Nous avons 1269 invités et 36 inscrits en ligne

Les dégustations LPV : A la découverte du domaine La Casenove

  • Messages : 19672
  • Remerciements reçus 4849

Réponse de Jérôme Pérez sur le sujet Les dégustations LPV : A la découverte du domaine La Casenove

les miennes également bien reçues vont faire quelques centaines de km de plus les jours prochains : donc pour le repos, ça va être compliqué !

Jérôme Pérez
09 Avr 2024 19:42 #31

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20749
  • Remerciements reçus 8247
 
Les 3 bouteilles de la Casenove ont donné lieu à un repas / dégustation avec mon oncle, mâconnais depuis 35 ans. 
 
 
Avec l'entrée, pas de Casenove, mais un Riesling Rangen de Thannn 2017 de Bruno Hertz qui persiste à ne pas vraiment me convaincre. C'est pas mauvais, mais... 
 
J'ai servi les deux rouges avec de l'épaule d'agneau bien typée sud (olives noires, origan, romarin, baie de genièvre, ail). Je ne dévoile pas pour l'instant mes impressions ;)
 
En dessert, avec le Rivesaltes ambré, une crème café /chocolat, un financier noisette imbibé de café, un crumble sarrasin-noisette, des noix de pécan caramélisées et des éclats de crèpes dentelles au chocolat noir. Sans trop de surprise, l'accord fonctionnait bien ;)

Merci au domaine pour leur participation à ce repas familial !

 
 

Eric
Mon blog
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, daniel.gureghian, bibi64, Papé, Agnès C
14 Avr 2024 19:31 #32
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95095
  • Remerciements reçus 25138
Domaine La Casenove, Côtes du Roussillon rouge, La Colomina, 2019

Les Cépages
45 % Carignan , 45% Syrah , 10 % Grenache

Les Sols
La Colomina est une grande pièce de terre où sont réunis Carignan, Grenache et Syrah.
Les sols varient des profondes couches d'argiles pour rejoindre les premières terrasses caillouteuses vers l'Ouest.
Cultivés sur des sols essentiellement argileux dans un climat méditerranéen ces trois cépages sont réunis pour donner un vin puissant mais déjà prêt à être dégusté.

Vinification
Cueillette manuelle des grappes recueillies en caisses qui sont par la suite déchargées dans l'égrappoir mobile au dessus de chaque cuve évitant ainsi toute manipulation des raisins jusqu'à l'éraflage.






Jérôme Pérez
Robe quasi noire violacée. Le vin tapisse le verre, il y a une sacrée matière.
Nez superbe de fruit rouge et noir, gourmand : ça m’évoque le carignan bien mûr. Bouche qui ne déçoit pas, avec une belle gourmandise, du fond, de l’allonge, une jolie matière soyeuse et ce qu’il faut de tanin en finale pour tenir le vin.
C’est long, avec un équilibre méridional où l’on comprend que la fraîcheur ne vien pas que de l’acidité. J’aime énormément ce vin qui convoque une chanson sublime : on dirait le Sud … C’était pourtant bien !
Archétypal, ce vin m’a propulsé longtemps dans le passé et j’ai pensé aux sublimes vins de Lhéritier et notamment la cuvée Romani (certes grenache 100 % mais surtout au sudisme affiché et assumé).

Bibi64
Robe bordeaux-violacée, intense.
Nez discret, sur les fruits rouges confiturés.
Attaque ample et fraiche. Des tanins asséchants et une forte amertume arrivent rapidement. Je sens peu de fruits dans ce vin austère. Un peu de fruits noirs, des épices, de la réglisse et une touche fumée.
Finale longue, un peu asséchante, avec de l’amertume.
Conclusion : plus puissant et plus long que La garrigue, mais je n’ai pas plus apprécié.
Note : 2/5 

EricB
La robe est pourpre sombre, quasi opaque (non filtré ?).
Le nez est plutôt discret, mais bien mûr, confit, même avec une touche balsamique.
La bouche est à la fois ample et élancée, avec une matière finement veloutée qui vous tapisse tout le palais, et un fil invisible qui l'allège et l'étire en longueur.
La finale prolonge la bouche sans le moindre à-coup, se contentant d'un léger surcroît de concentration, sur des notes de cerise noire et de cacao et une fine touche crayeuse.

Oliv
Bouchon en liège aggloméré.
Robe pourpre violacée assez soutenue.
Nez léger à l'ouverture, avec un petit gain à l'aération, sur les fruits noirs, le cassis, une fine note caoutchouc.
Bouche simple et relativement efficace, sur un équilibre sans défaut mais sans concentration ni relance, avec un milieu de bouche linéaire un peu simplet au petit déficit d'intensité. L'ensemble reste souple et honnête d'expressivité toutefois.
Finale sur les fruits noirs frais et de petits tannins agréables mais qui reste néanmoins assez courte.
Bien+

Leon213
Robe sombre. Nez fruits noirs, sous-bois, dense, avec de la fraicheur et une impression de sucrosité que confirmera la bouche. Vin puissant, de belle densité. Si les tanins sont très présents, ils ne sont ni agressifs ni asséchants.Le vin est à la fois puissant, chaleureux sans perdre une certaine fraicheur. Des arômes de fruits noirs dominent une bouche un peu monolithique. Finale sur une sensation sucrée qui serait sans doute fatigante si le vin était bu pour lui-même, mais l'accord avec une souris d'agneau fonctionne bien.
Conclusion: bon vin, pas prioritairement destiné aux PdF..Et à 10€ prix domaine, rien à dire.
Un dernier verre bu après le repas confirme le caractère lassant du vin, pour mon PdF.

PtitPhilou
R : grenat foncé, bords violacés.
N : fruité, cassis, fruits noirs, cerise
B : bien définie, chaleureuse dans le bon sens du terme, longueur moyenne.
Tannins encore un peu saillants, mais belle structure. Retour sur les fruits noirs, note mentholée rafraîchissante.
Evolue très bien à l’air (3èmejour) , puis décline assez rapidement
Joli vin très bien placé en termes de prix.

Mgtusi
Bouteille bue sur trois jours avec grillades, spaghetti bolognaise et charcuteries diverses
Le premier jour, le vin est timide, avec un fruit mat (prune rouge fraîche) et une matière en demi-corps.
Le vin est agréable mais très simple.Mieux le deuxième jour avec plus d'éclat.Au dernier repas, la bouche s'est amaigrie et le vin est plus austère.
En résumé, un vin simple qui manque de fraîcheur et d'éclat.

Gaet
Robe : Noire, brillante ( mon fils ==> disque violine, avec de fines larmes)
Nez : Discret, (mon fils pas frès olfatif), puis sur les fruits noirs, cassis, cerise burlat
En bouche : Fruits noirs, c'est rond, assez léger. Pas d'une grande complexité. Longueur assez courte. (Mon fils ajoute acidité agréable et salivante)
Bon vin, sans prise de tête

Ysildur
La robe, brillante et profonde se pare d’un beau grenat. Le nez se montre franc et direct sur les fruits noirs confiturés, les épices et des notes de garrigues et une pointe réglissée.
A J+1 et +2, le nez se montrera plus poudré et confit avec aussi des notes d’olive et de violette.
En bouche, le vin se montre souple, direct, juteux croquant en attaque. Il devient plus gourmand et suave quand l’alcool se montre en milieu de bouche.
L’alcool bien que présent laisse la place au fruit pour donner un vin équilibré et de plaisir immédiat.
Les tanins sont présents et intégrés et apporte de la fraîcheur à la finale du vin. A J+1 et +2, si l’aromatique a changé, en bouche la structure n’évolue pas beaucoup. Un vin au rapport qualité prix très compétitif.
Nous le voyons bien sur une jolie viande au four.

Olivier Mottard
Le vin est carafé deux heures avant dégustation.
Bouchon aggloméré, type Diam.
Belle robe, sombre et dense, sans trace d’évolution.
Nez intense sur les fruits noirs (cerise, mûre et myrtille) et les épices (thym, sauge), complété par une note sanguine.
Bouche au tanin suave, équilibrée par une acidité précise qui rafraîchit l’ensemble.
Jolie finale fruitée et épicée.
Servi légèrement rafraichi (14/15 °C), le vin se révèle gourmand et a parfaitement accompagné une côte à l’os grillée au BBQ.
Jolie découverte d’un vin digeste et savoureux.
J’ai aimé.

Enzo d'Aviolo
Nez mûr, riche avec un léger confit puis également la cerise noire, les épices, un cacao plutôt délicat et une touche balsamique.
La bouche est plutôt souple aux tannins fins.
C’est quelque peu chaleureux, de bon volume avec une finale de bonne persistance mais aussi un léger assèchement sur des notes chocolatées. Sympa.
Bien ++
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, Jean-Paul B., chacompte, sideway, bulgalsa, Vaudésir, Papé, Agnès C, sebus, Med, GAET, leteckel, the_ej, ysildur, éricH, LEON213
14 Mai 2024 19:54 #33
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95095
  • Remerciements reçus 25138
Domaine La Casenove, Côtes du Roussillon rouge, La Garrigue, 2019

Les Cépages
50 % Syrah, 40% Carignan, 10 % Grenache
Les Sols
Argiles, terrasses de galets.
Vinification
Vendanges manuelles en caisses de chaque parcelle séparément. Égrappage au dessus des cuves. Fermentation et macération de quatre semaines. Arrosage fréquent de tout le chapeau.
Élevage
La Syrah a été élevée 14 mois en fûts de deux et trois vins.
En cuves béton et acier émaillé pour les autres cépages pendant 14 mois



 


Jérôme Pérez
Impression visuelle assez proche du vin précédent : il y a de la matière, la concentration s’affiche. Au nez, l’élevage est présent et une note un peu lactée, laissant imaginer un peu d’oxydation apparaît. En bouche, le vin est dense, puissant, un peu carré et formaté par son élevage qui le place dans une catégorie qui de mon point de vue bride un peu l’expression. J’ai tellement aimé la Colomina que je ne peux que regretter que ce vin n’ait pas la même évidence. J’ai laissé la bouteille plus de 24 heures sans la retoucher : le vin était beaucoup mieux, détendu, plus lisible : un vin puissant, chaleureux, solaire, avec cette fois le boisé mieux intégré. C’est long mais l’alcool chauffe un peu en finale : il vaut mieux boire ce vin à 15 degrés pour en profiter : la contrepartie, c’est que plus frais, le boisé et les tanins sont plus saillants.

Bibi64
Robe bordeaux-violacée, intense.
Nez discret, sur le cassis et la fougère.
Attaque souple et fraiche. La bouche est moyennement puissante, avec des tanins nombreux et asséchants. La retro est un peu austère, avec un peu de fruits noirs, du graphite, de la fougère et de la réglisse.
Finale asséchante avec une amertume assez forte. Longueur moyenne.
Conclusion : bof, je ne prends pas de plaisir avec ce vin.
Note : 2/5

EricB
La robe est grenat sombre translucide.
Le nez est encore plus discret, limite mutique. À l'agitation, apparaissent des notes résineuses évoquant la … garrigue : genévrier, ciste, hysope...
La bouche est élancée, avec une tension qui vous happe dès l'attaque,et une matière riche, séveuse, balsamique, équilibrée par une belle fraîcheur aromatique (menthol, eucalyptus, cubèbe).
On retrouve les mêmes protagonistes en final, avec encore plus d'intensité et quelques tanins bien fondus, le tout persistant longuement sur la réglisse et la baie de genièvre (on a presque l'impression d'avoir bu un gin!).

Oliv
Petit bouchon en bon état.
Robe bordeaux avec une évolution marron.
Nez peu avenant à l'ouverture, avec des notes un peu éventées et une sensation d'oxydation, sur les fruits cuits et le bouillon de boeuf.
Bouche qui confirme qu'il y a comme un hic. Aromatiquement, le vin confirme les notes usées perçues au nez et l'équilibre s'exprime de manière creuse qui ne laisse vraiment s'exprimer qu'une certaine charge alcoolique.
Finale ardente et sans tenue.
Un souci de bouteille, je pense.

Leon213
Nez fruité / sucré/lacté. Plutôt sur des fruits noirs, un fond caramel, puis éther. Une sensation de boisé qui se voudrait classieux.
La bouche offre du volume, des tanins enrobés, une certaine épaisseur. On retrouve les arômes du nez, avec un peu plus de fruit. Un peu lourdingue quand même.
Je comprends qu'on veuille faire ce type de vin, que je trouve réussi dans sa catégorie de vin sérieux propre à séduire les amateurs de Bordeaux tradis, mais ce n'est définitivement pas pour mon palais. C'est un peu comme porter du velours en été, boire un soda quand on a soif d'eau.
La finale est un peu sucrailleuse. Bref, pas mon style. ( bu en accompagnement d'une entrecôte maturée avec un beurre maitre d'hôtel, nous avons changé de vin en cours de route )

PtitPhilou
R : noire, bords violacés. Plus concentrée que la Colomina
N : encore un peu réservé à l’ouverture, mais plus complexe à l’aération, fruits noirs : myrtille, cassis, épices, léger menthol et bois
B : vin équilibré, aux tannins soyeux, un peu plus strict et structuré par rapport à la précédente cuvée, on monte en termes de concentration mais aussi de fraîcheur.
Jolie finale de longueur un peu prononcée, mentholée.
Évolue également très bien à l’air (4ème jour) et semble mieux tenir.
Joli vin, assez consensuel, donc pas un coup de cœur mais convaincant, qui devrait pouvoir encore gagner à vieillir en cave.

Mgtusi
Bouteille bue sur deux jours avec une côte de boeuf au four.
On retrouve la trame de la Colomina avec de la prune fraîche, une puissance modérée.
Là aussi, je suis resté un peu sur ma faim avec un vin qui m'a paru trop simple.
On peut mettre au crédit l'équilibre du vin avec l'alcool qui ne ressort pas.

Gaet
En accompagnement d'un roti de dindonneau aux oignons.
Robe : Très foncée, noire, disque non évolué. De fines larmes se font jour à l'agitation.
Nez : Sur le pruneaux, prédominant. Puis les fruits rouges, les amendes
En bouche : C'est rond, suave, un peu sur l'alcool. Il y a un peu de chocolat. La longueur est moyenne
Vin apprécié par toute la tablée.

Ysildur
Robe assez proche de la Colomina, juste un peu plus violacée.
En revanche, le nez développe une aromatique assez différente sur des notes de cerise kirschée, cassis/sureau, jus de viande. Plus profond et automnale.
A J+1 et J+2, les notes d’élevage prennent un peu le dessus sur le fruit. La bouche se montre d’emblée plus ample, puissante avec une jolie texture soyeuse et une finale avec une jolie mâche. Globalement le vin se montre plus profond. Comme au nez, à J+1 et J+2, l’élevage ressort plus mais la structure reste toujours aussi agréable.
Comme son « petit » frère, ce vin est très bien placé au niveau rapport qualité/prix.

Olivier Mottard
Bouchon de taille moyenne, juste imbibé sur la base.
Robe de concentration moyenne avec quelques reflets d’évolution.
Nez concentré sur les fruits noirs (myrtille), un côté résineux, quelques épices douces.
En bouche, c’est un vin plus sérieux et plus corpulent que la cuvée La Colomina.
C’est joliment équilibré avec un tanin poudreux et une acidité savoureuse.
Le vin s’allonge avec avec de jolies notes d’épice et s’achève dans une finale structurée, plutôt gourmande, qui conserve une belle fraîcheur.
Joli vin typé.
J’ai aimé.

Enzo d'Aviolo
Nez en retenue avec un très léger élevage perceptible sur un vanillé assez fin et un léger côté kirsché puis de curcuma.
La bouche est équilibrée, délicat et possède une légère sucrosité.
Le volume est beau avec des tannins de qualité et une bonne persistance finale. C’est très bon mais à servir impérativement pas au dessus de 15 degrés pour que ça ne chauffe pas.
Encore jeune bien sûr.
Très Bien.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, sideway, bulgalsa, bibi64, Med, GAET, éricH
16 Mai 2024 20:47 #34
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2651
  • Remerciements reçus 8022
Oliv, si tu passes par là, il y a eu un problème de copier-coller; on retrouve 2 fois la description de La garrigue dans les CR groupés.
Or, pour la Colomina j'avais noté ceci:

Côtes du Roussillon La Colomina 2019
Robe bordeaux-violacée, intense.
Nez discret, sur les fruits rouges confiturés.
Attaque ample et fraiche. Des tanins asséchants et une forte amertume arrivent rapidement. Je sens peu de fruits dans ce vin austère. Un peu de fruits noirs, des épices, de la réglisse et une touche fumée.
Finale longue, un peu asséchante, avec de l’amertume.
Conclusion : plus puissant et plus long que La garrigue, mais je n’ai pas plus apprécié.
Note : 2/5 

Ca me fait mal au cœur de mettre ces commentaires, mais l’exercice doit se faire en toute transparence et en toute honnêteté…

Heureusement, le VDN va rattraper le coup!
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv
16 Mai 2024 21:09 #35

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95095
  • Remerciements reçus 25138
Oups, scusi !
Je rectifie de suite.

Pas facile de compiler toutes ces notes quand on te les envoie par mail, par mp, par messenger, par pigeon voyageur ou signaux de fumée...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, bibi64, ysildur
16 Mai 2024 21:13 #36

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20749
  • Remerciements reçus 8247
Quand on lit des CR multi-participants où l'on n'a pas participé, c'est toujours instructif. Mais quand vous faites partie du panel, c'est beaucoup plus interpellant, car ça remet en doute vos propres perceptions ;)

C'est d'autant plus fort lorsque c'est fait à distance sans se consulter, car lorsqu'on fait une dégustation en groupe, les échanges ont tendance à relativiser les impressions. Il y a un début de compromis. 

Eric
Mon blog
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, bibi64, GAET
16 Mai 2024 21:19 #37

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120