Nous avons 1119 invités et 95 inscrits en ligne

Un repas, mes amis ... Le XV de Gérard régale les visiteurs

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... et des Bourgognes 2005

Il me tardait de retrouver Gaétan et Gérard pour me changer les idées et déguster quelques bouteilles.
Puisque j'ai de belles escalopes de veau fermier, ce sera du pinot.
Et pourquoi pas jeter un oeil sur le millésime 2005
On commence par des blancs ( amenez ce qui vous fait plaisir)

Domaine Jacqueson - Rully 1er Cru Grésigny 2017
C'est la bouteille de Gaétan et sans que l'on se soit concerté, le choix tombe bien puisque j'ai pour la suite la bouteille du caviste qui est également du même millésime.
Nez sur les fruits jaunes, un peu de vanille et d'amande.
L'élevage marque le vin mais je trouve que ce n'est pas trop dérangeant ... jusqu'à ce que je goûte le suivant.
En revenant sur le premier, la différence d'élevage saute au nez et ce Rully semble un peu trop boisé à ce stade et donc à attendre.
Il possède tout de même une belle énergie, ce n'est pas lourd.
Je dis à Gaétan que ce n'est pas le sud de la Bourgogne. Il me répond oui et non.
Moi qui ai l'habitude de plaisanter en disant que Rully est la limite méridionale en France pour faire du vin blanc, j'aurais pu citer ce village.
Un vin agréable qui mérite simplement d'attendre que les notes d'élevages s'estompent un peu. Je serais curieux de savoir si ce vin a vu le fût et dans quelles proportions.

Domaine de l'Enclos, Chablis 1er cru Vau de Vey 2017 (Bouteille du caviste)
Gérard: Pour moi cette bouteille "mystère" est un Chablis 1. cru d'un bon niveau .
Le nez est bien typé chablis . La bouche est relativement ample avec une note de minéralité ,une belle densité et une finale agréable .
Au nez GAETAN et moi avons aussitôt dit Chablis

Gaétan: Au nez: même avec un vin qui est sans doute un peu froid, on est tout de suite orienté vers Chablis. Un nez très frais, légèrement citronné, avec un beau fruité assez délicat, et avec une certaine minéralité.
En bouche: une attaque franche, une trame acide et minérale très maîtrisée qui porte le vin sur une belle longueur. On retrouve des notes citronnées, et un coté assez floral. En final, quelques subtiles amers très plaisants. Le vin est vif, minéral et frais, c'est ce que j'aime dans cette appellation.
Le vin se goûte déjà vraiment bien. Je le verrais bien avec des fruits de mer. Curieux de re-goûter dans 2 ou 3 ans...

Sylvain (Starbuck) : Robe assez claire. Nez très fruité sur le citron et les agrumes.
Elevage imperceptible. Après avoir goûté cette bouteille, j'ai effectué une petite recherche et effectivement la cuvée ne voit pas le fût.
Des notes minérales mais la dominance des fruits est assez nette.
En bouche le vin est ciselé sans être stricte. Mes compères sont à l'aveugle mais ils le placent immédiatement à Chablis.
Une jolie structure, de la tension, un vin très pur avec une belle finale.
Ce sera le blanc de la journée. Nous pouvons toutefois admettre qu'il a été avantagé par les "faiblesses" des deux autres blancs dégustés.
L'effet de séquence a forcément une influence sur nos perceptions.
J'espère que d'autres le dégusteront à l'aveugle face à un Vaillons de chez Droin par exemple parce que c'est le genre de duel qui m'intéresserait.

Domaine Olivier Leflaive, Meursault 1er cru Poruzots 2008
Une robe jaune foncée
Un nez évolué avec des notes de truffes blanches.
Une bouche assez bizarre. Un vin qui semble carré avec une finale abrupte.
Il fait plus vieux sans être oxydé.
Gérard pense que la bouteille a un problème.
Je l'espère pour ceux qui en ont parce qu'en l'état on ne place pas cette bouteille sur 2008 ni sur un 1er cru.
Gérard nous confiera qu'il est plus fréquent d'avoir des déceptions au vieillissement avec les blancs qu'avec les rouges bourguignons



A l'unanimité nous plaçons le Rully en seconde place et le Meursault en 3ème.
Je me garderai bien de vous donner pour l'instant le classement du Chablis dans ce tiercé de chardonnay :D
Il est temps de passer aux rouges et nous ne serons pas déçus

Domaine Sylvie Esmonin, Gevrey-Chambertin VV 2005
C'est l'apport de Gaétan qui triche un peu en demandant que sa bouteille soit servie en 1er puisque ce n'est qu'un village.
Une robe profonde encore jeune.
Un nez floral, pivoines et bouquet de roses de qqs jours.
Ces notes florales dominantes me font immédiatement dire sans hésiter que c'est un vin de Vosne.
Un peu d'épices et de griottes mais c'est bien un vin floral que nous avons là.
En bouche le vin est harmonieux, des tannins soyeux et aucun creux.
La finale longue et agréable donne envie de se resservir.
Un vin qui est pour moi au début de son plateau d'apogée et sans doute pour un moment.
Lorsque Gaétan nous indique que c'est un village amélioré d'un domaine où nous allons, les possibilités se resserrent.
J'imaginais cette cuvée plus terrienne et moins délicate.
Une nouvelle satisfaction avec un vin de Sylvie Esmonin dans un registre qui m'a un peu surpris.
Il faut dire qu'étant régulièrement caricaturée par une certaine presse, on fini presque par penser que ses vins sont forcément très charpentés alors qu'il suffit de leur laisser un peu de temps pour qu'ils expriment toutes les nuances et les subtilités que leur terroir permet.

Domaine Dugat-Py, Pommard "La levrière" 2005
Une robe également très profonde.
Un nez plus dense que le précédent, plus exubérant d'une certaine façon.
Des fruits noirs, de la cerise bien mûre, de la réglisse bref la promesse d'une grande rencontre.
Mais la bouche n'est pas au niveau du nez.
Un vin ample avec une grosse matière mais des tannins légèrement durs surtout en comparaison du précédent puis du suivant.
Un vin plus terrien que mes deux amis placent à Gevrey.
Une fois la chaussette enlevée, Gaétan avouera qu'il doit y avoir peu de "simples" villages à Pommard capables de rivaliser avec la densité de cette bouteille.
Une découverte intéressante d'un style vraiment particulier.

Domaine Michel Gay, Corton Renardes 2005
C'est donc l'apport de Gérard.
Une robe bien plus légère que les deux villages précédents.
On est clairement sur l'oeil de perdrix.
Un nez tout en subtilité, c'est floral, légèrement épicé.
Une légère sensation automnale laisse à penser que celle là est à boire maintenant.
Les fruits commencent légèrement à tirer sur la griotte à l'eau de vie
Je pense à un 1er cru de Chambolle
La bouche est finesse et délicatesse avec une longue finale.
Le genre de vin qu'on ne place jamais à Nuits, Gevrey, Pommard ou sur la colline de Corton.
Remballons nos préjugés, c'est bien un grand cru de Corton dans un registre surprenant pour son appellation.

Finalement les 3 vins auraient pu être servis dans un autre ordre.
Personnellement je suis satisfait d'avoir découvert les styles très différents des domaines Dugat-Py et Michel Gay mais je suis encore plus heureux d'être devenu client chez Sylvie Esmonin à partir du millésime 2017 car son style de vin me convient parfaitement.


Sylvain
#61
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, dfried, Jean-Paul B., matlebat, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, DUROCHER, Frisette, leteckel, Pins, DaGau, tma, Vesale

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1558
  • Remerciements reçus 1164

leteckel a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... et des Bourgognes 2005

starbuck écrit: Gérard nous confiera qu'il est plus fréquent d'avoir des déceptions au vieillissement avec les blancs qu'avec les rouges bourguignons

A l'unanimité nous plaçons le Rully en seconde place et le Meursault en 3ème.
Je me garderai bien de vous donner pour l'instant le classement du Chablis dans ce tiercé de chardonnay :D


Sylvain,
Merci pour ce nouveau CR, c'est toujours agréable à lire.
Concernant la remarque de ton ami Gérard, elle concerne le domaine Olivier Leflaive ou la Bourgogne en général ?
Et sinon, sans préjuger de la qualité du Chablis (qu'on pressent pas mal en lisant entre les lignes), le niveau des concurrents ne semblait pas "stratosphériques" ce jour là, ce qui joue sans doute en sa faveur.

Arnould.
#62

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17999
  • Remerciements reçus 1720

mgtusi a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... et des Bourgognes 2005

starbuck écrit: Il me tardait de retrouver Gaétan et Gérard pour me changer les idées et déguster quelques bouteilles.
Puisque j'ai de belles escalopes de veau fermier, ce sera du pinot.


Y a pas à dire : être veau chez Sylvain n'est pas un métier d'avenir !
Blague à part, comment les cuisines tu tes escalopes ?

Michel
#63

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... et des Bourgognes 2005

Arnould, la remarque se voulait générale et non spécifique au domaine Olivier Leflaive qui a déjà produit des grandes réussites.
En regardant plusieurs années en arrière, il constate simplement qu'il y a plus de variabilité dans les blancs d'un même carton que dans des rouges.
C'est valable pour presque tous les domaines.
Disons qu'il laisse vieillir avec sérénité ses meilleurs pinots noirs alors qu'il a une petite appréhension pour les chardonnays.
Ce n'est pas un scoop sur LPV, disons que ça confirme ce qu'on peut lire parfois.

Michel, pour la cuisine je vais décomplexer tout ceux qui n'arrivent pas à la cheville d'Eric B aux fourneaux.
Nos emplois du temps étant compliqués à faire matcher, ce repas à eu lieu un vendredi midi.
Je suis un piètre cuisinier et à la maison je laisse faire ma femme qui cuisine très bien.
Mais comme elle était au travail, c'est moi qui me suis chargé de la tâche.
Les escalopes ont donc subi une très longue préparation de près de 18h qui se répartissent selon le programme suivant:
Sortir du congélateur vers 19h la veille puis laisser au repos sur le plan de travail pendant 12h afin qu'elles dégèlent.
Vers 7h du matin, je les ai placées sur une assiette au frigo pendant 5h55
Enfin je sors délicatement l'assiette du frigo lorsque l'heure H approche et je les place sur une poêle bien chaude pour la cuisson.
Je n'ajoute rien dessus, ni sel ni poivre et j'adapte la cuisson selon la volonté de mes invités.

Pour l'accompagnement, j'avais acheté spécialement des frites au four ( ma femme ne fait jamais de frites).
Gérard et Gaétan ont bien cru qu'ils devraient rester jusqu'au dîner pour que les frites soient enfin cuites :DD

Sinon j'oubliais le plateau de fromages que Gaétan avait apporté avec le fameux Achelse blauwe qui provenait de la fromagerie de Courcelles-Chaussy que je recommande à tout ceux qui peuvent y passer.

Sylvain
#64
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: mgtusi, leteckel, Gilles

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17999
  • Remerciements reçus 1720

mgtusi a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... et des Bourgognes 2005

Mais Sylvain, valoriser le produit de qualité sans sophistication ça me parle parfaitement !

Michel
#65

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... et des Bourgognes 2005

leteckel écrit: Et sinon, sans préjuger de la qualité du Chablis (qu'on pressent pas mal en lisant entre les lignes), le niveau des concurrents ne semblait pas "stratosphériques" ce jour là, ce qui joue sans doute en sa faveur.


Sur ce point effectivement la concurrence n'était pas stratosphérique parce que le Meursault n'était pas net.
Pour le Rully, le duel était intéressant pour le millésime et surtout parce que le domaine est souvent cité lorsqu'il s'agit de trouver des meilleurs RQP que les 3 villages phares de la Côte de Beaune.
Idéalement il aurait peut-être également fallu ouvrir un Droin 2017 mais je pense que d'autres le feront et surtout je n'étais pas à la maison les deux soirs suivant donc je ne souhaitais pas ouvrir trop.

Sylvain
#66
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: leteckel

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... et des Bourgognes 2005

mgtusi écrit: Mais Sylvain, valoriser le produit de qualité sans sophistication ça me parle parfaitement !

On est bien d'accord.
D'ailleurs lorsque j'étais célibataire je gardais tous mes filets de boeufs pour mes amis.
Lorsqu'ils passaient à la maison, c'était tournedos et Bordeaux.
Ils ne s'en plaignaient pas.

Sylvain
#67

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11631
  • Remerciements reçus 1691

jean-luc javaux a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... et des Bourgognes 2005

Je serais curieux de savoir si ce vin a vu le fût et dans quelles proportions.

Elevage : 20% fûts neufs durant 12 mois. si j'en crois des passionnés du vin ... ;)

12 mois sur lies fines en fûts bourguignons dont 20% de bois neuf. pour le carré des vins

jlj
#68
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: starbuck

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... fêtons la St Vincent

Pendant qu'il y en a qui se promènent dans Gevrey-Chambertin pour fêter la St Vincent, je suis bloqué sur ma ferme pour cause d'astreinte assez importante à cette période.
C'est l'occasion d'inviter mes amis pour un repas dégustation.
Ils avaient pour consigne de ne pas apporter de blanc car je souhaitais leur faire découvrir mes nouveaux verres Italesse avec une bulle puis j'avais une belle paire de chardonnay sur 2008 que je souhaitais ouvrir en parallèle.
Dans la journée, j'avais laissé entendre sur le forum que les vins ne se présentaient pas au mieux à l'ouverture.
Mes amis lisant le forum, ils apporteront chacun une remplaçante et comme j'en ai également ouvert une de plus, de 7 bouteilles initialement prévues, nous sommes passés à 10.
Allez on commence, le champagne est frais.

Bollinger, grande année 2002
Très peu de bulles, ce n'est pas forcément la bouteille idéale pour inaugurer ces verres particuliers.
Une robe jaune foncée. On n'est plus proche d'un vin tranquille que d'une bulle.
Fruits secs, pomme cuite ( pas d'oxydation), des traces de miel, c'est d'une complexité peu habituelle.
La bouche est très vineuse.
Un vin imposant avec beaucoup de matière.
Une belle expérience mais à réserver aux passionnés car je pense que ce champagne est trop différent des bouteilles classiques pour être ouvert avec tout le monde.
C'est presque un champagne de méditation. Il serait préférable de le garder pour un repas moins arrosé afin d'y revenir plus longtemps et plus facilement.

Domaine Rapet, Corton-Charlemagne 2008
Bouchonné :evil:

Domaine Roger Belland, Criots Bâtard-Montrachet Grand Cru 2008
Un nez assez frais sur des notes minérales avec des agrumes jaunes.
Une belle acidité en bouche qui porte une structure assez ample en longueur.
La finale est jolie mais ça manque un peu de largeur pour que l'on affirme sans aucun doute se trouver face à un grand cru.
Nous débattrons sur la question du classement et finalement nous tombons d'accord pour dire que c'est un excellent 1er ou un petit grand cru.
C'est en fait la place où il se situe.
Qu'est-ce que je regrette que le Corton Charlemagne nous ait abandonné pour ce duel de grands crus !
A noter que je l'avais trouvé un peu marqué par l'élevage à l'ouverture mais il a bien évolué avec 7h d'aération

Domaine Morey-Coffinet, Puligny-Montrachet, Les Pucelles 2008
C'est le joker de Gaétan, mais provenant de la cave de Gérard suite à un mercato précédent.
Il est vrai que sur LPV la période du mercato reste ouverte toute l'année.
Des fruits jaunes très mures et des arômes pâtissiers.
Crème anglaise, vanille et brioche chaude.
Une belle amplitude en bouche mais une finale assez courte.
Il va s'améliorer au cours du repas et Gaétan me dira que 48h plus tard, il avait gagné en finesse et longueur.
Il n'avait ouvert la bouteille que 5h avant le repas or je pense que les blancs de ce domaine doivent être ouverts au moins 48h avant le repas.

Domaine Didier Dagueneau, Silex 2009
Ma bouteille remplaçante que j'avais prévue initialement pour une autre occasion.
Un nez dominé par les fruits jaunes à maturité.
Gaétan annonce immédiatement qu'il s'agit d'un millésime solaire mais il se demande si ce n'est pas un vin étranger.
Gérard trouvera le Sauvignon et dans la foulée Gaétan annonce Silex.
Mais l'idée principale qui ressort est la déception.
Le vin est certes bon mais pas très complexe ni très ample ni très long, bref il n'a aucune grande qualité.
Pour 25€, on se dirait qu'on a une bonne bouteille mais au prix où cette cuvée est tarifée, on voit les limites qu'il y a à courir derrière les étiquettes prestigieuses.
Très loin pour moi du 2012 mais qui avait été bu dans un contexte différent.



Domaine Bertagna Vougeot 1er cru Clos de la Perrière 2009
Une robe très claire qui fera penser à Gérard que c'est un Côte de Beaune
Un nez bien plus évolué que lors de ma précédente rencontre.
Un peu de griottes et de groseilles mais surtout des arômes floraux de pinot à maturité.
En bouche c'est assez fin, presque léger et la finale est délicate mais presque fragile.
C'est très bon mais différent de l'image que j'en gardais.
A l'ouverture à midi, le vin était mutique et finalement je suis satisfait de ce qu'il nous propose en soirée.
Mais alors attention à la suivante parce que là, on ne joue plus du tout dans le même registre.

Domaine Sylvie Esmonin, Volnay 1er cru Santenots 2005
C'est l'apport de Gérard.
Une robe bien plus profonde que le précédent.
Un nez sur la cerise noire bien mûre, un peu de terre fraiche, des notes épicées.
Alors ça si c'est pas un Gevrey ! Je dirais même plus, un Gevrey de Sylvie Esmonin !
En bouche le vin est ample, profond, large et finit avec une longueur puissante mais soyeuse ...
Là je dis même Clos St Jacques ! Et probablement 2009 parce que le 2007 n'est pas aussi puissant et que je ne pense pas qu'un 2008 de qui que ce soit puisse atteindre ce niveau.

Alors oui je sais que Gérard va chez Sylvie Esmonin depuis le millésime 2007 et comme ce n'est pas le genre d'amateur à acheter sur ebay je ne pense pas qu'il puisse avoir plus vieux.
D'ailleurs la robe du vin fait forcément penser à un vin assez jeune.
Finalement il s'agit d'une bouteille qu'elle lui avait offerte.

Bon là je vous avoue que Gaétan et moi sommes scotchés. Wouahh qu'est-ce que c'est bon !
Après une précédente dégustation d'un Gevrey VV que nous avons encore en mémoire, on peut dire qu'elle a vraiment bien réussi ce millésime.
Heureux ceux qui en possèdent encore dans leur cave.

Domaine Rebourgeon-Mure, Volnay Caillerets 2005
C'est la remplaçante de Gérard et tout compte fait il pense qu'il est préférable de l'ouvrir plutôt que de la remmener.
Une robe assez proche du Vougeot.
Un nez sur les roses fanées et la framboise.
C'est assez délicat.
La bouche est à l'unisson, c'est difficile de passer après le Volnay de Sylvie Esmonin mais nous avons là un digne représentant de ce village avec un style plus classique.
La finesse de la Côte de Beaune sans jamais tomber dans le fluet.
Le lendemain le fond de bouteille n'avait pas bougé.
Une belle maturité couplée à une acidité idéale donne un très bon pinot qui bu seul montre beaucoup de qualités.
Si j'en crois les écris sur LPV, ce domaine reste facilement accessible à des prix encore abordables.
Probablement une bonne idée d'adresse pour qui cherche un point d'attache en Bourgogne.

Troplong-Mondot 1995
Une robe noire violette
Un nez de merlot concentré, cassis à gogo et café froid.
Là je mise sur un rive droite de 95,98 ou 2001.
La bouche est dense mais les tannins ressortent un peu.
On a un peu perdu les fruits sans que le tout s'harmonise ni gagne en complexité.
Gaétan n'aime pas. Le coté gros 4x4 américain n'est pas ce qu'il préfère dans le vin.
Nous sommes souvent d'accord sauf sur les Bordeaux probablement trop extraits.
Gérard nous dira également que ce n'est pas ce style très parkérisé qu'il préfère.
J'avoue que même si j'apprécie désormais la finesse, j'aime bien recroiser de temps à autre ce style de vin bodybuildé.
J'ai d'ailleurs fini la bouteille tranquillement sur plusieurs jours et le vin n'évoluait pas.
J'aurais souhaité trouver plus de complexité, un peu de truffe par exemple mais je ne suis pas sur qu'elle puisse jaillir un jour de ce style de vin.

Pignan 2007
Provenance directe du domaine.
Une robe profonde qui ne ressemble en tout cas pas aux vins de la galaxie Reynaud.
Un nez assez sudiste avec des marqueurs plus difficiles à trouver.
La bouche est presque trop chaleureuse dans un premier temps puis comme s'il s'agissait d'une adaptation progressive, on apprécie de plus en plus après chaque gorgée.
La rétro est particulièrement intéressante et dans ce cas précis je suis persuadé que ceux qui recrachent un tel vin rate une partie importante de sa personnalité.
Première rencontre pour moi avec Pignan et j'avoue ne pas avoir eu le même coup de coeur qu'avec le Domaine 14 ou Rayas 2000.
Un vin que je qualifierai de moins immédiat, il est plus difficile à comprendre à moins qu'il ne faille tout simplement lui laisser plus de temps de garde.


Une nouvelle fois nous avons passé un excellent moment et on se dit à très vite parce que Gérard nous a convié à passer chez lui prochainement.

Sylvain
#69
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., Gibus, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, tonioaja, Frisette, leteckel, Pins, Pinardo, Fredimen, Kiravi, Garfield

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5340
  • Remerciements reçus 2114

Frisette a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... fêtons la St Vincent

Nous avions bu au domaine ce Volnay Santenots d'Esmonin et je l'avais effectivement trouvé au top. Concernant les 2007 chez Reynaud, c'est à mon avis, beaucoup trop tôt. Quand au boisé chez Thibault...vaste débat! Personnellement, j'aime beaucoup, ce n'est un secret pour personne. Plus spécifiquement, effectivement le boisé était plus prégnant qu'actuellement sur les millésimes antérieurs à 2013, et en particulier sur 2008, les Pucelles ne faisant pas exception...Par contre, Bollinger Grande Année 2002: grosse quille!!! (tu)

Flo (Florian) LPV Forez
#70

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3787
  • Remerciements reçus 1575

Vougeot a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... fêtons la St Vincent

Merci pour ce CR, Sylvain.

Concernant le Vougeot 1er cru Clos de la Perrière, que toi et moi avons si bien goûté, je ne serais pas surpris qu'il soit dans une phase un peu ingrate actuellement.
Le 2005 bu récemment prouve que ce vin peut être attendu assez longtemps.
Tout ça pour dire que je ne suis pas inquiet quant à l'avenir de cette cuvée.

Vincent, amateur de melon et de curé nantais
#71

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 549
  • Remerciements reçus 387

Fredimen a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... fêtons la St Vincent

Magnifique CR !

J'ai dégusté Troplong-Mondot 95 il y a un mois et demi... malheureusement bouchonné :(

Fredimen
#72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... fêtons la St Vincent

Flo, oui Bollinger G A 2002 mérite qu'on s'y attarde
Vincent, je ne dirais pas "mauvaise phase" mais plutôt "phase de transition" parce qu'il a perdu son coté éclatant sur le fruit mais commence à gagner en notes florales et c'est pas mal non plus.
Fredimen, j'ai assez donné avec le Corton Charlemagne alors il valait mieux que le Troplong bouchonné soit pour toi zX

Sylvain
#73

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 549
  • Remerciements reçus 387

Fredimen a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... fêtons la St Vincent

M’en souviendrai ;)

Fredimen
#74

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... Le XV de Gérard régale les visiteurs

Le XV de Gérard régale les visiteurs

Soirée de gala chez Gérard. Une soirée aussi rare que les samedis 29 février.
Une des soirées du siècle diront nous pour parler à la bordelaise.
Ma femme n'a pu nous accompagner et j'y vais avec Gaétan et sa femme.
En plus de la famille de Gérard, il y aura également deux autres de ses amis qui travaillent dans les métiers de bouche.
L'un d'eux se chargera d'ailleurs d'apporter la charcuterie. Deux amateurs de vin qui ont déjà bu des étiquettes prestigieuses.
Il y en a un qui nous dira avoir beaucoup de Haut-Brion blanc et il regrettera de ne pas en avoir apporté une quand je lui ai dit que je connais très mal les Bordeaux blancs.
Une autre fois peut-être.

Nous arrivons un peu avant les autres invités et Gérard me tend aussitôt un verre d'un air un peu inquiet.
-Qu'est-ce que tu en penses ?
Le vin m'évoque un muscat de Rivesaltes même si ça doit faire une éternité que je n'en ai plus bu.
Ce n'est pas oxydé ni bouchonné, c'est plat. c'est ni bon ni mauvais.
Quand Gérard nous montre la bouteille, je me dis que c'est un peu comme si Serge Blanco remettait le maillot tricolore.
Ce fût grand mais aujourd'hui ce n'est plus au niveau.
Dommage pour ce Meursault 1992 de chez Coche-Dury



Ce soir il y aura 15 bouteilles et je peux vous garantir que sur le papier, il y a une équipe taillée pour le grand chelem.
Il y aura 6 duels parfaitement orchestrés par notre hôte.
On est parti pour une longue série en commençant par 2 champagnes.

Egly-Ouriet, grand cru brut tradition
C'est mon apport pour accompagner les jambons et terrines de qualités.
Des notes de noisettes, une sensation crayeuse ( autosuggestion peut-être ?), de la minéralité, des fruits, de la longueur ... diablerie mais ce BSA est vraiment excellent !
Tout le monde s'accorde pour dire que nous avons là un champagne haut de gamme.
Le hasard faisant bien les choses, la maison Dubecq lançait à partir du 1er mars une promotion sur cette cuvée.
Nous sommes plusieurs à s'être regroupés pour en prendre plusieurs cartons.
Une découverte et une révélation.
Je n'en avais acheté qu'une bouteille pour voir et bien nous sommes servis !
C'est un essai joliment transformé

Henriot 2008
Gérard reconnait volontiers ne pas être un spécialiste en champagne.
On ne va pas le contredire parce que cette bouteille ne présente pas un grand intérêt.
C'est assez fortement dosé, la bulle est un peu grossière et le vin ne procure pas vraiment de plaisir.
L'effet séquence est bien entendu redoutable pour ce Champagne "passe-partout" qui n'est pas mauvais mais que plusieurs convives botteront en touche.
Il était toutefois judicieux de placer des bulles sur la charcuterie.

On continue avec 2 duels de blancs tous issus de la cave de Gérard, on rince les verres et on se concentre parce que ça va jouer vite, haut et très fort.

Domaine Leflaive, Puligny-Montrachet 1er cru "Les Pucelles" 2002
Une robe jaune foncée et un nez assez discret.
Un chardonnay qui fait déjà bien évolué sans trace d'oxydation.
C'est plaisant mais ça ne me procure pas d'émotions particulières.
La finale est honorable mais j'ai envie de dire que c'est simplement bon.
Pour poursuivre ma métaphore, je dirais que c'est un pilier à l'ancienne.
C'est solide mais ça manque un peu de nerf.

Domaine Coche-Dury, Puligny-Montrachet "les Enseignères" 2002
Là c'est évident comme un essai de Philippe Sella
En moins de 3 secondes je dis que c'est un coche
Un nez de céréales grillées, des fruits jaunes, un peu de minéralité.
La bouche est équilibrée avec une acidité parfaite qui donne de l'allonge à ce vin qui n'est pas dépourvu d'amplitude.
Aucune note pâtissière, beurrée ou briochée.
Gaétan me fait remarquer que ça ne fait pas trop Meursault ( On est encore à l'aveugle)
j'imagine un beau 1er cru mais lequel ?
Caillerets dans mon imaginaire donnerait peut-être un vin comme ça.
A la levée de la chaussette je me dis que c'est vrai que ce vin fait très Puligny ( J'aurais pu être un disciple de François Audouze B) )
Une chose est certaine, c'est que le village de chez Coche a plaqué le 1er cru de chez Leflaive

Domaine Michel Bouzereau, Meursault 1er cru "Perrières" 2008
Le second duel commence très fort avec un vin à la robe moins jaune.
Un nez très minéral avec des belles notes fruitées
Une bouche puissante longue et tonique.
2008 est trouvé assez rapidement, un autre convive pense aux Perrières.
Un vin d'une évidence rare, très lisible et complètement en phase avec ce qu'on pourrait attendre étiquette découverte.
Une valeur sure et je suis bien content désormais d'y passer chaque année.
Un essai transformé de plus.

Domaine Louis Carillon, Bienvenues Bâtard Montrachet 2008
Autant le dire tout de suite, c'est "l'essai du bout du monde"
Un nez d'une incroyable complexité comprenant des notes de céréales grillées qui m'ont induit en erreur.
J'ai d'abord pensé que Gérard nous avait sorti une autre Coche-Dury.
Une bataille dans les Perrières aurait sans doute eu de la gueule également mais non c'est bien une Carillon.
C'est un feu d'artifice aromatique au nez et un plaisir incroyable en bouche.
Le vin est précis, extrêmement ample et d'une longueur infinie.
On touche là à ce qu'il y a de magique dans le vin.
Gérard nous dira que c'est pas loin d'être le meilleur vin blanc qu'il ait bu et qu'il lui sera désormais difficile de nous ouvrir mieux.

S'il fallait classer les vins blancs, le BBM est bien entendu devant. Bouzereau et Coche-dury se tiennent mais mon coeur penche pour celui que je bois moins souvent.
Cette patte JFCD m'émerveille !
Enfin le Leflaive ferme la marche alors qu'au prix domaine c'était probablement le plus cher.

On passe maintenant aux rouges pour la deuxième mi-temps. Il parait que la nouvelle génération de rugbymans français encave beaucoup de rouges par cartons.
Un peu de finesse dans ce monde de brutes, Gérard commence par un duel raffiné

Domaine Jacques Prieur, Musigny 1990
Non mais c'est quoi cet ovni alors qu'on attaque seulement les rouges.
Une pénalité de 70m qui flotte dans l'air, traverse le stade et passe en douceur au milieu des poteaux.
Un nez de pinot ancien avec des roses fanées, un peu de griottes délicatement vieillies.
Une bouche ample et douce. C'est de la dentelle qui s'éternise en bouche.
C'est au niveau d'un grand cru mais c'est les caractéristiques de Vosne ou de Chambolle
Gérard me donne un indice majeur, c'est un grand cru que je n'ai jamais bu.
Je n'imagine pas une Grande rue à ce niveau, un Musigny alors ?
Bingo et bien je ne suis pas déçu
Un très grand vin qui n'usurpe pas son rang

Château Margaux 1997
Bordeaux VS Bourgogne
Le Bordeaux est également en finesse avec un nez prometteur sur le tabac, le cassis et des notes de poivrons
La bouche sera par contre moins enchanteresse avec une petite sensation de sous maturité qui place cette bouteille en retrait par rapport à la précédente.
Attention, ça reste un très bon vin mais il n'a pas la magie du Musigny.
Petite déception à la levée de la chaussette quoi que par rapport au millésime, c'est probablement le meilleur 97 que j'ai bu.

Château Canon la Gaffelière 1998
Des fruits noirs, un nez assez typé rive droite
Mais une bouche un peu austère.
Je ne m'y suis pas trop attardé.
Gérard me confiera par la suite qu'il a bien évolué et fut meilleur le lendemain

Domaine Pierre Damoy, Chambertin 2007
Gaétan et moi devons porter la poisse mais à chaque fois que Gérard nous ouvre une bouteille de ce domaine, elle n'est pas au niveau qu'il a connu sur une précédente.
Un vin là aussi un poil austère sur lequel nous sommes passés assez vite.
Comme pour la précédente, elle a bien gagné 24h plus tard.

Ce duo a surtout pâti de se retrouver au milieu d'une mêlée exceptionnelle et n'a pas pu s'exprimer comme il le ferait avec moins de concurrence.
Parce qu'il reste du lourd à jouer.

Château Montrose 1996
Un nez de médoc absolument parfait.
Boite à cigares, tabac blond, des fruits noirs bien mûrs avec des légères notes torréfiées.
Des tannins soyeux, c'est dense, intense, puissant avec une finale incroyablement longue qui s'étire telle un songe sans fin.
Une petite pensée pour Claudius qui est amoureux de ce millésime. Il a bien raison.
Qu'est-ce que c'est bon quand un Bordeaux est à ce niveau !
Encore un essai transformé par Montrose qui n'est à n'en plus douter une valeur sure de la rive gauche.

Pétrus 1988
Je venais de jouer au sachant en expliquant la différence qu'il y a pour moi entre les vins de la rive gauche et ceux de la rive droite.
La vérification de mon savoir ne se fait pas attendre puisque sur ce dernier rouge, les notes de tabac dominent tellement qu'on s'accorde pour dire que c'est un médoc dont l'assemblage doit être très largement dominé par le cabernet.
En bouche le vin est très puissant. Il m'évoque Mouton ou Margaux 86
Je verrais bien un Lafite ou Latour mais pas sur 96.
Les tannins ne sont pas encore complètement fondus et il y a ce petit je ne sais quoi qui me fait dire que je préfère le Montrose.
Je trouve que la puissance manque un peu d'harmonie.
Gaétan est assez d'accord avec moi. Techniquement il n'y a rien à redire mais ce vin n'a pas atteint la plénitude du précédent.
Il ne doit pas y avoir beaucoup d'autres endroits que sur LPV où l'on boit un Pétrus à l'aveugle.
Je ne remercierai jamais assez Gérard de nous avoir ouvert une telle bouteille mais surtout de nous avoir permis de la découvrir sans aucun à priori.

Pétrus est un vin vraiment particulier que je suis heureux d'avoir pu découvrir mais très objectivement durant cette soirée, j'ai préféré le Musigny et le Montrose.
L'effet millésime ne lui a peut-être pas été favorable non plus.

Domaine Perrot-Minot, Morey St Denis "La rue de Vergy" 2013
C'est une bouteille que Gérard avait ouvert pour ceux qui auraient préféré un rouge léger sur la charcuterie.
Je l'ai goûté à un moment de la soirée et j'en laisse une petite note car LPV est mon livre de souvenirs.
Un nez flatteur sur les griottes gorgées de soleil.
Une bouche délicate et agréable.
Bref un joli pinot qui ferait bien l'affaire pour un repas où il serait seul.
Par contre il se vend au prix de beaucoup de 1ers crus donc le RQP n'est pas forcément favorable

Château Climens 2001
Sur les desserts à base de fruits jaunes, Gérard nous ouvre cette bouteille.
Un nez très complexe avec des arômes de Sauternes encore jeune.
Une bouche délicate et fraiche, beaucoup de finesse, une belle acidité et de la longueur.
Je pense à un Barsac, Coutet ou Climens sur un grand millésime.
Ouf, l'honneur est sauf après mes déboire sur Pétrus ::fz::
Un dernier essai transformé qui conclue magnifiquement cette soirée.
La photo fut prise avant que la Climens ne soit ouverte.



Encore un immense merci à Gérard pour sa générosité.
On se retrouvera lorsque tout ira mieux.

Sylvain
#75
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, PBAES, Gildas, Jean-Paul B., dt, Axone35, jean-luc javaux, Gibus, Marc C, sideway, podyak, Nathenri, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Friends, Val59, coach, Frisette, GAET, leteckel, jclqu, Lomax, ptitcoco, Pins, Damien72, ysildur, vvigne, DaGau, éricH, Fredimen, Kiravi, Jo14, Garfield, Vesale, Bug

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5340
  • Remerciements reçus 2114

Frisette a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... Le XV de Gérard régale les visiteurs

Énorme!!!!:roll: :roll: :roll:

Flo (Florian) LPV Forez
#76

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2846
  • Remerciements reçus 964

tonioaja a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Du joli matos en effet !

Antoine (passionné tout court ).
#77

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... Le XV de Gérard régale les visiteurs

Une petite précision pour les non initiés qui passeraient par là.
Pétrus est un 100% merlot sur la rive droite. je faisais donc un peu d'auto-dérision dans mon CR puisque je me plantais royalement.
D'où une nouvelle fois la démonstration imparable de l'intérêt de déguster à l'aveugle.
Etiquette découverte, j'aurais probablement tout de suite reconnu la puissance des grands rive droite et du merlot bien mûr :whistle:

Sylvain
#78

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81734
  • Remerciements reçus 7159

oliv a répondu au sujet : Un repas, mes amis ... Le XV de Gérard régale les visiteurs

La vache, le niveau de la soirée de cloture avant inventaire !! :O! :woohoo:

J'vous dis pas ce que ça va être pour celle de réouverture ! :kiss:
#79

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 78
  • Remerciements reçus 13

Roger-Constant Lemaire. a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Excellent CR...petite question, un truc qui me "choque" un peu...sur le pétrus 1988...après 32 ans de garde ce vin n'a toujours pas encore les tanins fondus : est-ce normal ? A ton avis il lui aurait fallu 40-50 ans ? C'est quand même beau de voir que ça se préserve aussi bien sur la durée, ça m'impressionnera toujours.
Guillaume.
#80

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2846
  • Remerciements reçus 964

tonioaja a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Roger-Constant Lemaire. écrit: Excellent CR...petite question, un truc qui me "choque" un peu...sur le pétrus 1988...après 32 ans de garde ce vin n'a toujours pas encore les tanins fondus : est-ce normal ? A ton avis il lui aurait fallu 40-50 ans ? C'est quand même beau de voir que ça se préserve aussi bien sur la durée, ça m'impressionnera toujours.
Guillaume.


Pour ma part j'irais un peu dans lautre sens.
Ca m'embêterait quand même un poil d'avoir attendu 30 ans pour me rendre compte que le vin nest pas encore "pret".
Je veux bien qu'on dise que cest honorable une telle longévité, mais on devrait quand même être en mesure de prendre une claque, surtout à la vue du Pedigree du vin et de son attente.

Antoine (passionné tout court ).
#81

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6612
  • Remerciements reçus 3672

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

1988, un peu comme 1986, est un millésime à Bordeaux qui a engendré des vins fortement tanniques. Certains se sont assouplis après 20 à 25 ans et d'autres pas encore…
C'est beaucoup moins le cas pour les deux autres millésimes de la trilogie.

Jean-Loup
#82
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Concernant Pétrus, je précise que c'est moi qui fut le moins laudatif.
La fille de Gérard trouvait qu'il ne cessait de s'améliorer dans le verre et l'a finalement préféré à Montrose.
Gérard l'a noté aussi haut que Montrose.
En l'analysant après coup, je pense que c'est tout simplement l'effet 1988
Je ne suis pas certain qu'il eut été meilleur il y a 4 ou 5 ans ni qu'il le sera dans quelques années.
Il lui manque un petit truc qui permettrait d'équilibrer l'ensemble.
Une sorte d'excès de puissance par rapport à la structure des tannins.
Mais attention ça reste un vin excellent et s'il n'y avait eu que Margaux 97 et Pétrus 88 de servis le soir là, j'aurais dit sans hésiter que Pétrus dominait largement.
Mes propos manquent peut-être de nuance mais j'essaye de faire ressortir avec mes mots les différences que j'ai perçues entre les différentes bouteilles.

Et puis ça ne reste que mon avis en constatant bien que plus ça va et plus je suis attiré vers l'élégance.
Techniquement le Pétrus faisait réfléchir, on cherchait à l'analyser alors que le Musigny laissait parler le coeur, c'est un vin plus sentimental.

Mon CR ne le fait peut-être pas très nettement ressortir non plus mais Climens 2001 est vraiment une immense bouteille.
Je suis de plus en plus Barsacophile.

Sylvain
#83
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Moriendi, Fredimen

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2846
  • Remerciements reçus 964

tonioaja a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

(tu)

Antoine (passionné tout court ).
#84

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1364
  • Remerciements reçus 177

herve2 a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Magnifiques bouteilles. cependant, j'aurais une remarque qui, je l'espère, ne sera pas comprise comme polémique mais c'est un sujet qui m'a taraudé pas mal de temps au début de nos dégustations avec notre groupe. il s'agit de l'ordre de service des bouteilles. Là, on est en droit de dire que c'était pour le moins fouillis, pour ne pas dire le grand bazar. pour ma part, le Musigny 90 aurait dû être servi en dernier pour les rouges, à la fois pour lui mais également (et surtout) pour les autres. C'est le genre de vin, quand il est à niveau, qui vous rend terne le moindre concurrent, surtout quand il n'est pas bourguignon.

A près, il y a toujours la difficulté de la dégustation à l'aveugle...

Cordialement,

Hervé
#85

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1558
  • Remerciements reçus 1164

leteckel a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

C'est possible.
Mais dans un repas où l'on ne crache pas systématiquement, mettre une bouteille "exceptionnelle" en fin de dégustation risque de ne pas lui permettre d'être appréciée à sa juste valeur (gustative bien entendu).

Arnould.
#86
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 549
  • Remerciements reçus 387

Fredimen a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

En toute sincérité vu les bouteilles servies, la meilleure solution eut été de faire une soirée par bouteille.

Pas sûr non plus que servir le Pétrus en premier eut été une bonne solution :)

Fredimen
#87
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Marc C, bbesde

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Gérard a fait le choix de commencer par les vins les plus fins et de monter en puissance.
C'est vrai que l'ordre de service fait souvent débat sur LPV mais ça ne me semble pas déconnant.

Si le Chambertin avait été au niveau espéré, peut-être qu'on aurait trouvé dommage de le servir avant le Musigny

Sylvain
#88
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Garfield

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3051
  • Remerciements reçus 1909

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Fredimen écrit: En toute sincérité vu les bouteilles servies, la meilleure solution eut été de faire une soirée par bouteille.


Nous étions 10 consommateurs alors une bouteille fait un peu court ;)
Toutes les bouteilles n'étaient pas vides, loin de là même.

Sylvain
#89

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6612
  • Remerciements reçus 3672

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Fredimen veut dire : une grande bouteille par soirée avec une dizaine d'autres d'un niveau moindre pour la mettre en valeur.
Ce débat a déjà eu lieu quelque part sur LPV et il y a les tenants de cette théorie et les tenants du contraire, sans que les uns arrivent à convaincre les autres de changer d'avis et inversement…

Jean-Loup
#90
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Marc C, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck