Nous avons 1774 invités et 32 inscrits en ligne

Puisqu'on s'était dit No Raw !!

  • legui
  • Portrait de legui Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 471
  • Remerciements reçus 749

Puisqu'on s'était dit No Raw !! a été créé par legui

Ahlalalala... y'a toujours des p'tits malins qui espèrent que ça passera inaperçu, que la bouteille masquée fera illusion... Mais face à des dégustateurs avertis comme peuvent l'être ceux du groupe, la supercherie est vite démasquée. A vrai dire, n'importe qui, dans un rayon de 50 mètre autour de la table, s'en serait également rendu compte... Bref, un seul vin nature ce soir-là, fort heureusement pour tous !
Trêve de bavardages, place aux vins.
 
Deux champ' pour débuter, comme il se doit. L'un étant curieusement l'antithèse de l'autre, et vice-versa ;)
D'abord, ce Champagne Gallimard, Les Meurgers, Blanc de Noirs... que j'ai pris pour un 100% chardo, bien joué. A cause de ce joli nez brioché. La bulle est élégante, en bouche c'est joli, un peu trop dosé tout de même pour en faire un compagnon de repas. Mais à l'apéro, c'est parfait. Joli vin.

Joli également, mais aux antipodes donc, ce Champagne Bonnet-Ponson, Perpétuelle. Le nez est plus droit, plus discret ; la bouche traçante. Grosse acidité finale, trop pour moi ; normal c'est non dosé. Un vin cistercien.
 
On passe aux blancs, ça démarre très fort avec ce Bourgogne aligoté, de JM Vincent, Soler'Al. Un vin qui nous aura bien fait voyager. Au nez ça fait très bourguignon, tout le monde part sur un joli chardo bien élevé. Sauf que l'acidité finale fait douter... Direction le Jura donc ? Ben non pas du tout, c'est ce cépage mal-aimé, élevé en solera. Jolie découverte. Mais au prix de la quille, je préfère tout de même le chardo !

Le voici, le vin de punk qui se néglige... Un Vin de France fait en Touraine, de Thomas Puechavy, Le Rayon Blanc 2021. 100% chenin, indique l'étiquette. Qu'on croit sur parole... Ce vin c'est un concentré de tous les défauts possibles et imaginables : de la réduction serpillère, de l'acétique, de la volatile, un peu de vernis à ongles.. Bref, imbuvable. Mais on a bien rigolé.

Retour à la civilisation, avec ce Puligny-Montrachet de la Maison Morey-Coffinet (négoce donc), Corvée des Vignes 2014. Quand c'est bien fait, la Bourgogne, y'a rien à redire. Tout y est : un nez très fin, un bel élevage, une bouche assez tendue (effet millésime ?) et une belle longueur. Très chouette vin.

Le Chassagne-Montrachet de Ballot-Millot, Morgeot 2008, aura un peu souffert de la comparaison. Millésime compliqué, qu'on lit dans la trame acide du vin. Le nez fait évolué, vieux chardonnay encore en forme. J'aime bien.

 
Les rouges, maintenant. Et des vins de transition qu'on oubliera assez vite...
D'abord, ce Crozes-Hermitage d'Alain Graillot, 2009. Paix à son âme. Joli nez sur les anchois, la violette, mais c'est en bouche que ça se gâte, avec une énorme acidité qui emporte tout sur son passage. Volatile, disent mes camarades de jeu. Difficile d'avoir un quelconque plaisir.

A côté, le Saint-Amour du domaine de Fa 2019 fait plutôt bonne figure. C'est le domaine créé par les enfants du sieur Graillot. C'est gourmand, peut-être un peu trop glouglou, trop facile - peut-être 100% macération carbo ? En tout cas, aucun tanin, juste l'acidité finale qui m'a emmené directement dans la bonne région, pourtant chère à mon coeur. Un vin pas inoubliable...

Le vin d'après a lui aussi une parenté assez évidente, liée au cépage :  Côte Roannaise du domaine Sérol, Chez Coste, 2020. Sauf qu'il manque singulièrement de personnalité. Nez trop discret, bouche fluide, avec une légère sucrosité. A tout prendre, j'ai préféré le Beaujo !

Aaah, enfin un joli Pinot ! Toute la table est unanime ! Sauf qu'il s'agit en fait d'un Barolo de Parusso 2013 ;) Très joli au demeurant. Un nez sur la réglisse, très mûr, une bouche à l'avenant... gros plaisir donc, mais ce n'est pas en Bourgogne...

Tout comme le suivant, localisé lui aussi entre Beaune et Dijon. Pas du tout, c'est un Châteauneuf-du-Pape, domaine du Banneret, 2018. Quel nez ! On s'y perd un bon moment, un ppot-pourri de fruits rouges, très élégant. La bouche est gourmande en diable, avec juste ce qu'il faut de sucrosité pour ne pas être pesant. Pas totalement en place encore. Regoûté le lendemain midi, tout s'est apaisé, c'est une belle découverte, et un gros gros kif (Merci Oliv)

Terminons par le bulldozer de la soirée - il en faut un : Cornas, domaine Courbis, Sabarotte, 2015.Clairement pas prêt à boire, du goudron, une énorme matière, j'ai pensé à une syrah trop extraite du Languedoc, sans élégance et tout en puissance. A revoir dans dix ans, au moins.
 
Et un petit sucre pour terminer : Jurançon, Clos Uroulat 2016. Un sucre tellement petit qu'au premier nez il était difficile de se rendre compte qu'il s'agissait d'un moelleux... Peu de sucres au final, autour de 50 grammes, à la louche ? J'ai trouvé le fruit joli, mais à réserver à des fromages à pâte persillée plutôt qu'à un dessert bien sucré...

A très vite !

Guillaume
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, denaire, sideway, bertou, La Vie est une Fête, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, toubib063, Papé, Agnès C, starbuck, leteckel, the_ej, KosTa74, Kiravi, Garfield, LEON213, Droop, lefish
01 Mar 2024 14:18 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3801
  • Remerciements reçus 7274

Réponse de bertou sur le sujet Puisqu'on s'était dit No Raw !!

Merci pour les crs.  

Par contre, il semblerait qu'un autre vin sans ou avec très peu de sulfites se soit glissé dans votre dégustation en passant inaperçu.  
C'est le champagne de chez Bonnet-Ponsot. Certaines cuvées sont sans sulfites, mais je ne sais pas si la Cuvée perpétuelle en fait partie.

Amitiés,
Bertrand
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., legui, TIMO
01 Mar 2024 15:56 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1230
  • Remerciements reçus 575

Réponse de TIMO sur le sujet Puisqu'on s'était dit No Raw !!

Certains diront qu'avec 25mg/L ce n'est pas nature.

TIMO
01 Mar 2024 16:03 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 61
  • Remerciements reçus 607

Réponse de Jl75 sur le sujet Puisqu'on s'était dit No Raw !!

Merci Gui' pour le premier CR. J'ajoute mes quelques impressions (non je suis pas en retard la prochaine est demain...)
 
Champagne Gallimard, Les Meurgers, Blanc de Noirs : Mon apport car une des jolies découverte en champagne quand la région entière semble rattrapée par l'inflation bourguignonne. Joli champagne consensuel pour l'apéro. Bulle fine, nez sur les arômes pâtissiers. Le dosage à 4g peuvent rendre cela fatiguant mais avec des gougères au comté ce serait parfait.


Champagne Bonnet-Ponson, Perpétuelle. Nez moins expressif. bulles fines là encore. En bouche c'est traçant légèrement crayeux et une jolie acidité étire le vin et nettoie le palais. J'ai beaucoup aimé et ça mets en appétit pour les blancs.

 Bourgogne aligoté, de JM Vincent, Soler'Al. Nez très bourguignon sur un joli élevage. Flo qui amène un vin bien éduqué? En bouche c'est joli et une acidité très présente me fait douter sur le cépage. Un savagnin? Et non nous sommes bien en bourgogne avec un joli aligoté. Pas de manque de matière ni de finale qui s'étiole après une belle attaque. Très belle découverte

On passe sur l'atrocité de la soirée.  Un Vin de France fait en Touraine, de Thomas Puechavy, Le Rayon Blanc 2021. Le nez est affreux : serpillère, poulailler ou que sais-je ça sent si mauvais que c'est dur de poser des mots dessus. Et ce qui est bien c'est qu'en bouche c'est pire : mélange de vinaigre, de sensation chimique. Affreux. Dommage car selon l'apporteur la petite cuvée était top. Mais bon quand on goûte des vins nature qui donnent pas mal à la tête le lendemain c'est parfois franchement raté.

 Puligny-Montrachet de la Maison Morey-Coffinet (négoce donc), Corvée des Vignes 2014. Nez fin sur le léger grillé, un peu de beurre, des fruits jaunes. ça sent très bon et retour dans la zone de confort. La bouche est très tendue et c'est très long avec un gros volume. Très joli vin et j'attendrais un peu pour les petites soeurs.

Le Chassagne-Montrachet de Ballot-Millot, Morgeot 2008 Nez plus évolué un peu de cire d'abeillen du miel. En bouche c'est encore tendu avec une longueur honorable. Très chouette mais moins fringant que son voisin.
 
Crozes-Hermitage d'Alain Graillot, 2009. Joli nez sudiste , un peu de poivre blanc , des fruits noirs, un poil de volatile peut être. En bouche le vin semble sans structure et on ne ressent qu'une acidité sans rine qui compense. RIP

Saint-Amour du domaine de Fa 2019. Rigolo le hasard on part sur un vin du fils Graillot. Et selon moi ce n'est toujours pas une réussite. Au nez un côté lacté me gêne. En bouche c'est simple, un peu écoeurant, finale courte. Pas ça qui va me réconcilier avec le Gamay.

Côte Roannaise du domaine Sérol, Chez Coste, 2020. RAS. C'est moins pire que le précédent mais rien à signaler. Du fruit, pas de structure, pas de tanin, légèrement sucrailleux. Au barbecue avec les copains l'été pourquoi pas. Mais au delà..


 Barolo de Parusso 2013 Très joli nez de pinot. Cerise noire, un peu de végétal noble (réglisse maintenant que tu le mentionnes gui). En bouche par contre ça accroche encore un peu mal mais ça semble mûr. Effectivement nous ne sommes pas en bourgogne je devrais apprendre mes leçons avec ce satané POP.

Châteauneuf-du-Pape, domaine du Banneret, 2018. ça sent hyper bon , les fruits rouges, la rose. Ha un pinot. En bouche je doute, un peu trop de sensation de chaleur, quelques amers. Ce ne serait pas un grenache plutôt? En tout cas c'est très bon, long . A mon avis dans 5-7 ans ce sera superbe mais déjà gros plaisir.


Cornas, domaine Courbis, Sabarotte, 2015. A peine le nez dans le verre je commence à transpirer. Aroamtiques sudistes je pars directement au soleil. En bouche ça emporte tout, énorme alcool. Aucun plaisir pour moi.

 Jurançon, Clos Uroulat 2016. Nez qui pour moi fait totalement sec. L'impression de partir sur Chablis. Peut être le shot d'alcool du vin précédent. En bouche le sucre est effectivment discret mais l'aromatique est chouette sur les fruits jaunes. Plutôt un demi sec

Encore une soirée sympa ou je me suis éclaté sur les blancs (pas tous Matthias...) et on est repartis demain! 

Merci de m'avoir lu.

J
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., legui, denaire, bertou, Jean-Loup Guerrin, TIMO, Frisette, leteckel, POP, the_ej, Kiravi, LEON213
06 Mar 2024 16:15 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck