Nous avons 2131 invités et 51 inscrits en ligne

Domaine Jacques-Frédéric Mugnier, Chambolle-Musigny

  • Messages : 14167
  • Remerciements reçus 9

François Audouze a répondu au sujet : Domaine Mugnier - Musigny 2006

J'ai bu trois fois le Musigny Mugnier 2006.

La 1ère fois au domaine en 2008, c'était le plus grand mais le plus fermé à ce stade des vins du domaine.

La 2è fois au rendez-vous des domaines familiaux de Bourgogne en 2009 et j'ai été très réceptif à sa subtilité.

La 3è fois dans un dîner en 2011 associé à du lourd :
Le Musigny Grand Cru Comte de Vogüé 1990 est un vin de grande puissance, solide, bâti pour la durée. Comme nous ne buvons que des grands vins, je suis en mal de superlatifs. Ce grand vin est rassurant. Jamais je n'aurais trouvé l'année du Musigny Grand Cru J.F. Mugnier 2006, car il fait beaucoup plus mûr que ce jeune millésime. Les deux Musigny se complètent bien, riches et élégants, avec des longueurs particulièrement solides.

Mes souvenirs sont donc bons.

Simon,
Vous avez peut-être eu une bouteille peu vibrante ou vous en attendiez trop. Car un Musigny Mugnier, c'est un grand Musigny, du fait de la sensibilité particulière de ce domaine que je trouve un des plus subtils en Musigny.


Cordialement,
François Audouze
#661

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2522
  • Remerciements reçus 2

oenopol a répondu au sujet : Domaine Mugnier - Musigny 2006

Le prix de ce genre de vin en seconde main et devenu tellement indécent que je refuse (j' en suis plutôt limité à vrai dire et tant mieux) de
prendre le risque personnellement. Le vin est-il bizarre? ou est-ce le prix inconsidéré que vous y avez mis et donc le fantasme que vous y avez projeté qui
vous laisse perplexe?

Tout en "amitié" Simon, j' enfonce une porte ouverte et en plus comme toi je suis passionné, et donc pas toujours très sage.

Amicalement,
Paul
#662

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3116
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Domaine Mugnier - Musigny 2006

De Vogue vs Mugnier difficile de faire plus,opposé,en style.

Je pense que les 2006 en général sont rentrés dans une phase de fermeture. Ils sont restés croquants sur le fruit longtemps mais maintenant il faut les attendre amha. Bu un Mugnier 98, il y a peu superbe.

Didier
#663

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5993
  • Remerciements reçus 1423

Marc C a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

Je ne suis pas sûr pour la fermeture Didier. Le Clos Vougeot et Clos St Denis de Dominique Laurent bus il y a quelques semaines étaient très bons et très accessibles. Chaumes de Meo, moins donc peut être une question de style.

Marc
#664

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1265
  • Remerciements reçus 373

Krabb a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

En fait rien de tout cela.
Le vin a été payé au prix domaine, nous avons été exigeants mais cela me parait normal avec un tel vin.
Je me répète, ce vin était excellent, sans le plus petit des défauts. Il ne nous a juste pas fait vibrer.
J'avais eu une toute autre expérience sur un 1990 (stratosphérique) bu l'an dernier.
L'ami par qui nous avons eu cette bouteille avait déjà gouté le 2006 l'an passé et ne l'a pas du tout retrouvé.

Je m'interroge juste sur le surplus d'émotion légitime je pense, à attendre de tels vins. Pour la plupart nous ne le croiserons qu'une fois dans notre vie de dégustateur. Ceci mis en relation avec le prix, cela laisse perplexe sur l'émotion ressentie.

La déception est relative certes, elle ne m'était jamais arrivée avec un vin du même niveau d’appellation du DRC.
Mais je l'avoue, je chipote.
#665

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5788
  • Remerciements reçus 280

Martinez a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

'Alors doit on corréler le plaisir au prix payé? Nous n'avons pas réussi à nous mettre d'accord... '

Si oui, il va y en avoir des déceptions ... et des tonnes.

Non, il faut simplement savoir ce que l'on achète avant d'y mettre un gros billet. Et la première chose à savoir est que l'on n'achète jamais mais alors jamais l'assurance d'avoir dans le verre un grand vin et une logique en terme de rapport qualité prix : le bouchon, le défaut, le contexte, là où en est le vin dans son évolution, son goùt personnel du moment qui peut ne pas être en adéquation avec le style du vin, le surcoût dû à la rareté, à la mode, au fantasme collectif .....

Jmm

Jmm
#666

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5074
  • Remerciements reçus 313

ols a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

Je me permet d intervenir dans ce débat.
Je suis assez d accord avec Martinez, parfois un ensemble de choses font que ......
Mais j ajouterai aussi que parfois même Mugnier et tout Musigny qu il y a, il peut aussi arriver qu une cuvée ne soit pas très bien réussie.
En Bourgogne le prix d une bouteille se fait trop souvent sur la réputation d un climat et(ou) la rareté d un vin, et non sur ses qualités intrinsèques!
#667
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: patrickd18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 305
  • Remerciements reçus 30

lugdunum a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

complètement d'accord avec Ols et Martinez ! Hier le Volnay Santenots de S Esmonin (c.f mon commentaire) était d'un niveau incroyable , a régalé tout le monde...pour un un prix bien plus doux... C'est la magie du vin :)
#668

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8052
  • Remerciements reçus 367

FGsuperfred a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

[quote="Il ne nous a juste pas fait vibrer.
J'avais eu une toute autre expérience sur un 1990 (stratosphérique) bu l'an dernier."]

[/quote]
la réponse est certainement là : tu préfères les vins plus agés...

frédéric Gautier, passionné
membre de poids de LPV haute-normandie ...
fgsuperfred.canalblog.com
#669

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3295
  • Remerciements reçus 309

iceteayer a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Je vois pas bien le rapport Fred.
D'autant qu'ils ont tous été déçu autour de la table visiblement.

Ce genre de bouteille, à moins d'être un buveur d'étiquette, faut essayer de les boire à l'aveugle (je sais, plus facile à dire qu'à faire). Car on en attend tellement qu'on est forcément déçu si le vin n'atteint pas nos espérances.

Et puis bon, c'était peut être un excellent vin, mais pas grand, tout simplement. Ce n'est pas parce que c'est un musigny de Mugnier que c'est toujours exceptionnel... le problème c'est que les prix, eux le sont!

julien
#670

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 182
  • Remerciements reçus 86

CAB 1861 a répondu au sujet : CR: Divers crus de Jacques Frédéric Mugnier

CR:

Diverses bouteilles du domaine JF Mugnier bues lors du banquet de la St Vincent de Chambolle. Les commentaires sont succincts mais plus de 80 bouteilles sont passées par la table

* NSG 1er cru "Clos de la Maréchale" blanc de 2010 (Magnum) : de l'équilibre, du gras un belle réussite même si un 2006 bu récemment m'avait semblé plus profond. Peut-être une période de fermeture des 2010?
[img]http://[url=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=328105image264.jpg][img]http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_328105image264.jpg[/url][/img]

* NSG 1er cru "clos de la Maréchale" rouge 2008 (Magnum): Un indéniable effet millésime qui dissocie un peu les tanins et une bouche acidulée. Le vin se révèle en en finale en développant une belle puissance. Bien +
[img]http://[url=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=951361image361.jpg][img]http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_951361image361.jpg[/url][/img]
* Bonnes Mares GC 2002 (Magnum): Jolis arômes tertiaires de sous bois. Immédiate sensation de puissance poivre blanc en bouche, puis de l'eau de vie de kirsch, remarquable persistance... Ouachh! superbe...
[img]http://[url=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=113311image549.jpg][img]http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_113311image549.jpg[/url][/img]
* Musigny 2001 GC : Le nez est fin sur des arômes encore fruités qui pinotent légèrement. La texture est fine et soyeuse sur une bouche noyau de cerise. Quel équilibre et qu'elle longueur en bouche. Comme la RSV 1999 de Hidelot Noellat, la notion de grand cru n'est pas qu'un mythe.
[img]http://[url=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=710883image568.jpg][img]http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_710883image568.jpg[/url][/img]

* Chambolle Musigny 1er cru "Les Amoureuses" 2005 : Ce vin de 10 ans a une insolente jeunesse sur la cerise, le noyau. Ca pinote dans l'équilibre et une élégante force. Très dans l'idée d'un Chambolle "féminin"...avec un côté maîtresse femme cependant!!

[img]http://[url=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=178681image258.jpg][img]http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_178681image258.jpg[/url][/img]
[img]http://[url=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=904624image522.jpg][img]http://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_904624image522.jpg[/url][/img]

Fred
« C’est la composition même du sous sol qui caractérise la qualité des vins » - Dom Denise
Retrouvez les photos sur mon "blog FB" www.facebook.com/Coe...
#671

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 326
  • Remerciements reçus 1

christr a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

Bonjour,

Je suis d'accord avec M. Audouze, je trouve également que le Musigny de Mugnier est le plus subtil et le plus fin de tous les musignys. J'ai dégustué l'an dernier le 1994 le 1995 à 2 reprises, le 1998 et le 2007, tous possédaient une trame délicate. Je pense que si on est amateur d'un vin plus charmeur, il faut se tourner vers le Musigny de Prieur qui pour moi est d'une grande classe avec une densité plus importante et une rondeur fantastique.

C'est intéressant en tous les cas d'avoir ces commentaires, car je vais déguster le 2006 ce printemps et me réjouis de pouvoir le comparer au 2007.

Cordialement.
#672

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 305
  • Remerciements reçus 30

lugdunum a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

Question : Qui a déjà dégusté un Musigny de Leroy ? Christr ou F. Audouze peut-être ? auriez-vous un avis ?
J'avoue que je rêverais un jour de boire une cuvée grand cru de Leroy :)
#673

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 182
  • Remerciements reçus 86

CAB 1861 a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

@christr : le Musigny de chez Prieur est différent principalement de part sa localisation plus proche de la combe d'Orveau qu'il jouxte sur le lieu dit Combe d'Orveaux à ne pas confondre avec le premier cru "Combe d'Orveaux" . De Vogüe est sur le Petit-Musigny monopole de 4 ha du domaine

Fred
« C’est la composition même du sous sol qui caractérise la qualité des vins » - Dom Denise
Retrouvez les photos sur mon "blog FB" www.facebook.com/Coe...
#674

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5993
  • Remerciements reçus 1423

Marc C a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

De Vogüe possède le Petit-Musigny dans son intégralité et des parcelles dans le Grand Musigny pour arriver à un total de 7ha de mémoire.

Marc
#675

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14167
  • Remerciements reçus 9

François Audouze a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

lugdunum

Voici le texte d'une dégustation assez folle où l'abondance était exceptionnelle. Il y a deux séries, de vins de 1959 puis de vins de 1949 :

La deuxième série contient du lourd. Il y a « seulement » cinq vins, tous de 1959, mais quels vins ! La Tâche DRC 1959, Musigny Leroy 1959, Musigny Voguë 1959, Bonnes-Mares Roumier 1959, Chambertin Leroy 1959. La couleur la plus jeune est celle du Voguë et la plus tuilée celle de La Tâche. Il est illusoire de juger les parfums des vins qui viennent d’être ouverts il y a moins de dix minutes. Les plus beaux nez sont à ce stade ceux du Roumier et du Musigny Leroy. L’examen commence sans plat.
Le Chambertin Leroy 1959 est un peu fatigué. L’alcool ressort. Il y a une belle épice. Le final est un peu coincé mais complexe. Le Bonnes-Mares Roumier 1959 est un vin qui me fait dire : « wow ». Quel vin ! Si l’on me disait qu’il est de 1990, je le croirais. Il est d’une pureté rare. Epicé, charnu, fruité, il a un final un peu serré et moins brillant que son attaque. Le Musigny Comte de Voguë 1959 est lui aussi un vin immense. C’est la pureté absolue. On est dans le grandiose. Son final est meilleur que celui du Roumier. C’est un bourgogne parfait.

La Tâche Domaine de la Romanée-Conti 1959 est le plus complexe de tous. Il est plus interlope, plus interpellant. Pour mon palais il a un côté canaille et salin que j’adore dans les vins de la Romanée-Conti. Le Musigny Leroy 1959 me fait penser que l’on va de mieux en mieux, car ce vin est d’une richesse et d’une perfection absolues. Comment différencier des vins aussi beaux ? Je classe en fait les vins dans l’ordre inverse de leur dégustation. Est-ce l’effet de l’épanouissement dans le verre de vins ouverts au dernier moment ? Pas seulement. Je reviens à chaque vin et Le Musigny Leroy confirme son équilibre, sa générosité et une perfection absolue. Le Musigny Voguë est d’une précision parfaite, un peu moins ample que le Leroy. La Tâche évolue vers un goût de Porto qui me déplait. Le Bonnes Mares a le plus beau fruité. J’hésite longtemps entre le 5ème dégusté et le 2ème pour finir ainsi : 1 - Bonnes-Mares Roumier 1959, 2 - Musigny Leroy 1959, 3 - Musigny Comte de Voguë 1959, 4 - La Tâche Domaine de la Romanée-Conti 1959, 5 - Chambertin Leroy 1959. Mais les vins continuent à évoluer dans leurs verres. Quand j’ai entendu que certains mettaient le Chambertin Leroy en premier, je n’arrivais pas à le croire.

La troisième série comprend six vins de 1949 : Chambertin Leroy 1949, La Romanée Liger-Belair 1949, La Tache DRC 1949, Musigny Liger-Belair 1949, Musigny Leroy 1949 et Musigny Voguë 1949.

Le nez de La Tâche est parfait. Va-t-il tenir ? Je commence par goûter ceux dont les nez sont difficiles. Le Chambertin Leroy 1949 a un léger parfum de gibier. En bouche, l’attaque est agréable, mais le final où se retrouve un goût de gibier limite le plaisir. C’est un vin moyen. Le Musigny Comte de Voguë 1949 a un nez fatigué. La bouche est agréable. Il n’a aucun fruit. C’est un vin simplifié mais dont le final est agréable. Je dirais que c’est un vin vieux, la limite de mes remarques étant liée à cette malheureuse ouverture tardive. Le Musigny Liger-Belair 1949 est riche et bien épanoui. Son final est intéressant, avec une amertume bourguignonne que j’adore. La Tâche Domaine de la Romanée-Conti 1949 a un palais assez peu équilibré. Le vin n’est pas ouvert mais on sent sa promesse et sa grande race. Le Musigny Leroy 1949 a une bouche normale, sans réelle tendance marquée. On sent légèrement son alcool. Le final est très élégant de fruit et de rose fanée. La Romanée Liger-Belair 1949 est très riche. S’il y a un léger défaut, cela n’enlève rien à son plaisir et à son final bien solide. Malgré tout, il ne donne pas encore beaucoup d’émotion.

J’ai l’impression que le match va se jouer entre La Tâche Domaine de la Romanée-Conti 1949 et le Musigny Liger-Belair 1949 qui ont des similitudes dans leurs amertumes bourguignonnes. La Tâche commençant à évoluer vers le Porto comme l’avait fait le 1959, c’est le Liger Belair qui va gagner. Mais le plat arrive et redistribue les cartes. Le Voguë s’épanouit, La Tâche développe des arômes de roses, la Romanée se structure de façon spectaculaire. Mon classement bouge encore pour se fixer à : 1 - La Tâche Domaine de la Romanée-Conti 1949, 2 - La Romanée Liger-Belair 1949, 3 - Musigny Leroy 1949, 4 - Musigny Liger-Belair 1949, 5 - Musigny Voguë 1949, 6 - Chambertin Leroy 1949.

Je me suis amusé à comparer les deux Chambertin Leroy 1949 et 1959 et les deux La Tâche 1949 et 1959. Dans les deux cas, la typicité du domaine se retrouve quasiment à l’identique et les déviations, des Leroy vers le gibier et des La Tâche vers le porto se reproduisent d’une égale façon.


Sinon, j'ai bu un Musigny Leroy 2003 qui ne m'a pas plu à 100%. Comme il y a eu deux vins, il faut lire comment ça s'est passé :

Le Montrachet Domaine Leflaive 1999 a un parfum calme qui annonce de superbes complexités. En bouche, c’est une myriade de saveurs qui se battent en bouche sur un thème d’agrumes, citron vert, pomelos, mais aussi de fruits de la passion, goyaves et autres coings. Ça pianote dans tous les sens, et quand on croit que l’on en a fini, le final vous emporte sur un toboggan où il ne cesse de prendre des virages. Un petit coup de rein sur le fruit de la passion, un petit coup de rein sur le pamplemousse. Et ce final ne s’éteint pas. La sauce un peu épicée, curry, moutarde et autres épices, dans laquelle se trempent les croquantes langoustines fait un écho royal au Montrachet au point que je demande que cet amuse-bouche soit renouvelé. Au Taillevent, chaque désir est un ordre et l’amuse-bouche est répété. Je montre à Tomo un exercice que j’adore qui est de passer du blanc au champagne et du champagne au blanc. Lorsque l’on boit le Montrachet puis le Veuve, le Clicquot s’élargit de façon spectaculaire, prenant une profondeur exaltante. Le pont entre les deux se fait sur les agrumes. Le chemin inverse ne favorise aucun des deux. J’adore ces expériences.
L’entrée est une tourte de lapin de garenne dont nous avons fait enlever la salade de pissenlits. La sauce est tellement lourde que l’envie est de comparer les deux vins du repas. On sert donc le Musigny Grand Cru Domaine Leroy 2003 que Tomo a apporté ici il y a quelques jours. Le nez est poli, raffiné et gentleman. En bouche, Tomo ressent un côté perlant que je n’avais pas remarqué. Il se demande si l’on doit carafer. Nous faisons carafer et verser le vin carafé dans un deuxième verre. Immédiatement, le vin carafé montre un saut qualitatif majeur. Le vin est expressif, velouté, d’un rare raffinement. Il est grand, mais je dois dire que le final assez court limite mon enthousiasme.
Nous passons sans aucune difficulté du rouge au blanc et vice versa car la tourte est si dense qu’elle recale le palais. Il ne fait pas de doute que le Montrachet est le plus adapté à ce plat lourd comme du plomb et terriblement gourmand.
Le plat principal que j’ai suggéré est le homard bleu en cocotte lutée, pommes grenailles et châtaignes. Lorsque le lut est en phase finale, c'est-à-dire découpé, le parfum qui se dégage de la cocotte est à se damner. Jean-Marie Ancher n’approuvait pas mon choix pour le Musigny alors que le sommelier était de mon avis. En fait, le montrachet est le gagnant sur ce plat, mais c’est probablement dû à sa qualité intrinsèque, dominante sans contestation. Le Montrachet Leflaive domine le plat malgré sa vivacité alors que le Musigny l’accompagne poliment.
Nous allons assister à quelque chose que je n’avais jamais vécu avec autant de netteté. Dans la première demi-heure suivant le carafage, le vin carafé damait le pion au vin servi de la bouteille. Maintenant, le vin carafé s’alanguit et s’affadit, alors que le vin non carafé reprend une vigueur spectaculaire et nous offre le vin tel qu’il doit être, vif, viril, dominant, d’un fruit vineux affirmé. C’est un régal. Mais l’on n’a toujours pas la longueur que l’on aimerait. Et c’est sans doute cela qui fait que l’accord avec le homard (que j’aurais aimé un gramme moins cuit, sans que l’on touche à quoi que ce soit d’autre) n’est pas à son avantage.
Nous finissons nos verres sur du fromage, un Saint-Nectaire pour moi. Deux desserts d’une lourdeur infinie, l’un au chocolat et l’autre une crêpe Suzette, permettent au champagne de nous montrer à quel point il sait être élégant.
Résumons : le service du Taillevent est à déposer au pavillon de Breteuil, à côté du mètre-étalon. La cuisine vaut trois étoiles, ne chipotons pas. Le Veuve Clicquot boxe dans la cour des grands, avec un romantisme qui n’exclut pas la luxure. Le Montrachet Leflaive est un monument. Il n’a pas la fougue folle du 1996 que j’ai bu il y a peu mais il a un niveau de complexité incroyable et un final qui louvoie sans fin sur des pistes de fruits exotiques. Un régal. Le Musigny Leroy est un grand vin. Mais le final un peu court a limité mon enthousiasme.


J'ai par ailleurs bu avec Lalou Bize-Leroy il y a quinze ans un Musigny Leroy 1955 en magnum. Je n'ai pas pris de notes mais j'ai le souvenir qu'il était absolument exceptionnel, d'un niveau hors du commun.


Cordialement,
François Audouze
#676

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3116
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

Merci de ces notes intéressantes qui confirment que le Bonnes Mares de Roumier est hors norme, sinon en grand cru chez Leroy la RSV ou Richebourg.

Didiet
#677

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 305
  • Remerciements reçus 30

lugdunum a répondu au sujet : Re: Domaine Mugnier - Musigny 2006

Merci François pour ces magnifiques verbatim !
Max
#678

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1464
  • Remerciements reçus 1119

Super-Pingouin a répondu au sujet : CR:A la rencontre de Frédéric Mugnier et du millésime 2014

CR:
[size=x-large]A la rencontre de Frédéric Mugnier et du millésime 2014[/size]

Lorsque j'ai eu la confirmation de la visite de la part du Domaine, "it made my day" voire ma semaine. C'est avec l'excitation et l'impatience d'un petit garçon devant son premier sac de friandises que nous prenons la route depuis l'Ile de France vers Chambolle Musigny. Conformément à mes principes Pingouinesques: 20 minutes de retard. J'ai beau faire une partie du chemin la veille au soir, rien y fait :p. Je dois cependant être béni: la visite n'a pas commencé et notre hôte du jour est d'une grande amabilité. Monsieur Mugnier, toutes mes plates excuses. Ah oui, je ne vous l'ai pas indiqué? :) Nous avons la grande Chance d'être reçus par Frédéric Mugnier (un professionnel croisé plus tard me confirmera que c'est bien un rare privilège). Des légendes, il en reste dans la région. La grande écoute portée aux explications et réflexions du maître vigneron en atteste. L'assemblée du jour est complétée de Philippe Bretaudeau et de ses amis restaurateurs. Nous n'avons pas perdu une seule goutte, ni des propos, ni des vins.
[size=x-large]Un peu d'histoire[/size]
Nous sommes accueillis dans la cuverie historique.
- Elle date de 1900. Nous en utilisons également une autre à côté. Je ne fais pas de distinction selon les crus. Il se peut que les Grands Crus passent en inox. C'est un choix qui va notamment dépendre des quantités de raisins.
- Pouvez-vous nous raconter un peu l'histoire du domaine?
- Nous avions des vignes familiales, mises en location puis reprises. Moi, je suis né, j'ai fait ma formation d'ingénieur et j'ai travaillé à Paris. Au Moyen Orient également. Rien ne me prédestinait à devenir vigneron. Comment y vient-on? Il est arrivé un moment où nous nous sommes demandés "Que faire du domaine?". Il n'était pas mis en valeur. J'ai pris un congé sabbatique. J'ai fait le lycée viticole et j'ai pris 1 an pour comprendre. Je ne suis jamais reparti. Nous sommes en 1985.
- Les premières années n'ont-elles pas été trop difficiles?
- J’ai eu la grande chance d'avoir 2, 3 contacts pour éviter de me fourvoyer. Des clients fidèles et des collègues vignerons de bon conseil.
- Et il y a eu le moment où vous avez repris vos vignes à Faiveley.
- En 2004, nous récupérons le Clos de la Maréchale. Nous passons de 4 à 14 ha. Il s'agit du plus grand agrandissement au domaine depuis 1902.
- Cela fait une grande surface pour la région.
- Je me suis posé la question de la manière dont j'allais pouvoir vendre toute la production. Je pensais que cela allait prendre quelques années. Ca a pris 1 an. Des replis en cascade, un peu de négoce. L'important à l'époque était d'éviter les stocks. 2005 s'est vendu tout seul. Nous avons plus ce souci désormais.
- Combien de personnes travaillent au domaine?
- Nous sommes 7 permanents et atteignons une soixantaine de personnes au moment des vendanges.

Sur le Chambolle Musigny village:
- Il a été soutiré ce matin, c'est le deuxième. Je ne l'ai pas encore goûté. Il est l'assemblage de la Combe d'Orveau et des Plantes.
- Ne sont-ils pas tous deux premiers crus?
- La Combe d'Orveau est morcelée. Elle existe une partie en village, une autre en premier cru et un lieu-dit à l'intérieur du climat "Musigny". Nous avons ici le village.
- N'avez-vous pas voulu séparer les Plantes?
- Non. Ils sont meilleurs assemblés. Les Plantes sont sévères seules. Nous avons ainsi un "super" village ;).

Chambolle Musigny 1er cru les Fuées
SP: Un nez très floral, de la groseille, de la gourmandise. Une belle acidité en bouche. De la rondeur, un vin très fluide et une finale épicée. C'est vertical, aérien. Je trouve la matière un peu ténue. B-
Nol: robe rubis très très clair, nez sur les petits fruits rouges, touche florale, bouche (très) légère, acidité assez haute, peu de matière, on est un peu sur le fil ; B-
[size=x-large]Quelques éléments de vinification[/size]
- Il y a une finesse caractéristique dans vos vins. Comment l'avez-vous insufflée?
- Le style est venu tout naturellement. Il s'est imposé de lui-même avec les terroirs.
- Vous avez évoqué le soutirage du village. Regardez-vous les niveaux de CO2 et de SO2?
- Il nous arrive de dégazer à l'azote. Nous cherchons en général 500-550. Ce sera ajusté selon l'acidité. Pour le SO2, nous en mettons à 3 étapes: à l'encuvage au début de la fermentation, en fin de malo et à la mise. Le premier paraît le moins nécessaire. On a essayé d'en mettre moins. C'était une erreur. On a pu vérifier le vieil adage qui dit "Sulfiter tôt pour sulfiter peu".

Bonnes Mares grand cru
SP: Les tannins sont plus ronds, plus précis à la fois. Ce sont des milliers de petits fruits qu'on ne résiste pas à vouloir croquer. TB+
Nol: nez davantage sur les fruits noirs, épices, davantage de densité et de matière, mais on reste sur un registre frais et fin ; TB+

- Les vignes sont plus jeunes. Nous égrappons à 100%. La vinification est rigoureusement la même pour l'ensemble des vins. La fermentation démarre à froid et elle monte parfois jusqu'à 33°C. L'élevage dure 18 mois.
- Comment choisissez-vous vos fûts?
- Je travaille avec François et Rémond. Je demande seulement des fûts qui ne marquent pas.
- Et quelle est la proportion de fûts neufs?
- 15 à 20%. Et le parce se renouvelle sur 10 ans.
- Il est assez rare de garder des tonneaux si longtemps.
Chambolle Musigny 1er cru les Amoureuses
SP: Frais, fin, gourmand, sur la fraise. En humant de nouveau, le nez se fait un peu alcooleux et on perçoit de manière surprenante une légère verdeur en bouche. Une très belle et subtile longueur, un peu de réglisse. Le fond de verre sur la fleur de violette et la rose est très, très beau. TB
Nol: très beau nez sur les fruits frais, fraise écrasée, le vin est très long, mais il y a un peu de verdeur en milieu de bouche ; TB-

Musigny grand cru
SP: Un début de "waouh effect". Le nez est déjà fort complexe: de la fraise, de la groseille, une gelée de fruits rouges. Cela virevolte déjà. De la rondeur. La bouche mêle gourmandise, densité, finesse et légèreté à l'unisson. L'intégralité des papilles est sollicitée: largeur, hauteur et surtout une longueur XXL. L'unité est superbe. Excellent potentiel Grand
Nol: nez d’abord sur les fruits noirs puis les épices, en bouche c’est d’abord une explosion, on est littéralement envahi par cette matière dense et puissante, puis le vin s’étire de façon interminable ; c’est un peu sauvage (les tanins sont un peu marqués) mais très grand ; Grand vin en devenir

- C'est encore un peu raide. Cela a besoin de s'assouplir. Le vin sera mûr à 40-50 ans.
- Je trouve cela déjà fort agréable.
- Les tannins sont encore bruts. Dans 10 années déjà, il passera à la classe supérieure. A maturité, l'ensemble sera poli, soyeux. Et il n'y aura pas juste le fané de la rose.
- Est-ce pour cela que vous avez décidé de retarder la vente des Musignys?
- Oui. J'étais irrité d'en voir déjà proposés aux cartes des restaurants à peine commercialisés. Je trouve que le consommateur perd le goût des vins plus âgés. C'est dommage. Forcément, il prend ce qui lui est proposé sur les cartes.

Assurément l'un des 2 vins rouges de notre séjour! Lorsque mes camarades et moi évoquons ce moment, nous en salivons encore et nos yeux se remplissent à nouveau d'étoiles. A noter que ma moitié a tout de même préféré le Bonnes Mares.

Nuits-Saint-Georges 1er cru Clos de la Maréchale
- L'ordre de dégustation est-il favorable à ce cru? Il est peut-être compliqué de passer après le Musigny.
- Je ne trouve pas. Vous allez voir.
SP: Une attaque haute, aérienne, nette, très gourmande avec une belle matière. Elle accompagne d'ailleurs les 2/3 du temps de bouche. Quelle présence! La surprise est assez grande. Le vin n'est certes pas Musigny mais il tient parfaitement la route. Il appartient à cette rare caste de vin qui vous s'impose avec délicatesse mais certitude, peu importe le vin qui l'a précédé.TB+
Nol: nez sur les fruits noirs bien mûrs, en bouche le vin est très gourmand, immédiatement accessible et séducteur, avec un côté solaire qui contraste avec les Chambolle ; TB+

- Dans quelle proportion exportez-vous?
- 70% à l'étranger, 30% en France.
- La part domestique est assez importante pour la région.
- C’est une portion historique. Pour l'exportation, on en retrouve de part le monde, du Nord au Sud.
- Combien de flacons produisez-vous?
- 50 000 par an. 60 000 seraient mieux.
- Ne craignez-vous pas voir le contrôle de la distribution vous échapper avec les réseaux secondaires?
- Le vin circule, nous dit Frédéric, c'est normal. Ce que je n'aime pas, c'est que l'on me mente.

Vin mystère 1
SP: Gourmand, légèrement épicé, un peu fumé. C'est dense, d'une bonne consistance sur le palais. La basse température ne permet pas une pleine expression. TB+ en l'état néanmoins.
Nol: moins immédiat que le 2014, mais davantage de structure, de profondeur et de complexité, un très beau vin ; Excellent-
Nuits-Saint-Georges 1er cru Clos de la Maréchale 2013
[size=x-large]A propos des millésimes[/size]
- 2015 se dit être un millésime qualitatif mais de quantité faible.
- 2015 est tout petit. Ca aurait pu faire plus. 2014 est normal. Depuis 2009, les volumes sont bas. Selon les années, c'était nécessaire. Sur 2013 par exemple, les petits volumes étaient la condition de la qualité. 2013 était une année froide. Nous avons vendangé en Octobre. Le dernier millésime tardif que j'ai en tête c'est 1984. La différence vient de l'état des vignes, de petits rendements.
- Beaucoup 2013 goûtés chez vos confrères étaient bien bons.
Monsieur Mugnier y trouve une explication pertinente dans le cycle végétatif : "A mon avis, si 2013 se révèle ainsi, c'est grâce à la longueur du cycle végétatif. Il fut étendu avec un débourrement précoce."

Vin mystère 2
SP: Frais, acidulé, droit, salivant avec une finale finement épicé. Le vin se prolonge pendant une large dizaine de secondes.TB+
Nol: ... Ami Paul est encore subjugué par la Musigny et le Clos Maréchale :D
Bonnes Mares grand cru 2013
- Qu'avez-vous changé depuis votre arrivée? les étiquettes par exemple?
- Non, elles datent de 1880. Nous travaillons mieux la vigne. Cela permet d'atteindre la maturité plus vite qu'auparavant je trouve. En dehors de cela, nous n'avons rien changé depuis les 15 dernières années.

Vin mystère 3
SP: Un nez plus confit. Quelques notes de champignon. Une belle justesse en bouche. Une légère acidité relance le milieu à point nommé. Du clou de girofle. Le volume est ample et la matière aucunement mince. Je crois percevoir un infime résidu d'élevage dans le dernier instant. TB+
Nol: nez un peu évolué, épicé, pointe de champignon et aussi d’alcool ; bouche très mûre, sur les fruits noirs compotés et épicés, avec presque une petite sensation sucrée, c’est concentré mais soyeux, un 2005 qui se goûte magnifiquement bien ; Excellent
Chambolle Musigny 1er cru les Fuées 2005
Le maître des lieux revient sur l'importance du travail du bois: "Je ne regarde plus les tonneaux. C'est le travail du tonnelier et je leur fais entièrement confiance. Chacun son métier et je ne vais pas m'improviser expert en la matière. Il ne faut pas mettre cela au premier plan. Mon métier, ce n'est pas parfumeur. (...) Je ne suis pas fabricant... Je suis un accompagnant. Ce qui m'intéresse est ce que je ne contrôle pas. Il n'y a pas de vérité qui soit définitive. Le vin, ce sont d'abord les raisins. Le vigneron a pour rôle de s'assurer que le terroir arrive de la manière la plus fidèle possible dans la bouteille. Il faut un caractère, une cohérence, une harmonie. Ca ne m'intéresse pas d'utiliser une technique ou une autre. C'est reproductible partout, même à l'autre bout de la planète. Non, ce qui m'intéresse ce sont les terroirs des Amoureuses, de Musigny, etc. Ca c'est unique."

Il est malheureusement temps de repartir. Nous remercions à nouveau ici Frédéric Mugnier pour ces 2 heures passionnantes. Nous avons pu échanger avec un vigneron qui transpire l'humilité, l'intelligence. Il ne prend jamais rien pour acquis. Il prend son temps pour choisir ses mots. Il a indéniablement la trempe des grands. La passion du vin, c'est ça: des rencontres extraordinaires.

Edit: des précisions apportées par le domaine, notamment sur l'année de création de l'étiquette.

HD
#679

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3619
  • Remerciements reçus 44

totolouga a répondu au sujet : A la rencontre de Frédéric Mugnier et du millésime 2014

C'est encore un peu raide. Cela a besoin de s'assouplir. Le vin sera mûr à 40-50 ans

Merci pour ce CR! Ta phrase ci dessus concernant le Musigny GC 2014 m’inquiète quant a l'ouverture possible d'un Musigny GC 2010 meme a 10 ans d'age, d'autant plus que j'aime les vins murs....

Raphael (Singapour) à l'aise dans tous les milieux mais n'appartenant à aucun
#680

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1276
  • Remerciements reçus 7

thibsana1985 a répondu au sujet : Re: A la rencontre de Frédéric Mugnier et du millésime 2014

Merci pour ce magnifique CR de visite! (tu) :)

Bien cordialement,

Thibault

"Le vin Anglais, c'est un peu comme le rock Français..." (John Lennon)
#681

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5510
  • Remerciements reçus 2346

Frisette a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Superbe. Une fois de plus!!!

Flo (Florian) LPV Forez
#682

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21547
  • Remerciements reçus 49

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Très beau compte-rendu, en effet.
Merci.
#683

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4166
  • Remerciements reçus 1474

LADIDE78 a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

(tu):)-D

didier

Mal- voyant depuis 29 ans et passionné de vins comme vous tous
#684

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4359
  • Remerciements reçus 1473

Vaudésir a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Superbe comme d'habitude.

C'est encore un peu raide. Cela a besoin de s'assouplir. Le vin sera mûr à 40-50 ans donc 2056/66

Je ne sais pas qui sera le plus mur, l'acheteur ou le vin, un bon fond de pension si tu achètes une caisse pour tes 10 ans.

Stéphane
#685

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3295
  • Remerciements reçus 309

iceteayer a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Super CR! Qui rappelle des souvenirs :)

Le musigny sur fut aussi l'année dernière m'avait impressionné par sa densité!

Julien
#686

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19974
  • Remerciements reçus 715

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

"Je ne regarde plus les tonneaux. C'est le travail du tonnelier et je leur fais entièrement confiance. Chacun son métier et je ne vais pas m'improviser expert en la matière.

voilà une phrase très surpenante quand on sait comment de belles matières peuvent être gâtées par de mauvais bois. :S
#687

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9062
  • Remerciements reçus 301

RaymondM a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

C'est encore un peu raide. Cela a besoin de s'assouplir. Le vin sera mûr à 40-50 ans

J'avais rapporté la même phrase prononcée à propos des 2005 , mais s'il commence à la répéter pour chaque millésime les amateurs de Bourgogne ne sont pas tirés d'affaire B)

Raymond
#688

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11777
  • Remerciements reçus 1775

jean-luc javaux a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Les 2005, Raymond, ce sera 60-80 ans... Patience! B)

jlj
#689

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1464
  • Remerciements reçus 1119

Super-Pingouin a répondu au sujet : Re: Jacques Frédéric Mugnier

Le Musigny me semblait déjà très bien en l'état. Après, et cela se rapproche des propos d'Emmanuel Reynaud, le boire avant 10 ans, c'est certainement passer à côté de 70% du vin. Et on en a certainement 100% à maturité.
@ Enzo: pour le bois, il s'agit plutôt de relation de confiance avec les tonneliers. Il demande un rendu. Et je dirais peu importe la manière.

HD
#690

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux