Nous avons 1382 invités et 61 inscrits en ligne

Domaine Jacques-Frédéric Mugnier, Chambolle-Musigny

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a créé le sujet : Domaine Jacques-Frédéric Mugnier, Chambolle-Musigny

DOMAINE JACQUES-FREDERIC MUGNIER



Château de Chambolle-Musigny
21220 Chambolle-Musigny
Tél. : +33 (0)3 80 62 85 39
Fax : +33 (0)3 80 62 87 36
Mail : info@mugnier. fr

www.mugnier.fr

* Facebook pages consacrées au Domaine Jacques-Frédéric Mugnier

* Instagram pages consacrées au Domaine Jacques-Frédéric Mugnier




Les vins du domaine Jacques Frédérc Mugnier 2000 CR:

Vendredi 26 septembre 2003

Synthèse des commentaires de dégustation : Laurent Gibet.

Quelques commentaires de contexte :
- Les vins sont dégustés à  l'aveugle.
- Nombre de dégustateurs : 8.
- Des vins pirates sont proposés et insérés dans les séries.

Ordre de dégustation :
1ère salve :
1. Chambolle-Musigny Mugnier 2000 : 13,5/20

- Nez non dénué d'intensité, typé, déployant des senteurs de fleurs, de fruits à  noyau. Un côté "pot-pourri".
- La bouche développe elle des notes simples, peu nobles, rappelant essentiellement le bonbon anglais. Mais ce qui gêne surtout dans ce vin, c'est ce côté banal, édulcoré (pour quelle chaptalisation ?). Le vin manque d'accroche tannique et surtout de longueur et peut faire penser à  un (bon) passetoutgrains, gouleyant, lisse mais sans race et sans tension.

2. Chambolle-Musigny Les Fuées 2000 : 14,5/20
- Nez charmeur, fruité et floral, plus dense, plus profond. Le boisé est aussi plus présent (notes légèrement caramélisées).
- Sans atteindre des sommets, la bouche, encore boisée, possède plus de tenue, de densité que la précédente. Elle semble toutefois limitée en structure et en précision.

2ème salve :
3. Vosne-Romanée Suchots Hudelot-Noellat 2000 : 16/20
- Olfaction engageante, sans détours, enjôleuse, signée par de délicats parfums fruités et floraux. Notes complémentaires de cuir, de fourrure, de viande, de réglisse. Typée "Vosne" finalement (et le diagnostic sera confirmé).
- Bouche pure, légère, aérienne. Les épices accompagnent les notes décelées au nez sur une bonne longueur. Belle acidité garante d'un bon potentiel de vieillissement pour ce vin représentatif de l'élégante sveltesse bourguignonne.

4. Chambolle-Musigny Les Cras Georges Roumier 2000 : 15/20
- Nez mûr, plus terrien, floral, avec des odeurs de cerise, de figue, de cerise, imprimant une relative lourdeur.
- Bouche dense, un peu corrompue par ces notes lourdes de fraises écrasées, voire de pruneau. Il semble que la maturité ait été trop poussée. Le vin ne possède pas la race et l'élégance, l'évidence aromatique et structurelle que nous avions trouvée sur les grands crus du même domaine (millésime 2000) produits à  Gevrey (Charmes-Chambertin et Ruchottes-Chambertin), eux-mêmes ce soir-là  un cran en dessus des 2000 du domaine Armand Rousseau (Clos des Ruchottes, Clos St-Jacques). Finale de plus un peu chaude.

3ème salve :
5. Bonnes-Mares Georges Roumier 2000 : 15,5+/20

- Beau nez direct, ouvert, fruité, floral, épicé.
- Bouche mûre, ample, desservie ici aussi per un soupçon de surmaturité. Même commentaire que pour le vin précédent. Le vin, un rien alangui, n'est pas aussi clair, cristallin, pur, que ce que nous pourrions attendre.

6. Chambolle-Musigny Amoureuses Mugnier 2000 : 14,5/20
- Nez plus animal, notes mûres de fruits, de noyau, de fleurs.
- Encore une fois, le vin paraît alangui, "cuit", manquant de cohérence. Chaleur prononcée et sensation de sucre résiduel ôtant toute noblesse au vin. Peu persistant de surcroît. Curieux sur ce terroir prestigieux, digne d'un grand cru !

4ème salve :
7. Musigny Mugnier 2000 : 15/20

- Nez plutôt racé, développant de beaux arômes typés de pinot.
- Bouche fine, élégante, délicatement minérale avec des notes de réglisse. Très légère sensation sucrée de nouveau et une expression un peu en retrait par rapport aux promesses du nez.

8. Bonnes-Mares Mugnier 2000 : 15,5/20
- Nez profond, floral, bien mûr, avec ces notes qui rappellent les fruits confits. Bouche possédant un caractère plus terrien, minéral, austère.
- De nouveau, le vin manque d'évidence, de cohérence, avec un sucre mal assimilé et une chaleur un peu excessive.

5ème salve :
9. Richebourg Hudelot-Noellat 2000 : 16,5+/20

- Robe plus mate, moins brillante que dans le cas de tous les autres vins. Nez intense, caractérisé par des senteurs de fourrure, de groseille, de bourgeon de cassis (que nous avions trouvées tellement insistantes lors de la visite au domaine Pernin-Rossin). Profond, intense, il possède du caractère par ce côté terrien qui peut faire penser à  Nuits-St-Georges.
- Aucun relâchement cette fois-ci, pour une bouche dense, ferme, encore austère, parfaitement corsetée. Le vin n'est pas handicapé par un quelconque caractère velouté un peu doucereux et vulgaire. Fermé, peu loquace mais prometteur, droit, net et tendu par une très belle acidité garante de longévité (très joli port). Goûts encore simples de réglisse, de violette qui ne demanderont qu'à  se "bouqueter" avec l'âge.

(Tentative de) conclusion :
- Très intéressante série, de niveau certainement inférieur à  celui que nous attendions, mais qui nous beaucoup appris sur la Bourgogne (on continuerait ainsi volontiers pendant les vingt prochaines années).
- Les robes sont pâles, typées.
- Les vins restent, rappelons-le tout de même, tout à  fait corrects si l'on songe au niveau moyen de certains vins de Bourgogne.
- Les avis divergent très souvent sur les structures en bouche (on n'est pas toujours d'accord sur la "corruption doucereuse" des matières - sans pour autant pouvoir trouver une ligne directrice symptomatique évidente en termes de producteur ou de terroir). Quoiqu'il en soit, les vins manquent dans la plupart des cas de fond et ne semblent pas bien en place (faisceau acidité/tannins/alcool peu cohérent).
- Un consensus apparaît ainsi sous forme de réserve générale. Nous n'avons en effet pas trouvé ici le meilleur de la Bourgogne, qui se traduit dans son excellence par un ensemble de qualités rares et spectaculaires : sublime quintessence et race du pinot noir, dentelle arachnéenne jaillissante, alliant densité et légèreté, simplicité et sophistication, dans un ensemble racé évident. Nous nous sommes bien sûr posé la question de savoir si les vins n'étaient pas dans une période particulièrement défavorable à  leur expression structurelle.


- Hudelot-Noellat surprend enfin très favorablement. Voici d'ailleurs comment un vin du domaine avait été dégusté (en cohérence) au club toulousain In Vino Veritas en juin 2002 :
Domaine Hudelot-Noellat - Romanée Saint-Vivant 1998
Note moyenne sur fût en 99 : Non dégusté. Note moyenne en 02 : 16,5. Prix : 92 €
Robe brillante, rubis franc. Le premier nez est lactique, avec des notes de caramel au lait, le fruit de pinot, raffiné et subtilement herbacé, émerge à  l'aération. La matière est sérieuse, droite, soutenue par une vive acidité qui confère fraîcheur et pureté à  la finale.

Autres vins dégustés :
10. Condrieu Guigal Doriane 2000 : 15,5-16/20

- Puissance et caractère funambule qualifient ce vin extrême, produit par un vinificateur semble-t-il équilibriste. Robe intense et brillante, qui invite le dégustateur à  se lancer dans la bataille olfactive. Initialement, le boisé ne fait pas dans la dentelle, avec cette respiration intense, opulente, vanillée, beurrée, noisetée, caramélisée. Mais le vin mérite une longue aération qui favorise le déploiement d'une formidable complexité, conjuguant alors des arômes non exempts de finesse dans un tourbillon entêtant : guimauve, violette, réglisse en bâton, fruits mûrs (poire, abricot, pêche), citron, crème brûlée, rose, résine, anis, épices (curry, muscade).
- La bouche, à  l'avenant, est très grasse, enivrante, capiteuse, chaleureuse, plus méridionale a priori que septentrionale. Si son équilibre ne fait pas l'unanimité, on peut du moins lui reconnaître des qualités de fond et de persistance. Ce vin de style n'est pas forcément facile à  juger car il allie austérité et exubérance, possédant finesse et précision aromatique dans un corps pourtant indolent (presque impotent pour certains dégustateurs). Il n'est pas inutile de rappeler comment ce vin, entrant dans le tiercé gagnant, avait été (différemment) analysé lors d'une horizontale Condrieu 2000 au club toulousain "Itinéraire des Vins" fin 2002 (Gaillard, Villard, Gangloff, Vernay, Montgilet, Cuilleron) :
E. Guigal : La Doriane 2000 :
Note moyenne : 16
Nez saturé de notes boisées : grillé assez intense, café ; de la mandarine finit par percer.
La bouche est beaucoup plus convaincante ; elle est puissante, grasse, minérale et équilibrée par une très belle acidité ; l'élevage paraît bien intégré et laisse place au vin même si la réglisse est bien présente et que la finale voit le retour du boisé.

11. VdT The Picrate (Calcutt) 96 sec : 16/20

- On ne trouve sur le bouchon que le millésime (et pas de nom de cuvée - du genre "nourrissons", qui existe par ailleurs aussi bien en sec qu'en liquoreux).
- Nez intense et très volubile, baroque, dans un style oxydatif "vin jaune", avec ses notes de mirabelle, de croûte de fromage, de fumée, de coing, de tarte tatin, de champignons (morille, cèpe sec), de peau d'orange, de miel de châtaignier, de cire, de cidre.
- La bouche possède un beau caractère affirmé, sans concession et quelque peu intransigeant mais possédant des atouts propres à  satisfaire l'oenophile : fraîcheur aromatique fruitée malgré un style oxydatif, longueur, complexité, cohérence due notamment à  une très belle colonne vertébrale acide. On a convergé vers ce domaine en éliminant les vins jaunes du Jura (encore plus typés sur des notes oxydatives et empyreumatiques) ainsi que de Gaillac (le jaune de Plageoles est moins vif), les vieux chenins ligériens ou encore Jurançon (plus exotique).

12. Cascina Fonda muscat effervescent 2001 : 15/20
- VT produit en Piémont italien. Muscat naturellement doux, donc.
- Senteurs muscatées de fleurs blanches, cédrat, raisin frais, coing, pomelo. Friand et sans fioritures.
- Bouche fine (presque diaphane), fraîche, assez pure et gourmande, bien fruitée (citron, pamplemousse, pomme cuite), peu alcoolisée comme il se doit (6°). Orientale, un côté "danse du ventre", "bazar égyptien d'Istambul" illustré par des notes aguicheuses de loukoum et de fruits secs.
- Peut-être un peu en dessous des cuvées de chez Rivetti/La Spinetta (moins tendu, bulle moins fine, plus de sucre).

13. Vin de glace "Les orpailleurs" 2001 : 14/20
- 200 ml. Cépage Vidal.
- Nez marqué par des notes de fruits gourmands (ananas, poire au sirop), de rose, loukoum, pomme oxydée, marc.
- Bouche plutôt fine, valorisée par une belle acidité. Notes du nez. Curieux et pas mal.
#1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: CR vins JF Mugnier 2000

Ce côté alanguie, "mou", trop mûr que vous ressentez souvent … ne serait-ce pas en grande partie un "effet millésime" ??
2000 ne restera pas dans les annales c'est certain !!
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: CR vins JF Mugnier 2000

Possible ...

D'autres colistiers pourront peut-être confirmer ou infirmer.

Il n'en reste pas moins, que des grands vins devraient pouvoir émerger (surtout à  ce niveau de crus et de réputation des producteurs), malgré un millésime "mou".
D'ailleurs, Hudelot-Noellat dément ce pronostic.

Et la précédente dégustation des vins de Roumier et Rousseau avait été plus concluante (sur le même millésime).
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: CR vins JF Mugnier 2000

Ma pécédente dégustation des vins de Roumier et de nombreux vins du mill. 2000 sur Chambolle m'avait rassuré également sur ce millésime qui, sans être grand, n'est pas du tout inintéressant… et pas immanquablement "alangui"
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3118
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : CR: Domaine Jacques-Frédéric Mugnier, Musigny, 1997

Bu il y a 2 jours CR: Musigny 1997 de JF Mugnier dans un restaurant qui est aussi caviste et que je recommande "La Maison Gouin" à  Coustelet 84 Maubec (Lubéron). L'intérêt c'est que les vins servis sont aux prix cavistes, et l'on va choisir sa bouteille à  la cave. Principe Lavinia en fait.

Je n'ai pas pris de note mais voici mes impressions concernant ce Musigny 1997

Beau nez typique de Pinot Noir fruits rouges, notes de cuir
En bouche très belle élégance cependant cela manque un peu de matière et la longueur est courte. Sympa. cependant rapport Q/P discutable comme tjs sur un grand cru tel que celui-ci surtout si je compare avec un Clos de Tart.

Sinon, quels sont vos expériences avec ce domaine que je ne connais pas?

Bon Réveillon!
Didier
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2894
  • Remerciements reçus 3

Olif a répondu au sujet : Re: CR vins JF Mugnier 2000

Remontage!

J.F. Mugnier, du Château de Chambolle-Musigny, vient de réintégrer au sein du domaine, le célèbre Clos de la Maréchale, précédemment exploité en fermage ou métayage par Faiveley.

C'est un très beau domaine dont les quelques vins que j'ai eu l'occasion de goûter m'ont impressionné par leur classe, leur élégance et leur distinction.

Superbes Fuées en 2000. Je n'ai pas goûté les Amoureuses, ni le Musigny.

Olif
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2894
  • Remerciements reçus 3

Olif a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Didier,

J'ai remonté un sujet sur Mugnier et corrigé le titre. Il s'agit de Jacques-Frédéric!

Plus d'infos sur le domaine :

Olif
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3118
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Merci Olivier, voilà  quand on prend pas de notes(eee)
Didier
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1051
  • Remerciements reçus 154

yr a répondu au sujet : CR: Mugnier Chambolle Musigny 1999

CR: Mugnier Chambolle Musigny 1999
Je goute cette bouteille achetée un peu au pif chez un caviste:

La couleur n'est pas très foncée, d'un beau rubis clair.

Le nez est tres developpé, avec des nuances de cerises, mais surtout florales (rose, pivoines).

La bouche est fluide, les tannins a peine perceptibles, mais pourtant ce vin a du "coffre", et surtout une belle finale tres belle finale avec une touche "terreuse" (ce qui n'est pas péjoratif pour moi ).

Que voilà  un bon Bourgogne !! Style "à  l'ancienne" mais bien concentré et irréprochable. J'ai bien apprécié.(hhh)

NB: j'ai gouté il y a un an grace à  la générosité de l'ami Martin le Bonnes-Mares 1992, il nous a bien étonné par sa tenue en bouche et sa carrure.Je n' ai pas reconnu du tout un 1992 (comprendre vin acqueux et délavé). Délicieux !

J'ai l'impression que cette adresse est tout à  fait recommandable, à  condition de pouvoir y acceder (pas facile selon qq echos??).

YR
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : CR: Jacques Frédéric Mugnier Musigny 1988

CR: Jacques Frédéric Mugnier Musigny 1988
Bonsoir,

Ce Musigny est le seul que j'ai bu: le 1988, au restaurant le Chambolle dans le village éponyme. Repas d'amoureux, en 2000, vin suprème de vigueur contenue, de suavité, de fondu, de bouquet à  la fois de de fruits rouges et de musc. Je ne me souviens plus du menu, bcp -- cher que la bouteille, mais bien du retour à  pied vers l'hôtel, à  Vougeot. Sur les nuages.

De fait, j'avais déjà  fait connaissance avec ce domaine, au même resto, en 1996, mais cette fois avec son Bonnes-Mares 1988: souvenir impérissable mais imprécis. Toutefois, de mémoire et en essayant de garder l'esprit critique, il avait les mêmes qualités que le Musigny, mais encore en mieux, surtout l'harmonie, ce que j'apelle le fondu, un véritable sirop (pas sucré!) De lui plus que le premier, je dirais vraiement: "vin de soie et de dentelle".

J'espère ne pas être trop dithyrambique, mais c'étaient là  ma rencontre avec les GC de la côte de Nuits, et j'en avais été époustouflé. Cette rencontre n'a pas (pu) donner lieu à  1 abonnement...

Bonsoir,

Alain.
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : CR: Jacques Frédéric Mugnier

CR:
Les vins du domaine J.F. Mugnier 2000
Vendredi 26 septembre 2003

Synthèse des commentaires de dégustation : Laurent Gibet.

Quelques commentaires de contexte :
- Les vins sont dégustés à  l'aveugle.
- Nombre de dégustateurs : 8.
- Des vins pirates sont proposés et insérés dans les séries.

Ordre de dégustation :

1ère salve :
1. Chambolle-Musigny Mugnier 2000 : 13,5/20
- Nez non dénué d'intensité, typé, déployant des senteurs de fleurs, de fruits à  noyau. Un côté "pot-pourri".
- La bouche développe elle des notes simples, peu nobles, rappelant essentiellement le bonbon anglais. Mais ce qui gêne surtout dans ce vin, c'est ce côté banal, édulcoré (pour quelle chaptalisation ?). Le vin manque d'accroche tannique et surtout de longueur et peut faire penser à  un (bon) passetoutgrains, gouleyant, lisse mais sans race et sans tension.

2. Chambolle-Musigny Les Fuées 2000 : 14,5/20
- Nez charmeur, fruité et floral, plus dense, plus profond. Le boisé est aussi plus présent (notes légèrement caramélisées).
- Sans atteindre des sommets, la bouche, encore boisée, possède plus de tenue, de densité que la précédente. Elle semble toutefois limitée en structure et en précision.

2ème salve :
3. Vosne-Romanée Suchots Hudelot-Noellat 2000 : 16/20
- Olfaction engageante, sans détours, enjôleuse, signée par de délicats parfums fruités et floraux. Notes complémentaires de cuir, de fourrure, de viande, de réglisse. Typée "Vosne" finalement (et le diagnostic sera confirmé).
- Bouche pure, légère, aérienne. Les épices accompagnent les notes décelées au nez sur une bonne longueur. Belle acidité garante d'un bon potentiel de vieillissement pour ce vin représentatif de l'élégante sveltesse bourguignonne.

4. Chambolle-Musigny Les Cras Georges Roumier 2000 : 15/20
- Nez mûr, plus terrien, floral, avec des odeurs de cerise, de figue, de cerise, imprimant une relative lourdeur.
- Bouche dense, un peu corrompue par ces notes lourdes de fraises écrasées, voire de pruneau. Il semble que la maturité ait été trop poussée. Le vin ne possède pas la race et l'élégance, l'évidence aromatique et structurelle que nous avions trouvée sur les grands crus du même domaine (millésime 2000) produits à  Gevrey (Charmes-Chambertin et Ruchottes-Chambertin), eux-mêmes ce soir-là  un cran en dessus des 2000 du domaine Armand Rousseau (Clos des Ruchottes, Clos St-Jacques). Finale de plus un peu chaude.

3ème salve :
5. Bonnes-Mares Georges Roumier 2000 : 15,5+/20
- Beau nez direct, ouvert, fruité, floral, épicé.
- Bouche mûre, ample, desservie ici aussi per un soupçon de surmaturité. Même commentaire que pour le vin précédent. Le vin, un rien alangui, n'est pas aussi clair, cristallin, pur, que ce que nous pourrions attendre.

6. Chambolle-Musigny Amoureuses Mugnier 2000 : 14,5/20
- Nez plus animal, notes mûres de fruits, de noyau, de fleurs.
- Encore une fois, le vin paraît alangui, "cuit", manquant de cohérence. Chaleur prononcée et sensation de sucre résiduel ôtant toute noblesse au vin. Peu persistant de surcroît. Curieux sur ce terroir prestigieux, digne d'un grand cru !

4ème salve :
7. Musigny Mugnier 2000 : 15/20
- Nez plutôt racé, développant de beaux arômes typés de pinot.
- Bouche fine, élégante, délicatement minérale avec des notes de réglisse. Très légère sensation sucrée de nouveau et une expression un peu en retrait par rapport aux promesses du nez.

8. Bonnes-Mares Mugnier 2000 : 15,5/20
- Nez profond, floral, bien mûr, avec ces notes qui rappellent les fruits confits. Bouche possédant un caractère plus terrien, minéral, austère.
- De nouveau, le vin manque d'évidence, de cohérence, avec un sucre mal assimilé et une chaleur un peu excessive.

 5ème salve :
9. Richebourg Hudelot-Noellat 2000 : 16,5+/20
- Robe plus mate, moins brillante que dans le cas de tous les autres vins. Nez intense, caractérisé par des senteurs de fourrure, de groseille, de bourgeon de cassis (que nous avions trouvées tellement insistantes lors de la visite au domaine Pernin-Rossin). Profond, intense, il possède du caractère par ce côté terrien qui peut faire penser à  Nuits-St-Georges.
- Aucun relâchement cette fois-ci, pour une bouche dense, ferme, encore austère, parfaitement corsetée. Le vin n'est pas handicapé par un quelconque caractère velouté un peu doucereux et vulgaire. Fermé, peu loquace mais prometteur, droit, net et tendu par une très belle acidité garante de longévité (très joli port). Goûts encore simples de réglisse, de violette qui ne demanderont qu'à  se "bouqueter" avec l'âge.

(Tentative de) conclusion :
- Très intéressante série, de niveau certainement inférieur à  celui que nous attendions, mais qui nous beaucoup appris sur la Bourgogne (on continuerait ainsi volontiers pendant les vingt prochaines années).
- Les robes sont pâles, typées.
- Les vins restent, rappelons-le tout de même, tout à  fait corrects si l'on songe au niveau moyen de certains vins de Bourgogne.
- Les avis divergent très souvent sur les structures en bouche (on n'est pas toujours d'accord sur la "corruption doucereuse" des matières - sans pour autant pouvoir trouver une ligne directrice symptomatique évidente en termes de producteur ou de terroir). Quoiqu'il en soit, les vins manquent dans la plupart des cas de fond et ne semblent pas bien en place (faisceau acidité/tannins/alcool peu cohérent).
- Un consensus apparaît ainsi sous forme de réserve générale. Nous n'avons en effet pas trouvé ici le meilleur de la Bourgogne, qui se traduit dans son excellence par un ensemble de qualités rares et spectaculaires : sublime quintessence et race du pinot noir, dentelle arachnéenne jaillissante, alliant densité et légèreté, simplicité et sophistication, dans un ensemble racé évident. Nous nous sommes bien sûr posé la question de savoir si les vins n'étaient pas dans une période particulièrement défavorable à  leur expression structurelle.
- Hudelot-Noellat surprend enfin très favorablement. Voici d'ailleurs comment un vin du domaine avait été dégusté (en cohérence) au club toulousain In Vino Veritas en juin 2002 :
• Domaine Hudelot-Noellat - Romanée Saint-Vivant 98
Note moyenne sur fût en 99 : Non dégusté. Note moyenne en 02 : 16,5. Prix : 92 €
Robe brillante, rubis franc. Le premier nez est lactique, avec des notes de caramel au lait, le fruit de pinot, raffiné et subtilement herbacé, émerge à  l'aération. La matière est sérieuse, droite, soutenue par une vive acidité qui confère fraîcheur et pureté à  la finale.

Par ailleurs, le 2/2/04 :
Domaine Mommessin - Clos de Tart 1997 :
PC17+ – PP17,5 – LG18 – JP17,5/18. Note moyenne : 17,5 - Prix : 85 €
- Robe légère, mais on ne s'en inquiète vraiment pas.
- Palette aromatique délicate, complexe : fruit (cassis, cerise, framboise), fleurs fanées (roses nobles), viande, fumé, réglisse, violette confite. Olfaction fondue, subtilement racée.
- La bouche bénéficie de toutes les qualités du pinot noir en état de grâce : élégance, finesse et velouté conférant un toucher magique. L'équilibre est magistral (acidité parfaite, fruité évident, fraîcheur « naturelle » : l'oxymoron « densité légère » s'impose) ; et la complexité s'exprime en vagues aromatiques rémanentes douces qui déferlent longuement en ravissant le palais.

Laurent
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : CR: Jacques Frédéric Mugnier Musigny 1985

CR: Musigny – J. F. Mugnier 1985 : bu au domaine de l'Arlot, à table, en juin 2005
JP17+ - PP16,5 - LG16,5
Emanations plus terriennes et plus jeunes : fruits épicés, réglisse, bouquet séché. Bouche marquée par un peu de végétal, relativement fine et sapide, sans la grâce de la précédente. Intéressante, mais cette trame puissante un peu voilée, moins évidente à décrypter et à apprécier, renâcle en finale et ne semble curieusement pas encore tout à fait en place.
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Quelqu'un a-t-il goûté le Musigny 2001 de JF Mugnier ?
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 226
  • Remerciements reçus 0

passetoutgrain a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Bonsoir Laurent,

J'ai goûté le Musigny 2001 de JF Mugnier lors d'une visite au domaine en Octobre 2003, donc après la mise . Je me souviens d'une émotion très forte, mais c'était après la dégustation des 2001 ("village", Fuées et Amoureuses) en bouteille et de tous les 2002 sur fûts, alors mes souvenirs ne sont pas très précis. Le nez était moins ouvert que sur le village mais on devinait quand même une grande profondeur arômatique; j'ai surtout été époustouflé par la densité (attention, je n'ai pas écrit volume!), le soyeux et la longueur en bouche.

Je n'ai bien sûr pas encore touché aux 3 bt achetées alors, mais j'ai déjà ouvert une bt de village et une de Fuées (toutes de 2001) qui ont amplement confirmé le plaisir que j'avais eu à les découvrir au domaine.

Cordialement,

Passetoutgrain
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Merci pour cet avis ...

Nous avons goûté le Musigny 2001 de JFM il y a peu (le cr suivra)
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5134
  • Remerciements reçus 1483

Olivier Mottard a répondu au sujet : CR: Jacques Frédéric Mugnier - Nuits-Saint-Georges 1er cru "Clos de la Maréchale" 2004

CR: Les vins sont goûtés lors d'une dégustation organisée par l'a.s.b.l. Les Compagnons du Cep.

Nuits-Saint-Georges 1er cru "Clos de la Maréchale" 2004

Un vin au beau nez de fruits rouges, légèrement acidulés.
Le vin est dominé par l'acidité dans un ensemble néanmoins équilibré mais de longueur très moyenne.
A revoir.

cordialement,

Olivier
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : CR: Jacques Frédéric Mugnier Musigny 2001

CR: Musigny – Jacques-Frédéric Mugnier 2001 : août 2005 (cr par Pascal Perez)
VM17,5 – JP17,5 vers 18,5 - PP17 – LG16,5+

- Parfums un peu écrasés de griotte, d’épices douces, de fourrure, de réglisse et de terre.
- Il s’avance tout en dentelle mais bien proportionné et d’une longueur appréciable. Quelques divergences finissent par apparaître, même si, l’essentiel étant acquis, elles ne portent que sur des détails. Certains sont éblouis par son équilibre, sa plénitude, son respect du terroir. Les autres, sans nier ces qualités, regrettent un certain manque d’éclat du fruit, un certain manque de personnalité somme toute. A revoir en confiance tout de même.
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 226
  • Remerciements reçus 0

passetoutgrain a répondu au sujet : CR: Jacques Frédéric Mugnier Nuits-Saint-Georges 1er cru "Clos de la Maréchale" 2004

CR: Nuits-Saint-Georges 1er cru "Clos de la Maréchale" 2004
Goûté sur fût au mois de mars dernier, ce vin m'avait beaucoup plu (c'est le premier millésime de ce cru vinifié par le domaine): joli nez fruité, bel équilibre en bouche en effet, mais je n'ai pas trouvé qu'il était court ni acide. Au contraire, il se présentait avec une belle carrure et une texture grenue qui le différenciaient bien des autres cuvées de Chambolle.

J'ai moins apprécié par contre l'autre cuvée de Nuits Saint Georges -je crois qu'elle s'appelle "Les Forges"- qui constitue une sorte de 2ème vin du Clos de La Maréchale, moins différente arômatiquement du chambolle.

Cordialement,

Passetoutgrain
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 599
  • Remerciements reçus 0

Hamitan a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Passetoutgrain,

Ce doit être le Clos des Fourches (patibulaires), un vin pour Laurent G (oui d'accord 2/20 la blague mais bon...)
Moi aussi, fin mars, j'avais trouvé les vins de JF Mugnier réussis dans le contexte du millésime. Parmi les bons Chambolle dégustés (et il y avait aussi ces deux vins de Nuits).

Cordialement,
Hamitan
#19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 919
  • Remerciements reçus 25

LEGOFFE a répondu au sujet : CR: Jacques Frédéric Mugnier

bonjour,
en cave, CHAMBOLLE AMOUREUSE 1990 ET MUSIGNY 1987:dégusté le 1985 puis le 1987 il y a une dizaine d'année=superbe de parfum,de finesse,de subtilité et en même temps de persistance:le vrai pinot fin comme on en rêve!
quelqu'un connait-il les disponibilités actuelles d'achat au domaine ainsi que les tarifs des différentes cuvées?
merci et amitiés
bertrand
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2993
  • Remerciements reçus 1

charlesv a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Bertrand,

Le domaine est encore meilleur aujourd'hui qu'hier, ce qui n'est pas peu dire !
Monsieur Mugnier est un esthète du grand vin. Je ne doute pas que vous sachiez le convaincre de vous céder quelques précieux flacons.

" Je n'écris pas pour une petite élite dont je n'ai cure, ni pour une entité platonique adulée qu'on surnomme la Masse. Je ne crois pas à ces deux abstractions, chères au démagogue. J'écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le cours du temps. " Jorge Luis Borges
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 919
  • Remerciements reçus 25

LEGOFFE a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Charles,
merci pour l'encouragement;en effet je ne doute pas qu'il soit esthète quand on consulte son site;j'aime le clin d'oeil à Glenn Gould, monomaniaque de la musique de Bach, jusqu'à en perdre la raison,comme on peut l'être aussi du pinot noir quand il est magnifié, comme ici, dans ce beau domaine.
amitiés
bertrand
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : CR: Jacques Frédéric Mugnier Musigny 1994

CR: Musigny Mugnier 1994 : 14,5/20 – 31/12/07
Nez fruité, légèrement évolué. Senteurs simples de roncier, de noyau (gevrey ?). Une bouche qui ne rigole vraiment pas. Elle est solide mais très carrée, gustativement simple, à la limite de la rigidité. Plaisir en sourdine. Alors on est loin de l’excellent 2001 et très loin du voluptueux Musigny 1990.
#23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 76
  • Remerciements reçus 21

ludoaqc a répondu au sujet : CR: Jacques Frédéric Mugnier Bonnes-Mares 2000

CR: JF Mugnier Bonnes-Mares 2000
Le vin possède une bonne intensité de couleur pour son origine avec un net début d'évolution vers les nuances brique. Nez typique d'un beau Bourgogne, griotte, rose ancienne et quelques notes terreuses et animales. La bouche se révèle dans une structure bien présente, des tanins un peu "terriens" et une longueur affirmée sur de belles notes épicées et fruitées.Une bouteille digne de son rang qui devrait encore bien se comporter sur une dizaine d'années.
Ludo

ludovic jouan
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 243
  • Remerciements reçus 12

Olivier_26 a répondu au sujet : CR: Chambolle 2004 J-F Mugnier

CR: Chambolle 2004 Mugnier :

Le bouchon sent la cerise au citron.

Bouche d’une parfaite pureté, cerise et cassis, très floral (pivoine). En tous cas, une immense finesse qui cache son feu intérieur (jolie concentration). Peut-être dans un phase de fermeture, car j'ai connu d'autres millésimes plus nettement fruités.

J'ai tenté un mariage avec gigot de 7h, car j'aime associer le gigot (habituellement rôti) au Chambolle : l'accord est plutôt raté, ce plat réclamant un vin ayant plus de structure et d'animalité que cet excellent Chambolle.

Olivier

Nous n'avons qu'un foie, il ne faut pas le punir avec des vins médiocres. Gorak le gorille
#25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 919
  • Remerciements reçus 25

LEGOFFE a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

bonjour,
je vous conseille(aucun intérêt personnel je vous rassure...) le nuits saint georges clos de la marechale,2004 certes(1er millésime de l'ère Mugnier) à la "boutique des domaines" de Beaune=34 euros TTC:je vous donne le tuyau après mes emplettes...
amitiés
bertrand
#26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 343
  • Remerciements reçus 0

Soreil olivier a répondu au sujet : CR: Jacques Frédéric Mugnier Chambolle Musigny 1er cru Les Fuées 2003

CR: Bu ce soir Chambolle Musigny 1er cru Les Fuées 2003

Ayant été retirer une commande prise par un ami, je me suis laissé tenter par cette bouteille en me disant que si c'est très bon , j'en prendrai pour mettre en cave (date de naissance de ma fille). Le caviste était mitigé sur le millésime 2003. Mon verdict :

Le nez est discret , ma première impression fût de la fougère et ensuite du foin pour revenir sur des fruits compotés

La bouche est sur les fruits compotés avec un peu de verdeur, la fin de bouche est très longue avec les mêmes arômes que le nez.

Il ne correspond pas de trop a ce que j'attendais de ce Chambolle (manque de fruit et de finesse), pour ce qui est de la garde il n'y a pas de problème ( a revoir dans 5 ans)
#27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • milleret jean luc
  • Hors Ligne
  • Cet utilisateur est bloqué
  • Messages : 3976
  • Remerciements reçus 2

milleret jean luc a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

"" Ayant été retirer une commande prise par un ami""::o

Olivier , Si je comprends bien , tu vas te venger sur un petit Musigny 96 !!! >:D<
#28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 343
  • Remerciements reçus 0

Soreil olivier a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Jeqn-Luc, Pourquoi pas si mon ami me l'autorise , petite commande mon oeil .....
#29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 146
  • Remerciements reçus 0

marty a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Didier,

J'ai également bu un Musigny 1997 en mars chez Georges Blanc à Vonnas.
Très bon prix de 290 € la bouteille pour un 3 macarons michelin.

Le vin était EXCEPTIONNEL !!!!

Marty
#30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux