Nous avons 1026 invités et 11 inscrits en ligne

Domaine Jean-Louis Chave

  • Messages : 739
  • Remerciements reçus 507

David Chapot a répondu au sujet : CR: Visite chez Jean-Louis Chave

C'est mon premier compte-rendu sur LPV que je lis cependant depuis longtemps :)-D
J'en profite pour saluer Jérôme que je n'ai pas revu depuis... bien 12 ans.

CR: Visite chez Jean-Louis Chave


En ce vendredi 14 mars, j'étais ravi comme chaque année d'aller déguster les vins du millésime, de revoir Jean-Louis pour discuter et d'emmener 2 amis amateurs de vin pour partager un bon moment. C'est enfoncer des portes ouvertes que de dire qu'on est privilégié, et je suis aussi content maintenant qu'il y a 16 ans quand Jean-Louis m'accueillait pour la première fois au domaine.

Après quelques présentations d'usage, Jean-Louis nous ouvre la porte de la cave (récalcitrante en ce jour, heureusement il y a plusieurs passages!) et, comme d'usage, on commence par les blancs.
[contrairement à une grande dame bourguignonne qui m'avait recadré lors d'un salon off à Vinexpo par un "ici, on commence par les rouges" quand j'avais eu l'outrecuidance de lui demander : "Bonjour Madame, pourrais-je déguster votre premier vin blanc s'il vous plaît?" :)]
[size=large]Les vins blancs[/size]

- Péléat 2012 (terroir argilo-siliceux) : vin tendu, fumé, des arômes de fleurs blanches mais aussi de noisette; la longueur repose sur un gras salivant.
- Rocoules 2012 (argilo-calcaire) : plus tendu, avec davantage d'arôme grillé.
Je l'ai dégusté un peu vite et n'ai pas noté précisément sa structure en bouche mais j'ai été surpris par cette tension alors que, dans mon idée, c'est vraiment le vin qui apporte le gras, la colonne vertébrale du gras de l'Hermitage Blanc; peut-être que cette tension est un signe du millésime tout simplement?
- l'Hermite 2012 : loess + moraines glaciaires : c'est, à ce stade, le vin le plus posé, équilibré, le plus abouti (je ne parle pas des arômes que je n'ai pas notés mais qui me semblaient assez proches pour les trois vins)
À ce jour, ce vin blanc de l'Hermite me semble être des 3 celui qui aurait le plus facilement une vie autonome, sans assemblage. Il est difficile de ne pas penser au vin de Michel Chapoutier, malheureusement inaccessible par son prix, qui domine de par sa classe sa gamme des blancs, et j'aurais vraiment envie de comparer l'un à l'autre.
Remarque : nous n'avons pas dégusté Maison-Blanche dont j'apprécie beaucoup le caractère salin.
- en bouteille : l'Hermitage blanc 2011 : je lui trouve aujourd'hui un nez d'abricot, de crème patissière et surtout une très belle tension amère/saline (j'aime beaucoup le millésime sur Condrieu également). Le vin est construit minutieusement, délicatement, il est extrèmement raffiné et me donnerait beaucoup de plaisir tout de suite (alors que je ne m'amuserais pas à ouvrir un Hermitage rouge 2011)
- Hermitage Blanc 2000 : nez mûr, avec des notes d'ananas confit que j'associe à l'Hermitage blanc mûr (trouvées dans le 1991 en janvier dernier). Le vin arrive à une certaine maturité d'arômes, et je dois dire que je lui aurais donné quelques années de plus à l'aveugle par rapport à mon souvenir d'il y a 4 ans. La bouche est ample, posée, et il se gardera encore très longtemps. Jean-Louis précise que ce vin sied particulièrement à la cuisine bourgeoise, avec de la crème, des poulardes, des truffes peut-être, je vais attendre 2/3 semaines avant de trouver les premières morilles de l'année qui devraient convenir également!
[size=large]
Les vins rouges
[/color][/size]

[size=large]Saint-Joseph[/size]
- Chalaix 2012 (vignes de 12 ans, au Sud de Mauves) sur un sol granitique (granite dur, pas décomposé comme Bachasson), vignes de 12 ans. Nez captivant de cassis, lard, fumé, très pur. Bouche salivante, presque croquante mais avec du fond.

- Clos de l'Arbalestrier 2012 : le vin a manifestement besoin d'un soutirage dixit Jean-Louis; des arômes de fruits plus mûrs, structure en bouche plus veloutée?
- Bachasson 2012 : nez floral très perçant, violette. La bouche est très sapide, salivante, avec un fruit joyeux et un beau fond tannique. Il a pris une dimension supplémentaire cette année et s'il est pour l'instant assemblé avec les autres Saint-Joseph, ça ne durera peut-être pas éternellement. Vin remarquable, qui, à part l'âge des vignes, n'a rien à envier aux parcelles d'Hermitage (on voit d'ailleurs quand on est sur le belvédère de Tournon qu'il est d'ailleurs dans l'axe de granit décomposé des Vignes de l'Hospice et des Bessards).
Remarque : Jean-Louis possède également un terroir sur les Oliviers (qui font des vins d'arômes mais, je crois, un peu lâche/plat en bouche, comme on peut le déguster chez Jean Gonon) ainsi que de la Dardouille (le berceau des vins de Bernard Faurie)
- Saint-Joseph 2011 : nez très ouvert, axé sur les fleurs plutôt que la cassis, gourmand. La bouche est également dans cette direction, le vin se boit terriblement bien et ne semble pas avoir souffert de la mise en bouteille pourtant assez récente je crois.
Je repense au 2010 bu l'année dernière à la même époque qui était alors très fermé et m'avait un peu désarçonné. Pour retrouver l'équilibre :), j'en ai ouvert une bouteille le 1er janvier 2014 et le vin commence à parler, en restant aromatiquement très strict sur le cassis, les fruits noirs, une trace de violette, avec une structure sévère, un vin très racé.
Le 2010 est un vin où les terroirs granitiques ressortent davantage que les terroirs plus floraux je pense.

[size=large]Hermitage[/size]
- Péléat 2012 : (sol de sable) plus tendre, plus rond que Bachasson, avec des arômes de rose; c'est typiquement le vin qui apporte les arômes dans l'assemblage, pas la structure.
- Beaumes 2012 : un peu plus de fermeté en bouche, et au nez, arômes de cassis.
- La Mortine 2012 : (l'Hermite) : nez ouvert d'un cassis bien noir, juteux mais frais, bouche tendue, tannique, mais pas austère. Il me rappelle le blanc et Bachasson en ce sens que ce sont des vins complets en eux-mêmes. C'est depuis 2009 la parcelle de l'Hermitage que je goûte le mieux chaque année.
- Méal 2012 (moraines glaciaires, galets, mûr exposé plein Sud et particulièrement chaud) : de la chair, un côté pulpeux, ample, particulièrement réussi. Jean-Louis précise l'importance du travail du sol pour éviter, dans la mesure du possible, le côté solaire/confit; il existe d'ailleurs une deuxième parcelle dite du Petit Méal qui rentre souvent dans l'Hermitage de négoce Farconnet je crois où, quand je l'avais dégustée, ce côté confit ressortait davantage que dans le Grand Méal.
- les Bessards 2012 : nez mûr (pas compoté évidemment), toujours plus solaire que la Mortine, qui aurait tendance à faire oublier la trame tannique très présente.
Au final, je vois un millésime aromatiquement plus frais/resseré que 2011 en rouge, mais bien mûr mine de rien (compte tenu de l'été difficile), avec plus de structure il me semble que 2011. Jean-Louis m'avait fait remarquer que c'était un millésime où les collines n'avaient pas souffert du stress hydrique des années chaudes et apportent donc toutes leurs qualités, sans surmaturité; c'est vrai en goûtant les vins que le Méal possède la chair et le caractère juteux de l'exposition sans une once de surmaturité.

- L'Hermitage 2011 rouge : un nez Péléat nous dit Jean-Louis... Le nez est effectivement ouvert, rond sur des arômes de rose plutôt qu'un cassis bien noir. À l'aveugle, il peut donner l'impression d'être facile, mais sa complexité au vieillissement, qui ne repose pas sur l'austérité racé comme en 2010, va nous surprendre (il me fait penser à 1997 peut-être, 2000, qu'on est bien content de boire quand les 2001/1995 étaient dans un stade de fermeture qui les rendaient difficilement accessible et qui sont très fins/complexes).
- Hermitage 1995 : le premier nez est assez ouvert, bien mûr; en revanche, la bouche est plus ressérée, fait saliver et ne fait pas l'âge du nez. C'est un vin de type "granit" (où les terroirs granitiques dominent le vin) à l'opposé du type "argile" comme 2011. Un vin pour le pigeon.
Remarque : 1995 est resté longtemps fermé, austère, ne donnant pas de plaisir; il s'est ouvert depuis 3/5 ans seulement; Jean-Louis fait remarquer que dans cette période ingrate, le vin peut décevoir et apparaître trop sévère (et je dirais, manquant de chair?).

"Je vais aller chercher un vin plus vieux" entend-on. Oui, la robe est très claire, indiscutablement, mais brillante. Le nez de cuir, champignons est plus frais, plus appaisé que le 1995. La bouche est sapide, digeste, patinée mais nullement évoluée. À l'aveugle, je pensais à 1985, j'ai seulement 14 ans d'écart : Hermitage 1971!
C'est un vin véritablement remarquable! Je ne sais pas quel millésime récent lui ressemble mais son caractère intemporel est fascinant! (quand on commence à se tromper de 14 millésime à l'aveugle, c'est que certes le vin est vieux mais également qu'il se passe quelque chose, ça s'appelle peut-être le terroir...).
[size=x-large]Conclusion[/size]
- la progression des Saint-Jo en 2012 m'a semblé particulièrement marqué et Bachasson (mais aussi Chalaix je crois) franchissent un cap avec l'âge des vignes.
- le millésime 2011 me semble plus tendre, plus accessible, que ses glorieux ainés (et je pense que 2012), avec des qualités différentes? on les boira en attendant les 2010, notamment pour les Saint-Joseph, et... dans 20 ans, il sera intéressant de comparer 2008-2009-2010-2011-2012 aux profils très différents.
- le 1971 est un monument, un vin remarquable, profondément émouvant par son caractère intemporel, un vrai produit de civilisation.
- On est toujours accueillis à bras ouverts et avec force générosité. Tout est fait pour passer un bon moment. Des personnes qui nous accompagnaient se sont levées à 4h00 pour venir ici... Il ne faut jamais oublier cette chance que l'on a d'être là. Merci Jean-Louis pour ton accueil.

David Chapot.

Remarque pour la personne qui m'a accompagnée au domaine :
La liberté de ton et la spontanéité d'un dégustateur ne doivent pas faire oublier, même si c'est involontaire, que la courtoisie la plus élémentaire impose, si l'on publie un commentaire, de remercier celui qui nous a accueillis et offert ses vins et son temps. En outre, si on est invité chez quelqu'un qui propose un moment privé à ses clients/amis, on ne peut pas forcément publier les mêmes commentaires que quand on déguste la bouteille chez soi ou dans un marché aux vins, a fortiori sans avoir discuté préalablement avec lui de ces questions qui peuvent être très légitimes (élevage, culture de la vigne...) et pris tous les éléments d'information pour affiner et mettre en perspective son jugement.
Faute de quoi on risque d'une part de se mettre en mauvais termes avec le propriétaire si ce message lui revient et d'autre part et de mettre la personne qui invite dans un grand embarras, ce qui n'était pas le but de ce moment de convivialité.
#871

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 739
  • Remerciements reçus 507

David Chapot a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Mon point de vue par rapport à ce que tu as écrit Nicolas :
1) sur les Saint-Jo, il n'y a pas de bois neuf (fûts de 4 à 6 ans je crois); ça ne veut pas dire qu'on ne peut pas avoir l'impression qu'il y a des traces d'élevage comme tu le soulignes (mais je ne partage pas le fait de les décrire principalement comme boisés comme tu l'as fait à l'exception de Bachasson). On arrive même parfois à trouver de l'élevage voire du bois (neuf?) sur des vins élevés dans des grands foudres âgés (cf le CR récent sur un vin de Clape dans le thème dédié). Ça dépend des perceptions. C'est pas simple la vie, je ne sais pas quoi en penser.
2) une comparaison pertinente de 2 vins de styles de vinification différents après la mise en bouteille nécessite soit une grande expérience soit de beaucoup de chance (dans mon cas, ce serait la deuxième possibilité, mais ne ne veux pas jouer à ce jeu) :
- les 2011 d'Allemand étaient, je pense, plus immédiats/sanguins/accrocheurs en bouteille le matin que l'Hermitage rouge 2011 qui est posé, ne paye pas forcément de mine pour l'instant mais aura besoin d'un peu plus de temps pour exprimer son potentiel ; et alors, pour des vins de garde, ça nous amène à quoi?
- dans le cas de l'Hermitage rouge 2011 que tu n'as pas trop apprécié à ce stade, il se trouve qu'il me rappelle - c'est mon avis et je le partage - 2000 et... 1997 (avec un bel été indien, mais pas trop de tannins) et tu as fortement apprécié ce dernier. Doit-on casser un vin jeune pour mieux l'encenser après? :-)
- j'étais perdu dans mon Cornas chez Thierry Allemand le matin; les vins étaient très bons, j'en bois 2 fois par an, mais c'est très destabilisant par rapport aux vins de Clape que je bois plus souvent.
- Clape parlons-en : quelqu'un qui goûte pour la première fois chez eux risque d'avoir une mauvaise opinion des vins s'il arrive à un moment où ils sont sur une phase acétate (sur laquelle des analyses microbiennes poussées sont menées; ils ont le recul, une parcelle semble cernée, mais ça ne les fait pas rigoler). Et pourtant ça disparaît partiellement au cours de l'élevage et totalement - pour moi - en bouteille. C'est déstabilisant. Il faudrait vraiment boire les vins tous les mois en bouteille pour juger cette évolution.
- sur les évolutions des vins Clape/Allemand (traditionnel/"nature?") : comme je te l'ai dit par mail, la comparaison d'In Vino Veritas d'il y a quelques années est terriblement riche d'enseignements; on a besoin d'une telle comparaison pour peut-être mieux appréhender les vins jeunes.
David.
#872

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19990
  • Remerciements reçus 776

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

La liberté de ton et la spontanéité d'un dégustateur ne doivent pas faire oublier, même si c'est involontaire, que la courtoisie la plus élémentaire impose, si l'on publie un commentaire, de remercier celui qui nous a accueilli et offert ses vins et son temps. En outre, si on est invité chez quelqu'un qui propose un moment privé à ses clients/amis, on ne peut pas forcément publier les mêmes commentaires que quand on déguste la bouteille chez soi ou dans un marché aux vins, a fortiori sans avoir discuté préalablement avec lui de ces questions qui peuvent être très légitimes (élevage, bois, culture de la vigne...) et pris tous les éléments d'information pour affiner et mettre en perspective son jugement.
Faute de quoi on risque d'une part de se mettre en mauvais termes avec le propriétaire si ce message lui revient et d'autre part et de mettre la personne qui invite dans un grand embarras, ce qui n'était pas le but de ce moment de convivialité.
C'est vrai dans tous les domaines, et ça n'est pas moins vrai dans un domaine avec 500 ans d'histoire qui est l'un des plus célébrés au monde.


je n'ai pas trop compris David le but de ce message moralisateur, surtout pour une conclusion de 1er message? il s'adresse à Nicolas qui était avec toi ou bien à d'autres?
Dire son ressenti sans tenir compte au maximum du contexte (bien que cela soit totalement impossible), me semble riche d'intérêt pour les lecteurs car si chaque visite dot se solder par une ode systématique à tous les vins d'un domaine (quels qu'ils soient), je vois moins l'intérêt des comptes rendus.

quelqu'un qui goûte pour la première fois chez eux risque d'avoir une mauvaise opinion des vins s'il arrive à un moment où ils sont sur une phase acétate (sur laquelle des analyses microbiennes poussées sont menées; ils ont le recul, une parcelle semble cernée, mais ça ne les fait pas rigoler). Et pourtant ça disparaît partiellement au cours de l'élevage et totalement - pour moi - en bouteille. C'est déstabilisant. Il faudrait vraiment boire les vins tous les mois en bouteille pour juger cette évolution.

une parcelle de Chaillot développe de l'acetate chez Robert Michel et donc chez Guillaume Gilles désormais systematiquement en cours d'elevage, ceci disparaissant ensuite (seulement quelques rares millésimes sont parfois un peu touchés, mais sur la geynale ) en bouteille, c'est donc une phase, et ce n'est pas le premier vigneron qui me parle de cela (j'en connais dans le bojo aussi). Maintenant un elevage poussé et de l'acetate, ça me semble deux choses différentes et le fait de gouter en bouteille permet de rassurer justement celui qui goute pour la 1ere fois. Après s'il ne goute que des vins en elevage, il peut en effet s'inquiéter, au vigneron de lui prouver que c'est passager.

sur les évolutions des vins Clape/Allemand (traditionnel/"nature?"winking smiley : comme je te l'ai dit par mail, la comparaison d'In Vino Veritas d'il y a quelques années est terriblement riche d'enseignements; on a besoin d'une telle comparaison pour peut-être mieux appréhender les vins jeunes.

Et quels riches enseignements as-tu tirés de cette comparaison ?
#873

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 274
  • Remerciements reçus 4

entrovin a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Salut David et bravo pour ce CR détaillé auquel ton expérience du domaine apporte de précieuses informations. Finalement nos perceptions divergent surtout sur 3 vins: Chalaix, Péléat et Beaumes auxquels j'ai trouvé que l'élevage enlevait une part de naturel (spontanéité, simplicité) que j'aime tant retrouver dans les vins légers et aromatiques.

Pour l'Hermitage 2011 nos sensations divergent également; pour moi ce vin ne donne en rien "l'impression d'être facile". Un vin facile est un vin qui se boit sans difficulté. Ensuite il est peut-être facile au sens où à l'aveugle sa puissance et sa rondeur ne passerons pas inaperçues? De mon point de vue "facile" n'est pas un défaut pour un vin et avec ma définition je confirme que j'ai trouvé les 2011 d'Allemand plus faciles. A propos de ce dernier j'ai eu la chance de gouter 91 qui était juste un très grand vin. A propos de pigeons cuits saignants, imagines de les accompagner avec le Chaillot 2004 dégusté le matin. Je ne suis pas certain qu'il soit ridicule à côté de l'Hermitage 95 de Chave (beau repas en perspective en tout cas).

Mais pour en revenir à nos 2 CR je remarque que nous sommes bien d'accord lorsque les vins sont bons! Nos sensibilités ne divergent ou ne se télescopent que sur les autres...
#874

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19990
  • Remerciements reçus 776

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

A propos de ce dernier j'ai eu la chance de gouter 91 qui était juste un très grand vin.

reynard ou chaillot?
#875

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 274
  • Remerciements reçus 4

entrovin a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Reynard; c'était au domaine.
#876

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 739
  • Remerciements reçus 507

David Chapot a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Enzo : voir MP, désolé pour cette pollution que j'enlèverai bien vite et qui n'est destinée qu'à une personne qui se reconnaîtra.
Nicolas : nos perceptions divergent sur ces 3 vins, que moi j'ai trouvés bons et fidèles à ce qu'ils sont d'habitude, ce qui n'est pas tout à fait le sens de ce que tu écris.
David.
#877

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19990
  • Remerciements reçus 776

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

merci.
La question sur les enseignements tirés de la comparaison chave/allemand m'interesse néanmoins.
#878

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 739
  • Remerciements reçus 507

David Chapot a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Je crois qu'il s'agit de 2 types de vins/vinification différents et je sais que les 2 vignerons s'estiment.
- les vins de Thierry Allemand du matin sont, selon moi, directement explosifs au nez, sanguins, très sapides, agaçant le palais; ils étaient ouverts, se présentaient à nous avec toute leur fougue. Et ils se gardent très bien.
- l'Hermitage est, à mon sens, un vin extrèmement raffiné, élégant, posé, réfléchi, il donne l'impression d'être ouvert en 2011 mais il est faussement facile, ne livrera ses secrets que plus tard. Il est taillé pour une très longue garde.
Je n'en tire aucune conclusion, ce sont de très bons/grands vins très différents.
David.
#879

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19990
  • Remerciements reçus 776

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

je suis d'accord avec ça mais tu parlais de riches enseignements tirés de la dégust d'IVV? lesquels?
#880

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 739
  • Remerciements reçus 507

David Chapot a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Enzo,
La conclusion d'IVV constitue les riches enseignements dont je parle; je la conclusion particulièrement juste et informative.
David.
#881

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19990
  • Remerciements reçus 776

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

ah ok. En ce cas je préfère nettement celle de Philippe Ricard.
#882

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 739
  • Remerciements reçus 507

David Chapot a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Je viens de comprendre pourquoi on ne se comprenait pas : celui de Philippe Picard et celui de Laurent Gibet ont été rédigés dans le cadre de la même dégustation d'IVV dont nous parlons depuis un moment.
C'est crucial d'avoir les deux conclusions (journée + soir), pour juger de l'aération des vins, et ça contribue à la richesse de leur travail.
David.
#883

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19990
  • Remerciements reçus 776

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

oui mais je l'avais parfaitement intégré, je sais comment ils procèdent. Pour autant, je suis plus en phase avec la conclusion de Philippe Ricard au regard du style des vins que j'ai bus chez ces deux domaines.
#884

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1870
  • Remerciements reçus 0

stephvocel a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Vérification et précision de ce que j'avançais quelques messages plus haut:

Les Hermitage Chave selection sont constitués à parts à peu près égales des fûts écartés du grand vin et de raisins achetés.

Je confirme que le St Joseph blanc JL Chave selection "Celeste" est issu des vignes du clos Florentin, Jean Louis Chave affine encore ses choix concernant la sélection des vignes et l'élevage de cette cuvée qui pourrait (devrait) à terme être vendue sous le nom du domaine.

Stéphane
#885

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14166
  • Remerciements reçus 9

François Audouze a répondu au sujet : CR: Domaine Gérard et Jean-Louis Chave, Hermitage blanc, 1998

CR: Domaine Gérard et Jean-Louis Chave, Hermitage blanc, 1998

Très grand vin évidemment, mais j'attendais un peu plus d'ampleur et de typicité.
Un peu comme s'il avait joué un peu en dedans, tout en étant le grand blanc que l'on connait.

Et l'écart d'émotion avec le Clos de Vougeot Méo Camuzet 2005 était énorme et très au dessus de ce que j'avais imaginé.

J'adore les blancs de Chave mais ce soir là, même si le vin n'avait aucun défaut, je n'ai pas eu le blanc que j'attendais.
Très grand vin quand même.



Cordialement,
François Audouze
#886

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26068
  • Remerciements reçus 916

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Hermitage Chave blanc 1998

Très grand vin évidemment

Pourquoi évidemment ?

Très grand vin quand même

Pourquoi quand même ?

Tu sais François, quand ce n'est pas vraiment grand, tu peux le dire, même si c'est un Hermitage de Chave...

Luc
#887

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14166
  • Remerciements reçus 9

François Audouze a répondu au sujet : Re: Hermitage Chave blanc 1998

Tu as raison, mais c'est moi qui attendais plus. Je n'ai rien à lui reprocher mais j'ai été subjugué par le Méo et je croyais que le Chave ferait jeu plus égal.


Cordialement,
François Audouze
#888

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21544
  • Remerciements reçus 49

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

François, Luc,

Mon dernier Hermitage blanc 1998 de Chave m'a déçu, c'était il y a 1 an 1/2 ou 2 ans.
Il me semblait un peu passé.
J'ai été surpris: peu avant, j'avais bu un 1989 blanc qui me paraissait aussi, voire plus, en forme.

Amitiés,
Thierry
#889

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 73
  • Remerciements reçus 0

Viny.P a répondu au sujet : Gérard et Jean-Louis Chave

Bonjour

je confirme, en ce qui me concerne, les dires de Thierry et les réserves de François.
En décembre, j'ai eu l'occasion de me trouver face au Chave blanc 1998. Ce n'était pas un mauvais vin, mais il n'avait pas la chair et l'énergie à laquelle je m'attendais. En effet, ma référence dans ce domaine reste le 1995, que j'avais acheté et bu suite à la lecture du forum => ça, c'est un vin fantastique (avec notamment il y a 2 ans une aromatique terriblement charmeuse de fruits exotique, d'amande entre autres).
Même s'il faut se garder de commentaires négatifs définitifs sur une cuvée, il est quand même bon de dire les choses quand on est déçu à l'instant t. C'est un des vrais apports du forum.

Vincent
#890

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 739
  • Remerciements reçus 507

David Chapot a répondu au sujet : CR: Saint-Joseph Jean-Louis Chave 2011

Comparaison CR: Saint-Joseph 2011 Faurie L12338 (VV certainement) et CR: Saint-Joseph Jean-Louis Chave 2011

Faurie : bouchon plus petit, plus court (3mm en moins), imbibé sur 5mm
Robe : de fines bulles de CO2 tout autour du disque.
(en écrivant ces lignes, je pense à mon ami Frédéric Hérédia disparu tragiquement il y a un an; au moment de recevoir les bouteilles de Bernard, compte tenu de la présence de gaz et des bouchons plus courts qu'ailleurs, il avait fait un cauchemar dans lequel les bouchons des bouteilles sautaient les uns après les autres! :-))
Nez : fruits rouges,de jus de raisin frais, de la mûre en finale; nez qui s'ouvre progressivement sur la cerise burlat. Le nez ne bouge pas d'un iota avec l'aération! (quand on sent encore le raisin frais au bout de 2h...)
Bouche : attaque assez douce, pas de tannins qui resserrent la bouche, aucune perception de CO2. Vin velouté pour un SJ de Bernard, pas beaucoup de relief en bouche - ça semble décidemment la marque du millésime - des tannins qu'on remarque quand on est attentif mais très veloutés.
15 min plus tard, l'acidité - que je cherche particulièrement dans ce millésime - réapparaît en première ligne, le vin devient plus strict.
Bien/Très bien

Chave : Bouchon parfait
Robe : RAS
Nez : peut-être un peu plus d'épices, d'odeur de violette? Nez extrèmement discret à l'ouverture. On note une fugace pointe de suie, de lard. À l'aération, le nez se pose et on est vraiment sur ce tryptique équilibré mûre/violette/suie.
Bouche : attaque plus large, plus fraîche, mais qui reste tendre. Le vin prend du corps au fur et à mesure de l'ouverture, le côté rond/crêmeux persiste mais la fine granulosité des tannins se ressent désormais sur les dents et la langue. Ce vin a une belle fraîcheur/tension dans ce millésime un peu mou (à mon goût), il prend du caractère à l'aération. Les arômes crémeux, presque sucrés de la rétro peuvent évoquer, de manière fugace, la vanille d'un élevage en fût neuf, alors que les fûts ont 4,5,6 ans donc ne marquent absolument pas les vins. À J+1, le caractère poudreux des tannins en fin de bouche ressort.
Bien/Très bien

Comparaison des deux vins et interprétation :
- Au nez, le Faurie présente des arômes de fruits frais, de jus de raisin, un vin avec la fougue de la jeunesse (alors qu'il a été mis en bouteille fin 2012 contre fin 2013/début 2014 chez Chave), brut de fût/de décoffrage en quelque sorte. À l'aération, il s'affine, arrondit ses angles, mais porte en lui la jeunesse éternelle.
- Le Chave a plus d'arômes de fruits noirs, une trame acide plus marquée dans ce millésime très tendre, il est plus civilisé/éduqué/raffiné/posé.

Deux styles de vins différents, avec un élevage plus elaboré et raffiné chez Chave (élevage ne signifiant pas bois neuf ici) et le côté entier des vins de Faurie, mais la tendreté du millésime 2011 est bien présente dans ces deux vins. En pensant aux terroirs dont ils sont issus, je joue à chercher les tannins "granit" de Bachasson dans le vin de Jean-Louis, dont les vignes ont au moins 10 ans de moins que celles de Bernard (qui a laissé les VV à Emmanuel Darnaud et a gardé les JV de 1986 je crois) et une plus grande densité dans le vin de Bernard, mais rien de cela n'est évident dans cette dégustation.
Si je n'avais pas goûté le SJ1987 encore en pleine forme en 2009, je serais bien incapable de dire que le Faurie 2011 va vieillir 20 ans sans problème (je n'ai pas le recul sur les Saint-Joseph de Jean-Louis mais comme le 1998 était très bon il y a 2 ans alors qu'à l'époque, il n'était pas pensé pour être un vin de longue garde, aucun soucis à se faire).

David Chapot.
#891

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1870
  • Remerciements reçus 0

stephvocel a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Comparaison SJ2011 Faurie L12338 (VV certainement) - SJ Jean-Louis Chave 2011

Si tu as un doute, les vieilles vignes de Faurie ont une capsule dorée.

Stéphane
#892

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 739
  • Remerciements reçus 507

David Chapot a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Stéphane,
Je crois que Bernard a cédé les VV à Emmanuel Darnaud entre 2010 et 2013, et il a gardé les jeunes vignes (de 1986) pour lui.
Il ne me semble pas impossible qu'il ait conservé la capsule dorée pour ce qui constituait les ex JV.
À vérifier,
David.
#893

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3474
  • Remerciements reçus 766

PtitPhilou a répondu au sujet : Re: Gérard et Jean-Louis Chave

Salut David,

je repense avec émotion et grand plaisir au soir où tu m'avais fait découvrir les Saint-Joseph de Bernard Faurie et de Jean-Louis Chave, ce fut dans la version 2001, chez toi à Lyon. Beau moment de partage et de passion, de très jolis vins, prometteurs.
Heureux que tu fasses à nouveau cette comparaison sur deux styles différents mais chacun attachants, à dix ans d'intervalle.
Merci de le partager avec les LPViens (tu)

Amitiés
Phil
#894

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 97
  • Remerciements reçus 0

972chr a répondu au sujet : CR: Verticale Saint Joseph Gérard et Jean-Louis Chave

Hier soir, une très belle dégustation verticale du Saint Joseph de la famille Chave:

2002: costaud, mais long et d'un bloc. Les tannins sont soyeux.

2005: moins intéressant que 2006 et 2007 avec un coté asséchant. Jolis parfums et jolie longueur.

2006: gracile avec de la finesse qui va loin au fond de la bouche. Minéral. Beaucoup de parfums, toutefois moins que dans le 2007.

2007: grande longueur avec énormément de parfums sur le cassis, les fleurs type violette, rose, la truffe, le poivre. Les tannins sont présents mais très beaux. Bien construit.

2008: longueur moyenne, jolis parfums peu développés.

Une bien belle dégustation avec des vins ayant naturellement moins de présence que les Hermitages, mais un coté minéral attachant.
Ces vins ont une typicité plus élancée, longue, que les Hermitage, qui ont longueur et largeur.

Cordialement
Christophe
Le blog de mon club
#895

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82972
  • Remerciements reçus 8528

oliv a répondu au sujet : Verticale Hermitage Chave

Rhône
Une verticale d'Hermitage par Antonio Galloni.

vinousmedia.com/arti...
#896

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 231
  • Remerciements reçus 6

e-lionel a répondu au sujet : Re: Verticale Hermitage Chave

Je vais donc faire confiance à A. Galloni et garder encore quelques années mon unique exemplaire d'Hermitage rouge 1999... sauf avis contraire !?

Bien cordialement.

Lionel
#897

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82972
  • Remerciements reçus 8528

oliv a répondu au sujet : CR: Domaine Jean Louis Chave, Hermitage, 1988

Bu ici

CR: Domaine Jean Louis Chave, Hermitage, 1988



Robe grenat sombre, à peine marquée de notes marron.
Le nez est animal, sur des notes giboyeuses, d'encre de Chine et de poivre vert assez peu avenantes.
La bouche est nettement plus plaisante, sur un volume racé et puissant, doté d'une acidité assez pointue.
L'aromatique reste toutefois assez austère et malgré des qualités de structure évidentes, il manque un petit je ne sais quoi d'hédonisme à ce vin pour apporter plus de plaisir.
#898
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2395
  • Remerciements reçus 452

Galinsky a répondu au sujet : CR: Saint Joseph - Domaine Jean-Louis Chave 2005

CR: J'avais envie... J'ai ouvert un Saint Joseph - Domaine Jean louis Chave 2005... La robe est rouge rubis - le nez respire des parfums floraux, avec un soupçon d'épices sans être exubérante - La bouche se fait à la fois douce et persistante, d'une belle longueur, nous permettant de retrouver une belle suavité, sans être, elle aussi, d'une folle complexité... En résumé c'est très bon, mais sans extase...Aucun défaut, si ce n'est l'empreinte de la jeunesse. A attendre que les années fassent que l'ensemble se complexifie. BIEN

Eric
#899

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4172
  • Remerciements reçus 825

icna a répondu au sujet : CR: hermitage blanc 2006 JL Chave sélection cuvée blanche

CR: Hermitage chave sélection 2006

bu assez frais il montre un bel équilibre avec des fruits blancs, du gras, une belle ampleur, ça prend toute la largeur avec une finale assez longue et de jolis amers. Au réchauffement il prend un air un peu plus pâteux avec des fruits jaunes mûrs et un manque de ressort.
A boire frais et assez vite car il prend des airs d'oxydation qui me plaisent moins a l'aération.

Quentin
#900

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck