots, 2005



Attention, bijou ! :woohoo:
3ème fois que je goûte ce vin et encore une fois, il m'impressionne à ce niveau d'appellation.
Ce qui le différencie de ses prédécesseurs, c'est sa puissance !
Assez ouvert aromatiquement, d'une complexité ouverte et qui allie le minéral finement grillé à une générosité de fruits (citron confit, fleurs blanches) remarquable, c'est vraiment son impact et son équilibre en bouche qui vire au remarquable.
Le vin frappe d'entrée par sa présence qui tapisse le palais, sur un gras sans une once de mollesse car immédiatement propulsé par une acidité mûre absolument parfaite.
Le vin concilie une forme d'évidence gourmande qui le rend facile à lire et à apprécier avec une réserve d'extraits secs et donc de puissance assez rarement ressentie sur un vin blanc, en particulier sur un village et qui impacte littéralement le palais.
Là, on est pile dans ce qui fait la spécificité des blancs du domaine selon mon expérience : leur puissance à cœur qui ne vire jamais dans l'excès de poids, de largeur ou d’esbroufe.
Comment le domaine parvient-il à conserver dans l'intégralité de la gamme un côté cristallin et désaltérant à ses vins, toujours construits autour d'une esthétique fuselée et aérienne basée sur la fraicheur et l'acidité en maintenant un noyau d'énergie et de vinosité redoutable qui peut s'avérer totalement ébouriffant dans les meilleurs millésimes !
La finale de ce 2005 est celle des plus grands vins, conciliant une persistance remarquable à une irrésistible envie de se resservir !
Superbe ! (tu) (tu)


Meursault, Les Rougeots, 1999



Quelques petites variations au nez entre les différentes bouteilles avec plus ou moins d'intensité, allant du classicisme total de la maison, sur le sésame grillé à des notes plus légères et moins fraiches, voire légèrement métalliques.
En revanche, la bouche était toujours d'une grande cohérence, à mon avis vraiment prête à boire, sur un équilibre gras/acidité très agréable et une présence pleine et qui semble presque paisible à côté de la puissance et du potentiel de réserve du 2005.
Un très bon vin mais qui confirme ma préférence pour Chevalières sur ce millésime par son côté plus nerveux et élancé.
Très bien. (tu)


Meursault 1er cru, Les Perrières, 2008



Nez assez serré, presque discret, sur la pierre humide, des notes d'agrumes et un côté mentholé frais.
Bouche étonnante, ultra tonique, presque acérée mais aussi assez fermée aromatiquement. L'ensemble produit est d'un tranchant redoutable qui manque un peu de confort en l'état et en dégustation seule.
J'espère avoir l'occasion de revoir ce vin dans quelques années car j'avoue ne pas trop savoir comment il va évoluer, en espérant qu'il gagne du gras et de l'ampleur et prenne en profondeur sans perdre ce rythme en bouche assez impressionnant.
A attendre.


Meursault 1er cru, Les Perrières, 2006



Très joli nez ouvert, sur une franchise de fruit agréable, sur l'orange et les fleurs blanches.
La bouche est de tous les vins celle dont j'ai le moins de souvenir, agréable mais plus statique et en largeur, sans l'impact et la verticalité auxquels je suis habitué et qui me convient si bien.
Je pense que ce vin est à boire.


Meursault 1er cru, Les Perrières, 2001



Nez beaucoup plus frais et fin que le 2006, beau compromis classe de notes minérales et de zestes d'agrumes. L'ensemble fait encore très jeune !
Bouche brillante d'équilibre et de précision, sur une trame tendue dont le corps plein et dense à cœur s'étire très longuement dans une expression tonique et fuselée remarquablement balancée.
Finale longue d'une précision assez redoutable, avec une réserve de puissance vraiment délicieuse.
Excellent. (tu)


Meursault 1er cru, Les Perrières, 1996



Le nez est très curieusement marqué par des notes peu avenantes, sur un lacté aillassé qui m'évoque le fromage aux herbes.
Ce sera la seule tache sur ce vin a la bouche remarquable et qui réussit à allier une acidité motrice d'une grande puissance à une matière ample qui tapisse le palais.
Pas besoin de vous dire que le résultat au niveau du toucher de bouche est d'une profonde et d'une capacité de relance qui tient du redoutable !
Dommage que ce nez chafouin abime un peu la perfection de ce vin remarquable.
Très beau tout de même. (tu)






Je garderai plusieurs souvenirs forts de cette dégustation.

Tout d'abord, le grand sourire de Jean-François Coche, pas vraiment un homme démonstratif par nature, à son entrée dans la salle et avec son accent si bourguignon, son "aaah, ça sent bon le Meursault" ! Et c'est vrai que ça sentait furieusement bon dans la salle quand tous les postes étaient prêts ! :woohoo:

Ensuite et alors que se déroulait le tour de table et que nombre d'amateurs et de professionnels détaillaient leur émotion et écoutaient les explications concises et franches de Raphaël et de son père, je ne perdais pas du regard Odile Coche discrètement assise au fond de la salle et qui profitait de cet instant avec un recul et une discrétion teintés d'une fierté simple, celle des instants qui récompensent les exigences d'une vie de travail et comme la réussite de toute une éducation.

Car force est de constater que l'ambiance chez les participants à la sortie de la salle était incroyable de retenue et d'émotion, comme si cette dégustation avait et allait marquer un cap dans leur lecture des vins blancs de Bourgogne et peut-être d'ailleurs.
J'ai ainsi entendu plusieurs professionnels, habituellement plutôt économes en superlatifs et toujours pointus dans leurs analyses des qualités comme des limites des vins servis, aussi prestigieux soient-ils, venir plus tard interroger Raphaël et JF Coche pour comprendre : "Mais comment faites-vous ? Je n'ai jamais bu un meursault comme ça !".

Réponse de l'intéressé, dans ce phrasé simple et franc qui correspond si bien à l'éthique de la famille :

"Il n'y a pas de recette, juste du travail."


***


Et comme un cochophile n'est jamais rassasié, j'ai profité quelques minutes plus tard de la présence de Raphaël Coche sur son stand pour longuement discuter avec lui, tout en m'hydratant sagement...
C'est que c'est important que de prendre de soin de sa santé si l'on veut durer dans des compétitions de ce type !
Tous les sportifs de haut niveau vous le confirmeront... B)



Meursault, Narvaux 2014

Nez avenant, délicat et ouvert, sur de jolies notes de fleurs blanches matinées d'un très fin grillé.
Bouche très équilibrée, d'un volume ample et à la fois rythmé, sur une richesse de constitution qui tapisse immédiatement le palais sans l'alourdir.
Les goûts sont fins, en droite ligne des senteurs du nez, très floraux et d'une grande pureté.
La finale est longue, traçante et énergique et d'une grande gourmandise.
Délicieux ! (tu)


Meursault Caillerets 1er cru, 2012

Pas besoin de faire des phrases, ce vin est le frère ainé du village. Si son aromatique et sa construction de bouche lui sont directement similaires, sa densité, son impact et sa persistance sont d'une toute autre ampleur. La réserve de puissance et là encore, la capacité de relance du Caillerets sont impressionnantes, portant la finale extrêmement longuement sans pour autant lui sacrifier une irrésistible buvabilité.
Superbe vin ! (tu)





Crédit Photos
Armand Borlant
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Psylo, Frisette, leteckel
15 Fév 2017 17:51 #1955

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5449
  • Remerciements reçus 8602
CR: Domaine Coche-Dury Puligny-Montrachet "Les enseignères" 2006

Cela faisait 3 ans que cette bouteille m'attendait B)
Disons qu'il y a 3 ans, la carte des vins de la vigne d'Adam à Plappeville était dispo sur internet.
Elle ne l'est plus car la mise à jour prendrait trop de temps vu la richesse de la carte.
Pour diverses raisons nous n'avions pas pu y aller en 2014 puis j'ai pu goûter au mythe cochedurien à Pommard.
Le restaurant était complet pour la Saint Valentin avec un menu en 6 services et nous n'avions pas pu réserver de table.
La grippe des uns faisant le bonheur des autres, j'ai lu sur Facebook le mardi midi qu'une table s'était libérée dans la partie caviste de l'enseigne.

Nous voici donc sur une table haute pour déguster un excellent repas.
Les Meursault de JFCD ont disparu mais il reste cette bouteille de la commune vosine.
Rien n'était prémédité mais comme à chaque fois je me dis que c'est peut-être la dernière occasion de déguster cette appellation dans ce millésime et peut-être même la dernière fois que je peux boire un vin de ce domaine.

Bon déjà 10 lignes de blabla mais je fais durer mon plaisir.

Un nez légèrement évolué mais sans aucune trace d'oxydation.
On est sur les fruits jaunes, c'est très légèrement beurré avec de belles notes minérales et un peu de céréales grillées mais rien à voir avec les Rougeots 2007.
Cette bouteille est bien plus "calme"
En bouche c'est la même sensation de plénitude, je pense que cette bouteille mérite d'être bue maintenant.
Ce vin, qui possède une belle amplitude, semble parfaitement équilibré entre rondeur et tension.
La finale est savoureuse sans être d'une longueur infinie
C'est délicieusement gourmand et semble parfaitement adapté au repas et au contexte.


Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: sybarite57
19 Fév 2017 17:24 #1956
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1897
  • Remerciements reçus 1558

Réponse de Psylo sur le sujet CR: Domaine Coche-Dury - Meursault - 2002

CR: Domaine Coche Dury - Meursault - 2002

Moi :

A peine mis le nez dedans on cible le domaine
Nez sur le sésame et les fruits secs
Bouche de très belle facture, avec du volume, des fruits blancs une acidité tip-top et une très belle longueur.
C'est un très beau vin mais je pense qu'il est affaire de goûts et qu'à ce jour ce côté grillé/réduis n'est vraiment pas mon truc.
Mais intrinsèquement parlant ce vin à tout ce qu'il faut où il faut.

R :

Le Meursault avait la difficile tâche de conclure avec un tel festival. Le 2002 de JF Coche s'en est très bien sorti. Les notes de réduction sont présentes, encore mais très nettement atténuées. Le vin me procure du plaisir mais mon évolution ne me fait plus considérer ces vins comme des exemples de pureté aromatique même si la bouche est d'une construction diabolique, l'attaque est nette et franchement pas de creux en milieu de bouche et une finale bien salivante. Du reste la bouteille n'a pas traîné longtemps sur la table!

Samuel
10 Mar 2017 22:10 #1957

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 94168
  • Remerciements reçus 23401
Bu chez JLJ

CR: Domaine Coche-Dury, Meursault, Les Rougeots, 2006



Oliv
Robe jaune claire.
Nez qui me met immédiatement la banane, magnifique d'une réduction parfaitement travaillée, précis, fin, où les notes de léger grillé, entre la noisette, le sésame et le silex répondent à de belles senteurs florales. Le classicisme de la maison comme je l'aime !
Bouche absolument remarquable d'assise et de puissance de constitution à ce niveau d'appellation, d'une classe qui justifie totalement la réputation du domaine à mes yeux, offrant une matière pleine sans une once de lourdeur pourtant si commune sur ce millésime compliqué.
Le vin possède une énergie énorme à cœur apportée plus encore par ses extraits secs et sa concentration naturelle que par son acidité qui s'intègre parfaitement à un ensemble riche, d'une texture au toucher glycériné.
La finale concilie richesse et droiture dans un ensemble vraiment brillant, d'une structure fuselée et à l'impact certain.
Coup de cœur pour ce vin que je découvre ! (tu) (tu)
Et confirmation du talent de Jean François Coche à gérer à la perfection les excès des millésimes riches.

Luc Javaux
Le duo de blancs suivant, qui accompagnait les Saint-Jacques, était d'un très très haut niveau et j'ai aujourd'hui beaucoup de mal à dire si j'ai préféré m'être retrouvé dans l'expectative devant l'exotisme de ce Mandel-Höh Zierfandler 2007 de Stadlmann, ou devant le plus rassurant mais non moins remarquable Meursault Les Rougeots 2006 du Domaine Coche-Dury. Le premier, que tu as parfaitement décrit, m'a perdu dans un abîme de perplexité quand il s'est agit d'en deviner la provenance, tandis que le second, sur ce point du moins, m'a permis de retomber plus facilement sur mes pattes, avec l'agilité féline que tout le monde me connaît. Cela étant dit, une telle fraîcheur dans un millésime comme 2006, ce n'est pas étonnant, c'est stupéfiant ! Deux grandes bouteilles.
19 Mar 2017 20:47 #1958

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 94168
  • Remerciements reçus 23401

Réponse de oliv sur le sujet CR: Domaine Coche-Dury, Volnay 1er cru, 2008

Bu chez Nol

CR: Domaine Coche-Dury, Volnay 1er cru, 2008



Oliv
Robe claire, sur un rubis foncé et marquée d'une évolution tuilée.
Nez très discret, serré et sans véritable charme, sur la grenade et la groseille enrobées d'un peu d'épices.
Bouche stridente d'acidité, manquant de chair et d'enrobage pour compenser un côté mordant et très citrique.
Les goûts sont ceux du nez, un peu faiblards, sur la groseille épicée.
La finale mordante est littéralement aride d'acidité.
Aucun plaisir possible.

Frisette
La robe est grenat, légèrement tuilée. Le nez est animal, sur la fourrure, puissant et assez évolué. La bouche est d'une acidité à faire pâlir de jalousie un citron vert. Ceci conjugué à un manque de matière majeur rend ce vin complètement décharné. Les rares tanins transperçants cette acidité sont carrés et anguleux. Simplement imbuvable. A des années-lumières, et même pas dans la même galaxye du tout que l'Auxey Duresses 2006 bue à cette époque il y a un an. Non noté

Podyak
Robe avec un disque commençant légèrement à tuiler. Le nez est déjà plus évolué avec une touche de fleurs et feuilles mortes, les fruits acidulés une pointe végétale. Si le vin d'avant pouvait apparaître acidulé, on monte d'un cran dans l'agressivité et on peut parler ici d'acidité. On n'a pas non plus l'impression d'une grande matière et on voyage plutôt sur les terres icaunaises, en évoquant certains Irancy un peu "terreux", végétaux, d'années froides.
Cela manque un peu de fruit mais aussi de volume. Et l'accroche un brin tannique en bouche ne le rend pas plus séducteur.
Bon d'aucuns diront que le millésime a encore frappé, et emporté avec lui le fruit initial. Pas imbuvable pour moi, loin de là, mais "tendu, limite nerveux" et plus végétal que fruité. AB- (12,5)
23 Mar 2017 20:47 #1959

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12727
  • Remerciements reçus 3589

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet CR: Domaine Coche-Dury, Bourgogne Chardonnay 2005

De passage, hier soir, dans un restaurant de Wallonie que je fréquente de temps en temps, et où la carte des anciens millésimes de chez Coche est encore assez intéressante, je choisis d'abord le Bourgogne blanc 2001; c'est paraît-il la dernière bouteille de ce millésime; la couleur du vin m'étonne déjà un peu et le nez confirme mes doutes par son côté oxydatif; le sommelier, que je connais depuis quelques années, nous sert malgré tout un verre afin que nous goûtions pendant qu'il va nous chercher un 2005 en remplacement. La bouche du 2001 est marquée par les notes traditionnelles d' oxydation (ce qui est très rare chez Coche-Dury , bouchon légèrement défaillant ? mais aucun goût de bouchon) mais vivacité assez intense.
Le CR: Domaine Coche-Dury, Bourgogne Chardonnay 2005 (85€ à la carte, correct) est tout différent.
La robe est encore très jeune; nez assez classique sur les fruits secs (amande, noisette), les agrumes et une petite note grillée.
La bouche est fraîche, ronde, assez puissante; loin de la tension perçue sur le 2001 mais l'acidité est très correcte. Bonne longueur. Cela se boit en tout cas facilement...
Un vin, que j'avais déjà bu il y a trois ou quatre ans à ce même restaurant et qui tient très bien son rôle à table.

jlj
02 Avr 2017 22:19 #1960

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 208
  • Remerciements reçus 138

Réponse de KONI sur le sujet Domaine Coche-Dury, Bourgogne chardonnay 2013

CR: Bourgogne Chardonnay 2013, JF Coche -Dury

Nez très frais, notes de tilleul, de miel et légèrement toasté. C'est très vif, très agrumes.
En bouche, on monte en volume et en puissance. Un vin musculeux qui s’exprime d’abord par sa finesse toute en tension. La puissance arrive ensuite avec une matière aiguisée et désaltérante. Au niveau de beaucoup de meursault !
04 Avr 2017 01:51 #1961
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4801
  • Remerciements reçus 4014

Réponse de LADIDE78 sur le sujet Visite au Domaine Coche-Dury,

Visite au Domaine Coche-Dury, ( mis en ligne il y a 10 mois )



didier

Mal-voyant depuis 31 ans et passionné de vins comme vous tous
07 Avr 2017 11:11 #1962

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 685
  • Remerciements reçus 434
bu lors de cette superbe soirée

CR: Meursault 1er cru Caillerets 2008 Coche Dury :

Le nez est puissant, beurré avec une légère réduction et des senteurs d'agrumes qui ressortent laissant présager un beau Chardonnay. En bouche, le vin est d'abord ample, large sur des notes de sésame et d'agrumes. D'une grande pureté et intensité, l'acidité se présente pour accompagner la matière donnant un superbe équilibre et toucher de bouche. Le vin déroule une longue finale fraiche, élancée, droite et salivante sur de beaux amers. Excellent ++ . Un vin de grande pureté et d'élégance.
14 Avr 2017 09:40 #1963

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4199
  • Remerciements reçus 7

Réponse de cmch sur le sujet Meursault 1er cru Caillerets 2008 Coche Dury :

Merci pour ce cr !
2008, qu'est-ce que j'adore ce millésime dans la région !!!

Salutations vineuses,

Christophe
14 Avr 2017 13:01 #1964

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 866
  • Remerciements reçus 1363
CR: Domaine Coche-Dury - Meursault 1er Cru Les Caillerets 2002
Bu chez Anourld




Leteckel :
Que dire, à part que c'est encore du haut niveau : nez puissant (mais pas stéréotypé Coche), bouche magistrale d'équilibre et longueur infinie qui pourrait être celle d'un cru encore plus prestigieux. Grand vin, que j'avais déjà goûté une fois, mais pas à ce niveau. L'accord fonctionne bien avec les ris, avec cette bouche "huileuse" du début qui va se transformer rapidement vers plus de finesse : étonnant.
Pas pu vérifier comment le vin avait évolué le lendemain B)

Oliv :
Robe jaune dorée.
Nez classique et pas très complexe encore, sur le beurre frais, les fruits jaunes, de jolies notes de fougère. C'est posé, bien fait mais d'une jeunesse évidente (sic... :whistle: ) qui le rend un peu simple encore.
Bouche impressionnante et qui va se jouer en deux temps. L'attaque est d'un volume énorme, sur une matière quasi huileuse d'une grande richesse. Mais au moment où on pourrait redouter que le vin se vautre dans la mollesse, un impact génial à la fois d'acidité et de concentration de matière prend le relais et vous en met littéralement plein la bouche !
Le vin rebondit et se relance encore encore dans un ensemble aussi puissant que caréné, tout en allonge, en impact et en rythme.
Finale impressionnante de puissance et de persistance, à la limite du virulent tellement les extraits secs laissent comme une mâche en bouche. Whaou !
La seule réserve à avoir serait un certain manque de complexité aromatique mais rien que de plus normal sur... un Bâtard-Montrachet 2010 ? Niet ? Un 2008 alors ?
Comment ça, c'est pas ça ? Ni ça ? Dites moi pas qu'c'est pas vrai ?!
Tombe ton benard, Gunthard, voilà que j'ai raté l'Coche !! :oops:
Le genre de bouteille qui justifie à elle seule et s'il en était encore nécessaire la réputation du domaine !
Car celle-là, avec 10 ans de plus et les notes d'évolution, il y a un monument au bout de l'attente !
Excellent ! (tu) (tu)

LoneWD :
Nez sur les fruits jaunes, citronné légèrement miellé.
En bouche c'est complexe, dense, on retrouve le citron et les fruits jaunes, le texture est superbe - huilé -
Acidité très large avec une longueur phénoménale, saline. Équilibre magistrale avec un léger gras avec aération qui arrondi l'ensemble. C'est une sacré quille que nous buvons là.
Forcément étiquette découverte et après discussion je décèle un côté sésame grillé ( :whistle: ) du plus bel effet.
Superbe et d'une insolente jeunesse !

Merci Arnould !

Rémy
14 Avr 2017 14:21 #1965
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 685
  • Remerciements reçus 434

Réponse de coach sur le sujet Meursault 1er cru Caillerets 2008 Coche Dury :

Christophe , ç est également mon millesime préfère sur ces dernières années. ( avec 2010 !!)
14 Avr 2017 18:10 #1966

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4199
  • Remerciements reçus 7

Réponse de cmch sur le sujet Meursault 1er cru Caillerets 2008 Coche Dury :

D'accord aussi sur 2010 mais sans doute à attendre encore quelques années pour que ce millésime s'exprime pleinement !

Christophe
14 Avr 2017 19:03 #1967

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5449
  • Remerciements reçus 8602

Réponse de starbuck sur le sujet CR: Domaine Coche-Dury, Volnay 1er cru 2001

Un repas, mes amis ...

Gérard ayant lu que nous avions bu un Meursault de chez Coche-Dury à Pommard nous taquine un peu en disant qu'il n'avait pas ouvert de vin de ce domaine parce que nous en buvions souvent.
Cochophiles d'accord mais surtout cochophiles débutants B)
Du coup il nous demande si nous voulions goûter à un Coche rouge.
Inutile de vous narrer notre réponse.
Il y aura donc 3 vins dans la série de bourgogne rouge.

CR: Domaine Coche-Dury, Volnay 1er cru 2001

Mis à part le domaine, le reste est à l'aveugle.
J'avais d'ailleurs cru comprendre que c'était un générique quand Gérard nous a dit qu'il allait chercher un Bourgogne de chez Coche.
La robe est déjà évoluée.
Au nez le vin est plaisant avec des notes de sous-bois et de petites baies fruitées.
En bouche, c'est tout en délicatesse avec une structure que je trouve très correcte pour un générique.
Je suis étonné de découvrir qu'il s'agit d'un 1er cru quand il enlève la chaussette.
Ca reste un très bon vin qui conviendrait parfaitement pour un très bon repas mais je ne peux qu'approuver ceux qui trouvent que les prix en 2ème main sont délirants.
Une expérience intéressante et enrichissante.

Sylvain
15 Avr 2017 19:20 #1968

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9194
  • Remerciements reçus 1016

Réponse de RaymondM sur le sujet Domaine Coche-Dury, Bourgogne rouge 2013

CR: Bourgogne rouge 2013-Domaine Coche-Dury

Pour un non allocataire c'est le vin que je trouve le plus facilement . Ca tombe bien car j'aime beaucoup ce vin qui donne régulièrement de grandes satisfactions à ceux qui aiment les rouges de Bourgogne .
Ce 2013 sans être le meilleur que j'ai bu est un très joli vin avec finesse , fruit et fraicheur et qui en remontrerait à bien des crus classés de la région ( notamment à un Echézeaux 2009 Louis Jadot bu 2 jours après !! )

En référence au CR ci dessus j'ai presque été plus déçu les 2 fois ou j'ai bu un Volnay du domaine
17 Avr 2017 20:23 #1969

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 613
  • Remerciements reçus 20

Réponse de masterpity88 sur le sujet CR: Domaine Coche-Dury Meursault 2015

CR: Meursault - Coche-Dury 2015

Premier nez sur la poire juteuse, pointe de citron, quelques notes de beurre, de la fraise des bois (et oui)
En bouche une matière énergetique, avec une palette d’arôme extrêmement large et changeante. On y retrouve quelques marqueurs de Meursault mais avec une grande finesse.
Finale Extraordinaire
TRES BIEN++

(Le verre vide avait un nez encore extraoridnaire pendant de longues minutes)

Thibault
11 Mai 2017 15:33 #1970

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4199
  • Remerciements reçus 7

Réponse de cmch sur le sujet Domaine Coche-Dury Meursault 2015

Thibault,

Merci pour ce cr, je ne savais pas que les 2015 étaient déjà à la vente ?

Salutations vineuses,

Christophe
12 Mai 2017 17:42 #1971

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2957
  • Remerciements reçus 1349

Réponse de tonioaja sur le sujet Domaine Coche-Dury

Techniquement, il n'y a rien à la vente !
:oops: :whistle:

Antoine. Passionné tout court
12 Mai 2017 19:21 #1972

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 613
  • Remerciements reçus 20

Réponse de masterpity88 sur le sujet Domaine Coche-Dury

C'est une soirée dégustation organisée par l'UGV donc il doit y avoir un filon car il y avait 6 bouteilles au moins...

Thibault
13 Mai 2017 07:47 #1973

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 387
  • Remerciements reçus 54

Réponse de Julien MICHEL sur le sujet Domaine Coche-Dury

Bonjour à tous,

Je lis tous vos CR avec attention, c'est passionnant. :) Je contribue peu, je pourrais me dire que c'est par manque de temps (réconfort psychologique), mais en fait je pense que c'est plus par appréhension, n'ayant ni la plume ni la technique des bons dégustateurs de ce forum...

Je cherche l'adresse mail de ce domaine, si une âme charitable pouvait me renseigner en MP ce serait formidable...

Et vive Coche-Dury !! B)
18 Mai 2017 20:45 #1974

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5070
  • Remerciements reçus 324

Réponse de ols sur le sujet Domaine Coche-Dury

Bonjour JM
Si c'est dans l'intention d'obtenir des bouteilles que tu veux le mail de CD, c'est peine perdue, car tout est vendu par allocation.
Donc pas de nouveaux clients, et la liste d"attente pour renter doit être aussi longue que Paris Berlin... c'est un des domaines les plus courus de toute la bourgogne.
18 Mai 2017 21:24 #1975

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 387
  • Remerciements reçus 54

Réponse de Julien MICHEL sur le sujet Domaine Coche-Dury

Je suis un grand naïf mais pas à ce point...;)

Je connais les contraintes de CD et c'est clair que cette liste d'attente doit être très très longue, si elle existe encore...

Cela à l'air d'être un secret bien gardé... ;) ;) ;) ;) ;)
19 Mai 2017 07:01 #1976

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6554
  • Remerciements reçus 4256

Réponse de Jean-Bernard sur le sujet Domaine Coche-Dury

Rien empêche de tenter sa chance en effet. On a déjà vu des gens obtenir des bouteilles dans des domaines "out of sale" parce qu'ils avaient su montrer une approche originale (ou se présenter à un moment favorable).
Peut-être qu'une lettre manuscrite aura plus d'effet en revanche.

JB
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Frisette
19 Mai 2017 08:35 #1977

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8564
  • Remerciements reçus 1380

Réponse de hyllos sur le sujet Domaine Coche-Dury

Il n'y a pas tant que ça de domaines réellement inaccessibles. Ou plutôt, beaucoup qu'on juge inaccessibles ne le sont pas. Coche Dury semble pour moi relever de la catégorie ultime (ou quasi). C'est réellement impossible d'y entrer comme particulier... pour le moment... car avec la hausse des prix, il n'est pas exclu que certains allocataires finissent par rendre les armes.

Site perso (non commercial) www.wineops.fi/?page...
19 Mai 2017 11:05 #1978

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 387
  • Remerciements reçus 54

Réponse de Julien MICHEL sur le sujet Domaine Coche-Dury

Evidemment que si on me propose des bouteilles, je ne dirais pas non !! :D :D :D

Mais là n'est pas mon but premier.

Même chez CD les prix des allocations augmentent ? Dans quelle mesure ?

Cela a toujours été un peu mystérieux pour moi ces allocations, je me suis toujours demandé comment on le devenait...

Toujours pas ce mail... :D ;) :)
19 Mai 2017 13:23 #1979

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8564
  • Remerciements reçus 1380

Réponse de hyllos sur le sujet Domaine Coche-Dury

Je pense tout simplement qu'il n'y en a pas... sinon, tu as les coordonnées ici :

www.larvf.com/,domai...

Pour l'allocation, on le devient quand on est inscrit sur la liste des clients du domaine. C'est une pratique qui existe chez de nombreux domaines très demandés. On y entre le plus souvent en étant allé directement sur place et sur décision du domaine. Ca dépend évidemment du nombre d'allocataires pour savoir si on peut entrer ou pas. Ensuite chaque année, il est proposé un certain volume (max) de chaque cuvée : une allocation, d'où le nom "allocataire". Le domaine fait sa répartition ensuite, selon les souhaits de chacun.

La limite de l'allocation, c'est qu'on est normalement obligé de prendre son volume annuel de vin (et il est mieux vu de ne pas le revendre) si on veut rester allocataire. Les prix sont les prix domaines (il n'y a normalement pas de prix allocataire, par contre, il peut y avoir un prix primeur) puisqu'il est normalement interdit d'avoir plusieurs tarifs en France (par contre, on est autorisé aux remises de fonction et aussi à la pratique du primeur, mais qui suppose d'acheter le vin avant la mise).

Il se trouve que chez Coche Dury, les prix montent régulièrement (voir assez nettement depuis une poignée d'années), donc on va atteindre des paliers où certains allocataires finiront par lâcher l'allocation (et créeront un place pour les autres). A ma connaissance, il n'y a plus de liste d'attente chez Coche-Dury depuis plusieurs années (est-ce que c'était autre chose qu'un mythe, d'ailleurs???).

Site perso (non commercial) www.wineops.fi/?page...
19 Mai 2017 13:26 #1980

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux