Nous avons 1954 invités et 62 inscrits en ligne

Bye Bye Chomette

  • Frisette
  • Portrait de Frisette Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 6977
  • Remerciements reçus 6147

Bye Bye Chomette a été créé par Frisette

CR: Bye Bye Chomette
Nico et Chrystèle ont convoqué le cercle forézien début septembre chez eux, à Chomette. Cette soirée aura une saveur particulière pour eux: leur très beau cocon verra la dernière de notre groupe dans ce lieu. En effet, un nouveau projet de vie s'offre à eux et imposera un déménagement, celà fait quelques semaines qu'ils nous l'ont annoncé. Rassurez-vous, le futur s'inscrira toujours dans le Forez (nous rapprochant, même), ainsi, vous ne verrez pas péricliter le plus célèbre cercle de dégustation du centre de notre pays! Ainsi, il s'agira donc d'une soirée d'adieux dans cette maison qui aura vu se dérouler un certain nombre de repas, tous plus beaux et délicieux les uns que les autres (pour les curieux ou ceux dont la mémoire leur échappe, nous vous laissons relire et baver sur l'ensemble du fil LPV Forez).

Le repas est ce soir "frugal" comparativement à d'autres itérations et se compose de la façon suivante:

- Andouille de Guéméné
- Huitres Gilardeau
- Japonaiseries: Sushi, makis, et diverses brochettes
- Plateau de fromages
- Tarte au Citron meringuée


Les vins sont bus à l'aveugle, sauf notre apport personnel, pas de prise de note pour une fois.

Vin 1: Champagne Egly Ouriet, Les Vignes de Vrigny, NM
Vin à la robe qui se cuivre, à la bulle fine. J'aime beaucoup le toucher de bouche confortable, sans amertume, à la bulle moyennement impactant, avec de jolies notes fruitées sur les fruits jaunes, la pomme acidulée. Facile, plaisant, assez consensuel mais non dénué de race, il semble assez évident. Et c'est évident que c'est un bon faiseur qui fait celà. J'étais sur un meunier du style Conges de Janisson-Baradon . Il manque seulement un peu de longueur et un côté un peu plus traçant pour atteindre les étoiles mais c'est une très jolie entrée en matière. Accord impeccable avec les andouilles que nous sommes et les huitres. Excellent - (16,75/20). Bouteille très vite séchée.

Vin 2: Domaine Ostertag, Alsace Grand Cru, Muenchberg, 2010
Une carafe nous présente un vin à la robe jaune d'or. Nez terpénique, sur le citron vert complexifié par des notes de mellifères et de champignon. Bouche dense, assez massive et profonde ou je ressens quelques effluves de caramel. L'aromatique me conforte dans l'idée d'un beau riesling français sur son plateau de maturité ou je tente 2008 ou 2011 (la construction de bouche me faisant faire un parallèle avec un  Clos Windsbuhl 2011 bu avec les parisiens il y a 2 ans déjà ). C'est complexe et plaisant, vite bu mais me semble à boire désormais, je ne vois pas bien ce que la garde pourrait lui donner de mieux. Excellent - (16,75/20). Bouteille vite bue.

Vin 3: Domaine Guiberteau, Saumur, Brézé, 2014 (Non à l'aveugle)
Vin à la robe jaune claire. Nez bien élevé avec un léger boisé noble, sésame grillé, assez marqué sur le pétard et sa mèche complété par des notes de fruits blancs, assez évocateur de la Bourgogne / Coche-Dury like. La bouche est tendue, traçante, pas aussi grasse que l'on aurait pu l'imaginer. Gros impact, dense et profond, l'accord avec les japonaiseries est évidemment top. Longue finale ciselée et impactante, sur les fruits blancs et ces notes de pétard. L'ensemble de la table part sans broncher sur la bourgogne, d'autant plus qu'ils connaissent mon appétence pour cette région. Excellent à Exceptionnel (17,5/20) et bu exactement de la même façon qu'il y a  3 ans , l'avenir étant encore prometteur. Bouteille qui n'a pas fait un pli.

Vin 4: Apostolos Thymiopoulos, Rosé de Xinomavro, 2020
La robe du vin suivant est surprenante, faisant hésiter entre rosé et vin orange. Le nez est frais, facile, sur la framboise du bonbon kréma. La bouche est fluide, déliée, sans complexité aucune, très gourmande et fruitée, spécifiquement orientée sur la framboise. Belle originalité qui fait partie de mes plus beaux rosés et me faisant partir sur Tavel, avec peut être une sensation alcooleuse moins marquée. Bien sûr, la longueur et la complexité ne sont pas ces qualités premières mais celà reste un vin tout à fait appréciable, original, qui sert de transition avec la suite et qui ne dépareille pas avec le restant de japonaiseries. Très Bien (16/20). Bouteille rapidement évaporée.

Vin 5: Domaine Jean Michel Gerin, Côte Rôtie, Les Grandes Places, 2004
Robe profonde et dense. Nez magnifique, sur la cendre, un peu de suie, baies rouges et noires, avec un peu de poivre et d'épices. La bouche est veloutée, de belle profondeur et longue, sans aspérité, complexe mais là aussi d'une évidence assez incroyable: on est encore sur du (très) haut niveau. On retrouve l'aromatique épicée, fruitée et empyreumatique du nez, nous faisant voyager tantôt en languedoc avec dominante de syrah, tantôt en rhône nord, tantôt en provence (type Trévallon) ou bordelais pour un parallèle avec le cabernet sauvignon. Un peu perdu, je reste sur un vin à dominante syrah mais j'aurais peut être tenté grand languedoc plutôt que Côte Rôtie. Evidence, race et maturité sont des qualificatifs qui lui vont bien. Sur son plateau pour encore un petit moment, c'est non sans émotion  que je reviens sur cette cuvée, qui à désormais une place à part dans mon coeur. Exceptionnel (18/20). Bue pour elle même, bouteille qui devrait à minima être servie en magnum.

Vin 6: Domaine Foreau, Vouvray Moëlleux Réserve, 1989
Vin à la robe d'or. Nez d'une complexité, d'une intensité et d'une puissance assez rare. Bouche d'une précision, d'une tension et d'une gourmandise absolue. Là aussi, on est sur un vin d'une banale évidence. On retrouve ces notes de fruits jaunes charnus mêlé à une forme de complexité assez géniale: les fruits confits, les raisins de Corinthe, le coing, l'abricot se mêlent à des notes de pain d'épices, de miel de thé earl grey. C'est traçant, doté d'une énergie et d'une longueur hors norme, avec une acidité ressentie très haute (donc au pH...très bas!  ). Un des plus beaux liquoreux qu'il m'ait été permis d'approcher. Superbe et majestueux, les qualificatifs ne manquent pas. Servi avec le fromage, celà fonctionnait superbement bien. Grand Vin (19/20). Bouteille dont on avait l'impression qu'elle contenait un dé à coudre.

Vin 7: Château Sigalas Rabaud, Sauternes, Premier Grand Cru Classé, 2001
Dernier vin de cette série sans faute, sera t'il à la hauteur des autres? Et bien oui. La robe est cuivrée. On a un nez de safran, avec un beau rôti, des notes d'abricot et de fruits jaunes, un peu de caramel. La bouche est moins impactante que le Foreau, mais comment lui en vouloir, vu le niveau stratosphérique du précédent? On est donc sur un ensemble bien bâti, plus confortable, avec moins de folie, mais dont le registre général est toutefois assez consensuel et bâti sur un équilibre de Sauternes de bel école. Il paraît toutefois un peu plus pataud, la faute à une acidité moins marquée, et un sucre un peu plus pâteux (même si je ne suis pas sûr qu'il en possède plus que le Foreau). L'ensemble est Très Bien à Excellent (16,5/20) mais me semble un cran en dessous en terme de définition, de complexité et de précision que Suduiraut ou Lafaurie Peyraguey sur ce millésime qui, en aparté, est clairement le plus grand du millénaire en Sauternes. Bouteille qui semblait être une 37,5cl.


Voilà, c'est fini , comme disait Jean Louis...Une bien belle soirée d'adieu à ce lieu (mythique???) de LPV Forez. Encore une fois, une superbe soirée sous le sceau de l'amitié, de la gaieté et de la bonne chaire. J'ai rarement vécu une dégustation avec une telle homogénéité concernant le niveau global des vins: vous l'aurez noté, tous les vins se sont bus avec une facilité déconcertante et sans même s'en rendre compte! Par ailleurs, le menu était tel qu'il appelait des vins de haut niveau, ce qui a été chose faite, et avec des quantités peut être un peu moins que d'habitude, ce qui n'était pas plus mal non plus car nous avons un peu tendance à être "déraisonnables" de ce côté là...Il ne me reste plus qu'à remercier Chrystèle et Nico pour l'hospitalité, et leur souhaiter un bon déménagement / emménagement dans leur future nouvelle propriété.
Gouverner c'est prévoir, les prochains opus verront donc probablement LPV Forez effectuer une crémaillère, mais également d'ici quelques semaines, l'inauguration d'une cave fraîchement creusée...Vivement la suite!

Biz également à mes compères JB et Cédric, qui ne manqueront pas de compléter ces quelques notes!
 


Le Line-Up!!!

Merci de m'avoir lu!
 

Flo (Florian) LPV Forez
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Paul B., Sylv1, Jean-Bernard, sideway, whogshrog43, bertou, La Vie est une Fête, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, trainfr, Cédric42120, Vaudésir, Papé, leteckel, jd-krasaki, the_ej, KosTa74, Vyat, Martino, Garfield, Ilroulegalet
23 Sep 2023 13:24 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck